• billets
    13
  • commentaire
    0
  • vues
    20 510

La surpêche et montée des eaux

Jack~OF~Blade

59 vues

La surpêche






Greenpeace



"Nos océans sont malades de la surpêche. 80% des stocks de poissons sont pleinement exploités, surexploités ou en déclin. Les ressources de la mer s'épuisent. "

"Nous avons trop de bateaux, plus assez de poissons et aucun respect pour la mer. Nous lui prenons ce qui nous intéresse : nourriture, hydrocarbures, ressources minières, sables et graviers. Nous y laissons ce dont nous n'avons plus besoin : poissons pêchés en trop, déchets urbains, agricoles et industriels, bateaux échoués, mazout et métaux lourds... Nous sommes enfermés dans une logique d'exploitation de nos océans, incapables de voir que nous menaçons les écosystèmes marins et probablement nous-mêmes. "

"Il n'est pas trop tard pour agir. Mais il faut le faire maintenant. Greenpeace demande la création d'un réseau de réserves marines qui couvrirait 40% de la surface de nos océans. Aucune activité de pêche n'y serait autorisée. Les poissons pourraient s'y reproduire en toute tranquillité. Les équilibres naturels seraient restaurés. Pour les 60% de mers et d'océans restants, nous défendons l'instauration d'une « pêche durable ». Elle répondrait à nos besoins sans compromettre ceux des générations futures. "

"Aujourd'hui, certaines espèces de poissons et de mammifères marins sont en voie d'extinction : le thon rouge, les baleines, les poissons de grand fond. Demain, d'autres le seront. Si cela continue, il n'y aura plus aucun poisson dans nos océans en 2048. Pouvons-nous décemment rester sans rien faire ? "


Vidéo surpêche pratique: http://www.greenpeace.org/france/campagnes/oceans





Les ministères ferme les yeux « http://oceans.greenpeace.fr/chalutage-de-f...-eaux-suedoises »





Le Ministère de la Défense agit dans la lutte contre la pollution marine

« Le Préfet maritime a pour mission de coordonner l'action de l'Etat en mer, notamment en ce qui concerne la lutte contre la pollution (terre-mer). »

Source: ministère de l'écologie, de l'énergie, et du développement durable

Carte simulation hausse du niveau de la mer http://flood.firetree.net/











La mer monte à cause du réchauffement climatique

Alors que les observations géologiques et archéologiques indiquent qu'au cours des derniers millénaires, le niveau de la mer a peu varié (pas plus de 0.1 mm par an globalement), les enregistrements marégraphiques disponibles depuis près d'un siècle témoignent d'une hausse significative au cours des dernières décennies, de l'ordre de 1.8 mm par an. L'élévation du niveau de la mer du 20ème siècle est attribuée au réchauffement climatique observé depuis quelques décennies.

Depuis le début des années 1990, les satellites altimétries, en particulier Topex-Poseidon, surveillent en permanence les variations du niveau de la mer, avec une précision remarquable et une couverture globale. Ces nouvelles observations analysées au LEGOS montrent que depuis 1993, le niveau moyen global de la mer s'est élevé de près de 3 mm par an (figure 1), valeur significativement supérieure de celle mesurée par les marégraphes au cours du XXe siècle. Mais cette vitesse d'élévation est loin d'être uniforme : dans certaines régions, la mer a monté (jusqu'à trois centimètres par an), dans d'autres, elle a baissé (figure 2). Grâce aux observations spatiales, on mesure en effet les variations du niveau de la mer sur tout le domaine océanique et non plus seulement le long des côtes comme le font les marégraphes.

L'océan chauffe et les glaces fondent¿

Quels sont les phénomènes responsables des variations actuelles du niveau moyen global de la mer ? On peut les ranger en deux catégories : 1) les changements du volume des océans résultant de variations de la densité de l'eau de mer, elles-mêmes causées par des variations de la température et de la salinité; 2) les changements du contenu en eau des océans (donc des masses d'eau) résultant d'échanges d'eau avec les autres réservoirs (atmosphère, réservoirs d'eaux continentales, glaciers de montagne, calottes polaires). Avec l'atmosphère, ces échanges d'eau se produisent par évaporation et précipitations. Avec les continents, ils résultent de variations d'écoulement d'eau vers les océans, produites elles-mêmes par des changements de l'hydrologie continentale (variations de l'évapotranspiration, des précipitations au-dessus des continents, du contenu en eau dans les sols et dans la biosphère, dans les réservoirs souterrains, de la couverture neigeuse, du niveau des lacs et des mers intérieures). Enfin les modifications du bilan de masse des glaciers de montagne et des calottes polaires (le Groenland et l'Antarctique) constituent une troisième source d'échanges d'eau avec les océans.
Quelle est la part respective de tous ces facteurs à la hausse observée du niveau de la mer ?
Grâce à de nouvelles données publiées récemment sur les variations de température de l'océan au cours des 50 dernières années, et sur les bilans de masse des glaciers de montagne et des calottes polaires, les chercheurs du LEGOS arrivent à expliquer de façon assez satisfaisante les valeurs observées. Pour la période 1950-2000, le rechauffement des océans explique 0.4 mm par an sur les 1.8 mm par an de hausse observée (soit 25%). La fonte des glaciers de montagne, du Groenland et de l'Antarctique contribue, quant à elle, pour environ 1 mm par an. D'où un total de l'ordre de 1.4 mm par an pour les contributions climatiques.
Qu'en est-il pour les années récentes ? Alors que l'apport d'eau à l'océan venant de la fonte des glaces continentales est sensiblement identique à l'estimation des dernières décennies, la contribution de l'expansion thermique (due au réchauffement de l'océan) a triplé (1.6 mm par pour la période 1993-2003, soit une contribution de 60%). La somme de ces contributions (environ 2.6 mm par an pour la dernière décennie) est donc très proche des observations de Topex/Poseidon et Jason-1 (2.8 mm par an). Remarquons néanmoins que l'expansion thermique de l'océan joue à présent un rôle dominant, en comparaison des périodes antérieures. Par ailleurs, la confrontation des observations de Topex/Poseidon et Jason-1 avec la contribution d'expansion thermique montre que le réchauffement ¿non uniforme- de l'océan est la cause majeure de la variabilité géographique du taux de variation du niveau de la mer (Figure 3).
Les modèles d'évolution du climat prédisent que la hausse du niveau de la mer se poursuivra au cours des prochains siècles (figure 4). Les prévisions indiquent en outre que l'élévation ne sera pas uniforme. La mer montera plus vite dans certaines régions que dans d'autres. Cependant, il subsiste encore d'importants désaccords entre les modèles et donc une grande incertitude quant aux régions les plus menacées. La surveillance des océans depuis l'espace et la mise en place de réseaux in situ et spatiaux de mesures de paramètres climatiques est d'importance cruciale pour mieux comprendre le système climatique et améliorer les modèles d'évolution future.

http://www.legos.obs-mip.fr/fr/produits/gr...ealevel.fr.html





http://la.climatologie.free.fr/rechauffeme...ffement5.htm#11

   Alerter


0 Commentaire


Commentaires recommandés

Il n’y a aucun commentaire à afficher.

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant