Monokini

  • billets
    2
  • commentaires
    7
  • vues
    7 935

À propos de ce blog

J'aine me promener seins nus sur une plage et je veux faire partager. Pour les commentaires sur le cancer de la peau, je connais déjà, merci de vous abstenir

Billets dans ce blog

Yasmina2

L'avait t'il fait exprès?

ÿvidemment, j'ai été sous le coup de la surprise. Mon premier réflexe a été de croiser sur mes bras sur ma poitrine et de regarder autour pour voir si personne n'avait vu. J'étais assez naïve à l'époque pour croire que c'est en frottant l'huile solaire dans cette zone que le haut s'était dégrafé par accident et qu'il s'empresserait de le rattacher au plus vite. C'est quand la boucle qui attachait sous la nuque a été défaite et que les deux bretelles sont retombées sur mes bras croisés que j'ai compris qu'il l'avait fait exprès.

[/font]

J'étais rouge de honte et de colère! Comment a-t-il pu oser? Il aurait pu au moins m'en parler avant. C'était pratiquement un viol. Je suis restée un moment sans savoir quoi faire, humiliée et embarrassée. Sûrement un bref instant, mais qui m'a paru une éternité. Je ne savais pas comment faire pour remettre mon haut, sans qu'on me voie. Puis, il m'a dit doucement « s'il te plait, pour me faire plaisir ». Je ne comprenais pas comment un homme pouvait trouver plaisir à ce que des gens reluquent les seins de sa femme.

J'ai hésité quelques secondes. Il faut dire que je l'aimais follement¿à l'époque. J'ai regardé autour et j'ai vu que personne ne semblait y porter attention. Après quelques secondes encore, j'ai décroisé les bras et laissé tomber ce bout de tissu inutile. Puis, rapidement, mais pas trop pour ne pas avoir l'air trop précipitée, je me suis couchée sur le ventre.

Au bout d'une vingtaine de minute, une demi-heure, je ne sais plus, sous ce soleil, le besoin s'est fait ressentir de me retourner. J'avais peur d'avoir l'air ridicule devant mon mec si je remettais mon haut. Après quelques regards autour, j'ai finalement osé et je me suis retournée. Un peu de gêne au début. J'ai regardé souvent autour par la suite et les gens semblaient indifférents. ÿa me dérangeait quand des gens marchaient devant nous, mais j'ai fini par m'y faire. C'était tellement agréable de sentir la brise sur mes seins. ÿa y est, le Rubicon était franchi. Pour la première fois de ma vie, j'ai osé montrer mes seins en public, chose que j'avais crue inconcevable à peine quelques heures auparavant.

La journée s'est déroulée comme ça. Je ne remettais mon haut que pour aller me baigner. Je n'osais pas non plus rester assise et encore moins debout. C'est seulement après quelques heures que j'ai remis définitivement mon haut, de peur que le soleil ne fasse des dégâts. Je m'étais bien préparée pour ces vacances et j'avais pris des séances dans un salon de bronzage. J'avais toujours gardé ma brassière lors de ces séances, car pour moi, c'était la façon d'évaluer mon bronzage, qui fait la fierté quand on retourne au bureau en plein hiver parmi tous ces gens pâles. La peau de mes seins n'était pas aussi préparée que le reste à cette subite exposition. Le soir, effectivement, j'ai constaté qu'ils étaient roses, mais ça ne m'a pas causé trop de douleur.

Un autre facteur qui m'agaçait la première fois, c'est les comparaisons. J'avais bien vu des seins de femmes de tous âges dans le vestiaire de la salle de gym que je fréquente, mais quand cela se passe entre femmes, ce n'est pas pareil. Mais là, sous les yeux des hommes, ça m'a inquiétée un peu au début. ÿ ce jour, aucun homme autre que ceux que j'avais connus intimement n'avait vu mes seins. Puis, au lieu de me comparer aux femmes d'exception qu'il y avait sur cette plage, je me suis comparée à la moyenne pour finalement venir à la conclusion que mes seins étaient très présentables.

Bien sûr, j'en ai voulu à mon copain sur le coup d'avoir fait ça, mais à la fin de la journée, c'était déjà pardonné. Aujourd'hui, je dois l'en remercier car je crois que sans ce forçage, je n'aurai jamais osée. J'espère juste que pour vous, ça a été plus délibéré et que vous l'avez fait de votre plein gré.

Yasmina2

La première fois

Bonjour,

Je m'appelle Yasmina. J'ai 41 ans et je suis une fan du monokini, topless, bronzage seins nus, appelez cela comme vous voulez. J'aimerai vous faire partager ce qui est devenu pour moi maintenant un style de vie. J'ai commencé à mettre par écrit mes nombreuses expériences d'après mes souvenirs. Peut-être que ça pourra en encourager quelques unes qui hésitent encore. Dans les prochains jours, je publierai une série de commentaires sur les implications avec mes mecs (quelques uns depuis ma première expérience qui ont une vision différente sur le sujet), les inconnus, les voyeurs, ma famille, mes amis, etc¿.

Il faut d'abord préciser que je suis originaire d'une petite ville du Québec et que j'ai été élevée dans une famille très puritaine. Montrer ses seins en public ne serait jamais venue à l'idée des gens de mon entourage. Bien qu'il existe quelques endroits où c'est toléré et que j'ai découverts par la suite, les seins nus sont interdits au Québec, même sur une plage.

Ma première expérience a été plutôt inattendue. J'avais alors 28 ans. Mon nouveau chum (petit ami) m'avait invité à passer une semaine dans le sud, histoire de couper l'hiver en deux. Ma première sortie hors du Québec. Ma fille de 6 ans et mon fils de 2 ans, nés d'une union antérieure, étaient chez leur père durant cette période. Je m'étais acheté un bikini exprès pour l'occasion et j'avais hâte de connaitre la mer et le soleil moi aussi.

ÿa se passait à South Beach, plage publique de Miami. Bien sûr, je savais que de tels endroits existaient, mais je ne savais pas que c'était le cas de cette plage là. Tout ce que je connaissais sur le sujet était ce que j'en avais vu à la télévision. Mais là, on n'était pas dans une comédie française des années 80 où des starlettes étaient payées pour se faire voir, on était sur une vraie plage avec des vrais gens. Environ 30% des femmes avaient les seins nus. Quelques mannequins dans cette ville plutôt jet set, mais beaucoup de femmes ordinaires qui bronzaient comme ça, sans gêne devant leurs maris, leurs enfants ou avec des copines qui en faisaient de même. Les maris ne semblaient pas offusqués non plus que leurs femmes s'exhibent ainsi. Quelques unes seules aussi qui ne semblaient pas inquiètes de se faire importuner. Je ne peux pas dire que j'étais scandalisée, juste très surprise. Mon chum savait que cette plage était comme ça, mais moi, je ne m'attendais pas à ça. Il m'a avoué par la suite avoir choisi l'endroit exprès et ne pas me l'avoir dit, de peur que je refuse d'y aller.

J'étais curieuse, mais je n'osais pas regarder personne. J'étais très gênée. Je regardais souvent ma propre poitrine pour m'assurer que le haut de mon bikini n'ait pas glissé et qu'il dévoile ce qu'il était hors de question que je montre. Je regardai aussi mon chum du coin de l'¿il et je savais que lui ne se gênais pas pour regarder, bien à l'abri derrière ses lunettes fumées.

Nous avons marchés sur la plage jusqu'à trouver un endroit pour s'installer. Bizarrement, c'était une section de la plage où il y avait une plus grande proportion de seins nus. Mon chum était fatigué de marcher avec cette chaleur qu'il disait, mais je le soupçonne d'avoir choisi l'endroit exprès.

Nous avons déposés nos choses. Une petite baignade (mon baptême de la mer!), puis nous sommes revenus nous installer. Après quelques heures de bronzette (avec bien sûr, les deux pièces de mon bikini), je me suis assise sur ma serviette et je me suis remis de la crème solaire. J'ai tendu la bouteille de crème à mon chum et je me suis retournée pour qu'il me m'en mette aussi dans le dos. Il a commencé par m'en mettre sous la nuque, puis en descendant et en frottant bien jusqu'à l'endroit ou le haut s'attache dans le dos. Et puis, j'ai senti que mon haut était détaché.

¿à suivre