• billets
    2
  • commentaires
    2
  • vues
    998

À propos de ce blog

partager d'article

Billets dans ce blog

froinrile

Une petite théorie

pour certain, avoir envie de plaire quand on devient femme,

c’est aussi une revanche sur le fait de ne pas se plaire déjà à soi-même quand on est homme,

parce qu’on n’aime pas l’homme qu’on est,

parce qu’on n’aime pas être un homme.

Donc on devient une femme pour se plaire à soi-même pour commencer, puis plaire devient inconsciemment un attribut de sa féminité, tout au moins au début…

Je ne dis pas que c’est le cas de tout le monde, mais je le ressens en partie comme ça.

De nombreuses personnes de tous sexes ou genres n’aiment pas leur image, ce n’est pas pour autant qu’elles éprouvent le besoin de changer de genre à travers des vêtements. Il serait bon de lancer un sondage dans la population pour savoir chez ce cher être humain, ce qui ne lui plait pas chez lui et ce qu’il aimerait changer, j’ai rarement rencontré des personnes qui se sentaient belle ou point de n’avoir rien à changer…

Je crains que beaucoup de choses soient en plus sociétal et soumis à la temporalité.

En plus l’image que nous avons de nous et celle que l’on souhaite renvoyer aux yeux des autres, n’est pas forcément celle qui est perçue et elle varie suivant les personnes interrogées, la construction de la vision de l’a féminité et de la masculinité étant construite pour bonne part par nos parents, les personnes et milieu que nous fréquentons et de plus en plus par les différents médias télévisuels puis de la presse écrite… en tout cas, les magasins féminins véhiculent beaucoup de clichés et il y a toujours les même marronniers, comme être belle et désirable sur la plage… Perdre des kilos, les recettes miracles, etc. Et question maquillage, de plus en plus de maquillage est utilisé avec pour message, que vous soyez le plus naturelle possible… M’enfin !

Et depuis quelques temps, dans une publicité nous voyons une femme qui passe des crèmes sur le visage de son homme pour qu’il ait un bel éclat, et moins de ridules…Seins silicone rond

La cosmétique pour homme a fait son apparition et nous sommes de plus en plus dans une société basé sur les apparences qui impose des dictats de beauté, depuis des siècles à la femme et de plus en plus à l’homme, comme à l’époque des rois et des perruques poudrées…

7e4aca9114a5d54648a7737eb82e2127.jpg

froinrile

TRANSGENRE

TRANSGENRE – Dans le très traditionnel collège Saint

Catharine's de l'université de Cambridge, on ne s'est pas posé

de questions depuis des siècles. Les filles, ça porte des jupes,

les garçons des vestes et des cravates. Point. Jusqu'à ce que

le combat d'une étudiante transgenre vienne bouleverser des

siècles de tradition. Et ses efforts ont fini par payer: Charlie

Nothrop, doctorante en lettres de 25 ans, ayant changé de

sexe en janvier dernier, aura le droit de porter des jupes

Une petite révolution dans la paisible routine de Cambridge.

Comme celle d'Oxford, la prestigieuse université de

Cambridge (Royaume-Uni) fonctionne sur un système de coll

èges, des bâtiments où s'organisent la vie étudiante en

communauté et avec un "dress code" très strict.

Fondé en 1473, celui de Saint Catharine's n'avait jusqu'ici

jamais remis en cause ses traditions vestimentaires. La

participation aux dîners officiels exigeait que les femmes

portent une jupe ou une robe, tandis que les hommes

devaient se vêtir d'une cravate, d'un pantalon ainsi que d'une

veste.

Avec le soutien d'autres étudiants, la jeune femme est

parvenue à obtenir gain de cause. "Je suis sur un petit nuage,

c'est absolument merveilleux que cette règle ait été adoptée",

se réjouit-elle. "Il n'y a pas eu tant que résistance que ça [...]

tout le monde a apporté son aide", ajoute Charlie, tout en

évoquant "beaucoup de discussions entre le collège et le

comité".

Selon le Telegraph, Saint Catharine's devient ainsi le premier

collège de Cambridge à modifier son règlement, et à

assouplir son code vestimentaire.

Dans le nouveau règlement intérieur, on peut désormais lire

la mention "tenue correcte exigée", sans aucune référence

faite au genre ni au sexe de l'élève.

"Je suis tout simplement très fière de mon collège et de mes

camarades de Cambridge, pour ce chemin parcouru

ensemble", explique Charlie dans la vidéo ci-dessous:

En 2013, l'établissement faisait déjà un grand pas en avant. À

l'image de l'université d'Oxford, elle avait alors pris la

décision d'autoriser les hommes à porter les robes

traditionnelles durant les cérémonies de remises de diplômes.

2f8cbc0dbb1da7a357f6733aeab40adf.jpg