Aller au contenu

Rechercher dans la communauté: Affichage des résultats pour les étiquettes 'fiction'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Merci de saisir les tags en les séparant par des virgules. Les tags permettent de retrouver rapidement un sujet. Indiquez les mots clefs important pour votre sujet.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Membres
    • Bienvenue
    • Trombinoscope
    • Près de chez vous
    • Célébrations
  • Actu et Débats
    • France
    • International
    • Société
    • Politique
    • Environnement
    • Economie
    • Sciences
    • Religion et Culte
    • People
    • Insolites
    • Actualités - Divers
  • Quotidien
    • Quotidien
    • Emploi
    • Amour et Séduction
    • Sexualité
    • Education et Famille
    • Santé
    • Etudes
    • Droits
    • Beauté - Mode
    • Animaux
    • Adozone
    • Aide aux devoirs
    • Inclassables
  • Culture
    • Cinéma
    • Arts et Artistes
    • Photographie
    • Philosophie
    • Musiques
    • Littérature
    • Histoire
    • Mangas
    • Théâtre
    • Langue française
  • Loisirs
    • Cuisine
    • Télévision
    • Séries
    • Chasse & Pêche
    • Voyages
    • Animés et Mangas
    • Auto - Moto
    • Jardinage
    • Bricolage et Déco
    • Esotérisme & Paranormal
    • Autres Loisirs
  • Informatique
    • Tutoriels
    • Hardware
    • Windows
    • Linux & Unix
    • Apple
    • Mobiles
    • Internet
    • Informatique - Divers
  • Jeux Vidéo
    • Central Jeux Vidéo
    • Jeux Online
    • PC
    • Xbox
    • PS3 / PS4
    • PSP / PS Vita
    • Wii / Switch
    • DS / 3DS
    • Jeux Mobile
    • Rétrogaming
  • Sports
    • Central Sports
    • Football
    • Rugby
    • Tennis
    • Basket
    • Sports Auto Moto
    • Sports de combat
    • Hand - Volley
    • Sports Extrêmes
    • Sports - Divers
  • ForumFr
    • Annonces
    • Aide et Suggestions
    • Recrutement
  • Sujets de Test Club
  • Deuxième forum de Test Club

Blogs

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Calendriers

  • Community Calendar
  • Évènements de Test Club

Catégories

  • Actualité
  • Humour
  • Cinéma
  • Sports
  • Musique
  • Divers
  • Vidéos de Test Club

Catégories

  • Actualité
  • Cinéma
  • Sports
  • Musique
  • Jeux vidéo
  • Langue Française
  • Histoire
  • People
  • Divers

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Twitter


Google+


Jabber


Skype


Website URL


Lieu


Intérêts

16 résultats trouvés

  1. Coucou La suite contrastera énormément avec ce mignon petit smiley J'ai essayé d'écrire un récit... d'horreur : Quand la réalité s'effondre... Ce chapitre se lit indépendamment des précédents Fred
  2. Je me souviens comme si c'était hier. C'était la belle époque où l'on mourrait. L'époque des cimetières, des beaux enterrements, des larmes dans les yeux des veuves en Noire. Jolis temps, où la mort faisait partie de la vie, où les guerres et révolutions fleurissaient dans l'ocre des champs d'honneur, tout comme les chants patriotiques dans les cœurs. Et puis tout changea dans ce monde en furie. Juste à cause d'un seul homme, le pire des hommes, un saint. Celui qui veut le bonheur pour tous. Comme quoi y a pas plus dangereux que celui qui impose son bonheur aux autres. La nouvelle tomba brutalement aux infos un dimanche matin. Je me réveillais juste aux premières caresses du soleil sur le visage. Huit heures, la radio s'alluma, allongé dans le lit, me frottant doucement les yeux, encore dans les brumes de mes rêves. Je me relevais brusquement à cette info incroyable, inimaginable du présentateur de NFM. Le professeur Zarid, le plus grand savant et humaniste de la société Oxariènne. Un mélange de vos abées Pierre, sœur Térésa, Gandhi et d’Einstein , avait infecté à son insu tous les peuples de l'Oxarie du virus « Eternity », le virus de l'immortalité. C'était il y a exactement 125 000 ans, le 18 mai de l'an 9098. C'était le temps, le bon temps, où la mort n'était pas morte, mais fauchait joyeusement les champs de vieux. C'était mon époque, c'était ma vie. On m'a volé mon plus grand droit, celui de mourir et d'oublier à tout jamais le pire des cancers qui ronge tous les immortels : l'ennui total. Après de longs débats mouvementés sur cette affaire extraordinaire. Les savants, religieux et intellectuels de ma planète arrivèrent tous à la même conclusion. La vie éternelle, c'est génial!!! Ainsi le professeur Zarid, fut proclamé génie est saint parmi les saints de toute l'Oxarie. Dans sa bonté, Saint Zarid avait programmé dans son virus le code génétique de tous les Oxariens à l'âge de 35 ans et également la reconstitution complète du corps. C'est ainsi que les couches-culottes qui fleurissaient sur les culs des grabataires disparurent pour laisser place à de beaux jeunes Oxariens en pleine santé. Grâce au virus, tout devenait beau, les jambes des culs-jattes, les bras des manchots repoussaient. Les aveugles jetèrent leurs Sunglass et bâtons blancs à la poubelle. Les neurones des débiles devenaient scintillants et clairs, comme l'onde de cristal d'une rivière pure. Les tétraplégiques se levèrent et marchèrent. Les comateux se réveillèrent.. Les guerres disparurent, par manque de morts. Les crimes devenaient inexistants. Dieu disparu dans l'oubli du nouveau bonheur des Oxariens Toute l'Oxarie dans la plénitude absolue se donnait la main pour marcher sur les chemins inconnus de l'éternité. Au fur et à mesure que les siècles s'écoulaient comme un long fleuve tranquille. Commencèrent à naitre une lassitude, une morosité à la vie pour tous. Alors, pour lui donner du piment face au désœuvrement qui nous gagnait, nous inventâmes les jeux des suicides. C'était super cool, c'était mes jours heureux. On se faisait des pics-niques suicides à la campagne. On buvait, on mangeait, riait et quand nous étions complètement bourrés. Chacun notre tour, on se faisait lapider, pendre, écarteler, bruler. Une fois, je me suis fait arracher en deux par deux potes avec leurs bagnoles. C'était rien que du bonheur, on se marrait comme des bossus. Après les suicides devinrent collectifs, nous nous massacrions à la grenade, à l'obus et puis vinrent les grands suicides à la bombe nucléaire, ça, c'était le pied. Se sentir se désintégrer, pour se reconstituer aussitôt procurait des frissons de grands plaisirs. Mais très vite tout cela devint lassant. Notre vie redevenait, d'une banale banalité. Le gris de l'abattement devenait de plus en plus sombre dans nos âmes. Et puis on se laissa aller à l'ennui, à l'ennui mortel, ce qui est le comble de l’ironie pour un immortel. Les premiers à devenir dépressifs furent les derniers serials killers qui restaient. Ils ne pouvaient plus supporter de massacrer une famille dans la pure perversion maladive et de la voir ressusciter aussitôt en se marrant comme une baleine. Et puis ce fut le tour des capitalistes, ils en avaient marre d'êtres riches. Pour s’occuper, ils distribuaient leur argent aux pauvres. Mais ceux-ci n’en avaient rien à faire. Les nantis avaient même proposé aux manants de prendre leurs places. Mais les pauvres n'en voulurent pas, ils étaient bien trop occupés à s’emmerder dans leur propre vie. Y a eu même des escrocs qui vendaient de la fausse mort en pack sur le circuit virtuel. Mais les escrocs s’ennuyèrent vite de leur propre escroquerie. Rien que le fait de réfléchir devenait fatigant, et surtout de plus en plus inutile. Un peu à la fois, le pouvoir maléfique de l'argent perdit de son influence, jusqu'à disparaitre totalement. Tout comme le travail, les loisirs, et l'amour. Nous trouvions de plus en plus astreignant, et chiant de faire l'amour. Nous n'avions plus de gout pour rien, on ne se reproduisait plus. Les artistes, les peintres épuisés par la lassitude du plat pays qu'était devenue leur vie. Rangèrent leurs pinceaux, les chanteurs leurs voix, les musiciens leurs doigts. Les Hugo vidèrent leurs encriers, les danseurs s’affalèrent sur les canapés. Et les conteurs et acteurs mangèrent des boules Quiès. Et le silence de l’absence des artistes devint la dernière étape de notre déchéance. Notre société tomba dans le noir de la médiocrité et nous devînmes une civilisation de clodos sales, crasseux, fainéants, vivants dans des rues et villes à l’abandon. Nous n'avons plus qu'une seule pensée en nous, une seule Lumière nous éclaire, celle de mourir un jour. Bon, je vous laisse les humains, je m'en vais mourir d'ennui dans un autre coin. Je reviendrai dans dix-mille ans, vérifier si vous êtes morts...bande de chanceux de l'oubli éternel !!!
  3. Bonjour à tous et déjà je vous remercie de lire mon message. Alors voila, cela fait déjà un petit bout de temps que je publie sur un blog au rythme de un chapitre par semaine une ficion. J'aurais aimé avoir vos avis sur cette dernière. Avant tout, je tiens à préciser que ma fiction n'est pas une fan-fiction ou que ce soit d'autre. Elle sors intégralement de mon imagination et traite de thème qui me sont cher, tel que l'absence de passé, les paradoxes, ou même le destin. Alors, sur ce, j'arrête de parler, et voici le lien, en espérant que cela vous plaira : http://pieces-of-memory.skyrock.com/ B.C
  4. Fusillade à Pigalle: quand la réalité rattrape la fiction Dimanche 29 novembre - 11:14 [/Justifier] [Justifier] Une fusillade dans le quartier de Pigalle à Paris a fait deux morts dans la nuit du vendredi 27 au samedi 28 novembre. Un inconnu a abattu de plusieurs coups de feu un gérant du fast-food Mille et Une Pâtes et tué un serveur vers 1 h 40. «Le gérant du restaurant est mort sur le coup», a déclaré le syndicat policier Alliance. Le second, serveur dans le pub Paradise oriental lounge, situé en face dans la même rue, est mort en fin de journée à la Pitié-Salpêtrière (XIIIe). Suite de l'article... Source: slate.fr
  5. clemnrock

    mon histoire

    Salut pendant les vacances quand je s'avais pas quoi faire j'ai écrit ça. C'est un premier jet et je voudrais avoir l'avis de personnes exterieurs. Désolé s'il reste quelques fautes. Merci d'avance pour vos commentaires.Je vais vous raconter toute mon histoire jusqu'à aujourd'hui car je veux faire passer un message très important : les supers pouvoirs ne font pas les supers héros ! Oui je sais vous pensez que je suis fou et que ça l'oncle de spider man l'a déjà dit mais je ne veux pas dire la même chose. Croyez moi dans les livres on ne vous dit pas tout et lorsque ça vous tombe dessus il n'y a pas de mode d'emploi. La naissance d'un méchant Tout a commencé ce fameux jour. Il faisait beau les oiseaux chantaient et tout le tralala et moi je partais bosser comme tous les jours. Je bosse dans un fast food où je doit faire cuire les frites et servir les gens avec un grand sourire pour qu'ils reviennent même si ça me fait chier. Donc je disais je partais bosser et d'un coup j’entends quelqu'un parler je me retourne mais je ne vois personne, je me dis que je deviens fou mais pourtant j'étais persuadé d'avoir entendu « lui il est tombé du lit ce matin » et je savais qu'il parlait de moi. Je continu ma route et encore une fois j'entends « merde alors je vais encore être en retard et je peux pas courir plus vite avec ces talons aiguille » et j’aperçois en même temps une femme qui marche vite et qui a l'air pressé, je me dis alors que j'ai rêvé, que mon cerveau me joue des tours. Enfin j'arrive au resto (avec 10 minutes de retard comme d'habitude), et je commence à bosser. L'heure de ma fin de journée approche et comme tous les jours je me prépare à partir 15 minutes plus tôt sachant que mon patron ne se déplace jamais en cuisine. D'un coup j'entends une voix qui ressemble à celle du boss. Je remet mon tablier pour faire semblant de bosser et tous les autres me demandent : « pourquoi tu te remets au boulot c'est pas ton genre de bosser jusqu'à la fin ». Je leur répond que je viens juste d'entendre la voix du boss et que je préfère attendre 15 minutes au lieu de me faire engueuler. Ils me prennent tous pour un fou et continuent à ranger leurs affaires. D'un coup la porte s'ouvre accompagné d'un grand « bonjour tout le monde ». Sur ces mots tous mes collègues se retournent vers moi bouche bée. C'est à ce moment que j'ai compris : je peux lire dans les pensées des gens. Je m'imaginant déjà acclamé de tous en tenue de super héros, je n'entend même plus mon patron qui me demande comment je vais et si je me plais ici. Au bout de quelques instants je me sors la tête des étoiles et tout en faisant un petit saut en arrière, surpris par la proximité du boss, je lui réponds « oui je me plais beaucoup ici » d'un coup une pensée m'est venue : et si lui aussi pouvait lire dans les pensées, dans ce cas il aurait tout de suite compris que je venais de lui mentir. Puis me tendant une enveloppe il pense « en plus de se foutre de moi, il me prend pour un con tous les jours en partant plus tôt, je fais bien de le virer. » Sachant ce qui se trouve dans la lettre, je prends mes affaires et dis au revoir à tout le monde et en passant la porte je capte une dernière pensée de mon nouvel ancien patron et je commence à dire « dépêchez vous ou vous allez être en retard pour rejoindre votre pute de l'après midi au motel » ce qui m'amusait le plus c'était de voir le regard qu'il m'a lancé sachant que sa femme était dans la pièce avec nous. C'est d'ailleurs ce regard qui l'a trahi. Un fois ma vengeance faite, je suis parti avec un petit sourire car même si j'avais été viré je venais de ruiner la vie de couple d'un gros con et je n'avais plus à venir tous les jours dans ce fast food miteux. Je suis donc rentré chez moi et je me suis concentré sur ce nouveau pouvoir. Je me demandais bien ce que pouvaient penser les voisins. Rien de tel pour s'exercer. C'est en entendant ma voisine du dessus qui pensait à retrouver son agresseur que j'ai compris en quoi me serais utile ce pouvoir. Le problème c'est que je suis assez flemmard et pour arrêter les méchants il faut savoir se battre et je suis nul en sport. Mais il y a toujours un solution de facilité (et c'est toujours celle pour laquelle j'opte) à savoir prendre une arme. J'ai donc commencé des recherche sur internet pour trouver une arme simple d'utilisation et pas trop cher (ben oui maintenant que j'ai plus de job je dois économiser). Il fallait aussi que je trouve un costume pour agir sans me faire prendre ni par les flics (si jamais je dois tirer) ni par les malfaiteurs. Après quelques semaines de recherche j'ai enfin trouvé mon bonheur. Pour l'arme j'ai pris le moins cher, je ne me souviens même plus du nom, et pour le costume, je me suis acheté un t-shirt avec écris SP ( pour super penseur, il faut bien trouver un nom aussi ridicule soit il) et un leggings de la même couleur que mon t shirt (comme dit ma mère, il faut assortir les couleurs). Bon je veux bien avouer que je suis un peu ridicule mais de toute façon personne ne peut me reconnaître vu que j'ai commandé l'outil indispensable du super héros : le masque ! Avec tout ça j’étais prés pour ma première mission. Je commençais donc à arpenter les rues à la recherche d'une personne avec de mauvaises pensées. Après une heure de marche, je n'avais rien trouvé mais j'avais très chaud car on n'y pense pas mais comme tous les super héros j'ai mis mon costume sous mes habits mais ça tient chaud. Je décidai donc de rentrer pour prendre une bonne douche froide quand tout à coup dans une ruelle sombre je vis un homme louche. Je me concentrai pour lire dans ces pensées, il voulais attaquer quelqu'un. Je suis donc parti dans une ruelle voisine pour me changer mais j'avais à peine retiré une chaussure que l'homme était derrière moi : j'étais devenu sa cible. J'ai donc renfilé ma chaussure et j'ai essayé d'attraper mon arme. A cet instant l'homme sorti un couteau et s'approcha de moi lentement. Lorsqu'il arriva a environ 1 mètre de moi je réussi enfin à sortir mon arme. L'homme pris de panique s'en alla. J'ai donc pensé ce jour là que mon arme me suffirai toujours pour arrêter les bandits et pour sauver la veuve et l'orphelin. Dès le lendemain je me suis remis au travail, j'ai passé toute la journée à chercher un hors la loi sans succès. Pendant une semaine il ne s'est rien passé. Las de chercher et surtout de ne rien pouvoir acheter à manger j'ai décidé de faire un autre style de recherche : la recherche d'un job. Un mois plus tard j'ai enfin trouvé un job dans un magasin. Je devais m'y rendre l'après midi pour un entretien d'embauche. En me préparant j'ai retrouvé mon costume de « super penseur ». Nostalgique de cette semaine où je me sentais supérieur je l'enfilai. En me regardant dans la glace, je vis mon réveille qui indiquait 14h45. J'avais rendez-vous à 15h et je n'était toujours pas prés. Au lieu de retirer mon costume je m'habillai directement par dessus. Après avoir couru pendant 10 minutes j'arrivai finalement à l'heure (enfin presque, il était 15h05). Mais en entrant j'entendis une pensée : quelqu'un projetait de dévaliser le magasin. A ce moment je me suis dit que mon magnifique costume ne servait à rien car maintenant que j'étais au courant de ce qu'il allait faire pour me changer la seule option était les toilettes et dans ce cas tout le monde m'aurais démasqué. Je suis donc resté comme ça. Puis l'homme passa à l'attaque, en visant le patron il demanda à tous les clients de se coucher et de ne rien tenter. Mais pour moi c'était l'occasion rêvée, j'étais armé et si j'arrivais à vider le pistolet de cet homme dans le vide je pourrais l'atteindre. J'ai donc décidé de me levé en faisant attention de ne pas être entouré de trop prés par des gens pour pouvoir vite me cacher derrière quelque chose. Je sortis mon arme et la braquai sur lui. Il braqua à son tour son arme sur moi en me disant « Lâche ça car contrairement à toi moi je vais te tuer si tu reste comme ça ». Tous les clients me regardaient avec un air noir comme si j'allais tous les faire tuer. Mais sur de moi je restai immobile. D'un coup je vis son doigt qui allait presser la détente et je me jetai entre les rayons pour éviter la balle. Tout calme il s'avança vers le rayon où j'avais plonger puis sans même regarder tira une 2ème fois. Heureusement pour moi je n'y étais pas j'avais juste eu le temps de ramper jusqu'au frigos. Cette course poursuite au ralenti continua pendant quelques minutes. Puis un grand silence. Son pistolet était vide. Je me suis donc levé et je me suis approché de lui. Mais quand j'ai voulu attraper mon arme elle n'était pas à sa place. Le bandit dit «Bon ben je crois que tu vas devoir te battre contre moi avec tes poings. Approche que je te foute la raclé dont tu as besoin pour arrêter de te prendre pour un héros dans ce genre de situation. » Sur ces mots il me donna un gros coup de poings en pleine tête qui me mit par terre. En me roulant sur le coté pour me relevé je vis mon arme je me jetai dessus pour l'avoir mais un coup parti, j'avais oublié de mettre la sécurité, malheureusement un client fut blessé par cette balle perdu. Je me relevai l'air de rien, les gens me regardaient de moins en moins bien. Je décidai de le viser et lui se mit à marcher vers le coté et quand je fis feu l'homme était devant les clients et aucun de mes tirs ne toucha le bandit. En revanche, je compris que j'avais touché plusieurs personnes grâce à leurs cris. Toujours sans les regarder, pour ne pas me sentir coupable je braquai mon arme sur le hors la loi qui venait de voir que j’étais largement capable de tirer sur lui. Il décida donc de se rendre pour ne pas finir blessé ou même mort et de toute façon il avait aussi compris que le plus grand coupable de la journée c'était moi car contrairement à lui j'avais blessé 4 personnes. Bien entendu moi j'étais toujours persuadé que mon acte était héroique. En attendant la police, j'entendais tous les commentaires des personnes blessées, et tout le monde était contre moi, mais je pensais leur avoir sauvé la vie alors je ne comprenais pas pourquoi ils me méprisaient autant et je me rassurais en pensant à bat-man et bien d'autres qui au début ne sont pas appréciés du grand public. Lorsque la police arriva, le premier à entrer demanda où était le malfaiteur. Ce n'est que lorsque j'ai vu tous les bras tourné vers moi et non pas vers l'homme qui avait décidé de dévaliser ce magasin que j'ai vu réellement ce que je venais de faire. Les policiers m'ont arrêté et je commençais à me dire que j'avais été nul de faire ça. Au bout de mes 2 premières années en prison, le braqueur renouvela son action passé dans le même magasin et cette fois personne ne s'y était opposé et pourtant il a quand même tué tous les clients. A ce moment là les gens que j'avais blessé 2 ans plutôt n'ont rien dit alors qu'ils auraient pu faire quelque chose pour que je sois libéré mais ils ont préféré rester aveugle et se dire que tout était de ma faute. Du coup j'ai du finir ma peine de 5 ans de prison. Voilà pourquoi je vous dit que les supers pouvoirs c'est nul. On peut toujours sortir des phrases pompeuses comme « un grand pouvoir implique de grandes responsabilités » mais ça change rien, ces responsabilités sont trop grande pour n'importe quel homme qui désir faire le bien autour de lui et qui lorsque ça tourne mal se sentira coupable et se rendra malade pendant des années sans personne pour l'aider. En revanche lorsqu'on veut juste profiter de la vie, avoir beaucoup d'argent et se venger des gens qui nous ont pourri la vie dans ce cas c'est très utile croyez-moi. Aujourd'hui je suis millionnaire, j'ai des maisons un peu partout dans le monde et je contrôle la plus part des organisations illicites de plusieurs pays. Et mon pouvoir de télépathie m'est très utile dans le sens où je peux savoir si quelqu'un me double juste en restant dans la même pièce que lui pendant quelques secondes. Pour la vengeance j'ai commencé par envoyer en prison l'homme qui avait braqué le magasin en le faisant travailler pour moi. Je n'ai pas récolté l'argent qu'il a volé pour ne pas me faire repérer et lui à essayer de convaincre les flics que c'était moi son chef mais cette fois on ne l'a pas cru vu qu'il m'avait déjà envoyé en prison pour un crime que je n'avais pas (entièrement) commis. Ensuite pour les autres j'ai pensé leur faire un petit cadeau en leur envoyant l'argent du magasin pour qu'ils soient eux aussi accusé à tort. Résultat maintenant que je n'essaye plus de faire le bien je suis heureux, j'ai les femmes, l'argent et tout ce dont j'ai besoin. Ah ! et j'allais oublié, vous vous rappelé le patron du fast food où je travaillais avant ? Sa femme a demandé le divorce mais il continuait à se taper des putes alors comme je contrôle aussi le réseau je leur ai interdit de l'avoir comme client et comme les seules personnes à vouloir de lui sont des putes (il n'a qu'un gros porte-feuille comme avantage) il est seul et ce pour longtemps, c'est ma petite vengeance personnelle. Voilà je vous ai tout dit maintenant si un jour vous possédez un pouvoir génial réfléchissez-y à deux fois avant de vouloir sauver le monde ça vaut mieux. Voila j'espere que ce n'est pas trop mal écrit et que vous me donnerez votre avis.
  6. Bonjour, Toujours sur mon pti site de cuisine (qui n'est plus très approprié, je le reconnais), je teste un autre type d'écriture : le récit fictif d'horreur ! Bon, je débute... c'est pas top top... mais j'espère que ça vous divertira un peu quand même ^^ http://www.cuisine.demachambre.com/article-40.html N'hésitez pas à critiquer Fred
  7. Salut à toutes et à tous. Bon, comme vous allez être mes clients, on se dit tout. Je ne suis pas de votre planète, mais d'Orxa, planète, qui se trouve à 3 milliards d'années Lumière d'ici... La semaine dernière, je vendais des morceaux de Mars, en barbe-à-papa. Mais je me suis faits viré du forum... Bon, là, j'ai des fûts de 100 litres de gelée d'amour. Une seule cuillerée avalée, et tu te retrouves avec une centaine d'amants ou de maîtresses. Accrochés à ton pantalon ou ta jupe, en se trémoussant, te suppliant de les aimer pour la vie. Alors qui qu'en veut... C'est 25 000 euros en promotion !
  8. S'il est quelque chose que chaque être humain parvient à faire, c'est paraître. Se donner un masque, se comporter de matière convenable et aller bien pour ne pas inquiéter les gens, voilà une noble conception des relations humaines. Elles sont alors fondées sur le mensonge et l'apparence, et c'est surement la seule option envisageable. Imaginez-vous une société de l'être. Il est vite clair qu'elle deviendrait invivable. Et qu'est-ce que ça veut dire alors ? rien, ou tout. Peut-être que la conscience, la capacité de penser et d'éprouver des choses fait de l'Homme au naturel un être incapable de vivre en société. Il doit alors adopter une identité forgée par les autres, dans laquelle les gens pourront voir ce qu'ils ont besoin de voir. Dissimulant de multiples choses, l'Homme se rend alors compte de l'ennuyeuse et insipide nature de la réalité. De la même manière que l'être humain existe en double, il vit aussi en double. Il vit dans la fiction, il va au cinéma ou lit un roman pour vivre des choses excitantes par procuration, parce qu'il ne pourra jamais les vivre dans la réalité, celle-ci étant trop souvent dépourvue d'excitations. Mais l'Homme se rend compte que tout cela est faux, que ce n'est encore que du paraître et que ça ne peut durer qu'un temps, parce que ce n'est que fiction. Alors l'Homme est malheureux, malheureux de vivre dans la société qu'il s'est forgé, déçu d'être aussi différent individuellement de ce à quoi il ressemble en groupe. Il se dit finalement qu'il ne peut rien y faire et décide de vivre avec cela, puisque tout le monde le fait, réflexion aboutissant inévitablement à l'éternelle stagnation du monde. En résumé, je trouve la réalité décevante. Qu'en pensez-vous ? Abstenez-vous de débiter des "Carpe Diem" et des "tu sais pas profiter de la vie" à tout va, je n'en verrai vraiment pas l'utilité. Ce petit texte est le fruit d'une réflexion à tête froide, il ne m'est rien arrivé d'horriblement décevant récemment, j'ai juste penser à ça, et je me demandais si j'étais le seul.
  9. Bonsoir à tous! Une petite question me vient à l'esprit: quels sont les thèmes littéraires, cinématographiques, de fictions en général qui ne sont plus du tout en vogue? On parle très souvent des thèmes qui cartonnent et jamais des thèmes qui ne marchent pas donc je voulais juste avoir une petite idée sur le sujet. À vos claviers!
  10. Bonjour, Je m'appelle Victor et je suis réalisateur de courts métrages amateurs. Depuis quelques temps j'ai une idée de projet que j'aimerai réaliser, voilà le principe: Vous me contactez et vous me racontez l'histoire qui vous tient à cœur, je vous aide à créer une trame scénaristique, on fait un découpage des séquences du film voir un rapide storyboard et ensuite tournage, montage, diffusion (à voir). L'idée c'est de créer votre court métrage, l'histoire et l'atmosphère que vous voulez. Pour l'organisation on peut voir ça ensemble, l'objectif étant de faire quelque chose de bien avec peu de moyens et le plus efficacement possible. Je suis basé à Paris mais je bouge beaucoup en région Lilloise aussi. Je serais heureux de répondre à vos questions. Ça tente quelqu'un?
  11. Awaxx

    Fiction ?

    Focus – 9 décembre 2012 Pourquoi j’en suis arrivé là ? Comment j’en suis arrivé là ? Je voulais quoi ? Comment ? Pourquoi ? Qui suis-je ? Que faire ? Pas mal de questions, non ? Encore une. Ma vie n’est-t-elle qu’une suite de questions sans réponses satisfaisantes ? Je me souviens … un soir dans un bar … avec un pote … je veux vibrer. J’ai trouvé les vibrations, c’était elle. Elle me faisait vibrer, de haut en bas et de bas en haut. Que de temps est passé depuis. Les vibrations ne sont plus là … l’amour n’est plus là … le sexe n’est plus là ! Rien n’est plus ! Putain, j’ai merdé où ? Comment ? Pourquoi ? Je n’ai peut être pas réellement merdé. Au fait je n’ai pas merdé du tout. J’avais un rêve. Une femme que j’aime et qui m’aime, des enfants, une maison et une voiture, un truc assez simple je pensais. Et même ce rêve je n’ai pas été foutu de le réaliser. Il faut que je trouve un autre rêve ? Pourquoi ? Cela ne sert à rien de se demander pourquoi, de demander pourquoi. Comment ? Finalement, suis-je fait pour être totalement heureux ? Sur tous les plans ? L’homme est-il fait pour être heureux à 100% et cela 100% du temps ? J’écris car je n’ai pas trop sommeil. Mon putain de voisin du dessus, je n’en ai pas en dessous, nous habitons le rez-de-chaussée, est rentré depuis 30 minutes. J’étais dans le lit à coté de ma femme, sur le point de m’endormir. Il est rentré pété, il a crié, il a poussé le volume de sa télé, …, le sommeil est parti. Le but de ces quelques lignes n’est pas mon voisin et sa compagne. Elle a un amant aussi. La compagne du voisin. La vache ! Riche, pauvre, beau, moche, les mêmes merdes, les mêmes galères, les mêmes bonheurs. Comment j’en suis arrivé là ? Je commence depuis quand ? Depuis ma naissance ? A quoi me serviront toutes ces lignes ? Il faut peut être que je commence par la fin ? Et ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants … Ceci n’est pas la fin. La suite nous ne la connaissons pas. Il n’y a peut-être jamais de fin. Seulement un éternel recommencement. Et si on ne veut pas recommencer. Si a partir d’un point on se dit, je ne recommencerais pas, je continue coute que coute car je pense que je suis dans la bonne voie. Dans ce cas, malheureusement il faut être deux pour vouloir continuer. Et j’ai l’impression que je suis tout seul ! C’est quoi le bonheur ? C’est toi, moi, nous. Commençons par le début ! Il était une fois … Le début ? Lequel ? Le cœur a ses raisons que la raison ne connait point. Foutaises ! La raison connait toujours les raisons du cœur. Que nous ne les connaissions pas, c’est autre chose. Un mec a sorti un jour, ça, et on s’est dit, ouais, c’est pas mal ! A défaut de comprendre, ou bien a défaut d’avoir réussi à comprendre on s’est dit, il s’est dit : le cœur a ses raisons que la raison ne connait pas. Il aurait du dire : Mon cœur a ses raisons que ma raison ne connait pas. Là c’eut était juste ! Je pense. Qu’est-ce qu’il en savait pour les autres ? En amour on n’est sûr de rien. C’est pour cela qu’il existe la confiance. Et une fois que cette confiance n’existe plus, l’amour existe-t-il toujours ? Faut-il aimer en se plaçant à la place de l’autre ? Doit-on aimer en pensant d’abord à l’autre, plus qu’à soi-même ? Peut-être que si on pense d’abord à soi, ce n’est plus de l’amour. C’est quoi l’amour ? Mon voisin vient de se calmer. Une heure après ! Je vais fumer. Je reviens. C’est marrant comme on s’arrange avec la réalité, pour paraître mieux a soi-même, pour avoir la conscience tranquille, pour être momentanément en paix. Drôle ! Pathétique ! Affligeant ! Eh ouais ! On oublie un élément, on laisse de coté volontairement, tout en se persuadant que nous ne l’avons pas fait intentionnellement, un détail. On traficote les souvenirs pour qu’ils collent à ce qui nous arrange le mieux. C’est quoi l’amour ? Je ne le connais pas. J’ai cru le connaitre. Tout ce que j’ai connu c’est un marchandage avec la réalité. C’est quoi le bonheur ? C’est le contraire de la souffrance. Tout ce qui est positif se définit nécessairement par son opposé négatif. Là je ne suis pas tout à fait certain ! Quoique. Je ne connais pas un sentiment qui ne possède pas d’opposé. Bon ! Bref ! Tout ceci ne fait pas avancer mon schmilblick. Arrêt sur image au 9 décembre 2012 à minuit 53 ! Je veux quoi ? Faut-il revenir en arrière ? Se (re)passer le film du passé dans sa tête ? Je l’ai fait. A part des larmes, je ne sais pas encore ce que j’en ai tiré. Une déformation de ce qui à été, avec mon unique point de vue et les défaillances de ma mémoire et surtout personne pour me contredire. La grande classe ! Pour un mec qui se respecte, c’est amusant. Le respect. Parlons du respect. J’aime le respect. C’est une des valeurs que j’affectionne le plus. Avec l’amour, l’amitié, l’honnêteté, l’harmonie, et tout ce qui va avec. Mais quand j’y pense, j’ai détesté, j’ai été un enfoiré, j’ai menti, j’ai semé la pagaille. Tout ceci dans le respect ! Dans le respect de qui ? Certainement pas dans le respect de moi-même, puisque je suis amour, amitié, honnêteté et harmonie. Heureusement que le voisin m’a empêché de m’endormir. Je vais ptet aller trinquer un verre avec lui Il est une heure du matin. Quelqu’un m’aime. Sûrement que quelqu’un m’aime. Mais est-ce la bonne personne ? Est-ce que je l’aime en retour ? Encore ces putains de questions à la con. J’écris souvent « putain ». Je dois penser que ça fait classe. Ah oui, le passé nous sert à nous éviter de faire les mêmes erreurs. A moins de se retrouver dans une situation strictement identique, même personnes, même ambiance, même état d’esprit, …, je ne vois pas comment. A partir du moment où ce n’est pas mathématique cela ne sert à rien. Bien au contraire ! Il nous pourrit la vie. Faut-il l’oublier pour autant ? Faut-il l’oublier même s’il a été quelque fois douloureux ? Ben non. Il fait partie de nous et c’est ce passé heureux ou malheureux qui a fait que nous en somme là aujourd’hui ! Alors il nous sert à quoi, si ce n’est à se souvenir de lui ? La réponse … ma réponse … après une courte pause … une cigarette Le passé nous sert d’excuse. Il nous sert à continuer à foirer notre vie et par la même occasion celle des autres. Voilà à quoi il nous sert. Il nous sert aussi à se dire que parfois ce n’était pas notre faute. Mais ce n’est la faute de personne. C’est comme ça. Ou plutôt, c’était comme ça. Et aujourd’hui il peut en être autrement. Parfois la réalité est trompeuse. Et l’œil trompe plus que le cœur ? Pas mal ! En fait non. Je suis sorti fumer une cigarette sur le balcon, pseudo-balcon, j’habite au rez-de-chaussée et à une fenêtre j’ai aperçu une fille je crois et près d’elle un bébé. Un bébé ? Pas couché à cette heure-ci ? Où c’était ptet un chat. Ou un chien ? Et là l’imagination entre en action. Ah l’imagination ! L’imagination combinée au passé ! Cocktail explosif pour peut être vous faire rater votre vie. Il est tard … je vais enfin me coucher … demain est un autre jour ! To be continued …
  12. le merle

    l'angoisse

    bonjour alors , qu'en pensez vous ? max wever fixa sa lunette grossissante sur son oeil unique . puis , aprés avoir craché sur le sol , il grommela . des indiens , peut-ètre des comanches ? jakson frissona , quelque gouttes se sueur perlait sur son front tané de vieux briscar . - des comanches ? que font-ils ici ? ,il sont trés loin de leurs territoire . oui , reprit weber , il sont loin de chez eux , mais nous , nous somme en danger . jakson caressa la crosse de son colt pour se rassurer , çe n'était pas un couar, mais là , il comprenait que la mort rodais dans le coin . weber glissa sa lunette dans sa ceinture en peau de cerf . jakson le tira par sa manche d'un geste nerveux et impatient . alors , que faut-il faire ? et si ont essayaient de parlementer avec eux ? weber se dégagea , agaçé par la perte de sang froid de jakson . - parlementer ? c'est commanches sont un partis de chasse ...aux scalps . ils ne nous laisseront pas nous échapper , ils sont au moin deux cents et nous , à peine cent , dont 30 femmes et 20 enfants . jakson repris ses esprits , il n'était pas une fillette ,il avait prit le commandement de çe convois de pionniers en route sur la piste de santa fé depuis déja trois mois . il se sentait responsable de ses pauvres gens qui avaient tout quittés pour une nouvelle vie dans un autre lieu et , un autre destin qui était le leurs dans les rue crasseuse d'une petite ville de province dans le missouri . bon , nous n'avons plus de temps à perdre ,il faut mettre les chariots en cercle vite fait .joignant le geste à la parole ,jakson hurla ses ordres à qui pouvait les entendre . les pionniers , comme un seul homme , exécutèrent aussitot avec une certaine hàte les ordre impératif de jakson . une heure s'écoula , lentement , la nuit allait tombé bientot . les chariots des pionniers formaient un cercle presque parfait . une dizaines d'homme armés, couchés à coté des roues , guettaient avec anxiétée les mouvements des hordes de commanches dont les peintures de guerre, sur leurs visages ne présagait rien de bon . quelques bébés pleuraient réclament leurs biberon qui serrait peut-ètre le dernier ? weber ,vieux coureur des bois depuit toujours , rejoind jakson . - reposont nous,je ne croit pas qu'ils attaqueront cette nuit , car ils ont peur des esprits de la nuit , mais demain matin ... ceçi est une fiction bonne soirée
  13. Bast19

    A vous de me dire :

    http://le-crepuscule-de-l-aube.blogspot.com/ Tout est dans le sondage, voici mon blog, avec le début d'une fiction, selon vous, dois-je continuer ? Tout commentaire, positifs ou négatif et le bienvenue.
  14. Bonjour internautes de ForumFr Oui, c'est encore moi Cette fois c'est pour la troisième partie de mon récit fictif narrant l'apparition d'un phénomène inexpliqué... Synopsis de ce récit : Frannie, une jeune femme témoin d'un changement spectaculaire survenu au cours de la nuit, se retrouve embarquée dans un combat face à la Santé Publique et au monde médical / scientifique... Noob en cuisine : La fin des certitudes Vous me direz... quel rapport avec la cuisine ? aucun... strictement aucun... A vrai dire, ce site de cuisine m'a permis de découvrir que j'aimais écrire... après on ne s'improvise pas rédacteur agréable à lire du jour au lendemain... Je n'ai pas le talent de nombreuses personnes dans ce domaine. Mais j'aime ça, ça me fait plaisir donc... j'écris, tout bêtement Parfois un récit lié à la cuisine me tente, à d'autres moments ce sera une pure fiction... comme c'est le cas en ce moment Ce n'est pas très cohérent tout ça, je vous l'accorde... mais bon, c'est un peu moi finalement Bonne journée Fred
×