Aller au contenu

Rechercher dans la communauté: Affichage des résultats pour les étiquettes 'chambre'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Merci de saisir les tags en les séparant par des virgules. Les tags permettent de retrouver rapidement un sujet. Indiquez les mots clefs important pour votre sujet.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Membres
    • Bienvenue
    • Trombinoscope
    • Près de chez vous
    • Célébrations
  • Actu et Débats
    • France
    • International
    • Société
    • Politique
    • Environnement
    • Economie
    • Sciences
    • Religion et Culte
    • People
    • Insolites
    • Actualités - Divers
  • Quotidien
    • Quotidien
    • Emploi
    • Amour et Séduction
    • Sexualité
    • Education et Famille
    • Santé
    • Etudes
    • Droits
    • Beauté - Mode
    • Animaux
    • Adozone
    • Aide aux devoirs
    • Inclassables
  • Culture
    • Cinéma
    • Arts et Artistes
    • Photographie
    • Philosophie
    • Musiques
    • Littérature
    • Histoire
    • Mangas
    • Théâtre
    • Langue française
  • Loisirs
    • Cuisine
    • Télévision
    • Séries
    • Chasse & Pêche
    • Voyages
    • Animés et Mangas
    • Auto - Moto
    • Jardinage
    • Bricolage et Déco
    • Esotérisme & Paranormal
    • Autres Loisirs
  • Informatique
    • Tutoriels
    • Hardware
    • Windows
    • Linux & Unix
    • Apple
    • Mobiles
    • Internet
    • Informatique - Divers
  • Jeux Vidéo
    • Central Jeux Vidéo
    • Jeux Online
    • PC
    • Xbox
    • PS3 / PS4
    • PSP / PS Vita
    • Wii / Switch
    • DS / 3DS
    • Jeux Mobile
    • Rétrogaming
  • Sports
    • Central Sports
    • Football
    • Rugby
    • Tennis
    • Basket
    • Sports Auto Moto
    • Sports de combat
    • Hand - Volley
    • Sports Extrêmes
    • Sports - Divers
  • ForumFr
    • Annonces
    • Aide et Suggestions
    • Recrutement
  • Sujets de Test Club
  • Deuxième forum de Test Club

Blogs

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Calendriers

  • Community Calendar
  • Évènements de Test Club

Catégories

  • Actualité
  • Humour
  • Cinéma
  • Sports
  • Musique
  • Divers
  • Vidéos de Test Club

Catégories

  • Actualité
  • Cinéma
  • Sports
  • Musique
  • Jeux vidéo
  • Langue Française
  • Histoire
  • People
  • Divers

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Twitter


Google+


Jabber


Skype


Website URL


Lieu


Intérêts

22 résultats trouvés

  1. Andrea

    Refaire ma chambre !

    Je passe beaucoup de temps dans ma chambre et je trouve qu’il manque quelque chose. J’aimerais donc créer un espace qui me permettra de travailler et de me détendre aussi. Vous auriez des suggestions ?
  2. Bonjour. J'accueille des amis en septembre et j'aimerai bien donner un nouveau coup d'oeil à la chambre. Que me proposez-vous ? Pas cher, car je n'ai pas un gros budget...
  3. Après des lustres, je pense qu'il est temps pour moi de changer la déco de ma chambre, LOL. Malheureusement, avec mes économies, ce sera un peu difficile de tout compléter Avez-vous des idées de financement s'il vous plaît ?
  4. Bonjour [center]L'affaire de la séquestrée de Poitiers[/center] C'est une affaire qui bouleversa la France au tout début du XX° siècle. Le 23 mai 1901, à Poitiers, un commissaire de police entre chez une dame de la bourgeoisie demeurant au 21 rue de la Visitation sur ordre du procureur général de la ville, ce dernier ayant reçu une lettre anonyme lui disant qu'elle retenait sa fille prisonnière depuis 25 ans. Voici ce que découvre le commissaire dans une chambre au deuxième étage de cet hôtel particulier : une femme de 52 ans, entièrement nue, squelettique, gisant sur un lit sans draps au milieu d'immondices et de restes de nourriture, le tout dans une puanteur épouvantable. Il s'agit bien de Blanche Monnier, la fille de la maîtresse de céans. La malheureuse est conduite sur une civière à l'hôpital de l'Hôtel Dieu, sa mère, la très respectée Henriette Monnier, arrêtée sur-le-champ, tout comme le frère. Le scandale éclate de façon retentissante : les journalistes investissent Poitiers par centaines, une photographie de la victime dans l'état épouvantable où elle a été découverte choque et scandalise la France entière, dans un contexte social où la République s'assoit véritablement à l'échelle nationale un peu plus de 50 ans après la révolution de 1848 . Mais comment tout cela a-t-il pu commencer ? La victime, Blanche Monnier, est née en 1849, un an après la révolution citée précédemment. Ses parents sont des catholiques et royalistes convaincus : le père Louis Monnier est l'ancien précepteur du fils de Napoléon III. Sa fille n'a alors que 20 ans lorsque ce dernier brigue le poste de doyen de la faculté de Poitiers. Louis Monnier et son épouse Henriette partent donc s'installer à Paris le temps qu'il fasse sa thèse. Quant à Blanche, laissée aux bons soins son aïeule, elle reste à Poitiers chez ses grands-parents. Commencent alors pour elle une vie de bonheur qui va durer treize ans. Sa grand-mère -Laetitia- est une femme au grand cœur, très ouverte d'esprit, passionnée par les procès criminels. Elle se rend régulièrement au palais de justice pour y assister aux débats. Elle y emmène Blanche évidemment, et c'est là que l'adolescente va peu à peu tomber amoureuse pour un jeune et bel avocat de 26 ans, lui-même fils de brillant avocat : Gilles Lomet. Quatre ans passent, Blanche est devenue une jolie jeune femme. Bien que l'avocat l'ait remarquée, c'est quand même elle qui fera le premier pas en lui parlant un beau jour, en le croisant dans la salle des pas perdus du palais de justice, d'un bal d'inauguration : celui de la nouvelle préfecture de la ville. L'avocat a alors trente ans, et se rend au bal. C'est le coup de foudre entre les deux jeunes gens. Laetitia, la grand-mère, trouve cela formidable : les amoureux ont sa bénédiction, et continuent à se voir très souvent. Jusqu'au jour où les parents de Blanche reviennent de Paris, suite à une vague d'attentats anarchistes qui leur fait regretter le calme poitevin. Gilles Lomet se décide à aller demander sa main auprès d'eux, mais lorsque ceux-ci, outragés, apprennent sa liaison avec lui, un protestant et républicain acharné, c'est le drame : ils lui interdisent purement et simplement de fréquenter cet individu totalement infréquentable à leurs yeux. L'avocat ne se décourage pas : il leur écrit une lettre des plus émouvantes, dans laquelle il clame son amour sincère pour Blanche, promettant de la rendre heureuse, et précisant qu'il n'attend pas de dot. La réponse de Monnier père ne se fait pas attendre : "Veuillez cesser de nous importuner. Ma réponse est non et sera toujours non !". Le temps passe, et la fortune ne tourne pas dans le sens de la pauvre Blanche. Ses grands-parents décèdent les uns après les autres, puis vient le tour de son père, et enfin son frère, qui s'entend mal avec leur mère, préfère s'en aller vivre plus loin. Elle se retrouve par conséquent seule avec sa mère, Henriette, une femme au coeur sec, obtuse, imbue d'elle-même, despotique, manipulatrice et avare au-delà de tout. Plus que jamais elle voue une haine viscérale aux républicains depuis que feu son époux a été destitué de son doyenné de la faculté quand la République s'est mise à placer des doyens républicains, ce qui valut également à son fils de perdre son poste de sous-préfet pour les mêmes raisons. Elle ne veut donc plus entendre parler de ce Gilles Lomet, et considère l'amour de sa fille pour lui comme une maladie. Pis : c'est le diable qui s'est emparé de son coeur à son regard. Au point qu'elle fasse venir un exorciste. Blanche sera à cette occasion battue, fouettée, violentée par des moines. Mais le calvaire de cette jeune fille ne fait que commencer. Sa mère parvient à lui extorquer sa fortune en la trainant chez un notaire afin de lui faire signer une procuration. Elle lui interdit de voir Lomet, et lui interdit de sortir de sa demeure pour s'assurer qu'il n'en sera rien. Or voici qu'un jour, elle s'aperçoit que sa fille lance des messages désespérés par-dessus le mur du jardin dans l'espoir que des gens les portent à celui qu'elle n'a pas cessé d'aimer. Henriette fait aussitôt appel à un menuisier pour qu'il cadenasse les volets de sa chambre, où elle l'enferme. C'est le début de la réclusion. Une fois seulement, comme la jeune femme persiste à envoyer des messages, mais par les inserstices de ses volets, elle l'emmènera dehors pour lui montrer, de loin, une scène de mariage. "Regarde le mariage là-bas, lui dit-elle. C'est Gilles, il t'a oubliée. Il se marie avec une autre.". Tout était faux en vérité : Gilles Lomet ne s'est en réalité jamais marié de sa vie. Les domestiques protestent devant tant de cruauté. Henriette, pour gagner leur silence (un silence qui durera 25 ans) menace de les renvoyer sans certificat de travail, ce qui signifie pour elles de ne plus pouvoir trouver d'emploi et se retrouver sans ressources. Blanche se révolte bien parfois, mais pour la punir, avec l'aide de sa domesticité, sa mère lui fait prendre de longs bains d'eau glacée, même en plein hiver, en lui maintenant la tête sous l'eau. La martyre est de surcroît attachée sur son lit dans une chambre calfeutrée et insonorisée au possible. Pour l'empêcher de crier, elle est droguée à l'éther et au laudanum, prescrit par un médecin ami d'Henriette Monnier. Un médecin complice qui pas une seule fois ne demandera à voir Blanche et n'entrera dans sa chambre-geôle, se contentant d'écouter sa mère la prétendant folle et lui fournissant des drogues. Le frère tentera bien de faire fléchir sa mère, malheureusement il dépend totalement des pensions qu'elle lui verse depuis sa destitution. Pour le faire taire définitivement, et pour quelques réflexions de trop, elle le destitue d'une partie de son héritage. Et les voisins dans tout ça ? Oui, bien sûr, ils ont entendu crier par moments. Seulement, Henriette Monnier a tout leur respect et toute leur confiance : ils la considèrent comme une femme admirable, ne voulant voir en elle que la bonne paroissienne faisant ses vêpres et son salut, et payant grassement l'évêque. Ils n'ont jamais mis en doute ses allégations quant à la folie de sa fille. Le calvaire de Blanche prend fin après que sa bonne attitrée -Emilie-, si l'on peut la qualifier ainsi puisqu'elle ne prenait même pas le soin de la coiffer, de la laver, de faire le ménage dans sa chambre et de l'alimenter correctement, décède. Sa remplaçante nouvellement embauchée, Prudence, une épouse de militaire gradé, osera entrer dans la chambre interdite et tout avouer à quelqu'un. Un quelqu'un qui enverra la fameuse lettre anonyme au procureur, mettant ainsi un terme aux 25 ans d'emprisonnement et de souffrance de Blanche. Une perquisition a lieu après sa libération, dans l'hôtel particulier d'Henriette Monnier. Un coffre rempli d'or y est découvert. Elle et son fils sont menés le soir même de la triste découverte en prison. Le procès ne tarde pas : 100 témoins y assisteront, et c'est une foule agressive et révoltée qui les attendra au palais de justice à leur arrivée. Henriette Monnier, alors âgée de 76 ans, ne se laisse cependant pas aller en prison : elle s'y fait servir ses plats préférés, déguste du poulet aux petits pois que lui fait parvenir l'Hôtel de France. On dit qu'elle se laissera volontairement mourir au bout de 15 jours d'incarcération, sachant qu'elle allait passer en procès. Le frère, condamné à 15 mois de prison, fait appel et est finalement acquitté. La notion de non-assistance à personne en danger n'existe pas à l'époque, et la cour, de ce fait, n'a pas la loi pour elle. Cette affaire lui donnera cependant à réfléchir. Gilles Lomet ne put assister à tout cela, puisque mort depuis quelques années déjà. Blanche Monnier récupère l'usage de la parole à l'hôpital, ainsi que dix kilos de plus (ce qui ne représentait malgré tout que 35 petits kilos, puisqu'elle qui n'en pesait plus que 25 quand on la trouva). Elle finit ses jours 10 ans après dans une maison de repos, l'hospice de Blois. L'abbé de Mondion, aumônier de l'hôpital de l'Hôtel-Dieu, tint ces propos au sujet de cette affaire : "J'ai dit et je répète que ceux qui ont laissé une inconnue, une fille ou une soeur dans l'état pitoyable où se trouvait mademoiselle Blanche en entrant à l'hôpital sont des criminels, d'autant plus que la victime est douce, sage et tranquille". ******************************************************************************************************************************************************* Pour en savoir plus, ainsi qu'un livre : La Séquestrée de Poitiers de Viviane Janouin-Benanti (Edition L'àpart).
  5. bonjour, je voyage depuis un certain nombre d'années et à chaque fois je me pose la question de l'attribution des chambres dans un hôtel. il est indéniable qu'il y en a qui sont mieux positionnées que d'autres ( ceci pour la même catégorie ) comment ces chambres sont elles attribuées ? qui fait le choix de tel ou tel emplacement ? pour ma part je n'ai jamais eu à subir des emplacements pas vraiment extra ( près des cuisines, du ou des restaurants, de la boite de nuit, des livraisons, loin de tout etc ..) j'ai bien souvent été très bien placé ( voir idéalement ).....mais pourquoi ( chance ) ou par quel mécanisme ( passage systématique par une agence de voyage réelle) ? mais par pure curiosité, j'aimerai en avoir l'explication. si quelqu'un travaillant pour une agence, ou un tour opérateur pouvait m'éclairer .... bonne journée et je croise les doigts pour le prochain voyage.
  6. Eevy Black Cat

    Peur de dormir

    Bonsoir à tous, je profite du contexte parfait pour vous parler d'une peur que j'ai depuis toute petite. A moins d'être excessivement fatiguée, l'idée d'aller me coucher me terrifie. Uniquement la nuit. Le jour, si j'ai besoin de faire une sieste (ce qui est rare) je parviens à m'endormir paisiblement. Enfant je faisais beaucoup de cauchemars et j'étais toujours angoissée par le fait qu'on ne soit pas parfaitement conscient du moment précis où l'on s'endort. Dès que j'éteignais la lumière j'avais des angoisses de mort. J'ai toujours mis minimum deux heures à m'endormir à partir du moment où je me couche, heures pendant lesquelles je n'ai aucune pensée agréable (doux euphémisme) à moins d'être en compagnie de quelqu'un (et encore, pas toujours). Aller me coucher est un vrai calvaire. Je me tiens éveillée jusqu'à ce que je tombe littéralement de sommeil. Lorsque je passe une soirée avec un ou des amis, je redoute toujours le moment où ils décideront d'aller se coucher et lorsque l'un deux lance un truc du genre "je vais pas la faire tard" ou "je commence à fatiguer" mon coeur fait un bond phénoménal dans ma poitrine. Au lycée c'était un véritable problème. Je séchais régulièrement les cours pour dormir la journée. J'ai pris un traitement pendant deux ans, mais même s'il m'a permis de dormir plus facilement, l'appréhension était toujours là. Quand je suis entrée aux beaux arts, la charge de travail m'a obligée à faire une ou deux nuits blanches par semaine ce qui a arrangé mes angoisses mais a complètement déréglé mon sommeil. J'ai essayé de faire des efforts, j'ai mis ces problèmes de sommeil sur le compte de l'ordinateur et de la console de jeu et ai donc décidé de m'en séparer un moment, mais l'angoisse est si présente que je trouve toujours une occupation pour la pallier. Je dessine la nuit, je regarde des films, lis des livres et en plus de tuer mes angoisses ces activités nocturnes sont pour moi un véritable plaisir ce qui m'aide encore moins pour retrouver un rythme de sommeil correct. Je suis obligée d'attendre une fatigue extrême (qui survient en milieu de matinée après une nuit blanche en général) pour m'effondrer pendant 5 ou 6 heures. Quand je me réveille, je me sens une loque. Je prend des résolutions et le soir même rien que la vision de mon lit me donne des sueurs froides. Je dors le jour dans la chambre d'amis, l'idée que ça ne soit pas "ma chambre" me permet d'écarter le contexte du sommeil et donc de rester calme. En gros, même si je suis physiquement fatiguée, tant que je suis intellectuellement lucide il est impossible pour moi de m'endormir. Certains vont hurler mais une solution que j'ai trouvée est de fumer un joint avant d'aller au lit, la fatigue intellectuelle survient très vite et mes angoisses s'envolent. En plus je me réveille assez en forme. Mais il est hors de question pour moi de faire ça tous les soirs, pour des questions de budget d'une part, et de santé d'autre part. Enfin voilà. Présentement je suis dans la chambre d'amis toutes lumières allumées et je m'occupe. Ça me plait. Seulement je ne sais pas comment va se terminer cette nuit, quand le sommeil me prendra ni dans quel état je vais me réveiller. Si vous vivez vous aussi cette peur de dormir ça me ferait plaisir d'en discuter avec vous et si vous avez des solutions, de préférence non médicamenteuses (j'aimerai apprendre a faire du sommeil un plaisir) je suis toute ouïe (et sans doute pendant le reste de la nuit).
  7. Bonjour à tous ! Tout d'abord, depuis que je suis toute petite, j'ai l'impression de sentir quelque chose dans ma chambre, ou plutôt quelqu'un. Toujours au même endroit, d'ailleurs je le sens encore. C'est souvent la nuit, j'entends un souffle près de mon oreille (plusieurs fois je me suis dis que c'était une sorte de courant d'air, même si ma porte et ma fenêtre sont fermés), une main qui prends la mienne, ça je l'ai bien sentie, ou même une voix, j'ai entendu des enfants rires dans ma chambre une fois, je peux vous dire que j'ai flippé. Mais il y a toujours cette présence dans le coin de ma chambre (un coin assez sombre, tout près de mon placard). Je n'ai jamais eu la sensation que cette présence me voulait du mal, sinon se serait déjà fait (même si je crois pas trop au paranormal, mais après tout; la science ne peu pas tout expliquer). Et maintenant je la ressens quand je suis toute seule, ailleurs que dans ma chambre, comme si elle me suivait, ça m'arrive aussi dans ma chambre d'entendre des bruits de pas, mais on dirait que c'est un animal, un chien ou un chat qui passe... C'est très compliqué, mais je me demandais, si vous aviez la même chose ? Ou si j'étais tout simplement folle ? ^^ Et je suis sur à 100% que ma maison n'a pas été construite sur un terrain maudit ou autre, et ma maison n'est pas hantée. (J'ai eu des décès dans ma famille étant jeune, mais je ne me rappelle pas avoir été proche avec les défunts, et sinon 5 chats à moi sont mort écrasés en bas de ma route... Et 2 se sont fait piquer à cause de maladies qui les faisaient souffrir...) Sinon je pense faire un nouveau sujet sur les rêves... Car je fais pleins de rêves bizarres, et quand je les racontes, les gens restent bouches bée en me disant "tu as de l'imagination..." ^^ Voilà, à vos claviers !
  8. Bonjour, Je voudrais refaire ma chambre, mais j'ai des meubles en pains que je ne peux pas changer. J'aimerais donc savoir qu'est ce que je pourrais mettre comme couleurs sur les murs et comme décorations, pour que ça rende bien. Merci d'avance. :)
  9. Dormir séparé stimulerait le désir Jeudi 19 janvier - 19:02 Faire chambre à part améliorerait la qualité du sommeil tout en boostant la vie sexuelle. Passer la nuit à côté de son conjoint ou de sa conjointe n'est pas de tout repos: on doit endurer ses ronflements et ses mouvements dans le lit. La solution serait de dormir dans des couches séparées. Le «Daily Mail» a interiewé plusieurs couples qui le font, et ils sont unanimes: cela améliore leur quotidien et leur sommeil. [...] Enfin, avoir chacun sa propre chambre booste la vie sexuelle. «On fait l'amour quand et où on a envie. Le sexe en dehors du lit conjugal est beaucoup plus excitant», confie une jeune mariée britannique. Denise Knowles acquiesce: «Une chambre séparée peut augmenter le désir des deux partenaires. C'est comme s'ils revenaient à l'époque où ils se fréquentaient avant de vivre ensemble. Faire l'amour chez l'autre et revenir chez soi, c'est excitant.» Suite de l'article... Source: 20 Minutes Online
  10. Bonjour à tous et à toutes. Je poste ce topic, car depuis quelques jours, je m'installe petit à petit chez mon père. J'y amène du linge ect... J'ai une demie soeur qui va partir à l'étranger pendant quelques mois, et je prendrais sa chambre. C'est quelque chose qui me fait un peu peur, car quand j'étais plus jeune, j'ai vécu dans différentes familles. D'abords chez une tante pendant 10 ans, (de 4 à 14 ans) et ensuite dans une famille d'accueille pendant 6 mois (à 14 ans). Je suis revenu vivre chez ma mère à l'âge de 15 ans. Malheuresement, avant de revenir chez ma mère, les choses ne sont sont pas bien passées chez ma tante et en famille d'accueille. A cette époque je passais mon temps à fuguer des domiciles, où je vivais. J'avais envi d'être libre de tout (les contraintes familiales, les conflits, la routine). Bref, j'ai actuellement 23 ans, et je m'apprête à réitérer l'expérience de vivre ailleurs que chez ma mère mais cette fois-ci pour me poser quelques temps chez mon père. Et voilà le contexte : J'ai connu la famille de mon père à l'âge de 17 ans. A certaines périodes, je venais lui rendre visite régulièrement chaque week end, et je m'entends très bien avec ses enfants. Mon père m'a dit que je pouvais venir quand je voulais et que ça lui faisait même plaisir de me voir. Et comme je m'entends bien avec les enfants de sa femme, elle m'accueille comme son propre enfant. Cependant, vu l'expérience que j'ai eu dans les 2 autres familles, j'ai tout de même une appréhension sur le déroulement de l'ambiance qui se mettra en place... Et pour être franc, cela me fait peur.
  11. Abcsbis

    APL

    Bonjour Voilà je suis étudiant, bientôt 21 ans j'ai un frère et une sœur plus petits que moi , j'ai une chambre crous mais l'année prochaine j'aimerai prendre un studio vue que j'en ai pour encore au moins 5ans d'études. Je voulais savoir si je faisais une demande d' APL après mes 21 ans (au moment ou mes parents ne l'auront plus pour moi) est ce que je compterai encore dans la part d'impôt de mes parents et est ce que mon frère et ma sœur auront aussi les apl Merci
  12. Invité

    Problème de télé

    Voilà j'aimerais m'acheter une télé mais une toute petite, pour l'installer dans ma chambre le problème c'est que je n'ai pas de prise télé, donc comment faire car j'ai seulement des simple prise !
  13. Coucou, en faite je sors avec un mec depuis un peux plus d'une semaine se n'est pas la première fois que l'on sors ensemble c'est la deuxième, mais on se dis bonjours en s'embrassant on se fais des câlin et tout mais .. On ne se parle pas beaucoup mais vraiment pas beaucoup, il a un ans de plus que moi et nous somme dans le même collège, on se demander juste se qu'on a comme cour après et tout .. On se parle pas vraiment un jours il étais venu chez moi et on est aller dans ma chambre on ne ses pas parler de toute l'après midi .. J'ai vraiment besoin d'aide la .. Je ne sais pas quoi dire quand il est la .. J'aimerais qu'on parle comme un vrai couple .. On est timide mais bon on est un couple quand même ..
  14. Bonjour, Bonsoir !!! Un sujet m'a mis la puce à l'oreille :D Trouvez vous normal qu'un enfant ait la télé dans sa chambre ? Vos bambins, si vous en avez, ont-ils la télé dans leur chambre ? A partir de quel âge accepteriez vous que votre enfant ait la télé dans sa chambre ? (pas le vôtre d'âge hein, celui de l'enfant :p )
  15. Bien le bonjour ! Vu le titre je pense que vous vous doutez de la question que je vais poser... Il se trouve que chez moi la porte de ma chambre n'a pas de poignée et est coulissante en plus de ça ! Je cherche à la bloquer pas à cause d'un manque d'intimité ou autre mais pour une raison très simple: mon demi frère (remariage de nos mères, on n'a aucun lien de sang) est une ordure complète ! il avait était viré de la maison après des années littéralement insupportables ! je vous passe les détailles.... Ma belle mère (sa mère donc) a toujours refusé que je mette un cadenas à ma chambre et pourtant son fils vole. Il vole clairement des choses dans ma chambre ou toute la maison comme si c'était un simple entrepos en libre service... J'ai des preuves qu'il a déjà volé (pas qu'une fois) dans ma chambre aussi. Aujourd'hui il est revenue pour une semaine entière ! (alala, le bac...) et j'ai pas envie de faire l’ermite toute la semaine pour protéger mes biens.... Donc voilà, je suis preneuse de toute idée ! (même les plus farfelues xD) et merci d'avance de m'aider à régler ça... Ah oui ! je voudrais la bloquer de l'extérieur de préférence...
  16. Donc voila j'aimerais avoir comme style de chambre un style londonien ( british ) mais je suis a court d'idée . Pouvez vous m'en dire un peu plus pour que ma chambe soit réussie ????
  17. Bonjour, 29 septembre 1902, Emile Zola et son épouse sont retrouvés asphyxiés. Accident ou meurtre ? Officiellement, le feu couvant dans l'âtre aurait émis de l'oxyde de carbone. Mais quelqu'un a-t-il délibérément obstrué le conduit ? Lundi 29 septembre 1902. Le valet de chambre d'Émile Zola fait les cent pas dans le salon. L'heure défile, 8 heures, 8 h 15, 8 h 30... et toujours pas de mouvement dans la chambre des patrons. Mais que font-ils ? Joueraient-ils à touche-pipi à leur âge ? D'ordinaire, monsieur et madame Zola se lèvent tôt. Ce n'est pas de chance, voilà qu'ils choisissent de faire la grasse matinée justement le jour où des fumistes sont attendus pour vérifier le conduit de la cheminée. La veille au soir, M. et Mme Zola sont rentrés à leur appartement parisien après l'été passé à leur maison de campagne de Médan. En tout cas, ce n'est pas le voyage en train qui a pu les épuiser, car leur propriété est proche de la capitale, dans les Yvelines. Neuf heures sonnent et toujours pas un bruit. Jules Delahalle commence à s'inquiéter. Il frappe à la porte de la chambre avec insistance, pas de réponse. On se croirait à la permanence paloise de François Bayrou. Ni une ni deux, avec deux autres domestiques, Jules défonce la porte pour découvrir... deux corps inanimés. Madame Zola gisant sur le lit ; monsieur Zola, immobile sur le tapis, au milieu de ses déjections. Sapristi ! Prévenu par les domestiques, le docteur Lenormand est le premier à débarquer dare-dare. Il se penche sur Alexandrine. Elle respire encore ! Mais avec grande difficulté. Aidé de son confrère Bermann arrivé à son tour, Lenormand réussit à la ranimer. Les voilà maintenant en train de s'affairer autour de Zola allongé dans son vomi. Ils s'acharnent, en vain. À 10 heures, il n'y a plus rien à faire. L'immense Émile Zola est mort, à 62 ans. Aussi mort que l'écologie politique aux yeux de Noël Mamère... Encore inconsciente, Alexandrine est transférée à la maison de santé de Neuilly. La nouvelle du décès de l'écrivain fait le tour du monde en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Fantasme Il faut avouer que l'écrivain est fichtrement célèbre. Il est devenu un des hommes les plus admirés de France après la publication des Rougon-Macquart. Mais c'est également un polémiste détesté. Son "J'accuse" à la une de L'Aurore pour défendre Dreyfus en janvier 1898 avait déclenché une haine intense contre lui, le premier écrivain non juif à se battre avec ténacité contre l'antisémitisme ! Sa lettre ouverte au président de la République de l'époque lui vaut une condamnation par un tribunal, des tentatives d'attentat contre lui, des menaces de mort, des lettres haineuses par centaines. Il devient le "métèque apatride", le "sale cochon", le "vendu aux Juifs", en quelque sorte, l'homme à abattre pour les anti-dreyfusards... Pire qu'un Rom... Bref, sa mort ne laisse surtout pas indifférent. Soit on verse des larmes, soit on verse du champagne, mais dans les deux cas, on ne peut pas s'empêcher de fantasmer sur sa disparition. Une mort idiote par asphyxie à l'oxyde de carbone ? Pas possible. C'est plutôt un assassinat ! Reprenons les faits. Le 28 septembre, Émile et Alexandrine Zola rentrent à Paris après leur séjour annuel dans leur "cage à lapins" de Médan, en bord de Seine. Jules Delahalle, leur fidèle valet, les a précédés de quelques heures pour préparer leur appartement parisien. Pas de bol, le temps est plutôt mauvais, il fait frisquet et humide. Qu'à cela ne tienne, Jules allume un petit feu dans la chambre de ses maîtres en utilisant des boulets Bernot (du charbon). C'est moins efficace que des bûches, mais les Zola sont un peu radins, surtout madame. En quelques secondes, la pièce est envahie par une épaisse fumée. Flûte ! Voilà que cette cheminée, qui tirait à merveille avant l'été, fait des siennes. Tant pis pour le feu. Jules referme la trappe de la cheminée pour l'éteindre, ouvre la fenêtre pour aérer. Lorsque le couple arrive à pied de la gare Saint-Lazare, le valet raconte ses déboires fumants à Alexandrine, qui lui demande de ne surtout pas rallumer la cheminée et de prévenir les fumistes de passer dès le lendemain. Pendant la nuit, Alexandrine se trouve incommodée. Un violent mal de tête la réveille, elle se plaint de vives douleurs abdominales. Elle se lève, va jusqu'au cabinet de toilette, manque de s'évanouir en regagnant son lit. Réveillé par les gémissements de son épouse, Émile Zola est, lui aussi, patraque, mais il estime que ce n'est pas la peine d'en faire tout un plat. Jusqu'aux chiens qui sont malades ! Sans doute ont-ils tous mangé quelque chose de pas frais. "Demain, nous serons guéris", lance-t-il à sa femme. Il ne va tout de même pas déranger les domestiques pour si peu, en pleine nuit. Ah, ces bonnes femmes, toujours à s'inquiéter pour rien ! Pour rien ? Quelques minutes plus tard, Émile se lève à son tour, il manque d'air. Il s'écroule avant de parvenir à ouvrir la fenêtre. Mais ce n'est pas du chiqué, l'écrivain gît sans connaissance sur le sol. Les Zola ne seront découverts qu'à 9 heures du matin par les domestiques. L'enquête menée tambour battant Quand le commissaire Cornette se pointe sur les lieux, à 10 h 20, une flopée de journalistes sont déjà sur place en train de harceler Mme Monnier, la concierge. Le policier prend l'affaire très au sérieux, car la victime est bien connue des services de police pour avoir fréquenté les lupanars à l'époque où il rédigeait Nana, mais surtout depuis sa croisade dreyfusarde. Le commissaire Maigret montre à son collègue une bouteille d'eau chloroformée à moitié vide sur la table de nuit. Tiens, tiens. Cornette conclut de prime abord à un "empoisonnement accidentel par médicaments". Quelle perspicacité ! Aussitôt, la presse s'empare de l'information pour suggérer un empoisonnement de Zola par sa femme ou encore un suicide. Le magazine Closer cherche désespérément dans ses archives une photo d'Alexandrine topless à Médan. En milieu de journée, le commissaire Cornette revient sur sa thèse en constatant que la cheminée est encore chaude. Une intoxication au gaz carbonique ou à l'oxyde de carbone ? Le docteur House arbore un grand sourire d'approbation... Effectivement, derrière le rideau métallique baissé par le valet la veille, les boulets ont continué à se consumer lentement. Probablement, des fumées nocives, inodores et invisibles se sont propagées dans la pièce. L'enquête est menée tambour battant. Le sang des victimes, chiens compris, est analysé au plus vite. Tous les échantillons présentent des quantités massives de monoxyde de carbone. Voilà donc le tueur ! Si Alexandrine et ses chiens ont survécu, c'est parce qu'ils étaient couchés sur le lit, à une hauteur où la concentration en gaz mortel était moindre. Autopsies, analyses, reconstitutions, enquêtes de voisinage, tout confirme, aux yeux de l'autorité, la thèse de l'accident. Pourtant, il y a de quoi se poser des questions. Lorsqu'une reconstitution à l'identique est réalisée avec des canaris et des cobayes, ces derniers restent en vie. Curieux. Manque-t-il un paramètre ? Et puis pourquoi cette cheminée qui tirait visiblement si bien avant l'été s'est-elle mise brutalement à fumer ? Les experts, encore une fois, évoquent la présence d'un bouchon de suif bloquant l'évacuation des fumées. Il se serait formé à cause des trépidations de la rue durant l'été. Toutes les cheminées voisines sont-elles bouchées de même ? Non. Lors de l'interrogatoire du voisinage, un inspecteur apprend que des couvreurs travaillaient sur les toits la veille du décès. L'un d'eux aurait-il obstrué la cheminée par mégarde ? Curieusement, la police coupe court à son enquête. Même si une lettre postée à Zola le jour du drame semble revendiquer sa mort, l'enquête se borne à conclure à une mort accidentelle. Visiblement, le gouvernement a voulu expédier l'affaire au plus vite pour ne pas raviver les braises de l'affaire Dreyfus. Aveu ? Crime parfait. Il faut attendre 1953 pour que Jean Bedel, journaliste à Libération, publie une série d'articles intitulée "Zola a-t-il été assassiné ?". Il a rencontré Pierre Hacquin, un pharmacien, qui lui affirme avoir connu l'assassin de Zola. Il s'agirait d'Henri Buronfosse, un entrepreneur fumiste qui lui aurait confié juste avant de mourir, en 1928, avoir bouché la cheminée de Zola le 28 septembre 1902 alors qu'il travaillait sur une cheminée voisine. Puis l'avoir débouchée le lendemain matin. Ni vu ni connu. Pourquoi l'aurait-il fait ? Parce qu'il appartenait à la Ligue des patriotes, créée par Déroulède, donc fervent nationaliste et anti-dreyfusard à mort. Buronfosse aurait voulu "enfumer le cochon". Celui-ci aurait déménagé en 1903 et ajouté le prénom Émile à son état civil : Henri-Émile Buronfosse. Provocation ? Remords ? Trophée de chasse ? Avant de mourir, le commissaire Cornette aurait confessé à un de ses proches : "Oui, Zola est mort dans des conditions très suspectes... Je crois que si on avait cherché davantage, on aurait découvert qu'il ne s'agissait peut-être pas tellement d'un accident ; mais à ce moment, la France sortait à peine de l'affaire Dreyfus. L'autorité supérieure ne tenait pas à avoir un autre sujet d'agitation." Nul ne sait si tout ça est vrai. En attendant, si Zola a réellement été assassiné, c'est un crime parfait.
  18. Bonjour à tous. L'un ou l'une d'entre vous aurait quelques idées pour décorer une chambre qui est vraiment très petite? (il y a la place pour un lit simple, un bureau et un meuble voire deux petits). Les couleurs principales seraient mauve et vert pomme mais mademoiselle voudrait des jeux de miroirs pour la luminosité (qui est relativement...Inexistante... --") De plus, il faudrait décorer dans les thèmes suivants: Musique (principalement chant, puis basse et batterie), dessin, danse orientale et écriture. (Pas difficile, celle ci... ><) Avez vous des idées pour respecter les critères sans en faire trop et du même coup, alourdir l'espace déjà réduit? Merci à vous.
  19. Bonjour, Ma mère entre très souvent dans ma chambre. Quand je suis à l 'intérieur elle tape mais entre meme si je dis que je suis occupée; et quand je n'y suis pas elle entre. Elle veut toujours ranger et j'en ai marre. Je veux trouver un moyen pour bloquer la porte. Quand je suis dans ma chambre, je dois tirer la porte pour qu'elle s'ouvre. la poignée est simple sans verrou(http://www.bricodepot.fr/files/img/350x620/90969.jpg). A l'extérieur il y a un crochet mais ça ne sert a rien puisque c'est a l'extérieur et ma mère peut le défaire t'ès facilement. Je me vois pas installer une serrure sur ma porte, mes parents ne seraient pas d'accord. Aidez moi, Merci
  20. dylan69

    Oiseau trouvé

    Bonsoir à tous j'ai trouvé un oiseau dans mon jardin , des que je m'approchais il ne partais pas , il est bléssé je pense il vole a 2 metres maximum (c'est un moineau) Je l'ai ramené dans ma chambre, que faire??
  21. dyhuddo

    chambre et santé

    Madame, Monsieur, Vous avez été invité à participer à un questionnaire traitant du bien-être et du sommeil. Les récentes études de l'INPES (Institut National de la Prévention et d'Education pour la Santé) ont montré qu'un Français sur trois affirme avoir des troubles du sommeil. Ce questionnaire est effectué dans le cadre du concours Campus Création, un concours d’innovation. Notre équipe est constituée d’élèves ingénieurs de l’ECAM Lyon et d’élèves en design de la Martinière Diderot. Notre projet est de créer un nouveau produit afin d’optimiser le sommeil de chacun Pour nous aider dans notre analyse, nous vous remercions de bien vouloir compléter le questionnaire suivant. Il ne vous prendra pas plus de deux minutes! https://docs.google.com/spreadsheet/viewform?fromEmail=true&formkey=dHJhUmlwWE9nb0VmaVBJS3NzMldRMEE6MQ Merci par avance, L'équipe Dyhuddo
  22. Une chambre connectée pour optimiser notre sommeil 08/01/14 Spécialisée dans l'Internet des objets, l'entreprise Withings a dévoilé au CES Aura, un dispositif connecté dont l'objectif est de rendre nos nuits plus douces et réparatrices. Lire la suite de l'article Source: http://lesclesdedemain.lemonde.fr/
×