Aller au contenu

Gérangère

Membre
  • Contenus

    90
  • Inscription

  • Dernière visite

1 abonné

À propos de Gérangère

  • Rang
    Forumeur en herbe

Informations Personnelles

  • Sexe
    Femme
  • Pays
  • Lieu
    Ile de France
  1. Gérangère

    Les plus beaux slows

    Merci JoGideon, mais sans vouloir te vexer, j'ai une préférence pour la version de Gainsbourg Un petit détour par le pays du Soleil Levant ? X-Japan : "Forever love" ... chanson d'adieu déchirante de ce groupe qui se sépare, qui me tire des larmes à chaque fois que je l'écoute
  2. Gérangère

    Les plus beaux slows

    Merci "angelchriss", mais, nous ne sommes pas en compétition, alors ce qui serait surtout sympa, c'est que tu te donnes la peine d'afficher les vidéos, ou au moins de placer un lien ...
  3. Gérangère

    Les plus beaux slows

    Merci pour la vidéo de Prince, car j'ai cherché régulièrement cette chanson sur You Tube sans jamais la trouver ... Tina Arena et Mark Anthony : "I want to spend my lifetime loving you"
  4. Gérangère

    Les plus beaux slows

    Nous sommes des latins ... Zucchero : "Nel cosi blu" "Il volo"
  5. Gérangère

    Les plus beaux slows

    Petit retour en Italie ... Richard Cocciante : " Il mio refugio"
  6. Gérangère

    Les plus beaux slows

    Gary Moore : "One day" ... chaque fois que je l'écoute, c'est le coup de cafard assuré ... ... mais quelle chanson !
  7. Gérangère

    Les plus beaux slows

    Percy Sledge : "When a man loves a woman" ... comment oublier ce slow ?
  8. Un de plus dans mes favoris
  9. Tous les gouvernements successifs, qu'ils soient de droite ou de gauche, ont laissé la situation se dégrader, aucune politique d'harmonisation du territoire avec ces banlieues défavorisées n'a été mise en oeuvre ... si l'Etat ne prend pas la décision de mettre en place un plan Marshall, comme cela semble être le cas, ces banlieues ne seront bientôt plus que des ghettos à l'américaine ... ce qui est déjà le cas dans certains endroits. Alors, comment veux-tu que ces enfants aient l'idée, voire le courage, de quitter leurs banlieues, dans lesquelles ils se sentent acceptés, pour aller voir ailleurs où ils se sentiront aussi étrangers que dans les métropoles ?
  10. Yop, il me semble que tu n'as pas lu les autres réponses de mon post ... De plus, je ne pense pas que te rapporter à ton cas particulier, en te posant en exemple, puisse résoudre un problème général auquel la société n'offre pas de solutions ... hélas, bien souvent, c'est ainsi que raisonnent les porteurs de la doxa bien-pensante.
  11. Antonin Dvorak : "Tempo di valse" ... douceur et légèreté pour aborder la nuit
  12. par qui ? Par l'Etat ? Il me semble que beaucoup de choses sont faites pour eux quand même ! Par les employeurs ? Peut-être oui. Par le reste de la France ? Sûrement pas ? Depuis une vingtaine d'années, les problèmes des banlieues ont été clairement identifiés : manque de mixité sociale, réaménagement de l'urbanisation, restauration des services publics supprimés, etc ... mais rien n'a été réellement fait ... Quant au plan banlieue de Sarko, puisqu'aucun budget n'y a été alloué, il se résume à "droits et devoirs" des gamins qui n'ont plus de repères. Ils suivent les mêmes programmes et filières que les autres, les régions sont bien desservies en structures scolaires. la situtation est cependant pourrie dans certians lycées et collèges. Est-ce le bordel parce qu'on y enseigne mal ou est-ce qu'on y enseigne mal parce que c'est le bordel ?? Le serpent se mord la queue et n'a pas finit de se la mordre. Et puis quand on sèche les cours, qu'on ne vienne pas me parler de programme scolaire ou de profs débutants ! Un enfant de maternelle du 93 et un enfant de maternelle de Neuilly n'ont pas le même avenir ... bien que je lutte contre ce déterminisme social imposé par notre société castuelle, force est de l'admettre. D'ailleurs, ce ne sont pas les profs aguerris qui enseignent généralement en banlieue, mais les jeunes profs sans expérience. Quant aux programmes, effectivement, ils devraient identiques, mais ce n'est pas le cas, car ils sont adaptés et allégés ... tant que l'Etat ne fera l'effort d'investir sur l'intelligence des gosses de primaire en étoffant les équipes éducatives, la situation ne s'améliorera pas. Ah, la je suis totalement d'accord ! Mais d'où ça vient ? De l'image que les médias donnent d'eux ? Du racisme ? De conditions et cadre de vie éprouvantes ? Le fait aussi de se répéter (même à 14 ans !!) "j'ai pas d'avenir ! j'ai raté ma vie !" (entendu de mes oreilles !) alors qu'on n'a même pas commencé sa vie ? Comment des enfants peuvent-ils posséder l'estime de soi, alors que leurs parents sont dans l'incapacité de leur transmettre cette force intérieure dont ils ont bien souvent été dépouillés par le chômage et une forme de ségrégation sociale ? La cité n'est pas l'avenir. Mais les enfants, si ! La plupart des enfants qui "galèrent" dans les cités se sont mis tous seuls dans la merde ! Bien des parents, même avec des revenus modestes, ont offert une scolarité à leurs enfants. Efforts bafoués. Et puis, arrivés jeunes adultes, qu'ils se barrent de ces ghettos engorgés ! S'ils n'ont "plus rien à perdre" comme ils se complaisent à dire souvent à tort, qu'ils bougent. Tout autour, il y a la province. Qui se voit désertée par endroits ! Ma réponse est contenue dans mes réponses précédentes ... Le non-respect de l'instituion est commun à beaucoup d'ados. Le non-respect des gens, de leurs voisins, etc... c'est assez typique des banlieues où l'entassement provoque des frictions sociales. Et à se comporter "comme" des animaux, on n'attire pas l'estime sur soi. Et on se croit méprisé pour ce que l'on est alors que c'est pour ce que l'on fait. Et le cercle vicieux recommence. Circle and circle and circle again ! Lorsque j'évoquais le non-respect des institutions, je pensais à la dégradation des édifices publics, et de tout ce qui représente les institutions ... je ne pense pas que les gosses des banlieues favorisées en soient à ce niveau de rébellion ... Sinon, je retourne le raisonnement : ces enfants sont méprisés pour ce qu'ils sont, donc ils font, ou plutôt défont ... démarche auto-destructrice, mais ont-ils d'autres possibilités d'exprimer leur désespoir ? "Lorsqu'il ne reste rien que le mieux que rien, tous les désespoirs sont permis" Georges Henein.
  13. A la question, les enfants des cités sont-ils traités comme des sous-citoyens ? La réponse est oui ! A la question, l'enseignement qui leur est dispensé est-il le même que sur l'ensemble du territoire ? La réponse est non ! A la question, ces enfants ont-ils perdu l'estime de soi ? La réponse est oui ! A la question, ces enfants des cités se révoltent-ils parce qu'ils n'ont aucun avenir dans notre belle république ? La réponse est oui ! Alors, il me semble être un juste retour des choses que ces enfants ne respectent pas les institutions. En revanche, sans le respect essentiel dû à ses alter ego, puisque ces enfants ne fonctionnent pas dans l'altérité, ils sont à classer parmi les animaux sauvages. ( pardon les animaux )
  14. Gérangère

    Les plus beaux slows

    Toujours Paolo Conte : "Genova per noi"
×