Aller au contenu

Dmitri Kornov

Membre
  • Contenus

    10
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Dmitri Kornov

  • Rang
    Forumeur balbutiant
  • Date de naissance 10/03/1978

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. Pour répondre à ta seconde question, je suis gendarme (avec le grade de maréchal des logis et la qualification d'Officier de police judiciaire). De plus j'ai le niveau bac+5. Pour répondre à ta première, elle traduit une certaine méconnaissance des lois de ton pays. Cela est inquiétant dans une démocratie qui se prêtant "patrie des Droits de l'Homme". Pour être plus précis, j’entends par limite légale le fait que quand un groupe de citoyens interpelle un malfaiteur (ce qui se faisait il n'y a pas si longtemps que cela et qui se fait encore dans certains villages), il faut le maîtriser et pas le passer à tabac.
  2. Pour répondre à cette dernière remarque, je citerais deux hommes de lettres britanniques : "Le patriotisme est la vertu des vicieux" Oscar WILDE " Le patriotisme est le dernier refuge des scélérats" Samuel JONHSON
  3. Merci de ta franchise mais tu me prête des idées que je n'ai pas. Comme je l'ai écris plutôt, j'envisage deux choses : - le rétablissement du SN comme fournisseurs de personnel (pour étoffer les effectifs à moindre coup et refaire prendre conscience aux citoyens leur rôle dans leur propre sécurité) - encourager les citoyens à intervenir dans les limites légales (et les milices privées sont hors de la légalité). Je tiens à préciser que je suis un professionnel de la sécurité.
  4. Pour répondre à Imaginaerum, je pense plutôt au fait que chaque citoyen devrait intervenir lors de la commission d'une infraction. Bien entendu il n'aurait pas besoin de mettre sa vie ni son intégrité en danger. Mais si les malfaiteurs savaient qu'ils risquerait de se faire surprendre, ils réfléchiraient à deux fois et le nombre d'attentes diminuerait.
  5. Je partirai du postulat suivant : une politique de prévention des atteintes est plus "liberticide" qu'une politique de répression des atteintes, car il s'agit de contrôle tout ce qui présente un risque (par exemple la propriété des armes) . Cependant cette dernière est plus couteuse pour une société, car toute atteinte provoque un préjudice (direct et/ou indirect) qui nuit à la société (par exemple les dégradations commises lors d'un vol). Traditionnellement dans notre démocratie, on considère que la crainte du châtiment est plus dissuasive qu'un quadrillage serré du territoire par les force de l'ordre. Pour ma part, je pense que le volet prévention doit être privilégié. Je vois deux raisons à cela : - en ces temps d'économie (dont je ne nierai pas la nécessité), éviter toutes dépenses inutiles est impératif. Or tout préjudice infligé à la société entraine des dépenses inutiles. De plus, une procédure judiciaire est relativement longue (et donc couteuse). - toute atteinte aux biens sape la confiance que les citoyens ont envers les pouvoirs publics et envers "la communauté nationale" c'est à dire leurs concitoyens. Concrètement, je vois la prévention comme la présence accrue et visible des forces de l'ordre sur le terrain pour dissuader tout malfaiteur de commettre une atteinte. J'ai conscience que cela implique une augmentation des effectifs des forces de l'ordre. Mais à mon sens, il existe au moins deux moyens de le faire de façon économique, tout en impliquant plus les citoyens de leur sécurité : - rétablir le service national et permettre aux appelés d'intégrer les forces de l'ordre. Cela se fait en Corée du sud et s'est fait en France avant la suspension du service national par Jacques CHIRAC. - faciliter et encourager l'intervention des simples citoyens en cas d'atteintes. Le code de Procédure Pénal le permet (art 73, où chaque citoyen est autorisé à utiliser la force strictement nécessaire pour présenter l'auteur d'un crime ou d'un délit puni d'une prise d'emprisonnement devant l'officier de police judiciaire territorialement compétent). je tiens également à rajouter que tout maire est officier de police judiciaire même s'ils ne sont pas formés ni assistés pour (ce qui peut se corriger à mon avis assez facilement).
  6. Bonjour à tous, Après avoir parcouru ce forum, j'ai vu qu'il n'y avait pas de sujet traitant de la politique de sécurité de manière générale. Il se trouve que c'est mon domaine et j'aimerai lancer un sujet de réflexion et d'échange d'idées dessus. Tout d'abord je vais définir mon sujet : j’entends par politique de sécurité l'ensemble des mesures et moyens mise en œuvre par les pouvoirs publics (Etat mais aussi collectivités territoriales) pour prévenir les atteintes aux personnes, à leur biens et à leurs droits. Bien entendu je prend pour cadre la France, membre du Conseil de Sécurité de l'ONU, une des 10 premières économies mondiales, appartenant à l'hémisphère occidental, à la civilisation européenne, un des pays fondateurs de l'Union Européenne et se définissant comme la "Patrie des Droits de l'Homme". En bref il s'agit de déterminer comment notre Etat de droit devrait agir pour que ces habitant vivent sans craindre pour leur vie, leur santé, leurs biens et leurs droits. Je terminerais cette introduction en précisant qu'il existe deux facette à cette politique : - la prévention des atteintes, ou "police administrative" - la répression des atteintes, ou "police judiciaire". CLEMENCEAU disait que la police judiciaire était la seule qu'une démocratie pouvait tolérer.
  7. Encore un exemple de la vision à court terme de nos dirigeants : on achète la paix sociale en accordant des privilèges qui saperont à terme les fondements de notre société. "Toute Nation a le gouvernement qu'elle mérite". Joseph de Maistre
  8. Je l'ai entendu. Mais ce dont je parle ici est serait plus de l'ordre de l'alliance du mouvement, sur la base d'une décision plus ou moins collective, dans son ensemble que le ralliement d'une partie, sur la base de décisions individuelles.
  9. Bonjour à tous, en tant qu'ancien membre de l'UMP et sympathisant de droite depuis toujours, je vais vous donner mon avis sur la déconfiture de ce mouvement. Même si je conçois que les dirigeants ont leur rôle dans cet événement, le clivage RN/LREM qui se dessine traduit une positionnement sur une tendance lourde depuis une trentaine d'année : la mondialisation. LREM est "le" parti de la mondialisation "made in France", tandis que le RN est le parti des opposants à la mondialisation. Le problème des LR est qu'il n'ont pas réussi à définir un positionnement clair entre les deux. Je pense que cela est dû non seulement à un déficit idéologique et de leadership, mais aussi (et peut-être surtout), au fait que la société française (et cela se reflète en politique) est de plus en plus clivée autour même de la mondialisation et de ceux qui en profite. Pour les LR et la droite "républicaine" en général, je ne vois que deux solutions : soit entamer une intense réflexion idéologique en vue de trouver un positionnement entre les deux grands blocs politiques français (peu probable à mon avis) ; soit se rallier à l'un des deux tout en conservant son autonomie et espérer que les circonstances redeviendront plu sfavorable à cette sensibilité (mais cela imploiquerait un choix cla Oups j'ai appuyé trop vite désolé. Je disais que cela impliquerait un choix clair et courageux). Bonne journée
  10. Dmitri Kornov

    les militaires

    Bonjour à tous, J'interviens sur ce sujet car je suis un peu concerné : en effet je suis depuis 7 ans gendarme et depuis 5 ans dans une circonscription où se situe un régiment de l'Armée de Terre. Concernant le thème des pays sans armée, il faut savoir plusieurs choses : - il s'agit de petits pays, en terme de population, qui ne peuvent se permettre de lever des forces suffisantes pour assurer leur propre défense (à moins d'avoir recours au mercenariat) - la plupart ont des accords de défense avec des pays plus puissant. C'est le cas, cité précédemment, d'Andorre (France et Espagne) et des iles Samoa (Etats-Unis) - Tous ont des forces paramilitaires (police, garde-côtes etc) capables d'assurer leur sécurité face à des menaces de faibles intensités. Concernant le côté viril attribué aux militaires, il provient des qualités nécessaires pour faire leur métier : action, énergie et courage. Cependant il faut noter plusieurs choses : - tous les militaires ne possèdent pas entièrement ces qualités - l'image que l'on donne est aussi un outil utilisé dans l'art de la guerre (cf diversion et autres leurres utilisés sur le champs de bataille). Donc il est normal que les militaires soignent leur image de cette façon. Cela permet notamment de dissuader un agresseur potentiel. - les qualités associées à la virilité ne sont pas le propre du métier militaire. La guerre est un des environnements extrêmes qui fait appel à elles mais ce n'est pas le seul (c'est le cas aussi de certains milieux naturels comme la mer ou le désert). Bonne journée
  11. Bienvenue sur ForumFr Dmitri Kornov

      aa
×