Aller au contenu

moidu95

Membre
  • Contenus

    36
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de moidu95

  • Rang
    Forumeur balbutiant
  • Date de naissance 05/04/1984

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Pays

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. Je crois en la psychomorphologie, je crois que la vie de chacun s'inscrit dans nos rides. Je crois qu'un abandon de soi se retrouve aussi dans une posture donnée à notre visage ou au contraire un épanouissement aussi. Mais une photo figé c'est aussi le risque de se tromper. "Tiens elle ne sourit pas" sans savoir qu'en fait elle a le plus beau sourire caché derrière une posture qui va caché un petit menton desapprécié. Je crois qu'on ne connais une personne que si on la fréquente et plus on la fréquente et plus son visage et ses postures nous parle. Mais au premiers abords je suis certains qu'il ne faut pas tout miser au risque de passer à coter d'un très grand nombre de secrets.
  2. Je remarque aussi qu'un grand nombre de mes amis les (3/4), sont célibataires, parisiens, sans enfants. Ils sont tous plus de 35 ans, ont des carrières ou des vies très prenantes. Est-ce une cause ou un effet, je ne sais pas. Ce que je me rend compte c'est que j'ai beau espérer ne pas vouloir de cette vie, j'y retourne après chaque amour annuel... Je crois qu'homme ou femme, indépendant et égoïste, plein acteur de la génération kleenex, nous consommons tant que ça roule et rejetons dés que l'autre est lui/elle-même comme si l'autre venait vide, attirant(e), intéressant(e) juste pour nous. Nos possibilités sont immenses, alors pourquoi se résigner à une dispute, des questions, des douleurs sentimentales, les moins beaux se font une garde robe, un style, un peu de sport et ils ont largement de quoi compenser. Les plus beaux n'ont besoin de n'être qu'eux. Dans une génération kleenex seul les 20 premières secondes comptent. Vive internet et encore plus Tinder qui avec une photo de panda et une phrase peut donner des matchs. Ce post doit respirer ma tristesse quand je pense à l'avenir que je laisse à mon fils... "Meetic, tu cliques, tu n****", La planète, cette politique... Allé, je vend des places dans un bunker, au bord de mer de Concarneau si vous le souhaitez y venir avec moi finir vos vieux jours. Seul loisir accepté, une ligne d'horizon que nous reconnaîtrons qu'au couché du soleil, un plaid et un livre
  3. Et j'y ajouterai de la poudre de perlinpinpin... Je plaisante. Je trouve que c'est beau à lire, tout est dit, la recette n'est plus qu'à suivre... Le plus dur c'est d'y arriver. Tous mes sentiments s'enflamment, ricochent sur l'autre, je n'ai aucune maîtrise sur le fond de mes pensées alors j’interprète peut-être à tord et j’écarte l'autre afin de me protéger... Je vais finir seul je crois
  4. non @saxopap, je ne donnais pas un conseil pour éviter de tomber dans le piège de la dépendance affective, je donnais un autre angle de vision. Celui de la vie avec une dépendante affective. Un vision que je me suis permis avec aucune généralité se reposant sur mon vécue, celui d'amis, et les fraiches discussions amicales que j'ai avec une amie. Je trouve le sujet intéressant car peut-être que je peux faire le lien entre vécu et terme technique. (Bien que peut-être ce n'est que le principe de la déformation professionnelle du spécialiste qui voit ce qu'il connaît partout) Ensuite, après toutes ces lectures de post, je trouve que la frontière est effectivement vraiment mince entre amour et dépendance affective. A cet instant, je me dis que finalement la dépendance affective n'est qu'une extrémité de plus qu'on peut évaluer son importance selon l'article, sur une échelle allant de 1 à 11, 11 étant, l'extrémiste forcené(e) à éviter de toute urgence. A chacun son auto analyse, je dirai presque.
  5. Très intéressant, je crois pour moi que le tort est plus pour la personne dépendante affective. C'est un combat de tous les jours et très focalisant. A long terme cette personne oublie ses amis pour se consacrer aux ceux de l'autre, s'intéresse plus à la famille de l'autre qu'à la sienne, fait les mêmes activités que l'autre (association...) Pour autant celle qui vit avec une dépendante affective peut s'inquiéter aussi. Une dépendante affective est une inspectrice de haute voltige, a un radar (très souvent brouillé mais des fois, forcément il fait mouche), une interprétation qui lui est propre et tout ça dans le seul but de se rassurer toujours ou plutôt aller dans le sens de ce qu'elle recherche. Il y a aussi parfois les mensonges, ou plutôt l'exagération soit pour paraître encore mieux ou pour ficeler davantage l'autre... Après ce doit être un truc plus que magnifique que d'avoir deux dépendants affectifs qui se plaisent. Une relation qui ne manque pas de fusion j'imagine.
  6. Bienvenue sur ForumFr moidu95

      aa
×