Aller au contenu

PLS maker

Membre
  • Compteur de contenus

    2 514
  • Inscription

  • Dernière visite

1 abonné

À propos de PLS maker

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Pays
  • Lieu

Visiteurs récents du profil

1 286 visualisations du profil
  1. Comme le faisait remarquer Ollyplum sur son compte twitter, ça les chambre de partout, et en même temps leur première vidéo ensemble sur pornhub triple son nombre de vues Comme quoi, il s'agit plus de casser du Usul que de s'émouvoir de sa nouvelle demi-carrière.
  2. Quand Macron s'attaque à la SNCF

    J'appelle fréquent une cadence semblable à celle, justement, des trains intercités. Je connais quelques conducteurs, dont des conducteurs de TGV qui m'ont toujours présenté ce train comme conçu pour circuler à grande vitesse sur de longues distances. Et justement, sur la ligne du Nord, pour aller à Dunkerque, il y a d'énormes problèmes de maintenance qui ont fait s'envoler les coûts des billets, car entre Paris Nord et Dunkerque, le TGV quitte la Ligne à Grande Vitesse au niveau de Arras, puis, sur ligne normale, dessert plusieurs gares (Lens, Béthune, Hazbrouck si ma mémoire est bonne). C'est pour ça que je m'interrogeais sur l'aspect technique d'une reconversion des rames TGV les plus anciennes pour le trafic intercité.
  3. Quand Macron s'attaque à la SNCF

    Toutes les petites lignes ne sont pas électrifiées. Par ailleurs, est-il techniquement possible de limiter les tgv à une utilisation à 160 km/h et à des arrêts assez fréquents ? Est-ce que cela n'entrainerait pas un coût de maintenance élevé ? Ou alors un ajustement technique préalable serait-il nécessaire ? Il faut dire aussi que la concurrence est pour le moment déloyale. En matière de prix, il n'y a pour l'instant pas photo entre le train et le bus. Je précise bien "pour l'instant", parce qu'une fois que la frénésie concurrentielle aura éliminé ceux des concurrents les plus faibles, les prix repartiront à la hausse. Si entre-temps les lignes ferroviaires auxquels les nouvelles lignes de bus étaient l'alternative ferme, on se retrouvera avec un mode de transport en commun cher et sans concurrent. Belle perspective. La diabolisation des bus n'est pas qu'une simple doxa. La future hausse des prix qui ne manquera pas d'arriver après élimination des concurrents, sécurité moindre, la plus grande sensibilité aux intempéries, la déconnexion totale entre gestion de la route et gestion du transport par bus (alors qu'à la SNCF, en cas d'encombrement du trafic, il est possible de laisser en gare un train plus lent, comme les trains de marchandise, au profit des trains de voyageurs, sur la route, c'est juste inexistant), lenteur, fatigue et pour les voyageurs et pour les conducteurs (leurs conditions de travail sont déjà pointées du doigt, ça aura pas attendu bien longtemps...) et l'encombrement du réseau routier, comme si ça ne suffisait pas ne jouent pas en la faveur de ce moyen de transport.
  4. Désaccord avec la décision du conseil de discipline

    Soit tu ne nous dis pas tout, soit il y a des éléments à charge contre ton camarade qui ne vous ont pas été révélés, dans tous les cas, on ne se fait pas virer définitivement d'un établissement au premier conseil, c'est exceptionnel et considérablement chiant à gérer pour les établissements. Il a le droit de faire appel. Il a également accès à son dossier, et donc aux éléments motivant l'exclusion définitive. Soit il vous les révèle, mot pour mot, soit il vous en cache une partie.
  5. Les Wauquiez tapes

    Wauquiez parle d'une dictature politico-politique. La FI parle d'une dictature politico-financière, déplorant que le monde financier prenne un poids aussi fort dans les décisions politiques et sociales. On est loin de la convergence des luttes ^^"
  6. Quand Macron s'attaque à la SNCF

    Ou qu'on recourt à du matériel moins consommateur. Ça existe. Les dernières technologie ne prennent que ce qui est nécessaire à la caténaire, d'autres renvoient de l'électricité à la caténaire.
  7. Quand Macron s'attaque à la SNCF

    T'as raison mon colon. Le rapport TET susmentionné émane des instances syndicales peut-être ??? De ce que j'en ai entendu, même pas. Tu es dans le panégyrique évident, alors que les usagers britanniques sont de plus en plus critiques :
  8. Quand Macron s'attaque à la SNCF

    Le car, c'est de la merde : plus sensible aux intempéries et aux difficultés de circulation, faire un programme de voyage train + permettra encore moins d'assurer les correspondances. Comment faire pour mettre en concurrence le public et le privé alors que le premier n'a pas vocation à être rentable ? C'est inique. Par ailleurs, cela donnerait lieu à des situations hallucinantes : en cas de retard, favoriserait-on le passage des trains de la SNCF ou des compagnies privées ? Il y a des impératifs inhérents à cette situation qui vont créer bien plus de problèmes qu'ils ne vont en résoudre.
  9. Quand Macron s'attaque à la SNCF

    Et cette électricité pour les voitures électriques, tu la produits comment ? :' )
  10. Quand Macron s'attaque à la SNCF

    Il n'apporte rien de nouveau, on est là dans une vision fort sclérosée de la vie publique et des services. Sclérose contre sclérose, on est bien avancé. Le budget ferroviaire est équilibrable d'une autre façon, de plusieurs autres façons, nous vendre la privatisation comme panacée est le fruit d'une entreprise idéologique aussi sclérosée que celle qu'elle est censée combattre. C'est un comble.
  11. Quand Macron s'attaque à la SNCF

    Les estimations parlent d'environ cinquante année de pétrole, sachant que ce pétrole n'est pas entièrement dévolu au transport, ça fait très court. Le transport individuel motorisé, la voiture, est une tare de notre environnement, et on n'aurait pas besoin d'y recourir autant si les services de santé, administratifs et judiciaires étaient aussi éloignés les uns des autres par simple soucis économique.
  12. Quand Macron s'attaque à la SNCF

    Tut tut tut tut D'où est-il écrit dans mon message qu'il ne faut rien faire bouger et lever le bouclier juste pour le plaisir ? Les solutions existent. Le rapport TET de 2015 en donnait, à mon avis, de très bonnes pistes : - fin du tout TGV (ce que vous mentionnez avec raison) ; - renouvellement du matériel au profit de rames adaptées à la circulation et moins gourmande : les nez-cassés, les rames réversibles, c'est joli, mais, désolé amis ferrovipathes, ça craint et au niveau de l'entretien et au niveau de l'adaptation au trafic. Pour les petites lignes, il existe de très bonnes rames bombardiers, légère et adaptés à un trafic léger (on peut recourir soit à des machines type B 82500 dans leur configuration à trois caisse soit, mieux, les X 73900, couplables en unités multiples si besoin) ; mais les regiolis sur des lignes déshéritées, on est d'accord c'est hallucinant, et c'est un autre point abordé plus bas ; il est également envisageable d'utiliser les anciennes rames TGV Paris Sud-Est (qui partent actuellement à la casse les unes après les autres), pour remplacer les rames corails et leurs locomotives des années 1970-80, obsolètes elles aussi ; - fin des trains de nuit pour les voyageurs, rendus obsolètes par le TGV et l'avion ; - reprise en main de la stratégie et de l'aménagement ferroviaires par l'Etat, qui pour l'instant a fortement négligé son rôle. Le rapport TET gardait encore l'idée du maintien du chemin de fer comme service public, malgré l'obligation de mettre fin au monopole de la SNCF. Ce rapport-ci en revanche part dans un autre sens qui va pénaliser ce qui n'est pas rentable, et ça craint pour l'aménagement des territoire et le désenclavement.
  13. Quand Macron s'attaque à la SNCF

    Subventionné au détriment des routes ? Oh, les pauvres routes, je vais verser une larmes sur les tonnes de gaz d'échappement qui n'ont pas la chance d'être épandu sur les routes de campagnes parce que le ferroviaire avale des subventions mobilisables pour le routier. Je suis tristesse Euh... ya des jeunes aussi dans les bleds paumés, avant de décréter que de toute façon ils ne prennent pas assez le train, faudrait peut-être rendre ce même train accessible financièrement. Nan parce que les passes étudiants et job, ok, mais pour le pékin moyen, ça craint niveau prix. Pourquoi on trouve des Britanniques qui veulent renationaliser leurs chemins de fer ? La voiture ? Le car ? On sait que dans quelques décennies, ces moyens de transport ne seront plus viables, sans doute, en ce qui concerne la voiture plus précisément, l'idée du transport individuel/familial motorisé n'existera plus. En cause, les limites de nos stocks de pétrole et la lenteur des innovations en matière d'alternatives énergétiques (si tant est d'ailleurs que des solutions viables, à aussi grande échelle, existent vraiment). C'est très proche, et certainement pas le moment de renforcer la circulation routière.
  14. Quand Macron s'attaque à la SNCF

    Coule un beau bronze sur l'idée même du service public. Les villageois ou les habitants des petites qui n'ont pas forcément l'envie (ou les moyens) de conduire une voiture, parce que même les Bus Macron ignorent leurs bleds, vont être contents. En attendant, la France se fait taper sur les doigts pour son retard en matière de bilan carbone. Et en réponse, on propose de supprimer les petites lignes ferroviaires ? Lol...
  15. Le jacobinisme tel qu'il est conçu en France n'a pas le monopole des modèles d'indivisibilité de la Nation. Et il est historiquement récent. Le jacobinisme, lui, est plus à même de servir les intérêts de la mondialisation que les sursauts de régionalismes.
×