Aller au contenu

Spontzy

Membre
  • Contenus

    2252
  • Inscription

  • Dernière visite

3 abonnés

À propos de Spontzy

  • Rang
    délicatesse incarnée
  • Date de naissance 01/01/1977

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme

Visiteurs récents du profil

11302 visualisations du profil
  1. De mémoire, la démonstration de Godel est acceptée par les constructivistes (malgré une simili apparence de démonstration par l'absurde #soit-pas-cohérente,-soit-pas-complète mais qui n'en est pas une). Donc ok pour le tiers exclus.
  2. Bonjour ! Vous le savez bien, je respect votre position. Vous devez cependant avoir en tête que c'est une démarche de croyance pure (on est sur une position métaphysique). A ce jour (sauf erreur de ma part), on ne sait pas résoudre le moindre problème de chimie organique dans le formalisme quantique. On ne sait pas, sauf peut-être quelques contre-exemples aux frontières (recouvrement de deux théories), résoudre un problème d'une théorie donnée dans le formalisme de la théorie plus fondamentale. Pire, chaque théorie un tant soit peu macroscopique (restons sur l'exemple de la chimie organique) n'a pas une seule et unique théorie plus fondamentale : la chimie organique doit donc être expliquée en mécanique quantique, en relativité générale, en optique ondulatoire, ... alors que toutes ces théories plus fondamentales sont potentiellement incompatibles entre elles ! En fait, votre démarche consiste, si je résume, à essayer d'expliquer des théories opératoires (exemple : chimie orga) qui "fonctionnent" (je pense que vous me comprenez) par des théories moins opératoires (physique quantique est moins opératoire que chimie orga à l'échelle macro) qui elles même sont à remplacer par des théories encore moins opératoires qui elles même... jusqu'à la fameuse théorie du tout qui n'existe pas. Encore pire, tout cela est à mettre à la poubelle car vous allez devoir construire des nouvelles mathématiques (stériles, sauf preuve du contraire) pour reconstruire... tout. Alors ok, ce n'est pas inconcevable, mais ça semble a minima déraisonnable. Mais tant mieux. Rien ne vaut un peu de déraison. Sauf que justement, le réductionnisme se veut de raison pure. J'arrête, ça bug. Bye. PS : je me trompe, où cette recherche de cause racine, de principe(s) fondamental(aux) réduits ressemble à s'y méprendre à une rétro-émergence ?
  3. Quel est le pédigrée du demandeur ? A-t-il enseigné à Orsay ?
  4. Spontzy

    La mort du "Moi" ?

    Incroyable, mais vrai. Je crois être d'accord avec AnnaVerkiev. Enfin disons que les projets peuvent être un palliatif. C'est déjà ça.
  5. Spontzy

    La mort du "Moi" ?

    Projet, projets, ... Même sans aller si loin, il me semble qu'un petit bonheur quotidien est tellement plus intense lorsqu'il est partagé. Et surtout avec quelqu'un qui vous comprend. Vous ouvrez votre fenêtre et voyez un magnifique arc en ciel contrastant avec le ciel sombre... C'est beau. Et lorsque vous le faites à deux (pas forcément, je crois, de relation amoureuse), le fait même de se dire que l'autre l'a vécu aussi change la donne (enfin dans mon cas). A vous lire, je ne ressentais aucun défaitisme. Mais je ne suis pas doué pour ça.
  6. Spontzy

    La mort du "Moi" ?

    En vous lisant, j'ai immédiatement pensé à ça : le bonheur ne vaut que s'il est partagé. Bye
  7. J'ajoute également un point plus "de principe" : un réductionnisme efficace se doit d'une chose : une théorie plus fondamentale doit démontrer (par implication formelle) les théories moins fondamentales qu'elle réduit. Je ne dis pas que c'est impossible (même si je le crois), mais on en est très très très très loin. Lorsque par exemple il s'agit de réduire la chimie à ses constituants atomiques, on constate que la chimie conceptualise la matière comme le fit Démocrite, alors que la théorie des atomes (disons la physique quantique) conceptualise la matière comme à peu près le contraire de ce que disait Démocrite. Les deux théories ne s'appuient même pas sur le même espace. Ce n'est qu'un exemple, mais qui indique à quelle point l'idée du réductionnisme est loin d'être efficace. Reste un réductionnisme faible, où on se contente de dire que les données d'entrée d'une théorie sont issues d'autres théories (la relativité décrit l'évolution des astres qui sont décrits par la thermodynamique qui est basée sur des constituants eux même décrits par...). Ces autres théories ne sont pas plus fondamentales, mais fonctionnent simplement à une autre échelle. A+
  8. Et constructiviste (même si, à vous lire, je n'en suis pas convaincu). Ca va bien ensemble. Dans les deux cas, on s'oppose au fameux "le tout est plus que la somme des parties". Au moins on est fixé, je suis à peu près à l'opposé. Mais au moins, on se comprend. Et même si nous ne serons jamais d'accord (ou pas ?!), nous pouvons discuter. Certains trolls ci-présents devraient en prendre de la graine. Ca sera dur, car dans leur esprit, la seule question qui se pose est de savoir lequel des intervenants a le meilleur pédigrée.
  9. Merci pour le lien. Je ne connaissais pas. L'ajout de la multiplication entraine la disparition de l'addition... Côté complexité et "utilité" (pour décrire la nature), on repassera ! La démarche que vous cherchez ne me semble pas trop différente d'une forme de réductionnisme. Y avez-vous déjà réfléchi ?
  10. Spontzy

    La confession

    En dehors de l'église, il est également possible de constater que chacun a fait des erreurs. Etre dans la norme n'excuse pas les fautes, mais cela permet au moins de s'autoriser à vivre comme "tout le monde".
  11. Quelle valeur donner à une philosophique qui arrive à la conclusion qu'un caillou lancé en l'air dans n'importe quelle direction tombe toujours au pôle nord ? Aucun. Toute philosophie qui décrit un minimum la nature doit être confrontée à notre meilleure connaissance de la nature (la science). Ce serait simplement de la malhonnêteté intellectuelle de se le refuser.
  12. L'oiseau de mon mari. Très jolie métaphore.
  13. Spontzy

    La confession

    Bonjour. La ritualisation du pardon. J'ai péché, j'avoue, je fais pénitence, je suis pardonné. Quelle mascarade. " Chaque église où j’entre à contre cœur, me rappelle que l’on vit avec ses péchés, qu’aucune punition, qu’aucun pardon n’est possible. Nous portons tous en nous le poids de nos mensonges et de nos vérités." Et en dehors de l'église ? N'est-ce pas tout autre ?
  14. Et comment savez-vous qu'ils ne le sont pas, directeur de recherche au CNRS ou maître de conférence à Orsay ? Ce qui est surtout triste, c'est qu'un être pensant (ou en tout cas qui se dit comme tel) donne plus de valeur à un écrit lorsque l'auteur occupe un poste qu'il juge de valeur. Certains pseudo penseurs s'appuient en effet plus sur un cv que sur un contenu pour juger de la qualité d'un argument. Surtout lorsqu'ils ne comprennent rien du fond. PS : alors, comment va Sammuel ?
  15. Vrai. D'ailleurs j'y retourne. "La philosophie c'est comme la Pologne, c'est plat, c'est plein de marécages et c'est souvent envahi par les allemands." Bisoux aux hiboux sur les genoux dans les choux et aux foux.
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité