Demonax

Membre
  • Compteur de contenus

    1 089
  • Inscription

  • Dernière visite

2 abonnés

À propos de Demonax

  • Rang
    Forumeur alchimiste
  • Date de naissance 01/01/1917

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Lieu
    Terre

Visiteurs récents du profil

2 659 visualisations du profil
  1. La question ne se pose pas, puisqu'ils n'ont pas de maladie grave (sauf s'il faut considérer l'intelligence, comme une maladie grave... a vous de me le dire ) << Mais ce que tu ne comprends pas c'est qu'il y a forcément abus dès lors qu'au nom de ton idée de la vie humaine et de ton idée personnelle du bonheur tu condamnes par avance une vie qui ne demandait pas à venir au monde. Beaucoup de gène prédispose au malheur plus qu'un autre, c'est une réalité, et dans le fond n'est-elle pas là l'obscurantisme religieux qui glorifie la souffrance ? Peut-être que toi tu serais plus heureux avec tel ou tel gène mais comment peux-tu condamner cet autre à vivre alors qu'il ne sera peut-être pas du même avis que toi? >> Démonstration par l'absurde, que ce que tu me reproche n'est pas valable (puisqu'on au final, c'est reprochable à tout le monde, pour un rien, et que si on vivait de reproche, on ne ferait plus rien). Pour le reste, je ne vois là que du sophisme La maladie de Gilles de la Tourette n'est pas une maladie grave, la comparaison est donc malvenu. Einstein avait un cerveau hypertrophié à gauche ? Et sans les biais en épistémologie, ça donne la même chose ? Et combien même ça pourrait être vrai (aucun chance d'en être sûr), il n'était pas définis comme atteint de maladie grave... alors bon ! L'argument fallacieux de la pente glissante : "l'ongle incarné c'est une maladie grave au 5ième siècle sur Mars, donc ça veux dire que les parent nazie élitiste sans éthique, ils veulent obliger les autres à avoir des enfants sans ongle" (je caricature exprès), c'est un peu bidon Non, moi je te parle pas des abus, que tu semble "normaliser". Moi je te parle de la pratique normal, qui opère pour des gens dans le besoin. Et puis, t'inquiète pas pour la diversité, les gens cons voudront tellement être original à travers leur enfants, que la diversité elle existera toujours, seulement plus personne n'aura de "risque grave, d'avoir une vie de merde, insupportable, inhumain, douloureuse", en tout cas, pas à cause de la santé (le reste........ c'est un autre sujet). D'ailleurs, on pourrait reprocher dans un avenir improbable (ou pas), à certaines parents de choisir à la carte des "maladie" grave à leur enfant pour satisfaire leur culte, ou leur ego, ou leur besoin d'avoir des "gens malade" dans l'espèce humaine !... Enfin bref, le sujet est trop complexe pour moi, se soir.
  2. Entièrement d'accord avec toi. Le pire, c'est de voir ces gens nous provoquer avec des attaques personnelles, plutôt que d'essayer d'enrichir la conversation avec des explications, ou essayer de comprendre l'autre. Je serais capable d'expliquer leur biais cognitifs, l'origine de leur comportement, leur conditionnement sociale, et pourquoi leur raisonnement ne tient pas la route, mais ça serai mal vu. Eux, ils ont le droit de faire des attaques personnelles, mais nous, quand on fait des critiques constructive et justifier, ça se transforme en attaques personnelles condamnable ! C'est tellement ça ! "Gattaca" ou "comment transformer un outils en intention, en condamnant l'eugénisme en mauvaise intention nazi élitiste" .... -_- ----------------- Pourquoi vous mentez ? Vous m'inventez des intentions que je n'ai pas eux ! Je ne prétends pas, je ne pense pas, je ne dis pas, qu'il faut jeter sans problème particulier un être humain porteur de trisomie 21 ! Je prétends, je pense, je dis, j'explique, que si on peut éviter à un être humain d'avoir une maladie grave (cad: de souffrir toute leur vie), alors qu'on se permette de le faire ! Car, se sera fait avec bienveillance (il n'y aura pas de problème d'éthique). Les mots ont leur importance, respectez-les. Merci. Je constate que vous occultez tous mes arguments logiques, pour vous enfermer dans votre opinion... Et sachez que si je mets toutes ces maladies sur le même plan, c'est parce qu'elles le sont, dans le plan "maladie grave" (si vous suiviez la logique que j'emploie, vous l'auriez compris). Contrairement à votre amalgame avec la neurodiversité. Enfin, heureusement que tout ce qui peut être demandé, le sera un jours, et qu'on y réfléchis déjà aujourd'hui ! Et, heureusement que ce jour là on aura une morale, une éthique, des lois, des principes, des règles, pour dire ce qui est acceptable, de ce qui ne l'est pas (et au pire des cas, nos erreurs, nous grandissent) ! Nos échanges construisent l'avenir à petit feu. Mais interdire l'eugénisme pour éviter les maladies grave, ou interdire l'avortement, c'est inacceptable ! ------------------ L'eugénisme, n'est pas une intention, c'est un outil. Et c'est un outil que notre espèce utilise depuis des milliers d'années, à travers le contrôle de notre environnement. En extrapolant, on peut même dire que sélection naturelle est de l'eugénisme inconscient. L'eugénisme n'est pas du tout irrecevable, scientifiquement. Il ne faut être précis. C'est l'abus, et les mauvaises intentions qui sont irrecevables par notre morale commune (que forme notre civilisation). Et quelle civilisation ; si ce n'est celle "Judéo-Chrétiens" qui glorifie la souffrance, la culpabilité, pour mieux arriver au pouvoir/paradis, et qui diabolise la remise en cause, la réflexion et le progrès !... Bien sûr, qu'il y aura des abus, avec ces progrès, et BIEN SÛR, il faudra se battre contre ces abus. Comme pour tous !!! Mais pas besoin de l'interdire, c'est exagérer ! Non (j'ai la flemme de trouver des exemples sur GoogleSchoolar, sur les animaux (dont nous font partie) qui monte qu'un gêne peut être mieux qu'un autre). Et c'est pas parce que c'est "complexe", que ça doit être "tabou".... Faire une greffe, c'est complexe, mais possible ! Et on ne parle pas des gens chez qui tout va bien, mais des fœtus chez qui tout iras mal ! (c'est une nuance importante). Ça c'est une exagération, ou je ne m'y connais pas ! Désolé, mais je ne connais pas d'environnement (et s'il existe, je ne souhaite pas le connaitre, vu son niveau), qui transforme les maladie très grave et douloureuses en "cygne" ! Mais je connais des religion qui glorifie la souffrance et la culpabilité, pour mieux manipuler leur fidèle Oui, il faut des individus "tordus", pour définir ceux qui ne le sont pas. Mais si on pouvait se permettre de les "minimiser", ça serait quand même génial ! ------------------ Ah parce que la vie des pédophiles, violeur, assassin est sacré à vos yeux ??
  3. "On apprend de nos erreurs", "qui ne tente rien n'a rien", "il faut être optimiste et voir le bon côté des choses", ... Les réponses faciles existent au même titre que les questions faciles Au final, je te comprends Quasi-Modo, et même si je te rejoins sur certaines idées, je continue d'être "pour" l'eugénisme (c'est-à-dire : la modification du génome du fœtus pour éviter de grave maladie) ou l'avortement (...), tout en étant "contre" l'abus et l'idiotie. Mais comme tu le dis, cela nous amène sur d'autres sujets : "Qui juge ? Qui définis ? Qui impose ? Et comment ?" Nous sommes des humains doués de raison, d'objectivité, d'expérience, d'émotion, de connaissances. Il serait malvenu de s'en priver pour légitimer un choix inapproprié. Le fœtus (nous ne parlons pas d'enfant, mais d'un embryon ou d'un fœtus), n'est pas doué de raison, d'objectivité, d'expérience, de connaissance. Et il sera malvenu de responsabiliser ce fœtus d'un quelconque choix ! Comment nous pourrions anticiper une vie heureuse ou non ? De la même façon qu'une voyante anticipe l'avenir d'un client. Avec intelligence et manipulation. Blague à part, l'anticipation n'est pas difficile, quand on constate déjà l'existence de généralité. "Le cadeau de la vie" ? -> "Qui juge ? Qui définis ? Qui impose ? Et comment ?" (et qui sacralise la vie ?) La vie n'est pas un cadeau, c'est une vie (à défaut de pouvoir la détailler, autant s'en tenir à ce que l'on sait). Pour refuser (un cadeau), il faut d'abords en avoir conscience !... Ce qui n'est pas le cas du fœtus. Et une personne idiote, ou inapte, ou avec de mauvaises intentions n'est pas non plus "consciente" de ce choix. C'est pour ça que le sujet est délicat, il n'y a pas d’extrémisme possible (tout pour, ou tout contre). *: Nous sommes aussi doué de subjectivité, d'impulsivité, de connerie, de malveillance et d'ignorance... Et c'est donc à ce moment qu'interviennent les questions subsidiaires : "Qui juge ? Qui définis ? Qui impose ? Et comment ?" Tolérer, accepter, respecter, stimuler la diversité, ce n'est pas non plus "tolérer, accepter, respecter, stimuler les extrêmes" ! Et dans notre cas, les maladies graves, sont des extrêmes de santé. Il y aura des problèmes, comme toujours... mais défendre la diversité (c'est mon combat aussi), ce n'est pas défendre les extrêmes ! (Bien sûr, il y aura toujours des extrêmes, et l'idée n'est pas de les éradiquer, mais de diminuer leur intensité, tel la courbe de Gausse). Ce paragraphe contient beaucoup trop d'information, pour le laisser tel quel ! La moralité est un autre sujet... "Qui juge ? Qui définis ? Qui impose ? Et comment ?" La fabrication de race de chien, est un autre sujet (les chiens ne sont pas des humains, on ne peut pas comparer les deux, par contre les deux sont des mammifère. L'emploi du mot "race" est ambiguë. Et la "fabrication" n'est pas dans les mêmes intentions, ni condition. Et enfin, le chien est par nature la résultante du conditionnement humain sur des milliers d'années, son traitement est donc légèrement différent).
  4. Oui, mais "toutes les personnes" ne sont pas "apte" à prendre des décisions seul. Et là, on s'en va sur un autre sujet : Définir "l'aptitude" à décider (pour soi). Je pense que l'éthique de la responsabilité est bien plus complexe que la rendre "individuel". Si je suis d'accord pour le reste de tes propos, ici, je ne vois pas les choses de la même façon Je dis ça, car si je suis "pour" l'avortement ou l'amélioration du génome humain, mais je suis aussi "contre" l'abus ou l'emploie de ces progrès par des idiots ou des gens malhonnête. C'est pour ça que j'ai du mal avec "chaque personne est seule décideuse". Je considère que certains humains, ne sont pas apte (moralement, intellectuellement, émotionnellement) à prendre certaines décisions. Mais, comme je l'ai déjà dit, là on arrive dans un autre débat hyper complexe: "Définir (qui a) "l'aptitude" à décider (pour soi)". Encore un autre sujet ! Ce topic est tellement complexe, qu'il fuse de hors-sujet Le terrorisme existe depuis toujours... on a juste inventé un mot entre-temps, pour justifier des stratégie militaire et politique. Pour reprendre le sujet: La roue, le feu, l’explosion, l’électricité, ... TOUT, même si ce n'est pas un progrès est synonyme de danger si "un idiot fait n'importe quoi avec, ou avec de mauvaises intentions". Il n'existe aucune justification contre le progrès (ni contre l’eugénisme, ou l'IVG), seulement des "peurs primitives ou irrationnel". S'il suffisait d'attendre que les "terroristes" soient gentils pour progresser en serait toujours à l'âge de Pierre.
  5. Non.. Dans une espèce en surpopulation, refuser d'avoir un enfant invalide (atteint de trisomie 21, ou d'une autre maladie grave) qui souffrira d'une vie de merde et qui pourrira la vie de ses parents, ce n'est pas une dérive, c'est "logique" et bienveillant. Modifié le génome d'un fœtus pour éviter à l'enfant d'avoir à subir une maladie grave durant toute sa vie, ce n'est pas une dérive, c'est "logique", et bienveillant. Qu'est-ce qui est bienveillant : Éviter une vie de souffrance, ou obliger une vie de souffrance ? La réponse est évidente. Si seulement les gens pouvaient réfléchir avec un cerveau qui n'a pas était lavé par le sado-masochisme du christianisme... CQFD L'eugénisme n'est pas un gros mots, ni un délit, ni un crime ! C'est l'intention qui compte ! << L'eugénisme peut être désigné comme "l'ensemble des méthodes et pratiques visant à améliorer le patrimoine génétique de l'espèce humaine." >> (wikipédia) Depuis des milliers d'années, l'humain transforme son habitat, son environnement, sa nutrition, sa santé et modifie ainsi son évolution (et son génome). Il n'y a aucune difficulté avec l'eugénisme, seulement, il y aura toujours des praticiens malhonnêtes ou des clients immoraux pour en abuser ! C'est pour ça qu'il faut des lois correctes pour encadrer ces mesures. Mais sans plus, pas besoin d’extrémisme anti-eugénisme, ou d’extrémiste anti-modification du génome d'un fœtus (pour lui enlever une maladie grave). Ni besoin d'argument fallacieux de la pente glissante ("on ne peut pas faire à moitié") ou d'un d'empoisonner le puits ("on ne peut pas défendre le meurtre"). Ensuite, pour information : l'avortement ou l'IVG n'est pas un meurtre, et il faudrait que les arriérés du bulbe le comprennent un jour ou l'autre ! << En France, le meurtre est défini à l'article 221-1 du code pénal. Il s'agit du "fait de donner volontairement la mort à autrui" et est puni de trente ans de réclusion criminelle. L'auteur doit avoir commis des violences volontaires dans l'intention de provoquer la mort d'autrui. >> (Wikipédia) Si ce n'est pas évident pour vous, voici une explication : Le "fœtus" n'est pas "autrui", c'est juste un fœtus ! Et il n'y a aucune violence volontaire, il n'y a aucune violence commise ! Prétendre que l'avortement est un meurtre, c'est du même niveau que prétendre qu'une pipe est un génocide, ou qu'un homicide involontaire est un meurtre, ou qu'un suicide est un meurtre, ou que l'auto-défense est un meurtre, ou que l'euthanasie est un meurtre. Confondre, amalgamer, mélanger toutes ces choses serait complétement absurde, alors pourquoi le faire avec l'IVG ou l'eugénisme ? Parce que la culture judéo-chrétienne arriéré qui sacralise l'âme, prétend une âme au fœtus , et l'épanouissement dans la souffrance (faite un peu d'anthropologie, vous comprendrez), ce qui est malsain ! CQFD Mais ça c'est un autre débat, pour d'autres topics, et si ça ne passe pas ici, ça ne passera pas ailleurs Encadré l'eugénisme, encadré l'avortement : OUI ! C'est normal, on le fait déjà, et on essaye de l'améliorer de jours en jours, tous ensemble (avec ce genre d'échange, de réflexion sociale), et il ne faut pas amalgamer ou réduire une démarche logique et bienveillante, à des praticiens malhonnêtes ! Interdire ces pratiques : NON ! Les arguments employés pour valider l'interdiction sont toutes illogiques (avec du sophisme) et remplis de biais cognitifs socio-culturel. Dans l'intérêt de l'espèce humaine, il n'y a aucune raison d’interdire ces pratiques. Et l'interdiction total et complète de ces pratiques est un extrémisme. Et l’extrémisme n'apporte jamais rien de bon ! "IVG éthique" c'est une chose (en espérant ne pas tomber sur des articles putaclic avec des parties prit, pour vous persuader et non vous convaincre), la pratique en est une autre, et l'environnement encore une autre ! Il serait excessivement mal venu d'amalgamer toutes ces choses pour en tirer des conclusions hâtives ! Il ne suffit pas d'écrire un mot dans Google pour se proclamer chercheur, et encore moins "bon chercheur" ! L'appel à la recherche, c'est bien, c'est une bonne chose. Mais il y a une méthodologie à suivre, on ne fait pas ça n'importe comment ! Parce que le danger d'internet, c'est qu'on y trouve tout et son contraire ! Quant aux attaques personnelles, c'est peut-être une habitude chez vous (je ne sais pas), mais pas chez moi. Donc, votre jugement sur des pseudos "certitudes égocentrés" vous pouvez les garder pour vous, à défaut de les démontrer ! Ça n'en profitera que d'avantage à notre conversation. Puisqu'il s'agit bien de cela, un forum #conversation Heureusement, que tu n'es pas une pro-psychanalyste qui considère injustement l'autisme comme une maladie, synonyme de déficience mentale... Et dans ce cas, il est normal, ou logique, de ne pas considérer l'autisme comme une "maladie grave" que l'on doit éviter, mais comme une neurodiversité qui stimule l'humanité (tant dans son intellect, que dans sa créativité ou son comportement). Et pour l'homosexualité : A en lire tes propos, il faudrait croire que c'est un trouble comportemental ! C'est bien ce que tu en penses, non ? (sinon pourquoi l'avoir écrit comme ça) J'ai l'impression que tes mauvais exemples, pour étayer un argument fallacieux de la pente glissante, sont très malvenu. Bien sûr... Alors demain on arrête d'utiliser des arguments fallacieux de la pente glissante... et la conversation deviendra tout de suite mieux. Vous en doutez ? Parce qu'il y a une: GRANDE DIFFÉRENCE* Il y a une grande différence entre "manques de confiance, dépression, anxiété, phobie (etc, synonyme de trouble du comportement)" et "la trisomie 21, la mucoviscidose, le handicap physique complet, des déformations grave, des maladies respiratoires graves (etc, synonyme de maladie grave, cause de grande souffrance durant toutes une vie)". Faire l'amalgame entre les deux type d'état de santé bien différent, c'est une démarche intellectuellement malhonnête ! *: La taille de ces mots sont proportionnellement égale à mon choc, lorsque je vois des gens confondre "trouble du comportement" à des "maladie grave", pour soutenir leur extrémisme, contre des pratiques normal, logique et bienveillante. Et si je laisse ces mots avec cette taille, c'est pour partager le choque que j'ai subi (si je n'arrive pas à le faire avec la raison, ou l'empathie, au moins comme ça se sera fait), pour me faire comprendre. Un fœtus , c'est un fœtus ... ce n'est pas un être humain ! (mais là, on part sur un autre débat philosophique et médicale/scientifique : l'identité) Vous êtes en plein biais cognitif d'origine socio-culturel, parce que votre cerveau amalgame l'apparence à l'identité (sophisme inconscient) ! 10 semaines ce n'est pas tard (c'est seulement 2 mois), tout le monde n'a pas la capacité de réfléchir RAPIDEMENT et SEREINEMENT (tant avec le cerveau, qu'avec le cœur) sur l'avenir d'une grossesse, d'un couple ou d'une vie ! Quant à la définition de "tard", c'est là encore, un autre débat. ____________ Alors oui, bien sûr, avant de se lancer dans un débat sociétal sans fin avec des idées arrêté, dans chacun des camps, il faudrait résoudre d'autres questions : _ Définir l'identité humaine (scientifiquement et/ou moralement). _ Définir les limites (scientifique et/ou morale) de l'eugénisme, ou de l'avortement. _ Établir la liste des arguments pour/contre/indécis et surtout les comprendre. Mais on est sur un forum, pas dans un groupe de réflexion... Donc, je ne me fais pas d'illusions. Mais, si je me permets d'intervenir ici, c'est pour donner un autre son de cloche, que le lecteur ne soit pas submergé par une seule façon de penser ! Pour que chacun d'entre nous puissions juger en connaissance de cause. Et aussi pour nous grandir/stimuler grâce à nos différences. Car un débat, ce n'est pas l'obligation de trouver une solution, ou d'en imposer une, mais c'est d'apprendre de nos différences pour nous (tous) améliorer.
  6. Houlaaah, non, pas du tout ! Qu'est-ce qu'il est con ce JJ Rousseau, lol ! Il a vraiment envie de confirmer l'anacyclose de Platon ! Élire, dans de bonnes conditions (ce qui n'est clairement pas le cas, actuellement) c'est promouvoir une personne "Capable" et "Volontaire". Si vous êtes capable et volontaire, proposez-vous ! Sinon, "faites pas chier" ! Si se proposer est difficile, voir impossible, dénoncer l'injustice ! La vidéo de science étonnante, sur la réforme du vote présidentiel, est un bon début pour améliorer notre système politique. Ça c'est la courbe de Gausse, qui résumer le QI moyen de la population. Je ne sais pas vous, mais s'il faut élire au hasard un idiot pour gouverner (ce qui est le cas, depuis pas mal de lustre, finalement) on est bien dans la merde ! Je serais d'accord avec vous, avec le tirage au sort, quand tout ira mieux dans le meilleur des mondes, et que la population aura un QI moyen proche de 120
  7. En fait, il n'y a pas de problème, seulement des religieux qui font chier ! #ça-change-pas La manipulation génétique, biologique, environnementale par l'humain existe depuis des milliers d'années. Il n'y a strictement aucun problème d'éthique, on sait très bien faire la part des choses: on évite l'abus, on évite la corruption, on évite l'amateurisme, et on apprend de nos erreurs. (Point) Le truc, c'est que malgré une démarche valide, il y aura toujours, malheureusement, des cons mauvais praticiens Et avec eux, des intégristes religieux, ou simplement des gens arriérés, ignorant, ou névrosé, qui seront dans l’extrémisme, dans l'ignorance ou la peur, qui s'évitent bien d'être dans la réflexion ou le dialogue et qui bloqueront l'évolution. La manipulation des gènes, c'est pour éviter les problèmes de santé, pas pour créer des problèmes "éthique"... Et si malgré tout, il y a véritablement des problèmes d’éthique (qui sera capable d'en juger ? Le premier pecnot venu ? J'en doute), je suis optimiste, la population sera réagir (en espérant que se soit pas une population de pecnot (c'est de l'humour au 2nd degrés, pas un discours pro-Fillon, ou pro-Hollande....))
  8. Oui, sans doute que je déformerais l'amour de la même façon, si je voulais déculpabiliser d'avoir fait des erreurs relationnelles/spirituelle/intellectuelles, ou pour rassurer mon ego d'en avoir subis. Mais on fonctionne tous de façon différente. Donc, tant qu'au final on est heureux sans faire souffrir les autres, c'est l'essentiel ! Non ?
  9. Donc ? ....... ... . Soit honnête ! Dis-leur, comment tu fonctionnes en espérant qu'une d'entre elles te comprenne, et au mieux fonctionne comme toi. La suite se fera naturellement. Pas besoin d'être rustre ou vulgaire lorsque tu t'expliqueras.
  10. Si vous n'êtes pas libertin, les règles sont très simple : Quand on aime, on va pas voir ailleurs ! La fidélité, c'est quand l'amour est plus fort que l'instinct ! Ne faites pas aux autres, ce que vous ne voudriez pas que l'on vous fasse ! Si vous n'êtes ni libertin ni capable de respecter ces règles, c'est que vous êtes cons névrosé. Bonne chance pour l'avenir !
  11. Oui, je suis capable de résumer ma pensée (philosophique). Mais le danger du "résumé", c'est de faire face à des gens qui abusent de la "réduction", pour y inventer des défauts. C'est pour ça, que lorsque j'en ai la possibilité, je détaille ma pensée. Mais le danger du "détail", c'est de faire face à des gens qui ne suivent plus le fils conducteur, à cause des détails. C'est pour ça, que lorsque j'en ai la possibilité, je résume ma pensée. ... Suis-je bon juge, lorsqu'il faut choisir entre le détail et le résumé ? Je l'espère. Je ne prends pas en compte les sophistes qui critiquent seulement la forme de ma pensée. Mais, l'idée que je sois mauvais juge, ne me quitte pas. C'est pourquoi, je fais toujours des efforts. Les efforts ne sont jamais reconnu et ils sont assez frustrant quand on est le seul à en faire, mais je suis droits dans mes bottes et ça me suffit.
  12. Légende : En rouge : Jugement de l'individu, plutôt que réflexion sur la question Ne me jugez pas moi, mais la question ! Pourquoi un tel acharnement sur l'auteur ? Prenez du recule, un peu ! Qui plus ait, vous m'avez visiblement mal jugé. Car je ne suis pas convaincu, ni ne le laisse apparaitre, que tous les cas que je cite sont dès l'origine produits par la motivation de vouloir profiter de la crédulité des personnes... Vos interprétations abusive sur moi, vous pouvez les garder pour vous. Merci. Vous exagérez encore : Je ne m'interpose nul part, et ce n'est pas mes intentions. Je pose une p****n de question philosophique, que les gens s'amusent à éludé, visiblement ! Et si, tout ne se réduit pas à une question d'évaluation des apports irréfutables d'une fonctionnalité observée, cela ne nous empêche pas de proposé une réflexion sur la délimitation des cause défendable, de celles qui ne le sont pas. Votre argument fallacieux de la pente glissante est malvenu. Merci de l'éviter la prochaine fois. Argument fallacieux de la pente glissante... Encore ! Si mon interlocuteur préférait réfléchir sur la question, plutôt que la désobligeance de pratiquer du sophisme, je pourrais m'éviter d'être le gestionnaire du sujet, parce que ça me gonfle plus qu'a vous, sachez-le ! J'utilise des exemples pour détailler la question ! Vous vous focalisez sur ces exemples, à défaut de répondre à la question. Clairement, nous n'avons pas le même usage de ces exemples. Donc, me mettre dans le même panier que vous, c'est petit. Je détails une réflexion, grâce à des exemples. Vous réduisez cette réflexion, à ces exemples (les miens et/ou les votre, qu'importe). les cas que j'ai cités relèves de décisions qui ne sont pas fondés sur le bien commun mais sur une perception d'un progrès spécifique d'une partie de la population [...], ce pourquoi ces exemples sont plus malhonnêtes que ces qui vous font poser le problème d'accepter ou pas des causes de consolation car pour celles que vous cités, chaque personne reste libre d'en user ou pas, pour les cas que je cites, ce sont les impôts est-ce que collectifs qui sont engagés et heuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu Notre divergences continue ici ! Les sujets que vous avez cité sont évidement, dans l'intérêt de l'espèce (contrairement à ceux que je cite et que vous semblez défendre... votre dissonance cognitives devient de suite plus apparente). Et pour information, certains exemples que je donne ne sont pas "libre" au choix, comme vous le prétendez. [...] depuis, que la méthodologie scientifique est objective et utile pour la pérennité de l'espèce humaine ! Si vous avez d'autres questions aussi simple, n'hésitez pas, nous sommes là pour ça. La question n'est pas "Qu'est-ce que Démonax a fait ou dit ?" mais "Faut-il défendre toutes les causes qui consolent ?" Personnellement, je cherche encore une réponse. Mais si vous voulez m'expliquer qu'il n'y a pas de réponse, je serais ravis de le comprendre ! Excuse moi d'être franc, mais : Pourquoi imagiez-vous que je vous ai manqué de respect en rayant le mot "scientifique" dans votre citation ? Votre exagération puéril de l'irrespect, n'est pas la bienvenu, elle dégrade la qualité de nos échanges. Si vous remettiez votre citation déformer dans son contexte, vous comprendriez, que j'ai rayé ce mot pour pouvoir écrire ensuite: Autrement dit, si votre citation, sans le mot "scientifique", est votre conclusion, alors nous avons la même ! Pas besoin de tergiversé sur des intentions inventé, pour mieux occulté la question d'origine. Vous focalisez sur des exemples, ou me jugé, ne vous suffit plus ? Si vous ne savez plus quoi faire, vous pouvez toujours répondre à a la question: "Faut-il défendre toutes les causes qui consolent ?" certaines des personnes se sont trompé, je l'ai expliqué. Que n'avez-vous pas compris dans cela ? Pourquoi vous mentez ? Vous inventez des motivations, ce n'est pas très correcte ça ! Pour le reste, je me fiche de savoir si vous avez aimé (ou non) un exemple, ou si vous m'appréciez, parce que cela est totalement hors contexte et pollue notre démarche intellectuelle. Je vous prouve depuis le début que vous fuyez la question d'origine, pour vous concentré sur des broutilles qui n'ont aucun intérêt ! Après, si vous vous sentez obligé de me dénigrer, pour éviter une remise en question de votre démarche intellectuelle.... je comprendrais votre dissonance cognitive, et ne pourrais rien y faire. Mais au final, vous n'aurez toujours pas répondus à la question ! MERCI D'AVOIR ENFIN RÉPONDU !!! C'est tout ce que j'attendais, parce que le reste n'a aucune valeur. Et là, je constate notre point de vue différent sur la civilisation et son développement. Et là, je comprends que je n'ai aucun intérêt de communiquer avec vous, qui imaginait un complots d'industrie techno-scientiste anti-nature (on dirait des gros mots, ha ha ), ou qui amalgame "critique constructive et légitime" à "dévaluer une unité" (#Dissonance-cognitive, visiblement l'un de mes exemples à fait mouche ). PS: Mon correcteur orthographique habituelle, ne fonctionne pas. Désolé pour les fautes d'orthographe.
  13. Un argument ad hominem... O RLY? Vous n'avez pas quelque chose d'intéressant à dire sur le sujet, plutôt que de faire des attaques personnelles ? Oui, car m’inventer des intentions pour mieux les dénigrer, ce n'est pas constructif, c'est un argument fallacieux de l'homme de paille #Sophisme Ce que je veux ? C'est réfléchir #ChacunSonTruc Défendre la subjectivité dans un raisonnement, c'est peu dire de la médiocre qualité de la réflexion... Vous prétendez savoir à la place des autres (dont moi), ce dont ils ont besoin ! "Faite ce que je dis, pas ce que je fais" Ce n'est pas seulement moi qui critique la démarche psychanalytique, l'homéopathie ou autre. Mais des professionnels, dont c'est le métier de réfléchir sur un sujet. Ignorant va, Et sinon, faut-il défendre toutes les causes qui consolent ? _________________ Si à vos yeux, ces situations ne sont pas réellement des causes maintenus artificiellement juste pour une certaines notion de la consolation, alors dans ce cas, vous êtes victimes du conditionnement sociale qui rend ces situations et personnes irréductible. Vous voulez me faire croire que nous, que ces situations, ces personnes ne peuvent pas être de réductible fourmis face à l'immensité du temps et de l'espace ? Seriez-vous entrain de sacralisé des gens, ou ces situations, ou d'empêché toutes remises en cause légitime ? Ne prétendez pas savoir à côté de quoi je passe. Explique-le, merci. Ces remises en causes sont légitime, ces questions sont légitimes. Car, en plus d'avoir des arguments valides pour dénoncer l'erreur et améliorer les démarches; il est très important de trouver et comprendre cette frontière entre ce qui est acceptable, de ce qui ne l'est pas, dans l'intérêt commun. Ne réduisez pas une réflexion à ces exemples. C'est du sophisme, et se serait mal venu. Mais puisque vous en parlez: Comment faites-vous la différence entre "la conquête spatiale, les recherches génomiques pour prolonger la vie, les nanotechnologies transhumanistes, la troisième génération de réacteur nucléaire, et vous en passer des meilleurs encore..." et des démarches malhonnêtes ? Et si vous deviez aider d'autres personnes à comprendre la nuance, comment ferriez vous ? (Vous érigez-vous comme le sauveur, ou inventeriez-vous des règles objectives, que vous partageriez ?) Car les domaines scientifique que vous nommés sont valides par une méthodologie, une objectivité, un jugement en connaissance de cause et des améliorations ; mais cela n'empêchera pas des gens malhonnête d’essayés de s'y épanouir. Alors je vous le redemande, plutôt que de me juger : Si c'est votre conclusion, alors nous avons la même. Maintenant, la réflexion philosophique c'est de savoir si ce compromis existe et si oui, sous quel forme ? Escroquerie : Délit, tromperie consistant en l'obtention d'un bien ou la fourniture d'un service au moyen de l'usage d'un faux nom, d'une fausse qualité, de l'abus d'une qualité ou de manœuvres frauduleuses. Action d'escroquer, de tromper la confiance de quelqu'un. Il n'y a aucune ambiguïté, le mot est juste. Il y a seulement des sujet tabou, sensible, partiaux, sacré, délicat... J'utilise des exemples pour expliquer une démarche intellectuel, pour expliquer une question ! je me fiche de vos exemples, s'ils ne servent pas à expliquer une pensée. Quels sont vos réflexions ? Enfin, vous n'êtes pas juge de ma compréhension, mais seulement de votre habilité à vous faire comprendre. Vous comprenez ? Faut-il défendre toutes les causes qui consolent ? Oui, non, peut-être, je ne sais pas, pourquoi ?, comment ?, mais... La réponse vous appartiens.
  14. Manque affectif, paresse émotionnelle, névrose, libido entretenue, image sociale, intérêt économique, quotidien rassurant, peur de l'avenir, manque de confiance, #Véritablesraisons Si les couples modernes se créaient sur le cœur et la raison, ça se serait ... #pessimiste ? Non #réaliste.
  15. Où se trouve la limite entre "créer un business sur une croyance" (exemple : Lourde, Roswell, Le monstre du Lochness, l'homéopathie, la psychanalyse freudienne, les guerres de religion,...) et "une escroquerie" ? Pensez-vous que pour 1 personne aider sur 1 000, on doivent tolérer l'obscurantisme/l'escroquerie ? À partir de quelle ration, une escroquerie qui soulage, est-elle défendable ? Faut-il défendre toutes les causes qui consolent ?