Demonax

Membre
  • Compteur de contenus

    1 239
  • Inscription

  • Dernière visite

2 abonnés

À propos de Demonax

  • Rang
    Forumeur alchimiste
  • Date de naissance 01/01/1917

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Lieu
    Terre

Visiteurs récents du profil

3 030 visualisations du profil
  1. Bonjour, Lorsque je clique sur "Sujet auquel j'ai participé", je vois une liste de sujets dans lesquels j'ai écrit un message. Parfois, le message est supprimé par la modération, parfois le sujet ne m'intéresse plus, parfois le topic se transforme en nid à troll/intégriste. Dans tous les cas, je ne souhaite plus suivre le sujet. Ma question est donc : Comment supprimer le suivi d'un sujet auquel j'ai participé ? Merci pour votre aide.
  2. Si on parle de l'officier : La police américaine n'est pas réputée pour son zèle ! Donc, rien de nouveau. #OSEF Si on parle de l'enfant : Les écoles américaines sont un milliard (j'exagère un peu) de fois plus efficace (et inclusive) avec les personnes autistes, qu'en France ! Pour un cas comme celui-ci, il y a 10 000 aurtes cas où ça se passe bien mieux qu'en France. Et je ne parlerais pas ici, de la stigmatisation, ou des erreurs de diagnostique, ou des erreurs d'aides. _______ Je serais dans mon "droit morale" de vous insulter de ******** ** *****, ou de ******* et *'****** ** ****** ! Mais, je me retiendrais #civisme Au Etats-Unis, ou en France, qu'un enfant (autiste ou neuro-typique) tappe un professeurs, ou ces camarades (ou lui-même), n'est pas aussi fréquent que vous ne le croyez. Cela existe, mais ce n'est pas courant. Au Etats-Unis, ou en France, qu'un enfant autiste tappe un professeurs, ou ces camarades (ou lui-même), n'est pas aussi fréquent que vous ne le croyez. Cela existe, mais ce n'est pas courant. Les aides de vie scolaire, ne sont pas là pour aider les fous, mais pour aider des enfants dans le besoin, quel qu'ils soient. C'est des gens comme vous, avec leur ignorance/obscurantisme, leur préjugé, leur stigmatisation et leur nivellement par le bas, qui détruisent l'avenir de ces enfants (ou qui font subir l'effet pygmalion négatif). Et tous les enfants autistes n'ont pas besoin d'AVS ! D'ailleurs, l'autisme n'est pas une psychose, un handicape, ou une maladie (en rapport, de près ou de loin à la folie). C'est reconu internationnallement ! C'est une condition neuro-développemental, qui occasionne des différences sociale, qui peuvent s'apparenté à des difficulté, dans deux domaines: le relationel et le comportemental. Et, il existe une trop forte hétérogénéité, tant phénotypique, que génotypique, pour généraliser les personnes autistes; C'est pour cela qu'on parle d'un spectre autistique ! Et c'est pour cela, qu'amalgamer des personnes autistes à des handicapé mentaux, des fous ou des malades, c'est faire une stigmatisation ! Quant aux dangés, ou à la violence de certains enfants autistes. Dans la plus part des cas, elle n'est que la conséquence d'un environnement excluant, stigmatisant et lui-même "violent" pour un enfant autiste ! Si on apprenait d'avantage, le respect, et la tolérance aux gens comme vous, il est évident que la France aurait moins de problèmes avec la compréhension et la gestion de l'autisme !!!
  3. Je parlais de politique (à l'origine ce sujet est dans la rubrique "société"), car je me suis aperçu qu'un des grands candidats était pistonné par la psychanalyse. Sachant que la psychanalyse est la pire des méthodes pour comprendre ou gérer l'autisme. Maintenant, je m'inquiète de voir ce candidat en tête de certains sondages. Pour votre sœur, j'en suis désolé J'espère qu'un jour, votre sœur guérira sa maladie la "normalité", qui s'accompagne souvent d'une infection aux " préjugés" ! Blague à part, la culture française est vraiment très imprégner de préjugé. Ce qui devient très vite stigmatisant pour une population hétérogène, qui habite un pays qui à environ 40 ans de retard dans la gestion et la compréhension de l'autisme ! Un pays, qui préfère payer 240 000€ à 7 familles, plutôt que de faire des réformes dans l'intérêt de 1% des Français dans la gène (d'après mes recherches, ce pourcentage est plus élevé en réalité). Un pays qui à subit plusieurs avertissements du Conseil européen (2004, 2007, 2008, 2012, 2014) pour discrimination à l’égard des enfants autistes, défaut d’éducation, de scolarisation, et de formation professionnelle. Un pays qui, sous le lobbying de la psychanalyse d'obédience freudienne (et malgré le suicide de certains parents subissant la pression de certains psychanalystes) continuera d'interpréter abusivement l'autisme comme une psychose infantile (alors que ce n'est pas plus le cas, à l'international, depuis 1980). Un pays, qui emploie toujours la psychanalyse pour soi-disant comprendre et guérir l'autisme (alors que ce n'est pas une maladie)! Un pays où les médecins sont formés sur l'autisme avec seulement 2h de cours, sur un totale de 7 ans d'études (et je ne vous parle même pas du corps professoral). Un pays, où les médias considèrent l'autisme comme un handicape, ou une maladie (alors qu'à la commission scientifique internationale sur l'autisme qui se tenait le 3 avril au Ministère des Affaires Sociales et de la Santé, en vue de la préparation du plan Autisme 4; Le comité scientifique à répondus "C’est une mauvaise explication scientifique de définir l’autisme comme une maladie, au même niveau qu’une grippe ou une tuberculose." On parle seulement d'une condition neuro-développementale qui occasionne des différences sociales). Enfin bref, c'est un pays de fou Plus on stigmatise les personnes autistes ... moins on reconnait le diagnostique des autistes qui vont bien (et qui prouve le retard de la France). ... plus la recherche sur l'autisme subis des biais en epistémologie (avec le biais de sélection en particulier) ... plus on demande de l'aide pour des gens, qui n'ont en pas obligatoirement besoin (lorsqu'il suffit d'être tolérant). ... plus la France s'endette et s'embourbe dans des complications administratives (et financière) pour aider. ... plus on quémande de l'aide à des organismes excluants, voir pas du tout adapté à la compréhension et la gestion de l'autisme (Exemple : la psychanalyse). ... plus la France s'endette... et plus les autistes sont stigmatisées.... et plus il y a de préjuger... C'est un cercle vicieux. C'est pour ça qu'il faut le briser, en commençant par arrêter cette stigmatisation ! Et comment faire ? En apportant, des preuves, des arguments, des exemples, des sources... ce que j'essais de faire ici, mais ce n'est pas toujours facile au quotidien
  4. Certaines personnes (autistes, ou normopensants) sont handicapées, malade, en souffrance, ou déficientes. Mais toutes les personnes (autistess, ou normopensants) ne sont pas handicapées, malade, en souffrance ou déficientes. Par exemple, avec l'autisme : Temple Grandin, Josef Schovanec, Steev Jobs, Susan Boyle, Daryl Hannah, Louis Tremblay, Julie Dachez, Hugo Horiot, Satoshi Tajiri, Dan Aykroyd, Bram Cohen, Daniel Tammet, la liste est longue... (Et pensez bien, que dans le privé, avec Mr et Mme "Tout-le-monde" et leur strategie de coping, la liste est encore plus longue.) Et faire croire le contraire, en amalgamant toutes ces personnes (autistes, ou normopensant), à des handicapés, à des malades, à des gens en souffrance, ou à une déficience mentale, c'est faire une stigmatisation ! La stigmatisation, c'est une action ou une parole qui transforme une caractéristique en une marque négative ou d'infériorité (source ici). L'autisme est une source de stigmatisation (démontré par Hodge en 2005, ou Dadesan en 2005, ETC , google scholar est votre ami). Il serait temps, que la France évolue. Parce qu'il existe une très forte hétérogénéité inter-individuelle, tant génotypique que phénotypique (Conclusion d'études: constantino & Charman en 2016, Focquart & Vanneste en 2015; Esapen & Clarke en 2014), il est impossible de définir l'autisme comme un handicap (et encore moins comme une maladie, puisque scientifiquement/médicalement l'autisme n'est pas une maladie, c'est reconu internationnalement depuis 1980). Et malheureusement, encore aujourd'hui des abrutis gens (ou des escrots ?) confondent l'autisme avec une déficience mentale, des handicap physique, la maladie de Lyme, la schizophrénie, la dépression, la psychopathie, avec une maladie neuronale, une psychose enfantile, avec un manque affectif parentale, avec des ogm/vaccin... la liste des erreurs (ou des profits ?) est grande. Il ne faut pas considérer les autistes pour des handicapés, car la plus part n'ont pas besoin d'aide. Ce n'est qu'une neurodiversité ! Mais, il faut inclure les enfants handicapés (qu'ils soient autistes, ou non-autistes), donner des aides à ceux (enfant ou adulte) qui ont en le besoin (qu'ils soient autistes, ou non-autistes), tout en apprenant la tolérance aux enfants et adulte (qu'ils soient autistes, ou non-autistes). Lorsque vous voyez un politicien amalgamer l'autisme à un handicap, une déficience mentale/physique, ou à une maladie ; vous pouvez être sûr que ce politicien (ou son parti) n'y connaît absolument rien, et qu'il s'en fout royalement ! Il ne fera que vous baratinez ce que vous avez besoin d'entendre pour voter pour lui, et on appelle ça la "démagogie". Bien sûr, le système en place vous conditionnera toujours à "voter pour un candidat", ou plutôt "contre un candidat". Mais rappelez vous que vous avez aussi le droit de voté blanc. Et voté d'après vos convictions, n'agissez pas sans raison.
  5. Est-ce une phrase "putaclic" (ou maladroite) pour attirer les gens, sur le site ? C'est possible, car par la suite : on ne retrouve plus jamais cette notion dans le site. Ils parlent de "trouble envahissant du développement qui affecte les fonctions cérébrales". En sachant que les maladies et les troubles, sont deux choses très différentes. Est-ce une erreur, un oublie, une obligation, (lobbying psychanalytique), autre ? .... (?) Je ne sais pas. Considèrent-ils vraiment l'autisme comme une maladie ? Si oui, dans ce cas (comme je l'ai déjà expliqué avec plein de lien, dont certains avec les définitions officiels des organismes de santés et de recherches mondiaux) ils se trompent ! Après, je ne peux que me répéter : " Malgré de bonnes intentions, la France est en retard sur la compréhension et la gestion de l'autisme", "il faut garder espoir sur l'évolution des mentalités", "il faut combattre la stigmatisation et les amalgames". Il faut se battre contre la parole qui transforme l'autisme en une marque négative ou d'infériorité ! Bien sûr, il y a des gens qui souffrent, ou qui sont handicapé, qu'ils soient autistes, ou non-autiste ! Mais, en ce qui concerne la neurodiversité, il y a une trop forte hétérogénéité interindividuelle tant génotypique que phénotypique, pour tolérer cette pathologisation.
  6. La suite sur ce lien ! J'aime bien cette idée. Car, sans doute vrai (merci Rasoir d'Ockham) ! Vivement que la France évolue... Mais avec les présidentiels qui arrives (et leur programme), je crains le pire en matière de recherche et de gestion de l'autisme en France.
  7. Alors, ce ne sont pas mes animaux, mais je les trouve sympathiques, joueurs et chaleureux, bien que souvent bébête !
  8. Il y a deux sortes de scientisme : Celui que les crédules, les escrocs, les obscurantistes, les idiots, les scientistes (et j'en passe..), emploient pour méjuger l'esprit critique qui leur démontre leurs erreurs. Et il y a celui que les crédules, les escrocs, les obscurantistes, les idiots, les scientistes (et j'en passe..), emploient pour définir les instruments de leurs délires. Pour les autres, pour tout le reste, il y a MasterCrade
  9. Je vais me faire l’avocat du diable, mais... laissez le mal tranquille ! C'est un être vivant comme les autres, qui à le droit d'exister ! Et puis, sans lui, vous ne seriez pas faire la part des choses. Il a son utilité. L'habit ne fait pas le moine ! Ne donnez donc pas au mal, tous les maux qui siègent dans votre âme ! Ainsi parla Sara Toutça...
  10. On peut concevoir un individu extrêmement intelligent (potentiel), et malveillant (intention) ! Mais, ça ne serait pas "raisonnable", d'utiliser ce potentiel avec de tel intention.
  11. Ce n'est pas une "confusion", de mon point de vue, c'est une logique qui s'applique dans tous les cas. Pas obligatoirement ! Grâce à la réfutation, il est possible de démontrer l'incohérence d'une affirmation sans preuve; Et cela sans avoir à prouver qu'il n'y a pas de preuve, mais juste en prouvant l'incapacité des axiomes/postulat de bases.
  12. Grâce à la magie du cerveau, ce qui est "raisonnable", peut se justifier Donc, des gens peuvent avoir "plus raison", que d'autres #Démonstration #Réfutation ! Je te jure que c'est vrai, c'est magique !... Nous (humains) naissons tous égaux en droit, en en devoir (au mieux*) et en ignorance. Mais ça s'arrête là, malheureusement *: Je dis "au mieux", car malheureusement, il a certains pays comme l'Arabie Saoudite qui n'applique pas ces principes moraux. Haaaaaaaaaa ! Je viens de faire une erreur !! Je viens de comprendre, que tu parlais des "religions". Alors, je me pose la question : Est-ce que ce que j'ai dit, s'applique aussi aux religions ? Autrement dit : Existe-t-il des "raisons" dans les milieux religieux ? ... Je ne crois pas ! LOL Donc, on est sauvé, le principe de "différence" raisonnable ne s'applique pas, puisque se ne sont que des croyances Tu n'es pas explicite, ce que tu dis n'a aucun sens ! Démonstration : La foi est un principe reconnu en psychologie; que se soit la "foi" en l'humanité, en une divinité, en l'amour, en son chien, ou autres... L'origine de la foi, et sont expression peut être différente, mais son fonctionnement psychologique est le même (c'est pour ça, qu'on a inventer un mot pour les définir toutes : foi). Ta foi envers ta divinités, fonctionne psychologiquement de la même façon que ma foi envers l'humanité Tu parles du Big Bang, en connaissance de cause, ou c'est pour faire ton obscurantiste (je te connais maintenant, je peux me permettre de poser cette question) ? Dans un cas, ça ne m'intéresse pas, et dans l'autre cas, c'est un fait prouvé; D'ailleurs, je t'invite à voir cette vulgarisation d'Huber Reeves. Tu parles de l'évolution, en connaissance de cause, ou c'est pour faire ton obscurantiste (je te connais maintenant, je peux me permettre de poser cette question) ? Dans un cas, ça ne m'intéresse pas, et dans l'autre cas, c'est un fait prouvé; D'ailleurs, je t'invite à voir cette vulgarisation Pascal Picq. Et quand tu auras fini de polluer ce topic, on pourra reprendre le sujet d'origine, merci Si la réalité est illusion, alors celui qui à écrit cette réalité, est dans une illusion, et ces propos n'ont aucun intérêt ! #Paradoxe #Sophisme #Démonstration-par-l'absurde Tu as tellement de simplicité à raccourcie de façon fallacieuse 3,8 milliards d'année d'évolution La vie doit être plus simple, avec cette facilité à "simplifier à l'extrême (quitte à déformer la réalité)" les choses !... _______ KeepFeeling Je n'ai absolument aucune idée du lien entre mes réponses et tes questions déplacés. Désolé Je suis libre-penseur, et je ne méprise pas la différence, au contraire, je trouve que la diversité nous stimule (dans le bon sens du terme). Ce que je méprise condamne, c'est la malhonnêteté de certains individu (ou groupe), qui profitent de l'ignorance (ou la naïveté) d'autrui pour abuser d'eux (l'abus peut être psychologique, économique, sociale, physique, etc). Et qui ne tente rien, n'a rien ! Si tu ne veux pas essayer d'être plus intelligent, c'est ton problème, c'est ton choix ! L'intelligence ce n'est pas un esprit critique unique ... Que doit-on penser des gens qui renient la réalité, ou la réflexion ?... Moi j'ai mon avis, je vous laisse avoir le votre Si tu n'as pas compris quelque chose, n'hésite pas à me le faire remarquer (par message privé, si besoin), plutôt que de me provoquer avec des accusés infondées. Tu dis (et je te cite) que les athées méprisent ce qui est différent d'eux. Et que leur différence ne leur fait pas être plus intelligent, ou plus près de la réalité. Je ne fais que te corriger, en démontrant que tous les athées ne sont pas méprisants, comme tu le dis. Et que si certains se considèrent plus intelligent, ou proche de la réalité, c'est grâce à la raison (qu'ils peuvent justifier), qu'elle que soit leur spiritualité (croyant, agnostique, athée, ou autre..). Tu comprends ton erreur de comportement, maintenant ? Tu aurais dut écrire "Pour certaines personnes" à la place de "athées, croyants". Car dans un cas, c'est ton opinion, et dans l'autre c'est une affirmation fausse. Cause -> conséquence. Maintenant, que tout le monde à compris son erreur, on peut tourner la page
  13. Nous le constatant grâce à la juridiction de différents pays, la "justification" peut revenir soit à l'accusateur, soit au défenseur. Dans un débat, dans un échange, dans un problème, [...] Qui doit se justifier en premier ? ------ Pour moi, c'est l'accusateur qui doit justifier ces accusations. Ensuite, le défenseur, doit justifier sa défense. Et enfin, un juge impartial, réfléchis en connaissance de cause, et (essaye de) trouve la meilleur conclusion. Même si cela peut paraitre difficile dans certaines situations, voir presque injuste, c'est un principe qui permet d'éviter que n'importe qui puissent accuser n'importe comment les autres (on évite la quantité, pour se focaliser sur la qualité). Et puis, cela fait référence à la charge de la preuve. La première personne qui agit, doit être la première à se justifier (dans les circonstances qui le permettent), pour que son acte soit tolérable.
  14. La première partie du message pourrait être parfaitement légitime s'il n'y avait pas juste après un ''sauf que t'es pas intelligent parce que tu penses pas comme moi''. [...] Qui a écrit "t'es pas intelligent parce que tu penses pas comme moi" ? ...... Haaa ! Je viens de comprendre maintenant ! Désolé pour le retard C'est ta malhonnêteté intellectuelle ! LOL Je n'avais pas remarqué au début, que tu faisais exprès de me donner une mauvaise intention, pour mieux déformer mes propos. Bien joué, tu es une très bonne sophiste Mais en vrai, quand tu auras fini d'interpréter abusivement mes intentions, pour te donner raison, on pourra continuer la conversation Malheureusement, je ne pourrais pas répondre à tes questions, car ce n'est pas ce que je crois. D'ailleurs, je ne sais pas pourquoi tu pose ces questions, mais je respecte tes croyances #tolérance Si tu as envie de croire que tu es moins intelligente (ou autre) parce que tu te considères croyante, c'est ton droit. Mais essaye de ne pas l'imposer aux autres, il existe des croyants intelligents qui ne méritent pas tes diffamations, il ne faut pas les stigmatiser. Et puis, ça n'a pas vraiment de rapport avec le sujet, donc je te prierais de ne pas insister (ou de créer un autre topic), afin d'éviter les hors-sujet, ou les trolls. Les gens qui pensent détenir la vérité, ne valent pas mieux que les autres. Puisque, toute vérité est subjective, chacun possède sa vérité, ça n'avance pas à grand chose. Par exemple : tu pensent détenir la vérité sur mes intentions, c'est mignon, mais cette malhonnêteté intellectuelle n’aboutis à rien. C'est pour ça, que d'autres personne préfèrent s'efforcer de se rapprocher de la réalité. Ce qui n'est pas la même chose. Un autre exemple, pour t'aider à comprendre : Si pour quelqu'un "1+1 = 5"; pour cette personne c'est sa vérité ! Mais dans la réalité, "1+1 =2". Est-ce que tu comprends mieux, maintenant ? Tu parles de ta condescendance à mieux connaitre les intentions des autres en déformant leur propos ? Ou tu parles de ta condescendance à juger autrui d’apathie, alors que rien ne te permet de le faire ? Personne n'apprends quoi que ce soit en se vautrant dans la puérilité d'un ego mal placé
  15. Et bien, justement non ! Mon point de vue (sans vouloir te l'imposé , je ne fais que l'exposé ) c'est de considérer qu'un "sophiste ne peut pas convaincre, il ne peut que persuader". Le sophiste n'emploie pas la raison qui dit que l'habit ne fait pas le moine, il emploie l'illusion qui dit que l'habit fait le moine. Le sophiste n'a pas d'argument pour convaincre, mais seulement pour persuader. La question reviendrait donc à savoir : "Qu'est-ce qui est le mieux pour s'imposer, dans ce contexte : convaincre (#raison) ou persuader (#sophiste) ?" Si la persuasion est une technique de manipulation excessivement facile, face à des mammifère émotionnellement influençable; Convaincre est bien plus "légitime" de part sa solidité argumentative ! Le problème, se posera d'avantage sur le potentiel intellectuel du public. Qui serait capable d'être convaincu ?... Qui préférerait être persuadé ?... Mais c'est un autre débat, pour un autre topic.