Aller au contenu

Diguedi

Membre
  • Compteur de contenus

    12
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Points

    0 [ Donate ]

À propos de Diguedi

  • Rang
    Forumeur balbutiant

Informations Personnelles

  • Sexe
    Femme
  • Pays
  1. Mescaline, je comprends ta réponse. Mais tu n'as peut-être pas tout vu dans le métier. Tu es encore bien jeune. (5 ans de métier approximativement?)Travailles-tu en domaine rural ou dans des quartiers difficiles? Quelle est la politique du conseil Général de ton département? Il y a d’énormes différences partout et ailleurs. En tant que comptable dans le secteur social je peux te dire que j'en ai fait des budgets, compté les lits nécessaires, compté le nombre d'infirmiers ou d’éducateurs a embaucher etc..Surtout qu'a l’époque il y avait le passage aux 35 heures et a l'Euro et changement de con
  2. Ayant travaillé comme éducatrice spécialisée dans des foyers d'accueil de l'ADSEA puis comme chef de service comptable dans un centre d'accueil pour jeunes adultes autistes, je peux affirmer qu'il existe un minimum de "résidents" nécessaire pour non seulement boucler le budget mais également demander une revalorisation du nouveau budget pour l’année suivante.. C'est exactement la même chose pour tout département professionnel dépendant de budgets de l’état ou municipaux..Aussi, si les intervenants sociaux veulent garder leur boulot et le justifier, ils ont besoin d'un minimum de cas a traiter
  3. Sais-tu qu'en France il existe un quota minimum d'enfants a placer a la DASS? L'assistance sociale n'a plus qu'a traquer les parents vulnérables et les pousser a bout pour justifier le placement des enfants. Plus tu t’énerves, plus tu marches dans leur jeu. Surtout calme et souriante.. Comme je le disais il y a quelques jours, j'ai vécu exactement le même genre de situation. Et j'ai finalement quitté la France pour ne pas devenir folle. Un dernier conseil: demande conseil et appui auprès d'associations de femmes battues ou autres. (Même si ton ex n’était peut-être pas violent)et emmerde t
  4. Mère célibataire, a chacune des grossesses que j'ai menée a terme, j’étais tombée enceinte "par accident". Chaque fois, vu les circonstances dramatiques de la conception de ces "fœtus" j'ai été amenée a choisir ou non de poursuivre la grossesse. J'ai finalement (seulement) donné naissance a 4 enfants. Et a chaque fois les motivations furent différentes. A 18 ans, rebelle a l’éducation reçue de mes parents, je rêvais d’élever un enfant idéal, de montrer "aux adultes" une meilleure philosophie du monde et de l’éducation. Et j'imaginais pouvoir rendre cet enfant heureux, loin des tracas matérie
  5. J'ai vécu une situation assez proche de la tienne avec la visite de "l’enquêtrice sociale". J'en ai pris plein la gueule jusqu’à être menacée d'aller en prison si je ne présentais pas l'enfant a leur père (violent, alcoolique, ayant quitte le domicile conjugal a 2 mois de grossesse du dernier,me harcelant et me menaçant moi et mes parents de morts etc.) Ces gens-la cherchent a nous pousser a bout, nous détruire. Aurais-je du paraitre encore amoureuse de mon ex-mari? Je me le demande..En tout cas, je croyais qu'ils étaient la pour m'aider et je me suis bien trompée. J'ai eu néanmoins de la ch
  6. Ma méthode en tant que "nanny" et mère de 4 enfants: Le prends l'enfant sur mes genoux et lui dit sur un ton calme et avenant: "Écoute, je n'aime pas quand tu réponds comme cela et je te demande de me répondre différemment. Je comprends que tu sois énervée ou que tu veuilles finir ce que fais avant de venir, mais Moi j'ai besoin que tu viennes de suite parce que ...(le bus arrive, on va être en retard etc..) Et tu sais je peux aussi accepter si tu me réponds "oui maman, j'arrive mais avant j'ai besoin de finir cela". Ok poussin?" 1) Expliquer que l'on n'accepte pas son vocabulaire ou attitu
  7. J'ai maintenant bientôt 56 ans..On m'a toujours dit qu’être un adulte c'est être responsable et raisonnable. Et mes pauvres parents s'arrachaient les cheveux a cause de moi. Mais être responsable et raisonnable ne sont que des notions subjectives attachées a une culture, un environnement. Le plus important n'est pas de savoir si l'on est toujours un enfant ou un adulte mais de faire les choix qui sont bons pour nous-même sans s'occuper de l'opinion des autres tout en respectant la liberté des autres. Ensuite, garder son âme d'enfant n'a jamais fait de mal a personne. Être vrai avec soi-même
×