Aller au contenu

disappointed90

Membre
  • Contenus

    15
  • Inscription

  • Dernière visite

1 abonné

À propos de disappointed90

  • Rang
    Forumeur balbutiant
  • Date de naissance 06/01/1990

Informations Personnelles

  • Sexe
    Femme
  • Pays
  1. bonjour, que deviens tu? est ce que cela s'est arrangé pour toi dans ta vie amoureuse, ? à bientôt, passe un bon week end,

      aa
  2. Casdenor l'a publié, mais je le remets: Et je rajoute le lien d'une vidéo très intéressante et nécessaire faite par Loka, qui reflète tout à fait ce que je pense et est selon moi très juste:
  3. Le week-end dernier, j'ai eu droit à des messages sur facebook, skype, mon téléphone...Et là rien. Et sinon, je n'aime pas le téléphone. Non mais.... tu dois avoir raison! Il faut que je me fasse une raison... Je verrais demain son comportement avec moi. Je vais prendre mes distances, et je verrais bien.
  4. Merci Pascalin. Je ne pense pas... Même si, pendant un temps, je lui en ai voulu et rendu un peu responsable de ma situation (entre autre par rapport à mon long chômage suite à mon emménagement avec lui), qu'effectivement, j'ai eu la sensation d'en faire bien plus chez lui et pour lui... Tout ça, nous en avons parlé. Je n'ai rien gardé pour moi. Je ne pense pas que ce soit une question de vengeance car à aucun moment je me suis dis "il va souffrir/payer, cool!". Bien au contraire, même. Je te remercie pour ton intervention, tout de même. Tous les avis sont bons à prendre en compte... Il y a des "pistes" de réflexions auxquelles je n'aurais jamais songé autrement. Oh, je comprends mieux, alors! C'est bon d'avoir un avis d'une personne qui comprend de près ou de loin la situation. Pour le moment, j'essaye d'enfouir au fin fond de moi tout ce que je ressens. Mais je ne suis pas bien, mon conjoint le sent/le voit, et on est malheureux tous les deux. Donc ce que tu dis est bien vrai. En plus, je n'ai pas eu de nouvelles de l'autre homme depuis vendredi et j'en ai une boule au ventre. Ce qui est paradoxal puisque je ne fais rien pour prendre contact avec lui et tout pour essayer de passer à autre chose. Mais la raison et les sentiments........ Merci Cassandre. Effectivement, vu sous cet angle... tout ce que tu dis est bel et bien plausible. Même fort probable. Merci à toi. Je vais laisser le temps au temps, et peut-être que j'aurais la réponse. Je l'espère, en tout cas! Et s'il s'avère que ce ne soit ni avec mon conjoint, ni avec l'autre homme que mon avenir doit s'écrire, j'espère ne jamais plus revivre une situation pareille. C'est vraiment inconfortable, limite empoisonnant. Je n'aime pas ne rien contrôler...
  5. Bonsoir Cassandra, Je vais tenter de répondre aux questions que tu m’as posé. Il se comporte avec moi de façon très séduisante, sans en faire trop. Ce n’est pas de la drague lourde (j’ai horreur de ça) et nous n’avons pas flirté verbalement (ou du moins, je n’en ai pas le souvenir/je ne l’ai pas pris comme ça). Mais les regards ne trompent pas… Nous avons eu des conversations plutôt « profondes »sur la vie, sans rentrer dans des détails et nous nous sommes trouvés des points communs (au final, si !) sur nos façons d’être et d’appréhender la vie. Il est plutôt prévenant oui (je lui ai même demandé s’il était comme ça avec toutes les femmes, et il m’a assuré que non). Nous avons partagé des moments à 2, oui, mais pas en dehors de notre lieu «professionnel». Oui, il m’a déjà téléphoné, une fois, car il s’inquiétait de ne pas me voir. Je suis d’accord sur le fait de ne pas pouvoir savoir quoi faire si je ne cherche pas à le connaître davantage. Cela dit, quand j’essaye de m’intéresser à sa vie, il ne me dit que ce qu’il a envie de dire. Une fois, il m’a clairement fait comprendre que ça ne me regardait pas (ou alors, c’est moi qui ai mal compris ! xD ). Je crois qu’il a surtout du mal, car sa situation actuelle ne le rend pas du tout heureux (ça, c’est ce que j’ai cru comprendre aussi…). Il ne s’est jamais montré pressant envers moi. Il m’a dit qu’il respecterait mon choix, quel qu’il soit. Quand je lui ai demandé ce qu’il cherchait, il m’a dit qu’il n’était pas seul à décider, que ce serait selon ce que MOI je veux de lui. Soit c’est qu’il ne veut pas se mouiller, ne sait pas ce qu’il veut non plus, soit c’est qu’il est très amoureux. Au début des « regards qui ne trompent pas », je ne savais rien de sa vie et vice-versa. Nous étions en train de discuter ensemble, avec un autre collègue, lorsque ce dernier à évoqué mon conjoint. J’ai répondu brièvement à sa question et mon regard s'est posé immédiatement sur « l’autre homme », pour voir sa réaction. Et j’y ai vu de la déception, de la tristesse, du doute…On s’est regardé (encore), et je l’ai interrogé du regard… Mais nous n’étions pas seuls, et nous n’avons pas pu approfondir le sujet. Quelques jours plus tard, par messages, je lui ai parlé de mon conjoint brièvement, pour lui dire que nous étions quasiment fiancés. Il a eu une réaction bizarre, me faisant comprendre qu’il ne souhaitait pas que j’évoque mon copain tout le temps (c’était bien la première fois, pourtant ! xD). Je lui ai demandé s’il était jaloux, il m’a fait comprendre que oui, et moi je lui ai répondu que contrairement à lui, je n’étais pas mariée ! Il n’a pas su quoi dire… Pour ta question concernant le week-end, je ne le vois pas car je suis avec mon conjoint... et j’avoue que ça me fait peur de me retrouver avec « l’autre homme » dans un autre contexte, de peur de faire une bêtise irréversible (je précise qu'il y a déjà eu échanges de baisers).De plus, par la suite j’ai appris qu’il avait femme et enfants (je le pensais séparé, mais il m’a dit que c’était plus compliqué que ça… Je connais la chanson !). Concernant son âge, il a 7 ans de plus que moi. Oui, tout à fait d’accord sur le fait que ce ne soit pas bon quand l’homme reste une énigme, sans compter que je n’aime pas ça! Et en même temps, on ne peut pas vraiment forcer une personne à parler si elle n'en a pas envie. Merci énormément pour ton retour d’expérience et tes conseils, tout ça me fait déjà réfléchir à pleine batterie. Merci d’avoir pris le temps pour moi… Penpen… Merci ! Et voilà que je me suis mise à pleurer en lisant les premières lignes de ton message.Je crois que tu as mis le doigt sur quelque chose… Tu es également de très bon conseil. Ton message m’a fait du bien et du mal à la fois, car il m’a fait prendre conscience de pas mal de choses. Oui, comme je l’ai dis précédemment, penser à moi n’est pas chose facile. Non seulement je n’en ai pas l’habitude, mais également je me sens mal à l’idée de jouer les égoïstes comme je le fais là. Et pourtant, je pense que tu as raison lorsque tu dis que je dois prendre le temps de réfléchir et de m’écouter. … Merci à vous deux, vraiment… !
  6. Merci Clara! Oui, je suis consciente que ça ne peut pas durer indéfiniment. Effectivement, j'aime mon copain. Ça fait un moment qu'on a dépassé le stade où l'on ne voit jamais les défauts de l'autre. On se connait par cœur... Cela n'évite pas quelques disputes, bien entendu. Mais il n'y a plus trop de surprises. Et je vois tout autant les nombreux problèmes que nous avons. Peut-être est-ce (entre autre) le fait de trop se connaître (et de m'ennuyer un peu aussi au quotidien - et depuis un certain temps, je dois l'avouer) qui me pousse à avoir envie de nouveauté? .. Concernant l'autre personne, tu es de très bon conseil. Prendre du recul au sens propre est un peu difficile, étant donné que l'on se voit tous les jours (sauf le week-end). En revanche, je tente d'analyser la situation en essayant de rester le plus lucide possible (ce qui n'est pas vraiment facile, en ce moment). En réfléchissant à tes questions, de prime abord je peux dire que je ne le connais pas assez pour répondre à tout ça. Je n'ai pas envie de vivre avec lui, je ne sais pas si je serais capable de passer des étapes difficiles avec (comme j'ai pu le faire avec mon conjoint, par exemple). Nous n'avons pas la même culture, il ne parle pas très bien notre langue et pour ce qui est des points communs, je n'en sais que bien trop peu. Tout ce que je peux dire, c'est qu'à partir du moment où nous nous sommes rencontrés, le feeling est passé et nous avons ressenti chacun de notre côté le besoin d'être ensemble, l'un à côté de l'autre. C'est comme si un aimant invisible nous attirait l'un vers l'autre. Je suis plutôt très solitaire, voir "sauvage", et lui c'est pareil. Étrange, non? Par contre, il reste très flou sur sa situation, ce qui m'intriguait énormément jusque là. Je savais qu'il était papa, mais en revanche, je ne savais pas qu'il était toujours avec la mère. Depuis que je l'ai appris (non sans mal), je suis encore plus torturée. L'idée que je puisse détruire une famille me rend encore plus malade. J'essaye de me raisonner, je tente de me détacher au maximum... Il va falloir que je range mes sentiments au fin fond d'un tiroir, dans une pièce fermée à double tour et dans laquelle je ne remettrais plus jamais les pieds. Et en plus/au final, depuis le début de tout ça, je ne mange quasiment plus si bien que j'en ai fait un malaise cet après midi. Et je me suis demandé ce que je faisais là. En fait, je me suis rendu compte qu'en plus du fait d'avoir l'estomac noué à longueur de temps, le même manège se reproduit tous les vendredis: je suis mal car je sais que je ne le verrais pas du week-end. Débile, vous avez dit débile? Enfermez moi. Merci pour tes conseils.
  7. Merci The Dalek =) Couples libres ou pas, l'important est le respect et l'écoute que l'on s'apporte mutuellement. Le but dans une relation n'est pas de faire ce que chacun veut au détriment des envies de l'autre, mais de composer ensemble, je pense. Bizarrement, le fait qu'il me comprenne (une fois de plus) sur un sujet qui me paraissait être difficile à aborder sans rien casser, me fait me rendre compte que je l'aime encore plus fort. Je comprends que ça puisse échapper à beaucoup. La nouvelle "épreuve" pour moi maintenant est d'apprendre à savoir gérer tout ça.
  8. Encore merci Mythique Pareillement! Pour les personnes qui tomberaient sur mon topic en recherches ciblées ou même les personnes qui souhaiteraient connaître la (petite) suite: Après un long week-end de réflexion et de remise en question, une discussion s'est imposée tout naturellement avec mon compagnon dès mon retour. Il sentait que je n'allais pas bien, que je m'éloignais de lui et il voulait tout simplement connaître l'origine de mon "mal-être". Pour faire bref (ce qui n'est pas forcément mon fort ), je lui ai tout dit. Il l'a pris d'une façon assez déconcertante dans le sens où je ne m'y attendais pas le moins du monde. Nous avons parlé et tenté de comprendre ensemble pourquoi nous en étions arrivés à là, pourquoi je ressentais ça, est-ce qu'on pouvait y "remédier" et si oui, comment, etc... Il m'a beaucoup écouté, ce qui m'a fait le plus grand bien. Il m'a avoué que ça lui était déjà arrivé de penser très souvent à une autre fille depuis que nous étions ensemble (mais que ça avait été passager, qu'il ne s'était rien passé), qu'il aimait séduire/plaire (hommes et femmes confondus, amicalement concernant les hommes, plus dans la séduction concernant les femmes)... qu'en bref, il pouvait comprendre. D'autant plus sachant que ça fait très longtemps que je n'avais pas été aussi épanouie côté "professionnel" (ma formation me plait énormément), moral et vie sociale. Concernant l'autre homme, j'ai dit à mon copain vouloir l'éviter, pensant (bien qu'au fond de moi, le contraire) que ce "coup de cœur" pouvait passer. Mon copain me l'a déconseillé, car selon lui j'aurais de plus en plus envie de le voir si je me l'interdisais. Bref, c'est un peu soulagée, toujours coupable et avec pas mal d'appréhension que je passe une (très) mauvaise nuit tout de même. Aujourd'hui, j'ai revu l'autre homme. Et bien que j'ai plutôt tout fait pour l'éviter (quand même), le sort s'est un peu acharné contre moi (ou bien il le faisait exprès?) mais je tombais sans arrêt sur lui. Et c'est au détour d'un couloir qu'il m'a attiré vers lui et embrassé. C'était fait et malgré la culpabilité, je dois avoué que j'en mourrais d'envie et j'ai trouvé ça très agréable. Mais voilà, je pensais tout le temps à mon copain... Quand je suis rentrée, je lui en ai parlé. Je lui ai dit que, peut-être/au fond, je n'étais pas faite pour m'engager à 23 ans, que j'avais besoin de vivre d'autres expériences, que j'étais perdue mais que je savais qu'au fond de moi je l'aimais de tout mon cœur. Il a une vision du couple très traditionnelle, ce que je peux comprendre totalement. Moi je me vois avoir la même, mais dans 10 ans, éventuellement. Que je comprenais qu'il n'ait pas la même vision que la mienne, que je ne le forçais pas à l'adopter mais que lui, en retour, ne pouvait me forcer non plus. Que nous étions dans une impasse... Je crois que c'est l'une des premières fois où j'ai réussi à réellement imposer mes envies comme je l'ai fait là... A ne pas me plier aux siennes, pour faire plaisir. Et là, l'impensable s'est produit. Pour me faire plaisir ou par peur de me perdre, il m'a annoncé après réflexion qu'il m'autorisait à embrasser d'autres hommes si j'en ressentais vraiment l'envie, à condition de le lui dire. J'ai bien essayé de savoir si c'était vraiment ce qu'il voulait, s'il n'allait pas en souffrir, le rassurer... Et visiblement, pour le moment, il m'a dit vouloir tenter de se faire a cette idée là. Il m'a dit prendre ça un peu comme un jeu et j'ai pu vérifier que l'idée ne lui déplaisait pas... Je précise que je lui ai donné le même droit en retour... En revanche, je ne ressent pas le besoin de le savoir. Je pense que ça me tourmenterait plus qu'autre chose, dans un premier temps en tout cas. Mais si j'ai le droit, par extension lui aussi, ça me semble logique. Voilà... je ne sais pas où tout ça va nous mener, mais on est tous les deux partis du principe que si nous ne tentions rien, notre relation était de toute manière vouée à l’échec. Principalement de mon côté car je ne serais jamais complètement heureuse (car plus ou moins bridée dans mes envies) et lui (dont le plaisir n'aboutit avant tout que lorsque j'en prend), pas heureux non plus. Au final, on est plus tellement dans le chemin habituellement convoité du couple traditionnel, ni dans celui du libertin total, mais si nous arrivons à définir nos propres règles dans le respect de l'un et de l'autre... pourquoi pas?
  9. Merci de ta franchise. Effectivement, vu sous cet angle, je ne vois pas pourquoi je me prends autant la tête. Je pense effectivement faire ce que tu me conseilles. Je vais tenter de limiter au maximum les dégâts... Ah non, non! Si je prends la décision de quitter mon copain, je n'irais pas habiter avec l'autre homme. On vient à peine de se rencontrer et si, en plus, ça n'aboutit à rien..... Ce serait de la pure folie! La peur de me retrouver à la rue est bien là, mais concernant mon copain. J'ai mis toutes mes économies dans son appartement, et je n'ai pas suffisamment de ressources pour me trouver un logement seule, et personne pour m'héberger, à part lui. Oui... C'est bien vrai! C'est un bien gentil compliment compte-tenu de ma situation et de ce que je vous dévoile là. Je n'ai pas une bonne opinion de moi en général, mais alors là.... Oui, c'est peut-être un tournant. Un tournant aussi inattendu qu'effrayant, je l'avoue. Milles mercis, dans tous les cas... Avoir comme seule compagnie la solitude n'empêche pas d'avoir un jour connu l'amour et de comprendre ce que peuvent traverser d'autres personnes dans des situations différentes de la sienne. :)
  10. Oui, tu as raison. Dans tous les cas, pour le moment, je suis "coincée"... Je crois que je vais continuer à prendre sur moi. Je sais d'avance que ce ne sera pas facile... Mais j'ai beau retourner le problème dans tous les sens, je ne vois pas de solutions. J'ai déjà vécu dans ma voiture et je ne veux pas revivre ça. Et les foyers, n'en parlons même pas... Chacun sa vision des choses. Pour moi le peu que tu as dis est réducteur. Heureusement que certains couples arrivent à garder leur jardin secret. On est pas des robots, on à des sentiments et des réactions chimiques qui ne peuvent être contrôlés. C'est pas parce qu'une personne va fantasmer sur quelqu'un que forcément, elle n'aime plus l'autre.
  11. Pardon mais je ne crois pas avoir dit l'avoir trompé. Je pense que s'il y a bien des choses qu'on ne contrôle pas, ce sont bien les sentiments! Je ne vois pas ce que la confiance vient faire là dedans. On a confiance l'un en l'autre, et ça n'a pas empêché ce qui est en train de se passer pour autant. Merci de ton avis. Quand tu dis que je vais trop vite sur mes jugements, tu dis ça par rapport à quoi, s'il te plait? Oui, je suis bien d'accord avec toi qu'un week end n'est pas suffisant pour réfléchir sur 4 ans de relation. Mais ça reste un début, ça lui évite de me voir cogiter, de se stresser (je ne suis pas décidée à lui en parler pour le moment, je lui ai juste dit que je n'étais pas dans mon assiette), et moi de ne pas avoir de "distraction". Je n'ai pas d'échange avec l'autre homme, d'ailleurs. Je veux vraiment me retrouver seule, pour réfléchir un peu et envisager les prochains jours/semaines, pour commencer. Oui, il ressent qu'il se passe quelque chose car je n'ai pas le même comportement que d'habitude (peu bavarde, enfermée dans mon coin, fatiguée, mange pas), difficile de passer à côté. S'il n'avait rien vu, je me serais sérieusement poser des questions à l'inverse. Je suis également tout à fait d'accord avec le reste, d'où ma décision de prendre du temps pour réfléchir correctement et ne pas agir de façon encore plus stupide. Merci, c'est gentil. Je pense que le break lui ferait du mal pour rien. Si je prends une décision, autant que ce soit direct pour ne pas le laisser espérer quoi que ce soit. Et puis de toute façon, un break en habitant sous le même toit... pas évident! Et pour ma formation, je ne peux pas rester où je suis en ce moment même pour le week end, la distance était trop importante. Merci énormément pour tes mots qui me font sérieusement réfléchir. On peut dire que ma formation est indispensable pour que je puisse être indépendante financièrement/ne plus dépendre de lui (mon domaine professionnel premier étant totalement bouché et ne me plaisant plus, entre autre). Si je quitte mon copain, (je pense que - à ce stade c'est ce que je pense mais je n'ai pas encore le don de voir dans l'avenir, partons du principe que le mot jamais ne peut donc être utilisé) ce ne sera pas pour l'autre personne. Si je le quitte, c'est que je ne suis plus heureuse avec lui. Peut-être que ma rencontre m'a ouvert les yeux sur ça, me fait réfléchir mais en aucun cas elle ne doit être la raison pour laquelle je quitte mon copain. Rien que pour le fait de ne pas savoir ce qui m'attend par la suite... C'est pour ça que je (veux) reste® prudente. Il est vrai que j'ai un "sérieux problème" avec la reconnaissance et le sacrifice. Jusque là j'ai toujours fait passer les envies et le bien être de mes proches avant ma personne, de sorte à ce que tout le monde soit "bien" et heureux. Peut-être est-ce aussi pour ça que je me pose tant de question...? Je me comporte actuellement comme une égoïste, et j'ai du mal à imposer mes envies. Merci encore pour tes mots...
  12. Oui... tu dois avoir raison. Merci à toi! Pour Maïla (merci!): Effectivement, c'est une très bonne question. Je pense que, même avant cette rencontre, je restais avec lui pour plusieurs raisons: - La première étant que je n'ai pas d'autres endroits où aller, pas suffisamment de revenus pour ne serait-ce qu'aller à l'hôtel (même le plus bas de gamme) quelques temps. Pas de personne à contacter qui serait susceptible de m'aider (et, de toute manière, je n'aime pas déranger les gens avec mes problèmes et les importunés - ce qui est plutôt "comique" en fin de compte, quand on lit ce que je viens d'écrire...) - L'habitude, la tranquillité (on se connait sous tous les angles). C'est vrai que le week end, il passe le plus clair de son temps à ses occupations. Par exemple il peut passer des heures à jouer à des jeux vidéos. Avant ça m'agaçait. Maintenant, j'ai pris l'habitude et je me suis habituée à vaquer à mes propres occupations. De temps en temps, il tourne sa tête pour me dire qu'il m'aime, et ensuite il se concentre de nouveau sur son jeu. Vous voyez? - La peur de l'inconnu, la sécurité. Je sais que je peux compter sur lui. Si je ne l'ai plus dans ma vie, je n'ai plus personne. C'est dingue, mais le fait d'écrire tout ça, j'ai l'impression qu'en fin de compte... j'ai l'impression que ce que j'aime chez lui, c'est le fait qu'il m'aime, justement.
  13. Merci pour vos réponses, j'ai été "soulagée" de voir que j'avais des réponses, dès mon réveil. Merci Samira. Effectivement, en relisant mon message, je me suis rendu compte que je n'ai pas attribué à juste titre la véritable attitude de mon copain. Même s'il est un peu égoïste et immature par moments, il sait également être attentionné et très gentil avec moi aussi. Personne n'a fait autant que ce qu'il a fait lui, pour moi. Il m'aime, ça j'en suis certaine. C'est d'ailleurs pour ça que je dois avoir autant de culpabilité (en partie). Mais oui, tu as raison, si je me suis senti autant "redevable" et si j'ai compensé du mieux que j'ai pu, c'est effectivement qu'il y avait bien des attitudes qui m'ont mis mal à l'aise. Merci Alex. Je suis vraiment désolé pour ta situation, tu dois beaucoup souffrir. Effectivement, l'amour ne se contrôle pas, et jamais je n'aurais pensé que ça puisse m'arriver ce genre de chose. Comme tu le dis si bien (et tu as tout à fait raison), je connais à peine cet homme. Pas suffisamment, en tout cas, pour plaquer plus de 4 ans de vie de couple d'un claquement de doigts. Déjà, parce j'ai trop de respect pour mon copain qui ne mérite pas ça, et ensuite car je ne sais pas à quoi m'attendre. Merci Melie. Oui, il ne mérite clairement pas ça. J'ai la hantise de lui faire du mal, c'est horrible. Je garde tes conseils précieusement, si jamais je venais à partir. Savoir lui expliquer, sans lui rajouter de peine supplémentaire, m'a l'air d'être une tâche bien difficile. Mais par contre, je n'arrive pas à déterminer si je ne l'aime plus. C'est étrange comme sensation. L'inconnu me fait peur, l'inconnu sans lui aussi... Tout est chamboulé. Je ne contrôle rien.... Je ne pourrais jamais lui faire ça... L'idée m'est insupportable, d'ailleurs. Merci, vraiment, pour vos messages. Merci également de ne pas porté de jugements. Vous êtes adorables! Je ne suis pas contre d'autres avis. Çà fait du bien de pouvoir s'exprimer sans craintes. Je pars pour le week end, pour réfléchir. On sera chacun de notre côté. J'ai besoin de me retrouver seule. Mon copain sent que je suis pas bien. Je mets ça sur le coup de la fatigue, mais forcément, il me connait trop bien et sent que quelque chose de bien plus "grave" se passe. Ça me rend malade cette situation. Je pense constamment à l'autre homme, j'en arrive à être triste de ne pas le voir du week-end. Le temps me parait durer une éternité. Il a mon numéro depuis hier et j'ai l'impression d'être une ado de 12 ans, scotchée à mon téléphone portable pour voir un signe de lui. Je ne me reconnais pas du tout...L'homme en question reste une énigme pour moi, je connais seulement quelques bribes de sa vie (qui à l'air pas mal compliquée aussi. Il a deux enfants, qui plus est...). Je pense que la priorité pour moi est de tenter de retrouver une indépendance), en priorité. Sauf que seule, à ce moment précis, c'est impossible. Je n'ai pas de quoi vivre seule. Je sais que même si j'avouais tout à mon copain, il n'exigerait pas de moi que je parte (surtout qu'il ne s'est rien passé avec l'autre homme en question. J'ai tout fait pour éviter tout contact avec lui, même si c'est pas facile... ). Mais je ne suis pas à l'aise à l'idée de faire de la colocation en compagnie d'un homme que je vais sans doute blessée profondément... ce serait un châtiment de plus pour lui. Ma tête est en ébullition.
  14. Bonjour à tous, Avant toute chose, je tenais à remercier les personnes quiliront mon message. J’espère ne pas recevoir trop de jugements méchants etgratuits, je me sens vraiment très mal, voire honteuse et je culpabilise déjà beaucoup… J’ai 23 ans et je suis en couple depuis plus de 4 ans avecun homme de 26 ans. Nous avons emménagés très vite ensemble (au bout de 6 moisde relation précisément). Avant mon emménagement, j’avais un boulot qui ne mepassionnait pas et j’ai fait la bêtise de le démissionner pour pouvoir vivreavec lui (dans un autre département que celui où j’habitais – et plusprécisément chez mes parents. La relation que j’avais avec eux à l’époque m’aun peu (beaucoup ?) poussée à partir pour diverses raisons pas très sympasà raconter – et ce n’est pas le sujet. Mais Bref…). A la suite de mon emménagement, j’ai rencontré un premier souci :plusieurs longs mois de chômage. Je travaille depuis que j’ai 16 ans et je n’aipas supporté cette longue période d’inactivité. N’ayant plus de revenus, maismon copain ne souhaitant pas me voir partir, j’ai fait énormément de travauxseule dans son appartement (taudis dont il est propriétaire) et ai assumétoutes les taches de la maison. Je me sentais énormément coupable de ne pouvoir participer financièrement comme j’auraidu le faire, d’autant plus que mon copain est plutôt proche de ses sous. Je « compensais »comme je pouvais. Mais à aucun moment il ne m’a dit de partir où m’a reproché d’êtreun poids pour lui. Nous avons traversé plusieurs crises (déprime donc, pertes de proches, soucisfinanciers…) mais nous sommes toujours restés ensemble malgré tout. Nousparlons beaucoup, sommes vraiment très complice et j’ai énormément de respectet d’affection pour lui. On se connait vraiment bien, on peut dire qu’on a plusvraiment de secrets l’un pour l’autre…. Quoi que… C’est un homme tendre et affectueux mais quelque peu immature et parfoiscolérique. J’ai souvent l’impression de vivre avec un enfant, en fin de compte…Aussi, nous n’avons pas les mêmes passions mais je participe aux siennes pourlui faire plaisir et essayer de mieux comprendre son univers. J’ai perducontact avec la majorité de mes anciens amis, et ceux qui me restent ne l’apprécientpas vraiment. Il est très casanier, un peu « papy avant l’heure »comme on me l’a déjà fait comprendre. On ne sort que pour les occasions qui luifont plaisir, mais rarement pour celles qui me tiennent à cœur. Mais à côté de ça, il m’a beaucoup aidé. Et là je vais rentrer dans les détails des événements qui me font culpabiliser. J’ai entrepris une formation il y a quelques semaines. Elleme plait énormément, elle se trouve près de mon lieu d’habitation et j’airetrouvé un semblant de vie sociale… Bref, tout roule. Sauf que (et bien oui ! Il faut toujours un hic, évidemment !) j’y aifait la connaissance d’un homme. Dès qu’on s’est vu, on ne s’est plus lâché. J’ai eu un énorme coup de cœur, et visiblement,il semblerait que ce soit réciproque. J’ai la fameuse boule au ventre, l’appétitqui est parti, mes jambes qui tremblent et mon cœur qui bat la chamade dès qu’onse retrouve tous les deux. Hormis des milliards de sourires béats dès qu’on s’aperçoit/qu’on est ensemble,des conversations et de longs moments de flottement où l’on se regarde dans lesyeux (à deux doigts de se sauter dessus), il ne s’est rien passé de physique(pas de bisous ou plus). C’est dur d’expliquer ça, mais je pense que lespersonnes qui sont déjà passées par cetétat sauront immédiatement de quoi je parle. Mais voilà, je culpabilise car je pense constammentà lui. Même le soir, quand je suis avec mon copain. Au point où ça me rendtriste… mais triste ! Je tente de refouler par tous les moyens possibles ce que je ressens, maisjusque là, je n’y arrive pas. Je n’ai aucunement envie de faire souffrir mon copain (qui n’est au courant derien – pour une fois…) qui m’a tant aidé et tant soutenu jusque là. Et je n’aipas envie de quitter ma formation, car si je me sépare de mon copain, je n’aiplus de domicile et vraiment nulle part où aller. J’ai l’impression (et ce n’estpas la première fois) de rester avec lui par dépit. C’est horrible commesensation !!! Je ne sais pas ce que je recherche en venant ici… mais si vous pouviez medonner vos avis, des conseils, des retours d’expériences… un sort de désenvoutement ? Désolé pour ce long pavé, mais ce n’est pas facile de planter un « décor »plus que large mais tellement concis pour vous parler de mon problème. Je suis vraiment perdue… J’ai peur de faire du mal à qui que ce soit… De céderet de faire des erreurs… Par avance, merci…
×