Aller au contenu

frédifrédo

Membre
  • Contenus

    1555
  • Inscription

  • Dernière visite

5 abonnés

À propos de frédifrédo

  • Rang
    Un petit Socrate
  • Date de naissance 08/18/1914

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Pays
  • Lieu
    Hendaye
  • Intérêts
    Privés et publics
  1. Certes j'imagine qu' un beau discours peut parfois masquer une laide vision du monde, très bien cachée. Pour autant un beau discours ce n'est pas du vent. Quand on transpire la haine, il est très difficile de ne pas le faire ressortir dans ses mots, ne serai-ce pour ne pas que se sentent trahis ses partisans les plus actifs. Ecoute les discours de Hitler, Staline, Poutine même, et de nombreux autres encore, leur façon de fonctionner transpire la haine ou la pauvreté morale, à qui sait les lire. Après, je ne prétends pas être expert en discours de Kagame, j'en ai lu quoi six ou sept, cependant je n'ai pour l'instant rien trouvé d'inquiétant, et les critiques que j'en ai entendu jusqu'à présent ne sont pas solides, elles ne touchent pas des points majeurs d'une idéologie de haine ou d'un système d'idées moralement défaillant. Mais éclaire-moi si tu trouves des mots profondément malsains ou même très douteux dans ses discours. Et aussi je te retourne la question, pourquoi toi tu crois à cette thèse qui fait de Kagame le monstre le plus terrible de la région des Grands Lacs ?
  2. Mais sur quoi repose cet acte d'accusation ? Sur des témoignages, de qui ? Sur des traces matérielles, comment remontent-elles à Kagame ? Cet acte d'accusation, on y croit ou on n'y croit pas, moi j'ai du mal à imaginer que tout y soit juste, après je n'ai pas la compétence d'en évaluer le degré de vérité.
  3. Bien accueillie par la population hutue, sans doute, mais bien accueillie par les extrêmistes hutus haineux du FPR voire des tutsis, certainement pas ! Un chemin de réconciliation était possible, sans doute, mais saurait-on évaluer son épaisseur ? Quand les troupes de Kagame ont marché sur la capitale pour prendre le contrôle du pays, elles n'ont rencontré que très peu de résistance. Pourquoi ? Parce que, bien que très supérieures en nombre (mais moins équipées et moins organisées), elles étaient occupées à massacrer des villages tutsis ! (J'ai trouvé ça sur Wikipédia) N'est-ce pas là la plus ignoble forme de lâcheté au combat ? Si Kagame est responsable de l'attentat présidentiel, ce qui me semble tout compte fait possible, on peut imaginer qu'il ne s'attendait pas à une telle fureur éradicatrice (doublée d'une stupidité sans nom) de la part de l'armée défenseuse de son président ethniste pro Hutu Habyarimana, et on peut être certain que la mort de près d'un million de rwandais innocents en quelques semaines ne faisait pas partie des "dommages collatéraux" que Kagame soit prêt à accepter. Je me suis pas mal documenté sur le sujet ces derniers jours. Ce que Kagame ne parvient pas à avaler, c'est ce dont je parlais, c'est la base profonde des massacres : les idéologies (actives ou passives). Kagame y fait d'ailleurs clairement référence dans ses discours. Les français ont fait le choix de soutenir une stabilité de pouvoir par un président d'idéologie ethniste pro hutu... avec sans doute un petit espoir que ses idées changent. Mais force est de constater, et ce sont là les "graves erreurs d'appréciation" dont a parlé Sarkozy, que le racisme ethniste de Habyarimana et d'une partie de son élite (et très certainement de ceux placés juste en dessous) allaient croissant (loin d'un discours d'apaisement des tensions qu'on aurait souhaité) et se répandait allègrement dans les bouches et les oreilles du peuple rwandais, jusqu'à la preuve que le génocide était prêt à exploser : l'élément déclencheur qui provoqua la réaction immédiate et fulgurante que nous connaissons. Mais si le président n'avait pas été assassiné, est-ce que 800 000 personnes auraient été quand même massacrées ? En vérité il est impossible de savoir si oui ou non (impossible de chercher des preuves formelles d'une situation hypothétique ! ). On peut toutefois raisonnablement avancer qu'une purge ethnique était très probable, mais sur une plus longue durée avec plus de possibilité pour les populations de fuir (car la haine -relativement- moins intense dans les coeurs des génocidaires). "Responsabilité de premier plan" ? Ce serait là rejeter la faute sur les autres comme a tendance à le faire Kagame lui-même ! Etre responsable (complice ou auteur) d'un évènement déclencheur ne signifie pas qu'on porte une responsabilité de "premier plan" sur la suite des évènements, enfin après on tombe dans un jeu de nuances de vocabulaires. Disons plutôt que la responsabilité "de premier plan", ce sont avant tout les extermineurs Hutus eux-mêmes, à la limite l'idéologie exterminophile appuyante du génocide. Car leur retirer la responsabilité première de leurs actes reviendrait à les considérer comme des êtres finalement pas adultes, voire même un peu comme des bêtes... et je t'accorde que pour commettre les atrocités de masse qu'ils ont fini par commettre, il faut avoir perdu pas mal de piliers qui constituent ce que j'appelle être un humain. Au moment de leur furie punitive, ils n'étaient plus des hommes mais des monstres, je veux dire de véritables monstres, au sens le plus fort et le plus concret du terme. Les choses les plus monstrueuses qu'un être humain puisse commettre, ils le firent... et certes, n'oublions pas que d'autres avant eux en firent autant, des tutsis, des membres du FPR y compris j'imagine, en particulier au Burundi. ... à côté de ça, assassiner un président et sa cohorte, porteur d'une profonde idéologie raciste aux relents nazis, ça passerait presque pour un vol de bonbons à la boulangerie d'en face :( Ce que je peux te dire Constantinople, après avoir lu plusieurs discours de Kagame, c'est que cet homme n'est pas tout à fait en paix avec lui-même (http://www.dailymotion.com/video/xcd44r_discours-de-nicolas-sarkozy-et-paul_news). Mais par contre, je peux te dire aussi que c'est un être qui désire ardemment pousser les peuples d'Afrique vers la qualité générale, la force d'aller de l'avant, de construire leur avenir avec efficacité et pragmatisme. Il pense que le Rwanda a un rôle à jouer, et en premier lieu dans le sens de l'exemplarité en termes de réconciliation, de l'unification du peuple de son pays, et d'une prospérité, inséparable de la paix. je pense qu'on ne peut pas en dire autant, et même peut-être loin de là (mais là j'avoue ne pas trop savoir), de son prédecesseur assassiné. Kagame est un guerrier, mais il est avant tout un constructeur. La grande énergie qu'il déploie, la quantité de déplacements diplomatiques, avec des centaines de discours de qualité (http://www.paulkagam...emid=56〈=en), et dans l'optique de créer de bonnes relations un peu partout dans le monde (développement, culture, écologie, coopération, ...), en témoignent. Son prédecesseur ne faisait-il pas plutôt partie des destructeurs, malgré les efforts de la France ? Lisez ceci : http://www.dailymoti...ame-rwanda_news Tu vois Constantinople, quand j'entends ce gars là parler comme ça, je me dis que, comme la France, il peut avoir commis des erreurs, mais qu'en tout cas il a la tête sur les épaules, que ses objectifs sont tout à fait clairs, et surtout qu'ils sont les bons, exactement les bons même. Quand j'entends un discours comme ça, moi, je me sens ami avec lui. Je me suis amusé à comparer avec un discours de Joseph Kabila, le dirigeant actuel du Congo, à l'ONU. Y a pas photo !
  4. En effet sur qui a assassiné le président Habyarimana, il y a controverse, deux thèses non élucidées. Je cite Wikipédia (http://fr.wikipedia....ent_Habyarimana) Donc en réalité on ne sait toujours pas qui a commis un tel acte, effectivement assez déstabilisateur pour mobiliser toute une population déjà tendue dans les précipices du chaos. Le truc qui me fait pencher, c'est cela : "Le lendemain, les extrémistes hutus ont éliminé les éléments modérés du gouvernement, avant d'exterminer les populations civiles tutsies ainsi que les Hutus qui s'opposaient au génocide." Donc déjà, les premiers responsables du plus grave crime, le génocide (il me semble qu'il s'agit d'environ 800 000 morts), ce sont bien ceux qui sont tombés dans cette folie meurtrière ciblant les familles et des pacifistes, et les circonstances atténuantes ici, dans un monde qui tourne rond, ne doivent pas peser bien lourd, j'espère que nous sommes d'accord avec ça Constantinople. Ensuite, le fait que ces extrémistes excités s'en soient pris aux Hutus modérés, ainsi qu'à tous ceux qui cherchaient à s'opposer au génocide, ça par contre, ça pèse lourd sur les idées des exterminateurs. Ils voulaient bel et bien se débarrasser de toute présence s'opposant à la suprématie du "Hutu power", ils avaient un refus féroce et très déterminé de toute solution d'ouverture. Après bon, on sait aussi que dans le groupe identitaire Hutu, il y avait aussi de fortes disparités, notamment Nord Sud, suffisantes pour que des exactions d'un même degré d'horreur surviennent, donc il serait naïf de mettre l'identité "Hutu" dans le même panier, et idem pour l'identité "Tutsi". Dans tous les cas, ce qu'il s'est passé là bas, et qui est peut-être susceptible d'arriver encore, c'est en plus d'être abominable, complètement débile. N'importe comment des gens qui font ça ne peuvent qu'être des demeurés, d'un niveau éducatif bas, vraiment très très bas :(. la première explication de cette guerre et de ces exactions, c'est donc avant tout à cause d'une sorte d'hystérie collective, "construite" si j'ose dire depuis des décennies, on a vu que ça a commencé avec les colons allemands qui firent naître des thèses racistes, ethnistes pour structurer la société là bas, à mon avis le traumatisme profond à l'origine de toute cette merde... mais à charge alimenté par les uns et les autres en Afrique. Alors Certes il semble bien que Paul Kagame ne soit pas parmi ceux qui calmèrent l'incendie, et qu'on ne peut pas le retirer de la liste des suspects de l'attentat ou de meurtres envers des civils, et que dans tous les cas il est coresponsable de la mort de millions de gens en Afrique équatoriale du fait d'avoir participé à des affrontements guerriers augmentant les tension, d'avoir lui aussi mis de l'huile sur le feu. Bon après je ne prétends pas savoir vraiment qui il est. D'ailleurs à part accuser la France, au fait, il dit quoi et il fait quoi ce président, est-ce qu'il encourage correctement à la dissolution des identités malsaines et au partage du pouvoir, est-ce qu'il tient des discours de fraternité générale et de lutte contre la corruption... ou est-ce qu'il fait partie d'une organisation secrète qui prône la domination des Tutsi sur toutes les autres races africaines dans la région des grands lacs ?
  5. La France est responsable de ne pas avoir vu venir le coup, alors que tout le monde savait que les tensions identitaires Tutsi-Hutu allaient grandissant, et de manière inquiétante. Beaucoup sentaient que ça risquait de péter sévèrement, c'était la guerre, et ce n'était pas à prendre à la légère ! Elle est responsable au mieux de son ignorance, sinon de son aveuglement : là bas, il y a de vieilles coutumes ancestrales claniques qui sont plutôt cachées, latentes, et que nous ne connaissons plus en Europe. C'est le principe de l'idéologie dont je parlais. Il existe, et il existe toujours, une idéologie populaire de type "guerre inter-ethnique", probablement aussi vieille que l'humanité elle-même, mais qui se structure dans l'inconscient le plus souvent. Pas besoin d'un livre éthiquement boîteux comme Mein Kampf ou le Coran pour générer des massacres de masse. Les peuples en sont tout à fait capables d'eux-mêmes . Notons tout de même que si tu n'es ni un homme, ni attiré par les armes, ni sous-éduqué éthiquement, tu ne pourras pas commettre d'exactions aussi folles et odieuses... mais tu peux toutefois transmettre aveuglément l'idéologie qui va avec. Autre chose, un président qui agit dans le sens du rapprochement du pouvoir entre une minorité Tutsi exclue, et une majorité Hutu grisée par le pouvoir, ne peut évidemment qu'être assassiné par des extrêmistes Hutus ! Mais peu importe le degré d'organisation consciente, de planification, du génocide (bien que tu reconnaisses qu'il y a eu planification méthodique "après coup"), ça aurait pu être évité si les français, les belges ou les américains (ainsi que les Allemands), ou n'importe quel ethnologue ou sociologue, avaient eu de meilleures connaissances des mécanismes profonds alors en jeu, et avaient été en mesure de convaincre l'armée française et les services secrets français qu'une purge populationnelle éradicatrice, la chose la plus atroces que l'humanité puisse commettre, se dessinait. Maintenant qu'on sait, plus jamais ça ! Moi je dis que cet évènement devrait être étudié (et bien sûr analysé et qualifié éthiquement), en cours d'Histoire contemporaine dans tous les collèges d'Europe et d'Afrique.
  6. Savoir partager c'est bien, mais prendre en main ce qu'on gagne, et gérer une certaine quantité de biens et d'actifs à la mesure de ses moyens, et surtout à la mesure de ce qu'on désire réellement, c'est tout aussi important, il faudrait qu'on comprenne ça une fois pour toutes ! Si vous voulez, une vision marxiste du monde, c'est une vision du bien qui est incomplète, et d'une certaine façon fausse. Le communisme ne fonctionne pas non pas parce que l'humain est trop mauvais, mais parce que ça ne prend pas en compte certaines choses qui sont nécessaires et essentielles, et qui tournent autour du principe de motivation, de moteur d'énergie. Comme dit précédemment. Ce ne sont pas des défauts humains, ce sont des éléments nécessaires et même logiques de notre constitution humaine. Nécessairement toute civilisation extra-terrestre est confrontée (à des degrés variables) au principe de la confrontation entre l'intérêt individuel et l'intérêt collectif. C'est juste la vie. D'autre part, celui qui a le sens du don, et qui en a un sens exceptionnel, il réussira probablement très bien sa vie, et il sera probablement capable de gérer beaucoup d'argent avec qualité. L'égoïste, lui, peut-être sera-t-il capable de gagner beaucoup d'argent, mais il le gérera sans une bonne éthique. Ainsi, il doit y avoir des gens qui gèrent des plus grandes masses d'argent que d'autres. Mais là est l'essentiel, il faut autant que possible que ce soit les meilleurs d'entre nous. Et il serait utopique et irrationnel de penser que nous puissions tous choisir de grandir de façon égale dans ce domaine là. Vous voyez, définir à peu près correctement le bien, ce n'est pas toujours à la portée du premier venu ! PS : si vous êtes sceptique sur cette exposition du bien (à propos du marxisme), et que vous voulez entrer dans le détail, on peut en parler en MP.
  7. Non. C'est dans la nature logique que celui qui a moins de pouvoir subit le pouvoir de celui qui en a plus, au même titre que l'enfant qui à l'école fait le plus de bruit et a le plus d'énergie prend un ascendant psychologique (et presque existentiel) sur celui qui est tout discret dans son coin. La nature humaine, en tout cas au sens noble de ce qu'est la Nature Humaine, c'est de considérer que ces fonctionnements logiques peuvent et doivent être dépassés, c'est le principe de la main dans la main, l'enfant qui est plus fort et plus épanoui qui essaye de devenir ami avec celui qui tend à être mis à l'écart : pour que tout le monde grandisse ensemble dans l'amitié, et chacun à son rythme. ... et personne n'a dit que c'était facile !
  8. Déjà, si vous espérez que les plus gros problèmes du monde soient résolus avant votre propre mort, ça fait de vous quelqu'un de potentiellement dangereux, car c'est en réalité tellement impossible que vous pourriez envisager en une forme de désespoir de cause des tentatives extrêmes, la pire étant l'éradication totale de l'humanité : qui résoudrait tous les problèmes de la vie des humains ! Et je ne dis pas ça par hasard, la pulsion de destruction et de mort y est au coeur. Si vous n'êtes pas prêt à éradiquer totalement toute trace de l'humanité sur Terre , alors il va falloir vous résigner à accepter que résoudre, éradiquer les gros problèmes de l'humanité (meurtres, vols, violations, malheur et tristesse, jalousies et égoïsme, peur, ignorance, souffrance...), c'est un travail qui non seulement ne peut pas se faire en moins de plusieurs siècles voire en moins de plusieurs millénaires, mais qui en plus n'est rien de plus qu'une lutte permanente, sans fin, c'est la lutte contre ce qu'on peut appeler les forces du mal. ... forces du mal que déjà, il va falloir être capable de savoir reconnaître, et ne pas mélanger avec les forces du bien. Tiens par exemple, saviez-vous qu'il y a des hommes armés qui luttent pour les forces du bien, et que d'autres hommes armés, luttent aussi pour les forces du bien ? Le truc, c'est que certains se trompent sur ce qui est bien... et qu'on n'arrive toujours pas à leur faire entendre raison. C'est si difficile de ne pas tomber dans l'idée que Bien et Mal n'existent pas, sans tomber non plus dans la volonté inverse d'imposer aux autres une vision propre et égoïste du Bien ! Il y a aussi des visions trop crispées, ou trop grossières, du Bien. Correctement définir le Bien, c'est avant tout une affaire d'un très long et opiniâtre travail d'étude général de l'Humanité, et même de ce qui l'entoure. Loin, très loin d'être une mince affaire. Non Pasdepseudo, si tu refuses d'accepter que sans se prendre la tête, sans aborder un gigantesque casse-tête à peu près impossible à résoudre totalement, en fait le plus gros casse-tête qui puisse se présenter à l'humanité, sans considérer que sa résolution est incroyablement lente mais réelle, alors on ne peut pas résoudre réellement les problèmes, rien n'est possible, seule le désespoir et l'angoisse pointent :). Mais en tout cas tu recherches une certaine forme de paix. Et c'est un excellent départ ça, jeune Padawan ! Nous sommes tous des jeunes Padawan, même à l'âge de 99 ans. Car nous devons nous éduquer, nous redresser des vices, ignorances et erreurs, sans cesse, et à la mesure de nos moyens. En tout cas quand on a décidé de tendre vers les forces du bien :). En un mot : COURAGE !
  9. Voilà qui éclaire encore mieux, il me semble. C'est un peu la voix de l'armée française : http://www.lemonde.f...97493_3212.html
  10. Merci January pour ces faits synthétiques, très crédibles et très pertinents (et merci aussi à François Xavier Verschave :)). A mon avis, la principale erreur de la France, c'est d'avoir refusé de déclarer la guerre au mauvais bébé qu'ils avaient laissé naître (et bien avant l'avènement des massacres ! ). De s'être laissée embobiner par leurs embrouilles (c'est-à-dire d'avoir fermé les yeux), de ne pas avoir vu qu'il y avait des solutions... moins pires. Si on leur avait correctement expliqué, je suis certain que les français auraient compris qu'il faille s'engager dans la guerre contre les extrêmistes Hutus, changer de bord, plutôt que de laisser faire ça... et même qu'ils ne comprennent pas il fallait le faire ! Qu'il faille assumer un lourd coût humain et financier pour la France plutôt qu'un gain économico-industriel, bien piètre avec le recul. Pour une poignée de millions . La guerre, c'est légitime s'il s'agit de protéger réellement. Pour prouver qu'on protège réellement, sans propagande à deux balles, ça demande : - une grande philosophie éthique fondamentale - une capacité à expliquer simplement la vérité et les enjeux, c'est-à-dire savoir communiquer au peuple. Serai-ce la mémoire de notre défunt président François Mitterrand qu'on protège dans le silence ? On ne peut pas sauver tous les miséreux du monde, certes, mais là il fallait sauver des millions de Noirs africains, et pas spécialement miséreux d'ailleurs ! Reconnaissons simplement que nous avons été lâches, ça suffira ! ... Nous la France, la Belgique, mais aussi l'ONU, l'OTAN, et le reste de la communauté internationale . Je crois qu'on peut dire que la France est coupable de "complicité de génocide par passivité".
  11. Et bien moi j'accuse une idéologie éradicatrice :). ... à la graisse de poulie
  12. Cela est vrai. Le tout, est de ne pas confondre un soutien militaire à un régime en place, espoir d'une stabilité relative pas forcément pire qu'une autre, à une implication dans une volonté éradicatrice. L'idéologie voyant "l'ethnie Tutsi" comme un ennemi mortel, au passage nourrie par un boiteux sentiment d'injustice exacerbé, dont la seule solution au problème est l'éradication populationnelle, et l'aptitude psycho-mentale de certaines foules (de sexe masculin ayant le goût des armes et une éducation pauvre) endoctrinées de suivre cette idéologie et de se laisser galvaniser par des champs de guerre totale, voici, en vérité, celles qui ont effectué réellement un génocide. Mais il me semble que nous sommes d'accord Dinosaure Marin sur le fond. La France peut être accusée dans cette histoire, mais pas vraiment de génocide. ... Si tu veux, c'est comme si on accusait la France d'avoir aidé le génocide de la Shoah des nazis pour faute de ne pas avoir fait assassiner Hitler, et de ne pas avoir déclaré une guerre totale à l'Allemagne, avant qu'il ne soit trop tard. Nos erreurs se résument parfois à des espoirs fébriles que l'avenir nous réserve des surprises pas trop sévères... mais parfois elles se résument à ne pas donner de chances à ces mêmes espoirs fébriles ! Alors quand la confusion règne, mesurer des enjeux et des risques, dur dur ! Des erreurs certes, des erreurs, mais on aimerait bien vous y voir, vous, à leur place
  13. Et bien je pense que la France sait pertinemment qu'il n'existe au monde rien de pire qu'un génocide, ne croyez-vous pas ?
×