Aller au contenu

Kalienkan

Membre
  • Contenus

    10
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Kalienkan

  • Rang
    Forumeur balbutiant
  • Date de naissance 08/03/1986

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Pays
  1. Il y a 36000 types de mecs susceptibles d'être attirés par 36000 types de demoiselles : ça en fait des combinaisons ! S'il fallait écrire un mode d'emploi sur les mecs et sur leurs goûts envers la gent féminine, t'aurais de quoi lire pendant un bon moment. Après, difficile de dire si un bouquin concernant les mecs serait plus volumineux qu'un bouquin concernant les nanas :D Bref, revenons à nos moutons : qu'est-ce qui plait aux mecs chez les filles ? Je dirai que ça dépend de ce qu'ils recherchent comme relation. S'il s'agit d'un plan Q, c'est pas compliqué et il n'y a pas à se prendre la tête : c'est la carosserie qui intéresse. Quoique j'en ai déjà vu certains un peu plus exigents qui demandaient certaines compétences en la matière genre sensualité et manière d'être. Si c'est pour une relation sérieuse, oui le physique compte. Seulement quand on décide de s'engager, on se rend compte qu'un physique qui nous plaît n'est pas suffisant : tu te voies passer ne serais-ce qu'une partie de ta vie avec une personne avec qui il est impossible d'échanger quoique ce soit à part des petits et gros câlins par-ci par là ? De façon complétement personnelle, ma réponse est : NON. Et c'est là que ça se corse. Car si certains mecs préfèrent les blondes au brunes ou aux rousses (ou aux décolorées), les maigres aux rondes, les poitrines élancées (parce qu'elles remplissent une main) ou les petites poitrines (parce que c'est mingnon), etc, etc... il faut passer la barrière physique et prendre du temps pour connaître la personne qu'il y a en face et savoir s'il est possible d'avoir des projets ensemble, d'avancer dans une direction qu'on décide ensemble ... Pour ma part, celle qui m'a conquis ressemble pas mal à la fille de rêve décrite par le monsieur qui a posté avant moi : non elle n'est pas intéressée par la science mais par tout le côté philosophie et psychologique. Elle s'intéresse aux autres, est égoïste quand il le faut (car oui il est sain d'être égoïste par moment :D), mais surtout a un "univers" bien à elle développé par ce côté artiste et créatif qu'elle a. Elle a une voix merveilleuse (et oui, elle est chanteuse... mais ça tombe bien vu que je suis guitariste ^^), une ouverture d'esprit impressionnante. Très humaine par nature, elle a ce que certain appelleraient "un caractère", que je préfère qualifier "d'émotivité développée" par moments, ce qui fait qu'on peut pousser une bonne gueulante de temps en temps mais ça ne dure jamais longtemps, et l'avantage des querelles, c'est qu'il y a réconciliation après :D. J'aurai encore des tas de choses à dire mais je ne suis pas là pour vous emmerder. Ce n'est juste qu'après avoir partagé de bons moments avec elle, après qu'on ait chacun abaissé nos défenses pour parler de sujets plus personnels, que j'ai su que j'avais envie d'être avec elle. Oui elle me plaisait déjà physiquement, mais ça n'aurait pas suffit pour que je m'engage avec elle. Ce sont toutes ces choses que j'ai décrites avant qui la rendent encore plus belle à mes yeux ! Sur ce, je vous rend l'antenne !
  2. Ca dépend aussi de l'endroit que tu vas visiter... on ne peut pas dire que tous les anglais sont pareils. Je vis actuellement dans une petite ville d'Angleterre située à 50 bornes au Sud de Newcastle ( Nord-Est). C'est une ancienne zone industrielle et ici, les gens ont l'habitude de se serrer les coudes, d'être solidaires, d'être friendly. Mais si tu veux quelques "caractéristiques anglaises", alors voilà ce que j'ai cru déceler : - Les anglais n'aiment en général pas trop parler de leurs problèmes et les gardent pour eux car ils considèrent que tout le monde à ses propres problèmes et ne veulent pas peser les uns sur les autres. Ils ont même parfois une certaine humilité que j'admire. Pour illustrer mes propos, tu peux rencontrer un collègue ayant un cancer en phase terminale et lui demander quand est-ce qu'il sera disponible pour une réunion. Il va te sortir son agenda en te disant très calmement que lundi, mercredi et jeudi c'est pas possible parce qu'il a chimio. Et ce genre d'attitude, je l'ai retrouvée à plusieurs reprises et dans diverses situations : les anglais ne s'appitoient pas sur leur sort. - Le "Ice-breaking", c'est typiquement anglais... tous les jours, tu commences tes journées en parlant du temps qu'il fait dehors et de la forme des nuages ( bon ok, j'exagère un peu, mais dans le fond c'est ça). C'est pareil en réunion et c'est systématique : tu commences par un sujet quelconque (reprenons le temps) pendant 5 minutes, s'ensuit 15 secondes de silence, et là seulement tu peux entrer dans le vif du sujet. - Information à recouper avec des gens étant passés dans le sud de l'Angleterre : en tout cas du côté de Newcastle, et plus généralement dans le nord de l'Angleterre, tu peux, par exemple, demander si le bus est déjà passé à quelqu'un et te retrouver à boire quelques pintes 5 minutes après chez cette même personnes. En tout cas, tout les français que je connais et qui habitent cette région sont d'accord sur ce point. - Au niveau de la communication, un anglais n'ira quasiment jamais dans les extrêmes : en général et en gros, ils préfèrent dire "pas mal" quand nous aurions tendance, nous les français, à dire "très bien" et "peu mieux faire" quand nous aurions tendance à dire "franchement nul". - A confirmer avec d'autres expériences également : j'attirai peut être les énervés de la nouille quand j'étais au téléphone en France, mais ici, c'est très rare qu'on ne t'accueille pas avec un voie douce, limite sensuelle quand tu as besoin d'avoir une conversation téléphonique avec quelqu'un. Même au boulot lorsque j'ai besoin de parler avec un client, un fournisseur, une assistante, etc... : si c'est la première fois qu'on s'appelle, on se présente vite fait. A partir de la deuxième fois, on s'appelle par nos prénom, on se demande si ça va, s'il fait beau dehors, quelle forme ont les nuages (Ice-breaking, cf quelques lignes plus haut), et on se parle limite comme si on était potes. C'est une des caractéristiques génantes au boulot, surtout pour moi car je ne suis pas insensible aux voix douce et sensuelles de certaines demoiselles :D. Il y a encore pas mal de choses à dire et je ne vais pas tout citer, mais peut être que ça te faciliterai les choses ( à nous aussi par la même occasion ^^), si tu précisais dans quels domaines tu aimerais avoir des informations ? - Les anglais et les relations au travail ? Dans un contexte privé ? - Histoire et culture anglaise ? - Spécificités sociales ? Etc... Bon courage !
  3. Travailler que pour l'argent ? A mon avis, oui et non. Je pense que l'argent est au final un moyen pour pouvoir combler nos propres besoins. Et nos besoins différent par rapport à nos expériences, nos personnalités, notre éducation. Pour illustrer mes propos, je vais faire appel a un peu de théorie : la pyramide de Maslow. Ce gentil bonhomme nous explique, entre autre, que le travail sert à combler nos besoins, qu'il découpe en deux grandes classes ( pour simplifier ) : - les besoins élémentaires ( se nourrir, se loger, être en sécurité ) et les besoins de développement personnel ( estime reconnaissance, etc...). Autrement dis, je prend un racourci extrême, mais une personne qui est au chômage et qui a du mal à joindre les deux bouts voudra travailler en priorité pour pouvoir faire des dépenses élémentaires ( nourriture, loyer, etc...), alors qu'une personne dont la carrière se porte bien, avec la paie qui va avec, n'aura pas de soucis concernant les besoins élémentaires et pourra plus penser à ses besoins de reconnaissance et d'estime.
×