Aller au contenu

memoza

Membre
  • Contenus

    17
  • Inscription

  • Dernière visite

1 abonné

À propos de memoza

  • Rang
    Forumeur balbutiant
  • Date de naissance 06/17/1963

Informations Personnelles

  • Sexe
    Femme
  • Pays
  • Lieu
    algerie 16000
  1. vraiment maurice tu fais un travail exceptionnel ,,c'est vraiment du beau art que tu a realise et tu nous demande de critique ca c'est pas juste tu est genial je te tire chapeau
  2. Si tu ne l'aime pas tu ne peux jamais retrouver le rytme sentimental sexuel avec lui moi j'ai vecu ca et je le vie actuelement,,je suis marie depuis 18 ans j'ai 47 ans et je n'ai aucun je dis bien aucun sentiment envers mon mari depuis 13 ans mais j'ai continue ma vie avec lui parsqu'il m'aime enormement,et j'ai un seul et unique garcon pas 3 comme toi et je reste pour lui et pour mon garcon pas pour mon plaisir,car la vie et le vrais amour n'est pas construit uniquement par le sex alors je te conseil de rester et d'essayer d'arranger les choses Courage et Bonne chance Tendrement memoza
  3. Je trouve que ce mari n'est pas normal un peux comme le mien,fraper une femme n'est qu'un abroutis,,et un monstre ,,tu attend quoi pour prendre des pas de deposer plainte contre lui mais il ya des droits de femmes et il y a une justice quand meme; pour ton sujet je t'offre ce poeme de Victor Hugo Les femmes sont sur la terre Les femmes sont sur la terre Pour tout idéaliser ; L'univers est un mystère Que commente leur baiser. C'est l'amour qui, pour ceinture, A l'onde et le firmament, Et dont toute la nature, N'est, au fond, que l'ornement. Tout ce qui brille, offre à l'âme Son parfum ou sa couleur ; Si Dieu n'avait fait la femme, Il n'aurait pas fait la fleur. A quoi bon vos étincelles, Bleus saphirs, sans les yeux doux ? Les diamants, sans les belles, Ne sont plus que des cailloux ; Et, dans les charmilles vertes, Les roses dorment debout, Et sont des bouches ouvertes Pour ne rien dire du tout. Tout objet qui charme ou rêve Tient des femmes sa clarté ; La perle blanche, sans Eve, Sans toi, ma fière beauté, Ressemblant, tout enlaidie, A mon amour qui te fuit, N'est plus que la maladie D'une bête dans la nuit.
×