Aller au contenu

Geko62

Membre
  • Contenus

    135
  • Inscription

  • Dernière visite

2 abonnés

À propos de Geko62

  • Rang
    Forumeur inspiré

Informations Personnelles

  • Pays
  1. Il n'y aura pas de prochaine fois les amis (et amies)... je m'arrête ici. Peut être en ai-je lassé certains à ne pas reprendre le dessus, à ne rien faire de mieux que de geindre, à ne pas cesser de m'appitoyer sur mon sort. Aussi je ne veux pas aller plus loin dans mon topic. De toute façon, le pire est passé et c'est grace à vous. N'importe qui de ceux qui m'ont généreusement apporté leur soutient pourrait croire que leurs écrits ont été vains... mais au contraire, ça a fait son chemin. Alors merci à vous, du fond du coeur. Mon histoire est pourtant d'une telle banalité, et ce topic est tellement axé sur ma propre personne (alors que d'autres vivent bien pire). C'est assez narcissique de ma part, toutes ces pages pour mon égo... Alors ma petite personne espère sincèrement que mon parcours et ce qui a été dit pourront aider d'autres personnes. Moi, je vais continuer ma route à l'aveugle, sans carte, sans boussole... et sans but. J'ai appris beaucoup de choses depuis ma rupture. La seule chose qui me chagrine, c'est d'avoir perdu foi en l'amour. Je n'y crois plus vraiment les amis. A mes yeux, entamer une nouvelle relation sera synonyme - au mieux - de CDD. Et c'est cela me rend triste car j'avais tellement d'amour à donner ; j'en redonnerai certainement un jour, mais plus jamais avec autant d'intégrité, avec autant d'investissement, je ne serai plus jamais le même. Aujourd'hui, non seulement je n'ai plus totalement confiance en moi mais je n'ai plus confiance envers les femmes, car la seule chose dont elles m'aient fait don au final, c'est de la douleur, de la peine, et des sentiments partis en fumé. Je ne baisserai jamais les bras, j'irai toujours de l'avant, c'est promis. Je prendrai encore beaucoup de bon temps, je ferai le pitre pour faire rire mes amis, je rendrai fière ma famille, je continuerai de prendre du plaisir dans mon travail, je poursuivrai le sport car cela me plait..... mais tout cela, le coeur brisé. Car ce n'est plus de rupture avec mon ex-amie dont il s'agit, mais de rupture avec ce qu'on appelle l'amour. Il y a vraiment des gens bien sur ce forum. Quand quelqu'un à un quelconque problème, c'est bien ici qu'il faut se rendre. Merci énormement, vous m'avez aidé à repartir : à moi de continuer le voyage. Merci beaucoup, Geko.
  2. Oui mais si tu pouvais ouvrir un nouveau sujet s'il te plait...... car ici, on traite de "mon cas" qui est déjà bien assez complexe à décrypter. D'avance merci pour ta (votre) compréhension !
  3. N'hésite pas à ouvrir un nouveau topic pour y raconter ton histoire. Il y a beaucoup de gens géniaux ici... ils sauront te lire et te répondre avec les mots qu'il faut. Courage.
  4. Seize the moment, certe... Mais je ne suis pas fier de moi car je ne gère pas très bien la situation, je trouve. Ce manque d'équilibre, ce manque de confiance en moi qui m'envahit dès lors qu'il s'agisse de "Seize the moment" justement, lorsqu'une fille me plait (fait relativement rare pour l'instant). J'aimerais avoir la chance de mon entourage, de ces couples qui se sont trouvés, se sont formés et qui ont réelement construit quelque chose. Moi j'ai juste eu la chance de tomber sur la mauvaise personne, celle qui me pomperait toute ma gentillesse et mon amour pour finalement me rejeter avec ingratitude, ni plus (c'était déjà bien assez..) ni moins. Une attitude qui parait si simple à executer, et des conséquences psychologiques si complexes au final. Je ne connais que cela. Aussi simplement, on pourrait dire que "c'est la vie", "j'en verrai d'autres" ou "il faut accepter l'intolérable si l'on veut avancer"... eh oui. De plus en plus, l'idée de fermer moi-même les portes de l'amour me guette, cette idée germe en moi. Devenir totalement hermétique pour me protéger, j'y songe. Ne pas (plus) laisser la moindre femme se payer le luxe d'infiltrer mon coeur pour tout réduire en cendre à l'intérieur. Subir l'humiliation après avoir donné autant de gentillesse, je n'en méritais pas tant... S'il y a bien une certitude à avoir, c'est celle-ci. Je ne comprendrai jamais ce qu'il s'est passé.
  5. Je pense en effet que le retour des beaux jours ne pourra que m'aider à "aller de l'avant". C'est évident. Sentir la chaleur des rayons du soleil sur sa peau, la lumière, les journées qui rallongent, les températures qui remontent, les vacances d'été à venir... ça n'aura forcément rien à voir avec l'hiver dernier. Mais même durant cette saison des plus agréables, je pourrais être capable de produire de la frustration en moi, par exemple en me disant que je vais la vivre en célibataire, c'est à dire sans partager de moments intimes avec l'être cher. Il n'y a pas de recette miracle : je dois profiter de toutes les sources de satisfactions qui m'entourent, en user, en abuser, et chasser les mauvaises pensées même si cela n'est parfois pas toujours évident. J'aimerais (conditionnel) vraiment avoir la chance de pouvoir tomber sous le charme d'une autre femme au cours de l'été. Traverser un nouvel hiver serait certainement une autre épreuvre à vivre, je pense.
  6. Brian, je suis très heureux que tout aille bien pour toi : je m'interrogeais justement sur ton devenir. Tu vois, je te l'avais dit, je te l'avais promis, tu retrouverais quelqu'un. Peu importe où cela te mènera, ça va te doper et te vacciner du passé. C'est une excellente nouvelle ! Hellmick, puis toi maintenant. Deux problèmes de résolus, ouf. Décidément... ma cousine qui était en dépression car elle s'était faite quitter en même temps que moi a retrouvé quelqu'un. Un ami qui s'était fait quitté l'année dernière, idem. Et toi maintenant Brian. C'est sincère : je suis très heureux pour toi, pour vous tous. Mais ça me fait mal au coeur aussi pour moi, de ne pas avoir eu cette chance du destin, du hasard. Peut être suis-je puni d'un acte que j'ai commis ! Je le prends un peu comme tel. Ca doit être ça.. Effectivement, ce n'était pas la meilleure période mais il y a eu aussi des hauts (dommage que rien de bon ne me soit arrivé dans ces moments-ci). Je ne fais pas que m'apitoyer sur mon sort au quotidien car je suis très actif au quotidien, constament. Mais lorsque je ne le suis plus, il m'arrive de penser... de trop penser. Et puis il y a cette subtile et légère angoisse qui me traverse le corps, le coeur, parfois. A chacun ses explications sur le sujet mais ce sentiment me rappelle à mes vieux démons, mes souvenirs et/ou mon complexe... et/ou à ma complaisance dans mon malheur (?). Dans mes moments tristounes, je suis pessimiste. Je me dis qu'elle a gagné en me rejetant comme un moins que rien parce que c'est peut être ce que je suis comparé à ce nouveau garçon qui m'avait remplacé juste derriere. Je me retrouve face à mon complexe et donc, je me trouve moche. Suffisament pour ne pas plaire (évidemment) à celle qui me plaise énormement. Je me dis tout simplement que je n'ai pas de chance, que j'ai la poisse, que je suis pas quelqu'un de très resistant et de très fort, je culpabilise... and i feel sad. Dans mes moments agréables, je mesure combien j'ai de la chance d'être là où je suis. De part ma situation familiale, professionnelle, sur le plan matériel, sur le plan social car très entourés par de nombreux amis, je suis en bonne santé, mes projets à venir m'enthousiasment et j'ai vraiment hâte d'y être... bref, j'ai conscience de toutes les bonnes choses qu'il y a autour de moi. On dit qu'il ne faut pas regarder derrière soi quand ça fait mal car cela n'apporte rien de bon. On dit qu'il faut vivre l'instant présent sans trop penser à l'avenir que l'on ne maîtrisera jamais et que l'on ne peut de toute façon pas deviner... Moi, je suis juste impatient. Quand je vois les autres autour de moi, ces personnes qui reviennent parfois de loin mais qui retrouvent l'amour ! Je suis impatient de savoir si j'aurais cette chance inattendue, ce flash, cette évidence, ce coup de coeur, cette impression magnifique d'avoir le coeur qui bat à 100 à l'heure et qui nous donne des ailes, nous propulse dans les airs ! Je rêve de ce traque du premier rendez-vous, du premier baiser... Connaitrais-je encore cette sensation ?? Je rêve juste d'être heureux en amour... et je rêve de pouvoir redonner de l'amour en retour, je sais si bien le faire avec ceux que j'aime. L'avenir me fait peur car je ne sais pas de quoi il sera fait. Je ne sais pas si j'aurais cette capacité intérieure pour guérir. C'est tout, c'est tout ça à la fois. 7 mois que les choses ont changé, que je ne suis plus la personne que j'étais autrefois. Merci à vous d'être intervenus dans ce sujet. Framboise, il n'y a pas de soucis, tu ne m'as jamais chagriné et j'ai réelement considéré ton opinion. Merci beaucoup, c'est très gentil. Quant à moi, advienne que pourra.. EDIT : PS : il y a une jolie fille, vraiment canon, qui est tous les mardi soir au sport avec une copine. Depuis tout ce temps, je n'ai encore jamais réussi à aller lui parler. Ce qu'elle dégage m'impressionne, et je me dis que je ne suis pas à la hauteur, que ça ne peut de toute façon pas marcher. Voilà la seule lueur d'espoir en ce qui me concerne, mais elle ne brille pas des masses. Peut être devrais-je arrêter de chercher à provoquer les rencontres. Peut être devrais-je vivre pour moi et faire en sorte que le temps passe.
  7. De toute façon, il a totalement raison... Je n'arrête pas de geindre, mais il serait bon qu'à un moment donné je prenne le taureau par les cornes et que je commence à me battre, à serrer les dents même si parfois j'ai des coups de mou. Je ne dis pas qu'il faille prendre à la légère les déprimes mais comme framboise me l'a fait comprendre, il faut relativiser car j'ai des responsabilités à assumer aujourd'hui. J'ai 25 ans.. et d'autres choses à vivre, c'est presque évident... Pourquoi cette histoire n'a pas fonctionné ? Parce que d'une part, j'étais trop envahissant sentimentalement. D'autre part, parce qu'elle était jeune et qu'elle avait d'autres expériences à vivre, qu'elle n'était pas prête à vivre toute sa vie avec le même homme. Je n'avais pas voulu l'admettre et puis la rupture est arrivée. Voilà. Maintenant, il serait bon que je commence à accepter tout ça. Moi qui voulait savoir comment y arriver, au delà du facteur temps, je crois qu'il faille vouloir regarder devant soi et tourner le dos au passé. Ne plus simplement le penser (il faudrait que..) mais acter (se forcer à aller de l'avant, tant physiquement que psychologiquement). Je veux y arriver.. je m'en donnerai les moyens. Il me faut du courage et de la volonté...
  8. Je veux qu'une chose... c'est retrouver la paix intérieure... J'en ai marre de toutes ces conneries, de toutes ces questions, de toutes ces prises de tête qui me font perdre du temps... Quelle est la meilleure attitude à adopter alors ? Comment dois-je penser ? Comment dois-je envisager le quotidien et l'avenir ? Quels sont les meilleurs conseils que l'on puisse me donner pour aller sur le chemin de la guérison ? J'ai envie de changer, j'ai envie de faire des efforts pour moi et seulement moi. Ca m'a choqué de lire que je me complaisais dans ma tristesse... j'ai pas arrêté de méditer la dessus aujourd'hui, et ça me met en colère quelque part. Je ne veux pas de ça, je ne veux pas aimer être triste parce que ce n'est pas comme ça que je vois ma vie, et je ne pense même pas le mériter.
  9. Oui, c'est bien ça aussi le problème : je suis trop sensible. J'ai grandi à l'abri de tout, et je n'ai pas de défenses. Du coup, la premier choc de ma vie et c'est le drame. Je ne vois pas d'issue. Je ne sais plus quoi faire à part me laisser aller comme un pantin, en attendant que le temps fasse son oeuvre.. Merci de ton intervention!
  10. Et le pire ennemi de l'espoir, c'est le pessimisme. Pessimisme = se complaire dans son malheur. Se complaire dans son malheur = n'arrive pas à faire le deuil N'arrive pas à faire son deuil... Comment fait-on le deuil d'une rupture ? Par où le remède peut-il surgir ? Sous quelle forme ??.... De l'espoir, j'en ai juste un ptit peu qui dort au fond de moi, étroitement lié avec de l'impatience.
  11. Vous êtes une sacrée chanceuse, ça me laisse rêveur. Toutes mes félicitations pour votre bonheur, c'est vraiment magnifique et ça me touche. C'est si beau.. J'ai pris mes distances avec deux trois filles, volontairement car je sentais qu'elles s'intéressaient à moi. Je l'ai fait car elles n'ont rien à voir avec mon ex-amie. Il y a un rejet, un refus. Ce n'est pas avec elles que je me suis vu plus tard. C'est si compliqué l'amour, j'ai l'impression d'être face à un mur infranchissable, si haut et si lisse qu'il n'y a aucune prise à ma portée.
  12. Est-ce vraiment cela ? Et pourquoi ? Ce sentiment, cette douleur n'est pas agréable loin de là, alors comment expliquer le fait que je me complaise la dedans ? Il n'y a rien de plaisant ? Par contre, ce que je peux affirmer, c'est que je me sente affaiblit, fragilisé, fragile. Comme si j'avais perdu une partie de mes pouvoirs d'être acteur de mon propre bonheur. Je n'ai pas toujours totalement la force de me prendre en main, de me donner un coup de pied au derriere (difficile à executer ça!). Un de mes défauts est celui d'être quelqu'un de pessimiste dans les moments difficiles. Je m'accroche. Comme je l'ai toujours dit, je sors, je bouge, je fais du sport sans jamais rater une séance, je me nourris de manière équilibrée, j'ai des projets, etc. Pour ça, il n'y a pas de problème. Tu vois, ce que tu dis là, ça m'a fait monter instantanement les larmes aux yeux parce que j'en rêve de tout mon coeur. J'en rêve à en mourir. Je suis quelqu'un de si gentil... je ne ferais de mal à une mouche. Je n'aime pas les conflits, je suis extremement doux, respectueux, attentionné. Je dépense tellement d'énergie pour tous ceux que j'aime. Je n'ai jamais voulu faire de mal à personne... Alors pourquoi ai-je la sensation d'être puni...? ='( Enfin, j'ai honte quand même. Je te manque de respect à toi qui a vécu bien pire que mon malheureux petit caprice.. Il y a de vrais problemes bien plus grave et moi, je me plainds. De toute façon, j'ai toujours eu honte de ne pas avoir réussi à me reprendre de moi-même. De ne pas avoir eu cette force. J'ai honte d'être aussi faible. Je l'admet, je suis lâche car il est plus facile pour moi de geindre que de me battre... J'aimerais tellement avoir un déclic. Je n'en parle pas à mon entourage mais pourtant, j'aurais aimé que ceux-ci me réconfortent en me revalorisant car j'ai souvent tendance à me déprécier. Je ne sais pas ou est la solution à mon probleme. Je consulte un psy à qui je parle ouvertement de mes tracas, mais je me demande si je ne devrais pas arreter car pour l'instant, j'ai l'impression qu'il ne me sert à rien, on n'a pas trouvé de solution, et puis on se voit tous les 3 semaines ou 1 mois. Ce n'est pas assez... Encore une fois, merci pour votre patience. Je suis étonné que les gens n'aient pas deserté mon sujet. Je vous embrasse très fort
  13. C'est mignon mais ce n'est pas aussi simple que ça... Vous voulez savoir ? Je n'arrive pas à croire que je puisse retrouver l'amour un jour. Je crois que celle qui a causé mon malheur et mon désespoir aura été la seule à pouvoir profiter de moi aussi intègre, gentil, sincère, attentionné... car je ne serai plus jamais comme cela dorénavant. Je ne laisserai plus jamais personne me refaire du mal. Et je suis pessimiste me concernant. Je suis triste à cet instant. 7 mois que c'est ainsi, que je vis en espérant un miracle de la vie, mais je ne retrouverai pas ce bonheur que j'ai déjà connu. C'est fini, c'est terminé. Tout est perdu d'avance de toute façon, j'ai envie de baisser les bras. J'en ai marre. Ca ne sert à rien d'être comme je suis, être bête et méchant reviendrait au même. Il n'y a pas de justice et j'ai même l'impression que c'est en faisant le mal que l'on s'en sort le mieux (voyez plutot mon ex-amie qui a le bon role). J'ai envie de m'isoler, de me braquer, d'être méchant ou méprisant envers la gente féminine qui m'a pour la deuxieme fois de ma vie fait du mal. C'est bien beau de me dire que je suis comme ci, comme ça, si dans la réalité on me rejete comme une vulgaire chaussette. C'est cela que je dois valoir, je dois être un chiffon... sinon je n'aurais pas vécu ce que je subis maintenant. L'amour, ça n'est pas pour moi. Ca ne le sera jamais. J'ai 25 ans et j'ai déjà perdu beaucoup. La vie est nulle. Voilà. Je me suis lâché... Je l'ai crié haut et fort. L'amour, j'en ai fait le tour, c'est pas très beau...
  14. Bonjour, Je suis toujours aussi étonné de voir que les gens portent autant d'intérêts sur mon "parcours" depuis ma rupture, en tout cas suffisament pour lire mes "romans" sur 10 longues pages. Cela me fait chaud au coeur, je ne sais trop quoi penser, merci beaucoup. Une chose que je puisse reconnaitre en effet : je suis quelqu'un de très doux, de très gentil. Du haut de mes 25 ans, ma mère me tire encore les joues aujourd'hui, et me dit combien elle est fière de son fils, de cette gentillesse dont je fais preuve envers tout le monde. Mais cela me fait mal au coeur : certe cela m'a permis de m'entourer d'énormement d'ami(e)s, et je fais le plaisir des autres. Néanmoins, ça n'a pas empêché à celle que j'avais attendu depuis si longtemps et pour qui j'avais tout donné... de m'abandonner avec un tel sang froid (quand j'y repense...). Vous savez, au delà de ma timidité, c'était cette envie de trouver la vraie bonne personne qui m'avait pousser à refuser de vivre des expériences durant tout le lycée et puis, pendant mes études supérieures. J'attendais, j'attendais, puis elle était là. Et j'avais vécu 2 ans de bonheur, 2 ans sans jamais me lasser au contraire. J'étais heureux. Alors la grande question ? Ou j'en suis aujourd'hui ?... Je m'amuse, je profite de mes ami(e)s, je fais du sport, je mange équilibré, je ris, je travaille, je caline toujours autant mon chat, je suis présent pour ma famille, je fais ce que j'ai toujours su faire, mais tout ça célibataire. Avec cette fille, une partie de moi-même est partie. Elle m'a ôté quelque chose, mais je ne sais pas quoi. La perte d'espoir ? La perte de mes rêves, de mes idéaux ? La perte de la croyance en l'amour, mot que je n'arrive plus à écrire en A majuscule ? Ai-je perdu ma fierté, mon honneur ? Mon égo en a-t-il pris un coup ? Qu'est-ce que c'est, qu'est-ce que j'ai ?... Je n'en sais rien. Peut être tout cela à la fois. Même si j'ai continué de vivre ma vie, je ne suis plus totalement serein, plus heureux à 100% même si je le suis avec mes amis et ma famille. J'ai l'impression que j'ai tout à refaire, tout à recommencer, tout à prouver. Et pour quel résultat ? C'est quoi l'amour finalement ? N'ai-je pas d'abord perdu confiance en moi ? Vu les conséquences que cette rupture a eu sur moi, j'ai la sensation d'être sorti avec le Diable... et je n'ironise pas. Vu l'intensité de cette "phase de séparation" que j'associe au moment où j'avais senti qu'elle commençait à me lacher la main. Cette solitude infinie, cette perte de repères, ce néant total... Mon malheur pour son bonheur, comme je dis toujours. Concretement aujourd'hui, je pense toujours qu'elle est sortie grande gagnante de cette rupture, et qu'elle le savoure au quotidien, dans les bras de ce nouveau garçon. Dur de l'accepter, ça mais je ne puis rien y faire. Alors la roue tourne ? Les paroles de cette chanson exprime l'idée qu'il faille garder la tête hors de l'eau, qu'il faille garder espoir. Rester soi-même, avoir conscience de qui l'on est, et tracer son propre chemin. Tout cela, tout ce malheur, n'est finalement qu'une simple défaillance mécanique qui se réparera toute seule. Ce qui nous chagrine nous peine, nous fait paniquer parfois, mais les bonnes choses arriveront dans un futur certain... Voilà pour l'explication de cette chanson. Oh vous savez... je continuerai d'aller de l'avant, même le coeur brisé au fond de moi-même. Je ne me laisserai pas "couler". Mais parfois, il arrive que je sois triste et que je me mette à (trop?) penser. L'avenir me fait peur, me panique. J'ai peur de ce que j'aurai, de ce que je n'aurai pas, ou plus. Les autres filles autour de moi semble plus représenter une bouée de sauvetage face à ma propre solitude, qu'un réel espoir d'aimer au moins autant que j'ai aimé mon ex-amie. Je n'ai depuis eu aucun déclic, je n'ai eu aucun flash, aucune évidence... Ma mère me dit souvent : "tu sais, elle ne sait pas ce qu'elle a perdu mais elle s'en rendra compte tot ou tard". Moi, je me comporte encore comme quelqu'un qui a la sensation d'avoir perdu quelque chose qui lui était précieux. Merci de m'avoir lu les ami(e)s. Ce n'est pourtant qu'une simple histoire :blush: PS : pour ce qui est du fameux retour de boomerang, j'ai toujours eu tendance à penser que c'était de la superstition de dire cela. Je n'y crois pas vraiment ou alors je ne serai pas là pour le vérifier. Enfin.. Impossible de l'expliquer... moi-même, je ne le comprends pas. Je pense d'ailleurs que ça en devient handicapant. Pourquoi suis-je comme ça ? Je ne le sais pas. Comment savoir... Le problème, c'est que maintenant, je compare automatique toutes les autres filles susceptibles d'attirer mon attention à mon ex-amie... et je me dis souvent : "elle a mis la barre très haut". Je vous avoue que j'ai honte de ça..
  15. Details in the fabric.. Calm down Deep breaths And get yourself dressed instead Of running around And pulling all your threads saying Breaking yourself up If it's a broken part, replace it But, if it's a broken heart then brace it If it's a broken heart then face it And hold your own Know your name And go your own way Hold your own Know your own name And go your own way And everything will be fine Everything will be fine Mmmhmm Hang on Help is on the way Stay strong I'm doing everything Hold your own Know your name And go your own way Hold your own Know your name And go your own way And everything, everything will be fine Everything Are the details in the fabric Are the things that make you panic Are your thoughts results of static cling? Are the things that make you blow Hell, no reason, go on and scream If you're shocked it's just the fault Of faulty manufacturing. Yeah everything will be fine Everything in no time at all Everything Hold your own And know your name And go your own way Are the details in the fabric (Hold your own, know your name) Are the things that make you panic Are your thoughts results of static cling? (Go your own way) Are the details in the fabric (Hold your own, know your name) Are the things that make you panic (Go your own way) Is it Mother Nature's sewing machine? Are the things that make you blow (Hold your own, know your name) Hell no reason go on and scream If you're shocked it's just the fault (Go your own way) Of faulty manufacturing Everything will be fine Everything in no time at all Hearts will hold
×