Aller au contenu

Zitama

Membre
  • Contenus

    25
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Zitama

  • Rang
    Forumeur balbutiant
  • Date de naissance 03/02/1988

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Pays
  1. Zitama

    La pensée rock du jour

    Better to burn out than to fade away... Neil Young, My My Hey Hey.
  2. Zitama

    La citation du jour

    Quant les Hommes seront frères, les militaires seront troubadours. jenesaisplusqui l'ancien.
  3. Zitama

    Se tailler le poignet

    Disons que j'ai tout de même un peu plus de recul que des gens de 13 ou 15 ans sur le sujet de l'adolescence (ou du moins je l'espère). Je dis ca car j'ai fais aussi de l'auto mutilations dans mes folles années et parfois même avec des amis. Or tous ont arrété (moi y compris) au fur et a meusure que nous avons appris a aimer notre nouveau nous (si tu vois ce que je veut dire) : ca s'appelle la crise d'adolescence. Après c'est peut être du a son environnement familiale, ces éventuelles mauvaises fréquentations, sa psychopathie chronique ou sa passion invétéré pour les compas. Mais selon toute probabilité, il s'agit "juste" d'une crise d'adolescence normale. Hé mais il n'y a pas que les ados qui se sentent mal dans leur peaux ! La symbolique de la mutilation est simple : on attaque se qui nous fais mal (nous), on fais sortir du sang (qui symbolise le mal), le tout avec dans une logique de souffrance, de haine ect... Or Daudet a dis : "La haine, c'est la colère des faibles". L'ado (dans notre cas) qui perds tous ces reperes est en colère mais ne sais pas l'exprimer car il ne comprends rien a ce qui lui arrive : il est faible et en colère. Tout ce que je te dis la n'est pas inventé : je l'ai vécu et une bonne moitié de l'humanité aussi. Pour toi quelqu'un qui as une PSP s'il le demande est quelqu'un de comblé ? Pour toi être suivis par une bande de mecs qui n'en veulent qu'a ton cul et tes seins, c'est être aimé ? Les femmes ne réagissent pas forcement comme nous : être courtisé ne veut pas dire être aimé.
  4. Zitama

    Se tailler le poignet

    Adolescence-> dégout de soi -> mutilation. Il "suffit" de lui redonner confiance en elle. Les ados se sentent moches et incompris : aide la a se sentir belle et comprise =) Après c'est bien sur facile a dire, mais si tu la connais suffisamment tu devrais savoir t'y prendre. Si ca n'est pas le cas, renseigne toi. Mais il faut bien savoir qu'il n'y a pas de mode d'emploi : tout doit être fait en fonction de la personnalité de ta copine. Et puis fais le savoir a ces autres amis de confiance, si vous êtes plusieurs a la soutenir ca ne peut être que d'autant mieux =)
  5. Tout de suite je pense aux "Ames grises" de P.Claudel. C'est bien simple : on apprends a lire a tous les militaires du monde, on leur fais lire ca et je suis sur qu'il n'y auras jamais plus de guerre. C'est dans un style assez simple mais terriblement efficace : ce bouquin me fessait pleurer dans le bus... Et pour ceux qui on vu le film, ne vous dites surtout pas que ca vous dispense de lire le livre : ca n'est même pas comparable.
  6. Zitama

    Poésie

    Et, brulé par mon amour du beau Je n'aurais pas l'honneur sublime De donner un nom a l'abime Qui me servira de tombeau. Baudelaire.
  7. Je proteste : on peut faire l'ENA en étant très con : la preuve étant que moultes politiques ont fait l'ENA. En disant ca tu confonds intelligence générique et intelligence débouchant sur une réussite sociale, or si les deux étaient confondus, ca se saurais. Et puis n'oublions pas que par exemple Einstein était un cancre doublé d'un dyslexique...
  8. Zitama

    La citation du jour

    On n'as le droit que regarder un Homme de haut que pour l'aider a ce relever. G.Garcia
  9. Ca, c'est que qu'on aimerai bien faire croire aux gens... Les maths n'utilise qu'une forme d'intelligence qui est la logique (a un niveau scolaire pré-bac, une fois dans l'espace c'est autre chose), donc évitons l'amalgame bon en maths/intelligent. En réalité le mythe de l'importance des maths a un seul but et c'est celui de sélectionner. Pour ceux qui aiment la sociologie (et pour ceux qui devraient), Pierre Bourdieu vois l'école non pas comme un système permettant l'égalité des chances et la possibilité de naviguer librement sur l'échelle social, mais comme un périnisateur des inégalités sociales. Je m'explique : s'il on étudie les différentes formes de culture, on peut dégager deux grandes catégories (en simplifiant) : celle populaire, du peuple, et celle dite de haute Culture : la celle des dominants, héritée de l'ex-bourgeoisie (on ne parle pas ici des individus, mais de leur culture : derrière chaque dominant, il n'y a pas un de Vindel). Dans le model de Bourdieu, l'école sert uniquement a faire le tri en ceux qui possèdent la Haute culture, et qui donc devraient penser comme ceux qui tirent les ficelle de l'école. En résumé, tu as la culture qu'il faut (en gros si tu est riche), tu réussit a l'école sans problèmes. Si tu ne l'as pas, ben tant pis pour toi. Pour exemple, prenons un oral : si l'examiné se tiens bien, est bien habillé, tres poli et surtout s'il utilise un langage soutenu, c'est dans la poche. Un autre sujet qui placera simplement des "heu...", des "tu vois..." ou répondras "ouais" a une question est déjà bien plus mal partit. Et croyez moi, c'est du vécu : le contenu intellectuel est jugé bien après. Manque de pot, si un truc comme ca viens a se savoir, ca craint un peu. Donc, hop, on invente la méritocratie : le régime basé sur le mérite. Si tu bosse dur, tu réussira, nous dis on. Mais a l'inverse si tu est dan la merde c'est aussi ta faute : fallais bosser plus dur. Donc deux postulats : 1* on est la pour bosser, ce qui se discute quand même pas mal. 2* les contraintes économiques et sociales n'existent pas. C'est la ou j'en viens aux maths : il faut bien baser cette sélection sur quelque chose, alors on invente que les maths c'est dur et qu'il faut être intelligent pour en faire. Mais pourquoi les maths justement ? Car comme je le disais au début, les maths c'est uniquement de la logique. Or, ca n'est pas avec la logique que l'on bâtit une démocratie : c'est avec une intelligence qui prends en compte le sens philosophique des choses, une intelligence sociale et non pas seulement analytique. Les maths apprenant la rigueur, ô la belle arme de domination ! mais surtout nous apprennent a exister intellectuellement dans un monde ou tout est certain est en dehors de nous, or l'homme ne peut être sujet a des lois (ce qui en fait un etre tout sauf mathématique), et surtout les problèmes de la société et de l'homme sont causé uniquement par lui. Voila pourquoi on as 34 heures de maths par semaine et une demi heure de d'éducation Civique et Sociale. Voila pourquoi au bac le français et le sport on le même coeff : pour qu'on reste con.
×