Aller au contenu

bjorkpost

Banni
  • Contenus

    609
  • Inscription

  • Dernière visite

Tout ce qui a été posté par bjorkpost

  1. bjorkpost

    OK CORRAL

    Encore une autre dans le même style (toujours blonde en tout cas) mais les paroles sont toujours aussi profondes...
  2. Janis Joplin - Mercedez Benz
  3. bjorkpost

    Débat LGBT!

    Si évidement que tu as le droit de ne pas aimer et critiquer leurs looks! :snif: C'était les Spice Girls qui hurlaient Girl Power... Et aussi les féministes!
  4. bjorkpost

    OK CORRAL

    Un peu culture avec les paroles profondes de Cindy Sander! :snif:
  5. bjorkpost

    Le défouloir

    C'est dingue le con change d'âge, hop rajeunisse pour se dire moins conne mais non, puis change de sexe aussi pour se dire plus compréhensif! Mouarf... Quelle débilité de croire avoir tout vécu à 19 ans... :snif:
  6. C'est TA façon de définir les hippies! Le terme hippie (ou hippy, synonyme de baba cool 1) désigne les femmes et les hommes qui, entre les années 1965 et 1975 ont globalement rejeté le mode de vie traditionnel de leurs parents. Il est également utilisé pour qualifier, à tort ou à raison, un mouvement de contre-culture qui caractérise cette décennie. Touchant la majorité de la génération nombreuse née du baby-boom de l'après-guerre, ce mouvement eut un impact d'autant plus grand sur des sociétés occidentales par ailleurs vieillissantes. Mais aujourd'hui les jeunes vêtues en hippies n'ont pas cette culture, alors pourquoi les appelés hippies alors qu'ils ne le sont PAS?
  7. Des héros? Pourquoi des héros? Les hippies ne sont plus la de nos jours? Qu'appelles-tu les hippies? Je ne comprend pas la définition? Est-ce un mouvement? Un style vestimentaire? Une façon de pensée?? Je n'ai pas compris non plus, les hippies sont des personnes qui travaillent au black??
  8. La parano vous atteint madame! Je posais la question et l'on ma répondu de suite gentiment alors pourquoi intervenir Merci d'avoir répondu à ma question Myeline et Virginie81
  9. bjorkpost

    Débat LGBT!

    Pour la cinquantaine de topics, tu vois grand! Pour ouvrir le débat, pourrais-tu me dire si l'on juge les gens sur leur apparence ou sur ce qu'ils sont réellement? L'habit fait-il le moine? Les homosexuels, en les voyants dans la rue, vous savez qu'ils le sont? Avez-vous des gaydars aussi? Pour toi c'est quoi une tapette? (je ne ferais pas de jeu de mot c'est trop facile!) Généralement, on ne choisit pas les professeurs de ses enfants, si?
  10. bjorkpost

    OK CORRAL

    ce n'est pas elle sur la photo voyons!
  11. c'est rare qu'une femme est en même temps ses règles, la diahrée et une rage de dents ....... Pour moi cela consiste de la scato! Mais cela ne relève que de ma perception des choses, hein! :snif: Merci encore pour ta lucidité!
  12. coucou bjorkpost , si cela se fait mais ça dépend des couples bien sur certains le font sans soucis alors que d'autres préferent attendre que la nana n'ait plus ses regles . Merci pour la réponse! c'est rare qu'une femme est en même temps ses règles, la diahrée et une rage de dents ....... oups -------> je sors mais c'est vrai que l'amour pendant les règles dépend des gouts ou dégouts des partenaires et un topic existe bien en section sexualité J'ai pas compris ta blague scato?!
  13. A la main pour les fautes d'orthographes cela ne fait pas de mal...! Puis certaines sociétés se reflètent à la graphologie de la Lettre de Motivation, je pense qu'il faut orienter ta recherche pour sélectionner celles qui accepteront les LM tapées!
  14. Ok c'est bon tu as répondu à ma question! Merci
  15. Mais entre hetero, vous n'avez pas de relation sexuelle lorsque la femme est réglé?
  16. Je pense que c'est le seul candidat qui a retenue l'attention des gens tellement, qu'il critiquait... On le savait d'avance que rien n'allait lui plaire... Le pire moment c'est lorsqu'il va recracher le poisson d'une des candidates dans sa salle de bain, limite il vomit!
  17. bjorkpost

    Actualité LGBT

    France 2 : Sa Raison d’être, une fiction sur l'homosexualité au coeur des années sida France 2 programme une nouvelle fiction sur l’homosexualité les 26 mars 2008 et 2 avril à 20h50. Ce téléfilm se situe au cœur des années sida. Présentation du film et rencontre avec le réaliseur. Les fictions sur l'homosexualité réussissent plutôt à France 2 qui en a produit plusieurs de bonne qualité ces dernières années. "Sa Raison d’être" est réalisée par Renaud Bertrand (déjà à l'oeuvre sur "Clara Sheller") et traite de l’homosexualité au cœur des années sida. “A l’initiative de ce film, nous avons fait un constat aussi simple qu’inquiétant : après avoir, dans les années 80, fait les gros titres dans la plus grande ignorance scientifique, après avoir été traité comme un fait-divers terrifiant, le sida dès 1995 et la découverte des premières trithérapies a cessé de faire peur. Pourtant, le sida n’a jamais cessé de tuer", expliquent les producteurs et les scénaristes du film. "L’irruption du sida dans nos vies a bouleversé la société française en profondeur, ajoutent-ils. Nul ne peut nier qu’il y ait eu un avant… et un après. Car son irruption a modifié profondément les relations amoureuses. Vivre et aimer au temps du sida n’a plus rien à voir avec le temps d’avant". C’est donc à travers un film de télévision qui raconte la vie d’un groupe d’amis confrontés à l’irruption du sida dans leur vie, du début de l’âge adulte à la maturité, de 1980 à nos jours, que l'équipe a voulu faire passer un message simple : "le sida est toujours là". Source «60% des lesbiennes ont expérimenté la lesbophobie.» Entretien avec Nadine Cadiou, référente de la commission lesbophobie de SOS Homophobie, de 2003 à juin 2006. L'association SOS Homophobie a été créée en 1994. La commission «lesbophobie» existe-t-elle depuis le début? La commission «lesbophobie» est née en 2003. L'association était alors majoritairement masculine et les aspects spécifiques des discriminations et violences faites aux lesbiennes, même s'ils étaient abordés depuis la création de l'association, étaient très insuffisamment pris en compte. La plupart des commissions ou groupes de travail ne comptaient pas de femmes parmi leurs membres. La mixité de l'association était menacée. Il fallait réagir à ce manque de présence des femmes et en 2003, nous avons organisé un recrutement pour rétablir la mixité au sein de toutes les commissions: plus d'une dizaine de militantes nous ont alors rejoints. Il y a donc eu davantage de lesbiennes à l'écoute, d'autres pour intervenir dans les écoles, d'autres encore pour travailler sur le Rapport annuel de l'association. Et nous avons pu créer la commission «lesbophobie» pour étudier ce qu'est la lesbophobie et ses spécificités par rapport à la gayphobie. C'est vrai que nous recevons sur la ligne et par mail de plus en plus de témoignages: nous sommes passés de 365 messages reçus en 1997 à 1.212 en 2005! Mais en pourcentage, la répartition entre les appels des gays et ceux des lesbiennes reste sensiblement constante: sur cinq appels, un seul provient d'une femme. La lesbophobie n'est pourtant pas un phénomène marginal et c'est ce que nous révèle, entre autres, l'enquête réalisée en 2004 par la commission «lesbophobie»: les lesbiennes sont plus de 60% à avoir rencontré des épisodes lesbophobes au cours de leur vie. Pourquoi avoir tenu à monter un pôle indépendant dédié aux lesbiennes? La commission «lesbophobie» n'est pas un pôle indépendant «dédié» aux lesbiennes à SOS Homophobie. Nous n'avons pas souhaité travailler de façon dissociée des autres pôles de l'association, considérant que nous, lesbiennes, y avons toute notre place. Nous avons besoin, au contraire, les uns des autres. S'il est vrai que nos problématiques sont souvent différentes de celles des gays, nous pouvons aussi nous rejoindre dans bien des domaines et, à mon avis, l'union fait la force. é SOS Homophobie, nous disposons à la fois de l'expérience d'une ligne d'écoute de plus de 10 années d'existence, d'un cadre de travail respectueux, dynamique et d'un fonctionnement démocratique. Pour élaborer notre questionnaire nous sommes partis de notre expérience de l'écoute, identifiant les contextes et les manifestations. La commission «intervention en milieu scolaire» (IMS) nous a permis d'identifier les problèmes rencontrés par les lesbiennes dans le contexte de l'école, qu'elles soient élèves, étudiantes ou enseignantes. Pour communiquer sur l'enquête nous nous sommes appuyés sur la commission «communication». Le Rapport annuel nous a fourni un espace de communication supplémentaire. On reproche volontiers à la commission «lesbophobie» de ne pas être une structure autonome et non mixte. Que l'on soit lesbienne, gay, bi, trans ou hétéro, on peut militer dans la commission «lesbophobie»: seul compte l'investissement personnel au sein du groupe. Pourquoi, selon vous, les lesbiennes témoignent-elles moins que les gays? Cela rejoint le long parcours de silence qui a été imposé aux femmes au long des siècles. Je vous renvoie à la lecture d'Ainsi soit elle, de Benoîte Groult. Une longue histoire faite de non-reconnaissance, d'impossibilité à dire, de droits non ou difficilement reconnus. Les choses évoluent, certes, mais la prise de parole n'est toujours pas, pour les femmes, une chose évidente, quand elle n'est pas tout simplement dévalorisée ou ridiculisée. Aujourd'hui encore, qu'une femme puisse avoir des prétentions politiques reste pour beaucoup terriblement agaçant et malvenu. Quasi illégitime! é ce sexisme bien encré dans les mœurs françaises et dont toutes les femmes font les frais, il faut, chez les lesbiennes, ajouter une discrimination supplémentaire: l'homophobie. Ces deux discriminations conjuguées rendent l'expression très difficile. Dans quel contexte la lesbophobie frappe t-elle le plus? Nous avons, pour répondre à cette question, deux sources différentes de données, qui se rejoignent dans leurs conclusions. D'une part, les témoignages provenant de la ligne d'écoute et du site Web de l'association, dont les chiffres sont repris dans le rapport annuel 2006. Les contextes «travail» (cité dans 24% des témoignages des lesbiennes en 2005) et «famille» (23%) y arrivent en tête en matière de lesbophobie. L'autre source de données est l'enquête sur la lesbophobie, menée en 2003-2004 et qui a recueilli environ 1.800 réponses. Là, c'est le contexte de la «vie quotidienne» qui arrive en premier avec 45% des réponses, suivi de près par la «famille» avec 44%. Le milieu du travail n'arrive qu'ensuite, cité dans 24% des réponses. Cette prépondérance des chiffres relatifs à la «vie quotidienne» dans l'enquête s'explique par une autre répartition des items dans les rubriques du rapport annuel (on a regroupé dans l'enquête des thèmes qui sont dissociés dans le rapport annuel). En comparant les chiffres globaux de la ligne d'écoute et du site Web (témoignages confondus des lesbiennes et des gays) avec les témoignages des lesbiennes exclusivement, on voit la spécificité de la lesbophobie par rapport à la gayphobie. Chaque année nous faisons le même constat: la famille reste un théâtre privilégié des manifestations de lesbophobie. Elle représente 9% des témoignages globaux en 2005, et passe à 23% quand on ne garde que les témoignages des lesbiennes. Le milieu professionnel est également un lieu important de manifestation lesbophobe, mais dans des proportions moindres toutefois: sur l'ensemble des témoignages, le travail représente 21% des appels et mails, alors qu'il est cité dans 24% des témoignages des lesbiennes. Que conseilleriez-vous à une femme qui subit régulièrement des attaques homophobes dans son entourage? Le silence ne protège que les homophobes. Quel soutien peut attendre une personne qui ne dit rien de ce qu'elle subit? Le milieu familial qui se devrait protecteur est dans ce cas précis à l'origine du problème. Dire, c'est déjà faire une première démarche, et peut, par exemple, se concrétiser par un appel sur la ligne d'écoute de SOS Homophobie. Parler, c'est déjà engager une démarche positive. é SOS Homophobie, nous préférons ne pas donner de conseils à proprement parler. Pour celles qui rencontrent des problèmes avec leur entourage, c'est très difficile: on peut porter plainte contre un voisin, mais contre son père ou sa mère, c'est autre chose. Chaque cas est particulier, il n'y a pas de réponse toute faite. C'est une femme dont l'ex-mari fait tout ce qu'il peut pour qu'elle perde la garde des enfants… C'est une adolescente que les parents séquestrent… Une femme que la famille harcèle ou agresse physiquement… Une jeune lesbienne qui se retrouve sans ressource… Il n'y a pas de réponse unique, on envisage avec la personne qui nous appelle toutes les pistes. On écoute beaucoup. Pour certaines, parler, c'est, sur le moment, le maximum qu'elles puissent envisager. Quels sont vos projets d'actions pour les mois à venir? Grâce à l'enquête, nous avons clairement identifié des contextes où la lesbophobie est présente. Nous sommes en train de mettre en place des actions de terrain. Ainsi, l'enquête a identifié les problèmes que rencontrent les lesbiennes avec les gynécologues: refus de soins, mépris, déni, moqueries, absence de prise en compte des sexualités des lesbiennes. Nous avons donc pris contact avec des professionnels de l'action sociale pour que les lesbiennes soient elles aussi soignées et suivies, sans discrimination aucune. Comment peut-on vous contacter? C'est très simple, en appelant la ligne d'écoute au 0810-108-135. par Tatiana Potard Ecrit le : 2006-07-28
  18. bjorkpost

    Le nougat

    Le principal c'est d'être lu n'est-ce pas? Bonne nuit nougatisé!
  19. bjorkpost

    OK CORRAL

    Encore pire... Bonne nuit! :snif:
  20. bjorkpost

    Le défouloir

    Enlever des pierres (de connerie) seraient peut-être un bon début, non?! Petite je pensais que les adultes étaient intelligent et bien j'aimerais tellement croire au père Noël encore! Mais sans les cons la vie serait tellement triste... Moi ils me font rire,et d'un autre coté je les trouve pathétiques!
  21. bjorkpost

    Débat LGBT!

    Et ton insolence n'est pas non plus la bienvenue, pour une personne qui ne doit pas se sentir concerné, tu es bien présent sur le topic, mais désolée tu n'es pas la bienvenue ici, que le l'actu pour la énième fois...Va voir ailleurs (repeat)! Déchu de sa nationalité, il saisit la Halde Frédéric Minvielle est en croisade. Ce Français, déchu de sa nationalité après un mariage homosexuel aux Pays-Bas, a saisi la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité (Halde). "Si Frédéric Minvielle avait épousé une ressortissante néerlandaise, son mariage aurait été reconnu et il aurait donc pu demander expressément à conserver sa nationalité française", écrit son avocate dans sa lettre à la Halde, joutant que son client est victime d'une discrimination "à raison de l'orientation sexuelle". Ce Français de 37 ans, installé aux Pays-Bas depuis 2002 et qui s'y est marié à un homme, s'est vu signifier la déchéance de sa nationalité française en 2007 un an après avoir acquis la néerlandaise, une décision qu'il conteste et qui scandalise les associations de défense des homosexuels en France. Pas reconnu en France Les autorités consulaires ont appliqué une convention européenne prévoyant que tout ressortissant d'un des deux pays acquérant la nationalité de l'autre pays perd sa nationalité d'origine, sauf en cas de mariage. Comme la France ne reconnaît pas le mariage homosexuel, cette exception n'a pas pu jouer, selon les autorités française. Source Ce cas là est un peu spécial pour ce que j'en ai lu. D'un coté le pays d'adoption qui reconnait le mariage, de l'autre coté celui d'origine qui ne le reconnait pas, j'aurais compris la non-reconnaissance du marriage si il s'était passé en france, mais là il a eut lieu dans un pays où c'est légal et reconnu et non en sol français donc le mariage est valide Je reprend le sujet ici! En France ce n'est pas possible le mariage homosexuel c'est pour cela que son mariage est "homologué" (sans jeux de mot évidemment!) aux Pays-Bas! Ensuite sur le sol français, évidemment ils refusent cette évidence! Surtout que l'on perd sa nationalité sauf en cas de mariage ce qui est le cas... La justice française reste et restera pas très clair sur certains points! Napoléon pour l'époque d'accord mais aujourd'hui est-ce nécessaire, ne faudrait-il pas les modifier?
  22. peut-être ont-ils peur de tomber sur une lesbienne?!
  23. bjorkpost

    Débat LGBT!

    Mes topics sur l'homosexualité sont restés ouverts donc si il existait déjà d'autre topic pourquoi ne pas les avoir fermés? Ou sont-ils? Edit: Alloooo? Donc tu as ta réponse Seth! Un grand OUIIIIIIIIIIIII... L'ignorance ici règne et la crasse s'inscruste en plus! Heu... désolé de casser votre euphorie mais "Gay Power" est tout aussi idiot !! Les gays n'ont pas à avoir le pouvoir en particulier ! Qu'on les laisse tranquilles ! Un peu d'humour parfois, on peut se le permettre non?
  24. bjorkpost

    Débat LGBT!

    Un grand OUIIIIIIIIIIIII... L'ignorance ici règne et la crasse s'inscruste en plus!
×