• billet
    1
  • commentaire
    0
  • vues
    32

Carillon

Imparfaite

35 vues

Carillon

Comme il sonnait gaiement ce c¿ur dans ma poitrine
Comme il tonne aujourd'hui de ce mal qui m'anime,

Du si beau carillon il est devenu glas
Car ce c¿ur que voilà n'est plus entre tes bras
Il est vide, solitaire, détruit, anéanti
Il ne chantonne plus de douces mélodies,

Je le sens en-dedans, il bat péniblement
Je l'entends, je l'entends, il faiblit doucement,
Il paraît déjà loin alors qu'il est en moi
Drôle de sensation que ce c¿ur en émoi,

C'est à se demander pourquoi il cogne encore
Pourquoi cette cantique à l'allure de la mort
J'aimerais l'arracher, le piétiner enfin
Pour qu'il cesse à jamais cet air de tocsin,

J'ai jeté dans l'abîme cette absolue envie
De t'avoir à nouveau près de moi le matin
Car une vie sans toi, mais ce n'est pas la vie !
Alors une vie sans vie, n'est-ce pas là la fin ?


Imparfaite, février 2009.


   Alerter


0 Commentaire


Commentaires recommandés

Il n’y a aucun commentaire à afficher.

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant