Aller au contenu

libredeparler

Membre
  • Contenus

    999
  • Inscription

  • Dernière visite

2 abonnés

À propos de libredeparler

  • Rang
    Forumeur accro
  • Date de naissance 31/08/1962

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Lieu
    Colmar

Visiteurs récents du profil

2 083 visualisations du profil
  1. Cette petite étude se propose d' analyser l'attractivité femme/homme, le romantisme par le fameux coefficient de Gini... c'est assez révélateur et explique bien des comportements... Inégalités de sex-appeal et économie des rencontres Les coefficients de Gini pour l’économie des rencontres. Chez les hétérosexuels, cela signifie en fait calculer deux coefficients de Gini : un pour les hommes et un pour les femmes. En effet, les hommes et les femmes hétérosexuels occupent essentiellement deux économies ou mondes distincts, les hommes ne se faisant concurrence qu’entre eux pour les femmes, et les femmes entre elles pour les hommes. Le coefficient de Gini pour les hommes est déterminé collectivement par les préférences collectives des femmes, et vice-versa. Si toutes les femmes trouvent tous les hommes également attirants, l’économie des fréquentations masculines aura un coefficient de Gini de zéro. Si les hommes trouvent tous la même femme attirante et considèrent toutes les autres femmes comme inintéressantes, l’économie des fréquentations féminines aura un coefficient de Gini proche de un. Les deux coefficients ne s’influencent pas directement l’un l’autre, et chaque sexe fixe collectivement le coefficient de Gini – c’est-à-dire le niveau d’inégalité – pour l’autre sexe. Un spécialiste des données travaillant pour l’application populaire de rencontres Hinge a présenté les coefficients de Gini qu’il avait trouvés dans l’importante masse de données de son entreprise, traitant les préférences comme l’équivalent d’un revenu. Il a montré que les femmes hétérosexuelles ont un coefficient de Gini de 0,324, tandis que les hommes hétérosexuels ont un coefficient de Gini beaucoup plus élevé de 0,542. Ainsi, aucun des deux sexes n’est totalement égalitaire : dans les deux cas, il y a des personnes riches qui ont accès à davantage d’expériences romantiques et des personnes pauvres qui n’ont accès qu’à peu ou pas d’expériences. Mais si la situation des femmes ressemble à celle d’une économie comportant des pauvres, des classes moyennes et des millionnaires, celle des hommes est plus proche d’un monde avec un petit nombre de super-milliardaires entourés d’une masse énorme de personnes ne possédant presque rien. Selon l’analyste de Hinge : « Sur la liste des 149 pays fournie par la CIA World Factbook, les indices de Gini placeraient l’économie des fréquentations féminines au 75ème rang des plus économies les plus inégales (soit l’Europe occidentale, en moyenne) et l’économie des fréquentations masculines se classerait au 8ème rang des plus inégales (kleptocratie, apartheid, guerre civile permanente – on peut penser à l’Afrique du Sud).» Quartz a fait état de ce résultat et a également cité un autre article qui affirme que « les 80 % d’hommes les plus mal classés (en termes d’attractivité) sont en compétition pour les 22 % de femmes les moins bien classées et les 78 % de femmes les mieux classées sont en compétition pour les 20 % d’hommes les plus désirables ». Si l’on en croit ces résultats, la grande majorité des femmes ne sont disposées à communiquer romantiquement qu’avec une petite minorité d’hommes alors que la plupart des hommes sont disposés à communiquer romantiquement avec la plupart des femmes. Le degré d’inégalité dans les goûts et correspondances mesure de manière crédible le degré d’inégalité dans l’attractivité, et implique nécessairement au minimum un tel degré d’inégalité dans les expériences romantiques. Il semble difficile d’éviter une conclusion définitive : la majorité des femmes trouvent que la majorité des hommes sont peu attrayants et qu’ils ne valent pas la peine de s’engager romantiquement, alors que l’inverse n’est pas vrai. En d’autres termes, il semble que les hommes créent collectivement une « économie des fréquentations » pour les femmes dont les inégalités soient relativement faibles, tandis que les femmes en créent une pour les hommes avec des inégalités très marquées. Article complet
  2. Il n'y a rien d'étonnant à ce qu'elle affirme, mentir est la qualité première et indispensable pour faire de la politique...certain(e)s le reconnaissent, d'autres non...
  3. Concernant les femmes, 69¨% des françaises se considèrent comme féministes, et même 77% chez les 15-24 ans..et les chiffres sont toujours ne progression...les féministes considèrent le mariage comme de la prostitution masquée et gratuite...vous dire que le romantisme n' a pas sa place.. Vous avez raison concernant la maturité intellectuelle et spirituelle, elle permet une relation complice, forte...qui dépasse les superficialités des apparences ( lire le post consternant sur l'importance de la taille de l'autre...) Concernant Nietzsche, il a probablement été souvent dépassé par ses réflexions et sont besoin de se surpasser..."le surhomme"...au point qu'à la fin de sa vie, il a perdu l'équilibre mental...sa seule passion amoureuse, avec Lou Andreas Salomé, fût forte, mais courte et compliquée...
  4. Nous sommes en 2019, contre quoi un homme va-t-il protéger une femme ? Il n'y a plus d'animaux "préhistoriques" dévorant les humains....quant aux agressions d'hommes envers les femmes, elles se font quasiment toujours quand une femme est seule....... et dans les rares cas où un homme est présent cela dépend bien plus du courage de ce dernier que de sa taille.... et les agressions programmées se font souvent avec armes, ou en nombre.... De même nous vivons à une époque où femmes et hommes sont égaux, ont la même instruction, donc les femmes savent tout cela...alors pourquoi se déclarent-elles " plus féminines en présence de plus de cms ??? mystère.... on en revient à la superficialité du paraître au bras d'un macho....
  5. pour les stats et autres études il vous suffit d'utiliser un moteur de recherche...cette réalité est flagrante.. Un exemple parmi tant d'autres: Séduction : les femmes préfèrent les hommes grands © istock Par Emilie Cailleau Le 11 fév 2014 à 19h00 mis à jour 12 fév 2014 à 14h21 La taille du partenaire importe dans une relation amoureuse. Pour les femmes, un homme grand rassure et donne l'impression d'être plus féminine, d'après une étude. Un homme plus petit que vous peut-il vous plaire ? A cette question, la plupart des femmes répondent « non » dans une étude menée conjointement par la Rice University et la North Texas University. Pour les femmes, la taille est un critère important dans le choix du partenaire. Elles affirment se sentir plus protégées et plus femmes avec un compagnon plus grand qu'elles... "La psychologie de l'évolution soutient que la ressemblance est une règle sacrée dans la relation amoureuse. Pourtant notre étude suggère que concernant les caractéristiques physiques comme la taille, la ressemblance n'est plus la règle dominante, particulièrement chez les femmes", constate Michael Emerson, professeur de sociologie à la Rice University à Houston. A la différence des femmes, les hommes semblent moins regardants sur la taille de leur partenaire féminin : 13, 5 % des hommes voudraient sortir avec une femme plus petite qu'eux. Les femmes elles préfèrent à 48.9 % un compagnon plus grand. Pour les besoins de l'étude, des petites annonces ont été analysées : elles provenaient de 455 hommes mesurant 1,72 m en moyenne et âgés de 36 ans et 470 annonces de femmes d'1,62 m âgées en moyenne de 35 ans. Dans une seconde partie, 54 hommes d'1,75 m environ et 131 femmes d'1,62 m ont été recrutés et interrogés en ligne par les chercheurs des deux universités du Texas. Les stéréotypes ont la vie dure Les chercheurs n'ont pas poussé bien loin l'analyse : selon eux, les hommes et les femmes sont influencés par les stéréotypes de genre et les attentes sociétales traditionnelles. "La capacité masculine à offrir une protection physique est clairement reliée au stéréotype de l'homme protecteur", commente un des auteurs de l'étude au Daily Mail. Et comme un cliché n'arrive jamais seul... "Dans une société qui encourage les hommes à être dominants et les femmes à être soumises, l'image des hommes grands qui dépassent les petites femmes renforce cette conception". https://www.topsante.com/couple-et-sexualite/amour-et-couple/seduction/seduction-les-femmes-preferent-les-hommes-grands-54153
  6. Le romantisme est à mes yeux un "habillage" des relations sexuées et naturelles chez les êtres humains.... l'évolution des humains au fils du temps a remplacé dans beaucoup de cas la pure relation femelle/mâle vers une relation plus subtile ( en principe)....le romantisme permet de si belles déclinaisons.... Ce romantisme tant à diminuer, voir probablement à disparaître sous la pression des féministes qui y voient de la condescendance, donc du sexisme, donc un mal-mâle... Le romantisme demande de l'initiative, de la diversité, des surprises.....autant de risques de "retour de flammes", que beaucoup d'hommes ne sont plus prêts à prendre...
  7. Oui , ce ne sont pas toutes les femmes, quand je dis "les" je sous-entend la majorité.. Au demeurant, ce post le confirme...
  8. Les faits, comme d'habitude, je lis et constate...c'est simplement triste de voir autant de superficialité..
  9. JE ne fais que lire ce que vous écrivez au sujet de la taille d'un homme.....quant à moi je ne choisi pas une femme par rapport à sa taille...je discute, vibre, m'investis avec une personne, pas avec des centimètres... Pourquoi exigez-vous "une tête de plus" ?
  10. ..."Femme, cherche homme mesurant impérativement entre ...cms et ...cms, reste sans importance!"
  11. Le paraitre comme d'habitude chez les femmes...le reste est secondaire.. Qu'est-ce qu'il ne faut pas lire.... Visiblement les cms du paraitre , prévalent sur tout le reste, l'humain, les sentiments, le respect, l'intellect... Mamamia!!!
  12. C'est une évidence, ils se sont empressé de verser 100 , 200 millions, etc... ce qui pour eux, représente une piécette jaune, afin de mettre la pression sur le gouvernement pour qu'il ne touche pas à lISF, ni a aucun autre privilège... .les copains de Macron sont au chaud!
  13. Tout à fait, il est sidérant comment il prend les françaises et les français pour des poires... Profiter d'un incendie, certes d'un bâtiment chargé d'histoire et de symboles, mais tout de même qu'un bâtiment, pas de morts, pas de blessés, et pourtant le président s'y réfugie de façon honteuse et méprisante... Manquerait plus qu'il nous annonce que certaines mesures vont devoir être revues à la baisse pour financer la reconstruction de la cathédrale...dans un pays où l'on voit que la haute finance fait de dons spontanés de 100 000 000 voir 200 000 000 €uros d'une minute à l'autre, comme s'il s'agissait de pièces jaunes dans leur budget... alors que dans notre pays tant de personnes ne mangent pas à leur faim.... Donc l'allocution est retardée, retardée, retardée.... probablement pour nous préparer un "coup de communication" qui promet....
  14. Quant on reviendra aux fondamentaux des humains on pourra espérer revenir à une société de respect... Depuis les années 70, la fonction paternelle a été déstructurée sous la pression des féministes... plus besoin de père et de sa fonction structurante.... Évidemment ce n'est pas la seule raison de la dérive de notre société où le respect des autres disparait petit à petit...toutefois c'est la base... Petit rappel... "L'humanité vient à l'homme grâce à l'éducation et à la socialisation. L'idéologie actuelle donne à croire que n'importe quel type d'organisation familiale pourrait être adoptée sans conséquence particulière. C'est oublier qu'il y a des contraintes auxquelles on ne peut se soustraire pour que l'humain puisse se construire. Dans cet article, nous tenterons de résumer le rôle du père dans la structuration psychique de l'enfant et son cheminement vers la maturité. " JUIGNET Patrick .. Du point de vue psychologique, le père n'est pas seulement l'individu géniteur de l'enfant, mais aussi et surtout celui qui joue un rôle précis sur le plan éducatif et relationnel, c'est-à-dire qui assume l'action structurante qui lui est dévolue. Commençons par les définitions et distinctions nécessaires pour comprendre le problème. Le père et le référent paternel Il faut distinguer celui qui assume le rôle paternel du géniteur. On nommera "référent paternel" la personne qui joue ce rôle et qui est désignée par l'entourage pour cela. La personne qui joue le rôle paternel peut être le père biologique (le géniteur), c'est le cas le plus fréquent dans notre société. Ce peut aussi être un parent plus éloigné (l'oncle, le grand père), ou un personnage clanique quelconque et éventuellement un personnage fictif (ancêtre idéalisé, Dieu le père). Les attitudes du référent paternel, tout comme sa reconnaissance et sa valorisation par la famille, auront des effets dans la construction psychique de l'enfant. Les rôles que le père aura à jouer sont pluriels et la personne désignée peut être plus ou moins apte à les assumer. ... Il faut trois conditions pour que les divers rôles paternels puissent être tenus et soient efficaces : 1/ Il faut que celui qui les tient ait un impact effectif. Il ne peut être absent, ou dévalorisé ou nié (par la mère et par le groupe social). Le père est mis en place d'abord par la mère, au sens où c'est l'attitude de la mère qui fait comprendre à l'enfant le rôle du père et qui doit le tenir. 2/ Il faut que ce soit un homme. Ce n'est pas pour la raison biologique de la procréation, mais parce qu'il se doit d'être différent de la mère, qui est une femme (de sexe et de genre féminin). Outre cette fonction d'incarner une différence, il offre une possibilité identificatoire quant au genre masculin. Le père en tant que personnage remplissant la fonction paternelle est nécessairement de genre masculin. 3/ Il faut qu'il soit d'une génération au-dessus, car il s'adresse à l'enfant en tant que différencié par la différence des générations. La relation qui s'institue est située dans un rapport générationnel de filiation qui lui donne son sens. Le référent paternel produit des effets que nous appellerons de manière globale "la fonction paternelle". Par fonction, nous désignons une action qui produit un changement psychique et, par le terme de fonction paternelle, l'action produite par le rôle paternel dans la construction psychique... Le rôle de porter de la loi commune Le rôle du père est aussi un rôle interdicteur, car il vient contrer, limiter, canaliser les tendances spontanées et les pulsions de l'enfant. La mère peut difficilement jouer un rôle maternant et un rôle interdicteur simultanément. Il y une utile répartition des rôles. Ce rôle est net au moment du conflit œdipien que ce soit pour le garçon ou pour la fille. Dans les deux cas, le père doit être porteur de l'interdit de l'inceste qui sera intégré par l'enfant. La mère y participe en se référant au père et en s'appuyant sur lui. Cette intégration des règles de base devient possible lorsque la maturation de l'enfant lui donne une capacité cognitivo-représentationnelle suffisante pour faire nettement les distinctions de genre et de génération le concernant et concernant ses parents. D'autre part, cette intégration est portée par le mouvement affectif vis-à-vis des deux parents. Si ce n'est pas le cas, l'enfant y reste étranger. Lorsque l'enfant devient capable de concevoir des règles et des limites, les adopte, c'est au père qu'il le doit. En effet, la loi commune ne s'impose pas par raison, mais par le mouvement affectif venu du référent paternel concret et de son représentant psychique, l'imago paternelle. En l'absence de ce mouvement, la loi commune peut ne pas être intégrée et reste ignorée. https://philosciences.com/philosophie-et-psychopathologie/psychopathologie-psychiatrie-psychanalyse/144-fonction-paternelle-humanisme
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité