Aller au contenu

yugcib

Membre
  • Contenus

    5
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de yugcib

  • Rang
    Baby Forumeur

Informations Personnelles

  • Pays
  1. yugcib

    Une jeunesse qui espère et agit

    UNE JEUNESSE QUI ESPERE ET AGIT Les jeunes semblent divisés en deux mondes assez différents l'un de l'autre¿ La question n'est pas d'évaluer l'existence de l'un de ces mondes par rapport à l'autre, ni de définir lesquels de tous ces jeunes sont de l'un ou de l'autre de ces deux mondes. Je crois que la différence est perceptible au niveau de l'espérance et de l'existence d'un avenir possible¿ Il y a bien une jeunesse qui espère, imagine, réfléchit, agit, s'exprime et souhaite que le monde de ceux qui « font le monde » s'ouvre à ses aspirations. Cette jeunesse là est le plus souvent bafouée, incomprise dans ses rêves et ses projets, contestée dans sa manière de vivre et de communiquer, niée dans ses valeurs et ses repères¿ Depuis 30 ou 40 ans, dans les domaines essentiels de l'activité humaine que sont la politique, l'économie, la justice, les médias, la culture et les sciences, règnent sans partage les mêmes « éléphants » inamovibles. Vieux et rassis, enracinés dans leur notoriété par les livres et les écrits qu'ils publient, maniant une « langue de bois » relookée, bardés de privilèges, de patrimoine immobilier et de portefeuilles boursiers, ces « éléphants à la couenne patinée » ont, paraît-il, des solutions aux problèmes d'une actualité brûlante, solutions qui toutes ou presque, tournent autour du sacro saint concept de « développement durable et maîtrisé »¿ Cette espérance en l'existence d'un avenir encore possible et différent de celui auquel on veut nous faire croire, est une réalité, pour un certain nombre de jeunes aujourd'hui, et sans doute plus encore demain. C'est bien autre chose que de simples états d'âme, ou que l'expression d'une générosité, d'une colère ou d'une interrogation : il y a bien là une lucidité, une volonté d'agir, des projets, de l'intelligence ! Encore faut-il que tout cela soit reconnu ! Mais il y a aussi une jeunesse autant vêtue de marques et de mode que de fringues bon marché, une jeunesse « fifils fifille à papa maman » ou gosse de rue courant après la thune facile, une jeunesse « Star Ac texto SMS people et glamour » qui se fout de l'avenir du monde et des grandes interrogations, qui assimile toute pensée et toute réflexion à une « branlette intellectuelle »¿ Et qui, même en sachant ce que l'avenir lui réserve (c'est-à-dire une vie de merde), ne bougera pas d'un poil lorsque nos « politicards flicards » à la solde des maffias et subordonnés aux marchés financiers vont la réduire en esclavage¿ Pour cette jeunesse là, l'espérance n'est que celle qui s'exprime par l'idée « que tant qu'il y a de la thune et que ça marche comme ça, il ne faut pas s'en faire »¿ Il est enfin une jeunesse qui n'est ni du monde de celle qui espère, pense et agit ; ni du monde de celle qui se fond dans le moule « people fringues et glamour ». C'est la jeunesse que les politicards flicards pensent pouvoir museler dès l'âge de l'école maternelle avec des carnets de suivi comportemental et des camisoles chimiques. C'est la jeunesse méprisée de tous les ghettos sociaux qui elle, est exclue du monde du travail et de la consommation. Et personne ne pense, n'ose vraiment dire qu'il y a peut-être dans cette jeunesse là, une forme d'espérance en voie de développement¿ Qu'une économie souterraine d'expédients et de raketts, que la loi des gangs, n'est en réalité que l'un des aspects d'un paysage mouvant dans l'histoire d'une immense géographie humaine. Tout ce qui a cours ou fait force de loi en un temps donné n'a que la durée que lui accorde l'évolution des choses et des êtres sur des trajectoires qui se rapprochent ou s'éloignent. Quelque soit cependant le niveau d'espérance en un avenir possible, et que les jeunes soient d'un monde ou d'un autre, ils sont tous les enfants de cette génération d'humains qui, durant la première moitié du siècle présent, va devoir peu à peu céder ses places, peupler les maisons de retraite, vieillir esseulée et transmettre un patrimoine ou une galère.
  2. yugcib

    Espoirs et engagements

    ESPOIRS ET ENGAGEMENTS Selon Myriam Revault d'Allonnes, philosophe, auteur du Pouvoir des Commencements, essai sur l'autorité…. « Nous ne disposons plus aujourd'hui d'un avenir ou pourraient se fonder nos espoirs et nos engagements. La fin des idéologies serait le nom de cette crise de la temporalité d'un temps sans horizon d'espérance que nous avons du mal à regarder en face. Qui a dit que les intellectuels n'avaient plus rien à dire sur l'actualité la plus brûlante ? Et si le vrai problème était plutôt qu'on parvienne à les entendre ? » (Magazine Littéraire, février 2006) Quels espoirs, et quels engagements aujourd'hui ? Dans un siècle qui se devait être spirituel mais qui tourne à une guerre de religions et d'inter – religions ? Un siècle qui sombre dans la barbarie, l'intolérance, le succès des médiocrités et du voyeurisme le plus agressif ? Est-ce cependant la fin des idéologies alors que jamais encore à ce point là l'on n'avait sacralisé et instrumentalisé les plus invalidantes de ces idéologies pour l'évolution de l'esprit humain, soit le nivellement brutal et totalitaire du monde par la peur ; et cette idée de développement durable par une croissance économique sensée satisfaire un plus grand nombre de consommateurs dépendants, soumis et déshumanisés ? Ce temps sans horizon d'espérance que nous avons du mal à regarder en face, qui ne nous fait même plus peur à cause d'autres peurs entretenues et médiatisées, n'aura-t-il donc pas pour le dénoncer et mettre un terme à sa course, de ces grands esprits et de ces hommes courageux en nombre croissant qui, sans le soutien des peuples de la Terre n'ont qu'un pouvoir illusoire ? Ceux qui disent que les intellectuels ne s'expriment plus sur l'actualité brûlante sont des menteurs, des négationnistes ou des intellectuels complices de l'ordre établi. Parvenir à entendre les voix des intellectuels qui s'élèvent contre l'ordre dégradant de la caste des Prédateurs et des Aide – Prédateurs, c'est l'affaire la plus urgente de tous les peuples de la Terre. Guy SEMBIC, 40400 TARTAS
  3. Y' A ¿ T' IL UNE RUMEUR PUBLIQUE SUR LE WEB ? S'il y a sur le Web une rumeur publique, comment peut-elle se répandre, évoluer, et quelle peut être sa nature ? Se manifeste-t-elle autour d'un personnage ou d'un évènement et peut-on la comparer à celle qui court dans un village, une rue, un quartier, un lieu public ? Ou même à celle que la presse et la télévision diffusent ? Une évidence s'impose : on ne communique pas de la même manière sur le Web que dans la rue, à la maison, à l'atelier, au bureau¿ L'information ne circule pas non plus sur le Web comme dans un journal, un magazine d'actualité ou par une émission de télévision. Sur le Web, expression et information « sautent » d'un interlocuteur à un autre, de place en place, par les sites, les blogs et les forums. Dans la rue ou le quartier par la parole, dans un pays tout entier ou une région par la presse et la télévision, l'information s'étend comme une onde, de telle sorte que chacun, dans l'espace où l'onde se propage, la reçoit dans le même temps et en subit immédiatement l'influence. Il y a une grande différence entre l'information qui « saute » d'un point à un autre même si plusieurs points sont simultanément reliés au point d'origine, et l'information qui s'étend comme une onde : Comment une information qui « saute » de place en place alors que les places ne sont pas directement reliées entre elles, peut-elle engendrer une rumeur ? Pour qu'il ait rumeur, ne faut-il pas que l'information s'étende comme une onde ? Imaginons une centaine d'internautes qui, simultanément ou non, forcément séparés physiquement et temporellement, lisent une information, quelques phrases sur un sujet particulier, ou prennent connaissance d'un avis ou d'un jugement émis sur une personne, un écrit, un évènement¿ Chacun reçoit ainsi, séparément, l'information. Il n'y a pas d'onde de propagation puisque ces cent personnes ne sont que des points dispersés dans l'espace et dans le temps. Et, parce que ces points sont séparés les uns des autres, ils reçoivent isolément l'information sans connaître immédiatement ce que produit l'information sur les autres points. Une information reçue isolément ne subit donc pas l'influence extérieure immédiate. Ainsi la perception originelle du message, de la personne ou de l'évènement ne peut être déformée, altérée ou modifiée qu'ultérieurement, lorsque les interlocuteurs s'exprimeront, échangeront vues, opinions et arguments. Cela n'a rien à voir avec la propagation d'une rumeur comme une onde : l'onde produit des « bourrelets » concentriques. Et le « bourrelet » est un espace commun qui englobe¿ Et donc, « nivelle » la perception en un « ressenti » dilué dans le « bourrelet ». Peut-on pour autant conclure qu'il n'y a pas de rumeur publique sur le Web ? Les Webmasters et administrateurs de forums et de sites inter-actifs, ne se transmettent-ils pas entre eux des informations ou des avis sur des personnes en particulier, par exemple ? Et si tel est le cas, de quelle manière ces informations et avis circulent-ils ? Il semble que l'une des règles de base en matière d'expression sur le Web, est de ne pas « colporter » dans les forums des informations ou des jugements particuliers sur des personnes ou des organismes, qui tendraient à discréditer ou marginaliser ces derniers, pour autant qu'ils ne soient pas nuisibles ou dangereux : je pense là, à ces sites pédophiles, d'appel au meurtre, au génocide de populations, de discriminations ethniques ou raciales, qui eux, devraient être purement et simplement éliminés sans état d'âme ni réflexion philosophique de toute la « surface » du Web¿ et du monde ! A ma connaissance, cette règle de base me paraît être relativement respectée et je m'en réjouis d'autant plus que le monde du Web est encore un monde du « tout possible » où règne une grande liberté en dépit de contrôles renforcés. Il n'est rien de plus « constructif » et de plus heureux à mon avis pour l'avenir de l'espèce humaine qu'une liberté individuelle qui s'épanouit en respectant la liberté de l'autre et dans laquelle la relation, dans ses seules « règles naturelles de fonctionnement », REMPLACE la loi, les codes, les procédures¿ Et la notion même d'état, de gouvernement, de système politique ou économique¿ Un Web sans fois qui prétendent sauver et sans lois qui prétendent régir au mieux, et qui ne serait pas une jungle ? Comme un monde lui aussi sans fois ni lois qui ne serait pas un enfer pour les uns si nombreux, et un paradis de privilégiés pour quelques autres ? En définitive, je pense que l'on est moins « assujetti » à la rumeur publique sur le Web que dans la vie, la rue, la ville, le pays¿
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité