Aller au contenu

Thaline82

Membre
  • Compteur de contenus

    5
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Thaline82

  • Rang
    Baby Forumeur
  • Date de naissance 02/11/1982

Informations Personnelles

  • Sexe
    Femme
  • Pays
  1. Un seul être nous manque....

    Merci à tous pour vos réponses Oui, c'est vrai, j'ai conscience qu'il y'a pire que moi. J'essaie d'aller de l'avant, je prépare mon VAE pour avoir un diplôme et j'envisage de faire une formation par la suite. Je sors dès que je peux, j'essaie de ne pas ruminer mais c'est pas évident. Je suis du genre battante et là, ne pas y arriver pour une histoire de c¿ur, cela me dépasse! Je me suis toujours jurée de ne pas finir comme cela, mais je suis tombée dedans lol C'est vrai, il faut continuer d'avancer, et je m'en efforce et encourage tous les gens dans mon cas à le faire, juste...par moment, c'est difficile de se retourner et de se dire que l'on a perdu un être cher: il était aussi devenu mon meilleur ami, il n'était pas que mon amant. On pouvait tout se dire, nous avons eu des vies et un passé difficile tous les deux (même si cela peut paraitre absurde de dire cela à 27 ans) et on se comprenait parfaitement. J'ai un vide dans ma vie sans lui, et c'est ce vide qui est dure à supporter. Merci de vos conseils et de votre réconfort
  2. Un seul être nous manque....

    Merci pour ta réponse Oui en effet, ce qui tue une relation c'est l'incertitude... C'est ce qui m' a fait défaut. Après, je pense en effet, qu'il n'était pas amoureux mais il tenait à moi, il l'a prouvé: en étant présent dans les mauvais moments, quand j'ai eu besoin d'aide et puis, il a attendu 6 mois avant que je me donne à lui... Il ne m'a jamais forcé pour quoique ce soit. Mais l'ambigüité, en effet, c'est ce qui a eu raison de nous :D Courage! Le c¿ur a ses raisons et il faut du temps pour s'en remettre. Cela me fait penser à une citation d'Anatole France: " On n'aime vraiment que lorsqu'on aime sans raison."
  3. Un seul être nous manque....

    Bon a force de voir depuis un petit moment les gens écrire leurs histoires et se sentir écouter, je me lance¿. Le lot de plusieurs d'entre nous, je n'arrive pas à me remettre de ma rupture. L'amour c'est compliqué et difficile mais encore plus quand l'histoire est elle-même assez compliquée. Je vais essayer de vous expliquer synthétiquement mon histoire: Je l ai connu sur internet alors que j'étais en Angleterre (mais sur le retour en France). Jusque là tout va bien mais à peine revenue, il devait partir vivre un an à New-York pour ses études alors, il ne s'est rien passé¿ Pendant un an, on a été en contact mais nous deux, on était plus ou moins « en stand by ». Je le voyais vivre sa vie new-yorkaise, et moi j'avais pas mal de problèmes (chômage, obligée de retourner vivre chez mes parents quelques temps alors que je suis très indépendante, plusieurs décès¿). Donc, il revient en France, on se voit une fois, il ne se passe rien¿là j'avoue que je ne comprends pas tout¿On se voit une seconde fois, il m'explique qu'il ne peut pas me donner ce que je veux, moi, je me reconstruis et je ne sais pas ce que je veux¿ Ce jour-là, on s'est embrassé, mon premier baiser. Parce que oui, 26 ans et je n avais connu aucun garçon et ça pour plusieurs raisons que je n ai pas envie d'étaler ici. Puis je refusais de m'ouvrir, il aura été le seul. Donc à partir de ce moment-là, on devient « intime », mais pour autant on n'est pas ensemble. Son attitude est très ambigüe : il est présent, quand ca va pas, quand j ai besoin de lui, mais je n ai pas de place dans sa vie. Il a ses amis, moi les miens. Ce garçon, en fait, était sûrement aussi perturbé émotionnellement que moi. Il avait un mode de vie de fou : il aidait sa mère et avait son travail, du coup ses horaires c'était : 6h- 0h. Du coup, on ne se voyait que tous les 3 mois¿.Puis, il est fermé, on sent qu'il a peur de s'attacher, de s'engager, peur de vivre. Au bout de 6 mois, même si on n'est pas en couple, je lui donne ma 1er fois. J'avais conscience que notre histoire était compliquée, mais je le vivais plutôt bien et puis en cas de doutes, il savait me rassurer, me rattraper quand je voulais partir¿ Avec le temps, je tombe amoureuse, je ne sais pas vraiment quand ni comment, alors son ambigüité commence à m'user, puis je vis de plus en plus mal d'être comme « en dehors de sa vie ». Même si je sais qu'il tenait à moi, il me l'a prouvé, je doutais tout le temps. Puis tous les deux, cela devenait de plus en plus conflictuel, je venais d'avoir une promotion au boulot et je n'arrivais plus à avancer. Un jour, j ai lu un message d'une nana sur son facebook, et ça m'a énervée ! J'avais souvent l'impression, que ce qu'il disait ne pas être capable de me donner, il le donnait à d'autres sans difficulté. Alors, je lui ai envoyé un mail (j aurais bien voulu le dire en face, mais vu qu'on se voyait toutes les saint glinglins¿) où je lui balance tout. Je ne suis pas tendre et du coup, il m'éjecte de sa vie, me supprime de ses mails, de son facebook, va même jusqu'à supprimer nos amis communs. Je lui dis alors que j espère « qu'il rencontrera une fille qui lui fera aussi mal qu'il m'a fait mal et qui se foutera de sa gueule comme il l a fait pendant 2 ans » (oui, c'est très méchant mais mes mots étaient à la hauteur de ma douleur) Là-dessus, il me répond qu'il ne voulait pas couper les ponts avec moi mais que c'est moi qui le voulais, qu'il ne pensait pas se foutre de moi, pour preuve, il aurait pu aller voir ailleurs mais il ne l'a jamais fait. Encore une fois, il a été ambigüe, il n'a cessé de dire pendant 2 ans, que nous n'étions pas ensemble pourtant il était jaloux, et là il me dit qu'il ne m'a jamais trompé or aux dernières nouvelles pour tromper quelqu'un, encore faut il être avec ! 2 jours après, je me calme et je lui explique plus calmement mon ressenti et je lui dis tout : que je l'aime, que je n'ai pas réussi à me protéger dans cette relation et que je souffrais trop. Que professionnellement, j'étais en plein essor, et qu'il fallait que je me concentre dessus¿ A cet email, pas de réponse, alors que je lui disais pour la 1er fois que je l'aimais ! Et depuis pas de nouvelles, je n'existe plus, bizarrement, il m'a éjecté de partout sauf sur msn allez savoir pourquoi, mais si on est connecté, il m'ignore. Moi, de mon coté j'en sors épuisée, avec le sentiment d'avoir tout fait pour que cela marche mais d'avoir malgré tout échoué¿ Cela fait 5 mois, mais il me manque toujours autant, j'ai l'impression d'être brulée à l'intérieur, je ne ressens plus rien. Je n'arrive pas à m'ouvrir aux autres et la seule fois où je le fais voilà le résultat. Pourtant je suis une battante de nature: je n'ai pas eu la chance de pouvoir faire de grandes études pourtant à force de volonté et de travail, je suis bilingue et je travaille comme assistante de gestion (alors que j'ai commencé caissière à 18 ans) et cela sans diplômes. Je ne sais même pas pourquoi je poste, j'en ai juste eu envie alors je l'ai fais. Dans tous les cas, désolée pour le pavé et merci de m'avoir lu¿
  4. Je passais par hasard sur ta page, alors je te souhaite une Bonne Année avec tout ce dont tu puisses désirer...

    Bisous...

  5. Aimez-vous la France

    Sérieux arretez avec la France!! Ok, on est en crise économique (mais comme quasi tous les pays industrialisés en ce moment), ok pour les jeunes c est super galère pour se faire une vie (boulot appart...) ok; on a un gouvernement merdique et qui nous enfonce depuis plus de 20 ans. Ok on a un président discutable (moi aussi suis pas fan mais avouez qu'entre Ségo et sa bravitude y avait pas foto et puis contrairement aux autres lui il se bouge ses fesses, bon la manière dont il fait bouger les choses sont discutables c'est vrai mais lui au moins a le mérite d'essayer...) Mais la France c 'est une histoire et dire que l'on a honte d'être français ça me dépasse! Mes grands-parents et arrières grands-parents ont été de grands résistants: mon arrière grand père, il était militaire et préfet, il est mort fusillé à 62 ans et mon grand-père a fait le débarquement de Normandie après avoir fait de la résistance en Angleterre. Ils se sont battus par amour de leur pays et de la liberté et c'est dans ce sens que la France c'est le pays des droits de l'homme... Ici, on peut s'exprimer à peu près librement, les filles ont le droit de s'habiller comme elles veulent (quoique ça dépend des endroits je l'accorde), on peut avoir la sexualité que l'on veut et sans préjugés, on peut y faire des études, quand on est malade, on est plutôt bien soigné, on a une bonne couverture social... Et quand je pense à MON pays, je pense à eux et à l'exemple qu'ils étaient. Alors au lieu de râler (même si je l'accorde c'est très français) de dire que la France c'est que de la merde, prenez exemple sur nos ancêtres. Parce que ils avaient ce qu'il nous manque aujourd'hui:la volonté et l'espoir! Ya qu'à voir: on se plaint 35h par semaine c'est trop dur, en Angleterre on fait 45-50h par semaine et même plus si on le veut... Et personne ne se plaint car il y a un pouvoir d'achat énorme! Le problème de la France, c'est que c'est un pays d'assisté. A entendre certains, il faudrait les payer à rien faire!! Désolé mais on a pas rien sans rien! Moi aussi j'ai peur de mon avenir mais la France c'est ma maison, mes racines et quand je n'y suis pas elle me manque terriblement! Oui la Tour Eiffel est laide mais c'est notre monument, puis on a de beaux paysages... Le problème de la France c'est que les français ont du mal à se mettre aux charbons pour remonter l'économie du pays: ils veulent être augmenté mais surtout ne pas travailler trop, ils veulent ne pas payer d'impôts mais ne crache pas dans la soupe lorsqu'ils bénéficient d'aide. En gros, le problème c'est pas la France c'est les français...
  6. J'ai 15 ans et je suis détruite...

    Mon pauvre petit ange... J'ai vécu des choses comme toi et j ai laissé la situation s'empiré. Les humiliations de mes parents et de ma soeur, les claques et les cris sans raisons, les gens qui savent et qui ne font rien mais qui te regardent avec un air de pitié... Du coup j'ai 25 ans et je refuse que l'on me porte de l'affection: j'ai très peu d'amis et aucun chéri. A ton age, comme toi je me scarifiais et me fesais vomir comme pour me punir d'exister, dans ma tête, je ne méritais pas de vivre alors je me fesais du mal dans le but de me tuer à petits feux. Maintenant, les plaies sont encore ouvertes: en amitié et en amour, je me fais souvent avoir par des gens qui profitent de mon manque d'affection, et même si la personne en face à de bonnes intentions je doute et je me dis qu'elle veut se moquer de moi. Difficile d'avoir une vie sociale dans ces conditions. L'enfance et l'adolescence sont censés être les fondations de ta vie d'adulte alors lorsque ces fondations sont fragiles, te construire dans la vie est plus dure... Je ne dis pas ça pour me faire plaindre: cette remarque concerne WEAPON car BREE a raison, les propos sont blessants et le fait de douter ne ménera cette jeune fille qu'à encore plus de mutisme. Car moi si je n'ai rien dis c'est parceque les peu de fois où j'ai voulu en parler on a émis des doutes. On n'a pas tous la chance d'être élevé avec une famille aimante et le plus imortant pour un enfant, c'est le regard que porte ses parents sur lui alors lorsque ce regard est un regard de dégout et de rejet, imaginé ce que peut ressentir l'enfant... Maintenant certains penseront peut être que j'éxagere et que je fais dans le patos mais je m'en fiche, je sais ce que j'ai vécu. Parenthèse tournée, mon conseil serait de rester dans ton lycée loin de tes parents et de ne retourner les voir que lorsque tu n'as pas d'autres choix. Puis il faut que tu prennes conscience que tu n'es coupable de rien. Ce sont tes parents qui ont des problèmes et qui injustement le transfere sur toi. Car si tu te fais du mal (scarification, vomir) c'est pour te punir du regard que te porte tes parents et lorsque tu auras compris que ce n'est pas ta faute et que le problème ne vient pas de toi, tu pourras aller de l'avant. Cette souffrance tu l'auras toujours en toi, c'est comme une brulure: au début ca fait mal puis grace à un baume (le temps ou un psy mais ca se sera ta decision), on cicatrise mais les marques restent, tu l'auras toujours en toi, juste tu en souffriras moins. L'adage dit: "ce qui ne te tue pas te renforce" et le point positif de tout ca c'est que tu en ressortiras plus mature et plus forte que tout les autres qui ont reçu une enfance "normale". Et ce sera ça ta force: ton experience qui t'auras certe fais grandi plus vite mais qui te rendras au final plus forte que les autres. Alors mon ange, je te souhaite de prendre les bonnes décisions, beaucoup de courage et tu as toute mon affection. Car au final, ce qui fait le plus mal c'est ça: le manque d'affection... Donne de tes nouvelles surtout!
×