Aller au contenu

thinnie

Membre
  • Contenus

    14
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de thinnie

  • Rang
    Forumeur balbutiant
  • Date de naissance 07/12/2001

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. Une différence d'accord mais rien de criminel... Bon 'faut quand même s'interroger un peu sur la capacité de l'ado à gérer ça. Après si c'est l'attirance dont on dit qu'elle n'a rien de criminel, ben, elle est naturelle, que ça nous plaise ou pas nos hormones sont faites pour marcher comme ça. Alors que la pédophilie n'a rien de naturel. Mais une attirance n'est jamais criminelle ce sont les actes qui le sont. Les attirances pédophiles sont, disons, profondément regrettables. Et les actes, parmis les plus atroces connus.
  2. Oui, aussi. Faut pas oublier que la pédophilie est une anomalie biologique, pas une construction sociale de quelque chose de mauvais pour le développement d'individus dans notre société. La pédophilie c'est une attirance vers des gens si jeunes qu'ils n'ont rien de sexuel. À 15 ans on pourra à la rigueur souhaiter que les ados n'aient aucune activité sexuelle, mais il n'y a rien de surprenant quand ils en ont quand même. Rien à voir donc avec de la pédophilie, à moins que l'ado fasse bien plus jeune. Bah, ces trucs-là ne disent rien à propos de relations amoureuses platoniques qui seraient légales ou pas.
  3. Mais... il y a jamais de texte de loi pour dire que ceci ou cela n'est pas illégal ! À la rigueur on pourrait se demander comme je sais que ça l'est pas, et croire que c'est parce que j'ai suivi certains faits-divers qui relataient qu'au regard de la loi ce genre de choses ne sont pas condamnables. Et donc que je pourrais donner des liens vers ces news si je le retrouve. Sauf que je le sais parce qu'une amie à moi m'a montré les conclusion d'un avocat qui a été interrogé pour conseils, et qui donc disait qu'il n'y a rien dans la loi contre ça. Je peux pas mettre un lien, c'est privé. Par contre, quand quelque chose est bel et bien illégal, rien n'empêche de mettre un lien vers l'article de loi qui l'annonce. Cette remarque étant faite, je trouve très compliqué d'utiliser légifrance, et je ne sais pas donner de lien vers les articles sous leur forme finale. Je sais les afficher sur mon écran, c'est déjà pas mal.
  4. Alors, je suis désolée, mais des liens vers quoi ? Sur le fait qu'en France, toute condamnation légale de quoi que ce soit, doit être appuyée sur des faits ? Ou sur le fait que c'est compliqué d'établir quels sont les faits qui constituent l'existence d'une relation amoureuse ?
  5. Au regard de la loi ? Mais n'importe quoi. Et elle se définit sur la base de quels faits, cette relation platonique ?
  6. Plutôt dans le code de déontologie de l'éducation, il doit pas trop espérer enseigner après ça. Mais si tu veux parler de loi, ben vérifie. Tout ce que dit la loi, c'est que s'il y a une volonté de dispute du consentement, on peut considérer que le mineur était forcé, sur la simple base du fait que l'agresseur est son prof (ou quelqu'un qui a autorité claire sur le mineur) Il y a pas d'autre question que celle du consentement.
  7. Plus exactement, il est facile d'obtenir une condamnation... Si la victime veut cette condamnation ! La victime n'a alors pas grand-chose à prouver devant la loi, dans le mesure où le seul fait que l'aggresseur a une autorité évidente sur elle, suffit à vicier l'éventuel consentement de la victime. Si par contre, la victime maintient son consentement, et elle en a le droit, rien d'illégal, et les parents ont le droit de rentrer chez eux. D'où le dialogue probablement plus utile. Bon, on sait tous qu'en réalité, les parents mettront une pression de dingue sur leur enfant, pour qu'il fasse valoir que le consentement était vicié. Pas convaincue que ce soit très sain pour son éducation.
  8. Merci, et puis aussi merci à tout le monde. Mais bon ça fait trois semaines, là, et je sais pas si j'ai été bien claire mais j'étais incapable de me concentrer sur quoi que ce soit, alors si je pouvais faire quelque chose je voulais le faire tout de suite. Finalement je lui ai juste parlé. Il se trouve que mon père et lui.s'étaient rendu compte qu'il m'attire et ils n'ont pas été pris par surprise. Et bon c'est ce que j'ai dit : il peut rien me refuser. Bon c'est peut-être un peu moins vrai maintenant qu'on est ensemble. Il m'a parlé de plein de choses auxquelles réfléchir avant de penser à avoir une relation avec lui, avec l'ami de mon père, et avec un homme plus âgé. Puis il m'a dit de prendre au moins une semaine pour y réfléchir et qu'on en reparle ensuite. Ça m'a calmée un petit peu parce que du coup il me considérait comme une femme avec qui il pourrait sortir, et j'étais plus tellement dans l'imaginaire. Bon, finalement on essaie de se mettre ensemble et je me sens bien mieux. Je crois que c'était surtout les regrets de ne rien faire qui me tourmentaient.
  9. Effectivement, c'est très efficace pour me rendre compte que tenter quelque chose me fait peur, mais ne rien tenter est insupportable. Mais bon... Je le savais déjà, juste moins clairement. Je cherchais plutôt à savoir si cette idée, on le fait quelques fois pour me soulager et ne pas regretter de pas l'avoir fait, puis on s'arrête pour ne pas risquer le reste de nos vies, c'est quelque chose qui peut marcher. Finalement j'ai décidé que ma peur n'était pas si bonne conseillère. Après tout je le veux, lui. C'est peut-être pas la meilleure chose qui soit arrivée dans nos vies, mais c'est la vérité. Alors je ne vais pas faire semblant. Du coup ça devient un peu moins une question de sexe et plus une question de relations, parce que je suis à peu près sûre qu'il me dira oui comme toujours, mais je sais pas si coucher tout de suite nous correspond bien.
  10. Non, je suis sûre qu'il va pas me dire "oui, ok, faisons-le". Il va tenter de me dissuader pendant probablement des jours. Mais je le connais, il peut rien me refuser. Si je lui parle à cœur ouvert, il finira par dire oui. C'est à ce moment-là que je voudrais que ça lui plaise. Bon, maintenant je me mets à penser qu'on pourrait juste devenir un couple qui durera comme il durera et merde à qui ça plaît pas. C'est vrai, ce qu'on m'a dit au-dessus, mon père irait pas jusqu'à me perdre, et probablement pas son meilleur ami non plus.
  11. Bon une fois j'y crois pas beaucoup. Mais je me disais, peut-être, "quelques" fois. Juste que je puisse me dire que j'ai eu une petite aventure agréable avec lui, et y repenser de temps en temps, sans regret et en n'étant plus complètement envahie par l'envie de le faire. Ben il me trouve bizarre, alors peut-être qu'il a tout compris en fait. Mais non, pas le moindre regard de non-dit. J'ai sûrement eu des regards admiratifs, mais aucun regard "complice," "on s'est compris". Pas la moindre discussion sur le sujet de faire quoi que ce soit ensemble, d'autre qu'on a toujours fait. Enfin il va peut-être m'emmener visiter une île tropicale mais c'est pour mes vacances. Ce que j'attendrais de ce premier rapport, c'est déjà d'avoir fait l'amour, parce que pour la première fois de ma vie j'en ai envie. Je voudrais bien aussi partager un moment complice, intime avec lui, qui vienne plus de moi en tant que femme que de moi en tant que petite fille. Il me parle beaucoup comme une égale mais il est aussi très protecteur, et ça me plairait bien d'être aussi une femme dans sa tête. Enfin, si les hommes sont comme on le dit et que ça lui ferait plaisir, ça me plairait bien.
  12. J'ai un problème avec ma mère, mais ça n'a rien à voir. Enfin peut-être que au fond, comme mon problème avec ma mère est plus ou moins forcé de concerner toute ma vie, ça concerne ça aussi. Ma mère trompait mon père et ils sont divorcés. Mon père refait sa vie, célibataire un peu séducteur, et ça va. Peut-être que maintenant que je quitte la maison il va se remarier. Ma mère est, je sais pas quoi dire, un poison. Elle exige que je vienne la voir, mais c'est que pour me dire combien la vie et mon père sont pourris. C'est vraiment génial comme relation mère-fille, exactement ce dont j'avais besoin. Du moment que passe pas "son temps à elle" chez mon père elle est contente, alors du coup je le passe chez "mon parrain". Voilà comment j'en arrive à voir ma mère comme un obstacle dans ma vie, et comment j'ai passé tout mon temps chez cet homme. Bon, sinon... Quand je lui ai demandé il a pas voulu me dire ce qu'il pense de la situation avec ma mère. Il dit que ce serait comme prendre ma décision à ma place. Mais bon, il m'entend souvent dire qu'il va bien falloir que je l'éloigne de ma vie. Et en général il me soutient quand je fais des choses.
  13. Je suis pas sûre d'avoir bien suivi. Mais quelque part, avoir quelques rapports, puis me lasser, et éventuellement passer à autre chose ensuite, c'est sans doute ce qui serait le mieux pour ma vie. Je crois bien que je suis déjà amoureuse du homard, mais qu'est-ce que j'en sais, au fond. C'est un sacré chant des sirènes, ça. Surtout que bon, mon père je crois qu'il pourrait faire avec. C'est pas gagné, mais en même temps il sait parfaitement que c'est l'homme qui prend le mieux soin de moi depuis que j'existe. C'est plus ma mère le problème. Je sais bien qu'il faudra dans pas trop longtemps que je décide si je la garde dans ma vie et si oui, comment je fais pour gérer la toxicité qu'elle met dans ma vie. Mais je me sens pas prête à prendre ces décisions-là.
  14. Pour expliquer un peu le titre : j'ai pas d'expérience. J'ai gagné le droit d'écrire ici (18 ans) il n'y a pas longtemps. J'ai pas d'expérience à cet âge, et jusqu'à il n'y a pas si longtemps ça m'intéressait pas. 'Faut dire que les garçons me font pas rêver. J'avais jamais pensé au fait que ce serait pas toujours le cas. Mes copines me parlaient mecs et quelque part c'était très bien que ça leur plaise mais mes réactions s'arrêtaient là. Mais récemment je me suis mise à juste réaliser qu'un homme précis est un homme et c'est dingue comme d'un seul coup ça m'obsède. Je pense tout le temps à lui, aux moments où on est ensemble, aux mots qu'il a dit qui m'ont fait plaisir, enfin bon je suppose que la plupart des filles connaissent ça, mais j'arrive pas à penser à autre chose plus de cinq minutes. Je suis concentrée sur rien, ça m'obsède. Quand on est ensemble, c'est comme si je me noyais de sa présence. Son odeur est enivrante et s'il regarde pas je peux foncer respirer son oreiller. Je pourrais passer des heures à admirer son visage pas très loin de moi. Forcément il commence à me trouver bizarre. Je m'imagine lui parler de mon attirance, je nous imagine en train de nous embrasser, je nous imagine au lit en train de faire l'amour. En plus comme c'est la première fois que je ressens un désir féminin, j'ai pas envie de l'ignorer. J'ai toujours été plus que sage, et maintenant que la vie m'envoie sans prévenir cette envie de pas être très sage, je veux la croquer à pleine dents. J'ai envie, j'ai envie, j'ai envie, bon vous comprenez le topo. J'essaie juste de faire comprendre à quel point ça me quitte pas. Et je suis sûr que jusque-là, ça ressemble à l'histoire rigolote et peut-être attendrissante qui commence à ressentir ses premiers émois, et qui n'a qu'à aller voir son charmant jeune homme et lui proposer toutes ces choses qui passent par la tête. Mais il y a un problème, enfin, plein. Cet homme, est beaucoup plus âgé. C'est l'ami de mon père, et mon ami, et mon parrain. Il paraît qu'il a changé mes couches et m'a donné des bains à une époque. En oubliant ces désirs récents, il a toujours été très important pour moi. Il comprend bien mes passe-temps, mes sujets préférés, il me conduit avec mes amis quand on en a besoin, il m'aide pour mes devoirs et c'est beaucoup plus sympa de passer du temps chez lui qu'à la maison. En gros j'essaie de dire que c'est quelqu'un d'important dans ma vie, mais pas un parent de remplacement non plus. Je ne pense pas qu'il serait possible d'avoir une relation suivie entre nous. Aucun de mes parents ne laisserait faire. Et je risque de perdre tout ce qu'il était pour moi. Mais j'ai pas envie d'ignorer ce que je ressens, surtout que ça veut pas sortir de ma tête. Alors je me demande, si le meilleur moyen de se débarrasser d'une envie, c'est pas d'y céder. Est-ce qu'on se sent mieux, après l'avoir fait ? A la rigueur genre quatre ou cinq fois, tant que c'est pas une relation suivie avec un risque de se faire prendre. Genre, assouvir l'envie pour se calmer et pas avoir de regret, puis une fois que c'est fait se sentir prête à en rester là et en ne gardant que les souvenirs ? Ca peut marcher une chose pareille ou c'est complètement illusoire ?
  15. Bienvenue sur ForumFr thinnie

      aa
×