Aller au contenu

Eyilink

Invité
  • Contenus

    2
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Eyilink

  • Rang
    Baby Forumeur
  • Date de naissance 13/04/1990
  1. Mon coeur aux portes de l univers Grand et etincelant, Mais pourtant indeci Lumiere des etoiles abusives, mes sarcasmes trepasssent par dela le neant du cosmos par dela les ethers Le dernier souffle d un bleu infini Au revoir l espoir de toute une galaxie Infini macroscopique ton eclat me chagrine Sophistes qui t on revele Ainsi la sublimation n est que melancolie L ordre boulverse d'un univers incube Par dela les trainees ta voix resplendira Ton odeur naturel sera une drogue immuable pour moi Ton corps ne sera plus
  2. Depuis l’aube d’un jour , l’homme convoitise la valeur ,il essaie par toutes conventions de s’élever socialement , le travail essence importante de l’homme, il l’a marchandisé après l’avènement de la société.Travailler moins , c’est vivre mieux? En quoi la quantité de travail peut-elle nous amener à la sublimation et dans quelles conditions est-elle marchandable ? La réduction d’un temps de travail est-elle un bienfait. Cela varie en fonction des convictions de chacun.Si on réduit le temps de travail d’un travailleur engagé, cela réduira son temps d’épanouissement personnel.Par exemple, Rousseau écrivant la partie botanique de l’Encyclopédie, si on lui avait réduit son temps de travail, il aurait peut-être pu s’intégrer à la société au lieu de rester dans une situation précaire , en revanche il n’aurait pas été reconnu abouti à notre époque d’un point de vu extérieurement public, involontairement ou pas. Au contraire, si on réduit le temps de travail marchandisé, d’un prolétaire qui en soit est enclavé dans une conduite forcée, alors peut-être qu’il s’engagera dans un travail ayant pour but de s’accomplir,alors il aura un épanouissement personnel et peut-être reflété à son entourage sûrement composé de la même catégorie sociale.Le bilan aboutira fréquemment à la sublimation. La quantité de travail est une sorte de biomasse puisqu’elle est est comparable.La biomasse du travail est une comparaison qui permet de trouver un nombre d’heure de travail pour un certain ouvrier en fonction du capital du nombre d’heure et le nombre de personne travaillante. Cette biomasse du travail peut prouver que le temps de travail marchandisé d’un individu sera moyennement inégal au temps de travail marchandisé d’un autre individu. C’est à dire que si on réduit le temps de travail marchandisé de ces deux individus de moitié , deux autre individus au chômage pourrait les remplacer sur les heures que les deux premiers cèdent et donc augmenter le nombre de personne et baisser cette biomasse.Si la biomasse du travail baisse alors le travailleur peut avoir plus de travail engagé et donc d’épanouissement personnel relatif à son temps libre,mais il ne pourra peut-être plus survivre en relation avec le système économique de la société. Le travail est un faculté qui est forcément développer, mais il ne faut pas que travailler, il faut œuvrer. Grâce à l’expérience qui est le capital de travail en heure pour un individu,qui rend l’apprentissage de la technique plus efficace.Une œuvre est un travail reconnu par un nombre de personne, un groupe...L’ensemble des œuvres est le savoir.Travailler c’est vivre mieux, pour s’accomplir l’homme aurait-il besoin d’œuvrer?Le travail est il un des chemins qui mène à la sublimation ? La sublimation est un moment à partir duquel l’homme ne regrette rien , elle est le fruit du progrès , l’homme a toujours cherché à progresser pour améliorer ses conditions . L’aboutissement d’un point de vue extérieur plus couramment appelé la reconnaissance est plus clair , elle a souvent amené des gens à se sublimer en dépassant ceux pour lesquelles ils avaient de la reconnaissance par le moyen du travail mais aussi d’autres variables comme le quotient d’intelligence...Par exemple Einstein s’est servi du travail d’autres scientifiques et de cela en particulier puisque il avait forcément de la reconnaissance. Le travail aliéné selon Marx, un travail marchandisé au 18ème siecle avec un but impersonnel.Le travail est une forme d’autonomie et nécesité qui s’est déplacé vers une forme d’autonomie et de nécessité collective depuis que la société est devenu capitaliste.Par exemple, chacun dans la société à une place respective quel-qu’elle soit , pour que la société fonctionne il faut que le travailleur travaille pour une communauté.Le prolétaire devient étrangé à son travail car il ne travaille pas pour se sublimer mais pour survivre car la système économique l’implique, il ne se sublime plus lui mais un groupe de personne voire une personne .En d’autres terme, la société devrait enclavé théoriquement le progrès puisque les prolétaires subliment une personne.Mais le déplacements de chacune de ces sublimations personnelles vers un capital démultiplie la sublimation commune.Par exemple , depuis que l’homme a institué la société capitaliste , il a extraordinairement progressé même si il doit abandonner le travail par nature. Le travail marchandisé dans la société est une sorte d’enclave puisqu’il a pris le sens politique de « l’action de travailler »,puisqu’il vise le bien commun.On pourrait pratiquement dire que le travail par nature n’est plus envisageable dans notre société , puisque la concurrence et entre-autre la survie incite à prendre le dessus , et si le prolétaire envisageait d’arrêter son travail marchandisé , il ne pourrait pas garantir sa survie.
  3. Bienvenue sur ForumFr Eyilink

      aa
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité