Aller au contenu

samira123

Membre
  • Contenus

    2082
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de samira123

  • Rang
    Forumeur alchimiste

Informations Personnelles

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. Peu importe la sexualité de Tariq Ramadan ou de ces femmes si celles-ci sont entièrement consenties, après même s'il y a plusieurs incohérences, des doutes sur la sincérité des trois premières plaignantes, rien ne permet d'affirmer qu'elles étaient complètement d'accord dans ce genre de relation d'ailleurs si tout s'était très bien passé comme elles le voulaient, elles n'auraient pas porté plainte. Alors bien sûr, possible qu'elles ont pu vouloir se venger car Tariq Ramadan a rompu le contact, parce que la relation n'est pas vraiment comme elles l'auraient souhaité mais aussi peut être parce qu'elles n'ont pu dire non pour diverses raisons, par exemple, l'emprise psychologique n'est pas impossible...Actuellement, on ne sait pas ce qu'il en est réellement. Concernant son image même si c'est vrai que ces femmes ont voulu le salir, Tariq Ramadan a quand même sa part de responsabilité, il n'aurait pas du par exemple avoir des relations sexuelles avec des élèves, il n'aurait pas du non plus avoir des relations avec des femmes qui s'intéressent à ces conférences...Evoquer la religion, l'utiliser pour ensuite chercher à les séduire n'est certainement pas ce qu'il aurait du faire, il peut s'en prendre qu'à lui-même si son image est salie.
  2. Je n'ai pas non plus affirmé que ces femmes sont sous emprise et la justice heureusement ne se base pas que les paroles des plaignantes ou de l'accusé pour condamner ou innocenter une personne. Ils prennent tout en compte, preuves transmises, témoignages, personnalité des uns et des autres...Sinon oui, cela sera trop facile et grave si on condamnait que s'il suffisait de porter plainte.
  3. Et ? Est ce que j'ai dit qu'il n'y avait pas eu de viol ou qu'elle n'était pas sous emprise, non aucunement, je réponds seulement à un post d'une forumeuse.
  4. Oui tout à fait, c'est d'ailleurs ce que je dis dans mon post précédent.
  5. Tout à fait, mais si témoignages récents de ces quatre filles, à mon avis, elles n'auraient pas raconté cela s'il n'y avait rien eu après comme il est dit dans le rapport ne pas tout prendre pour comptant sur tout ce qui a pu être dit dans le médias, entre autres, le rapport évoque l'emprise psychologique que ces filles ont subi mais à aucun moment, il n'est dit dans les témoignages, que la fille a subi des violences et avait des bleus sur tout le corps. Cela peut servir dans le dossier contre Tariq Ramadan car même s'il n'y a eu aucune trace à l'époque dans le dossier de Tariq Ramadan, il y a eu certains manquements qui n'ont pas permis d'approfondir ce qui s'est passé à cette période.
  6. Non il n'y a eu aucune plainte, il y a juste le témoignage de quatre filles qu'ils ont recueillis dernièrement mais à l'époque, aucune de ces filles n'en a parlé au collège, aucune trace dans le dossier de l'enseignant Tariq ramadan sur ces affaires. Non aucune de ces collégiennes n'a porté plainte à l'époque.
  7. En relisant le rapport, je n'ai pas vu le directeur s'excuser et pour répondre à ta question sur les manquements, il n'y a aucune trace de plainte de ces filles à l'époque, un ami d'une des filles a été voir le doyen mais la fille n'a pas été interrogée, ce qui peut être un manquement...A cette période, rien n'a permis d'affirmer que Mr Ramadan a abusé de ces élèves à part des rumeurs mais si pas de plainte ou de suivi des concernées, rien dans le dossier de l'enseignant en rapport avec les témoignages. Ci-dessus, ce qui est noté sur le rapport, lien que tu as mis plus haut :
  8. Si le rapport vient donc mettre fin aux rumeurs et ne retient aucun élément objectif contre Tariq Ramadan et Martine Brunschwig Graf, certains médias s’en sont pourtant emparés déformant sa teneur allant jusqu’à produire et relayer des « fake news ». Ce que dit le rapport Les juges appellent à la plus grande prudence : s’ils prennent les témoignages au sérieux, ils les rapportent au conditionnel et parviennent à une conclusion très claire et sans équivoque : « aucun élément de quelque ordre que ce soit permettant de retenir à son encontre (Tariq Ramadan ) la moindre suspicion d’atteintes à l’intégrité sexuelle d’élèves n’a été trouvé”. En conclusion de leur rapport, les juges ajoutent que « les prétendues rumeurs sur un comportement d’abus sexuel de la part de Tariq Ramadan sur des élèves, notamment celles fournies par l’ancienne enseignante de l’École de commerce et relayée par la presse en novembre 2017, ne reposent sur aucun fondement sérieux tant elles sont colportées de manière confuse aussi bien sur la période concernée que sur leur contenu. » Il consiste en une compilation de témoignages, anonymes ou non. ont été recueillis pour répondre à deux questions : que savait-on du comportement dont est accusé aujourd’hui Tariq Ramadan et y a-t-il eu des dysfonctionnements au sein du Département de l’Instruction Publique. A la première question, le rapport répond que, au-delà de rumeurs, aucune note ni aucun fait objectif ne permet de remettre en question le comportement du professeur Tariq Ramadan. A la seconde question, le rapport note que Mme Martine Brunshwig Graf admet avoir menti à la presse lorsqu’elle avait affirmé qu’elle se souvenait qu’une enseignante l’avait appelée pour l’informer des faits. Devant les juges, elle s’est ravisée et a affirmé que cet appel n’avait en fait jamais eu lieu, qu’elle n’était pas au courant des accusations et qu’elle n’avait entendu que des rumeurs. (Radio Lac, 22 novembre 2018). A la seconde question, le rapport conclut donc logiquement qu’au vu des faits, il n’y a pas eu de dysfonctionnement au sein du Département de l’Instruction Publique https://blogs.mediapart.fr/marianne-france/blog/301118/affaire-tariq-ramadan-la-desinformation-continue-propos-du-rapport-genevois
  9. Sous emprise ne concerne pas que la drogue et pour la durée, il y a eu pas mal de messages entre eux pour savoir qu'il a pu avoir une emprise psychologique, de toute façon, je n'affirme pas que l'avocat des plaignantes va gagner mais qu'il a raison d'utiliser cette défense de l'emprise car c'est la seule chose qui peut lui donner une chance de gagner.
  10. Pourquoi cette question puisque toi-même évoque "ces manquements" dans un de tes posts précédents. @DroitDeRéponse: Si il y a eu manquement du collège de saussure , c’est que nécessairement il y a eu comportement délictueux de Mr Ramadan .
  11. Pas de dysfonctionnements mais des manquements. C’est en substance le message qui ressort de l’enquête très attendue menée sur les abus à l’école dans le canton de Genève. Radio Lac s’est procuré le rapport confidentiel remis au Conseil d’Etat le 31 octobre dernier. L’analyse porte essentiellement sur la situation du collège de Saussure où Tariq Ramadan a enseigné entre les années 90 et 2000. C’est la première fois que la parole des témoins figure dans un document officiel. https://www.radiolac.ch/actualite/des-manquements-pointes-du-doigt-dans-laffaire-ramadan-a-geneve/
  12. C'est le point qui indique : Le gouvernement genevois confirme les accusations portées contre Tariq Ramadan On peut lire que Tariq Ramadan « aurait tenté de séduire sans succès l'une de ses élèves âgée de 14 ans et serait parvenu à entretenir des relations sexuelles avec les trois autres élèves âgées de 15 à 18 ans ». Le rapport rapporte que ce professeur de français invitait individuellement tous ses élèves, garçons et filles, à prendre les repas de midi dans un restaurant en dehors de l'école. « Lorsque ce fut le tour d'une des victimes présumées, il l'a prise en charge sur le siège avant du passager et posa sa main droite sur sa cuisse gauche, en lui tenant des avances inappropriées et intrusives. » « Des bleus sur tout le corps » Une autre élève fait état d'attouchements sexuels dans la voiture de Tariq Ramadan. « L'emprise psychologique et les menaces de l'homme charismatique reviennent également dans les différentes auditions », constate le rapport. Ces informations ne font que confirmer les reportages parus dans la presse suisse dès novembre 2017. Une ancienne élève confiait avoir été « abusée et violentée ». « J'ai eu des relations sexuelles avec lui. Il était marié et père de famille. Cela s'est passé trois fois, notamment dans sa voiture. C'était consenti mais très violent. J'ai eu des bleus sur tout le corps. https://www.lepoint.fr/societe/le-gouvernement-genevois-confirme-les-accusations-portees-contre-tariq-ramadan-26-11-2018-2274487_23.php Autant je suis d'accord avec la première partie car cela correspond à un des témoignages indiqué sur le rapport autant je ne suis pas d'accord avec la deuxième partie où il est question de violence, de bleus donc venir dire que ces informations ne font que confirmer les reportages parus dans la presse, non cela ne correspond pas à ce qui est annoncé dans le rapport.
  13. Peut être mais ce n'est aucunement dit dans le rapport alors que tu indiques que les faits correspondent à ce qui est noté dans le rapport.
  14. Sur le rapport, je n'y lis aucun témoignage où il est question de violence, de bleus.... Sur le rapport voilà ce qu'il est noté sur les témoignages : X : Tariq Ramadan a su la mettre en confiance en louant ses capacités artistiques, une relation privilégiée s’est installée entre l’enseignant et l’élève, par contre, X s’est coupée progressivement de son entourage du fait que Tariq Ramadan lui expliquait que ses fréquentations ne lui permettaient pas de s’épanouir. En 1995, elle s’est sentie un peu perdue et isolée d’où elle a repris contact avec Tariq Ramadan alors qu’un soir, elle l’attendaist chez elle, ils ont eu leur première relation sexuelle. Elle n’en a parlé à personne malgré sa souffrance si ce n’est à un thérapeute qui la suivait, ce qui a déplu à Tariq Ramadan qui a mis un terme à leur relation. Celle-ci a toutefois repris dès la fin de la thérapie et jusqu’en 1997 date à laquelle, X a cessé définitivement d’entretenir des relations sexuelles avec lui. Y : Alors qu’elle était devenue majeure, leurs relations sont devenues plus intimes, Tariq Ramadan lui avait dit textuellement avoir attendu sa majorité pour entretenir avec elle, des relations sexuelles. Toutefois pour elle qui était sous l’emprise psychologique, il ne s’agissait pas d’une relation amoureuse normale. Ces relations intimes ont pris fin rapidement suite à l’intervention de son petit ami qui s’est adressé directement à Tariq Ramadan puis à la doyenne du collège. V : 14-15 ans à l’époque, Tariq Ramadan l’a perturbée par ses propos d’ordre intime suggérant qu’elle avait des sentiments pour lui. En mai 89, il a récidivé en lui tenant les mêmes propos, V a indiqué être de nouveau perturbée par ces propos tout en étant flattée compte tenu de la personnalité de l’enseignant. Après le resto, il lui a proposé de la raccompagné mais en chemin s’est arrêté dans un parking isolé, l’a embrassé et a eu des attouchements sexuels à son égard. Le même scénario s’est répété un soir. Sous l’emprise de Tariq Ramadan, leurs rencontres se sont poursuivies durant un an et demie, toutefois, ils n’ont jamais entretenu de relations sexuelles. Elle y a mis fin à après avoir appris que Tariq Ramadan se comportait de la même manière avec d’autres. W : Il l’a prise en charge dans sa voiture, insista pour qu’elle s’installe sur le siège avant du passager et presque aussitôt posa main droite sur sa cuisse gauche tout en lui tenant des avances inappropriées et intrusives. W souligne n’avoir jamais entretenu de relations sexuelles.
  15. Ton lien indique le rapport dont je parle au-dessus mais justement l'enquête est terminée alors qu'il me semble que tu évoques qu'il faut attendre l'enquête en cours, sinon en effet, ce n'est pas en octobre mais en novembre 2018.
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité