Aller au contenu

Ai ton nu dieu

Membre
  • Contenus

    121
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Ai ton nu dieu

  • Rang
    Forumeur inspiré
  • Date de naissance 12/01/1974

Contact

  • Facebook
    ton nu dieu ai

Informations Personnelles

  • Sexe
    Femme
  • Pays

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. De nos jours les gens se communiquent énormément et disent des bêtises xxl, je pense à force d'entendre des sottises , ma voisine en à marre ! Moi je lis un peu de tout pour parfaire mon français! C'est tout!
  2. Bonsoir, J'ai entendu ma voisine discuter avec son amie. J'ai dû couper court à des échanges bancals et stériles. Relations qui ne m'apportent aucune valeur ajoutée. Je pense que les relations qui n'apportent aucune valeur ajoutée = Relations qui n'apportent aucune richesse . Mais je ne suis pas sûre du tout On parle de la valeur ajoutée dans l'entreprise , valeur ajoutée à propos de la tva Mais dans une discussion., cela m'étonne beaucoup Pourriez éclairer ma lanterne ? Merci pour votre aide
  3. Il s’agit d'un extrait tiré du journal Le Parisien à propos de la réforme de retraites. Un collectif d'anciens résistants a reproché à Emmanuel Macron de vouloir remettre en cause le système de retraites par répartition. Rappelant dans un communiqué qu'il s'agi d'un héritage issu du conseil national de la résistance. Ces attaques mettent à rude épreuve les nerfs du haut commissaire à la réforme des retraites. Que signifie l'expression mettre à rude épreuve des nerfs du haut commissaire ? Merci pour votre aide
  4. Il s’agit d'un écrit de BHL à propos de Michel Onfray. il faut lire la «lettre» à Emmanuel Macron postée par Michel Onfray, sur son blog, au lendemain du voyage présidentiel aux Antilles et qui a fait, la semaine dernière, le tour des chaînes d’information et du Net. Il faut se forcer à lire jusqu’au bout, jusqu’à la lie, jusqu’à la nausée, ce torrent d’insanités élégamment titré «Lettre à Manu sur le doigté et son fondement» et où il n’est question que de «cul», de «fist fucking» et d’un président de la République, appelé «chéri», dont on nous explique qu’il est «du genre» à «nous la mettre bien profond». Et, s’il faut lire cette infamie, s’il faut surmonter le dégoût qui vous saisit face à cette prose infréquentable, littéralement salissante et avilissante, s’il faut passer outre le premier réflexe qui est de traiter par le mépris tant de vulgarité, de bassesse d’âme et de cœur, d’insinuations sordides, c’est parce qu’un symptôme se déclare là – énorme, terrible, qui va bien au-delà de la personne présidentielle. Je passe sur Onfray lui-même que je connais comme si je l’avais fait et que j’ai peut-être, hélas, un peu fait puisque c’est dans ma collection, chez Grasset, qu’il a publié, il y a trente ans, ses premiers livres. Je passe sur la question qui taraude un éditeur quand, tentant de rembobiner ce mauvais film, il voit bien une propension au ressentiment ; une tendance, déjà très Bouvard et Pécuchet, à se jucher sur les épaules des géants de la pensée universelle pour dire à un public pris en otage et baptisé «le» peuple : «Platon, Hegel, Freud, les grandes théologies, tout ça ne vaut pas tripette, ne vous laissez plus intimider» ; une forme de servilité, peut-être, devant de grandes institutions culturelles qu’il suppliait, à l’époque, de bien vouloir le reconnaître ; mais pas ça ; pas cette homophobie ; pas cette scatologie digne des pamphlétaires de caniveau ; je passe, oui, sur l’aveuglement qui m’a fait accueillir cet homme sans imaginer un instant qu’il puisse, un jour, être capable, dans le feu du débat politique, de dire à un président, ou à qui que ce soit d’autre : «le doigt, on voit bien à qui il appartient, mais le cul on se tâte». Et puis je n’insiste pas – car ce serait lui faire trop d’honneur – sur l’évolution d’un «hédoniste» que l’on a connu mélenchoniste, puis courtisé par le Front national, puis proposant de «négocier» avec Daech et que j’imagine aujourd’hui, sur son petit nuage, tout content des sa pétarade ultime et sautant, non comme un cabri, mais comme un bourrin, en répétant : «je commets des logorrhées comme Céline… des crudités comme Rabelais… avec mon idée fixe d’un monde voué à une sodomie généralisée, je suis le Sade de notre temps…» Que signifie sa pétarade ultime dans ce contexte ? Merci pour votre aide.
  5. il s'agit une émission on n'est pas couché à propos des gilets jaunes. C'est un dialogue entre le chroniqueur Consiny et BHL. « Vous vous êtes cabrés face à ce mouvement » des « gilets jaunes », reproche le chroniqueur à Bernard-Henri Levy « C’est drôle comme vous avez une vision sociologique aux deux bouts du spectre social, quand on est à peu près bien né pour ce qui me concerne », se défend Bernard-Henri Levy. Que veut dire une vision sociologique aux deux bouts du spectre social ? Merci pour votre aide.
  6. il s'agit un extrait tiré du livre Lautrec , il traduit et adapté de de l'allemand par Henry Fagne. L’œuvre lithographique d'un Daumier est celle d'un artiste qui sent bien qu'il a une longue carrière devant lui , et s'il se presse (ou est pressé) d'une planche à l'autre, il sait, au fond, qu'il a tout le temps. Chez Lautrec, on dirait qu'à chaque seconde il a la conscience bien nette que ses jours sont comptés. Aussi , chez Daumier, l'expression est- elle essentiellement épique : chez Lautrec, plutôt dramatique et lyrique. Daumier ne s'est pas borné à exécuter de nombreuses suites lithographiques: auxquelles il donna lui-même des titres; l'ensemble de ses lithographies pourrait être aussi autrement par thèmes généraux: "l'homme et la femme", "les amis", "les ennemis" "toi et moi", "le bon et le méchant", "Dans la rue", "Dans la chambre à coucher". L'oeuvre de Lautrec comporte également des séries, mais leurs planches ne constituent pas les épisodes d'une même épopée: chacune d'elles forme un tout en soi: chacune d'elles représente un monde, trouve sa fin en elle même, requiert la totale participation du spectateur. Les lithographies de l'un et de l'autre sont des œuvres de circonstance. Que signifie une même épopée dans ce petit extrait ? Je pense ici que l'épopée représente les aventures fabuleuses, mais je ne suis pas sûre du tout!!!! Merci pour votre aide.
  7. il s'agit un petit extrait tiré du magazine Beaux arts. à propos de PicassoLes femmes de sa vie seront des moyens de traverser des espaces inconnus qu’il veut tenter de franchir. Elles seront les voies de passage de sa création. Toutes, d’Olga Khokhlova à Marie-Thérèse Walter, de Dora Maar à Françoise Gilot et à Jacqueline Roque, elles lui donneront la force d’avancer au risque de se perdre elles-mêmes et d’en mourir. Car tout se passa ainsi dans la trajectoire en apparence si solaire de Picasso : une malédiction qui aurait pesé sur lui et aurait assombri sa peinture. Comme si son atelier devait ressembler fatalement à une arène sanglante. Et Picasso devait le savoir, lui qui fut fasciné par la corrida et les mises à mort, maintes fois peintes…Cette même pulsion sauvage où se confondent les cultures grecque et espagnole, toutes deux frappées du sceau du tragique et de l’aplomb vibrant du soleil, anime ainsi son œuvre et fait flamboyer sa relation aux femmes. Un tableau de Picasso daté de 1936, intitulé Dora et le Minotaure, pourrait bien refléter la nature de la relation que le peintre entretient avec la photographe Dora Maar. La bête brutale maîtrise sa proie couchée devant lui, toute la violence du monstre semble briser la jeune femme nue. Comment interprétez vous la locution toutes deux frappées du sceau du tragique et de l’aplomb vibrant du soleil ? En fait la locution frappées de l'aplomb vibrant du soleil me pose un problème, je n'arrive pas à comprendre cette locution !!!! Merci pour votre aide
  8. Il s'agit d'un extrait tiré du journal d'express. Gilets jaunes: qu'entend-on par "France périphérique"? France périphérique": Cette notion, qui relie inégalités sociales et fractures territoriales, irrigue les discours politiques depuis plusieurs années. Elle avait inspiré la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2012, qui s'était intéressé aux travaux du géographe, notamment de son essai Fractures françaises (2010). Le chef de l'Etat s'était à l'époque adressé directement à cette France populaire en insistant sur certains marqueurs censés lui parler: appel à la majorité silencieuse, critique du communautarisme et attaques contre les corps intermédiaires. "Quand on organise des déplacements, on se demande forcément quelle France on veut visiter, glissait en 2012 à libération l'entourage de Sarkozy. Et le travail de Guilluy nous a donné une vraie grille de lecture." Pas suffisant pour gagner, malgré la remontée du candidat lors des dernières semaines de campagne. Que signifie une vraie grille de lecture dans ce contexte ? Merci pour votre aide
  9. Bonsoir, il s'agit d'un livre à propos de Lautrec. Le texte original a été traduit et adapté de l'allemand par Henry Fagne. L’œuvre de Lautrec est celle d'un être marginal et d'un dilettante, au sens premier du terme. Enfant, il dessinait déjà, sans songer le moins du monde à se faire peintre. Comme il aimait les chevaux, il prit des leçons de peinture chez Princereau et John Lewis Brown, spécialistes en la matière. Plus tard, il fréquenta l'atelier de Cormon, ensuite l'Académie Julian. Mais il peignait et dessinait surtout pour s'occuper, pour tuer le temps. Il est probable qu'il n'ait jamais songé à gagner de l'argent avec ses peintures et ses lithographies. Ses amis eux-mêmes l'ont toujours plus ou moins considéré comme un amateur. j'aimerais savoir pourquoi après il est probable que, on utilise un subjonctif passé ? Pourquoi on ne peut pas écrire il est probable qu'il n'a jamais songé à gagner de l'argent? je pense qu'après la locution il est probable , on utilise en général un indicatif. Pouvez vous m'expliquer les nuances? Merci pour votre aide.
  10. Il s'agit un extrait à propos Lautrec et les impressionnistes. Ingres représente, outre tout ce qu'on peut, faute d'un autre terme, nommer " classicisme", une brillante bourgeoisie provinciale, venue du Midi: avec l'essence, avec l'esprit de Paris, il a, en somme, assez peu en commun: Daumier a tout de l'habitant d'un grand port, du Marseillais, et, dans son art, il a non seulement gardé, mais encore porté au plus haut point son âme et son esprit méridional.C'est à Paris que Courbet a cependant avant tout exprimé de façon impérissable sa Franche Comté et l'esprit de cette province. Pourtant, à l'impressionnisme, Paris a imposé son influence féconde. Néanmoins, aucun des impressionnistes '' programmatiques" ne peut, en définitive, être considéré comme un véritable Parisien Que signifie des impressionnistes programmatiques dans cet extrait ? Merci pour votre aide.
  11. il s'agit d'un extrait sur les noces de Cana tiré du magazine beaux arts Ce banquet de noces grandiose se tient à Cana, en Galilée. Venise n’est pourtant pas loin : un portique à colonnes reprend l’architecture de Palladio, un Campanile fait un clin d’œil à celui de Saint-Marc, et les invités sont habillés à la « vénitienne » au moment d’attaquer le dessert. Les restes de viande découpés en terrasse sont distribués aux pauvres. Placée juste au-dessus du Christ, cette découpe fait écho à son sacrifice à venir… D’autres curieux perchés sur les gardes-fous tendent les bras, tout comme le maître de cérémonie en vert qui se présente face aux mariés pour recevoir un pourboire. Que signifie un portique à colonnes dans ce petit extrait ? Merci pour votre aide.
  12. il s'agit une chanson de Charles Aznavour Hier encore J'avais vingt ans Je caressais le temps Et jouais de la vie Comme on joue de l'amour Et je vivais la nuit Sans compter sur mes jours Qui fuyaient dans le temps J'ai fait tant de projets Qui sont restés en l'air J'ai fondé tant d'espoirs Qui se sont envolés Que je reste perdu Ne sachant où aller Les yeux cherchant le ciel Mais le cœur mis en terre Hier encore j'avais vingt ans Je gaspillais le temps En croyant l'arrêter Et pour le retenir Même le devancer Je n'ai fait que courir Et me suis essoufflé Ignorant le passé conjuguant au futur J Je précédais de moi Toute conversation Et donnais mon avis Que je voulais le bon Pour critiquer le monde Avec désinvolture Hier encore J'avais vingt ans Mais j'ai perdu mon temps A faire des folies Qui ne me laissent au fond Rien de vraiment précis Que quelques rides au front Et la peur de l'ennui Que signifie Je caressais le temps dans cette chanson ? Merci pour votre aide
  13. Il s'agit d'un extrait émis par la CEMEA. Le BPJEPS est organisé en 4 UC unités capitalisables et est obtenu par la certification des 4 UC. A l'issue de la formation, les stagiaires, après validation par le Jury de la Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la cohésion sociale d'Ile de France seront titulaires du BPJEPS. spécialité "Animateur". Que signifie la certification des 4 uc dans cette phrase ? Merci pour votre aide.
  14. Poème de Tagore tiré du recueil l'Offrande Lyrique Lorsqu’il fit jour, ils vinrent dans ma maison et dirent : « Nous n’occuperons ici qu’une toute petite place. » Ils dirent : « Nous t’assisterons dans le culte de ton Dieu et nous n’accepterons humblement que notre portion de sa grâce » ; puis ils s’assirent dans un coin et se tinrent débonnairement tranquilles. Mais dans l’obscurité de la nuit, turbulente et osés, avec une avidité impie, ils violèrent mon sanctuaire ; et je trouvai l’autel tout dépouillé de ses offrandes. Que signifie la locution une avidité impie ? Merci pour votre aide.
  15. Poème de Tagore tiré du recueil l'Offrande Lyrique Je croyais que mon voyage touchait à sa fin, ayant atteint l’extrême limite de mon pouvoir, — que le sentier devant moi s’arrêtait, que mes provisions étaient épuisées et que le temps était venu de prendre retraite dans une silencieuse obscurité. Mais je découvre que ta volonté ne connaît pas de fin en moi. quand les vieilles paroles expirent sur la langue, de nouvelles mélodies jaillissent du cœur ; et là où les vieilles pistes sont perdues, une nouvelle contrée se découvre avec ses merveilles. Bonsoir, j'aimerais vous demander les vieilles pistes dans ce court poème sont elles des chemins qui sont vieux ? Comment interprétez vous les vieilles pistes sont perdues ? Merci pour votre aide.
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité