Aller au contenu

Ifone

Membre
  • Contenus

    10
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Ifone

  • Rang
    Forumeur balbutiant

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Pays
  1. Ifone

    Déficit public : une solution technique

    Je partage votre analyse qui se vérifiera malheureusement si on ne fait rien pour changer le système. Mais alors quoi ? Ne rien faire, même venir ici pour râler n'aurait aucun sens. Je pense que nous devons chercher des solutions nouvelles, car s'en prendre à une partie de la populations pour les rendre responsables ne mène à rien. Mais surtout ne règle aucun problème. Ca vous fera surement plaisir si un jour on remplit les prisons de banquiers, et après, quel changement et quand ? Je propose une solution technique qui permet de faire de la politique (au sens de l'organisation d'une société) autrement. Les décisions ne seront plus prisent à la suite de contraintes budgétaires, mais pour répondre aux nécessités des citoyens. Une politique de baisse réelle de la fiscalité et une augmentation des moyens de l'État pour remplir ses missions devraient rapidement mener à une croissance de l'activité économique accompagnée d'une baisse du chômage.
  2. Ifone

    Déficit public : une solution technique

    La monnaie à quatre fonctions sera entièrement sous le contrôle de la Banque. Chaque partie de monnaie sera identifiée et "logger" elle aura un identifiant unique sans lequel la monnaie ne sera pas reconnue par la Banque. Il sera vraiment impossible de créer de la fausse monnaie ou un faux compte bancaire. Les emprunts d'État n'ont pas été inventés à cette occasion, ils existent depuis aussi longtemps que les États. Miterrand a même remboursé à la Suisse un emprunt contracté par Napoléon... Le problème de la planche à billet, c'est qu'on finit par perdre le contrôle de la situation et c'est très long et difficile à rétablir. Alors pour ne pas faire tourner la planche à billets dans le vide, on s'engage à rembourser l'argent créé, on fabrique ainsi de la dette d'État. Cette dette, représentée par des obligations, est soumise au marché qui l'achète ou pas. Actuellement le marché achète notre dette et il accepte des taux d'intérêt très bas. Pourquoi y a-t'il des acheteurs de la dette ? Parce qu'ils sont obligés. En effet, les "institutionnels" (banques et autres compagnies d'assurances) sont obligés de mettre dans leurs produits une certaine quantité d'emprunt d'État. D'où le marché qui achète de la dette que nous nous engageons à rembourser. Pour rembourser, l'État empruntera et ainsi de suite... Vous aurez compris qu'avec une monnaie à quatre fonctions, les déficits budgétaires de l'État disparaissent et avec eux les dettes que nous avons déjà contractées puisque nous les rembourseront sans avoir à emprunter. Le risque d'inflation étant contenu par le contrôle qu'on aura sur l'ensemble du système. Bien que les banques soient particulièrement douées pour augmenter leurs profits, elles ne sont pas à l'origine du système, elles s'y intègrent au mieux de leurs intérêts. L'idée d'incarcérer les banquiers (ou de les pendre) n'est pas bonne car ces braves gens ont des compétences qu'ils seraient dommages de gaspiller. N'oubliez pas que c'est l'ingénieur d'Hitler, Von Braun, qui est à l'origine de la conquête spatiale.
  3. Ifone

    Déficit public : une solution technique

    Si le pirate détourne de l’argent d’un compte qui appartient à quelqu’un, la banque remboursera le client lésé, et surtout elle suivra le trajet de l’argent volé, et elle le trouvera sur le compte du voleur qui ne pourra pas passer au distributeur, car il n’y aura plus de billets avec une monnaie à quatre fonctions. Quoi qu’il en soit, aujourd’hui les banques semblent être en sécurité, et il n’y a pas de raison qu’elles le soient moins avec une monnaie à quatre fonctions. On ne pourra jamais avoir une sécurité inviolable, mais le fait d’utiliser une monnaie qui ne peut pas quitter le réseau bancaire la rend localisable à tout moment, et donc voler de la monnaie à quatre fonctions c’est en même temps se dénoncer comme étant le voleur. Ce que vous appelez «argent virtuel» c’est de la monnaie, la même que sur un billet de banque, sauf que le support est numérique au lieu d’être en papier. D’ailleurs, cet argent que vous dites ne pas vous appartenir, parce que seulement inscrit sur votre compte bancaire, vous permet d’acquérir des biens, de payer vos factures, etc... C’était quand avant, quand le système fonctionnait bien ?
  4. Ifone

    Déficit public : une solution technique

    Je n'ai pas vu cette émission, néanmoins, il me parait très difficile de créer un compte en quelques minutes, par contre on peut très bien envisager le piratage d'un compte et le pillage de l'argent qu'il y a dessus. Dans tous les cas il n'y a pas eu de création de monnaie. La banque ne crée pas la monnaie disponible au distributeur. La banque crée de la monnaie quand elle prête de l'argent. Et cette monnaie sort bien de nulle part. Avec une monnaie à quatre fonctions on ne peut pas avoir ce genre de comportement, car un fois un compte hacké, le voleur ne pourra pas retirer les billets au distributeur. Au mieux il pourrait virer l'argent du compte hacké sur son compte à lui, les flics le retrouveraient très vite. Je suppose que ce que vous appelez "argent virtuel" c'est la monnaie numérique qu'on utilise avec une carte bancaire ou un chèque. Et vous semblez faire une différence entre la monnaie numérique et la monnaie papier alors que c'est exactement la même monnaie, mais sur de supports différents. D'autre part la monnaie n'est pas une "denrée" (produit consommable, donc périssable) et elle ne se limite pas à fixer les prix, elle permet aussi les échanges économiques (c'est à dire qu'on peut acquérir un bien avec de la monnaie), et elle peut être une réserve de valeur (ce qui ne peut être le cas d'une denrée). En ce qui concerne le nombre de monnaie, personne ne connait la masse monétaire, on est tout juste capable d'évaluer son évolution, en général avec un an de décalage. Et si une forte augmentation de la masse monétaire du dollar ne provoque pas d'inflation, c'est parce que l'inflation se produit quand on perd la confiance qu'on avait envers l'économie sur laquelle s'adosse la monnaie. Aujourd'hui on fait confiance au dollar et à l'euro parce qu'on fait confiance à l'économie américaine et européenne. Étonnant, non ? Parce que faire confiance à des économies surendettées et qui fonctionnent en déficit, c'est bien parce qu'on n'a pas le choix. Avec une monnaie à quatre fonctions on connaîtra la masse monétaire en permanence, et s'il était nécessaire de l'ajuster, on pourrait le faire très facilement. De plus la monnaie à quatre fonctions couvrant les budgets de l'État, il ne sera plus endetté et il fonctionnera avec des comptes à l'équilibre. Ce serait quand même plus rassurant qu'aujourd'hui.
  5. Ifone

    Déficit public : une solution technique

    La monnaie électronique existe, il y en a plein (je vous le souhaite en tout cas) sur votre compte bancaire. Même si elle ne remplit que trois fonctions pour le moment, elle est bien là. De la même manière qu'un courrier électronique existe, même s'il n'est pas dans une enveloppe avec un timbre.
  6. Une évolution des structures de la monnaie capable de financer les budgets de l’État. Tout ce qui fait l’économie est purement et exclusivement humain à commencer par la monnaie. En effet la monnaie n’a rien de naturelle, elle ne pousse pas aux arbres, elle est le résultat de la longue histoire des hommes qui l’ont façonnée à leurs besoins. Aujourd’hui, et depuis très longtemps, est considérée comme de la monnaie tout ce qui remplit les trois fonctions de la monnaie, pour rappel : «permettre les échanges économiques», «indiquer les prix» et «pouvoir être une réserve de valeur». Comment en est-on arrivé à utiliser une monnaie qui remplit trois fonctions ? Une brève histoire de la monnaie : Il y a bien longtemps dans l’histoire de l’humanité, la survie était assurée par les capacités de chacun ou du petit groupe auquel il appartenait. Les hommes vivaient uniquement de ce qu’ils pouvaient se procurer directement dans la nature; à l’époque, il n’y avait pas d’activité économique à proprement parlée. L’activité économique est née avec le troc : un jour un chasseur a eu envie de manger du poisson et il rencontra un pêcheur qui voulait justement manger du lapin. On devine que le chasseur et le pêcheur échangèrent leurs prises et chacun y trouva son compte. Cette économie première s’établit directement entre deux acteurs économiques qui possèdent chacun un bien et qui l’échangent simplement, les biens échangés devenant de la monnaie pendant la transaction. Par nécessité la monnaie était née et, avec elle, la première de ses fonctions : permettre les échanges économiques. Beaucoup plus tard les évolutions techniques augmentèrent la diversité et la valeur des biens produits, comme les outils ou les armes, et l’acquisition de ces biens par échanges directs, en utilisant le troc, devint alors compliquée. La progression de la société humaine mena le système économique de l’époque au bout de ses possibilités, le troc atteignant ses limites quand les biens échangés ne sont pas de valeur équivalente. Si un lapin vaut bien un poisson, que vaut un couteau ? Avec l’apparition de l’agriculture, les hommes eurent l’idée de passer par un objet intermédiaire, une valeur fixe comme une mesure de blé ou de riz, pour évaluer chaque bien échangé. La notion de prix était née. Il devenait alors aisé d'acquérir des biens : il suffisait de posséder la quantité de riz, de monnaie, nécessaire à cet achat. Avec un peu de bon sens la monnaie de l’époque assurait alors deux fonctions : elle autorisait les échanges économiques et permettait de fixer les prix. Le monde a pu tourner avec une monnaie à deux fonctions pendant longtemps, mais les échanges économiques restaient limités. En effet, utiliser le riz ou le blé, qui sont périssable et volumineux, contient l’activité économique à un usage domestique. Une monnaie à deux fonctions rend inconcevable la notion d’épargne. Il est alors impossible d’acquérir des biens de grande valeur comme une terre, une maison ou un navire. Guidés par la nécessité et avec un peu de bon sens, les hommes, qui en étaient à l’âge du bronze, choisirent alors un nouveau support à la monnaie : le métal. Cette évolution du support de la monnaie permit l'émergence d’une troisième fonction pour la monnaie : elle peut être une réserve de valeur. Désormais la monnaie remplit trois fonctions : elle permet les échanges économiques, elle indique les prix et elle peut être une réserve de valeur. Cette monnaie à trois fonctions permet d’imaginer des systèmes d’échanges et de circulations des biens plus complexes. Grâce à elle, l’économie voit plus grand et ainsi l’utilisation d’une monnaie à trois fonctions a permis de bâtir toutes les civilisations qui nous ont précédés. Il s'agit de la même monnaie que nous utilisons aujourd'hui, et c’est grâce à l’usage d’une monnaie à trois fonctions que le monde économique que nous connaissons existe. De l’épargne à l’emprunt en passant par la fiscalité, rien ne serait possible sans une monnaie à trois fonctions. On remarque qu’à chaque étape de l'évolution de la monnaie il y a eu la nécessité de répondre à un besoin réel, et à chaque fois un changement du support de la monnaie et l'évolution psychologique des utilisateurs ont permis l'acquisition d’une fonction supplémentaire à la monnaie. La monnaie a évolué en même temps que nous. Au début de notre histoire elle n’existait pas, puis l’humanité s’est organisée en société et le troc est né. Avec l’agriculture, la monnaie s’est dotée d’une fonction supplémentaire, puis avec la métallurgie d’une troisième. Aujourd’hui nous entrons dans l’ère de l’information, et comme la monnaie n’a plus besoin de support physique pour exister, elle pourrait remplir une quatrième fonction. La quatrième fonction : Aujourd’hui notre système économique semble avoir atteint ses limites, nous connaissons une congestion de l’économie et n’avons aucune solution pour rembourser la dette de l’État. D’ailleurs, l’État ne fonctionne pas avec les règles communes aux autres acteurs économiques. Il est le seul capable de s’endetter sans fin. Lui seul peut exécuter ses budgets avec des déficits toujours plus importants que prévus sans que ceci n’entraîne les conséquences qui seraient inéluctables et impitoyables pour n’importe qui d’autre. En fait l’État est d’une autre nature que tous les agents économiques, et on pourrait aisément lui réserver la quatrième fonction de la monnaie. Compte tenu de ses besoins et de sa difficulté à se financer avec une monnaie à trois fonctions, on décidera que la quatrième fonction de la monnaie sera : couvrir les budgets de l’État. Une monnaie à quatre fonctions est exclusivement numérique : elle permet les échanges économiques, elle indique les prix, elle peut être une réserve de valeur et elle couvre les budgets de l’État. Aujourd’hui, avec une monnaie à trois fonctions, le financement des budgets de l’État est assuré par la perception d’impôts et de taxes en tout genre, et comme cela ne suffit pas, l’État est contraint d’emprunter tous les jours pour couvrir ses budgets. Une monnaie à quatre fonctions couvrira les budgets de l’État, cela signifie que l’État sera financé par la quatrième fonction de la monnaie. Concrètement, la quatrième fonction permettra de créer toute la monnaie nécessaire au financement de l’État. STOP : «créer toute la monnaie nécessaire au financement de l’État» donc inflation et hyper inflation comme en 29 ! C’est sûr qu’avec une monnaie à trois fonctions on aurait ce scénario. Car avec une monnaie à trois fonctions les risques d’inflation et d’hyper inflation sont induits par la perte de la confiance qu’on peut avoir en la monnaie, dont on ne peut contrôler, évaluer en fait, que le nombre. Mais avec une monnaie à quatre fonctions les choses seront sensiblement différentes car on aura sur la monnaie un contrôle total et absolu. On connaitra en permanence et en temps réel son nombre, ses mouvements, sa localisation, et même l’historique de chaque partie de monnaie depuis sa création. A tel point que, schématiquement, si en 1929 on avait utilisé une monnaie à quatre fonctions, on aurait pu réinstaller la sauvegarde du mercredi 23 octobre et ainsi éviter la catastrophe du jeudi noir. La monnaie à quatre fonctions n’est pas une théorie économique, c’est une évolution technologique de la monnaie. www.nouvelle-economie.fr
  7. Une évolution des structures de la monnaie capable de financer les budgets de l’État: Tout ce qui fait l’économie est purement et exclusivement humain à commencer par la monnaie. En effet la monnaie n’a rien de naturelle, elle ne pousse pas aux arbres, elle est le résultat de la longue histoire des hommes qui l’ont façonnée à leurs besoins. Aujourd’hui, et depuis très longtemps, est considérée comme de la monnaie tout ce qui remplit les trois fonctions de la monnaie, pour rappel : «permettre les échanges économiques», «indiquer les prix» et «pouvoir être une réserve de valeur». Comment en est-on arrivé à utiliser une monnaie qui remplit trois fonctions ? Une brève histoire de la monnaie : Il y a bien longtemps dans l’histoire de l’humanité, la survie était assurée par les capacités de chacun ou du petit groupe auquel il appartenait. Les hommes vivaient uniquement de ce qu’ils pouvaient se procurer directement dans la nature; à l’époque, il n’y avait pas d’activité économique à proprement parlée. L’activité économique est née avec le troc : un jour un chasseur a eu envie de manger du poisson et il rencontra un pêcheur qui voulait justement manger du lapin. On devine que le chasseur et le pêcheur échangèrent leurs prises et chacun y trouva son compte. Cette économie première s’établit directement entre deux acteurs économiques qui possèdent chacun un bien et qui l’échangent simplement, les biens échangés devenant de la monnaie pendant la transaction. Par nécessité la monnaie était née et, avec elle, la première de ses fonctions : permettre les échanges économiques. Beaucoup plus tard les évolutions techniques augmentèrent la diversité et la valeur des biens produits, comme les outils ou les armes, et l’acquisition de ces biens par échanges directs, en utilisant le troc, devint alors compliquée. La progression de la société humaine mena le système économique de l’époque au bout de ses possibilités, le troc atteignant ses limites quand les biens échangés ne sont pas de valeur équivalente. Si un lapin vaut bien un poisson, que vaut un couteau ? Avec l’apparition de l’agriculture, les hommes eurent l’idée de passer par un objet intermédiaire, une valeur fixe comme une mesure de blé ou de riz, pour évaluer chaque bien échangé. La notion de prix était née. Il devenait alors aisé d'acquérir des biens : il suffisait de posséder la quantité de riz, de monnaie, nécessaire à cet achat. Avec un peu de bon sens la monnaie de l’époque assurait alors deux fonctions : elle autorisait les échanges économiques et permettait de fixer les prix. Le monde a pu tourner avec une monnaie à deux fonctions pendant longtemps, mais les échanges économiques restaient limités. En effet, utiliser le riz ou le blé, qui sont périssable et volumineux, contient l’activité économique à un usage domestique. Une monnaie à deux fonctions rend inconcevable la notion d’épargne. Il est alors impossible d’acquérir des biens de grande valeur comme une terre, une maison ou un navire. Guidés par la nécessité et avec un peu de bon sens, les hommes, qui en étaient à l’âge du bronze, choisirent alors un nouveau support à la monnaie : le métal. Cette évolution du support de la monnaie permit l'émergence d’une troisième fonction pour la monnaie : elle peut être une réserve de valeur. Désormais la monnaie remplit trois fonctions : elle permet les échanges économiques, elle indique les prix et elle peut être une réserve de valeur. Cette monnaie à trois fonctions permet d’imaginer des systèmes d’échanges et de circulations des biens plus complexes. Grâce à elle, l’économie voit plus grand et ainsi l’utilisation d’une monnaie à trois fonctions a permis de bâtir toutes les civilisations qui nous ont précédés. Il s'agit de la même monnaie que nous utilisons aujourd'hui, et c’est grâce à l’usage d’une monnaie à trois fonctions que le monde économique que nous connaissons existe. De l’épargne à l’emprunt en passant par la fiscalité, rien ne serait possible sans une monnaie à trois fonctions. On remarque qu’à chaque étape de l'évolution de la monnaie il y a eu la nécessité de répondre à un besoin réel, et à chaque fois un changement du support de la monnaie et l'évolution psychologique des utilisateurs ont permis l'acquisition d’une fonction supplémentaire à la monnaie. La monnaie a évolué en même temps que nous. Au début de notre histoire elle n’existait pas, puis l’humanité s’est organisée en société et le troc est né. Avec l’agriculture, la monnaie s’est dotée d’une fonction supplémentaire, puis avec la métallurgie d’une troisième. Aujourd’hui nous entrons dans l’ère de l’information, et comme la monnaie n’a plus besoin de support physique pour exister, elle pourrait remplir une quatrième fonction. La quatrième fonction : Aujourd’hui notre système économique semble avoir atteint ses limites, nous connaissons une congestion de l’économie et n’avons aucune solution pour rembourser la dette de l’État. D’ailleurs, l’État ne fonctionne pas avec les règles communes aux autres acteurs économiques. Il est le seul capable de s’endetter sans fin. Lui seul peut exécuter ses budgets avec des déficits toujours plus importants que prévus sans que ceci n’entraîne les conséquences qui seraient inéluctables et impitoyables pour n’importe qui d’autre. En fait l’État est d’une autre nature que tous les agents économiques, et on pourrait aisément lui réserver la quatrième fonction de la monnaie. Compte tenu de ses besoins et de sa difficulté à se financer avec une monnaie à trois fonctions, on décidera que la quatrième fonction de la monnaie sera : couvrir les budgets de l’État. Une monnaie à quatre fonctions est exclusivement numérique : elle permet les échanges économiques, elle indique les prix, elle peut être une réserve de valeur et elle couvre les budgets de l’État. Aujourd’hui, avec une monnaie à trois fonctions, le financement des budgets de l’État est assuré par la perception d’impôts et de taxes en tout genre, et comme cela ne suffit pas, l’État est contraint d’emprunter tous les jours pour couvrir ses budgets. Une monnaie à quatre fonctions couvrira les budgets de l’État, cela signifie que l’État sera financé par la quatrième fonction de la monnaie. Concrètement, la quatrième fonction permettra de créer toute la monnaie nécessaire au financement de l’État. STOP : «créer toute la monnaie nécessaire au financement de l’État» donc inflation et hyper inflation comme en 29 ! C’est sûr qu’avec une monnaie à trois fonctions on aurait ce scénario. Car avec une monnaie à trois fonctions les risques d’inflation et d’hyper inflation sont induits par la perte de la confiance qu’on peut avoir en la monnaie, dont on ne peut contrôler, évaluer en fait, que le nombre. Mais avec une monnaie à quatre fonctions les choses seront sensiblement différentes car on aura sur la monnaie un contrôle total et absolu. On connaitra en permanence et en temps réel son nombre, ses mouvements, sa localisation, et même l’historique de chaque partie de monnaie depuis sa création. A tel point que, schématiquement, si en 1929 on avait utilisé une monnaie à quatre fonctions, on aurait pu réinstaller la sauvegarde du mercredi 23 octobre et ainsi éviter la catastrophe du jeudi noir. La monnaie à quatre fonctions n’est pas une théorie économique, c’est une évolution technologique de la monnaie. www.nouvelle-economie.fr
  8. Ifone

    Tout le monde devrait savoir ça/ la dette est essentielle!

    Emprunter n'a de sens que si c'est pour investir, la France s'endette pour payer son fonctionnement, et ça c'est de la folie...
  9. Ifone

    2017

    Alors que les trois quart de français ne veulent pas Hollande comme candidat et alors que les trois quart des français ne veulent pas de Sarkosy comme candidat, on se dirige tranquillement vers le même affrontement qu'en 2012. Et on aura un président dont trois quart des français ne voulaient même pas comme candidat !
  10. Ifone

    Quand le «Républicain» Estrosi s'en remet à la Vierge Marie

    Estrosi est en campagne, il est tout le temps en campagne. Il espère être président de la république un jour !!!
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité