Aller au contenu

gisuigireste

Membre
  • Contenus

    78
  • Inscription

  • Dernière visite

2 abonnés

À propos de gisuigireste

  • Rang
    Forumeur en herbe

Informations Personnelles

  • Sexe
    Femme
  • Pays
  1. Personnellement je me suis sentie délaissée des années durant dans mon couple, plus regardée, plus désirée, plus écoutée.. Et quelques " monsieur je t'aime" m'ont permis de retrouver ma confiance et de repartir.. Après c'est mon histoire.
  2. Bonsoir à tous, Que pensez-vous des histoires sans lendemain, suivies( plans Q appelons un chat un chat), ou non.. Avez-vous une expérience en la matière, un avis, que vous apportent ces histoires..Le sujet est ouvert.
  3. ça soulagerait mon porte monnaie car en plus ce P..... d'appart me coûte trop cher, environ 200 euros par mois de plus que si je louais, entre les charges de copropriété, les impôts foncier. La liberté coûte cher. Ce qui me pèse le plus c'est que mes amis ou proches pensent que je fais une fixette sur cet appart car je n'ai pas digéré ma rupture.. C'est tout le contraire, j'ai évolué, je vis enfin pour moi, je connais mes besoins, mais les gens croient qu'être propriétaire de son logement c'est une forme de réussite, ils considèrent ma démarche comme une régression alors que j'aurais besoin d'être soutenue. Personne ne sait à quel point j'en suis, antidep et médocs pour tenir, et en plus on me culpabilise,on me juge sans savoir, je me sens incomprise! En tout cas la leçon que je tire de ça est que lorsqu'on sort d'une rupture il faut du temps pour se recentrer sur soi même, ne pas prendre de décisions trop hâtives, car on confond nos réels besoins et ce qui nous a manqué en couple.. Comme quelqu'un qui serait mort de faim: il se jette sur le premier truc qu'il trouve à bouffer, lol, c'est ce qui m'est arrivé je pense. Après peut-être que certains lecteurs me considèrent comme une gamine gâtée, avec mon appart à Arcachon..qu'ils s'expriment..Je suis ouverte à tous les avis et je sais qu'il y a bien plus malheureux que moi.
  4. Bonsoir amis forumers, Voici mon problème en quelques mots, j'ai besoin d'avoir des avis extérieurs car les personnes de mon entourage, quoique bienveillantes, ne sont pas toujours objectives et je me sens un peu perdue.. Durant 4 ans j'ai vécu avec mon compagnon dans un logement de fonction peu confortable ( à mon goût), 4 hivers avec 14/15 degrés, presque pas de meubles, un matelas par terre..Enfin bref un appart de célibataire que j'ai pris plaisir à décorer, à meubler, un peu de bricolage..J'avais envie de construire avec cet homme, nous avions le budget pour investir dans une jolie maison confortable, nous nous lançames enfin dans les visites...innombrables, ( une quarantaine). Je passe les détails, cette indécision cachait en réalité chez mon compagnon bien d'autres problèmes, et à 36 ans je ressortis épuisée de cet échec..avec toutes les remises en questions qui vont avec. Ma réaction fut assez vive, 3 mois après j'achetais un appartement, cher pour moi, ( nous habitons sur le bassin d'arcachon, je sais y a pire). Crédit sur 30 ans pour un 37m2, proche de ma famille, dans un quartier familier. La première année c'était le top, vie de célibataire ( que je ne connaissais pas), assez instable mais je me disais que je trouverais vite mes marques. Je le louais l'été, je vivais dans les cartons, mais je gagnais un peu d'argent et cela me convenait. Puis j'ai commencé à me poser et ce fut la lente descente..vers la déprime. Je ne me sens pas bien chez moi, j'étouffe, quand je rentre je me sens cloitrée entre 4 murs, je n'arrive pas à m'y faire, je prends des médocs pour dormir, je m'enfonce dans la déprime.. Je réalise que j'ai acheté trop vite, à une époque où je n'étais pas en mesure de comprendre mes réels besoins, je voulais juste avoir chaud, guérir mes blessures, être tranquille et chez moi. Je me rends compte qu'au même prix je pourrais louer une petite maison avec un bout de jardin, j'en rêve, mais ce rêve m'obligerait à renoncer à être propriétaire ( le prix au M2 est exhorbitant ici). J'envisage tout de même cette solution, c'est un choix difficile, tout le monde me dit que je fais une erreur, qu'en pensez-vous? Que feriez-vous à ma place? S'il vous plait donnez- moi votre avis, merci de m'avoir lue.
  5. Alors c'est le meilleur compliment qui vaut Pour conclure je crois et je CRIE qu'il ne faut pas généraliser. Et si vous êtes parents, ne nous critiquez pas trop devant vos enfants, pensez qu'ils passent 6 heures au moins par jour avec nous, et qu'il y a parmi eux des gens formidables.
  6. Edifiant.. Je ne connais pas vraiment le monde du collège, je prends acte de ton témoignage, je suis ...stupéfaite.
  7. Je ne fais pas l'apologie de l'Education Nationale, il y aurait des choses à changer à mon avis , au niveau du collège. Mais ne mettons pas tous les crabes dans le même panier!
  8. Désolée Sandy et Savanna, je ne suis pas prof, moi j'ai des minots de 8 ans, faut pas tout nous mettre sur le dos, je ne sais pas ce qui se passe au collège, mais je serais navrée de savoir que des gamins que j'ai eus ont pris une mauvaise voie à cause de mauvais profs..c'est encore un autre sujet: la liaison école/collège, il n'y en a aucune!!
  9. Enfin bon, ceux qui veulent bien l'entendre voient bien ce que je veux dire.. Après j'aimerais ajouter que c'est la politique actuelle qui a généré ce clivage, voire cette incompréhension public/ privé. Si le nouveau président, quel qu'il soit nous contraignait à rester à l'école 35 heures par semaine pour faire notre travail, je n'y verrais aucun inconvénient, au contraire, j'en fais plus à la maison!! Finalement, peut-être serions nous plus respectés, et ce serait mieux pour notre image.. Les "mauvais profs" , ceux qui nous discréditent, seraient vite détectés
  10. MERCI DR HOUSE les 40 heures hebdo sont largement remplies..
  11. je parlais d'heures en classe bien sûr... Pose-t-on cette question à un médecin?
  12. En tout cas le sujet éveille de l'intérêt, je m'en doutais bien, on est aimés et détestés à la fois, on réveille vos souvenirs, bon ou mauvais, en tout cas on ne vous laisse pas indifférents.. Maintenant je vais vous avouer: j'adore mon métier, je n'en changerais pour rien au monde, mais après 6 années d'expérience dans la grande distribution, mes 39 heures de commerciale n'égalaient pas ma fatigue des 27 heures d'enseignante, je fais ce métier par goût et je ne compte pas mes heures, je ne me plains pas, je ne crache pas dans la soupe,mais de grâce arrêtez de nous discrediter, il y a certes de mauvais profs ( j'en ai eu aussi), et de nous justifier en permanence de nos vacances ou de notre fatigue, sachez que nous sommes initialement payés sur 10 mois ( annualisés sur 12 mois), et que les 2 mois d'été sont en réalité des congés sans solde..c'est d'ailleurs pour cela que nous avons le droit de travailler en juillet et aout ( dans le contexte de notre métier). Après un bac + 5, un concours extrêmement sélectif, des années d'expérience, et environ 1800 euros de salaire mensuel, POURQUOI devons-nous perpétuellement nous justifier v oire subir l'irrespect de parents d'élèves, toujours la vindicte à la bouche. J'espère un jour ne plus entendre que je suis juste un garde chiourmes, imaginez juste un peu tout ce qui se passe un seul jour dans nos classes, tout ce que vos enfants reçoivent, entendent, apprennent...et ceux qui n'arrivent pas à apprendre..si vous connaissiez les situations familiales, les détresses, les misères affectives.On se les prend en pleine gueule!.Tous les jours! Les enfants sont le reflet de la société, pensez-y avant de nous rejeter la faute..
  13. ah voilà un sujet intéressant.. perso je n'ai pas les moyens de les faire car ces jours là nous ne sommes pas payés. D'autre part, nous sommes majoritaires à ne pas les faire ( on a l'impression à la télé que tous les enseignants sont dans la rue ..) Personnellement je ne vais pas perdre 80 euros pour des causes que je ne juge pas prioritaires, beaucoup de mes collègues sont de cet avis.
×