Aller au contenu

luisito 40

Membre
  • Contenus

    13
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de luisito 40

  • Rang
    Forumeur balbutiant

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Pays

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. Afin que cessent les multiples cas de mauvais traitements sur les animaux à La Réunion, la ministre des Outre-Mer ainsi que le préfet doivent intervenir. Nous pouvons ensemble leur écrire. Le ministère n'ayant pas prévu la possibilité pour le public de le contacter par mail, envoyer SVP une lettre par voie postale à : Ministère des Outre-Mer Madame la Ministre Annick Girardin 27 Rue Oudinot 75007 Paris Pour la préfecture, il est possible d'utiliser le formulaire de contact : http://www.reunion.gouv.fr/par-service-r16.html La violence existe partout dans le monde. La démarche étant exclusivement à vocation altruiste, merci de bien vouloir rester courtois dans votre courrier. Si vous le voulez, vous pouvez vous inspirer de cette lettre : A l'attention de Madame Annick Girardin, Ministre des Outre-Mer et à l'attention de Monsieur Jacques Billant, Préfet de La Réunion Madame la Ministre, Monsieur le Préfet, Par la présente, je souhaite retenir tout votre intérêt à l'égard de la maltraitance animale qui sévit à La Réunion. En effet, depuis très longtemps, force est de constater que d'innombrables actes de cruauté ont lieu particulièrement sur cette île. A juste titre, ils sont systématiquement dénoncés, mais malheureusement vainement, par les associations protectrices des animaux. De fait, vous ne pouvez ignorer ces cas, hélas les plus répandus, que je me permets ici de vous rappeler brièvement : - utilisations d'animaux (chiens, chats) comme appâts vivants pour la pêche aux requins. - déchets rejetés dans la mer par des pêcheurs et des éleveurs, attirant les requins vers les plages et impliquant les attaques sur les surfeurs. - commerces illégaux de chair de requins sur des marchés locaux. - errances massives de chats et de chiens, entraînant de nombreuses euthanasies. - élevages et abattoirs clandestins, sans contrôles vétérinaires ni sanitaires. - maltraitances sur chiens, chats, cabris (retrouvés mutilés ou brûlés). - animaux percutés volontairement par des automobilistes. - rituels religieux illégaux de sacrifices d'animaux. Ces agissements, aussi horribles que répréhensibles, sont visibles par les résidents et les touristes. Ils sont rapportés régulièrement dans les médias réunionnais et ceux de la métropole. Je suis atterré de constater que ces exactions perdurent, de surcroît à la connaissance de tous, dans un des départements de la France et à une époque où le statut de l'animal, sa souffrance, ses droits suscitent de plus en plus d’intérêt, de compassion et de changements des consciences. Pour ces raisons, je vous demande de prendre des mesures rapides d'information, de prévention, de rappels à la loi à destination du public et des corps de métier concernés, ainsi que de mettre en oeuvre des inspections, des enquêtes et les poursuites judiciaires à destination des contrevenants afin d'enrayer toutes ces violences commises sur les animaux. A titre indicatif, je vous transmets le contact de l'association réunionnaise Stop Zoocide qui est à votre disposition : associationstopzoocide@gmail.com Très cordialement, (nom,prénom)
  2. De nombreux parcs d’attractions, non spécifiquement animaliers mais proposant des divertissements en tout genre, utilisent des animaux. Pourquoi demander l’interdiction de la détention d’animaux et de leur utilisation lors de spectacles dans ces parcs ? Les parcs en question peuvent détenir des animaux dits « de ferme », des cétacés cloîtrés dans des delphinariums et des animaux sauvages terrestres d’espèces variées. Ils sont retenus captifs en permanence, livrés à l’observation des visiteurs qui s’en amusent et/ou sont exploités dans des spectacles. Tous ces animaux sont en grande souffrance, leur libération s'impose et leur placement dans des sanctuaires non publics afin de garantir leur tranquillité. Là-bas pourront s’établir des programmes de réinsertion des individus dans un site de leur région d’origine (pour les animaux sauvages) avec garantie de surveillance et après validation scientifique. LES ANIMAUX ENFERMES DANS LES PARCS D’ATTRACTIONS : UN SPECTACLE SORDIDE ET INTOLERABLE Dans ces lieux, des animaux dits « de ferme » sont détenus dans des enclos exigus, exposés à un bruit continuel et aux passages incessants de milliers de visiteurs. Aucune tranquillité n’est permise aux captifs de ces lieux publics agités. L’on peut dans certains de ces parcs faire des « balades » à poneys qui sont en réalité pour eux une condamnation au bagne, obligés qu’ils sont, à répéter toute la journée le même trajet, sous la chaleur y compris, avec des enfants souvent bruyants sur le dos. La réduction d’autrui à l’esclavage, qu’il soit humain ou animal, ne peut être un modèle à fournir aux enfants. Les poneys n’ont aucun plaisir à effectuer ce labeur, mettons-nous à leur place, et c’est faire croire aux enfants le contraire que de cautionner cette pratique archaïque en niant la violence faite aux animaux. Nous pouvons rencontrer aussi au Puy du Fou précisément des poules forcées à écouter en continu tout le jour une bande sonore au volume très élevé. C’est un inconfort extrême pour ces animaux à l’ouïe très développée. On découvre également dans ce même parc de très nombreux chevaux sur scène, dont certains au sein d’un théâtre fermé, que l’on force à effectuer des tours contre-nature, les yeux bandés, soumis au stress d’une musique assourdissante et des applaudissements incessants. Quelle cruauté que d’imposer cela à des êtres naturellement craintifs ! A eux tous rassemblés, les parcs retiennent captifs également des animaux sauvages d’horizons très divers et viscéralement épris de grands espaces : daims, loups, hyènes, fauves, oiseaux (dont rapaces), dauphins, otaries, ours, renards, papillons etc... Qu’il est consternant de voir nombre de ces animaux utilisés dans des spectacles afin de sublimer ce qu’est le dressage, arbitraire domination primaire du plus fort sur le plus faible. Pathétique et écœurant d’assister au triste spectacle de ces fauves très ostensiblement stressés et de cette hyène apeurée dans une arène, persécutés par le fouet de dresseurs magnifiés, eux, dans la mise en scène d’un spectacle au Puy du Fou. Sublimation inacceptable de la violence la plus élémentaire… LA CRUAUTE DU DRESSAGE DES ANIMAUX SAUVAGES Le dressage est en effet un processus douloureux qui malmène les animaux. Il implique de terroriser l’animal dès son plus jeune âge afin de garantir sa soumission totale à son supérieur. Ses méthodes reposent sur la privation de nourriture en guise de punition en cas de refus d’obtempérer et sur la violence physique : par exemple, des fouets sont utilisés pour brutaliser les fauves, les camélidés et les chevaux et des pics pour les éléphants. Ces mauvais traitements sont appliqués lors du dressage et lors des représentations pour rappeler à l’animal ce qu’il subira en coulisses s’il ne se soumet pas. Ces marques d’intimidation sont visibles du public, les dresseurs ne sont donc pas en mesure de les dénier. Toute cette brutalité pour la ridicule réalisation d’acrobaties contre-nature très inconfortables pour les animaux et pouvant causer des douleurs importantes. LA SOUFFRANCE MORALE ET PHYSIQUE DES ANIMAUX EN CAPTIVITE Un animal ne peut être extrait de son écosystème originel et vivre captif, aussi grands soient les enclos, sans souffrir. L’animal est génétiquement disposé à vivre dans son milieu originel et, même né en captivité, il ne peut s’adapter à un enfermement et à un environnement artificiel qu’on lui impose. On observe chez les animaux sauvages en captivité : - Une espérance de vie hautement réduite par rapport à celle à l’état sauvage. Au Marineland, toutes les orques capturées dans leur milieu naturel sont mortes prématurément. Pour les animaux sauvages nés en captivité, le taux de mortalité avant la première année est important. - Le développement de beaucoup de maladies et d’un fort stress. - Des stéréotypies, comportements compulsifs qui résultent d’une incapacité pour l’animal d’exécuter une fonction habituelle (seulement réalisable dans son milieu naturel et en liberté), le conduisant à adopter des gestes de substitution. Cela peut être des balancements répétitifs ou le fait de tourner en rond par exemple. C’est ce que font continûment les animaux en cage. Cette compulsion stérile manifeste une forte détresse psychologique. BEAUCOUP DE CES PARCS DISSIMULENT TOUTE CETTE MALTRAITANCE DERRIERE D’ILLUSOIRES VALEURS ECOLOGIQUES, CULTURELLES ET PEDAGOGIQUES. NE SOYONS PAS DUPES ! Ils ont une façon éhontée de berner le public avec de beaux discours en réalité fallacieux. Le Puy du Fou dit de façon on ne peut plus incohérente s’engager pour la préservation des espèces en offrant des soutiens financiers à des fondations qui œuvrent pour les espèces menacées. Ils affichent aussi un but de réintroduction à terme des animaux dans leur environnement originel. Or il faut savoir que depuis l’ouverture du parc, ils n’ont rendu la liberté qu’au nombre dérisoire de six rapaces, et surtout que la plupart des réintroduits ne survivent pas en ces cas-là, incapables de se comporter comme ils l’auraient appris dans leur écosystème à la naissance. S’engager pour la préservation des espèces est louable bien entendu, mais comment croire à la sincérité de ces parcs qui emprisonnent et exploitent des animaux en même temps dans leurs attractions ? Dénonçons toute l’hypocrisie de ces discours dissonants : leur engagement en faveur de la biodiversité n’est guère plus qu’un alibi écologique leur permettant de se dédouaner de la critique d’exploitation et de maltraitance animales dont ils font massivement l’objet. C’est une simple et vulgaire technique marketing tentant de redorer le blason d’exploiteurs désireux de se donner une image éthique afin d’augmenter leur chiffre d’affaires. Le prétexte de l’engagement unique pour la biodiversité pose un autre problème. Ces parcs se félicitent d’aider des espèces, mais quid des individus qui composent ces espèces ? Il existe des espèces à prendre en compte ET au sein de ces espèces, n’oublions pas qu’il existe des individus UNIQUES dont la précieuse vie n’a pas à être sacrifiée. Donner de l’argent à des associations qui protègent les espèces en danger ne donne aucunement le droit de persécuter des individus, comme le font ces parcs dans leurs attractions. Chaque espèce compte et chaque existence animale compte pareillement. Enfin, certains parcs, comme la plupart des zoos et delphinariums actuels, s’auréolent du prestige d’un rôle culturel et pédagogique. D’après eux, le public se cultiverait au sujet des espèces en observant tous ces animaux prisonniers et malheureux. Soyons sérieux et ne tombons pas dans le piège de ces parcs qui veulent nous faire confondre divertissement léger et connaissance scientifique. Apprendre d’une espèce, c’est uniquement observer ses individus dans leur milieu naturel, où ils pourront exprimer les comportements spécifiques à leur groupe, entourés des espèces de ce même écosystème auxquels ils sont intrinsèquement liés. En dehors de ce contexte, il s’agit d’un simulacre commercial qui désinforme le visiteur et réduit l’animal au statut d’objet au service de l’humain. Le Puy du Fou également se donne une mission culturelle en proposant au public de nombreuses reconstitutions historiques. Mais ne trahit-il pas sa vocation culturelle en malmenant des innocents ? Une véritable mission culturelle et civilisatrice n’a de fait rien à voir avec toutes ces démonstrations primaires d’oppression des plus vulnérables. C’est le contraire, elle fait réfléchir, éclaire par les connaissances qu’elle apporte et conscientise. La domination, l’exploitation et la cruauté à l’égard des animaux relèvent de l’obscurantisme et sont indignes d’une société civilisée et pacifique. Enfermer un animal, l’utiliser pour distraire un public en dépit de ses besoins propres, c’est le maltraiter. LISTE DES PARCS D’ATTRACTIONS CONCERNES ET A EVITER TANT QUE CES PARCS EXPLOITERONT DES ANIMAUX : Ange Michel (50) Animaparc (31) Center Parcs (2, 27, 41, 57, 86) Cigoland (67) Jardin d'acclimatation (75) La Récré des trois curés (29) Le Fleury (59) Le Pal (03) Marineland (06) Mer de Sable (60) Nigloland (10) Ok Corral (13) Parc Astérix (60) Parc de l’Auxois (21) Parc des Combes (71) Parc du Petit Prince (68) Parc Saint Paul (60) Puy du Fou (85) Terra Botanica (49) Thoiry ZooSafari (78) Touroparc (71) Villages Nature Paris (77) Walibi Rhône-Alpes (38) Walibi Sud-Ouest (47) Z'animoland (47) (Cette liste ne prétend pas être exhaustive) Que le bonheur d’être libre et la dignité soient rendus dès à présent à ces êtres sensibles injustement condamnés !
×