Aller au contenu

le Roi Babar

Membre
  • Contenus

    14
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de le Roi Babar

  • Rang
    Forumeur balbutiant
  • Date de naissance 01/01/1989

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Pays
  1. le Roi Babar

    Démocratie . Le pouvoir par le peuple . Utopique

    Ok . Ya un malentendu là... Je n'ai jamais dit que la démocratie était un "bon" régime démocratique, je dis que c'est un régime qui se rapproche le plus de la conception utopique qu'on peut se faire de la démocratie. Dans le sens où la démocratie est exercé de manière directe. A fortiori, ton argument renforce mon raisonnement. Si les votes sont boudés c'est bien la preuve que la démocratie directe est, à terme, utopique. Partant de là ma référence est parfaitement justifiée. (D'ailleurs c'est pas moi qui le dit, c'est Pierre Manent, hein!)
  2. Bienvenu au Roi Babar !

  3. le Roi Babar

    Un mot pour qualifier les femmes !

    René Cotty! "C'est notre Raïs à nous : c'est Mr René Coty. Un grand homme. Il marquera l'Histoire. Il aime les Cochinchinois, les Malgaches, les Marocains, les Sénégalais... c'est donc ton ami. Ce sera ton porte-bonheur."
  4. le Roi Babar

    Démocratie . Le pouvoir par le peuple . Utopique

    Une approche de la démocratie relativement interressante et pertinente est celle de Pierre Manent dans "Cours Familier de Philosophie Politique". En effet, d'après lui la démocratie que vous qualifiez d'utopique a bel et bien existé. C'est la démocratie "primitive" des Athéniens, primitif dans le sens "premier et originel" et non pas péjoratif du terme. Dans cette démocratie, tous les citoyens de la Cité se réunissent sur l'Agora, pour voter les Lois , la nomination des executifs, la Guerre, l'ostracisme (exil politique forcé)... C'est une democratie directe. Le seul acte de délégation est celui donné à l'executif; le législatif est conservé par les citoyens (donc pas de députés), ainsi qu'une partie du judiciaire. La démocratie dîtes moderne, selon Manent, n'est pas le régime du pouvoir par le peuple et ne se veut pas comme tel. La démocratie c'est le régime des représentations et à ce titre des séparations. Pour des raisons démographiques évidentes, il n'est plus possibles d'organiser une vie politique directe (essayez de rassembler 30 millions de français sur l'Agora...). Aussi la démocratie moderne instaure-t-elle une représentation des citoyens dans tous les pouvoirs, la démocratie moderne est donc le pouvoir des représentants du peuple, pas du peuple itself. La différence est de taille, si les députés votent une loi, théoriquement si le pouvoir remplit ses fonctions, il ne doit pas céder devant toute forme de contestation même si elle vient du peuple. La dérive politique est évidente, certains représentants du peuple peuvent être tenté de gouverner au nom de leurs intérêts personnels. Cette représentation, constitutive de la démocratie moderne, appelle également à une séparation, visant à limiter la connivence entre les représentants du peuple: séparation des 3 pouvoirs (justice, législatif, executif), séparation du public et du religieux, séparation de la vie publique et privé... Toutes ses séparations visent théoriquement à limiter le pouvoir des représentants, par la séparation, ceux-ci devraient se limiter entre eux. A chaque fois que la séparation entre les pouvoirs s'estompe, la représentativité des citoyens également, car les représentants acquierrent alors un tel pouvoir, qu'ils peuvent gouverner au nom de leurs intérêts propres. C'est ce que dénonçait De Gaulle sous la IVè République, à propos du pouvoir législatif trop fort par rapport à l'executif, le "régime des partis". De même, c'est cette même atténuation des séparations que dénoncent les opposants politiques de Nicolas Sarkozy, entre proximité politique et économique (Aff. Bettencourt), justice et executif (influence sur les procureurs), etc. Partant de ce constat, notre régime n'est pas et ne se veut pas l'utopie que l'on pourrait penser. Ses dérives et débordements sont constitutifs de celui-ci, et font parti intégrante de son fonctionnement. En revanche pour des raisons politiques évidentes, les partis d'extrême (FN, MPF, PC, PdG, LR...) surfent largement sur cette thématique: la corruption des élites, des pouvoirs, etc. A leur manière ils suggèrent, la disparition d'un âge d'or de la politique en démocratie, une utopie "violée" en quelque sorte. C'est oublier que cette utopie n'a jamais existée dans n'importe laquelle des démocraties modernes, mais les mensonges ont la vie dure...
  5. le Roi Babar

    selon vous quel est le défaut caractéristique de la société actuelle ?

    Un débat? OK, un débat! Bon bah mes arguments les voilà: A Moriarty maintenant! Moriarty? Moriartyyyy ?! Bon bah c'étaient les arguments de Moriarty. Merci Moriarty pour cette brillant allocution. Chers téléspectateurs, le débat est fini, j'espere que ses brillants interlocuteurs vous on épatés, à la semaine prochaine !
  6. le Roi Babar

    La Mecque: ville d'apartheid

    Le débat devient nauséabond, entre Mukul qui insulte l'Islam de "fausse religion", allegoria qui fait des amalgames à n'en plus finir sur Islam et Islamisme, Dictature et Religion, et galadria qui traite ses interlocuteurs de "pauvre naze"... Mais quel niveau de débat! Waouh! Vos arguments sont vraiment imparables !
  7. le Roi Babar

    Lieu de retraite spirituelle Areligieuse

    Donc tu recherches un lieu où pratiquer réflexions spirituelles tout en restant dans un cadre objectif et sans s'enfermer dans quelqe cadre culturel que ce soit. Bonne nouvelle, ça existe! La Philosophie. Rubrique Métaphysique. Livres, Revues, Tv, Radios, Internet, Ecoles, Universités, Conférences, Expositions... Trouve ton bonheur
  8. Je reviens du ciné ou j'ai vu ''Last Night" avec Canet, Mendes, Knightley... Le film m'a plutôt laissé perplexe, m'enfin bon bref ça a fait naître en moi un questionnement existentiel sur ce genre de films :p . Donc qu'est ce que vous en pensez? Avez-vous des titres de films vraiment émouvant ou au contraire de vrai daubes? et pourquoi? Les femmes, pourquoi une majorité d'entre vous aiment ce genre de films? Les hommes, pourquoi une majorité d'entre vous n'aiment pas? A l'inverse pourquoi certains, certaines d'entre-vous ne partagent pas cet avis? Que pensez-vous de l'exploitation de ce genre de films par l'industrie "lourde" cinématographique? et à l'inverse, des comédies romantques "d'auteurs"? Bref en gros, qu'est ce qui fait une bonne comédie romantique, quel public est-il susceptible de toucher et pourquoi? Les idées nouvelles et les raisonnements innovants sont les biens venus PS: je précise que je suis un mâle, d'où le cliché sexiste sur "les femmes les aiment mais pas les gars" , mais par expérience personelle, en majorité c'était le cas
  9. le Roi Babar

    selon vous quel est le défaut caractéristique de la société actuelle ?

    Je vois que beaucoup de gens parlent d'égocentrisme, je parlerais plutôt d'individualisme. L'individualisme est le fait de se penser non pas comme parti d'un "tout" mais comme son nom l'indique comme individu. Dans les sociétés anciennes, l'homme ne fut que rarement considéré comme un individu. Avant on était serf, seigneur, patriarche, esclave ou que sais-je encore mais certainement pas un individu. Le serf est lié à son seigneur, il fait parti de son duché; le patriarche est à la tête de son clan, il ne se conçoit pas sans; l'esclave est un bien de son maître, il fait parti de ses biens; etc. L'homme n'est alors jamais considéré comme un individu, c'est à dire comme un être "entier", complet. Celui-ci est considéré comme incomplet, vulnérable, insuffisant à lui même. L'homme pour se réaliser, se compléter, doit donc faire parti d'un ensemble social plus vaste, dans lequel il prendra son utilité. Certains penseurs sont catégoriques: pour Aristote, un être qui vit en dehors de "la cité" (comprenez un groupe social quelqu'il soit), est soit un animal, soit un Dieu. Bref, vous l'avez compris, pendant les siècles, l'homme, seul, n'est rien. Tout change, ou commence à changer à partir du siècle des Lumières. L'homme va commencer à être considéré comme un être unique, complet, un individu. De cet nouvel condition naît un principe fondateur: La Déclaration Universelle des Droit de l'Homme. L'homme comme individu acquiert (est sensé tout du moins) des droits inaliénables: liberté, égalité, droit de vote... Dans les sociétés dîtes modernes, c'est un concept clé, fondateur. Les sociétés modernes sont faîtes d'individus, les sociétés anciennes étaient faîtes de sujets (de sa Majesté). Bref jusque là tout va bien, l'individualisme c'est bien, c'est positif. Bon bah alors, c'est quoi le rapport avec les défauts de nos sociétés actuelles ?! J'y viens, j'y viens. En effet comme tout changement social, l'individualisme a des effets pervers et ils sont nombreux à constituer des "défauts" sociaux. Tout d'abord à se considérer comme un individu, un être "complet", l'homme peut avoir tendance à penser qu'il n'a plus besoin des autres. Là on peut parler d'égocentrisme voire d'égoïsme. C'est d'autant plus vrai que dans nos sociétés la plupart des échanges sont réglementé par des flux monétaires, ce qui accroît les distances entre les individus. De plus, à se considérer comme des individus et non plus comme parti d'un "tout" social, l'homme aura plus tendance à entrer en compétition avec lui même. Autrui n'est plus l'indispensable allié d'autrefois, parti du même "tout" que moi (Royaume, Famille...). Autrui devient un concurrent, un rival. Dans la même lancée, l'homme comme individu peut penser qu'il n'a plus besoin du tout, du fameux "tout" social: les institutions. En effet, il est récurrent de constater une "faillite des institutions" dans la majorité des sociétés modernes. Que ce soit la croissance des divorces, la fin du nationalisme, la péréclitation de l'Eglise, la plupart des grandes institutions sociales (Nation, Famille, Eglise) sont aujourd'hui plus ou moins délaissés. D'ailleurs, la majorité des élus conservateurs (UMP, FN...) en font leur cheval de bataille: que ce soit contre le mariage gay, la Burqa, le sifflage de la Marseillaise, ils sont beaucoup à craindre ce délaissement des institutions, au profit de vies plus individualisées. Enfin, l'homme moderne dans sa nouvelle individualité doît chercher de nouvelles façons de se "réaliser", de réussir sa vie. Avant il était récurrent de sacrifier sa vie pour le groupe. La femme était sensé se réaliser (je pèse mes mots, évidemment) dans la famille, l'homme mourrait en martyr pour sa patrie, le moine vouait sa vie à Dieu et à la communauté des Chrétiens. En tant qu'individu, rien de tout cela, en société, on parlera plus aisément de réussite "personnelle". Accumulation de richesses, de biens, d'argent, la montée de l'individualisme s'est la montée du consumérisme et de tout ses effets pervers: surconsommations, problèmes écologiques... Egocentrisme, rivalité, malaise social, faillite des institutions, consumérisme, autant de défauts récurrents mais qui ne se consoivent pas sans la montée de l'individualisme.
  10. le Roi Babar

    l'argent fait-il le bonheur ?

    Ca aurait fait une chute interressante, mais non En même temps si Alexandre l'avait fait empaler, cela n'aurait-il pas équivalu à un aveu de faiblesse de sa part? Si Diogène a pris le parti du dénument, Alexandre est son exact opposé: conquête, femmes, richesse, sa réussite est entièrement construite sur un matérialisme des plus prononcés. Pour un homme qui aime à briller, un comportement aussi médiocre de la part d'Alexandre reste peu probable.
  11. le Roi Babar

    La Mecque: ville d'apartheid

    Houlà pas besoin d'être agressif, jt'ai pas mordu! Loin de moi l'idée de blesser qui que ce soit. L'Arabie saoudite se considère comme le vatican musulman au sens où à l'instar du Vatican qui est une "église géante" au sens religieux du terme, l'Arabie Saoudite, "patrie" de la Mecque est donc une "mosquée géante". Les règles y sont donc les mêmes que dans une mosquée, ce qui explique le peu de laxisme de ses habitants. Donc je ne fait pas de comparaisons douteuses, moi môsieux Ensuite le term que j'ai utilisé, le mot "choisit", je l'avais justement mis entre guillemets, simple tournure de phrase, d'ailleurs je précise bien dans mon post que l'Arabie est considéré comme une dictature, donc pas d'amalgame non plus de ma part sur ce sujet. Ensuite, lorsque je dis qu'Israël se veut être une démocratie, je ne dis que la vérité. Après qu'elle le soit ou non, je ne prends pas position, je n'y vis pas, donc je m'abstiens de tout parti pris. Si tu estimes que s'en est une, ce n'est pas le cas d'autres personnes, dans le doute, je ne préfère pas prendre parti. Cordialement. PS: Note que je m'adresses à toi avec politesse, très cher et pas sur le ton "tes analyses sont pourries ("de foire" comme tu dis), t'a rien compris, et t'es un occidental qui pense des conneries". Débattre c'est bien. Débattre et se respecter c'est mieux. PS ii: (rien à voir), @Makul -> qui parle de "une fausse religion et son faux prophète" -> hum, en matière de parti pris, je ne suis pas sûr que ce genre d'intervention éclaire le débat...
  12. le Roi Babar

    Eric Zemmour reconnu coupable de provocation à la discrimination raciale

    Ah ah ! La mauvaise foi... Jamais vu ça
  13. le Roi Babar

    La Mecque: ville d'apartheid

    Je comprends pas ta logique Markbebien... -L'Arabie Saoudite est considéré comme le "Vatican musulman", rien d'étonnant a ce qu'il y ait une discrimination religieuse, non? -Par ailleurs ce même pays est une monarchie absolue au système juridico-politique vieux de quelques siècles, ce qu'on appelle communément en Occident une "dictature". Comment veux-tu faire une comparaison avec Israël, un pays qui se veut "démocratique"? -Enfin, excuse moi mais je ne vois pas en quoi le fait que des musulmans saoudiens aient "choisit" un certain type de régime, légitime de quelque manière que ce soit la politique israëlienne en Palestine. Cela reviendrait à dire que d'une part, Israël auraît le droit de se mêler de l'organisation du culte musulman dans le monde et que d'autre part elle aurait le droit de se venger sur des musulmans palestiniens des torts estimés de musulmans saoudiens. Cela ne reviend-t-il pas à faire un amalgame entre religion, politique et nation ? Bon après si t'es pas d'accord, t'es pas d'accord...
  14. le Roi Babar

    le procès d'Evathle contre Protagoras

    Le sophisme est sûrement caché là: Si le maîtrre a bien enseigné, alors l'élève est capable de gagner le procès En revanche le réciproque n'est pas vrai, si l'élève est capable de gagner le procès, alors peut-être que cela l'est effectivement grâce au maître mais ça peut l'être également grâce à l'élève uniquement.
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité