Aller au contenu

Quasi-Modo

Membre
  • Contenus

    9 509
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Quasi-Modo

  • Rang
    Macrocéphale bossu
  • Date de naissance 11/10/1984

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Pays
  • Lieu
    Geht's Papi?

Visiteurs récents du profil

24 945 visualisations du profil
  1. Quasi-Modo

    Des étiquettes collées aux femmes

    En voilà une nouvelle catégorie qu'il faudrait la définir !
  2. Quasi-Modo

    Des étiquettes collées aux femmes

    Oui c'est vrai, en me relisant je pensais à ça mais j'ai écrit un truc qui sonne faux
  3. Quasi-Modo

    La résilience

    Dommage que le sujet ne soit pas pris au sérieux, il serait intéressant, je connais peu ce concept de résilience, même si j'en ai comme tout le monde vaguement entendu parler.
  4. Quasi-Modo

    Suppression de 1800 postes à l'EN

    Il ne faudra pas s'étonner ensuite que beaucoup de parents lorsqu'ils en ont les moyens partent vers des écoles privées. A force de diminuer les effectifs de l'éducation nationale nous allons ruiner l'espoir et l'avenir d'une jeunesse qui en a besoin plus que jamais. Je ne comprends pas trop cette mesure, ça m'a l'air d'aller contre l'intérêt général : n'oublions pas que beaucoup n'ont que l'école publique pour s'en sortir dans la vie, et effectivement l'absentéisme fait déjà des ravages dans le secondaire. L'école publique de qualité, gratuite et obligatoire est une exigence dans un monde où la concurrence est rude et les chances ne sont pas toujours égales au départ.
  5. Quasi-Modo

    Comment se débarrasser de la violence sans la violence ?

    Oui c'est vrai, sans doute serait-ce là le vrai sens de la démocratie et de la tolérance. En fait la démocratie c'est super chiant ça signifie de tolérer et de respecter dans leurs droits des gens qui ont des idées parfois diamétralement opposées aux nôtres. Et pire encore, d'organiser le débat et devoir se mettre en retrait derrière les leaders qui remportent l'élection. Accepter que ceux-ci prendront les décisions au nom de tous même si nous sommes en désaccord. C'est loin d'être l'attitude naturelle chez l'être humain, mais c'est aussi le rôle de l'éducation de porter vers ça : penser à l'intérêt général et le favoriser même si ça signifie de diminuer son intérêt personnel, ce serait sans doute aussi une nécessité, mais c'est je le pense souvent impossible. La tolérance, les apologistes de la diversité se font tellement des gorges chaudes avec ce mot, alors que face à l'altérité idéologique ils sont incapables de rester respectueux. J'aimerai vraiment pas être d'extrême-gauche dans l'âme, c'est une position qui m'a l'air tellement mesquine et hypocrite, faites ce que je dis et pas ce que je fais. Le pire étant que beaucoup ne semblent même pas percevoir la contradiction.
  6. Quasi-Modo

    Le mythe de l'irréfutabilité logique

    Ne pas confondre les règles d'inférence logique avec les critères de ce qui est admis comme étant une preuve à une époque donnée. Depuis Galilée, l'expérience de Tycho-Brahé des deux canons qui tirent vers l'est et l'ouest ne constitue plus une réfutation du mouvement de la Terre d'est en ouest.
  7. Quasi-Modo

    Encore une gifle de trop!

    Je ne suis pas non plus pour que les chauffeurs de bus aient tous les droits de frapper les adolescents, mais je pense qu'il faut tenir compte de l'état émotionnel et du stress éprouvé dans cette situation. Ce serait pas juste de virer le chauffeur juste sur un comportement isolé (et parfaitement compréhensible humainement parlant) alors que la plupart du temps il est décrit comme particulièrement calme.
  8. Quasi-Modo

    Des étiquettes collées aux femmes

    lolita : jeune fille adolescente qui veut à tout prix attirer l'attention des hommes par des apparats divers et habituellement réservés aux femmes plus mûres. potiche : femme qu'un homme aime exhiber pour se faire valoir à ses côtés.
  9. Quasi-Modo

    Encore une gifle de trop!

    Signé aussi.
  10. Quasi-Modo

    Comment se débarrasser de la violence sans la violence ?

    Prenons ne serait-ce que la légitime défense dont parle @Kyara18 pour comprendre que l'agressivité est à distinguer de la violence. Sinon on met tout dans le même panier, et on condamne au nom du principe du droit à la vie aussi bien la personne qui tue en état de légitime défense que le meurtrier sadique. Il faut distinguer l'utilisation de la force dans le respect des règles ou pour perpétuer un système de règles (agressivité) de l'abus du recours à la force sans limitations (violence). Sinon la discussion n'a plus aucun intérêt à mon avis, on ne pourra que se lamenter et constater la condition humaine d'être issu d'une nature brutale et impitoyable. Et de tomber dans une folie de soumission au gré du vent en optant pour le pacifisme, ou une folie de domination en exaltant notre côté va-t-en-guerre. La question alors serait de savoir quels principes valent la peine de combattre? Toujours dans le sujet : que penser sinon de Gandhi et de la façon dont l'Inde a été décolonisée? Ne se sont-ils pas débarrassés d'une forme de brutalité sans donner le moindre coup?
  11. Quasi-Modo

    Omniscience et libre arbitre

    Les arabes par exemple ont un concept religieux synonyme presque de fatalité, qu'on appelle mektoub. Je pense que ces gens là ne croient pas au libre arbitre, peut-être plutôt à la grâce (je ne sais pas, je fais un parallèle avec le jansénisme chez les chrétiens). Mais les deux sont effectivement difficilement conciliables. Toutefois je me demande si c'est réellement inconciliable. Je veux dire que les Grecs, notamment les stoïciens, croyant au destin n'estiment pas moins que nous sommes maîtres de nos pensées et actions. J'avais lu une justification assez étrange à ce sujet selon laquelle bien que nous soyons déterminés, et que le destin soit une réalité, nous choisissons sous quelle forme nous nous présentons au monde. Ainsi lorsqu'il est poussé du doigt, le cylindre roule jusqu'à ce que la friction l'arrête, tandis qu'un cône tourne sur lui-même avec les mêmes limitations. En quelque sorte il ne tiendrait qu'à nous de nous présenter au monde avec la forme du cône ou du cylindre, même si nous ne pouvons pas choisir d'être "poussés du doigt ou non". Cela réconcilie le déterminisme et le libre-arbitre en tous cas. Mais l'omniscience reste problématique, à moins de supposer que l'univers n'est pas déterministe et possède une dimension ontologiquement hasardeuse.
  12. Quasi-Modo

    Comment se débarrasser de la violence sans la violence ?

    La question mérite d'être posée. Je dirai que ça dépend avant tout des règles auxquelles obéit l'agressivité, si elle obéit à des principes comme vivre et laisser vivre entre humains ou entre êtres sensibles, je ne vois pas ce qu'on pourrait lui reprocher ! L'agressivité est bien annonciatrice de la violence, mais cela ne signifie pas qu'elle soit mauvaise à tout coup, tout dépend vraiment des principes défendus, et notamment si ceux-ci sont de nature à permettre la paix durable. En dehors de la démocratie, la laïcité et la possibilité pour les minorités de défendre leurs droits qui sont à priori égaux avec les autres, je ne pense pas qu'on ait inventé mieux pour l'instant. Nous avons mieux sur le papier, mais rien qui se soit concrétisé en pratique. Comme disait un penseur arabe : Il n'y a que deux façons de gouverner les peuples, en leur faisant peur ou en leur donnant de l'espoir. Non seulement nous donnons de l'espoir aux peuples mais l'idéal (qui certes a tendance à s'étioler chez certains) consiste à laisser à chacun une chance réelle d'améliorer son sort. Difficile de faire mieux même si le système est plein de défauts.
  13. Quasi-Modo

    Comment se débarrasser de la violence sans la violence ?

    A mon tour de pousser la chansonnette alors : ode à la paix par un groupe de punk rock bien connu
  14. Quasi-Modo

    Comment se débarrasser de la violence sans la violence ?

    Je peux pas garantir que ça aurait son effet, mais c'est un discours qui les concerne en tous cas ! L'agressivité Occidentale est sans commune mesure avec la violence de Daech ou du Hamas (ou d'autres encore). Nous avons des règles que nous défendons, les droits de l'homme, et d'autres normes comme la convention de Genève, ou l'interdiction de certaines armes comme les armes entièrement automatisées, ou les armes chimiques. A l'inverse les autres comme Daech ne lésinent devant aucun moyen, les armes chimiques ou les enfants soldats, utiliser les populations comme bouclier humain, etc.. ils ne connaissent aucune limite, ce qui est la marque très claire de la violence à l'état pur. Même si je suis en désaccord avec les guerres qui sont menées partout, car selon moi il faut laisser chacun cheminer à son rythme, il faut reconnaître que nous avons des règles et que nous voulons les défendre dans ce cadre. Si tous les pays devenaient des démocraties respectueuses du peuple il n'y aurait plus aucune légitimation possible à la guerre. Dans ce contexte les interventions occidentales sont plus agressives que violentes. Ce qui ne les légitime pas forcément mais la distinction est importante. En revanche on voit bien que la violence appelle la violence : beaucoup ont appelé par exemple à emprisonner tous les fichés S ou bien se plaignent que nos lois protègent des djihadistes qui seraient revenus sur notre territoire. Mais c'est la condition de l'état de droit, qu'on le veuille ou non. Comme disait Nietzsche, celui qui combat des monstres doit veiller à ne pas devenir un monstre lui-même, et renoncer à nos principes serait leur plus grande victoire.
  15. Quasi-Modo

    Comment se débarrasser de la violence sans la violence ?

    L'agressivité est inhérente au vivant, elle est notre condition : quand on croque dans une pomme ou qu'on découpe un steak, on agresse la pomme ou le steak. L'agressivité se fait dans le cadre des règles, et elle cesse dès que les règles sont à nouveau respectées ou que son objectif est atteint. La violence s'applique par tous les moyens et pénètre dans tous les interstices possibles et elle peut se déchaîner même quand l'objectif a été atteint par le violent. L'agressivité vise la paix, quand la violence vise la destruction de l'autre. Le tout c'est sans doute de mettre en place des règles (celles que défend l'agressivité) qui respectent tout le monde, comme vivre et laisser vivre. Sinon il ne faudra pas s'étonner que la violence devienne un quotidien, puisqu'elle est souvent seulement l'arme de celui qui n'a aucun autre moyen pour se faire entendre.
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité