Quasi-Modo

Membre
  • Compteur de contenus

    6 961
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Quasi-Modo

  • Rang
    Macrocéphale bossu
  • Date de naissance 11/10/1984

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Pays
  • Lieu
    Geht's Papi?

Visiteurs récents du profil

23 320 visualisations du profil
  1. L'évasion fiscale... pour ou contre ?

    Je n'ai pas eu l'occasion, non. Sinon ce que je propose existe bien : cela s'appelle l'optimisation fiscale chez les économistes. Ici certains en parlent : http://ses.ens-lyon.fr/articles/les-contributions-d-emmanuel-saez-2--85166
  2. L'évasion fiscale... pour ou contre ?

    Il existe bien des études de marché pour les entreprises, alors pourquoi ne pourrait-on faire le même type de calcul pour anticiper sur les fuites de capitaux? Juste établir le taux de prélèvement pour que les recettes publiques soient maximales, ni trop pour conserver une attractivité et éviter la fuite des grandes fortunes, ni trop peu pour garantir un résultat optimal. Mais ma question est peut-être naïve?
  3. L'évasion fiscale... pour ou contre ?

    C'est certainement aussi une question d'équilibre, j'imagine qu'il y aurait possibilité de calculer ou d'évaluer économiquement le taux de prélèvement optimal dans un pays donné, non? Si vous baissez les prélèvements de 50% et que vous finissez par attirer au moins le double des fortunes mondiales, cela revient au même. Je me demande ce que les spécialistes de l'économie en diraient.
  4. L'évasion fiscale... pour ou contre ?

    Peut-être que baisser l'impôt serait une solution pour lutter contre l'évasion fiscale mais ce serait désastreux pour ceux qui sont financés par de l'argent public, simplement parce qu'ils ont connu un mauvais coup du sort ou qui ont eu la malchance de naître dans la mauvaise famille. Il n'y a pas que des profiteurs chez les gens défavorisés, il faut éviter la caricature de part et d'autres, tout comme il y a des gens aisés qui participent avec leurs impôts sans trop rechigner (chapeau à ceux là). Si nous avons un taux de prélèvement si élevé c'est parce que nous avons un système protecteur, mais sur les seuls arguments que tu avances il me paraîtrait léger de lever les impôts parce que certains ne seraient de toutes façons jamais contents tant qu'ils auront ne serait-ce qu'un seul centime qu'on leur prélève. Et on trouve toujours des excuses pour dénoncer ce qui nous embête si on le veut vraiment : comme la mauvaise utilisation de l'argent public par exemple Même d'un points de vue de la croissance nous avons tous intérêt à ce que parfois nous puissions survivre en cas de coup du sort (chômage, divorce, etc...). Bien sûr que les patrons doivent pouvoir gagner plus que leurs employés, mais les écarts que nous percevons actuellement sont vraiment hallucinants. Ils pourraient diviser leur salaire par 8 sans changer leur train de vie pour certains!
  5. Les théorèmes de Gödel et leurs implications

    Sinon pour la dernière question il faut certainement utiliser la relation V(n) = (n+1) U(n). Sauf erreur, la limite de la suite U(n) est zéro puisqu'on trouve U(n) = V(n)/(n+1) = 1/(2^n * (n+1)) Sachant que 2^n * (n+1) tend vers l'infini quand n tend vers l'infini, nous avons l'inverse d'une valeur infinie qui donne 0.
  6. Les théorèmes de Gödel et leurs implications

    C'est exact en toute apparence. Je ne suis pas certain de comprendre la nature du problème de déjà-utilisé par rapport à cet exercice, je veux dire que si la formule n'est pas la bonne, il sera impossible de la démontrer!
  7. L'évasion fiscale... pour ou contre ?

    A l'heure de la mondialisation où la monnaie s'échange de façon globale, comme circulent les biens les personnes et les informations, prétendre lutter contre l'évasion (et même la fraude) fiscale revient à lutter contre le téléchargement illégal avec HADOPI. Toutes les soit disant mesures sont complètement bidons, ceux qui sortent les lois sensées lutter contre l'évasion ou la fraude fiscale étant par ailleurs les premiers à planquer leurs millions (cf. Cahuzac).
  8. L'évasion fiscale... pour ou contre ?

    La question c'est plutôt : comment lutter concrètement contre l'évasion fiscale? Le reste c'est du flan, les donneurs de leçons les hors-la-loi s'en cognent.
  9. Les génies peuvent-ils etre heureux en amour ?

    Je ne m'engage jamais sans savoir de combien ma partenaire est amoureuse sur une courbe de Gauss
  10. Les théorèmes de Gödel et leurs implications

    Gros malin va, il vous suffira de consulter la preuve de Gödel et notamment son fameux codage de Gödel. Bien au contraire, Gödel démontre ou bien que la théorie est incohérente, ou bien que la phrase particulière qu'il a construite est vraie et indémontrable. Le caractère vrai et indémontrable de la proposition qu'il construit pour tout système d'axiome est donc incontournable pour comprendre la profondeur de cette théorie.
  11. L'évasion fiscale... pour ou contre ?

    C'est toujours émouvant quand les gens réalisent la mort de l'idéal socialiste dans un contexte mondialisé ...
  12. L'évasion fiscale... pour ou contre ?

    Pour ma propre évasion fiscale évidemment. Contre celle des autres, bien sûr.
  13. Les théorèmes de Gödel et leurs implications

    Je suis sûr que tu as compris où je voulais en venir toi aussi. Mais cette preuve fameuse d'une proposition à la fois vraie et indécidable pour tout système d'axiomes arithmétiques, apportée par Gödel, est une simple implication des axiomes de la théorie de base (à l'itération 0). La seule chose qu'indécidable signifie c'est qu'on ne peut pas la dériver des axiomes de façon mécanique dans la théorie de base! Mais elle est néanmoins vraie! Donc il y en a bien une infinité dans la théorie de base elle-même (à l'itération 0) : celle construite directement par Gödel comme toutes celles que nous pourrions dériver de celle-ci en la prenant pour hypothèse
  14. Les théorèmes de Gödel et leurs implications

    Selon ce que je comprends justement, nous pourrions nous amuser à rajouter directement dans le système d'origine, en tant qu'axiome, le résultat que nous obtenons après la n-ème itération uniquement, sans pour autant avoir préalablement ajouté les résultats des itérations précédentes. Par ailleurs en admettant une proposition indécidable comme vraie (donc en la prenant pour axiome) nous aurons forcément une infinité d'autres propositions indécidables (toutes celles qui s'appuyent sur cet axiome!). Ou alors quelque chose m'échappe parce que sur ce dernier raisonnement je suis un peu fébrile. Nous pourrions il me semble en théorie nous amuser à ajouter comme axiome n'importe quelle implication d'une proposition indécidable appartenant à la théorie.
  15. Les théorèmes de Gödel et leurs implications

    Et bien je comprends ton raisonnement, et c'est vrai que j'avais très mal formulé l'idée, mais bien qu'indécidable nous savons que cette proposition (à priori unique) construite par Gödel est vraie (c'est ça qui est diabolique) En gros si tu démontres qu'il y a une seule proposition vraie et indécidable dans un système d'axiome, tu démontres tu même coup qu'il y en a une infinité, puisque tu pourras toujours ajouter cette proposition vraie et reconstruire une autre proposition (tout aussi vraie) dans cette nouvelle théorie. Mais même après 2 ou 3 itérations, la méthode de Gödel pour construire la proposition appartiendra toujours à la théorie d'origine en étant vraie. Ou alors il faut supposer que du vrai on puisse déduire du faux. NB : OU alors nous nous sommes trompés sur l'arithmétique jusqu'à présent