Aller au contenu

Quasi-Modo

Membre
  • Contenus

    14787
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Quasi-Modo

  • Rang
    Chercheur de ciel
  • Date de naissance 10/11/1984

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Pays
  • Lieu
    69 heaven street

Visiteurs récents du profil

30170 visualisations du profil
  1. Bonjour, Je suis toujours surpris de remarquer à quel point les idées peuvent être tranchées sur la question du hasard ou de la nécessité. Beaucoup vont simplement par à priori nier l'existence du hasard et le réduire à un déficit informationnel pour l'Homme, tandis que d'autres auront tendance à en faire le principe même de la réalité, en s'appuyant sur la mécanique quantique et l'indéterminisme au niveau le plus fondamental. Cette question est avant tout métaphysique, et n'admet de réponse qu'en tant qu'on veut bien reconnaître que l'être humain ait une prise sur sa vie ou non. Nous avons tous des raisons personnelles plus ou moins avouables de préférer l'idée que chaque être humain soit maître de son destin, ou encore l'idée contraire. Mais cette question laisse rarement indifférent. D'où tous ces avis tranchés. Quel est donc le votre (avec arguments si possible) ?
  2. Je suis frappé d'un paradoxe : la plupart des gens détestent rien que l'idée qu'on se serve d'eux, mais ils souffrent si ils se sentent inutiles. Les "ressources humaines", quelle expression horrible. Sommes nous semblables à des objets ? Sinon je dirais que devenir meilleur est inhérent à faire des efforts. C'est la motivation profonde des efforts. La question c'est de savoir à qui ou à quoi les efforts seront utiles.
  3. En bref, on ne tire pas les boyaux de la tête de quelqu'un, c'est à la fois inutile et contre-productif. Personne ne lit dans les pensées. Tout ça est vrai pour l'antiracisme, pour la jalousie dans le couple, pour le complotisme, et pour mille et unes situations dans une vie humaine. Ne perdez pas de temps à vous cacher ou à cacher ceci ou cela aux autres. Mettez-y la forme pour que ce soit politiquement correct, mais soyez vrais sans être dans la paranoïa qui détruit toute confiance en soi, et toute confiance en l'autre, qui vous fait du mal moralement et qui en fera aussi aux autres.
  4. Il y a aussi la jalousie en amour qui fonctionne de la même façon. Ou encore les formes de paranoïa diverses et variées dans les complotismes ou d'autres luttes pour d'autres minorités (p.ex. homosexuelles). Le mieux et le plus sain c'est d'aplanir. Sinon on devient complètement paranoïaque et névrosé, et le pire c'est qu'on rend alors les autres tout aussi fadas, ou alors on les pousse à nous rejeter. Sinon parfois les gens ne sont pas conscients de leur attitude non plus, et il arrive que d'autres soient plus lucides sur le fond de leur pensée qu'eux-mêmes. Ceux-là ne peuvent donc pas atteindre l'authenticité que tu sembles chercher au moins autant que moi. C'est vrai que les mots sont limités et ne donnent jamais qu'un aperçu de la pensée des autres dont l'intériorité est infiniment plus riche que ce qu'il en paraît à la surface. Solitude existentielle oblige. Parfois les manipulateurs et autres pervers utilisent les défauts inhérents à tout mode de communication pour "pirater" la communication et tirer profit de la gentillesse ou la naïveté des autres. Mais je préfère la tranquillité d'âme en restant factuel sans tomber, à ce sujet, dans une paranoïa ou une névrose qui ferait plus de mal que de bien, aussi bien en moi qu'autour de moi. Tout le monde n'est pas manipulateur, rassure toi. Je dirais même que personne ne peut l'être entièrement, ni jouer complètement un rôle dans une situation (il y a toujours une mimique, un geste, une posture qui trahit ou révèle l'autre malgré lui, ce qui me permet facilement en général de le démasquer), ni même dans la durée (les mensonges entraînent des incohérences et des erreurs). C'est toute une philosophie de vie pour moi, vraiment.
  5. Non, pas forcément. Mais même si tel est le cas, on ne peut pas sonder le coeur et les reins des gens, ça n'a strictement aucun sens et ressemble à la chasse aux sorcières : si tu avoues j'ai raison, et si tu n'avoues pas, je te torture jusqu'à ce que tu meures ou que tu avoues. L'antiracisme fonctionne beaucoup comme ça dans sa rhétorique, avec toutes les erreurs de jugement inhérentes à un tel fonctionnement. Mais pas seulement l'antiracisme.
  6. En même temps, comme tout ce qui touche aux procès d'intention, c'est très difficile à démontrer et le terrain est très glissant. Je préfère pour ma part m'en tenir au factuel et éviter de mettre dans la balance des procès d'intention de toute sorte. Cela me paraît beaucoup plus sain, surtout à l'époque actuelle.
  7. Il y a pire : ceux qui veulent à tout prix faire de la science une démarche dogmatique et partiale. Ceux-là n'ont pas compris qu'il en allait dans la science des processus d'apprentissage humain et qu'elle n'est universelle que dans ce sens là.. Dans le fond l'uniformitarisme des lois physiques n'est qu'une variante du rasoir d'Occam. Si depuis que l'humanité s'en souvient les objets du quotidien lâchés dans le vide tombent vers le bas, il n'y a aucune raison de penser que le contraire ait eu lieu par le passé. Sauf si on trouve de bonnes raisons de penser que ce fût, à un moment donné différent.
  8. L'uniformitarisme affirme surtout qu'en absence de preuve allant dans ce sens, on peut faire l'hypothèse raisonnable que ça fonctionnait de façon identique par le passé, même très lointain. Si des éléments permettent d'en douter, l'uniformitarisme ne s'appliquera pas. P.ex. lorsque la force électrofaible unifiait l'électromagnétisme et l'interaction faible. A cette période là de l'univers, on sait donc que les lois n'étaient pas les mêmes selon nos modèles cosmologiques.
  9. Au contraire je dirais même que l'existence de telles paroles, et d'un public, rappelons le quand même, devrait faire poser la question de l'immigration avec plus d'acuité encore. Enfin ça ce serait si nous vivions dans un pays sain qui a encore envie de survivre.
  10. Certains sont vraiment graves. Même en supposant qu'ils ne pensent pas ce qu'ils écrivent (et à mon avis ils le pensent, même si devant les tribunaux ils pourraient s'en défendre), cela reste extrêmement grave car ce discours aura un effet sur certains de leurs fans. Que font ces gens en liberté dans l'indifférence générale alors qu'il suffit pour une personne de droite de parler d'immigration pour qu'elle soit traînée dans la boue et que les pires rumeurs circulent ?
  11. Ils ont eu raison de l'enfermer. On ne peut pas tout dire sous le prétexte fallacieux de l'art ou de la provocation stupide. Que cela serve de leçon. Triste que pour certains il faille rencontrer l'institution judiciaire pour comprendre que tuer pour un motif aussi con que le blasphème est extrêmement grave.
  12. Pas faux. Et puis comme disait @hanss maintenant que je décode mieux je comprends bien mieux le message féministe qu'elle fait passer. Mais je persiste à penser qu'elle propage un langage stigmatisant pour ceux qui le pratiquent. Et puis elle n'a pas l'air méchante.
  13. @Barbara lebol Ben oui, on est tous des guerriers romains ou spartiates n'ayant besoin de rien
  14. Je crois que 80% des achats au minimum sont décidés par les femmes dans le foyer. Je trouve ce chiffre complètement dingue mais ça correspond bien à ce que j'observe, aussi bien en moi qu'autour de moi.
  15. Il faut dire aussi que d'une part certains ne savent pas résister à la tentation, et que d'autre part les publicités passent leur temps à vanter des biens de luxe ou inutiles au tout venant. Vivre chichement est à la portée de tous, car nous avons très peu de vrais besoins. Il est vrai que la plupart des hommes savent se contenter de peu, et d'ailleurs n'acheteraient rien sans une femme.
×