Aller au contenu

Quasi-Modo

Membre
  • Contenus

    12879
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Quasi-Modo

  • Rang
    Chercheur de ciel
  • Date de naissance 10/11/1984

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Pays
  • Lieu
    69 heaven street

Visiteurs récents du profil

27986 visualisations du profil
  1. @sirielle Pour moi cette chanson parle de la difficulté symbolique à tuer le père. Il est bien connu que la balle de match est la plus dure à marquer. C'est également lié à la peur de faire mal et/ou tuer selon moi.
  2. Merci j'aime beaucoup cette chanson. Savoir dire non ou stopper l'autre dans son élan est essentiel pour le respect qu'il nous porte. Rares sont ceux qui respectent ceux qui ne savent pas dire non.
  3. En effet c'est essentiel. Contrairement à ce qu'on pense naturellement les gens attendent plus qu'un interlocuteur qui leur dit oui et amen à tout. C'est jamais dit d'ailleurs mais c'est implicite.
  4. Ça sent la Grammy en manque ! Il est vrai que c'est une spécialité chez les espagnoles, mais elles ont l'amour vache. La corne du taureau a tout pour leur plaire. Normal pour des vaches... Espagnoles....
  5. C'est vrai que ça peut avoir un rapport avec une frénésie de répétition d'un traumatisme, mais je pense qu'elle disait le contraire : puisqu'elle désigne le bad boy par le terme de mythe. Souvent le côté bad boy fonctionne mieux parmi les adolescent(e) s. Quand on prend du grade on comprend avec l'expérience qu'on peut prendre cher et on a le réflexe inverse : la fuite. Mais même dans ce cas je maintiens que nous avons surtout affaire à la notion de charme lorsqu'on aime des défauts ou les impuissance de l'autre. Si le goujat apparaît vraiment tel que tu le décris et rien d'autre il ne suscitera aucune affection. Ou alors il faut que son attitude soit moralement intelligible, par exemple que son attitude s'explique par une souffrance. Et tu t'arrêtes sur l'aspect maladresse alors que j'ai aussi employé d'autres mots : pataud et gros bras mal à l'aise avec les mots/émotions.
  6. Très juste également. La lucidité est la seule maladie incurable
  7. Pas certain que ce soit ainsi, les bad girls ont aussi leurs adeptes ! Certains hommes apprécient même lorsqu'une femme tente de les humilier/insulter/contrarier lors du processus de séduction. Et j'en suis parfois, ça montre qu'elle ne mange pas à tous les râteliers et donne un air de défi à la séduction. Ça peut aller loin, jusqu'à du masochisme. Tout ça est très complexe. Je pense qu'il y a quelque chose du schéma patriarcal dominant dans ton interprétation. Mais ce schéma reste surtout symbolique. Ce qui attire dans la goujaterie c'est encore et toujours l'aspect pataud et maladroit. Gros bras pas très à l'aise avec les mots ou les émotions. Etc..
  8. Il n'existe pas d'humains sans qualités. Et celles ci entretiennent des rapports mystérieux avec les défauts si bien qu'ils sont parfois la conséquence les uns des autres. Par exemple une personne décontractée pourra être jugée positivement et sympathique dans un cadre mais négligeant ou j'm'enfoutiste de l'autre point de vue. Une personne méticuleuse ou consciencieuse sera parfois perçue comme rigide et pointilleuse. Etc.. Presque chaque défaut cache une qualité. Mais ce qui nous rend irrésistibles ce sont nos faiblesses car elles desarconent et desarment. Personnellement l'impuissance et la faiblesse humaine me désarment et je donnerai parfois ma chemise pour une personne démunie. Et c'est bien parce que ladite personne est démunie qu'elle est attachante. Pas parce qu'elle serait dotée de qualités autres. C'est exactement l' expérience de la compassion voir de l'amour.
  9. Oui c'est l'impression que nous avons comme individu lorsque nous ne sommes pas conscients du processus de séduction qui ne fonctionne pas du tout comme nous le pensons spontanément. Nous ne sommes jamais aimés pour nos qualités ou nos performances mais plutôt pour nos défauts qui sont le secret du charme véritable. Le charme (qui donne naissance à l'amour) est plutôt lié à notre façon de perdre le contrôle des situations et à nos limites réelles. C'est pourquoi par exemple une personne vulnérable suscite tant d'émotions et de sentiments amoureux parfois. L'amour et le charme sont en quelque sorte la force des faibles.
  10. Lien : https://www.bfmtv.com/politique/macron-bouleverse-apres-avoir-visionne-le-film-les-miserables-1807701.html
  11. Tout à fait, le pouvoir en place tente d'imposer un discours reléguant un mouvement social tel que les GJ au même rang que les terroristes. Heureusement que ce discours est inopérant et que les français ne se laissent pas enfumer. Tout est bon dans le cochon. Surtout si c'est pour justifier les injustices actuelles qui n'ont pas uniquement lieu dans les cités. Quand je pense que parfois il suffit d'un film pour faire évoluer les mentalités, il serait temps que nous éditions un film sur les GJ. Macron lui-même s'est ému face à un film qui relate les injustices dans les cités populaires. Il est bien complètement déconnecté si il n'y a plus que le cinéma pour lui remettre certaines idées en place.
  12. Si les GJ étaient réellement violents ils seraient des terroristes et utiliseraient les moyens des terroristes. Mais ils ne le font pas. Pourquoi ?
  13. Nous n'avons pas affaire à de la violence sur nos rond points. Seulement à de l'agressivité qui, il est vrai, est un prélude à l'action violente lorsqu'elle n'est pas respectée. Contrairement à la violence, l'agressivité continue de se contenir, elle permet le passage du fait au droit par le biais des exigences que suppose la nature humaine. La violence et les violents disent : la fin justifie les moyens. Ou plutôt, tous les moyens sont bons pour cette fin. Y compris l'agression inopinée. Cela marque la différence entre l'action terroriste et l'action de l'armée de l'otan par exemple, puisque nos armées se restreignent et s'empechent certains actes comme tuer des civils innocents et inoffensifs, tuer des enfants, utiliser des gaz de combat ou des armes de destruction massive, ou des drones mitrailleur en essaim, etc.. Globalement le droit international me paraît respecté sur ces points là, comme l'interdiction de la torture, etc.. Ou au moins elle serait susceptible de faire l'objet de condamnation dans nos tribunaux, fussent ils des tribunaux militaires. C'est une violence du même ordre dans nos rues : nul n'agresse ou égorge le Pékin moyen en place publique, ni même les millionnaires. Il y a juste exigence de la redistribution économique et polémique sur la façon dont est utilisé l'argent redistribué. C'est un devoir, même économiquement et politiquement, pour relancer la demande et permettre la stabilité de la France, de redistribuer équitablement. Les gens qui comptent jusqu'au dernier centime et ne finissent pas leurs fins de mois en ont assez, et c'est bien compréhensible avec une croissance et un PIB qui reprend la santé.
  14. Donc à part noyer le poisson dans les discours abscons tu fais quoi ici ? Je peux me répéter moi aussi, c'est gratuit : ce qui est en danger ce n'est pas la civilisation c'est le gouvernement ou plutôt certaines décisions du gouvernement. Girard est HS sur ton propre sujet.
  15. Je ne serai pas allé jusque là : mais je pense que tu devrais te plaindre aux services du gouvernement pour leur expliquer le travail d'exception que tu fais ici. Tu pourrais être payé pour ça sous d'autres cieux.
×

Information importante

Ce site internet utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur. En naviguant sur ce site vous acceptez que des cookies soient placés sur votre navigateur. Conditions d’utilisation Politique de confidentialité