Aller au contenu

hdrp

Membre
  • Contenus

    6
  • Inscription

  • Dernière visite

1 abonné

À propos de hdrp

  • Rang
    Baby Forumeur

Informations Personnelles

  • Pays
  1. bonjour

    on a pose a maurane ses 2 dents de devant et je trouve cela magnifique Maurane maintenant a pris l'habitude et attends les autres avec impatience.ses yeux rayonnent de bonheur , elle sourie et ouvre la bouche avec plaisir! voila, a bientot peu etre

    orchidee

  2. agenesie dentaire

    de mémoire (cela fait bientôt 4 ans que je n'ai pas fait de visite de contrôle... ce qui n'est pas bien, car c'est tous les 2 ans normalement), j'ai 5 implants qui permettent d'avoir plusieurs dents du fait qu'avec 2 implants on peu faire un bridge et avoir un socle de 3 prothèses. On me les a posé alors que je devais avoir 16/17 ans et j'en donc 34. La pose fait-elle mal ? Je dirai que le plus douloureux est l'anesthésie locale car les piqures se font dans des endroits particulièrement sensibles (notamment le palais), je crois bien avoir eu la larme à l'oeil. Après durant l'opération, il faut attendre la bouche ouverte avec l'aspirateur de salive posé à la commissure des lèvres. C'est un peu long, mais pas douloureux. Le cas échéant, on remet une dose d'anésthésiant. Par contre c'est une drôle de sensation car pour poser l'implant il faut creuser la gencive, et notamment sur la mandibule on ressent toutes les vibrations dans la tête. PLus gênant qu'autre chose. Au sortir de l'opération, on prend des analgésiques classiques (advil), on en reprend plus tard. Certes la douleur se réveille. Mais dès le lendemain matin, c'est plus que supportable et si la gencive reste sensible qlq jours et qu'il est difficile de s'alimenter, je n'ai pas de souvenirs désagréables particuliers. Evidemment, l'intervention se faisant en cabinet on rentre chez de suite opéré. Je ne me souviens plus combien de temps a-t-il fallu attendre pour poser les implants dans la cavité après la 1ère opération, mais il me semble que cela se comptait en semaines. Cette intervention est nettement moins lourde que la 1ère. De mon côté on ne m'a rien interdit en terme d'aliments que ce soit avant ou après (mais on n'avait pas non plus de recul puisque cette technique était nouvelle). Je n'ai jamais eu d'ailleurs de carries. Une bonne hygiène dentaire classique suffit tout bonnement. Par contre, j'ai un léger décollement (ou plutôt) contraction de la gencive sur un des implants qui laisse un peu apparaîte le titane lorsque je relève ma lèvre (invisible si je ne le fais pas avec les doigts), car j'ai eu des saignements à un moment donné. Je constate par contre que mes gencives sont plus sensibles au niveau des implants, et s'il m'arrive d'oublier un des 2 brossages quotidiens je le sens... Mais bon, ma pose a été effectuée il y a plus de 15 ans, les techniques ont du évoluer depuis. D'ailleurs les prothèses en céramique que j'ai ne sont pas aimentées, même si les implants sont bien titane. J'espère que votre petite ira poser pour la photo cette année. Cela montrera en tout cas qu'elle accepte cette différence, qui n'est après tout pas la sienne, en tout cas quelque chose qui lui a été imposé. Elle gardera forcément des marques en elle, mais je ne connais pas une personne qui soit parfaitement en harmonie avec son corps. Elle souffre certes d'une pathologie, mais elle n'est pas malade pour autant si je puis dire. Je pense qu'il faut éviter de médicaliser le cas. Moi j'allais voir le dentiste comme j'allais voir le coiffeur si je puis dire : les cheveux sont trop longs, la solution est de les couper, mes dents ont un problème, le chirurgien a la solution. C'est dit un peu brutalement, mais l'idée y ait. On est moins dans le pathos, la compassion ou pire la pitié. Il est important que votre fille se sente normale... Car elle l'est tout simplement. Mais même comme cela il est difficile d'être totalement détaché de son problème, par exemple je détestais quand ma mère me demandait (à de très rares proches) de montrer le résultat en retroussant les lèvres, comme on le fait pour le cheveux. J'estimais que c'était mon problème, avec mes implants et que cela m'appartenait, un peu comme un jardin secret. Je me voyais dans ces moments comme une bête de foire, alors que retrospectivement ma mère n'avait surtout pas voulu m'infliger cela, elle qui s'est pliée en quatre pour faire que son petit garçon vive une enfance, et donc à terme une vie d'adulte la moins entachée par cette anomalie. Vous voyez c'est finalement assez simple, même si la psychologie ayant ses impératifs, c'est aussi complexe. En lui en parlant simplement, en lui montrant qu'elle n'est jamais qu'une petite fille comme les autres, vous lui enlèverez une grosse part du problème. Après, il n'y a pas de parents parfaits et vous ne pouvez pas tout contrôler, les autres notamment. Il vous faudra donc aussi sans doute accepter qu'elle puisse être blessée de temps en temps, même par des paroles anodines.
  3. agenesie dentaire

    Merci pour ces renseignements, je viens d'envoyer un mail à l'AFDE puisqu'elle tient une liste de praticiens spécialistes de la DE. On verra bien, s'ils diagnostiquent qlq chose chez moi. Heureux de voir que votre petite fille est aussi suivie par le corps enseignant. C'est toujours un plus, les enfants souvent durs entre eux, étant par contre attentifs à la parole de l'adulte. Vous parliez d'absence, est-ce dû à cette maladie ? En ce qui me concerne à part les problèmes dentaires, médicalement parlant je n'ai pas eu de soucis lourds entrainant des absences. Je me souviens que moi aussi je m'escrimais à macher avec mes molaires, les dents de devants de devant étant peu adaptées. Mais il aura fallu que je vous lise pour que je m'en rappelle, tout comme j'avais oublié que la dentition conique était aussi présente sur ma mandibule, et non uniquement sur la maxillaire. Comme quoi encore une fois, après pose des implants on oublie tout cela !
  4. agenesie dentaire

    En ce qui me concerne, aucune dent définitive n'a jamais poussé, et je crois (mais c'est difficile pour moi après tant d'années d'être sûr) que je n'avais pas le nombre de dents de lait normal. Je sais que je suis resté sans cheveux pendant ma 1ère année (désormais ils sont nombreux et bouclés !), avait une prise de poids faible (mais comme tout bon trentenaire je cherche désormais à perdre qlq kilos), et très peu d'appétit. J'ai moi aussi les mains moites mais parfois très sèches (en hiver je mets tous les jours de la Neutogena) avec un squame abimé et peu souple (idem sur les pieds), ainsi qu'une peau sur le reste du corps sèche. Je transpire peu et un peu plus du front mais je ne pense pas que cela soit anormal. Mais bon encore une fois, je ne suis pas spécialiste... Pour votre info, je suis de la région parisienne.
  5. agenesie dentaire

    Je ne connais pas les prix pratiqués en effet pour les implants aujourd'hui, mais par contre si votre enfant a des molaires "correctes" il n'est pas impossible qu'elle les conservent très longtemps. Le praticien qui m'a posé les implants, et me suit de loin en loin, avait choisi de ne poser que ce qui était nécessaire (devant, et s'il y avait des trous). A part une dent qui est tombée depuis cette époque, tout le reste est toujours là. A vrai dire, je fais des recherches depuis peu car je vais être papa et je dois avouer que sans cet évènement je ne me serai pas posé plus de question que cela. Or, ce que je lis sur différents sites ne me rassure pas vraiment sur la possible transmission à notre futur enfant. Sans avis médical éclairé, difficile de dire si je souffre d'une agénésie pure sans autres symptomes associés, ou dérivant d'une maladie plus globale (dysplasie etc...). Bien que rien n'est jamais été diagnostiqué par le corps médical, et que je ne semble souffrir d'autres choses, je suis enclin à croire que je ne souffre de rien d'autres, mais comme dans la plupart des cas il semble qu'une agénésie totale soit liée à une maladie, je m'interroge malgré tout. J'attendrais le retour de mon chirurgien dentiste (enseignant) pour en être sûr. En attendant, je vais essayer de contacter l'ARAD. Vous verrez le jour où l'on posera des implants une des choses les plus étonnantes, mais les plus agréables sera qu'on demandera à votre fille de sourire et de réapprendre à sourire. Moi, après tant d'années j'ai encore du mal, mais il parait que je souris des yeux ! J'ai en outre, depuis tout petit, développé cette "faculté" à parler sans quasiment bouger les lèvres. Difficile de réapprendre à parler comme tout à chacun quand on a pris le plis durant les 1ères années de son enfance. Mais bon, à part mes proches qui font le lien, personne ne m'en a jamais fait la remarque, comme quoi "phoniquement" tout est parfaitement normal. Comme vous voyez, et même si forcément chaque personne est unique, mon parcours prouve que si on est forcément différent des autres, l'enfant met en place des stratégies (inconscientes) pour contourner ce handicap. Et au final à part les personnes au courant, une fois le problème traité (partiellement avec les coiffes qui dans mon cas faisait apparaître des dents du bonheur, ou globalement via les implants) cette anomalie est totalement invisible. et n'est donc plus un problème D'où l'intérêt de travailler sur les complexes que votre fille pourrait développer et qui serait du coup les seuls freins à une sociabilisation pleine et entière.
  6. agenesie dentaire

    Bonjour, vous savez c'est assez étonnant pour moi de lire que votre fille ne veut pas entendre parler de sa maladie. Comme personne n'avait parler de maladie, et même si du coup personne ne savait que je souffrais de quelque chose en particuliers, l'avantage que j'ai eu est que justement au regard du corps médical il n'y avait pas de maladie... et donc je n'étais pas malade. D'ailleurs, est-ce vraiment maladie au sens qu'il n'y a pas d'évolution ? Je voudrais si cela peut vous aider financièrement, vous donnez la solution (avant pose d'implants) que mon 1er dentiste avait mis en place dès la maternelle. Il s'agissait pour les dents de devants sur la maxiliaire supérieure (dents pointues comme votre fille) de pose jacquettes : c'est à dire qu'on avait fait un moulage de ces dents et fait des prothèses creuses unitaires qui venait se coller chacune des dents. Ni vu, ni connu, résistant et peu onéreux (mes parents étaient de famille modeste). Elles ont pu tomber de temps en temps, mais il suffisait alors d'aller les faire recoller. Si cela se pratiquait il y a 30 ans, je pense qu'aujourd'hui encore on peut le faire. Il sera plus tard, bien assez tôt de pratiquer une pose d'implants. je dois avouer, que je suis un peu ému, car cela me ramène à mon enfance et à ma propre expérience... forcément non partagée. Mais ne vous en faites pas, pour vous rassurer, on dépasse très bien cela, je vis une vie tout à fait normal, j'ai des amis de longue date qui ne sont au courant de rien, vis en couple, ai fait des études supérieures avec une vie professionnelle comme tout à chacun.
  7. agenesie dentaire

    bonjour, je suis maintenant agé de 34 ans et souffre du même mal que votre fille, à savoir qu'aucune de mes dents lactéales n'ont été remplacées pard'autres définitives. De plus, mes incisives avaient une forme proche de celles de canines. Ajoutez à cela une gencives particulièrement fine, et remettez cela dans le contexte des années 80 et vous aurez une idée de ce que j'ai vécu. Finalement... une enfance très heureuse, avec des problèmes identitaires et de sociabilisation, mais rien de très grave finalement, et rien de très anormal. A l'époque personne n'a jamais prononcée le mot agénésie (je viens d'ailleurs quasiment de mettre un terme ce jour à mon syndrome). Alors que j'étais en 5ème (ou 4ème), le dentiste de famille m'a envoyé chez l'un des rares chirurgiens dentistes qui a l'époque pratiquait la pose d'implant. Après un an d'orthodentie, on m'a posé les premiers implants, puis les premières prothèses. A ce jour, je crois avoir 5 implants, des prothèses et 2 bridges (il n'est pas nécessaire pour 3 dents de poser 3 implants). Il me reste encore plusieurs dents lactéales qui tiennent bon, malgré la quasi absence (depuis presque 20ans) de racine. Les implants tiennent bon, même si la céramique des prothèse lache parfois. A l'époque le traitement avait couté une petite fortune, sans aucun remboursement, mais depuis les implants se sont généralisés, et la sécu prend en charge je crois certaines dépenses. Entourez votre enfant d'Amour, dédramatisez le problème, ne lui parlez de dentier (référence aux personnes agées impotentes), soyez vigilants aux remarques qu'elle pourrait subir pour insister qu'une différence n'est pas une tare, et que ce n'est qu'un problème esthétique. Il lui faudra prendre confiance en elle et dépasser ce 'handicap' pour s'affirmer en tant qu'adolescente, puis en tant que femme. Je vous dis cela, parce que l'on se construit dans le regard des autres, et que moi j'ai plus souffert d'une image dévalorisée que de celle que me renvoyait les autres (pour faire simple, je pensais ne pas plaire, alors que les autres n'avait pas conscience de cette anomalie). Or on se consruit en tant qu'adulte aussi grâce à ces expériences de couples. Ce problème n'en est plus un aujourd'hui.
×