Aller au contenu

oupsss

Membre
  • Contenus

    6
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de oupsss

  • Rang
    Baby Forumeur
  • Date de naissance 19/09/1973

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Pays
  1. Les gestes de premier secours

    Actuellement, deux chose permetteraient d'augmenter les chances de survie des gens victimes d'un arrêt cardiaque : 1° que tout le monde reçoive une formation à la réanimation cardio-pulmonaire de base (par exemple que l'obtention du permis de conduire soit conditionné par la réussite de cette formation) et 2° que les lieux publics soient largement équipés de défibrillateurs semi-automatiques. Lors d'un arrêt cardiaque, les chances de survie chutes de 10% par minute écoulée... Les délais d'intervention du SAMU varient en gros de 6 à 10 minutes dans le meilleur des cas ! Un médecin réanimateur.
  2. Le réchauffement climatique en question

    L'atmosphère terrestre est composée d'un mélange de différents gaz dont les principaux sont l'azote et l'oxygène qui représentent à deux 99 % de ce mélange que l'on appelle l'air. Le dernier % comprend une série de gaz dont certains sont responsables de l'effet de serre. Parmi eux le CO2, dont l'effet de serre est faible. La plus grande partie de l'effet de serre est dû à la vapeur d'eau qui est de loin le principal gaz à effet de serre. Ce qui est sûr, c'est que les activités humaines libèrent dans l'atmosphère terrestre de nombreux gaz, par la combustion des hydrocarbures fossiles mais aussi par diverses activités industrielles. Parmi ces gaz, le CO2, le méthane, le monoxyde de carbone, le protoxyde d'azote et bien d'autres. On mesure d'ailleurs une augmentation de leur concentration dans l'atmosphère. Par contre,ce qui reste une question aujourd'hui, pour les scientifiques, aucune expérience n'ayant pu le mesurer, c'est quel est l'effet réel de l'augmentation de la concentration de ces gaz. On est incapable de dire qu'une augmentation de X ppm ( partie par million ) de CO2, par exemple, est responsable (ou non) d'une variation Y de la température. Ce qui est acquis (on peut le mesurer) c'est qu'on a observé depuis plusieurs décennies une augmentation et de la température globale, et de la concentration de certains gaz à effet de serre. Par contre on ne peut pas pour autant parler de corrélation parce que l'on sait également que le climat et la température ne sont pas des choses stables et que, par exemple, au Moyen-Age la vigne était cultivée jusque dans le nord de l'Angleterre, que des vaches paissaient tranquillement dans le sud du Groenland et on a retrouvé des vestiges d'activités humaines dans les Alpes datant de cette époque à des endroits qui ont été depuis lors recouvert par des glaciers, choses impossibles avec le climat actuel. Depuis cette époque le climat a connu un épisode nettement plus froid pendant lequel l'Europe a enduré des périodes de famines en raison d'hivers très rudes et longs et d'étés frais condamnant une grande partie des récoltes. Les choses ne sont donc pas si simples... Pour ce qui est des prélèvements de carottes de glace, l'analyse de la composition chimique du gaz présent dans de petites "bulles" emprisonnées dans la glace et de certains isotopes suggère des variations très conséquentes du climat et de la composion de l'atmosphère et cela selon des cycles tantôt réguliers tantôt irréguliers et sur différentes échelles de temps (très longues mais parfois très courtes). Mais là encore rien ne permet de conclure sur les causes de ces variations (si ce n'est qu'à cette époque en tout cas l'homme ne pouvais pas y être pour grand chose) et encore moins sur une relation de cause à effet entre des gaz à effet de serre et les variations de températures. Ce qui est intéressant, c'est que ces mesures démontrent que le climat est extrêmement variable et ce depuis longtemps ( les carottages les plus profonds, en Antarctique, ont permi de remonter des échantillons de glace datant de plusieurs centaines de milliers d'années ), et que les variations de températures se comptent en degrés. D'autre part la composition de l'atmosphère connait aussi des variations significatives et notamment les concentrations de CO2... Paradoxalement, ces variations ne sont pas de nature à expliquer ce qui se passe actuellement puisqu'il semblerait que les concentrations élevées de CO2 observée au coeur des périodes les plus chaudes soient secondaire au réchauffement et non l'inverse ( Le CO2 ne s'élevant que plusieurs centaines d'années après le début du réchauffement ) L'hypothèse la plus plausible pour expliquer ce phénomène étant une libération de ce gaz par les océans qui se seraient progressivement réchauffés ( les Océans contenant l'immense majorité du CO2 de la planète, sous forme dissoute, et la fraction dissoute est inversément proportionnelle à la température de l'eau ). Quant à votre dernière question,les gaz à effet de serre ont un effet sur la température et c'est heureux parce que dans le cas contraire il ferait probablement très, très..... froid !
  3. la voiture qui roule à l'eau elle existe!

    Une voiture qui roule "à l'eau" ce n'est rien d'autre qu'une voiture électrique...(et donc à énergie nucléaire, pourquoi construit-on des centrales EPR ???) Des piles à hydrogène, on en fait déjà pour des appareils de photo ou des caméras ! Et on les recharge comme n'importe quel accu, en les branchant à une prise électrique.
  4. Le réchauffement climatique en question

    Le problème, à mon humble avis, il est surtout énergétique... La vraie question, c'est celle de la gestion et du partage à l'échelle de l'humanité entière d'une ressource essentielle jusqu'à aujourd'hui: les combustibles fossiles dont nous sommes jusqu'à présent totalement dépendants. Economiser ces ressources, oui, mais nous faire croire qu'en économisant du pétrole ici, on va diminuer les émissions de CO2 sur terre, comment peut-on croire cela ??? Chaque litre de pétrole qu'on ne brûlera pas ici, on le brûlera ailleurs... On brûle sur terre chaque litre de pétrole qui est extrait et on en extrait toujours autant ! En dehors de grandes crises comme celles que nous connaissons actuellement, on arrive à peine à satisfaire la demande ! Et puis si on observais un refroidissement climatique au lieu d'un réchauffement, toutes les mesures qu'on prend actuellement seraient tout aussi pertinentes, après tout...
  5. Problème à un testicule!

    Si cela dure depuis plusieurs années et que ça ne fait pas mal, tout au plus une légère gêne par moments, il se pourrait bien que ce soit un varicocèle ( des petites veines dilatées au contact du testicule ) Cela survient préférenciellement à gauche. Si ça persiste, il faudrait que tu re-consulte un urologue parce qu'à la longue cela peut entrainer une baisse de fertilité... (réversible après traitement !)
  6. Problème à un testicule!

×