Aller au contenu



zwijgen

-----

16 mars 2012

Me voilà arrivée chez lui. C'est un peu petit mais c'est assez joli. C'est bien décoré. Cela parait normal à vrai dire, avec son travail. C'est plutôt rassurant même. C'est la première fois que je viens pour faire ça et un peu de confiance ne sera pas négligeable. De tout façon, maintenant que je suis là, je ne peux plus reculer. J'ai tellement besoin de cet argent. Ce travail n'est pas très bien payé mais c'est tout ce que j'ai pu trouver. Je n'ai pas le choix, j'y suis presque obligée. J'ai eu un peu peur quand on me l'a proposé mais j'ai finalement accepté. Et me voici désormais allongée sur ce sofa devant lui...

J'ai maintenant tellement honte. Comment ai-je pu en arriver là? Comment ne pas avoir résisté à sa proposition de gagner un tout petit peu plus d'argent? J'ai tout de suite songé à elles, à mes petites soeurs jumelles. J'ai pensé à cet instant de bonheur qu'elles vivraient en ouvrant ce que je pourrais enfin leur offrir pour leur dixième anniversaire. Je suis étudiante, je n'ai pas le sou. Je n'ai pas les moyens de leur payer quoi que ce soit. Ma mère non plus n'a pas les moyens. Alors du coup, je n'ai pas trop réfléchi, et j'ai accepté. Et voilà où j'en suis, nue devant lui...

Au départ, ce n'était pas ce qui avait été convenu, au téléphone. Mais c'est lorsque je me suis présentée, lorsqu'il m'a vu, il m'a dit que j'étais très belle, pour lui, extraordinairement belle. Il m'a donc convaincu avec son petit sourire en coin, mais plus sûrement avec son argent. Cet argent dont j'ai tant besoin, et ces quelques billets qu'il m'a présenté dans les mains. Alors, ne perdons pas de temps, allons y tout de suite, qu'on en finisse au plus vite...

Mais maintenant, j'ai si honte, nue et sous les yeux de cet homme que je ne connais même pas. Moi qui suis si pudique d'ordinaire, je me sens si mal, que je voudrais que ce soit enfin terminé. Mais lui, il n'a pas l'air très pressé, bien au contraire. Il semble se délecter de la situation. Il ne cesse de me regarder, il me dévisage de la tête aux pieds. Chacun de ces regards sont si difficiles à supporter. Il les alterne entre de petits regards successifs et furtifs, entrecoupés de regards beaucoup plus longs et plus profonds. Il me regarde puis se cache derrière le chevalet qui se trouve devant moi. Je ne vois plus que ses longs cheveux grisonnants et ébouriffés qui dépassent. Je ne le vois plus mais je crois qu'il ne sourit plus. Il semble plutôt sévère. Il me l'a déjà fait ressentir tout à l'heure...

Je n'en pouvais plus. Je n'imaginais pas à quel point ce travail pouvait être si difficile. J'ignore depuis combien de temps cela dure mais j'ai l'impression que cela fait des heures. C'est comme si je sentais chacun de mes muscles de mon corps qui se crispent les uns après les autres. C'est fou le nombre de muscles que l'on peut avoir. Et je les découvre un à un car ils me font si mal maintenant. C'est pourquoi mon sourire a fini par s'effacer imperceptiblement de mon visage. Mais lui, il l'a vu et me l'a fait immédiatement remarquer. Sur un ton et d'une voix particulièrement sévère, il m'a séchement rappelé à l'ordre. Et la peur suscitée aurait pu encore davantage me figer si je ne l'étais pas déjà dans cette pose fixée. Elle me semblait pourtant plutôt confortable au début, en dehors du fait que je sois entièrement dénudée. Je suis allongée sur le flanc. Mon bras replié et ma main supportant ma tête, je fais semblant de lire un livre ouvert dans mon autre main. C'est une pose relativement classique que l'on peut retrouver sur de très beaux tableaux de grands peintres. Et si ces peintures ne dégagent aucune notion d'indécence lorsqu'on les regarde, ce n'est pas ce que je ressens moi ici...

Son regard me fait si mal. J'ai l'impression qu'il se pose et qu'il touche chaque partie de mon corps. Comme sous une main invisible et glacée qui me caresse les cheveux, les épaules, les seins, les hanches, les cuisses et jusqu'aux mollets, et je ne peux réagir. Mon sang se glace et ma peau qui a la chair de poule est parcourue de frissons. Je ne sais plus si c'est la peur ou le froid qui en sont responsables. Car depuis que je suis là, le froid s'est aussi posé sur moi. C'est un calvaire, un véritable cauchemar qui ne veut pas s'arrêter. Je vais bientôt me réveiller...

Cette attente en devient de plus en plus insupportable. C'est horriblement long. J'ai envie d'abandonner. J'ai si honte. J'ai si froid. J'ai si mal. Alors que tout mon corps me crie stop, mon esprit lutte pour ne pas craquer. Avoir subi tout ça jusque là pour rien, et céder finalement serait stupide. Je ne peux pas prendre le risque de tout perdre car il ne me paiera pas si je pars maintenant. Il faut que je me concentre sur autre chose, que je transporte mon esprit ailleurs. Je dois penser très fort et imaginer les sourires et les yeux qui brillent de mes petites soeurs découvrant mes cadeaux. Parvenir à faire vagabonder mes pensées alors que je suis en plein cauchemar...
0

L'utilisateur est hors-ligne casper2   


  Like

Commentaires

euh de fait dans le réel les clients payent d'avance, et non après.. (c'est d'ailleurs une partie de ce qui fait la réputation des prostituées)
sinon plus "soft" :
C'est Toto qui demande à son père :
dis papa c'est quoi la différence entre virtuel et réel ?
-Va voir ta soeur (la grande :sleep:), et demande lui si elle accepterait de coucher pour cent euros (au hasard ^^:sleep:)
Toto revient ; après quoi :
-à présent va voir ta mère et demande lui à elle
Toto revient ;
ben tu vois Toto : virtuellement, nous avons gagné 200 euros ; mais en réalité, nous avons deux belles salopes à la maison..
0
Possible, chateau, mais on peut imaginer que n'y connaissant rien, elle ne soit payée qu'après.

Sinon, tu as un style, disons, "envoutant". En tout cas, c'est fluide et agréable à lire, malgré le thème plus dérangeant, quelque part.
0
c'était le sens d' la blague ^^
il a fait un sujet à lui sur le forum
sûr que son écriture est pas mal du tout
nerelucia lui a suggéré de publier
il l'a envoyée bouler....
normal quoi...
0
à moins que ce ne soit elle qu' l'ai envoyé bouler j'en sais fichtre rien, on l'a plus relue sur son sujet suite à ça...
0
Un sujet à consommer cru ,tel quel, sans assaisonnement,seulement avec les mains et les yeux sans faire intervenir "autre chose" en dehors du :coeur:
Je parle de la pose évidemment
:plus:
0
Page 1 sur 1

Août 2014

D L M M J V S
     12
3456789
10111213141516
171819202122 23
24252627282930
31      

Derniers billets

Derniers commentaires

Catégories