Aller au contenu

Rechercher dans la communauté: Affichage des résultats pour les étiquettes 'pauvre'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Merci de saisir les tags en les séparant par des virgules. Les tags permettent de retrouver rapidement un sujet. Indiquez les mots clefs important pour votre sujet.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Membres
    • Bienvenue
    • Trombinoscope
    • Près de chez vous
    • Célébrations
  • Actu et Débats
    • France
    • International
    • Société
    • Politique
    • Environnement
    • Economie
    • Sciences
    • Religion et Culte
    • People
    • Insolites
    • Actualités - Divers
  • Quotidien
    • Quotidien
    • Emploi
    • Amour et Séduction
    • Sexualité
    • Education et Famille
    • Santé
    • Etudes
    • Droits
    • Beauté - Mode
    • Animaux
    • Adozone
    • Aide aux devoirs
    • Inclassables
  • Culture
    • Cinéma
    • Arts et Artistes
    • Photographie
    • Philosophie
    • Musiques
    • Littérature
    • Histoire
    • Mangas
    • Théâtre
    • Langue française
  • Loisirs
    • Cuisine
    • Télévision
    • Séries
    • Chasse & Pêche
    • Voyages
    • Animés et Mangas
    • Auto - Moto
    • Jardinage
    • Bricolage et Déco
    • Esotérisme & Paranormal
    • Autres Loisirs
  • Informatique
    • Tutoriels
    • Hardware
    • Windows
    • Linux & Unix
    • Apple
    • Mobiles
    • Internet
    • Informatique - Divers
  • Jeux Vidéo
    • Central Jeux Vidéo
    • Jeux Online
    • PC
    • Xbox
    • PS3 / PS4
    • PSP / PS Vita
    • Wii / Switch
    • DS / 3DS
    • Jeux Mobile
    • Rétrogaming
  • Sports
    • Central Sports
    • Football
    • Rugby
    • Tennis
    • Basket
    • Sports Auto Moto
    • Sports de combat
    • Hand - Volley
    • Sports Extrêmes
    • Sports - Divers
  • ForumFr
    • Annonces
    • Aide et Suggestions
    • Recrutement
  • Sujets de Test Club
  • Deuxième forum de Test Club

Blogs

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Calendriers

  • Community Calendar
  • Évènements de Test Club

Catégories

  • Actualité
  • Humour
  • Cinéma
  • Sports
  • Musique
  • Divers
  • Vidéos de Test Club

Catégories

  • Actualité
  • Cinéma
  • Sports
  • Musique
  • Jeux vidéo
  • Langue Française
  • Histoire
  • People
  • Divers

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Twitter


Google+


Jabber


Skype


Website URL


Lieu


Intérêts

11 résultats trouvés

  1. En Chine, on ne discute pas les ordres venus d'en haut. Les pauvres n'ont pas leur place à Pekin. Le Président les fait chasser sans autre forme de procès.
  2. La révolte de grandir dans une famille pauvre vous a-t-elle quitté ? vous a-t-elle affaibli ou vous a-t-elle rendu plus fort ?
  3. Bonjour, "L'homme pauvre est une femme seule" ; c'est le titre d'un courrier paru dans Le Parisien et par lequel Aurore Lalucq, porte-parole de Génération.s, et le politologue Nicolas Matyjasik, reprochent à Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement, de faire la guerre à "l'homme pauvre". « Monsieur le porte-parole du gouvernement, vos récents propos (...) sont révoltants. La pauvreté est un sujet grave qui mérite d’être traité sérieusement. Elle ne saurait être le jeu de votre communication politicienne. D’ailleurs, monsieur le porte-parole du gouvernement, qu’est-ce qu’un homme pauvre au juste ? Notre réponse n’étonnera pas le grand défenseur des pauvres et le pourfendeur des mâles blancs, que vous êtes. Toutes les études le montrent, l’homme pauvre, c’est surtout une femme, précaire, qui élève seule ses enfants et qui se voit aujourd’hui violentée dans sa chair, dans son estime de soi, quand elle peine à nourrir sa famille, à se soigner ou faire soigner ses proches dignement à l’hôpital, quand elle sait qu’elle ne pourra pas permettre à ses enfants de bénéficier d’une vie meilleure que la sienne… La femme pauvre, c’est celle qui, à la fin de votre funeste quinquennat, ne pourra même plus compter sur des services publics et un État bienveillant à son égard quand la vie ne l’a pas toujours été pour elle. L’homme pauvre, c’est aussi un enfant. Notre pays, l’un des plus riches au monde, compte désormais 2 millions d’enfants pauvres. Et il n’y a pas d’enfants pauvres sans parents pauvres. Si nos enfants se retrouvent dans cette situation, c’est tout simplement parce que leurs parents disposent de revenus insuffisants, car peu qualifiés, au chômage et mal indemnisés ou en situation de temps partiel subi. (...) Finalement, ce qu’il y a de pauvre dans votre propos, ce n’est pas l’électeur pour lequel vous dites vous battre, monsieur le porte-parole du gouvernement, mais c’est votre projet collectif, votre vision de la société. » Article entier
  4. Bonjour, Chômeurs de longue durée, jeunes sans emploi, mères célibataires dans l’impasse, familles nombreuses mal logées. Plusieurs matinées par semaine, défile dans le bureau de Samia Ghali toute la misère des quartiers nord. Une misère souvent accompagnée de pleurs, de colère et parfois même de menaces. La maire des 15ème et 16ème arrondissements de Marseille, soupire : Les gens attendent tout de nous. On finit par devenir des psys et on se prend tout en pleine face." Elue depuis 2008, Samia Ghali gère, avec ses voisins des 13ème et 14ème, le territoire le plus pauvre de la ville. Les quartiers nord. C’est là que vivent plus d’un tiers des Marseillais. Un coin de la ville où dans certains secteurs, la moitié des habitants sont sans diplôme et au chômage. Un territoire où les trafics en tout genre pullulent et où de simples querelles peuvent se transformer en règlements de compte. Le visage pauvre d’une ville socialement inégalitaire. Car si 26% des habitants vivent en dessous du seuil de pauvreté, Marseille est la quatrième ville de France en terme d’impôt sur la fortune (ISF). Alors que le nord continue de plonger, le sud est de plus en plus prospère. "Deux villes qui se tournent le dos", selon la formule consacrée. Un fossé qui ne cesse de se creuser et qui menace de déchirer la deuxième ville de France si rien est fait pour le combler. "On ne peut plus perdre de temps", prévient Samia Ghali. Une militante renchérit : L’urgence sociale, c’est maintenant. La ville va éclater si les élus ne font rien." "Marseille doit marcher sur ses deux jambes" Dans un récent rapport - publié par le Compas (Centre d’observation et de mesure des politiques d’action sociale), qui travaille pour le conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur - les chiffres qui permettent de mesurer avec précision les écarts de développement et de richesse entre le nord et le sud, sont édifiants. Alors que le revenu médian est de 538 euros à la Kalliste, un quartier situé dans le 15ème arrondissement, il s’élève à 3436 euros à la Cadenelle dans le 8ème. De même pour le taux de cadres et professions intellectuelles : à 32,6% dans le 8ème, il dépasse à peine les 6% dans le 15ème. De quoi influencer le discours des candidats à la mairie de Marseille. En parlant d’une ville socialement “fracturée”, "abîmée", "épuisée, la gauche s’est emparée du sujet. A commencer par le Parti socialiste au sein duquel Samia Ghali incarne, depuis les primaires qu’elle qualifie “d’émeute pacifique et citoyenne”, la voix des quartiers populaires. “Pour réussir, Marseille doit marcher sur ses deux jambes. Si elle doit se développer, ça se fera par le nord”, prédit-elle. C’est dans cette partie de la ville que l’on trouve encore du foncier à bon prix, une population jeune, une autoroute, un chemin de fer et, à proximité, la mer. “Dans une ville intelligente, cette position aurait été mise en avant depuis longtemps”, assure la maire-sénatrice. Pour le candidat Pape Diouf, tête de liste dans les 13ème et 14ème arrondissements, tous les problèmes de la ville partent de cette inégalité: Sécurité sanitaire, éducation, violence, manque de transports, d’équipements sportifs, aujourd’hui, la ville est quasiment coupée en deux. Si on règle ça, on règle 80% des problèmes de Marseille." Mais selon lui, gare à ne pas opposer le nord et le sud “ce qui diviserait un peu plus la ville.” Aujourd’hui, certains élus assurent qu’il faut d’abord revoir la politique d’attribution des logements. La rendre plus équitable. “On dirait qu’il y a eu un accord entre les bailleurs sociaux pour que les gens des quartiers nord n’aient jamais accès à un logement dans un autre quartier”, soupçonne Samia Ghali. Hanifa Taguelmint, ancienne de la marche de 1983 et candidate sur les listes du PS, estime qu'imposer l’anonymat des dossiers suffirait à rééquilibrer la balance. Suite sur le Nouvel Obs
  5. J’ai (Tengo) Quand je me vois et je me pince moi, Jean Sans Rien encore hier et aujourd’hui Jean Avec Tout, aujourd’hui avec tout, je regarde en arrière, je contemple, je me vois, je me pince et je me demande : mais comment est-ce possible ? J’ai, voyons un peu,j’ai le plaisir d’aller et venir partout dans mon pays,maître de tout ce qu’il y a,libre de bien regarder de près ce qu’avantjamais je n’ai eu et ne pouvais avoir.Je peux dire zafra,Je peux dire montagne,Je peux dire ville,dire armée,désormais miennes, à jamais, et tiennes et nôtres,et un immense flamboiementd’éclair, d’étoile, de fleur. J’ai, voyons un peu, j’ai le plaisir d’aller, moi, paysan, ouvrier, homme simple, j’ai le plaisir d’aller, (c’est un exemple ) dans une banque et de parler avec le directeur non pas en anglais, non pas en Monsieur, mais en disant « compañero » comme on dit en espagnol. J’ai, voyons un peu, que moi qui suis noir, personne ne peut me barrer la porte d’un dancing ou d’un bar ou bien, devant le hall d’un hôtel, me crier qu’il n’y a pas de chambre, pas la moindre petite chambre, pas une chambre colossale, non, une petite chambre où je pourrais me reposer. J’ai, voyons un peu, que moi qui suis noir, personne ne peut me barrer la porte d’un dancing ou d’un bar ou bien, devant le hall d’un hôtel, me crier qu’il n’y a pas de chambre, pas la moindre petite chambre, pas une chambre colossale, non, une petite chambre où je pourrais me reposer. J’ai, voyons un peu, qu’il n’y a pas de gendarme qui m’attrape pour m’enfermer dans une caserne ou qui s’empare de moi et me chasse de ma terre et m’abandonne sur la grand’ route. J’ai que, comme j’ai la terre, j’ai la mer,no country, no aïguelaïfe, no tennis, no yacht,mais, de plage en plage et de vague en vague,géant, bleu, ouvert, démocratique, bref, l’océan. J’ai, voyons un peu, que j’ai enfin appris à lire,et à compter, j’ai que j’ai enfin appris à écrireet à penser et à rire. J’ai que j’ai enfin où travailler et gagnerce qu’il me faut pour manger.J’ai, voyons un peu, j’ai ce que j’aurais dû avoiret ce qu’il me fallait avoir. Nicolás Guillén [Camagüey, Cuba, 1902 – 1986] Antología Mayor – Ediciones UNION – 1964 – La Habana, Cuba – page 251 –
  6. Salut. Un riche qui ne pense pas qu'à lui et son pognon : Bill Gates. ++
  7. Ces Cinq derniers siècles ont signifié la destruction des économies, des civilisations et des sociétés d'une grande partie de l'Afrique, de l'Asie, de l'Amérique et de l'Australie, le déracinement de leurs cultures et de leur patrimoine forestier pour faire place aux cultures utiles à l'exportation vers l'Europe... L'enrichissement occidental est à l'origine de l'appauvrissement et de l'asservissement des pays faisant partie de ce qu'on appelle : " Le Tiers Monde" !!!
  8. Nelkhyr

    Ma pauvreté...

    Salut, vous savez, j'ai un rêve. Devenir streamer-youtuber, mais cela est impossible car je suis pauvre. J'ai 16 ans, mes parents ne peuvent rien me payer, pendant des mois j'ai cherché comment gagner un peu d'argent sur internet. J'ai tout tenter, sois on gagne 2€ par mois (inutile), sois il faut une copier de la carte d'identité etc... j'en ai marre, j'ai même pas de quoi me payé un jeu à 10€... Je cherche des petit boulots genre rédacteur pour des sites web, mais rien n'est vraiment convaincant. Je suis prêt à travailler pour l'argent ! Je suis prêt à donner tout mon possible pour quelques euros... Et mon rêve s'effondre de jour en jour...je perd espoir et ça fais vraiment mal :( Si vous avez quelques astuces, quelques sites, ou je peut tenter ma chance pour gagner un petit peu d'argent ce n'est pas de refus, oublié les PTC, j'ai essayer les 3/4 et j'ai même pas 1 euro.
  9. 'lut la compagnie Ecoutez voir la triste histoire d'un pauvre bougre qui avait bouffé des champignons hallucinogènes... La folle escapade d'un voleur de voiture nu comme un ver Quand on vous le dit, qu'il faut pas jouer avec ces choses-là !:) Version de Ouest-France :
  10. Bonjour Apôtre d'une Eglise "pauvre pour les pauvres", le pape François a suspendu mercredi le très dépensier évêque de Limburg, dans le sud-ouest de l'Allemagne, surnommé "l'évêque de luxe", sans toutefois le démettre. "Le Saint-Siège considère qu'il est opportun", dans l'attente des résultats d'une enquête de l'Eglise allemande, d'"autoriser Mgr Frans-Peter Tebartz-van Elst à une période de séjour en dehors du diocèse", indique le Vatican dans un communiqué. Ci-dessus : l'évêque de luxe dans ses modestes intérieurs. "Une situation s'est créée dans le diocèse telle que l'évêque Mgr Tebarts-van Elst ne peut pas exercer à l'heure actuelle son ministère épiscopal", poursuit le Vatican qui précise que "le Saint Père a été constamment informé en détail et de manière objective de la situation dans le diocèse de Limburg". Depuis 15 jours, l'évêque de Limburg fait les gros titres des journaux en Allemagne. Celui que les médias ont surnommé "l'évêque de luxe" ou "l'évêque bling bling" est au coeur d'une polémique sur les coûts de la nouvelle maison diocésaine qu'il a fait construire à Limburg, passés de 5,5 millions d'euros à au moins 31 millions... en raison de ses demandes somptuaires, disent ses détracteurs. Selon les médias allemands, l'évêque a longtemps cherché à dissimuler le coût réel des travaux, qui ne cessait de croître. Ses appartements auraient notamment coûté la bagatelle de 2,9 millions d'euros, avec une salle à manger de 63 mètres carrés et une baignoire de 15.000 euros. Une commission a été depuis nommée par l'Eglise allemande pour enquêter sur les dépenses de l'évêché. "Dans l'attente des résultats" de cette enquête sur "les éventuelles responsabilités" le pape a décidé d'éloigner et de suspendre l'évêque de Limburg, lui nommant un substitut en la personne du vicaire général, Wolfgang Rösch, qui s'occupera du diocèse. Interrogé à ce propos par la presse, le porte-parole du gouvernement allemand, Georg Streiter, a refusé de commenter cette "affaire intérieure à l'Eglise". Les fidèles du diocèse de Limburg ont récemment critiqué dans une lettre ouverte le style autoritaire et les dépenses jugées excessives du prélat. Mercredi, le Comité central des catholiques allemands a vu dans la décision du Vatican "la chance d'un nouveau départ au sein de l'évêché de Limburg". "La situation de ces dernières semaines était devenue pesante tant pour les croyants là-bas que pour l'Eglise dans l'ensemble de l'Allemagne", affirme le président du Comité, Alois Glück, dans un communiqué. Mais les ennuis de l'évêque ne s'arrêtent pas là : le parquet de Hambourg (nord) a demandé il y a deux semaines une ordonnance pénale car il l'accuse d'avoir menti sous serment. La justice met en cause des déclarations au magazine Der Spiegel, dans lesquelles l'évêque reconnaissait avoir effectué un voyage en classe affaires pour rendre visite à des pauvres en Inde. Mais sous serment, il a par la suite assuré avoir refusé de répondre à la question du journaliste. Avant de prendre sa décision, le pape François a reçu, il y a une semaine, le président de la conférence épiscopale allemande, Mgr Robert Zollitsch, pour évoquer cette affaire. Le pape argentin a ensuite reçu, il y a deux jours, Mgr Tebartz-van Elst et le cardinal Joachim Meisner, archevêque du très puissant diocèse de Cologne, et considéré comme étant proche de l'évêque de Limburg, avant de rendre publique sa décision. Depuis son élection, le pape François ne cesse de prêcher pour une église plus simple, plus dépouillée et plus proche des gens. Il n'a pas pris de mesures spectaculaires contre la richesse de certaines Églises, mais a accepté en septembre la démission d'évêques slovènes eux aussi très dépensiers, et engagé une réforme des finances du Vatican. "La bonne gestion de l'argent est essentielle" pour le pape François, a commenté pour l'AFP-TV à Rome le vaticaniste Marco Politi. "Le pape a déjà démontré qu'il savait intervenir énergiquement. Il a dit que les prêtres, même quand ils achètent une voiture, doivent penser aux enfants du Tiers-Monde qui ont faim", a ajouté M. Politi. Source : Le Parisien http://youtu.be/3jo_kSjVUUM ****************************************************************************************************************************************************** Si seulement le Vatican avait pu être aussi expéditif avec les prêtres pédophiles...
  11. Les notions de Bien et de Mal ont une dimension problématique, éventuellement oppressante. Je pense qu'il est utile de résoudre cette question afin d'aboutir à une morale plus libre. On associe le bien et le mal à des comportements, des actions. C'est-à-dire qu'on considère que telle action est bonne et telle action est mauvaise. Mais il n'y a aucune raison a priori de décréter qu'une action est bonne ou mauvaise. Parfois, c'est une forme d'évidence. Tuer est une action négative. Parfois, cela l'est moins. Voler, est-ce une action négative ? Les impôts sont une forme de vol institutionnalisé, et ils peuvent se justifier dans certaines mesures. Les riches se prennent pour une ethnie à qui on prendrait injustement de l'argent par discrimination. Mais l'impôt ne les vise pas pour leurs gènes, leur religion ou leur athéisme. Il s'agit de l'application d'une règle en fonction des revenus et du patrimoine. D'un autre côté, voler un pauvre, qui n'a déjà pas de quoi se nourrir, voilà de façon évidente une action négative. L'évidence dont nous parlons vient de la conséquence des actions. Tuer est une action négative parce que cela entraine la mort d'une personne, la souffrance des proches etc. Voler un pauvre est une action négative parce que cela fait qu'il est encore plus démunis, dans la faim, la peur etc. Autrement dit, les êtres humains ont une valeur, et leur souffrance est à éviter. Mais si une action a plusieurs conséquences différentes, est-elle positive ou négative ? Il semble qu'il faille composer. Si l'action a plus de conséquences positives que de conséquences négatives, on est tenté de considérer l'action comme bonne, et si l'action a autant de conséquences positives que négatives, on est tenté de la considérer comme neutre. Par exemple, si un homme offre un cadeau à une femme ayant un mari jaloux, il n'est pas évident que la joie de la femme de recevoir le cadeau soit plus importante que la souffrance que son mari lui fera subir, ou bien fera subir à l'homme généreux. On voit que dans certains cas, la générosité n'est pas une action positive. De façon encore plus paradoxale, considérons un terroriste qui menace de tuer 100 personnes, et que la seule façon de l'arrêter soit de le tuer, ou de le blesser gravement, par exemple par un sniper. Si on ne le tue pas, 100 personnes meurent. Si on le tue avant qu'il mette sa menace à exécution, 1 seule personne meurt. Si on le tue après, 101 personnes meurent. Dans ce cas-là, l'action "la moins pire" est de tuer le terroriste avant son forfait. Ce n'est pas vraiment une action positive, mais comparativement à ne rien faire, cela fait +99 vies. Ainsi, une action a priori très négative, peut selon le contexte avoir des conséquences positives ou, dans le cas évoqué, empêcher des conséquences négatives. Une action n'est donc pas bonne ou mauvaise dans l'absolu. Cela dépend du contexte. Ensuite, il y a des représentations associées à la notion de Bien et de Mal. Par exemple, dans une perspective religieuse, l'action négative val être associé au Diable et à une supposé empire du mal qui existerait en Enfer. C'est-à-dire qu'on suppose une unité du Mal, que tous les gens qui font des actions négatives agissent ensemble, de façon concertée, et dirigée depuis un arrière-monde. Or, exception fait des associations de malfaiteurs, il n'y a pas d'unité entre deux voleurs qui ne se connaissent pas. Si elle existait, ils pourraient faire des vols plus élaborés, et dans le même temps, seraient plus repérables. D'autre part, aucune interaction avec un autre monde n'a été constatée, donc l'hypothèse de arrière-monde semble erronée. De façon semblable, les gens qui font du bien ne se concertent pas, à l'exception des associations caritatives ou bien d'autres associations qui font du bien à eux-mêmes, cela compte aussi dans le positif. Tout comme il n'y a pas d'arrière-monde pour le Mal, il n'y a pas non plus d'arrière-monde pour le Bien. A l'époque où la religion chrétienne régnait en occident, les rois étaient considérés comme représentant de Dieu, et donc tout empire, quoi qu'il fasse, était considéré comme un prolongement de l'empire du Bien. Pourtant, on a constaté les nombreuses actions négatives commises par les empires, y compris au nom de la religion, ne serait-ce que la persécution des gens qui avait un avis légèrement différent que le dogme. Pas besoin d'entendre un dieu nous dire quoi faire pour effectuer une bonne action, il suffit de considérer par nous-mêmes que l'action est souhaitable et qu'on est prêt à prendre le temps de la faire. D'où l'utilité de déterminer ce qu'est une bonne action et ce qu'est une mauvaise action. Nous avons vu plus haut qu'une action est évaluée par ses conséquences positives et négatives, et donc que les actions sont plus ou moins positives, plus ou moins neutres, plus ou moins négatives, plus ou moins entremêlées de positif et de négatif. On ne peut donc pas coller une étiquette Bien ou une étiquette Mal sur la plupart des actions sous prétexte qu'elle appartient à une liste d'actions considérées comme bonnes et une liste d'actions considérées comme mauvaises. Par contre, on peut mettre une étiquette avec une évaluation de l'action en fonction de ses conséquences : plutôt bonne, plutôt mauvaise, plutôt neutre, très bonne, très mauvaise. Cependant, même cela n'est pas toujours possible, parce que certaines actions sont souhaitables, même si elles ont des conséquences négatives, parce qu'elles empêchent des conséquences négatives plus importantes. Au-delà des conséquences positives ou négatives se pose donc la question du choix. En effet, si plusieurs choix sont possibles, c'est en comparant le résultat des différentes actions qu'on détermine quel est le meilleur choix. Se pose alors la question de la connaissance. Si on ne connait pas la meilleur option, comment pourrait-on juger de l'action de quelqu'un ? Et si l'action est déterminée inconsciemment, comment pourrait-on juger d'un choix ?
×