Aller au contenu

Rechercher dans la communauté: Affichage des résultats pour les étiquettes 'chef'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Merci de saisir les tags en les séparant par des virgules. Les tags permettent de retrouver rapidement un sujet. Indiquez les mots clefs important pour votre sujet.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Membres
    • Bienvenue
    • Trombinoscope
    • Près de chez vous
    • Célébrations
  • Actu et Débats
    • France
    • International
    • Société
    • Politique
    • Environnement
    • Economie
    • Sciences
    • Religion et Culte
    • People
    • Insolites
    • Actualités - Divers
  • Quotidien
    • Quotidien
    • Emploi
    • Amour et Séduction
    • Sexualité
    • Education et Famille
    • Santé
    • Etudes
    • Droits
    • Beauté - Mode
    • Animaux
    • Adozone
    • Aide aux devoirs
    • Inclassables
  • Culture
    • Cinéma
    • Arts et Artistes
    • Photographie
    • Philosophie
    • Musiques
    • Littérature
    • Histoire
    • Mangas
    • Théâtre
    • Langue française
  • Loisirs
    • Cuisine
    • Télévision
    • Séries
    • Chasse & Pêche
    • Voyages
    • Animés et Mangas
    • Auto - Moto
    • Jardinage
    • Bricolage et Déco
    • Esotérisme & Paranormal
    • Autres Loisirs
  • Informatique
    • Tutoriels
    • Hardware
    • Windows
    • Linux & Unix
    • Apple
    • Mobiles
    • Internet
    • Informatique - Divers
  • Jeux Vidéo
    • Central Jeux Vidéo
    • Jeux Online
    • PC
    • Xbox
    • PS3 / PS4
    • PSP / PS Vita
    • Wii / Switch
    • DS / 3DS
    • Jeux Mobile
    • Rétrogaming
  • Sports
    • Central Sports
    • Football
    • Rugby
    • Tennis
    • Basket
    • Sports Auto Moto
    • Sports de combat
    • Hand - Volley
    • Sports Extrêmes
    • Sports - Divers
  • ForumFr
    • Annonces
    • Aide et Suggestions
    • Recrutement
  • Sujets de Test Club
  • Deuxième forum de Test Club

Blogs

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Calendriers

  • Community Calendar
  • Évènements de Test Club

Catégories

  • Actualité
  • Humour
  • Cinéma
  • Sports
  • Musique
  • Divers
  • Vidéos de Test Club

Catégories

  • Actualité
  • Cinéma
  • Sports
  • Musique
  • Jeux vidéo
  • Langue Française
  • Histoire
  • People
  • Divers

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Twitter


Google+


Jabber


Skype


Website URL


Lieu


Intérêts

15 résultats trouvés

  1. Bonjour à tous ! Je suis actuellement en dernière année d'école de cinéma, et m'intéresse particulièrement à la réalisation de clips. Je trouve qu'il s'agit d'un moyen d'expression incroyable pour un réalisateur, et qui permet de décupler les émotions d'une musique (tout comme la musique permet de sublimer les images qui l'accompagne !). J'ai récemment investi dans du matériel (caméra blackmagic, stabilisateur, lumières, ...), et propose mes services pour les artistes en demande d'images Voici le lien de ma bande démo regroupant mes meilleurs images :
  2. bonjour , voilà j' ai travaillé il y as une dizaine d'année avec un chef très sympas , à l'écoute ( ce qui est rare de nos jours) puis je l'ai plus revue car affecté ailleurs durant 10 ans . Récemment j' ai été à nouveau embauché avec le même chef il ne ce rappel plus de moi mais moi pleines de souvenirs , hier soir après que tous le monde est partis il m' as demandé si à l'époque où l'on as travaillé ensemble il c'était passé quelques choses entre nous je lui ai dit que non qu'il pouvait être rassuré ( ce qui est vrai) il m'as dit qu'importe la réponse ça ne l'aurai pas gêné . Qu'en pensez-vous ? aurais t'il envisagé que nous ayons eu une histoire ou l' envisage t'il ? merci
  3. Discours imaginaire d’un chef d’état imaginatif Françaises, Français, vous allez en prendre plein la poire, la pèche, et même tout au fond du … Bref, vous êtes, vous aussi, tout au fond du trou, et ce trou est noir. Si noir et si abyssal qu’il faudra longtemps pour le voir reblanchir un peu… Mais ne vous inquiétez pas, nous faisons tous nos efforts pour redresser le manche, pardon, la barre, et si vous le, pardon, la soutenez, nous y parviendrons… D’ici un an, deux ans… disons cinq ou six… Si le manche tient bon, pardon, si la barre est bien tenue, nous reverrons enfin la couleur d’un ciel bleu et d’une jolie nuit étoilée… Il n’y aura plus aucun chômeur, plus aucun sans abri, plus aucun pauvre, plus la moindre misère, en notre cher pays. Plus personne ne tremblera de frayeur en ouvrant sa boîte aux lettres à se dire, mince, encore une facture qui augmente, encore un huissier qui se lamente, encore un commandement de payer, encore une lettre de licenciement, encore pôle emploi qui m’irradie… Non, plus jamais ! Nous vivrons enfin sous le ciel radieux du socialisme et pourrons benoîtement contempler les étoiles qui pollulent, pardon, qui pullulent dans la nuit. Faites moi, confiance ! J’ai le manche, pardon, la barre en proue et le froc, pardon, le foc bien hissé, et je vous conduis vers ce chemin illuminé du socialisme réaliste qui fera de notre pays une économie modèle. Une économie en laquelle plus aucun actionnaire ne profitera d’un bien qu’il n’a pas ou mal acquis. Où aucune banque ne gérera ses intérêts aux dépens des vôtres. En laquelle plus aucun patron ne se sucrera sans rien faire sur le dos de pauvres bougres qu’il exploite. D’ailleurs, l’expression « pauvre bougre » sera rayée de notre vocabulaire et même de nos dictionnaires, et même de notre histoire. Une économie qui ne sera plus le règne de protéiformes multinationales, mais dont le travailleur, ayant régulièrement cotisé au parti, sera le seul maître. Une économie en laquelle, même moi, votre cher et bien aimé Président, je pourrai me considérer comme votre soumis. Je ne vous le cacherai pas, pour atteindre ce but, il vous, pardon, il nous faudra faire des sacrifices, beaucoup de sacrifices, et nombre d’entre vous, pardon, d’entre nous seront laissés sur le pavé. Les multinationales, leurs protéiformes actionnaires, les patrons, les banques et les autres que je ne connais même pas continueront à vous, pardon, à nous cogner l’échine. Mais votre échine est dure, et elle résistera. Et dans un an, disons deux… disons vingt… Ce règne du socialisme réaliste vaincra ! Françaises, français, je vous ai compris, et vous adresse mes meilleurs voeux pour cette nouvelle année qui, je vous le rappelle, sera dure encore, mais il nous faut tenir le manche, pardon, la branche. Et nous triompherons. http://jmplouchard.wordpress.com/
  4. un reportage de 1995 sur Farid l'ancien chef des skins des halles . http://www.youtube.com/watch?v=2mo5sHKq-J8 un reportage poignant et emouvant
  5. Le sous-commandant Marcos (en espagnol : Subcomandante Marcos), est le porte parole de l'armée zapatiste de libération nationale (EZLN). Au début des années 1980, il fait quelques séjours au Chiapas afin de travailler à l’organisation de projets de santé, de syndicats de travailleurs et à la mise en place de cours de premiers soins et de communication radio. Il donne des conférences sur l'administration des affaires à Tampico, et enseigne la communication en design graphique au sein de Université Autonome Métropolitaine (UAM), à Mexico. En 1983, il se voit offrir un poste de professeur à l'UNAM. Selon des rumeurs nées en 1980, il se serait constitué au sein de l’université UAM, à cette époque, un noyau de professeurs révolutionnaires qu'il fréquentait. Ses idées révolutionnaires le poussent dès février 1984 à remettre sa démission et à s’engager résolument dans la lutte. Quand il rejoint, en 1984, l’EZLN, formée un an auparavant, Marcos aurait occupé le cinquième poste en importance dans la hiérarchie militaire zapatiste. Il devient chef de l’armée zapatiste en 1986. Depuis le soulèvement zapatiste de 1994, il est de surcroît porte-parole des forces zapatistes et du Comité clandestin révolutionnaire indigène de l’Armée zapatiste de libération nationale. Marcos a fait évoluer son discours au fil des années, passant du marxisme à l'altermondialisme sans pour autant déposer les armes de la critique sociale. Cette vidéo résume assez bien les idées de l'EZLN Pour faire simple il défend tout ceux qui ne sont pas écoutés par le gouvernement (indigènes, paysans...) il lutte contre le poids trop important de l'économie dans la politique et contre l'écrasement du Mexique par les Etats-Unis. Je vous conseille de lire ses livres (ou des livres qui parlent de lui) Mexique, calendrier de la résistance, Rue des Cascades, Paris, 2007 (C'est ce que je suis en train de lire, très intéressant) Des morts qui dérangent roman Paco Ignacio Taibo II et le Sous-commandant Marcos, (titre original en espagnol : Muertos incómodos) Éd. Payot et rivages 2005 Don Durito de la forêt lacandone, (fiction romanesque) Éditions de la mauvaise graine, Lyon, 2004 Depuis les montagnes du sud-est du Mexique. Ouvrage collectiftome 1. Écrits des forges, Trois-Rivières, 2002 tome 2. Temps des cerises, Pantin, 2003 [*]Contes Maya, l'Esprit frappeur, Paris, 2001[*]Chiapas : Le Sud-Est en deux vents, un orage et une prophétie in Coffret dix textes contre, Mille et une nuits, Paris, 1996[*]Ya basta! tome 1, Les insurgés zapatistes racontent un an de révolte au Chiapas, Dagorno, Paris, 1996 tome 2. Vers l'internationale zapatiste, Dagorno, Paris, 1996 Connaissiez vous le sous-commandant Marcos et l'EZLN ? Qu'en pensez vous ?
  6. Fiphi

    Désaccord

    Il y a bien des choses inutiles, en ce monde comme de celle-ci. Je participais l’autre jour à une réunion de travail. Une de ces réunions dont on devine que les thèmes évoqués seront complaisamment polémiques. Dont on sait par avance qu’il ne se décidera rien, ni de bon ni de bien, pour l’intérêt de la communauté concernée. C’est bien la volonté d’un chef d’affirmer sa prééminence. Et il y a bien des chefs qui s’affirment, par la vexation ou l’autoritarisme. Tout cela est bien inutile, car ils se tournent en ridicule plus qu’en honnête. J’assistais à une réunion de cet acabit, où il se disait, passablement, des remontrances sur les insuffisances de ceux qui font. Mon sang bouillonnait. J’avais le choix entre deux attitudes. Celle de l’assemblée, qui se tait, qui semble s’excuser, dont le silence est révélateur des faiblesses qu’on veut lui montrer. J’avais autrement le choix de sonner le « clairon » et porter une charge contre l’accusateur aveugle et imprévoyant, tant ses récriminations étaient blessantes, injustes et inappropriées. Le diffamateur était une femme. Je l’appréciais. J’avais cru trouver chez elle la douceur, l’habileté, l’éloquence, la grâce, la fermeté. J’avais face à moi une sauvageonne, et j’éprouvais l’irrésistible désir d’interrompre son discours. J’optai pour « l’estocade ». Fichtre ! Qu’avais-je fait ? On me jetait des yeux noirs. Il y avait bien évidemment du mépris à l’égard de l’insolent que j’étais. La réponse ne vint pas, jamais d’ailleurs. Et on me reproche encore mon attaque, plutôt mon honorable défense, courageuse, frontale et publique. Ce qui y avait été dit, on n’en retint pas un seul mot. Ce qui s’y passa me causa quelques tourments dont je me serai bien dispensé. Ma courte intervention scella notre désaccord.
  7. Copé veut en appeler à « la rue » face au PS Lundi 29 octobre - 09:10 En appeler à «la rue» pour «résister» au pouvoir. La méthode n'est pas classique à droite. Elle a été appliquée une fois, en 1984, contre le projet de loi Savary visant à intégrer l'enseignement privé dans le secteur public. Avec succès: un million de personnes avaient défilé pour la «défense de l'école libre» à Versailles. C'est à ce précédent que Jean-François Copé s'est référé, dimanche soir. Invité du «Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro», le candidat à la présidence de l'UMP a annoncé que s'il était élu le 18 novembre, et si l'exécutif ne revenait pas sur ses projets de réforme de société les plus emblématiques, il appellerait les Français à manifester. «François Hollande dispose par le fait même de notre Constitution de la totalité des pouvoirs au sein de notre République, a-t-il expliqué. Le seul endroit où peut s'organiser l'opposition républicaine dans notre pays, c'est l'UMP.» Si le chef de l'État, «qui est le chef d'orchestre de tout cela», persistait «dans l'idée de soumettre au Parlement des projets de loi qui viendraient soit à porter atteinte à l'intérêt supérieur de notre pays, soit à déstructurer les piliers qui assurent la cohésion de notre société», Jean-François Copé pourrait proposer «que les Françaises et les Français qui s'indignent et qui s'inquiètent pour l'avenir de notre pays et des enfants de France se mobilisent dans la rue.» Suite de l'article... Source: Le Figaro
  8. lablague

    Gouvernance

    quels sont les exigences pour assurer un autorité efficace sur les peuples? que pensez-vous?
  9. 70% des français estiment qu'il y a trop d'étrangers en France et 87 % estiment qu'il faut un vrai chef pour remettre de l'ordre dans le pays ce que je trouve assez étonnant étant donné que plus de 50 % des électeurs ont voté pour François Hollande ! ......Une contradiction française ? http://www.lepoint.f...-1619933_23.php
  10. Le matin du 29 Décembre 1890, le chef Sioux Big Foot et quelque 350 de ses partisans campèrent sur les bords du ruisseau de Wounded Knee, entourés de soldats américains dont la mission était d'arrêter Big Foot et de désarmer ses guerriers. Le tout dans une ambiance tendue durant des mois. Les fiers Sioux ont perdu leur liberté, il n'y a plus de bison à chasser, et ils sont parqués dans des réserves où ils dépendent d'agents gouvernementaux pour leur existence. Dans une tentative désespérée pour retourner à l'époque de leur gloire, ils recherchent alors leur salut dans une nouvelle mystique prêchée par un chaman Paiute appelé Wovoka. Des émissaires Sioux du Dakota du Sud s'étaient rendus dans le Nevada pour entendre les paroles de Wovoka, qui se proclame Messie. Wovoka prophétise à l'époque que la mort va bientôt rejoindre les vivants dans un monde où les Indiens pourront vivre à l'ancienne et ne manqueront plus de gibier après qu'un raz de marée de la Terre nouvelle ait recouvert les sols, enterré les blancs, et rétabli la prairie. Pour hâter l'événement, les Indiens se livrent au rituel de la Ghost Dance -la danse des esprits-. Les danseurs sont nombreux à porter des chemises de couleurs vives sur lesquelles sont représentés des aigles et des bisons : des habits sensés les protéger contre les balles des Tuniques Bleues. Durant l'automne 1890, la Ghost Dance se propage à tous les villages sioux des réserves Dakota. Elle redonne confiance et espoir aux Indiens, mais a le malheur d'effrayer les Blancs. A Pine Ridge, un agent télégraphe un message désespéré à ses supérieurs, à Washington : «les Indiens dansent dans la neige et sont sauvages et fous .... Nous avons besoin de protection et nous en avons besoin maintenant. Les dirigeants doivent être arrêtés et enfermés à un poste militaire jusqu'à apaisement, et cela doit être fait maintenant. " L'ordre fut donné d'arrêter le chef Sitting Bull dans la réserve de Standing Rock. Celui-ci est tué dans l'attentat du 15 Décembre. Le chef Big Foot devient le prochain sur la liste. Mis au fait de la mort de Sitting Bull, Big Foot conduit son peuple vers le sud, en quête de sûreté à la réserve de Pine Ridge. Mais l'armée les intercepte en cours de route le 28 Décembre et les confine dans un camp sur les bords du "Wounded Knee", un ruisseau. Le lendemain matin, le chef agonisant, souffrant de pneumonie, se tenant assis au milieu de ses guerriers, tient un "pow-wow" (une assemblée) avec les officiers de l'armée. Soudain, le bruit d'un coup de feu retentit dans l'obscurité du petit matin. En quelques secondes, la lourde atmosphère qui régnait dès le départ vire à la tuerie : de vaillants Indiens se précipitent pour récupérer leurs fusils abandonnés tandis que les soldats tirent délibérément en direction du camp Sioux. Depuis les hauteurs du lieu, les canons "Hotchkiss" de l'armée visent impitoyablement les tipis indiens dans un vacarme infernal. La fumée des armes emplit l'air tel un nuage, tandis que des hommes, femmes et enfants courent en tous sens, tentant de sauver leur vie. Beaucoup se ruent vers un ravin non loin du camp, mais seulement pour périr abattus sous un feu nourri. Plus tard, les tirs ayant cessé, la fumée s'étant dissipée révèle environ 300 cadavres de Sioux, celui de Big Foot inclus. Du côté de l'armée, seulement vingt-cinq soldats ont perdu la vie. Les soldats restants commencent la sinistre tâche d'enlever les morts, mais une tempête de neige les contraint à s'arrêter. Ils reviennent donc quelques jours plus tard pour terminer le travail. Des combats sporadiques et mineurs ont persisté par la suite, mais c'est le massacre de Wounded Knee qui a mis fin au mouvement de la danse des esprits ainsi qu'aux guerres indiennes. Source ******************************************************************************************************************************************************** Actuellement, le site de Wounded Knee est en vente, pour une somme de 3,9 millions de dollars. Son propriétaire, James Czywczynski, n'a pas encore trouvé d'acquéreur. Plus de nouvelle de Johnny Depp, qui s'était pourtant dit intéressé dans le but de restituer le domaine aux Sioux. Source Ce site avait été par le passé vendu pour la modeste somme de 1000 $ par ses propriétaires indiens aux Gildersleeves, lesquels en avaient fait une vulgaire attraction touristique. Ceux-ci avaient en effet planté à plus de cent kilomètres à la ronde des panneaux sur lesquels étaient inscrit en grosses lettres : "Venez voir le site du massacre de Wounded Knee, visitez la fosse commune, cartes postales, curiosités, à ne pas manquer !". Des cartes postales montraient des Indiens assassinés figés par le gel dans des positions étranges, ou bien des soldats posant, le sourire aux lèvres, à côté de cadavres. (d'après Mary Crow Dog dans son livre Lakota Woman, éd. Albin Michel). Il a été le théâtre d'affrontements entre les autorités fédérales et les militants de l'AIM (American Indian Movement) en 1973. Voir sur Wikipédia
  11. Bonjour VERCINGETORIX Un chef arverne Vercingétorix, fils de Celtill, est né vers 80 av. notre ère. Il appartient au peuple des Arvernes. Son père a été mis à mort par ses compatriotes, parce qu'on le soupçonnait de vouloir devenir roi. Après la mort de son père, le jeune homme entre dans l'entourage de César et il est l'allié des Romains. Mais en 52, porté au pouvoir par le peuple, il prend la tête d'une révolte générale de la Gaule contre les Romains. Le nom même de Vercingétorix n'est guère assuré. Plutarque le nomme "Ουεργεντοριξ " ; on trouve 7 versions de son nom dans les manuscrits : Vergingetorix, Vergincetoris, Vergingetoris, Vergingetorris, Vergingentorix, Vercingentorix, Vergentorix. Ce nom signifie "le grand roi des héros" ou "le grand roi des guerriers". Aujourd'hui, il est communément admis ce que les philologues ont décrit depuis longtemps: Vercingétorix porte ce nom qui est On décompose ainsi son nom : -Ver-, forme de superlatif, -cingeto-" guerrier" -le suffixe -rix, "roi" en vieux celtique (cf. latin rex). Les combats de Vercingétorix La tactique de la terre brûlée Devenu le chef de cette coalition de Gaulois, Vercingétorix inaugure une nouvelle tactique destinée à affaiblir les Romains : la terre brûlée. En empêchant ainsi les Romains de se procurer du fourrage et des vivres, il compte affaiblir et démoraliser les troupes de César. Obligées de se déployer plus largement dans les campagnes, elles deviennent aussi plus vulnérables pour des attaques de harcèlement. Le siège d'Avaricum Vercingétorix cependant ne parvient pas à convaincre les chefs Gaulois qu'il faut employer cette même tactique aussi pour la place forte d'Avaricum. César peut donc attaquer la ville. Malgré ses efforts, Vercingétorix ne pourra empêcher le chez Romain de s'emparer ce cette cité et de toutes ses richesses. Seule une poignée d'hommes - huit cents écrit César - rejoint les troupes de Vercingétorix qui affermit alors son autorité, car le désastre est la conséquence du refus des habitants d'Avaricum d'appliquer la tactique qu'il avait préconisée. Gergovie Après la prise d'Avaricum et le massacre de toute la population par l'armée Romaine, les Éduens, alliés de César jusqu'alors, rejoignent Vercingétorix.César connaît un échec important devant Gergovie : la cavalerie gauloise harcèle les légions de Rome et César doit battre en retraite. Bibracte Les Éduens tentent alors de prendre la tête de l'armée gauloise. Mais un vote des nations coalisées confirme Vercingétorix dans sa position de chef. Alésia Cependant la cavalerie gauloise ne respecte pas les ordres que lui avait donnés Vercingétorix ; alors qu'elle devait seulement harceler les Romains tandis qu'ils se repliaient, la cavalerie accepte une bataille rangée : elle est alors défaite, doit se retirer et s'enferme dans Alésia devant laquelle César met le siège. La victoire de César Vercingétorix met ses espoirs dans une armée de secours qui se réunit alors pour libérer la place forte. Mais César construit deux lignes de protection : l'une interdit aux assiégés de sortir ; l'autre empêche l'armée de secours de faire sa jonction avec les assiégés. Vercingétorix sait qu'il a perdu : après quelques tentatives infructueuses pour forcer le passage, pour épargner des vies, il fait sa reddition devant Jules César. La reddition Quatre récits de la reddition de Vercingétorix peuvent être mis en parallèle. Tous semblent découler du récit de César de la redditon du chef arverne : désireux d'épargner ce qui peut encore être sauvé, Vercingétorix décide de se rendre ; César ordonne la remise des armes, que les chefs lui soient remis en otage et se rend devant son camp pour s'assurer que les conditions sont remplies. Or César écrit présisément : "arma proiciuntur" ; c'est de ce bref trait que découlent les mises en scène racontées par les trois autres historiens. Ils nous rapportent en effet comment Vercingétorix vint au devant de César à cheval et "jeta ses armes aux pieds de César". Une telle mise en scène est sans aucun doute de pure invention. Peut-on imaginer que César "assis" accepte que le chef Gaulois vienne "à cheval", avec ses armes, jusqu'à lui. M. Goudineau souligne dans son étude combien ce scénario romancé est invraisemblable. La disparition Vercingétorix demeura plusieurs années à Rome, emprisonné. Et après le triomphe de César, en 46 av. notre ère, il fut étranglé dans sa prison. Les Historiens du 19ème siècle ont souvent dramatisé cet événement : "ll se lève enfin, le jour qui devait mettre un terne aux outrages dont ce grand homme était abreuvé depuis 5 ans, et où César allait étaler aux regards des Romains les dépouilles de l'univers (An de R. 706. - Av. J.-C. 46). Dans ce triomphe, d'une magnificence inouïe, Rome, à laquelle le dictateur avait ravi sa liberté, n'était pas moins humiliée que les nations vaincues. En avant du char du triomphateur marchaient tous ces braves chefs gaulois victimes de leur amour pour la patrie ; au milieu d'eux attirait tous les regards, par la majesté de sa taille, Vercingétorix, les bras chargés de fers, mais le front rayonnant de la triple auréole d'une gloire sans tache, du génie et du malheur... César était parvenu à l’endroit du Forum où s’éleva plus tard et où paraît encore, après tant de siècles l’arc de triomphe de Septime-Sévère. La Voie Sacrée se divise : l’embranchement de gauche serpente sur les flancs du Capitole et va aboutir au temple de Jupiter. Le dictateur y pénètre, la couronne de lauriers sur la tête ; l’encens des sacrifices fume en l'honneur des dieux , et des coupes d'or et de porphyre s'épanchent les libations sur le parvis du sanctuaire. Au même instant, Vercingétorix, qui a suivi l’autre côté de la Voie sacrée, franchit le seuil de la prison Mamertine creusée dans le roc vif du Capitole, et y est étranglé par l'ordre de César. Le choix de ce supplice, réputé ignominieux chez les Romains, nous fait assez connaître de quelle haine terrible il était animé contre le héros gaulois. Ainsi périt Vercingétorix..." Source
  12. Bonjour, Quatre nouveaux "Panthéonisés" ! Le chef de l'État a choisi d'"honorer la Résistance" en faisant prévaloir "l'égalité entre les hommes et les femmes dans le combat" : (...) le chef de l'État s'est recueilli vendredi dans la clairière où les 22 membres du réseau Manouchian, résistants de la première heure au nazisme, ont vécu leurs derniers instants. Le président de la République avait choisi le Mont-Valérien, ce lieu symbolique de la Résistance, pour annoncer officiellement vendredi le transfert au Panthéon en mai 2015 des cendres de quatre figures illustres de la Seconde Guerre mondiale, deux femmes et deux hommes, incarnations de "l'esprit de résistance". Soixante-dix ans jour pour jour après l'exécution de 22 membres du groupe Manouchian en ce lieu où furent fusillés un millier de résistants par l'occupant nazi, le chef de l'État a annoncé que son choix s'était porté sur deux femmes, Germaine Tillion, ethnologue et résistante, et Geneviève de Gaulle-Anthonioz, ancienne présidente de ATD Quart Monde et nièce du général de Gaulle, qui toutes deux furent déportées à Ravensbrück, ainsi que deux hommes, Pierre Brossolette, journaliste et résistant, et Jean Zay, ministre de l'Éducation du Front populaire assassiné en juin 1944 par des miliciens. (Intégralité de l'article sur le lien)
  13. _Dolph

    #Chef

    #Chef Date de sortie: 29 Octobre 2014 Titre original: Chef Réalisateur: Jon Favreau Pays: U.S.A. Type: Long-métrage Genre: Comédie Durée: 1h54min Acteurs: Jon Favreau, Sofia Vergara, John Leguizamo, Scarlett Johansson, Dustin Hoffman, ... Synopsis [TAB][/TAB] Carl Casper, Chef cuisinier, préfère démissionner soudainement de son poste plutôt que d'accepter de compromettre son intégrité créative par les décisions du propriétaire de l'établissement. Il doit alors décider de son avenir. Se retrouvant ainsi à Miami, il s'associe à son ex-femme, son ami et son fils pour lancer un food truck. En prenant la route, le Chef Carl retourne à ses racines et retrouve la passion pour la cuisine et un zeste de vie et d'amour. Bande annonce
  14. Bonjour, En novembre 1811, aux Etats-Unis, a lieu la bataille de Tippecanoe, qui oppose William Henry Harrison, gouverneur de l'Etat de l'Indiana, et le grand chef shawnee Tecumseh, surnommé "Le Prophète" parmi les siens. Ci-dessus : Tecumseh Déroulement des évènements : Harrison soudoie des Amérindiens au nom du gouvernement en leur distribuant du whiskey en échange de leurs terres. En agissant de la sorte, l'infâme gouverneur fait d'une pierre deux coups, sachant que, d'une part, il va rapporter de nouveaux territoires à la confédération, et d'autre part, envenimer l'alcoolisme rampant qui décime les peuples indigènes, les annihilant et les affaiblissant toujours davantage. Ces actes perfides indignent Tecumseh (= Etoile Filante) au plus haut point. Celui-ci, avec l'aide de son frère Tenskwatawa, rassemble des tribus indiennes et les exhortent à résister à l'expansion des Blancs vers l'ouest. D'où l'attaque du village du chef shawnee, sur les bords de la rivière Tippecanoe, par le gouverneur Harrison. C'est ce dernier qui ressort vainqueur de cette bataille, se faisant par là même une solide réputation. Or, cette victoire, en sus d'une bonne renommée du côté des Blancs, lui aura valu, ainsi qu'à certains locataires de la Maison-Blanche par la suite, une malédiction de la part du Prophète indien, furieux d'avoir été vaincu. Ce sort vaudrait une mort tragique au gouverneur, ainsi qu'à tous les présidents des USA élus les années se terminant par un zéro. Et, de fait, il y a bel et bien eu sept présidents américains en fonction élus des années finissant par zéro à périr de mort violente : - William H. Harrison, élu en 1840, mort emporté par une pneumonie ; - Abraham Lincoln, élu en 1860, mort assassiné ; - James A. Garfield, élu en 1880, mort assassiné ; - William Mc Kinley, élu en 1900, mort assassiné ; - Warren G. Harding, élu en 1920, mort empoisonné ; - Franklin D. Roosevelt, élu en 1940, mort d'une hémorragie cérébrale ; - John F. Kennedy, élu en 1960, mort assassiné. On notera, dans la liste ci-dessus, la régularité des écarts de vingt années entre chaque élection fatale. Viennent pour finir Ronald Reagan, élu en 1980 (ce qui fit craindre le pire pour lui, à une époque où la malédiction était connue de tous), et George W. Bush, élu en 2000. Ronald Reagan a frôlé la mort lors d'une tentative d'assassinat dont il se tira tout de même blessé, idem concernant George Bush, excepté qu'il ne fut pas blessé. La malédiction semblerait par conséquent avoir pris fin avec la tentative ratée à l'encontre du premier. Elle a donc sévi pendant 120 ans en tout. Ci-dessus : le président R. Reagan et son épouse, à l'hôpital suite à l'attentat auquel il survécut, rompant le sort de l'épée de Damoclès, ou plutôt... du grand chef indien Tecumseh, qui pesait sur les présidents élus les années se terminant par un zéro... Vidéo intéressante sur ce site Source 1 Source 2 Source 3
  15. Salut, voici un article de Lemonde.fr qui vaut le détour. Je vous mets le lien, puis je vous copie le contenu dans le quote. Je commente et j'invite au débat à la fin. http://www.lemonde.f...53335_3218.html Salut, ces mecs là ont un discours qui respire l'humanisme et la lucidité. Je pensais que la rébellion était pire que le régime de Bachar, mais je me suis trompé. Ces types sont à mon avis les gentils de cette histoire. ... comme quoi on peut être sunnite, rejeter toute forme de djihadisme et d'extrêmisme, et être un chef de qualité. Donc question fil conducteur de ce topic : pensez-vous comme moi que ce discours est très révélateur d'une mentalité en laquelle il faut faire confiance ? Et bien sûr, l'essentiel : pourquoi ?
×