Aller au contenu

Rechercher dans la communauté: Affichage des résultats pour les étiquettes 'bande ethnique'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Merci de saisir les tags en les séparant par des virgules. Les tags permettent de retrouver rapidement un sujet. Indiquez les mots clefs important pour votre sujet.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Membres
    • Bienvenue
    • Trombinoscope
    • Près de chez vous
    • Célébrations
  • Actu et Débats
    • France
    • International
    • Société
    • Politique
    • Environnement
    • Economie
    • Sciences
    • Religion et Culte
    • People
    • Insolites
    • Actualités - Divers
  • Quotidien
    • Quotidien
    • Emploi
    • Amour et Séduction
    • Sexualité
    • Education et Famille
    • Santé
    • Etudes
    • Droits
    • Beauté - Mode
    • Animaux
    • Adozone
    • Aide aux devoirs
    • Inclassables
  • Culture
    • Cinéma
    • Arts et Artistes
    • Photographie
    • Philosophie
    • Musiques
    • Littérature
    • Histoire
    • Mangas
    • Théâtre
    • Langue française
  • Loisirs
    • Cuisine
    • Télévision
    • Séries
    • Chasse & Pêche
    • Voyages
    • Animés et Mangas
    • Auto - Moto
    • Jardinage
    • Bricolage et Déco
    • Esotérisme & Paranormal
    • Autres Loisirs
  • Informatique
    • Tutoriels
    • Hardware
    • Windows
    • Linux & Unix
    • Apple
    • Mobiles
    • Internet
    • Informatique - Divers
  • Jeux Vidéo
    • Central Jeux Vidéo
    • Jeux Online
    • PC
    • Xbox
    • PS3 / PS4
    • PSP / PS Vita
    • Wii / Switch
    • DS / 3DS
    • Jeux Mobile
    • Rétrogaming
  • Sports
    • Central Sports
    • Football
    • Rugby
    • Tennis
    • Basket
    • Sports Auto Moto
    • Sports de combat
    • Hand - Volley
    • Sports Extrêmes
    • Sports - Divers
  • ForumFr
    • Annonces
    • Aide et Suggestions
    • Recrutement
  • Sujets de Test Club
  • Deuxième forum de Test Club

Blogs

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Calendriers

  • Community Calendar
  • Évènements de Test Club

Catégories

  • Actualité
  • Humour
  • Cinéma
  • Sports
  • Musique
  • Divers
  • Vidéos de Test Club

Catégories

  • Actualité
  • Cinéma
  • Sports
  • Musique
  • Jeux vidéo
  • Langue Française
  • Histoire
  • People
  • Divers

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Twitter


Google+


Jabber


Skype


Website URL


Lieu


Intérêts

12 résultats trouvés

  1. Une agression vraisemblablement raciste a eu lieu à la gare de Chelles (Seine-et-Marne), lundi 2 décembre. Un adolescent de 14 ans d'origine capverdienne a été violemment frappé au visage en début d'après-midi. Un jeune homme de 22 ans, crâne rasé et écusson en forme de croix gammée sur son blouson, a été rapidement interpellé dans les environs. Son sac contenait une poignée de tracts portant des slogans sans équivoque, en lien avec la mouvance d'extrême droite. Le jeune homme n'est pas inconnu des services de police : son nom figure même dans le décret qui a prononcé la dissolution des Jeunesses Nationalistes en juillet dernier. Membre actif de l'association, il a été photographié dans une manifestation en train de faire le salut hitlérien vêtu d'une tenue inspirée de l'uniforme SS. L'agresseur présumé a été placé en garde à vue. D'après les premiers éléments de l'enquête, il s'en serait pris à l'adolescent, croisé à la gare, pour des raisons ethniques. Hospitalisée et parlant mal le français, la victime n'a pas pu être entendue immédiatement sur les circonstances de l'agression. http://www.rtl.fr/actualites/info/article/agression-raciste-a-chelles-le-suspect-est-un-membre-actif-des-jeunesses-nationalistes-7767566955
  2. extraits REIMS (Tribunal correctionnel). Condamné à la réclusion criminelle à perpétuité en avril 2011 pour assassinat, torture et actes de barbarie, Nicolas Muller, 24 ans, le meneur du gang des barbares, a écopé lundi soir de deux ans de prison ferme pour avoir violemment agressé deux jeunes marginaux… une semaine après le meurtre d'Alexis Frumin. «S'IL ne s'était pas sauvé, on aurait pu le tuer… ». Nicolas Muller, 24 ans, n'a pas caché qu'il aurait pu commettre l'irréparable ce 15 juin 2007. Les faits qui lui étaient reprochés lundi par le tribunal correctionnel de Reims avaient été perpétrés une semaine, jour pour jour, après l'assassinat d'Alexis Frumin, un jeune Rémois de 20 ans, séquestré, torturé et noyé dans la Vesle le 9 juin 2007. Un assassinat pour lequel, il a été condamné en avril 2011 par la cour d'assises de la Marne à la perpétuité. Simulation d'une mise à mort Ce 9 juin 2007, Nicolas Muller et ses acolytes, trois hommes et une femme, Aurélia Courroux, considérés comme extrémistes et désœuvrés, avaient séquestré, torturé le jeune homme car il aurait été « basané et un peu efféminé ». Il l'avait alors jeté pour mort dans la Vesle. Encore vivant, Alexis qui ne savait pas nager, avait fini par se noyer. Le corps du jeune homme avait été repêché sept jours plus tard. Au même moment, Nicolas Muller et le même trio avaient « invité » chez son amie Aurélia Couroux, un jeune couple de marginaux à qui ils avaient décidé de faire passer un sale quart d'heure. Pour eux, la violence n'était qu'un « jeu ». Ainsi une semaine après la mise à mort d'Alexis Frumin, ils avaient bien l'intention de récidiver. Ce 15 juin, lui et sa compagne ont fait boire leurs deux victimes jusqu'à plus soif. lire en entier sur : http://www.lunion.presse.fr/article/marne/deux-ans-de-plus-pour-le-meneur-du-gang-de-tortionnaires pour rappel : ""Au domicile d’Aurélia Courroux et de Nicolas Muller, les enquêteurs avaient mis notamment la main sur un drapeau néonazi ainsi qu’une croix gammée. Les accusés n’avaient d’ailleurs pas cherché à cacher leur appartenance à un mouvement skinhead de Reims. Par la suite, plusieurs autres éléments pouvaient laisser penser que le crime revêtait bien un caractère raciste. Nicolas Muller s’était vanté ce soir-là de vouloir «chasser du bougnoule et du pédé». Dans leurs déclarations, les assassins présumés d’Alexis Frumin ont avoué lui avoir porté des coups au moment de lui apprendre La Marseillaise. À chaque erreur commise par la victime, elle était violemment corrigée. Une séance de torture rythmée par le titre évocateur d’un groupe néonazi : «Casser du bougnoule». En garde à vue, l’un des deux mineurs expliquait son geste ainsi : «Il représentait tout ce que je déteste, tout ce contre quoi je lutte… Le côté peau mate m’a rappelé le côté arabe […], le côté minorité»."" LIRE EN ENTIER SUR : http://www.lunion.presse.fr/article/marne/affaire-frumin-un-crime-raciste-et-homophobe?xtcr=17&xtmc=alexis%20frumin
  3. La brigade des violences urbaines de la Sûreté départementale a interpellé, cette semaine, trois hommes soupçonnés d’avoir participé à une rixe sanglante au centre-ville de Metz. C’était le 9 juin. Vers 5h30, un groupe de quatre individus quitte un bar de nuit. Place Jean-Paul-II, ils croisent leur future victime. Après les insultes, les coups. Dans la bagarre, elle reçoit un coup de couteau dans le dos. Cet homme d’une trentaine d’années gît au sol lorsqu’il est secouru. Ses jours ne sont pas en danger, mais « il l’a échappé belle », selon des sources médicales. Ses blessures lui valent dix jours d’ITT. Les enquêteurs travaillent à partir d’un téléphone portable retrouvé sur les lieux. Son possesseur et deux complices sont identifiés. Arrêtés mardi, ils auraient reconnu la bagarre mais imputent le coup de couteau à la quatrième personne du groupe. Elle n’a pas encore été retrouvée. Déféré mercredi soir, le trio a été mis en examen pour violences aggravées. Le parquet de Metz vise notamment des violences à caractères raciales. Les assaillants font partie ou sont proches des Hammerskins , un groupe d’extrême droite à l’idéologie néonazie. La victime, elle, est d’origine sénégalaise. « Ce mobile est envisagé mais n’est pas encore prouvé », tempère Hadrien Baron, vice-procureur au parquet de Metz. « La victime ne parle pas d’insultes racist es », ajoute Me Olivier Rondu, avocat d’un des auteurs présumés. En fuite, le chaînon manquant pourrait s’être réfugié à l’étranger, au sein d’un autre groupe des Hammerskins. En attendant la fin des investigations, les trois mis en examen, originaires de Metz et Toul, ont été laissés libres, sous contrôle judiciaire. K. G. http://www.republicain-lorrain.fr/moselle/2013/06/21/un-senegalais-agresse-par-des-skinheads
  4. L’interpellation de 15 membres de l’ultra droite, en mars 2015 sur les secteurs de Ham (Somme), Chauny (Aisne) et Compiègne (Oise) n’était qu’un début. Depuis, l’enquête s’est poursuivie sous la direction d’un juge d’instruction amiénois. À ce jour, 24 suspects ont été mis en examen. L’un des enjeux des investigations est de savoir quels liens précis unissaient le clan néonazi picard – qui s’était nommé « WWK » pour white wolfs klan (le clan des loups blancs) – aux membres parisiens de l’organisation nationaliste Troisième voie. En août dernier, le leader de ce mouvement, Serge Ayoub, 52 ans (longtemps connu sous son surnom de « Batskin »), a été placé en garde à vue dans les locaux de la gendarmerie de Péronne. Il est reparti sous contrôle judiciaire, après avoir été mis en examen pour complicité de tentative de meurtre. ....................................(.............................................)............................. Dans cette affaire, la plupart des suspects sont désormais en liberté. Ce n’est pas le cas de Jérémy Mourain, un habitant de Ham de 26 ans, chef des WWK. L’homme est accusé d’avoir tenté de tuer à coups de couteau un autre nationaliste, membre d’une organisation néonazie rivale. Les faits auraient eu lieu dans un local d’Estrées-Mons, près de Péronne (dans la Somme), lors d’une soirée ayant rassemblé des membres de l’ultra-droite. Selon nos informations, l’une des personnes impliquées dans la procédure aurait expliqué que la victime « avait insulté Serge Ayoub de juif », et que ce dernier aurait demandé à Mourain de « régler ça ». ......................(..........................)................... L’enquête se poursuit sous le secret de l’instruction. Mais on sait que l’enquête, lancée par les services de gendarmerie, a permis de résoudre une série très importante d’actes de délinquance commis entre 2012 et 2015 dans la région : cambriolages, agressions, destructions par incendie… Les autorités avaient découvert alors un groupe d’ultra-droite très structurée, construit sur le modèle d’une association avec un président (Mourain), un trésorier, un secrétaire, etc. Pour entrer dans le mouvement, les postulants devaient faire leur preuve en commettant des actes délictuels. Et malheur à celui qui ne respectait pas les règles ou qui voulait quitter le groupe. L’enquête a mis au jour des actes de violence extrême entre ces membres. On parle de lynchages à coups de batte de baseball et jets de personnes dans le canal. GAUTIER LECARDONNEL http://www.courrier-picard.fr/region/picardie-nos-fachos-etaient-ils-aux-ordres-de-ia0b0n764967 an ils sont bien gras ces fachos là des infos un peu ancienne mais instructive sur ce fachos mis en examen = Jeremy Mourain est le chef d'un groupe appelé "White Wolf Klan", en Picardie. Il vient d'être incarcéré pour avoir organisé une action punitive contre des types qui squattaient devant chez lui : ultra-violence, battes de base ball , genoux brisés. Jeremy a 25 ans, et égrène toujours les mêmes discours improbables aux audiences du tribunal, sur son renoncement à l'idéologie nazie. Il y a six ans, Jeremy était déjà au tribunal, pour avoir ratonné "un gris", comme il appelle les arabes. Le "gris" en question, frappé au visage à coups de battes avait été choisi au hasard lors d'une randonnée en voiture. Faits divers, sans grande signification politique ? C'est pourtant de ce milieu que venait Esteban Morillo, originaire de l'Aisne, et Jeremy a longtemps fait partie de 3ème Voie, groupe certes dissous après le meurtre de Clément Méric, mais dont le leader, Serge Ayoub continue ses activités et sa propagande dans la mouvance fasciste, aux côtés d'Egalité et Réconciliation ou de Riposte Laïque. en entier sur http://info-antiraciste.blogspot.fr/2014/10/cette-jeunesse-perdue-dans-la-violence.html un petit rappel En 1995 Brahim Bouarram est jeté à la Seine, en marge d'un défilé du FN, par des militants néo-nazis, dont il sera très vite établi qu'ils avaient des liens habituels avec le parti d'extrême-droite. Plusieurs d'entre eux étaient en effet utilisés régulièrement comme membres du service d'ordre par les responsables du FN de leur département d'origine . Moins d'un an après le meurtre, plusieurs des co-accusés sont libérés pendant l'instruction alors en cours. Quatre témoins ont d'abord relaté des faits accablants et concordants démontrant que l'ensemble des néo-nazis cherchait activement une victime en scrutant les berges de la Seine, bien avant de tomber sur Brahim Bouarram. Mais en quelques mois, ces quatre personnes se sont toutes rétractées, notamment une jeune femme qui apparaît muette et terrorisée au cours des audiences. Le juge, pourtant, ne tient aucun compte du caractère troublant de ces rétractations tardives générales, et relâche les co-accusés. L'un des présents à la ratonnade a d'ailleurs été relâché bien avant, comme si la possibilité de pression sur les témoins n'avait aucune importance Par ailleurs, le responsable du service d’ordre du FN (le DPS) comme celui du FN de la Haute Marne ne seront jamais inquiétés. Ils avaient pourtant attendu une semaine avant de donner l'identité des accusés à la police et s’étaient auparavant rendus au domicile de ces derniers, ce qui leur a laissé tout le temps pour se débarrasser d'éléments compromettants et élaborer une stratégie de défense. Au procès lui-même, les peines des co-accusés du meurtre de Bouarram permettront à trois d'entre eux de ne pas retourner en prison, la peine ferme d'un an étant couverte par la détention préventive, et les trois ans restants étant du sursis. Un seul co-accusé, David Halbin, fera un an de prison, mais seulement parce qu'il était resté libre le temps de l'instruction. Quant à celui qui a poussé Brahim Bouarram dans la Seine, Mickaël Freyminet, il écopera d'un jugement très modéré, de huit ans ferme. Sept ans plus tard, on retrouvera son nom cité dans une autre affaire de meurtre : en septembre 2002, une bande de néo-nazis tabasse François Chenu à Reims, le jette à l’eau, puis le repêche pour l'achever à coup de rangers. François Chenu était homosexuel, le seul mobile du meurtre. Après les faits, les jeunes néo-nazis avaient passé de nombreux coups de fil à leur mentor un peu plus âgé, qui n'était autre que le meurtrier de Brahim Bouarram. Mickaël Freyminet. Celui-ci, qui avait déclaré avoir abjuré ses croyances et avait osé demander pardon à la compagne de Brahim Bouarram, s'était à sa libération immédiatement relancé dans l'activisme néo-nazi. Il avait d’ailleurs rencontré les trois meurtriers de François Chenu lors d’un camp organisé par cette mouvance. en entier sur http://www.memorial98.org/article-de-brahim-bouarram-a-clement-meric-l-ordinaire-de-l-indulgence-judiciaire-pour-les-militants-d-extr-123969974.html
  5. L'ancien numéro 2 du Westland New Post (WNP), une organisation clandestine à tendance néonazie et terroriste créée à la fin des années 1970 en Belgique, a été entendu ce mercredi en Belgique dans le cadre de l'enquête de l'affaire dite des « Tueries du Brabant ». Michel Libert a été relâché 24 heures plus tard, mais la cellule d'investigation de Jumet, un quartier de la ville de Charleroi, semble donc privilégier la piste de ce groupe d'extrême droite. Elle mène cette enquête depuis près de trente ans. L'expression les « Tueries du Brabant » ou les « Tueurs fous du Brabant » désigne une série de braquages particulièrement meurtriers ayant causé en tout 28 morts entre 1982 et 1985. Les auteurs n'ont à ce jour jamais été identifiés. Les raids des tueries du Brabant étaient généralement menés par trois hommes. Ils ont braqué supermarchés, commerces, auberges et armureries de petites villes du centre de la Belgique, ainsi qu'une épicerie à Maubeuge, dans le nord de la France en 1982. Bilan de ce braquage, une dizaine de boîtes de thé, et quelques bouteilles. Les braqueurs, armés la plupart du temps de fusils à pompe, ouvraient le feu, sans aucune raison apparente, sur les clients et les commerçants. Plusieurs enfants trouveront la mort. En 1985, à Alost, pour leur dernier braquage, ils tuent huit personnes. VICE News a interviewé Pierre Magnien, le procureur du Roi affecté à l'enquête en entier sur = https://news.vice.com/fr/article/les-tueurs-fous-du-brabant
  6. Une demi-douzaine d’individus soupçonnés d’appartenir à un groupuscule néo-nazi, qui a publié sur son site internet une photo d’hommes cagoulés munis d’armes de guerre, ont été interpellés ce mardi dans le Doubs. Ils sont suspectés d'être à l'origine de tags découverts dans le Jura, près de Champagnole. Les membres présumés du groupuscule basé en Franche-Comté et baptisé «Blood & Honour C18» (Sang et honneur combat 18), ont été interpellés ce mardi à 6 heures dans le secteur de Morteau par la gendarmerie. Depuis deux semaines, le groupe est monté en puissance en publiant notamment une photo de huit hommes cagoulés portant des armes, dont une kalachnikov, un fusil à pompe et des fusils de chasse, et en annonçant qu’il était prêt à passer à l’acte pour défendre ses idéaux nationalistes. ......................(....)............... «Ce groupe, qui célèbre tous les ans l’anniversaire d’Hitler et dont le site internet contient des propos racistes et néonazis, est surveillé depuis un certain temps par la cellule nationale d’enquête qui agit sur les groupuscules extrémistes», a précisé l’officier de communication de la région de gendarmerie de Franche-Comté, Didier Guériaud. «Il y avait une volonté très ferme de la gendarmerie et de la justice d’agir très vite», a-t-il souligné. Les suspects ont été interpellés pour l’instant pour «organisation et participation à un groupe de combat» et «association de malfaiteurs en vue de la préparation d’un délit puni de 10 ans de prison». Des perquisitions sont en cours pour tenter de retrouver des armes et des objets susceptibles de les incriminer également pour «port d’armes» et «incitation à la haine raciale». .....................(............).............. en entier sur : http://www.leprogres.fr/jura/2014/05/20/un-groupuscule-neonazi-demantele-dans-le-doubs
  7. Il y a plus d’un an, dans le métro Parisien, un jeune étudiant Africain subissait un tabassage en règle par les forces de l’Ordre. Son crime ? Avoir oublié de valider son passe Navigo… L'affaire remonte à plus d'un an. Un soir d'été à la station Châtelet. Avec quelques amis, Virgile (1) s'en va prendre le dernier métro. Pendant que ses potes achètent leurs tickets, lui se voit proposer de passer à l'œil par un couple. Qu'importe, son pass Navigo traîne dans sa poche. Et le jeune étudiant gabonais de le sortir quand des gardiens de la paix viennent le contrôler. Tous surpris que le suspect ait ses papiers (et son titre de transport), les policiers ne se laissent pas démonter. Fouille en règle, mains contre le mur, palpations. Toujours rien à prendre sur l'Africain, en règle comme ses copains, désireux de ne pas rater le dernier train. Le ton monte un peu quand les poulets refusent de le laisser repartir, puis le bousculent pour finalement le mettre au sol. Et attendre un prompt renfort de lacrymogène, de coups, dont un fort nécessaire au visage… ..........(..........)....... Un an après, vient enfin le procès. Ou plutôt les procès. Le 26 octobre, Virgile comparaitra, en tant qu'auteur supposé de violence contre les forces de l'ordre. Le 2 novembre, Virgile sera en revanche partie civile : la version du policier qui l'a frappé à terre n'a apparemment pas eu l'heur de convaincre l'inspection générale des services, qui a prôné son renvoi en justice. A croire que ses blessures n'avaient rien de diplomatique… Par Xavier Monnier mar, 04/09/2012 - 23:45 lire l' article en entier sur : http://www.bakchich....lomatique-61649 j' attends les arguments des défenseurs de la police !!!!!!
  8. extrait : En vacances en Dordogne dans la commune de Nabirat, dans le canton de Domme en Périgord noir, Ibrahima Dia, a été victime d’une lâche et odieuse agression raciste par trois hommes qui considéraient que sa place n’était pas là... Pas là sa place ? Qu’y a t-il de surprenant à passer ses vacances en Dordogne avec sa famille ? Ibrahima Dia vit à Evry (91) et travaille depuis 12 ans comme aide-soignant dans un centre de soin aux poly-handicapés. Il a la double nationalité franco-sénégalaise... L’agression s’est déroulée mardi 7 mai, alors qu’Ibrahima était allé se promener en fin d’après-midi. D’abord apostrophé, « Qu’est-ce-que tu fais là ? Retourne chez toi ! », il a ensuite été tabassé par ses trois agresseurs : coups de pieds et de poings, insultes racistes : « Sale nègre, sale bougnoule, pédé... on t’avait dit de rentrer chez toi »... Ibrahima a dû recevoir des soins à l’hôpital. Il a eu une interruption de travail. Plainte a été déposée auprès de la gendarmerie. Les trois agresseurs ont été identifiés, interpellés et placés en garde à vue. L’un d’entre eux est un entrepreneur qui vit entre la Dordogne et les Antilles. Interrogé par le journal Sud-Ouest, l’un des agresseurs a tenu à faire savoir qu’il souhaitait être défendu par maître Collard. Une façon de dire clairement que les agresseurs ne sont pas seulement des racistes mais bien des amis du Front national. Le procès aura lieu le mardi 14 janvier 2014 à Bergerac (24). L’affaire a été relayée dans les médias locaux et nationaux, et de multiples réactions de sympathie et de solidarité sont déjà parvenues à Ibrahima, sa compagne et leur fils. Les signataires de ce texte, organisations, associations ou individus, tiennent eux aussi à exprimer leur sympathie et leur solidarité à Ibrahima et à sa famille. Ils appellent à constituer un comité de soutien à Ibrahima Dia : afin de se donner tous les moyens pour que les agresseurs d’Ibrahima soient reconnus coupables lors du jugement de la plainte. De tels actes ignobles ne doivent pas rester impunis. afin de combattre à travers cette campagne d’opinion la propagande raciste, xénophobe, réactionnaire qui arme le bras des agresseurs. lire en entier sur : http://www.autrefutur.net/Solidarite-avec-Ibrahima-Dia
  9. De graves incidents, s’apparentant à un “lynchage”, se sont déroulés en gare de Toulon, mardi 4 novembre dernier – “Lyncher” : exécuter sommairement, sans jugement régulier et par une décision collective, un criminel ou supposé tel [1]. Si vous avez été témoin d’une partie de ces événements, merci de contacter la LDH de Toulon : par téléphone au 06 21 63 40 88, ou par mail : ldhtoulon@gmail.com. La victime a saisi la justice, et votre témoignage peut être important pour établir la vérité. Vous trouverez ci-dessous l’article que La Marseillaise a consacré à ces événements dans son édition du 14 novembre dernier, suivi du dossier publié dans Var matin le 15 novembre 2014. <br class="nettoyeur"> Comment tout peut dérailler dans un train d’enfer par Thierry Turpin, La Marseillaise du 14 novembre 2014 Contrôle au faciès ou préjugés sociaux. Quand les a priori négatifs alimentés par la rumeur débouchent sur un mouvement de foule hostile. Birame S., 41 ans, raconte la mésaventure dont il a été victime le 4 novembre dernier en gare de Toulon. C’est dans un premier temps la Ligue des Droits de l’Homme qui nous alerte. Avec pour les militants associatifs plus qu’une simple conjonction de faits malencontreux qui auraient dégénéré. La couleur de peau de monsieur S. ayant vraisemblablement alimenté des fantasmes... Ces derniers aboutissant au passage à l’acte. Donc ici, les faits tels qu’ils ont été vécus par la victime dont le témoignage est appuyé par un défenseur des Droits de l’Homme. « Je suis un utilisateur quotidien de la SNCF, depuis 2006, sur le parcours Toulon-Marseille, dans le cadre de mon travail de salarié de la Mission locale de Marseille », explique l’infortuné conseiller en emploi et formation de la structure associative. II bénéficie pour ces allers-retours journaliers d’un abonnement salarié annuel. Le voilà donc prêt à embarquer comme tous les jours ce matin du mardi 4 novembre 2014 : « Le train express de 7h46 que je voulais prendre est supprimé, il me faut prendre celui de 7h51 » raconte-t-il. Un mouvement de grève perturbe en effet ce jour-là le trafic. « Je m’achemine alors vers le quai, à vive allure... » Un entrain qui est vite réfréné par un barrage flltrant qui contrôle les titres de transport dans le passage souterrain. « Parmi de nombreux voyageurs, on me demande mon billet sans les civilités d’usage ; je soumets ma carte d’abonnement, qui m’est rendue et je cours vers le quai - il est alors 7h50. Lorsque j’entends crier : “Revenez ; revenez, c’est octobre et pas novembre...” » Certainement déjà agacé, Birame S. dit alors agiter sa carte au bout de son bras, en répondant que « Non ! » il s’agit bien de sa carte de novembre et que de plus il est « sur un abonnement annuel salarié depuis des années. » Et c’est comme ça que tout commence. Il finira jeté hors du train avec ses affaires, les lunettes cassées et extrêmement. choqué. ....................(........................).................................. en entier sur : http://ldh-toulon.net/scenes-de-lynchage-en-gare-de.html
  10. bon, je crois que cela sera plus simple que chacun mettent des liens , des sources sur les différents infos parlant des déclarations du fhaine, des infos relatives aux différentes mises en examen du parti, de ses dirigeants ou président d'honneur, de ses élus ou militant, etc....... cela éviterai d'avoir plusieurs dizaines de topic sur le même sujet !! il y a un topic sur ""qu'est ce que le fn pour vous "" destinés aux frontistes et électeurs frontistes ! donc les frontistes allez y sur http://www.forumfr.c...t-national.html et expliquez nous sur ce topic là ce que vous en pensez ! les autres viendront sur ce topic donné des infos !!! celui ci serait comme une revue de presse !
  11. extrait Quatre hommes ont été reconnus coupables de «crimes racistes» mardi par un tribunal de Budapest et trois d’entre eux ont été condamnés à la prison à vie, pour une série de six meurtres de Roms, dont un enfant de cinq ans, en 2008 et 2009. Zsolt Peto et les frères Arpad et Istvan Kiss ont été condamnés à la réclusion criminelle à perpétuité pour avoir assassiné, donc avec préméditation, six Roms dans neuf attaques à la grenade, au fusil et au cocktail Molotov dans plusieurs villages du nord-est de la Hongrie, entre juillet 2008 et août 2009, qui avaient également fait cinq blessés graves. Le quatrième homme, Istvan Csontos, a été condamné à 13 ans de prison pour complicité: il avait servi de chauffeur aux trois autres, mais a nié avoir participé aux meurtres. Certaines attaques ont été particulièrement cruelles: un enfant de cinq ans et son père avaient été abattus au moment où ils tentaient de s’échapper de leur maison en feu. Dans une autre attaque, une femme avait été abattue pendant son sommeil. «Il est moralement inacceptable que des personnes se réunissent pour commettre des crimes dans le but d’intimider un groupe ethnique», a déclaré le juge Laszlo Moszori. Ces lourdes condamnations ont été prononcées sur fond de commémoration de l’Holocauste dont a été victime cette minorité toujours très stigmatisée en Hongrie et qui y représente entre 5 et 8% des 10 millions d’habitants. Le 2 août 1944, les nazis avaient massacré près de 3.000 Roms dans le camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau, situé en Pologne. Les quatre skinheads sont restés impassibles à la lecture des décisions des juges, tandis que des centaines de personnes s’étaient rassemblées au tribunal, sous haute surveillance policière, pour attendre l’issue de ce procès, qui est intervenue, à quelques jours près, quatre ans après la dernière de ces attaques (le 2 août 2009). «Leur couleur de peau était leur faute» lire en entier sur : http://www.liberation.fr/monde/2013/08/06/hongrie-les-quatre-accuses-coupables-de-meurtres-contre-des-roms_923117
  12. Un homme de 19 ans, habitant St-Forgeux, a été arrêté dans la nuit de mercredi à jeudi, rue des Estrées à Lyon 5e. Selon la police, il est soupçonné d'avoir commis une agression raciste, en compagnie de quatre individus qui ont réussi à prendre la fuite. Ils auraient frappé deux filles de 18 et 20 ans - dont l'une est d'origine africaine - et de les avoir aspergées de gaz lacrymogène. Selon la police, le mis en cause appartient à la mouvance identitaire. Le porte-parole de Rebeyne, les identitaires lyonnais, "condamne ce type d'agression", sans avoir connaissance des faits en question. Article mis à jour : après sa garde à vue, l'homme s'avère être un responsable du GUD. source : http://www.lyoncapitale.fr/Journal/Lyon/Actualite/Societe/5-hommes-contre-2-femmes-agression-raciste-a-Lyon-5e
×