Aller au contenu

Rechercher dans la communauté: Affichage des résultats pour les étiquettes 'Saint Pierre'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Merci de saisir les tags en les séparant par des virgules. Les tags permettent de retrouver rapidement un sujet. Indiquez les mots clefs important pour votre sujet.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Membres
    • Bienvenue
    • Trombinoscope
    • Près de chez vous
    • Célébrations
  • Actu et Débats
    • France
    • International
    • Société
    • Politique
    • Environnement
    • Economie
    • Sciences
    • Religion et Culte
    • People
    • Insolites
    • Actualités - Divers
  • Quotidien
    • Quotidien
    • Emploi
    • Amour et Séduction
    • Sexualité
    • Education et Famille
    • Santé
    • Etudes
    • Droits
    • Beauté - Mode
    • Animaux
    • Adozone
    • Aide aux devoirs
    • Inclassables
  • Culture
    • Cinéma
    • Arts et Artistes
    • Photographie
    • Philosophie
    • Musiques
    • Littérature
    • Histoire
    • Mangas
    • Théâtre
    • Langue française
  • Loisirs
    • Cuisine
    • Télévision
    • Séries
    • Chasse & Pêche
    • Voyages
    • Animés et Mangas
    • Auto - Moto
    • Jardinage
    • Bricolage et Déco
    • Esotérisme & Paranormal
    • Autres Loisirs
  • Informatique
    • Tutoriels
    • Hardware
    • Windows
    • Linux & Unix
    • Apple
    • Mobiles
    • Internet
    • Informatique - Divers
  • Jeux Vidéo
    • Central Jeux Vidéo
    • Jeux Online
    • PC
    • Xbox
    • PS3 / PS4
    • PSP / PS Vita
    • Wii / Switch
    • DS / 3DS
    • Jeux Mobile
    • Rétrogaming
  • Sports
    • Central Sports
    • Football
    • Rugby
    • Tennis
    • Basket
    • Sports Auto Moto
    • Sports de combat
    • Hand - Volley
    • Sports Extrêmes
    • Sports - Divers
  • ForumFr
    • Annonces
    • Aide et Suggestions
    • Recrutement
  • Sujets de Test Club
  • Deuxième forum de Test Club

Blogs

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Calendriers

  • Community Calendar
  • Évènements de Test Club

Catégories

  • Actualité
  • Humour
  • Cinéma
  • Sports
  • Musique
  • Divers
  • Vidéos de Test Club

Catégories

  • Actualité
  • Cinéma
  • Sports
  • Musique
  • Jeux vidéo
  • Langue Française
  • Histoire
  • People
  • Divers

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Twitter


Google+


Jabber


Skype


Website URL


Lieu


Intérêts

4 résultats trouvés

  1. Bonjour, Même les colombes de la paix ne sont plus épargnées. Dimanche matin, lors d’une messe donnée depuis la basilique Saint-Pierre au Vatican, deux colombes papales ont été violemment attaquées par une mouette et un corbeau. À peine lâchés par le pape François, lors d'un appel au dialogue en Ukraine entre les opposants au régime et le gouvernement, les deux oiseaux symbole de paix ont été attrapés au vol par deux autres volatiles, le tout sous le regard horrifié de milliers de pèlerins. L'une des colombes a réussi à se tirer des pattes du goéland, en y laissant quelques plumes. La deuxième aurait eu moins de chance selon CBS et la BBC. Après avoir vu la seconde colombe se faire attaquer par un corbeau noir, les journalistes de l'agence Associated Press ont perdu la trace de l'oiseau blanc.
  2. Bonjour. Quelques heures après l'annonce de la démission du pape, la foudre s'est abattue sur le dôme de la basilique Saint-Pierre à Rome. Une image qu'a réussi à immortaliser Filippo Monteforte, un photographe de l'AFP. Alors.... coïncidence ? ou Dieu rejette la démission..? :D
  3. Le pape délivre son message de Noël en bonne santé Vendredi 25 Décembre - 17:11 Benoît XVI a souhaité vendredi une heureuse fête de Noël à tous les peuples et à toutes les nations en 65 langues. Crédits photo: ABACA PRESS Victime d'une agression jeudi soir, lors de la messe de minuit dans la basilique Saint Pierre au Vatican, Benoît XVI a appelé vendredi à «s'engager» sur «le chemin d'une coexistence pacifique», dans sa bénédiction «Urbi et Orbi». Le Figaro.fr (avec agences) Suite de l'article... Source: lefigaro.fr
  4. Bonjour, Le 8 mai 1902, la montagne Pelée, en Martinique, entra en éruption, la plus meurtrière de tout le XX° siècle. Ci-dessous, les lieux avant et après la catastrophe. Jadis appelée la Montagne de Feu, ce sont les Français qui l'auraient baptisée la montagne Pelée après leur arrivée sur l'île au XVII° siècle , l'ayant découverte totalement dépourvue de végétation suite à une éruption justement : ************************************************************************************************************************** En l'espace de quelques minutes, la nuée ardente paroxystique du volcan détruisit entièrement Saint-Pierre, la plus grande ville de l'île, appelée aussi le "Paris des Isles" ou "petit Paris des Antilles", fauchant la vie d'environ 30.000 personnes et coulant une quinzaine de navires marchands. Cet évènement laissa dans le vocabulaire des vulcanologues le terme "péléen" : une éruption péléenne est un type d'éruption volcanique se produisant sur des volcans gris (type de volcan explosif) et caractérisé par l'émission d'une lave relativement visqueuse formant difficilement des coulées de lave. La lave s'accumule alors au point de sortie en un dôme de lave ou plus rarement en une aiguille de lave qui peuvent exploser ou s'effondrer en formant alors une ou plusieurs nuées ardentes accompagnées d'un panache volcanique pouvant s'élever à des dizaines de kilomètres en altitude. Il n'y eut que deux survivants : Louis-Auguste Cyparis, un prisonnier condamné au cachot pour tentative d'évasion, et protégé par l'épaisseur de ses murs lors de la catastrophe, et Léon Compère, cordonnier de son état, qui s'était réfugié au sous-sol de son échoppe, effrayé par la vision de fumerolles s'échappant de la montagne. *********************************************************************************************************************************************** Témoignage de Louis-Auguste Cyparis (photo ci-dessous), qui resta quatre jours et trois nuits dans son cachot sans manger, n'ayant pour boire que l'eau de pluie suintant à travers son grillage, avant que trois hommes, venus voir ce qui s'était passé, n'entendissent ses plaintes et ne le délivrent, le corps couvert de brûlures : "Il était huit heures ; on n'était pas encore venu m'apporter la ration du jour, quand tout à coup un bruit formidable se fit entendre, tout le monde criait au secours, je brûle, je meure. Au bout de cinq minutes, personne ne criait plus, excepté moi, lorsqu'une fumée se précipita avec violence par la petite fenêtre de ma porte. Cette fumée brûlait tellement que pendant un quart d'heure je sautais à droite, à gauche, en l'air, tout partout pour l'éviter. Après un quart d'heure, c'était un silence affreux. J'écoutais, criant de venir me sauver, personne ne répondait. Alors tout Saint-Pierre doit être écrasé sous le tremblement de terre, dans du feu." Après son sauvetage, certains mettront en doute son histoire, jusqu'à ce que le président de la cour d'appel de Martinique confirme son incarcération à la date de l'éruption. Gracié, il est engagé par le cirque Barnum aux États-Unis, où il exhibe ses brûlures et où on le présente faussement comme le seul rescapé de la catastrophe. Louis-Auguste Cyparis décède en 1929 à Panama, dans le plus grand dénuement, totalement oublié, l'année même où la montagne Pelée, qui l'avait rendu célèbre, connaît une nouvelle et violente éruption. *********************************************************************************************************************************** Ci-dessous, une photo d'une rue de Saint-Pierre avant l'éruption. Capitale économique et culturelle de la Martinique, cette ville était dotée d'une cathédrale, un théâtre, un lycée, un hôpital, une prison, une chambre de Commerce, des consulats étrangers, son propre journal : Les Colonies, un port où venaient s'ancrer des navires du monde entier, pour se charger du sucre et du rhum fabriqués dans les usines environnantes. Si sa destruction était inévitable, ses habitants et ses marins de passage auraient pu être sauvés en étant évacués par les nombreux bateaux stationnant dans sa rade. Le gouverneur local -L. Mouttet- s'y opposa cependant, préférant sous-estimer les menaces du volcan et n'envisager aucune mesure d'évacuation à l'approche du second tour des élections législatives partielles du 11 mai, appuyé par les notables locaux et les journaux qui, jusqu'au dernier jour, assurèrent la population qu'elle était hors de danger, malgré les signes avant coureurs d'éruption imminentes*. * Les signes avant coureur de l'éruption : On peut considérer que celle-ci commença en 1889 avec la présence de fumerolles intermittentes dans l'étant Sec, au cratère sommital. S'ensuivit : En février1902 : permanence et intensification des fumerolles sulfhydriques ; pas d'inquiétude. Mercredi 23 avril, début de la phase phréatique : séismes, grondements souterrains, pluie de cendres au sud et à l’ouest sur Saint-Pierre. Vendredi 25 avril : nuage de cendres ; en bordure de l'étang Sec, construction d'un cône de pyroclastite. Samedi 26 avril : les cendres couvrirent Saint-Pierre et les environs ; pas d'inquiétude. Dimanche 27 avril : l'étang Sec se rempli d’eau bouillonnante jaillissant du cône de pyroclastite dont la hauteur atteint 15 m ; forte odeur de soufre dans les rues de Saint-Pierre et à 10 km alentour ; premier tour des élections législatives. Mercredi 30 avril : dans la ravine Roxelane qui traversait Saint-Pierre et au nord dans celle des Pères, lahars charriant des rochers et des arbres arrachés au sommet ; les villages du Prêcheur et de Sainte-Philomène sont couverts de cendres. Vendredi 2 mai à 11 h 30, début de la phase magmatique : séismes, éclairs, violentes détonations ; soleil masqué ; la couche de cendres épaisse de plusieurs centimètres couvre toute la partie nord de la Martinique. Samedi 3 mai : le vent renvoie le nuage de cendres vers le nord, dégageant provisoirement Saint-Pierre ;séismes ; rupture du câble télégraphique vers la Dominique ; Dimanche 4 mai : retour et intensification des chutes de cendres ; toutes les ravines étaient en crue ; coupures des routes vers le nord ; début d’affolement et de départs. Lundi 5 mai : le matin, calme apparent du volcan ; chassés des hauts par l’eau et les cendres brûlantes, à l’embouchure de la rivière Blanche, invasion de l’usine Guèrin par des myriades de fourmis (fourmis-fous) et de scolopendres (bêtes-mille-pattes) venimeux, et dans les rues de Saint-Pierre, invasion de serpents fer-de-lance dont la morsure est mortelle - ~ 50 personnes et plus de 200 animaux tués ; le débordement de l’étang Sec produit un lahar (coulée boueuse d'origine volcanique) dans la rivière Blanche qui ensevelit l’usine Guérin sous plus de 6 m de boue brûlante – 25 victimes –, provoque un tsunami inondant les bas-quartiers de Saint-Pierre et coupant toutes les liaisons télégraphiques avec les îles voisines ; rupture du réseau électrique surchargé par les cendres humides. Mardi 6 mai : début de la formation du dôme au bord de la caldeira de l'étang Sec ; expulsion explosive continue de cendres incandescentes ; rade couverte d’un épais tapis de cendres, ponces et débris végétaux. Mercredi 7 mai : calme apparent, car l’obstruction du cratère par le dôme en surrection bloque l’expulsion des gaz et des pyroclastites, préparant l’explosion finale. Or si l'on continue à rassurer la population, ce jour-là, tout le monde n'était pas rassuré, bien au contraire. Par exemple, le capitaine Marina Leboffe du navire Orsolina de l'armateur napolitain Pollio Frères, étant un peu familier du comportement du Vésuve, refusa d'embarquer la moitié de sa cargaison de sucre, en dépit des protestations des expéditeurs, du refus des autorités portuaires et des menaces d'arrestation en disant : « Qui me les appliquera ? Demain, vous serez tous morts ! ». *********************************************************************************************************************************************** Après l'explosion du volcan, ce sont les États-Unis, plus proches des Antilles, qui furent le premier pays à intervenir. Ainsi, à la demande du président Theodore Roosevelt, le Congrès vota un crédit de 200 000 dollars, soit environ un million de francs, pour l'achat de vivres et de matières de première nécessité. Puis, 300 000 dollars furent alloués pour la survie des sinistrés. D'autres pays suivirent le mouvement d'aide humanitaire : le Royaume-Uni, la Russie, l'Allemagne, les Pays-Bas. Côté français, un comité d'assistance et de secours fut mis en place cinq jours après l'éruption, et une souscription nationale fut organisée sous la direction du ministre des colonies, qui aura récolté près de 10 millions de francs à sa dissolution, deux ans plus tard. Les réfugiés furent au nombre de 22 000 dont des dizaines de milliers à Fort-de-France. Ils y furent victimes du chômage, de la pauvreté et de l'insécurité. Les pouvoirs publics optèrent ainsi pour leur rapatriement dans les communes environnantes. Mais les routes vers Saint-Pierre, Basse-Pointe ou le Morne-Rouge étaient impraticables. Malgré le danger, le gouverneur intérimaire Georges Lhuerre, décida, toutefois, de renvoyer les rescapés chez eux dans les communes du Nord, le 5 août 1902. Il a été, en outre, décidé que les réfugiés ne recevraient aucun secours en nature de l'administration après la date du 15 août 1902. Source et aussi
×