Aller au contenu

Rechercher dans la communauté: Affichage des résultats pour les étiquettes 'Martine Aubry'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Merci de saisir les tags en les séparant par des virgules. Les tags permettent de retrouver rapidement un sujet. Indiquez les mots clefs important pour votre sujet.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Membres
    • Bienvenue
    • Trombinoscope
    • Près de chez vous
    • Célébrations
  • Actu et Débats
    • France
    • International
    • Société
    • Politique
    • Environnement
    • Economie
    • Sciences
    • Religion et Culte
    • People
    • Insolites
    • Actualités - Divers
  • Quotidien
    • Quotidien
    • Emploi
    • Amour et Séduction
    • Sexualité
    • Education et Famille
    • Santé
    • Etudes
    • Droits
    • Beauté - Mode
    • Animaux
    • Adozone
    • Aide aux devoirs
    • Inclassables
  • Culture
    • Cinéma
    • Arts et Artistes
    • Photographie
    • Philosophie
    • Musiques
    • Littérature
    • Histoire
    • Mangas
    • Théâtre
    • Langue française
  • Loisirs
    • Cuisine
    • Télévision
    • Séries
    • Chasse & Pêche
    • Voyages
    • Animés et Mangas
    • Auto - Moto
    • Jardinage
    • Bricolage et Déco
    • Esotérisme & Paranormal
    • Autres Loisirs
  • Informatique
    • Tutoriels
    • Hardware
    • Windows
    • Linux & Unix
    • Apple
    • Mobiles
    • Internet
    • Informatique - Divers
  • Jeux Vidéo
    • Central Jeux Vidéo
    • Jeux Online
    • PC
    • Xbox
    • PS3 / PS4
    • PSP / PS Vita
    • Wii / Switch
    • DS / 3DS
    • Jeux Mobile
    • Rétrogaming
  • Sports
    • Central Sports
    • Football
    • Rugby
    • Tennis
    • Basket
    • Sports Auto Moto
    • Sports de combat
    • Hand - Volley
    • Sports Extrêmes
    • Sports - Divers
  • ForumFr
    • Annonces
    • Aide et Suggestions
    • Recrutement
  • Sujets de Test Club
  • Deuxième forum de Test Club

Blogs

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Calendriers

  • Community Calendar
  • Évènements de Test Club

Catégories

  • Actualité
  • Humour
  • Cinéma
  • Sports
  • Musique
  • Divers
  • Vidéos de Test Club

Catégories

  • Actualité
  • Cinéma
  • Sports
  • Musique
  • Jeux vidéo
  • Langue Française
  • Histoire
  • People
  • Divers

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Twitter


Google+


Jabber


Skype


Website URL


Lieu


Intérêts

13 résultats trouvés

  1. Martine Aubry aurait-elle honte de sa politique communautariste pour ne pas l'assumer ? http://youtu.be/p120vbQlmI8
  2. Martine Aubry élue en 2012 Aura t'elle cette chance de remplacer SarKo? http://fr.news.yahoo.com/4/20100118/tts-fr...ry-ca02f96.html
  3. En 2012, Martine Aubry battrait Sarkozy Vendredi 21 Mai - 08:03 © KEYSTONE | Martine Aubry sera-t-elle la première femme présidente de la république française? France | La première secrétaire du Parti socialiste Martine Aubry battrait Nicolas Sarkozy au second tour de l'élection présidentielle de 2012, selon un sondage CSA pour La chaîne parlementaire. ATS Suite de l'article... Source: 24heures.ch
  4. Royal éreinte Hollande et Aubry le 07/09/2011 [/JUSTIFIER] [JUSTIFIER] La candidate socialiste de 2007 s'en prend violemment aux sondages et à ses deux rivaux de la primaire. « Le point faible de François Hollande, c'est l'inaction, assure Ségolène Royal au Figaro. Est-ce que les Français peuvent citer une seule chose qu'il aurait réalisée en trente ans de vie politique ? Une seule ? » Quant à Martine Aubry, Ségolène Royal fustige sa méconnaissance des campagnes. « Sa seule expérience électorale, c'est une législative perdue en 2002. Passer de rien à une campagne présidentielle, ce n'est pas facile », glisse-t-elle. Suite de l'article... Source: Le Figaro
  5. Amiante : "Cela prêterait à rire si l'on n'était pas face à une catastrophe sanitaire" Les victimes de l'amiante sont scandalisées par l'annulation des neuf mises en examen pour blessures et homicides involontaires dans ce dossier sulfureux. Opération de désamiantage de la tour Montparnasse, en 2007. © Pouzet / Sipa "C'est scandaleux. Avec cet arrêt, la chambre de l'instruction s'est disqualifiée", tonne Michel Parigot, vice-président de l'Andeva (Association nationale des victimes de l'amiante) sur les marches menant à la cour d'appel du palais de justice de Paris. En annulant ce matin les neuf mises en examen pour blessures et homicides involontaires dans le dossier de l'usine Ferodo-Valéo de Condé-sur-Noireau (Calvados), faits survenus dans les années 80, la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris a, encore une fois, balayé la procédure de la juge Marie-Odile Bertella-Geffroy. Dans un délibéré de 60 pages, elle rejette non seulement les éventuelles responsabilités des fonctionnaires - dont Martine Aubry -, mais également celle des membres du lobby financé par les industriels, le Comité permanent amiante (CPA). Elle considère, en effet, que "si le CPA était très actif, la réalité de son influence n'est pas démontrée" sur les pouvoirs publics. Les magistrats soulignent même son action positive à travers "sa volonté d'accompagner la prévention". Lire la suite (Le Point).
  6. Régionales: la gauche s'unit pour le second tour Mardi 16 mars - 14:38 © KEYSTONE | Martine Aubry, du Parti socialiste. france | Les partis de gauche ont annoncé mardi leur union dans presque tout le pays en vue du second tour des élections régionales dimanche. Ils espèrent ainsi confirmer, voire amplifier, la défaite de la droite. ATS Suite de l'article... Source: 24heures.ch
  7. Aubry-Royal: des «liens un peu distendus» dernièrement Jeudi 17 septembre - 18:03 Martine Aubry et Ségolène Royal, à l'ouverture de l'université d'été à La Rochelle, le 28 août (Stephane Mahe / Reuters) La première secrétaire du PS refuse la demande de son ex-rivale du congrès de Reims de porter plainte contre les auteurs d'un livre faisant état de fraudes lors du scrutin interne de novembre 2008. Libération.fr Suite de l'article... Source: liberation.fr
  8. le SCALP-REFLEXes est l' une des orgas qui connaît le mieux les ""fachos"" !! voici une petite analyse, juste avant la manif des ""fachos"" à Lille le 8 octobre 2011 : "" Salut, A l'occasion de la manif antifa à Lille samedi, le groupe Scalp Paris et le revue REFLEXes ont réalisé un 4 pages sur la situation actuelle de l'extrême droite française. Voici le texte du tract ainsi que le schéma (en pièce jointe) representant les alliances et forces actuelles de ces mouvements. L'EXTRÊME DROITE : MIEUX LA CONNAITRE POUR MIEUX LA COMBATTRE Présentation des principaux groupes nationalistes français À quoi ressemble l’extrême droite aujourd’hui ? Quelle est la place du Front national ? Combien de groupes y a-t-il à sa marge, et que représentent-ils vraiment ? Pas facile aujourd’hui de répondre. Face à une extrême droite en perpétuelle évolution, cherchant de plus en plus souvent à brouiller les cartes pour mieux se refaire une virginité et apparaître plus forte qu’elle ne l’est, il vaut mieux connaître les histoires, les alliances et les positionnements de ces différents mouvements pour mieux anticiper leurs actions et leurs politiques. Le schéma que vous trouverez aux pages suivantes, ainsi que les repères historiques ci-dessous, permettent d’y voir plus clair. L’extrême droite à l’automne 2011 apparaît comme extrêmement morcelée, avec un nombre de groupuscules et des alliances parfois contre-nature entre certains courants ou groupes politiques. Cela s’explique par une grande confusion idéologique qui règne dans le milieu nationaliste. À travers cet organigramme, qui ne peut qu’être éphémère, nous avons tenté de dresser le bilan de cette extrême droite, en terme d’alliance et de positionnement, afin de permettre à chacun(e) de s’y retrouver. Avec les présidentielles de 2012, il y a pourtant fort à parier que la situation exposée ici aura évolué d’ici quelques mois, probablement avec des rapprochement inédits. Nous avons essayé d’être les plus exhaustifs possible, mais en ne nous intéressant qu’aux partis et groupuscules ayant une activité, même réduite, dans le monde réel et pas seulement sur internet, et de ce fait pouvant représenter un danger physique ou politique pour les militants. Ainsi, nous avons volontairement mis de côté les sites internet comme François de Souche, à l’audience proche de certains grands sites d’info, mais dont l’activité se limite finalement au relais d’informations sur des faits divers glanés ici et là et à la libre expression d’un racisme qui trouve là son exutoire. Mais pour bien comprendre la situation actuelle, il est nécessaire de replacer cette distribution des rôles dans une perspective historique : car si la très grande majorité des groupes nationalistes ici présentés sont nés dans les années 2000, ils sont tous, de par l’histoire de leur formation ou celle de leurs dirigeants, ancrés dans l’histoire contemporaine de l’extrême droite telle qu’elle s’est construite à partir des années 1980, avec l’émergence du FN. Les années 1980-1990 Si aujourd’hui une chatte n’y retrouverait pas ses petits, du début des années 1980 au début des années 2000, l’extrême droite française était organisée de façon assez simple. Le Front National (FN), qui regroupait plusieurs familles de la mouvance nationaliste (catholiques, anciens de l’Algérie française, nostalgiques du fascisme et du nazisme, anticommunistes, ultra-libéraux…) occupait la plus grande partie de l’espace politique et public de ce courant de pensée, laissant à sa périphérie divers groupuscules dont la marge de manœuvre était très limitée : l’Œuvre française, le GUD, le Parti Nationaliste Français et Européen (PNFE), Troisième Voie, Unité Radicale (UR)… Si certains finissaient par rallier le FN, d’autres choisissent la surenchère idéologique et la violence comme moyen d’expression, voir le terrorisme (cf. les attentats du PNFE contre des foyers Sonacotra). La mainmise de Le Pen sur le FN et sa réussite médiatique ne laissent alors que peu de place à une autre personnalité ou mouvement venu le concurrencer, obligeant les autres formations à se soumettre ou à engager une longue traversée du désert. Le FN connaît ses meilleures années au milieu des années 1990, que ce soit sur le plan électoral ou au niveau de son appareil militant. C’est alors une machine de guerre, avec un service d’ordre composé en grande partie d’anciens professionnels de la sécurité, mais surtout avec de nombreux militants capables de se mobiliser pour n’importe quel événement. Les années 1990 sont également marquées par une recrudescence de la violence d’extrême droite, avec plusieurs morts, les victimes étant toutes des Français d’origine étrangère. Plusieurs militants du FN sont impliqués dans des meurtres à caractère raciste. La fin des années 1990 marque la fin de l’hégémonie du FN sur l’extrême droite française, avec en 1998 la scission provoquée par Bruno Mégret, alors n°2 du FN, qui quitte le parti avec de très nombreux cadres et militants pour créer une nouvelle structure, le Mouvement National Républicain (MNR). Cette brèche, ouverte dans la suprématie frontiste, permet à certains mouvements nationalistes de récupérer des cadres et militants du parti lepéniste, déçus par les tensions existant entre le FN et le MNR. Les années 2000 Le 11 septembre 2001, le conflit israélo-palestinien et l’émergence de certains communautarismes radicaux bouleversent profondément le champ politique à l’extrême droite, avec d’un côté une extrême droite traditionnelle, restant sur ses bases, et de l’autre des mouvements prêt à passer ponctuellement des alliances inédites : on voit alors des groupes nationalistes s’allier avec militants en perdition venus de la gauche (Dieudonné, Riposte laïque) ou se prétendant venir de la gauche (Alain Soral). Parallèlement, l’émergence de Marine Le Pen à la tête du FN et ses orientations stratégiques ont entraîné un important désintérêt des jeunes d’extrême droite et des militants nationalistes radicaux pour le FN, même si le parti, surtout lors des périodes d’élections, attise toujours les ambitions et les intérêts de nombreux nationalistes. Alors que le parti n’est plus capable de recouvrir les murs des villes de France d’affiches ou de mettre dans la rue des milliers de gens comme par le passé, faute de militants de terrain, le FN enregistre de nombre uses adhésions de sympathisants, qui ne sont cependant pas prêts à se salir les mains. La nouvelle stratégie du FN version Marine est basée essentiellement sur les médias. Bête médiatique comme son père, Marine est présente quotidiennement à la télé ou la radio. Elle a réussi à rallier à elle des personnalités médiatiques comme Gilbert Collard, ce que son père n’avait jamais réussi à faire. En interne, elle organise la chasse aux sorcières de tous ceux et celles qui pourraient s’opposer à elle ou dont les positions trop radicales pourraient la gêner dans sa quête médiatique et politique de normalisation du FN. NOTRE ANTIFASCISME La lutte antifasciste se résume trop souvent à une simple opposition à l’extrême droite, ce qui l’empêche de prendre une véritable dimension politique. Pour nous, l’antifascisme se définit avant tout par des pratiques : l’information, la confrontation, la solidarité. Mais l’expérience nous a appris que certains principes sont fondamentaux, car tout antifascisme cohérent ne peut être qu’autonome, révolutionnaire et internationaliste. L’antifascisme n’est à nos yeux ni une posture, ni une position de principe, mais quelque chose de dynamique, un engagement réel. Il existe bien des façons de lutter contre l’extrême droite, à condition de n’en négliger aucune. Informer C’est un préalable à tout travail antifasciste, tant l’extrême droite est un objet de fantasmes. Presque toujours sous-estimée ou surestimée, l’extrême droite provoque chez ceux qui s’y confrontent à la fois un sentiment de rejet viscéral et de fascination, deux réactions compréhensibles, mais qui ont tendance à développer respectivement la mauvaise foi et l’extrapolation. C’est également un sujet sur lequel il est permis de dire n’importe quoi, puisque tout serait bon pour lui nuire. Pour les médias de masse, l’extrême droite est avant tout un sujet à scandale : c’est donc surtout sa violence, son folklore et sa marginalité qui sont mis en avant. Dans les publications militantes, l’extrême droite est souvent présentée comme une absurdité politique, dont le discours et les pratiques sont avant tout stupides et « haineux », ou comme l’incarnation du mal absolu. Ce travail de recherche d’information se fait à plusieurs niveaux : dans la presse, en particulier locale, dans les publications universitaires ou politiques, mais aussi et surtout sur le terrain, en collectant des informations à la source. C’est ce travail de terrain qui permet aussi de contourner la contre-information que fait l’extrême droite sur ses propres activités, en particulier sur Internet. Une fois l’information collectée et traitée, il reste à la diffuser, afin de tenter de contrecarrer cette désinformation et de dissiper les représentations erronées. S’opposer Mais la simple dénonciation ne suffit pas, et ce n’est d’ailleurs pas l’objectif du travail de recherche antifasciste. Son but est de permettre à l’action antifasciste de définir des objectifs à la fois pertinents et réalistes, d’apprécier le rapport de force et d’utiliser les moyens les mieux adaptés. Il est évident que tous les moyens d’actions (manifestations, harcèlement, attaques directes, campagnes de presse...) ne se valent pas selon le groupe ciblé (parti institutionnel comme le FN, groupes informels violents, associations religieuses…) et l’objectif visé (provocation, dénonciation, interdiction…). Mais réfléchir sur l’utilisation des moyens ne veut pas dire hiérarchiser ces différentes formes d’actions, en opposant par exemple actions publiques non violentes et actions de rue plus radicales. La question de la violence ne doit pas être prise comme prétexte pour moraliser l’antifascisme, et condamner les antifascistes qui s’opposent physiquement aux fachos, au nom d’un consensus mou qui assimile légitimité et légalité. Cependant, les affrontements de rue, vus de l’extérieur, peuvent donner l’idée que fascistes et antifascistes sont deux groupes antagonistes uniquement préoccupés l’un de l’autre. C’est pourquoi il faut toujours lier la confrontation avec l’extrême droite à d’autres formes de lutte. L’action directe n’empêche d’ailleurs pas la démarche unitaire, à condition qu’elle ne soit pas une simple alliance de circonstance. Être solidaire Enfin, la lutte antifasciste ne se définit pas uniquement par rapport aux activités de l’extrême droite : elle doit aussi se montrer solidaire, non seulement à l’égard des victimes de l’extrême droite, mais aussi entre les antifascistes eux-mêmes. Organiser la solidarité antifasciste est une nécessité, car comme toutes les luttes de résistance, elle se retrouve en butte à la répression et ce d’autant plus qu’elle est parfois, par la force des choses, à la limite de la légalité. Cette solidarité passe bien entendu par un soutien concret en cas de poursuites judiciaires mais pas seulement. Car la solidarité antifasciste ne doit pas s’organiser uniquement face à la répression, mais aussi en multipliant les rencontres et les actions communes, afin de permettre aux groupes antifascistes de partager des informations et d’échanger sur leurs pratiques, mais aussi de se rencontrer afin de mieux se connaître ; c’est une autre façon de montrer à l’extrême droite qu’une résistance organisée se met en place et que les antifascistes ne sont pas isolés. Autonome, révolutionnaire et internationaliste Lutter contre l’extrême droite, d’accord, mais pas n’importe comment. En premier lieu, notre antifascisme est autonome, à l’égard de l’État comme des partis électoralistes. La société française contemporaine s’est constituée, à la Libération, sur l’antifascisme, et pour cette raison tous les partis politiques sont « antifascistes ». Pour affirmer sa distance à l’égard de cet antifascisme républicain et pour être capable d’analyser l’extrême droite dans toutes ses dimensions (et pas seulement comme simple ennemi de la démocratie libérale), notre antifascisme est très clair sur ses positions quant aux opérations répressives de l’État contre l’extrême droite : toutes les opérations policières contre les groupes fascistes peuvent tout aussi bien être utilisés contre d’autres contestataires, en l’occurrence les antifascistes eux-mêmes. Les procédures judiciaires (interdiction, dissolution…) ne sont pas des armes politiques au service de l’antifascisme, mais des outils au service de l’État qui protège ainsi le modèle de société qu’il représente. De même, le vote n’est pas une arme efficace contre l’extrême droite, car il délègue à d’autres le soin de lui faire barrage : pas question de signer un chèque en blanc aux partis de droite comme de gauche qui ont montré des années durant de quelle façon ils recyclaient les idées du Front national une fois arrivés au pouvoir. Ensuite, notre antifascisme est révolutionnaire : être antifasciste aujourd’hui dans nos sociétés libérales, c’est placer la critique de l’État et du capitalisme au cœur de l’analyse du processus de fascisation. L’antifascisme est donc le pire produit du fascisme s’il ne vise que l’ennemi désigné par l’État libéral : pour mener un antifascisme digne de ce nom, il faut donc que sa fin et ses moyens soient clairement replacés dans un projet global de changement social. À nous de trouver, à partir de là, les formes de lutte les plus susceptibles de leur infliger un maximum de dégâts. Enfin, notre antifascisme est internationaliste, car c’est évidemment la meilleure réponse aux logiques nationalistes : abolition des frontières, libre circulation, solidarité internationale, rejet des logiques de guerre, telles sont les revendications indissociables de notre lutte antifasciste. L’extrême droite se développe dans chaque pays de façon différente, parce qu’elle est le produit de la société qui la voit naître : c’est par la connaissance de la diversité des situations que l’on peut mettre en perspective sa propre situation, les enjeux de l’antifascisme ici et là-bas et organiser des réseaux de solidarité antifasciste internationale SCALP PARIS - 21ter, rue Voltaire 75011 Paris -"" Voilà donc un beau document !!! j' espère que nous pourrons en discuter sans insultes !!!allez des arguments, des sources d'infos, des articles contradictoires, des vannes mais pas d'insultes !!!! HEU MAIS ILS OÙ ? MAIS ILS SONT OÙ ?? MAIS ILS SONT OÙ LES FACHOS ????? -http://nord-pas-de-c...--70675657.html
  9. Hollande a été élu par la majorité des français sur un programme qui se veut social. Il est en fait social-démocrate, c'est-à-dire de centre-gauche, à l'allemande. Seulement cette majorité qui l'a désigné par les primaires comprend une large représentation des français, mais y compris ceux qui ne sont pas de gauche. Les primaires du Ps ont désigné Hollande comme seul bon pour être président, à défaut des autres candidats plus à gauche que lui, comme par exemple Martine Aubry, ou DSK. Nous, français, depuis longtemps avec le système social en place depuis l'après-guerre, nous sommes actuellement majoritairement pour le socialisme. Pourtant, nous semblons frileux quand il s'agit de tourner la barre à gauche-toute. Est-ce par peur de ce qui est arrivé dans les pays de l'est avec le communisme ? Mais peut-on nous accorder d'être vraiment de gauche sans forcément le réduire au communisme ? N'y a-t-il alors aucune alternative véritablement à gauche par rapport à ce qui nous est proposé en France ? Personnellement, j'ai du mal à rentrer dans la case "socialiste" quand je vois le gouvernement Valls mettre en avant l'austérité. Et que dire de Macron quand on voit qu'il est largement compromis avec la Capital bien en place ? Autant de questions, et pourtant pas de réponses dans un paysage politique français qui n'ose pas être vraiment de gauche. Mais peut-être avez-vous une solution ?
  10. Amiante : Martine Aubry mise en examen 06/11/2012 « pour homicides et blessures involontaires » ... C'était il y a deux ans à Lille. Martine Aubry, entendue comme témoin par les gendarmes le 28 janvier 2010, se félicitait "que la justice ait pris à bras-le-corps ces enquêtes sur l'amiante". Elle promettait d'ailleurs, pour "les victimes et leurs familles", de répondre à toutes les questions qu'on pourrait lui poser pour "contribuer" à comprendre "ce qui s'est passé", lorsqu'elle était directrice des relations du travail, de 1984 à 1987. L'ancienne première secrétaire du Parti socialiste n'imaginait pas alors que ce dossier, l'un des plus grands scandales de santé publique du XXe siècle, la rattraperait à son tour. Pis, qu'on la suspecterait d'avoir été à la solde des lobbys industriels de l'amiante. La juge Marie-Odile Bertella-Geffroy, qui l'a mise en examen, mardi 6 novembre "pour homicides et blessures involontaires" dans l'une des enquêtes de l'amiante, estime pourtant que Martine Aubry aurait "causé involontairement et indirectement la mort" de dizaines de salariés et en aurait blessé des centaines d'autres... Suite de l'article... Source: Le Monde
  11. Mme Aubry : "le résultat est sans appel, je lance la rénovation" Vendredi 02 octobre - 12:42 La première secrétaire du PS, Martine Aubry, le 30 août 2009 à La Rochelle. AFP/XAVIER LEOTY Pus soulagés que ragaillardis, les dirigeants du Parti socialiste se sont félicités vendredi des résultats de la consultation interne organisée le 1er octobre et qui a mobilisé un adhérent sur deux. Par Jean-Michel Normand Suite de l'article... Source: lemonde.fr
  12. PS : Aubry a lancé la rénovation Dimanche 13 septembre - 16:00 © Reuters Le parti socialiste a lancé sa rénovation samedi. Mais la polémique sur les fraudes présumées lors du Congrès de Reims plane toujours. Suite de l'article... Source: europe1.fr
  13. L’incident fait désordre. Dimanche, un rodéo s’est invité en marge du défilé militaire du 14 Juillet de Lille et a créé du chambard. Pas moins d’une vingtaine de scooters, motos ou quads ont débarqué vers 18 h en plein centre-ville. Le bruyant cortège s’est notamment illustré place Richebé, à quelques mètres de la tribune officielle où Martine Aubry, le préfet, le procureur et de nombreuses autres personnalités se trouvaient pour regarder le défilé. « Ça a duré une minute. Ils roulaient en klaxonnant, avec des accélérations. Certains étaient à deux sur les engins, d’autres faisaient des wheelings. Beaucoup n’avaient pas de casque », confirme l’un des officiels présents en tribune. Un autre ajoute : « Il y a aussi eu des doigts d’honneur et des insultes, parfois du zigzag à proximité de passants ou policiers. » ... L'article en intégralité sur le site de la Voix du Nord ET LES SENTENCES PRONONCÉES EN COMPARUTION IMMÉDIATE... Rodéo du 14 Juillet à Lille : un jeune condamné à 8 mois de prison avec sursis ... Présentés mardi après-midi en comparution immédiate, Younes A. et Yacine B., 19 ans tous les deux, semblent avoir mal vécu la première garde à vue de leur existence. Ils n’ont jamais été condamnés et ne se connaissent pas. Yacine B. affirme être totalement étranger aux faits. « J’arrivais des Bois-Blancs et je rentrais chez moi, à Fives. » Selon son avocate, Me Anne Nappez, on ne peut guère lui reprocher que la conduite sans casque et deux feux tricolores brûlés. Le cas de Younes A. est un peu plus complexe. Il était bien avec la meute mais à son insu, assure-t-il. « Quand j’ai vu passer les engins, j’ai décidé de les suivre. Je ne savais pas ce qui allait se passer. » Il ajoute n’avoir jamais eu l’intention de perturber le défilé de la fête nationale. Il rêve de faire des études de droit. Me Jean-Yves Moyart, son avocat, résume les faits avec humour. « Il a voulu faire le c... avec son scooter. J’ai moi même fait la même chose quand j’étais jeune, mais c’était au guidon de ma Peugeot 103. » Évidemment, telle n’a pas été la vision du procureur, qui auparavant avait stigmatisé cette horde semant le désordre au milieu des familles et des enfants. Christophe Gourlaouen avait requis 8 mois dont 4 avec sursis contre Younes A. et 4 mois avec sursis contre Yacine B. Au final, les deux sont condamnés à 8 mois avec sursis pour le premier et 500 € d’amende pour le second. L'article intégral sur le site de la Voix du Nord
×