Aller au contenu

narcejo

Membre
  • Contenus

    627
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de narcejo

  • Rang
    Forumeur forcené
  • Date de naissance 03/22/1979

Informations Personnelles

  • Pays

Visiteurs récents du profil

2730 visualisations du profil
  1. Je pense que les confitures vont avoir un drôle de goût "après"... Le confinement passé, je sens que je vais le regretter, mais bon, forcément ça va arriver.
  2. narcejo

    ecrire un mail

    De toute façon, en droit des obligations, confinement = force majeure. Evidemment que ça dispense de certains dommages-intérêts. Par exemple, une mise en demeure que je reçois toujours pas, puisque L.R. avec A.R , eh bien, tant que je renvoie pas l'accusé de réception. Hein, eh ben... Disons, le confinement a pas que ses inconvénients. Après, juridiquement, pour répondre au sujet, effectivement un mail vaut un courrier.
  3. narcejo

    ecrire un mail

    Là, le problème, si je comprends bien, c'est que vous payez double : l'ancien et le nouveau logement. Alors, je sais pas, vraiment c'est à cause du confinement ? J'ai entendu des blagues comparables en attendant de faire les courses par chez moi, mais je croyais que c'était une blague.
  4. Ce qui me fait penser au film la guerre des mondes, avec Tom Cruise. C'était inspiré du livre de H.G Wells, mais à la fin c'est un virus terrien qui avait vaincu les martiens. Là, avec le nouveau virus, on a même pas l'espoir que la température ambiante, fortes chaleurs (genre l'été dernier), gros hiver, ou autre, vienne à bout. J'ai lu quelque part, en effet, qu'il allait devenir saisonnier, ce virus, dans les années à venir. J'ignore le crédit à accorder à cet optimisme, m' enfin.
  5. narcejo

    question

    Je crois qu'au départ, avant d'être épinglés, ces sujets avaient été ouverts par des forumeurs. Ensuite, comme ils étaient bien faits, ils sont devenus un peu le lieu d'asile des modérateurs et modératrices dans un monde de fous, là où on peut souffler, se décharger du stress d'une pénible journée. Ensuite, comme le staff avait des amis, ceux-ci les ont rejoints, et puis de fil en aiguille, ils ne risquent plus de se retrouver dans la corbeille du forum, au contraire des autres sujets, ouverts, trop anciens, où tout le monde a déjà posté si bien que c'est utile d'enregistrer nos messages chez nous, en guise de sauvegarde, au moins quand les anciens sujets disparaissent, on en ouvre d'identiques avec la nouvelle vague des forumeurs (au bout d'un intervalle de temps).
  6. narcejo

    Le carnaval

    Devant de la liberté la statue Mon mouchoir, palimpseste de ma journée, Au panier, l'âme des amoureux Ne connaît pas l'asthme C'était une tentative de Haïku A la pensée de Rio (de Janeiro, mais un prénom aussi : n.d.p*) Sur mes pensées je mets un tutu. Vivement les roulés de printemps, les pelles, le vrai printemps aussi Qu'on se roule, comme des chatons, sur la place du troc a des rots (la place près de la Tour Eiffel, à Paris). (* n.d.p = note du poète.)
  7. (conversation-régal à l'heure du thé) Ginette : Ton fils est toujours « nez » chez Dior ? Genevieve : En fait, il a perdu le goût de son métier. Ginette : Ah. Une des conséquences de l'épidémie. (note de l'auteur : la perte de l'odorat et du goût pendant un an faisaient partie des symptômes des « porteurs sains » durant la pandémie de Covid.) Genevieve : Au moins il a pas perdu le goût du sport. Autrefois, il n'aimait pas les vestiaires des sportifs, trop d'odeurs de chaussettes et de pieds. Ginette : Moi, si je pète dans l'ascenseur, pour monter au bureau, j'observe les mines des autres : personne n'ose ironiser. Genevieve : Au début de l'épidémie Robert m'amenait souvent dans les restaurants, je me souviens même le dernier Chinois... Ginette : Un romantique, ton Robert. Genevieve : Oui, nous avions même cessé de faire l'amour durant une semaine : même avec des préservatifs. Ginette : Hum. J'ai empêché mes amants d'exercer leur droit de retrait. Bien sûr, je ne pratiquais pas tout ce qu'on voit dans les films : rien que des trémolos de plaisir dans ma bouche. Genevieve : Quels films tu regardes ? Ginette : Laisse tomber. Genevieve : Le plus embêtant, c'est qu'on était pas dégoûtés quand ça concernait juste l'autre bout du monde. Ginette : Tout un relationnel à revoir. Les masques étaient utiles, finalement. Genevieve : On fait comme les Anglais. Là c'est « l'heure du thé » comme ils disent. Servi à la Japonaise, c'est délicieux. Ginette : Tout un art. Genevieve : Ta fille fait toujours les courses pour toi ? Ginette : Oui, c'est une ado. Elle travaille à temps partiel pour une grande enseigne, ils prélèvent à la source. Genevieve : En parallèle de ses études, il y a du travail du côté des profs. Ginette (petit rire) : Moui. Elle veut devenir chercheuse. Genevieve : Au moins, l'année de la pandémie, ils ont eu une année sabbatique. Ginette : Il serait temps qu'on se remarie, toi et moi. (note de l'auteur : Genevieve et Ginette sont atypiques : ceci n'est qu'une fiction, dans leur univers elles étaient deux mères célibataires bien avant les événements). Genevieve : C'est comme le vélo, ça ne s'oublie pas. Ginette : Tu as bien fait d'appeler ton fils Roméo. Genevieve : Ta fille qui s'appelle Juliette, dommage qu'ils se soient séparés. Ginette : Leur idylle a duré. Au moins, ils étaient confinés ensemble. (note de l'auteur : ceci explique cela) Genevieve : L'humanité s'en remettra. Viens, au pied, Hector ! (le petit caniche s'approche de sa maîtresse). Ginette : Achille, viens léchouiller la joue de maman ! (l'autre petit caniche s'approche de sa maîtresse respective). Genevieve : Cela va être l'été, les rhumes des foins, les allergies... Ginette : Oui, je souffrais d'une bronchite avant l'épidémie. Cela m'a bien aidée... Genevieve (surprise) : En quoi ? Ginette : Ben... Quand je toussais, le livreur m'apportait le journal. (dernière note de l'auteur : aucun rapport) Genevieve : Le thé était excellent, je te souhaite la santé ! Ginette : Comme d'habitude, ce sera un honneur de se revoir la prochaine fois. Genevieve : Donc à plus. Ginette : Comme ils disent désormais dans les réseaux sociaux. Atchoum.
  8. Je suis séduit par l'idée, mais malheureusement quand on a un petit frigo, on sait en général quand le lait prend le goût de tel ou tel autre trucs, et puis sinon il y a les boîtes de conserves, justement conçues avec de longues dates de péremption pour éviter les désagréments. Et, généralement, quand on fait les courses quelquefois, disons que l'habitude conçoit un moule dans lequel on se coule, la plupart du temps on ne réfléchit pas. Je vois donc cela comme quelque chose que doivent utiliser les gestionnaires de stock dans les magasins. Aussi bien un tel dispositif existe donc déjà.
  9. narcejo

    La paille et la poutre

    Tant qu'on paye pas la poutre avec des paillettes.. J'aime bien ces expressions qui résistent aux temps, alors qu'à la base, aussi bien, ça provenait juste de la vision vraie, et triviale, de la chose, en fait.
  10. Indolore. (si c'est ça, la douleur de ce nouveau virus, j'en redemande, r.a.s au niveau de la tête)
  11. Les mêmes qu'à l'époque des Mayas ? Vous n'en trouberezz pas . Le génie saute une génération. Même pour des stupides 1
  12. Honnêtement, je suis un piètre écrivain. La dernière fois, un tremblement de terre, tout près de chez moi. Du coup, j'ai plus la moindre ambition. A part sauver des vies, en devenant médecin ou infirmière, le prochain coup. Chaque fois, le couvre-feu me provoque des trucs psychosomatiques. Je ne nie, je suis très vulnérable à l'angoisse en général. Le commérage, un loisir ? Ben.... plu tard, comme je dis toujours, on verra bien.
  13. Mais c'est clair qu'elles ont ont un droit de retrait. Je veux, dire, limite, à leur place, je l'ai déjà pris. Bien sûr, à la fin, il y a un choix : continuer de sourire bêtement aux clients comme si c'était la première fois qu'on les voyait. Ou bien, je sais pas.... Bref, elles et ils aussi espèce de mysogine, vous avez un droit de retrait... Mais je veux, dire, limite ça eut dû être la première étape. Ce que je veux dire, je protège celles que je connais après les autres... Non, mais vous avez jamais connu la fin du monde ça se voit... Putin, qu'est ce que l'humanité ferait si on revenait aux bases : l'instinct, etc....
×