Aller au contenu

Tournicoti_

Membre
  • Contenus

    45
  • Inscription

  • Dernière visite

1 abonné

À propos de Tournicoti_

  • Rang
    Forumeur balbutiant
  • Date de naissance 07/27/1912

Informations Personnelles

  • Sexe
    Femme
  • Pays

Visiteurs récents du profil

588 visualisations du profil
  1. Heu... au contraire c'est un mec poli. Quand il est à côté de toi en classe il discute. Ce n'est pas tous les mecs qui font ça aux filles. Par contre il n'est pas amoureux de toi car s'il l'était vraiment il viendrait te voir en dehors des cours (pauses, self) etc. Moi je pense qu'il est neutre avec toi. Il te voit comme une personne avec qui discuter c'est tout. Je n'aime pas ces gens qui répondent "il est amoureux de toi" "il est timide" Non non et non ! Arrêtez de vouloir faire croire n'importe quoi pour faire plaisir. Quand un garçon aime une fille, il fera tout pour se rapprocher d'elle ! Peut être pas à l'école mais en BTS si ! En plus la il l'a connait, il sait qu'elle est sympa, ils discutent bien ensemble à certains cours. Je ne vois pas en quoi il serait timide avec elle puisqu'elle est sympa avec lui. (accessible) Je te conseille de laisser tomber ce mec avant qu'il ne s'aperçoive de quelque chose et qu'il essaie de jouer avec toi !
  2. Bon voilà j'ai bien réfléchi.. je vais faire une demande d'orientation professionnelle vers une association qui permet aux personnes qui ne sont pas bien psychologiquement de travailler en entreprise adaptée et en Esat hors les murs. En attendant, je vais peut être faire une formation dans l'administratif à côté de la fac : employé administratif et d'accueil. Comme ça je validerai un petit diplôme, je rentrerai en entreprise adaptée ou en esat hors les murs ensuite ^^ J'ai été orientée également vers un crp mais ça met trop de temps pour moi pour y rentrer... je dois normalement y rentrer en mars... Oui je m'étais déjà renseignée sur les métiers en lien avec les animaux notamment celui ci. J'aime bien les animaux mais il y a des animaux qui m'impressionnent... Je m'étais renseignée sur le métier de femme de chambre qui est un métier de nettoyage. Il y a du rendement et il faut supporter les patrons pas sympa dans l'hôtellerie.
  3. Tournicoti_

    films de Noël

    Sissi l'impératrice
  4. Bonjour, J'ai 24 ans et je ne sais pas quoi faire de ma vie et ça me déprime. Tous les jours je fais des recherches sur l'orientation. Grâce à Pôle emploi je vais à des réunions d'informations sur des secteurs de métiers et pour l'instant aucun n'a réussi à me capter. Le problème c'est qu'il y a plein de métiers attirants au départ et que lorsqu'on est confronté à la réalité, c'est tout autre. Je crois que je vais faire une dépression. A chaque fois on me pose la question "quels sont tes centres d'intérêts" mais ça ne sert à rien. J'aime la musique, la photographie, la coiffure, les animaux, l'histoire. Je ne vais pas exercer un métier la dedans c'est impossible. En plus je dois tenir compte de mes problèmes de santé : je souffre d'un problème psychique et je ne peux pas me permettre d'exercer un métier où un patron me rabaisse, me manque de respect, ou mes collègues ne sont pas sympa car je sais pertinemment que je ne tiendrai pas. "Ni roi ni maître" pour moi. Je passe en revu tous les métiers mais aucun ne me correspond vraiment. J'ai déjà fait des stages dans plusieurs secteurs et aucun de ces secteurs ne m'a convenu. Je suis une licence de Lettres modernes mais ça ne me plait pas. En faite je suis soit attirée par les métiers manuels comme la couture, la céramique, la coiffure. Le problème c'est que je me suis rendu compte à travers des stages que j'ai fait que je n'étais pas manuelle mais plutôt intellectuelle. Et enfin je suis attirée par des métiers, des formations où il y a surtout des garçons : bois, métiers en lien avec les plantes, boulangerie-pâtisserie-chocolaterie, gestion et protection de la nature etc (je ne suis pas spécialement passionnée par ces métiers en plus). Sinon c'est vrai que je me rends compte que j'adore voyager, changer d'endroits pour vivre. On m'a souvent parlé du Tourisme le problème avec le BTS Tourisme ce sont les langues. Sinon j'aimerais bien travailler par exemple dans une boutique, être gestionnaire de stocks ou employé de commerce dans une boutique mais je ne veux pas faire de vente. Alors les gens me disent que je suis encore jeune, que j'ai le temps, qu'on ne trouve pas sa voie tout de suite et que plein de personnes changent d'orientation. En faite mon problème c'est que je n'ai pas d'amis, les filles ne m'aiment pas en général et moi je déteste les garçons. Je préfère être amie avec des filles et adresser la parole aux filles. Alors c'est difficile de s'insérer dans la société quand on est toujours tout seul et qu'on a personne à qui parler. Après comme j'ai un problème psychique je pourrais toujours travailler en esat pour handicap psychique mais j'ai l'impression que si je fais ça, ça ne va pas me valoriser même si c'est un tremplin vers le milieu ordinaire. Je ne suis pas spécialement empathique pour le social/la santé. Je ne suis pas scientifique mais plutôt Littéraire sans être passionnée par la lecture. Je suis introvertie mais j'aime le contact. J'ai besoin d'un métier où je vois du monde sans trop de collègues. Enfin voilà, aujourd'hui je travaille sur l'élaboration de mon projet professionnel avec un organisme pour faire une formation mais aucune formation ne se décante. J'ai fait un test sur parcouréo et ça me sort "Gestion-encadrement". Toutes les expériences de bénévolat que j'ai faite ou commencé à faire ce sont soldées par des échecs. Voilà j'aurai besoin de conseils. Comment arriver à trouver sa voie ? Comment arriver à trouver une formation, un métier qui dure dans le temps. Auriez vous des conseils ?
  5. C'est vrai que je vis que dans le passé, que dans le futur. J'ai du mal à me concentrer sur le moment présent.
  6. Merci pour ton message parce qu'effectivement ça m'a éclairé. C'est vrai que j'ai d'autres priorités à gérer avant de coucher, avec ce que j'ai subie. Le temps passe et j'arrive à réaliser des choses et j'ai bien conscience aujourd'hui que c'est ma vie professionnelle qui doit être ma priorité. Après je pensais que coucher pouvait m'aider mais c'est vrai qu'en y repensant je suis encore pas très sociable et j'ai encore un trop grand manque de confiance en moi. C'est vrai qu'on peut sentir mon manque de confiance et en abuser dans le cadre d'une relation sexuelle. Pour ce qui est de la maternité, je me suis rendue compte qu'en faite je ne voulais pas d'enfants. Enfin pas pour le moment en tout cas. Alors j'aime bien les enfants quand même et j'ai un projet en cours pour permettre à un couple qui n'a pas d'enfants d'en avoir un. Mais je pense que je ne serai jamais en couple, je ne sais même pas si je vais coucher un jour. Mais c'est vrai que je n'en souffre pas. Après comme j'ai dis au niveau affectif c'est parfois dure. Parfois dans la rue, dans les lieux sociaux je vois des filles avec leurs copains. Je vois leurs copains qui ont l'air de beaucoup les aimer, qui les embrasse, qui les serre dans leurs bras et ça me fait un peu mal. Parfois je me demande ce qu'elles ont les autres filles en plus de moi pour avoir ça et je me demande pourquoi moi je n'ai pas droit à ça. Je me suis rendu compte aussi que j'étais très timide avec les garçons. Dès qu'un garçon m'approche j'ai peur, je n'aime pas qu'un garçon me regarde, s'approche de moi etc. Je pense qu'il faut que je fasse des actes pour avoir plus confiance en moi.
  7. J'ai déjà entamé un travail avec une psychologue. Je sais pourquoi je n'ai pas confiance en moi, je sais les causes.
  8. Bonsoir, Je souhaiterais faire partager ma souffrance pour arriver à trouver des solutions. Voilà, j'ai 24 ans et je n'ai jamais eu de relation sexuelle. J'ai eu ma puberté tôt mais à un âge normal. Quand j'avais 12 ans par exemple et que j'étais encore sociable, j'avais une grande envie de plaire. Je me voyais faire ma première fois à l'âge de 15 ans et "profiter de la vie". Je me voyais fumer, boire, faire n'importe quoi. Puis j'ai subie beaucoup de violences dans ma vie. Pendant des années, je n'ai pas eu envie d'avoir un copain ni de coucher. Puis la j'ai 24 ans, la question de la maternité se pose et je sens bien que ma virginité n'est pas normale. J'ai eu un rendez vous avec une sage femme super qui m'a dit que dans la vie il existait des gens sans sexualité et qui le vivait très bien en étant en couple. Elle m'a dit que si je ne voulais pas coucher dans ma vie, j'ai le droit. Mais voilà si + tard je veux faire une PMA toute seule par exemple ou avoir tout autre projet autour de la maternité, il faut bien que je couche. Alors j'essaye de me décoincer. Par exemple j'ai contacté une escort girl qui accepte d'avoir des relations avec des filles. Elle m'a bien fait comprendre qu'on ne perd pas sa virginité comme ça. Et puis l'idée de le faire avec une fille et escort girl me donne envie de vomir je ne sais pas pourquoi. Je me dis que rencontrer une prostituée dans la rue serait + facile pour moi ou aller à la camionnette d'une prostituée. En faite je me rends compte que j'aime les hommes, que je ne suis pas lesbienne. Le problème c'est que lorsque je vais sur les sites de rencontres, j'ai peur de rencontrer le mec en vrai car j'ai peur qu'il me trouve moche. J'ai peur aussi de coucher avec un mec car j'ai peur qu'il me trouve moche, critique mon physique, me violente ou pire encore m'humilie en me filmant par exemple. Je ne sais pas comment faire. D'un côté je suis bien comme ça, je ne ressens pas le besoin de coucher. D'un autre j'ai l'impression d'avoir un manque affectif, d'un côté j'ai bien conscience qu'on ne m'embrasse pas, qu'on ne m'aime pas , d'un autre dès qu'un mec s'approche de moi je recule, je ne suis pas à l'aise, je ne me sens pas bien. J'ai déjà essayé d'avoir des relations, deux mecs m'ont déjà serré dans leurs bras, touché mes cheveux, embrassé et ont voulu aller plus loin mais j'ai pris peur, j'ai reculé, limite j'ai pleuré. Je suis + à l'aise avec les filles. Voilà je ne sais pas comment faire. Que me conseillerez vous ? De coucher ? D'aller voir une prostituée + dans la rue, une camionnette ?
  9. Bonsoir, Je suis intéressée par le concours de secrétaire administrative de classe normale, concours externe au ministère de la culture. Je suis actuellement étudiante en Lettres modernes. Je suis intéressée pour valider un DAEU B pour avoir des notions en comptabilité. (pour bien faire mon métier de secrétaire administrative). Je voulais savoir s'il y a des personnes qui travaillent dans l'administratif au ministère de la culture. Je trouve peu de sujets sur internet la dessus. Je souhaiterais savoir comment se passe le métier ? Est ce que c'est vraiment un travail d'équipe où est ce qu'on peut être autonome ? Quelles sont les tâches demandées ? Merci
  10. Bonjour, Mon père s'occupait de la signalisation à la SNCF. Je n'avais pas honte de son métier. Il a un bac technique. Ma mère travaillait comme agent administratif aux impôts. Non je n'avais pas honte de son métier. Cependant quand j'étais enfant je me disais toujours "Plus tard j'aurai un métier de passion et non pour l'argent". Je ne voulais pas devenir comme ma maman, qui avait un emploi "de bureau" avec des collègues pas toujours sympa ou du moins ennuyeux et qui s'en ai contenté pour "survivre". En grandissant j'ai compris que beaucoup de dames de sa génération avaient travaillé dans le secrétariat, l'administratif. Puis j'ai préféré avoir une maman qui fasse ce métier que d'avoir une maman mère au foyer par exemple. Je ne dis pas ça pour rabaisser mais dans ma famille on a toujours dit que les femmes devaient travailler. Bon la je m'éloigne du sujet. Bon voilà je n'avais pas honte mais je n'étais pas spécialement fière du métier de ma ma maman. Enfant j'avais l'impression qu'elle méritait mieux. Elle aurait aimé être coiffeuse, puis assistance sociale, nourrice... elle s'est contenté de ce métier. Un jour je lui ai demandé pourquoi elle n'avait pas changé de métier au cours de sa carrière, elle m'a répondu qu'elle avait eu une vie sociale grâce à son métier, que son métier lui avait permis de vivre, d'avoir une vie de famille.
  11. J'y crois. Et dans les hôpitaux c'est pareil. Mon grand père nous avait informé qu'il avait été "bousculé" "un peu maltraité" par le personnel soignant de l'hôpital juste avant de mourir. Et pourtant mon grand père est quelqu'un de très gentil qui n'accuse pas les gens comme ça. Il n'avait même pas voulu les dénoncer ! A un moment donné j'étais intéressée pour travailler dans un Ehpad ou à l'hôpital. Mais en me rendant souvent à l'hôpital justement pour mes grands parents et ayant été hospitalisée moi même plusieurs fois j'ai bien vu comment ça se passait. Des moqueries, des messes basses, des remarques peu flatteuses sur les patients ! Puis il y a des personnes qui se tournent vers ce genre de métier car ils ne savent pas quoi faire d'autre ! Ce sont des très beaux métiers mais tous n'ont pas la vocation et se venge de leur condition misérable sur les personnes vulnérables ! Certains se tournent vers ce genre de métier en pensant que c'est dégradant et qu'ils n'ont pas réussi. Mais les personnes âgées y sont pour rien !
  12. J'arrive à 24 ans. Les recruteurs regardent surtout l'expérience professionnelle ! Je ne veux pas briser ça. J'ai validé beaucoup de crédits l'année dernière. Si jamais je veux reprendre ma licence de Lettres je pourrai sans problème. Mais voilà mes parents me donne de l'argent tous les mois pour que je puisse survivre dans une autre ville. J'ai envie d'être indépendante financièrement. Et je ne sais pas dans quel domaine je pourrai acquérir de l'expérience professionnelle. Je recherche un métier où je peux faire mes tâches en autonomie mais en tout ayant un minimum de contact ! Cette année je fais une L2 et à partir de février je dois faire un bilan de compétences dans un crp qui va déterminer une formation professionnelle. Mais en attendant je rumine car ça sera qu'en février ! Et j'ai demandé l'AAH mais je ne sais pas encore si je vais l'avoir
  13. En faite c'est étudier que j'aime. Je sais que ça peut paraître contradictoire mais j'adore aller aux cours magistraux parce que c'est intéressant et car il y a l'anonymat. Mais je déteste aller aux TD parce que ça fait "classe" de plus de 30 élèves. Je croyais que je n'arrivais pas à aller aux TD à cause des exercices oraux mais en faite c'est autre chose. Demain j'ai deux TD et il y en a un où le programme a été mis en ligne : on devra rendre que des exercices écrits. Mais je ne sais pas si je vais arriver à y aller car plus demain approche plus ça m'angoisse. Alors que demain j'ai aussi un cours magistral et la ça ne me fait pas peur d'y aller. De toutes façons j'ai suivi une thérapie comportementale et je sais qu'il faut que je me rende à la fac (chose que j'arriverai à faire) et je sais qu'il faut que j'arrive à aller devant le TD. D'après plusieurs médecins je souffre bien d'agoraphobie. Par contre oui tous les cours ont été mis en ligne mais je ne sais pas si les examens se passeront en ligne ! Mais quand on a une maladie comme la mienne on peut être dispensés de tous les TD. Avec les cours en ligne je pourrais travailler les cours chez moi. Quand je parlais de formation courte je parlais de formation qui dure un an voir un an et demi.
  14. Tournicoti_

    La PMA

    Bonjour, Alors déjà je ne crois absolument pas aux chiffres cités ci dessus au sujet des hommes victimes de violence conjugale. Enormément de femmes sont victimes de violence conjugale en France et en encore plus dans les autres pays du monde. Les hommes ont toujours besoin de dire "oh mais il y a des femmes aussi"... heu... personnellement dans tous les lieux sociaux où je suis allée, c'est toujours les garçons, les hommes qui faisaient du tord aux autres et surtout aux filles, femmes. En suite la violence conjugale en France a baissé ces derniers temps car les femmes finissent de plus en plus célibataires, diplômées. De nos jours beaucoup de femmes veulent vivre pour elles mêmes. Pour ce qui de la GPA, je suis pour à condition qu'elle soit réglementée et surveillée et pour qu'elle soit remboursée par la sécurité sociale. Je pense qu'on va aller vers une société où de plus en plus de gens vont finir seuls notamment les hommes. La GPA peut également permettre aux femmes malades, aux couples qui ont des problèmes de santé de devenir parents. Mais oui c'est un peu contre nature et oui il y a un risque pour la mère porteuse. Je pense qu'elle devrait être autorisé pour les hommes homos, pour les hommes tout court qui souhaitent avoir un enfant seul ou pour les femmes qui ont des problèmes de santé. Mais bon on en est loin. Je pense qu'elle sera autorisée en France d'ici 10 ans. Parce que si énormément de femmes font un enfant 'seule', attention ces messieurs vont se sentir délaissés. Le gouvernement va vouloir la parité.
  15. En faite j'ai 24 ans et j'ai peu d'expérience professionnelle. Je mets du temps à valider ma licence à cause de ma maladie. La on m'a admise en L2 mais j'ai deux cours à rattraper de L1. Puis à la fac il y a beaucoup de monde notamment en TD. Je vais à la fac en attendant de trouver autre chose et puis parce que j'aime bien étudier mais voilà à 24 ans j'aimerais déterminer un projet + pratique.
×