Aller au contenu

Panem&Circenses

Membre
  • Compteur de contenus

    1 157
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Panem&Circenses

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Pays
  1. Les enfants de Michel Delpech se déchirent pour la possession de la somptueuse villa de l'artiste idéalement située dans le Loir-et-Cher, entre un champ de betteraves et une porcherie industrielle. Encore une triste histoire d'héritage qui ternit la variété française
  2. Police Émotionnelle : après la Muttawa, l'Humourtawa

    Il y a quelques semaines, en plagiant Timsit, j'aurais pu écrire: 《 Après avoir fait une compression de personnel la SNCF fait une compression de collégiens à Millas. 》 Mais j'ai préféré m'écraser... moi aussi. Aujourd'hui tout le monde s'en fout. Si je dois me restreindre pour ne pas choquer, finis le blasphème et les blagues sur Jésus et le Coran. Finis les commentaires négatifs envers un programme politique. La Police Émotionnelle à l'oeuvre.
  3. Police Émotionnelle : après la Muttawa, l'Humourtawa

    J'ai un humour de quadringard, faut suivre ! Sinon, un avis sur mon sujet et non sur ma personne ?
  4. Police Émotionnelle : après la Muttawa, l'Humourtawa

  5. Police Émotionnelle : après la Muttawa, l'Humourtawa

    Nous avons tous connu le deuil. N'essaye pas de me faire culpabiliser. Je ne suis pas responsable de la mort de Maelys, mon "pas de bras, pas de sépulture" n'ajoute rien à la douleur des proches.
  6. Police Émotionnelle : après la Muttawa, l'Humourtawa

    Épistolaire à plomb ?
  7. Police Émotionnelle : après la Muttawa, l'Humourtawa

    Tu peux prendre en cours, le scénario est simplet ^^
  8. Police Émotionnelle : après la Muttawa, l'Humourtawa

    De la part de ceux qui me jugent depuis le début, c'est assez croquignolet
  9. Police Émotionnelle : après la Muttawa, l'Humourtawa

    Au nom d'une morale que je n'ai même pas bafouée puisque je n'ai fait que répéter avec humour la triste réalité, sans compassion feinte, crûment.
  10. Police Émotionnelle : après la Muttawa, l'Humourtawa

    Non, je m'interroge vraiment. Je ressens en effet des changements dans la société : une pseudo-liberté créée par le net et l'omniprésence des médias mais qui paradoxalement aboutit à une crispation des opinions, à une intransigeance grandissante sous couvert de bons sentiments et de moralité. L'expression "abrutis de moutons", que tu m'attribues, est bien loin de ma réflexion. En tout cas je ne cherche pas à m'extraire du troupeau, si tu vois ce que je veux dire.
  11. Police Émotionnelle : après la Muttawa, l'Humourtawa

    Juste un point : mon humour ne dévoile rien de ma sensibilité ou de mon empathie. C'est juste un autre moyen de les exprimer que la compassion virtuelle qui est parfois (je ne mets pas tout le monde dans le même panier) un brin faux-cul.
  12. Luc Ferry : "Les maths ne servent à rien dans la vie quotidienne"

    Et quand l'ordinateur a planté, qu'il n'y a plus de piles dans la calculette, comment calcules-tu la proportion de ferments à introduire dans le tank pour ton yaourt, par exemple ? Certes nos métiers sont de plus en plus dépendants de l'informatique, mais est-ce une raison suffisante pour cesser d'apprendre la base ? Pour citer un autre exemple déjà évoqué dans la presse, doit-on aussi cesser d'apprendre à écrire "manuellement" au profit de l'apprentissage de la frappe sur un clavier ?
  13. Police Émotionnelle : après la Muttawa, l'Humourtawa

    Bonjour et merci pour ton intervention sur ce sujet. Je comprends bien... je savais que mes propos étaient dérangeants et qu'ils feraient grincer des dents. Ce n'est pas une bourde après laquelle je dois m'excuser, comme qui dirait. Ce que je cherche à approfondir c'est pourquoi des membres du forum sont à ce point choqués alors que le message ne tourne que sur l'horreur des faits et le tabou de la mort bien qu'ils ne soient liés émotionnellement à ce triste deuil que par l'actualité et l'instantanéité du net. Demain, ils pleureront d'autres morts, comme hier ils ont pleuré les morts du terrorisme ou du car scolaire broyé par un train. Pour parodier les élèves turbulents : << C'est pas moi qu'a commencé ! >>. Comme je l'ai déjà dit, je trouve les détails sordides étalés dans la presse et commentés sur le forum, sous une apparente compassion, au moins aussi terribles que mon "Pas de bras, pas de sépulture". Mais je conçois que l'opposition humour-horreur n'est pas facile à appréhender. Pas à chaud , à froid plutôt ! Je ne vois que deux marmites derrière les miennes !
  14. Luc Ferry : "Les maths ne servent à rien dans la vie quotidienne"

    Combien font 1/4 de 80% ? Cela sert sans être ingénieur en aéronautique. Pour les logarithmes ou les nombres complexes, cela ne s'apprend pas au collège ni dans la plupart des filières du lycée. A ce stade tu as choisi de faire des maths. Le sinus, c'est comme dans mon exemple précédent : c'est au moment où tu en as besoin que tu réalises que si, finalement, ça à une utilité. Bon il y a des limites : je ne me suis jamais servi des identités remarquables ! Peut-être doit-on creuser cette piste et enseigner les maths non plus de manière théorique mais appliquée ?
  15. Police Émotionnelle : après la Muttawa, l'Humourtawa

    Me voilà à devoir porter une nouvelle croix, celle de toutes les réactions qui ne vont pas dans ton sens. Miserere nobis
×