Magus

VIP
  • Compteur de contenus

    16 771
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Magus

  • Rang
    Famishus vulgaris
  • Date de naissance 29/01/1982

Informations Personnelles

  • Sexe
    Homme
  • Pays

Visiteurs récents du profil

94 396 visualisations du profil
  1. Le pauvre bougre n'avait qu'à user de la jurisprudence Fillon "Et alors ?" pour s'en sortir. Aucun panache u_u
  2. Simple application du plan Schlieffen connu depuis 1905. Tout le monde sait que la guerre aura lieu depuis juillet. Ouvre des livres s'il te plait, tu pourras vérifier.
  3. Anatole et l'histoire c'est comme l'eau et l'huile : non miscible. Je profite d'un énième troll du triste sir dans la section politique pour revenir succinctement sur les "responsabilités morales" pour reprendre le terme de M. Le Naour. Ce sont l'excitée Serbie, la Russie et l'Autriche-Hongrie antagonistes qui sont désignées par les historiens comme moralement ayant eu le plus de responsabilités dans le déclenchement de ce conflit. L'Allemagne a joué un jeu de dupes pour protéger les actions austro-hongroises motivées par le péril slave et voulant en finir avec la dissidence serbe, réclament à la France de retenir la Russie, pariant sur la localité d'un conflit qui, s'il était déclenché, n'aurait selon elle qu'une courte durée, sentiment basé sur la supputation de la neutralité anglaise et du désintérêt français pour les affaires orientales.
  4. Une défaite n'est jamais plus grande que lorsqu'elle est mal vécue.
  5. Avoir l'honnêteté de citer une phrase dans son entier : "Même si Le Monde SA détient 51 % du capital du Monde diplomatique, ce dernier disposant malgré tout d'une rédaction indépendante, est édité par une société distincte du Monde[1]. "
  6. J'aurai plus sincèrement la différence entre libéralisme social et économique. Je pense que les notions de libre échange et de déragulation sont claires pour tout le monde.
  7. Erreur. Ce ne sont que les murs qui appartiennent au Monde. La rédaction du monde diplomatique est indépendante financée par ses lecteurs, et souvent matériellement menacée pour cela d'ailleurs.
  8. C'est précisément ce genre d'amalgame et de caricature qui a tué le débat sur forumfr. Je n'ai jamais soutenu M. Trump, ai été critique envers les idées de M. Macron, comme envers l'ensemble des candidats d'ailleurs. Ranger les gens dans une case pour y déverser des clichés est minable. Il y a une ligne de clivage sur le libéralisme, ses tenants et aboutissants. Voila un des débats de fond.
  9. Si tu considères que M. Rocard était de gauche : oui. Si tu considères que la gauche c'était Jaurès et Blum : non. Est-ce que le résultat de ce vote est une surprise : nullement. Pas plus que la sociologie du vote, ni même le déroulement du prochain mandat. Les classes les plus pauvres savent pertinemment à quoi s'attendre, manifestement. Ma satisfaction est de n'avoir pas participé à ce cirque, et d'avoir peaufiné ma réflexion politique. Ma déception : n'avoir rien appris sur Ffr où le débat a été plus que lamentable, et avoir perdu mon temps avec quelques fumistes. Ce prochain Président m'aura au moins fait apparaître que dans les masses devenues si bêlantes, le marketing prime. C'est noté. Respect à F. Hollande : lui qui a suscité tant d'injures, et qui vient de la mettre bien profond à celles et ceux qui s'en sont contentées sans travailler leur citoyenneté...
  10. Passionnant ouvrage qui met en avant l'histoire des mentalités au cœur des jeux diplomatiques, participant à resserrer les nœuds de la guerre. La plume facile fait oublier l'érudition parfois difficile à appréhender. On est plongé comme dans un roman dans les heures de tensions qui ont joué le sort de l'Europe, les plans, les bluffs, les erreurs funestes, les manipulations des masses par des médias achetés... Je recommande.
  11. Personnellement, étant attaché à mon intégrité et à l'image de la fonction présidentielle, je ne peux décemment pas voter F. Fillon, sans parler de l'homme du traité de Lisbonne qui a donné à observer son respect de la démocratie. Ayant suivi en plus son parcours depuis les jupes séguinistes et chiraquiennes et sa versatilité carriériste avec parachutage parisien, c'est avec d'autres comme le PS des politiques obsolètes aux ordres d'intérêts privés antinomiques avec la souveraineté du peuple. Je n'ai pas été convaincu par les autres candidats, mais me garderai de voter pour un escroc sans vergogne qui a feint l'orléanisme, trahi le gaullisme, craché sur le sarkozisme tout en s'en drapant, pour mieux s'enrichir.
  12. En droit, le vote blanc n'implique aucune conséquence sur l'élection, ni l'abstention. Ceci étant, je note que dans le contexte d'une pensée majoritaire chez les gouvernants et les médias, le vote n'en a pas non plus. C'est même pire, j'ai lu sur un autre topic l'invalidation du soutien d'économistes à un candidat au prétexte de leur supputée provenance universitaire (géographique ? Renommée ?). Bien sûr ce ne sont que quelques pixels sans importance. Mais j'ai trouvé cela un peu transcendant à votre dispute : blanc ou pas, le vote est un cirque où des militants des plus médiocres occupent l'espace médiatique, dont ce forum, pour ne garder le débat public que dans la fange des éléments de langage justifiant l'inculture. La question ne me paraît donc pas sur l'impact ou pas du vote blanc, mais du vote tout court. Les règles de notre scrutin ont-elles une quelconque efficience démocratique quand nous ne les décidons pas, que la pluralité politique dans les médias est une blague (il y a 42 partis en France, je vous laisse comparer avec le nombre autorisé à s'exprimer dans une vraie audience), que le réel outillage critique et civique ne débute que dans les études supérieures et s'arrête ensuite, que les tribuns sont rares et les verbiages de fumistes devenus légions avec le web ?
  13. Même sans cela, publier n'importe quelle critique politique négative sur tel candidat a fortiori sur FB, c'est s'attirer les sympathisants et les retours de flamme. Cela n'a pas commencé hier et n'est pas cantonné au domaine politique d'ailleurs. Tous les utilisateurs de cet outil qui ne se contentent pas de selfies, platitudes et tiennent des discours publics le savent. Il faut laisser les précieuses ridicules faire leur numéro de vierges effarouchées. De toutes façons ce bal des faux-culs est plus pathétique qu'intéressant. Ces semaines auront vu réellement le peu d'estime pour des plumes que je pensais intègres fondre comme neige au soleil. Pendant ce temps, les positions critiquables du programme de M. Mélenchon ne sont pas discutées alors que, puisqu'on parle d'attitude, sur son volet éducation il y aurait tant à s'insurger.
  14. Voyez comme on glisse très tranquillement. On est passé du billet d'un gus sur FB aux commentaires qu'il n'a pas aimé, vers un dessinateur harcelé, harcelé et publié dans le monde et maintenant "harceler un journaliste", carrément. Marianne qui publie quelques commentaires : https://www.marianne.net/politique/contre-joann-sfar-ou-jean-jacques-bourdin-des-partisans-chauffes-blanc Attention Pegi 18, certaines scènes sont susceptibles de heurter la sa sensibilité de nos plus fragiles sociaux démocrates... Quelle violence, c'est insupportable. Ce qui ferait pratiquement de moi un mélenchoniste violent, couteau entre les dents... oh merde Allez comprendre ce qui leur prend tous à devenir complètement hystérique et teubé à l'approche du scrutin. Courage à ceux qui gardent la tête froide.
  15. Vous êtes très drôles, finalement. Le mec taille un candidat, sans manifestement avoir lu le programme, avec toujours les mêmes clichés, et se répand sur un réseau social. Il s'attendait à quoi au juste ? Une fois que les gens réagissent, il pleure avec en plus tribune dans le Parisien, rien que cela : honneur que n'ont pas eu ses critiques. Il faut dire que sur un journal qui appartient à LVMH, c'est sûr qu'on ne va pas jouer la pluralité politique. Et l'autre de surenchérir : "ouvrez-vous à la démocratie" hahaha Quand la sociale démocratie flippe, elle se sert les coudes. “C’est nous inspirer presque un désir de pécher, que montrer tant de soins de nous en empêcher”, Molière.