Aller au contenu

  • (60 Pages)
  • 1
  • 2
  • 3
  • Dernière »


Note : - - - - - un jour = une histoire un évènement marquant dans votre vie?

04 mars 2011 - 21:23 #21

1

Voir le messagechat_ooo, le vendredi 04 mars 2011 à 21h14, dit :

c'est surtout qu'il faudrait posséder un révolver :cray:
et que si on a le courage et les moyens et le permis d'en acheter un, ça fait beaucoup de si avec lesquels on refait le monde

non, Chat ooo, je ne crois pas que c'est là le problème! et, je reste persuadée que le vrai courage réside dans le fait de surmonter sa souffrance!

ex_Cosette 2*


04 mars 2011 - 21:32 #22

0
oé tsais c'est pas faux, mais oublier en sautant la case mépris chais pas comment tu fais hein -pas un mépris généralisé, mais juste à l'endroit où ça fait mal

ex_chat_ooo*


04 mars 2011 - 21:47 #23

1
le mépris, c'est vrai, ça fait mal, très mal! mais, toutes les injustices font mal, ne crois-tu pas? alors, la solution? se forger une carapace et faire face! ça doit être ça le courage, non? :cray:

ex_Cosette 2*


04 mars 2011 - 21:52 #24

0
certes :cray:

ex_chat_ooo*


04 mars 2011 - 22:01 #25

0
Un midi comme un autre, toujours les mêmes lascars.
Le chauffeur de la voiture nous dit: " avant d'aller au RU, je passe retirer un dossier d'inscription à CentXXX".
Nous l'accompagnons tous et retirons aussi un dossier.
Je fut le seul accepté, ai passé le "concours" d'admission, fut reçu...
S'en suivent des rencontres, des amis des amis, des amies des amies... et j'ai rencontré le premier amour...

L'idée de m'inscrire là bas ne m'ayant jamais effleurée l'esprit :cray:

ex_métempsycose*


04 mars 2011 - 22:09 #26

1
comme quoi, le hasard, parfois, fait bien les choses! ça remonte au moins le moral, ce soir :cray:

ex_Cosette 2*


05 mars 2011 - 00:04 #27

2
Le jaloux.
C'était mon ami, mon confident, mon gros matou plein de douceur, de ronrons, celui qui ne me quittait pas, ne montrait jamais ses griffes! On s'aimait d'un amour partagé et, souvent un petit clin d'oeil me faisait comprendre toute sa confiance et sa gratitude! et puis, un jour, mon copain vint vivre avec moi! l'attitude de mon gros matou changea du tout au tout! plus de câlins, seuls ses regards pleins de reproches se portaient sur moi lorsque l'intrus m'embrassait! je ne pouvais même plus l'approcher! cela dura une semaine, et puis, un jour, il disparut, et je ne l'ai jamais revu! Mon copain et moi n'avions pas les mêmes atomes crochus, notre histoire fut assez brève! J'aurais du choisir mon gros matou!!! :cray:

ex_Cosette 2*


05 mars 2011 - 00:18 #28

0
J'ai 7/8ans. Je suis avec mon copain Dom' dans la rue derrière chez moi. On passe devant cette maison pourrie et comme d'habitude, on tape sur la barrière en bois avec un bâton pour faire gueuler le chien.
Cette fois ci le bonhomme sort et mon copain se barre en courant!
Il me dit de venir et me montre une toute petite boule de poils qui recherche un foyer.
Je suis repassé quelques temps après, lui disant que mes parents étaient d'accord pour que je prenne ce chat... ma mère qui était contre à finalement accepté en le voyant!
Presque 30 à vivre quotidiennement avec un chat, ma dernière année écoulée sans est dure...

ex_métempsycose*


05 mars 2011 - 09:31 #29

1
Bonjour Métempsychose,
Mon meilleur copain s'appelait également Dom (ça ne doit pas être le même, parce que je suis beaucoup plus âgée que toi!), mais ce que nous avons pu en faire des conneries ensemble! et je me souviens notamment de cette fois où nous étions à la messe! il était enfant de choeur et, en me regardant, il a lâché le goupillon qu'il apportait au curé, s'est pris le pied dans sa chasuble et s'est étalé de tout son long! j'ai été prise d'un tel fou rire qu'il a fallu que je sorte sous les regards outrés de toutes les "grenouilles de bénitiers" présentes! Il faut dire que ma foi n'était pas à leur hauteur! :cray:

ex_Cosette 2*


06 mars 2011 - 09:56 #30

1
J'ai retrouvé dans un grenier un petit carnet tout vieillot avec une écriture d'un autre temps où il y avait des pleins et des déliés. Le coeur battant un peu plus fort, je l'ai ouvert en ayant l'impression de commettre un sacrilège! et c'est ainsi que je me suis retrouvée au coeur d'un mystère! Je me suis mise à lire des mots d'amour qu'une jeune fille adressait à son prince charmant, des mots si tendres, si délicats, un peu désuets pour notre époque, mais qu'ils étaient beaux! Ils ouvraient la porte aux rêves! Il n'y avait pas ce désir de sexe qui fait recette aujourd'hui! C'était ingénu, certes, mais d'une fraîcheur, d'une candeur déconcertante. Où sont-elles donc passées toutes ces valeurs d'un autre monde? Je n'ai jamais su de qui il s'agissait, mais comme j'aurais aimé savoir si ces deux êtres s'étaient retrouvés et avaient vécu une belle histoire! après tout, c'est peut-être mieux de laisser vagabonder son imagination...

ex_Cosette 2*


06 mars 2011 - 12:43 #31

0
Après un week end festif, très festif pour un enterrement de vie de garçon....
Dimanche soir, 4 jeunes adultes, toujours un peu grisés, marchent en ville, le gosier sec, à la recherche d'un peu de breuvage un tantinet alcoolisé!
Ils s'apprêtent à traverser une rue sur un passage piéton quand une voiture surgit. Ils s'arrêtent et font signe au conducteur de passer.
Non non fait le conducteur, il nous fait signe de passer...
Et après maintes politesses de part et d'autre, nous voilà tous réunis, le chauffeur et ses passagers, mes acolytes et moi même assis sur la chaussée, au milieu du passage piéton à discuter. La voiture toujours à la même place!
La fin de la nuit se terminera dans la cave du chauffeur!

ex_métempsycose*


07 mars 2011 - 09:30 #32

1
Bonjour tout le monde. Peu de personnes se souviennent? Je continue, tout de même?
J'aime la nature, les animaux, mais voilà mon problème : j'ai peur des vaches, des oies et des serpents :cray:
A sept ans, je suis allée passer des vacances dans un petit village du centre de la France, chez une tante.
C'était bien. Je découvrais la campagne, la liberté de vagabonder sans la crainte de me faire renverser par des voitures.
Un soir, je me promenais dans un petit chemin qui menait à une rivière. Soudain, un bruit qui s'amplifiait, qui devenait assourdissant me donna l'impression que tout allait s'écrouler autour de moi! J'étais paralysée par la peur, et je vis alors, un troupeau de vaches marchant deux par deux, se bousculant, meuglant! Je crus qu'elles allaient me renverser et, heureusement je pus me tapir dans un petit recoin. Quand la dernière fut passée, je vis un gars, d'au moins dix ans, avec son bâton, qui rigolait en me regardant!
Une autre fois, je fis la rencontre d'un troupeau d'oies qu'une bonne vieille conduisait aux champs! Je ne sais pourquoi, elles se mirent à me courser en criant et en allongeant un cou démesuré! Je n'ai jamais couru aussi vite que ce jour-là pour regagner la maison de ma tante!
Quant aux vipères, j'avais tellement entendu d'histoires et de recommandations que, lorsque j'en vis une en longeant la rivière, je crus ma dernière heure venue! Elle m'ignora et rejoignit son trou!
Que d'émotions pour une petite citadine de sept ans! N'empêche que j'ai toujours peur des vaches, des oies et des serpents!

ex_Cosette 2*


09 mars 2011 - 20:44 #33

0
Un soir chez un ami, captivé par la musique qui passe, je consulte la jaquette du CD. C'est un artiste local et je prends les coordonnées de sa manageuse.
Prenant mon courage à deux mains, je lui envoie un courrier lui demandant des infos sur le musicien, ses prochains concerts, ses CD et même s'il existe des partitions.
Une réponse assez rapide me revient, avec plein de dates de concerts.
A force d'aller le voir en concert, la manageuse m'a abordée, puis on a discuté, m'a présenté l'artiste.
Depuis plus de 16 ans que dure cette relation musicale amicale, je suis content d'aller les voir dès que je peux, même s'il faut faire deux heures (ou plus) de route.

:cray:

ex_métempsycose*


09 mars 2011 - 23:53 #34

1
Bonsoir Métempsychose, je viendrai demain en raconter une autre. c'est sympa de participer! :cray:

ex_Cosette 2*


10 mars 2011 - 00:42 #35

-1
Un jour, le petit chat est mort. Ca m'a marquée.

C'était le chat de mes parents, pas celui d'Agnès, ma voisine dont le papa s'appelait Jean Baptiste je sais plus quoi... et donc il est mort. Et mes parents ont dit "C'est triste, très triste". Et moi j'ai pas compris, mais c'est que le seul mort que je connaissais c'était pas un chat et puis il paraît que "j'avais eu du mal à m'en remettre mais j'avais fini par oublier". Là, je me suis dit qu'alors je finirais par oublier le chat aussi et je me suis demandé si ça, c'était triste. Et j'ai décidé de ne plus rien oublier du tout pour ne pas prendre le risque. Alors j'ai voulu tenir un journal mais j'avais pas grand chose à y mettre et surtout un tas d'autres choses à faire. Et puis j'ai commencé à me répéter inlassablement, chaque soir avant de dormir, tous les évènements de la journée ; j'y ai gagné de jolies nuits toutes blanches, mais pas grands souvenirs... et puis j'ai compris que l'oubli, c'est cool parce que tu as une page aussi blanche que tes nuits devant toi chaque matin. Et tu la remplis comme tu veux, sans te soucier des chats morts ni de Monsieur Poquelin.

Bref, un jour le petit chat est mort. Ca m'a marquée.

L'utilisateur est hors-ligne ptitepao
ptitevalseuse, 44 ans


10 mars 2011 - 00:49 #36

0
Le jour où j'ai visité Auschwitz. J'avais 14 ans, à l'époque pour moi, la guerre, la Shoah, c'était très lointain, très abstrait, même si j'avais vu des images, des films. Visiter cet endroit a été un bouleversement. Après ça, je n'ai plus jamais eu le même rapport à la guerre, au racisme, à la discrimination, à l'exclusion. J'ai vu ce qu'était l'horreur, à quoi pouvait conduire la haine.
J'ai 36 ans, c'était donc il y a 22 ans. Je me rappelle de tout ce que j'ai vu comme si c'était hier.

L'utilisateur est hors-ligne caloli
Forumeur alchimiste


10 mars 2011 - 11:18 #37

1
bonjour tout le monde, :cray:
Une mort programmée? je me souviens de ce personnage qui a longtemps peuplé mes cauchemars. Il habitait une petite maison isolée, et, avec les copains, je m'amusais à le regarder aller et venir dans son jardin. Il parlait tout seul, et je crois bien qu'il déclamait des vers. Cela nous amusait et, bien sûr, nous rigolions à qui mieux mieux. Il nous regardait gentiment et parfois, il venait discuter avec nous de la pluie, du beau temps, des petits oiseaux, de tout et de rien Nous avions donc pris l'habitude de nous arrêter devant sa barrière, chaque fois que nous passions, c'est-à-dire presque tous les jours! Une fois, il nous dit, sur un ton enjoué, que demain, il ne serait pas là, qu'il avait un rendez-vous important, prévu depuis une très longue date! Nous fûmes assez surpris, du fait qu'il ne s'absentait jamais que le temps de faire quelques courses, mais, insouciants, comme toujours, nous sommes partis, sans plus de questions! Le lendemain, bien sûr, les volets verts étaient fermés, mais le surlendemain, et les jours suivants aussi. Cela dura une semaine entière, et, quelle ne fut pas notre surprise d'apprendre que notre poète avait été découvert mort dans sa petite maison avec, auprès de lui un tas d'écrits où, depuis des années figuraient la date, le jour et l'heure de sa mort! et cette mort avait bien eu lieu naturellement (il faut préciser) à la minute près. Par la suite, cette petite maison a été détruite pour faire place à un immeuble! mais, pour moi, ce mystère est resté présent et inexpliqué..

ex_Cosette 2*


10 mars 2011 - 11:56 #38

0
Une renaissance ?
Elle se promènera allée des coquelicots, entre la rue des lilas et la rue du myosotis....
Jamais auparavant elle n'avait connu la chose, elle était comme une page blanche.....
Il fera Nuit noire et après s'être regardée une ultime fois dans le miroir de son petit appartement, elle arpentera les rues connues pour la dernière fois ; après cela elle vivra comme dans un rêve, un voyage intérieur merveilleux étendue sur le lit de l'hôpital de Montruisseau. L'Homme, ou plutôt l'Ange la saisira là, prés du panneau stop qui impose le respect aux automobilistes en pleine journée. Personne ne connaîtra jamais son identité, sauf elle. Car elle seule, ainsi que ses soeurs, sont capables de discerner le grain de l'ivraie, et Lui incontestablement sera trop beau pour appartenir à notre monde......

ex_chat_ooo*


10 mars 2011 - 15:33 #39

1
Je trouve que c'est merveilleux Chatooo. Tu as vraiment le talent d'un poète, mais, sans doute, l'es-tu? :cray:

ex_Cosette 2*


10 mars 2011 - 16:35 #40

0
Heureusement que j'ai mis une majuscule à Nuit parce que sinon la modération (impitoyables modérateurs), aurait probablement supprimé mon message (mort inexpliquée donc)..... :cray:

ex_chat_ooo*


À l'Instant

11 mars 2011 - 10:17 #41

1
Bonjour amis lecteurs,
aujourd'hui je n'irai pas puiser dans mes souvenirs, je me contenterai seulement de vous rapporter un fait qui vient de me marquer.
J'ai rencontré, hier, par hasard, un jeune de ma connaissance, la tête enveloppée de bandages, le bras en écharpe, qui avait l'air plutôt mal en point.
Bien entendu, je suis allée vers lui pour savoir ce qui lui était arrivé. C'est alors qu'il m'a rapporté ces faits, absolument véridiques, je vous assure!
Dans une m...e noire, dans l'impossibilité de se nourrir, il avait voulu aller mendier dans la rue, et là, une bande d'habitués, estimant que c'était leur domaine réservé, lui sont tombés dessus et l'ont mis dans cet état! J'en suis restée baba, je vous l'avoue, je croyais encore qu'il y avait une solidarité dans la misère :cray:

ex_Cosette 2*


À l'Instant

12 mars 2011 - 09:47 #42

1
Mes étoiles
Quand je regarde le ciel et que j'observe les étoiles, je repense à ce que me disait mon Papy pour me consoler d'avoir perdu mon petit chat, écrasé par une voiture : "regarde cette étoile qui brille davantage que les autres, c'est ton petit chat qui te fait un clin d'oeil". J'ai longtemps cru que les étoiles brillaient dans le ciel pour me dire que quelqu'un veillait sur moi et n'était pas définitivement disparu! :cray:

ex_Cosette 2*


14 mars 2011 - 15:19 #43

1
Tableau de chasse
Je revois mon Papy astiquer avec amour son fusil de chasse, me demandant bien ce qu'il voulait en faire! avec un grand sourire, il m'expliqua que, le lendemain ce serait l'ouverture de la chasse et qu'il devait y aller avec son frère. Lorsque, le lendemain soir, j'ouvris la porte de la cuisine, je vis un spectacle qui me laissa sans voix, au prime abord! sur la table de la cuisine étaient étalés des belles perdrix, un lapin, un lièvre! ils gisaient là, plein de sang, les yeux révulsés! Je fus prise d'une peur panique, d'une peine incontrôlable et il fallut des heures pour me consoler! J'ai eu beaucoup de mal à pardonner à mon Papy, malgré toutes ces explications, et depuis, j'ai gardé une horreur pour la chasse qui ne s'est jamais dissipée! Sorry, Messieurs les chasseurs! :cray:

ex_Cosette 2*


14 mars 2011 - 18:23 #44

0
Ah ouais moi un souvenir comparable, enfin pas tout à fait mais c'était des canards qu'on était allés chercher chez la grand-mère (pas naturelle, hein, ma vraie grand mère était au Ciel avant que je vienne au monde), et en fait ouais j'ai assisté à leur décapitation, pis ensuite étant donné que j'étais curieux, j'ai demandé aux adultes de me donner les têtes.... le bec continuait de bouger, c'était assez.... révoltant ; mais sur le moment je m'en rendais pas du tout compte, c'est avec le recul à présent, et ce depuis quelques années d'ailleurs en fait, je ne parviens à situer le moment à partir duquel c'est devenu un souvenir viandé, mais le fait est que depuis lors j'ai tendance à me méfier des fermes..... bien qu'en fait j'adore la viande rouge, bien saignante, c'est curieux n'est ce pas ?
un second souvenir du même tonneau, c'est le coup des poissons chats du lac que je fréquentais souvent à l'époque, tout prés du petit village où j'habitais.... ils étaient déjà morts, mais pas encore crevés ; je voulais les disséquer et donc pour ce faire on les avait disposés à l'intérieur d'un tupperware..... la distinction mort/crevé, je l'ai faite dans mon esprit le soir venu lorsqu'à l'ouverture du récipient j'ai pu contempler une flaque de sang et surtout une de ces odeurs.... beuuuurrrrrrkkkk j'ai pas vomi cela dit
Un troisième souvenir, celui de cette souris, dans le terrain vague, à l'état de cadavre, sous la peau de laquelle on faisait sauter des pétards, les boyaux au fil des heures ne cessaient de se répandre tout autour......
Un souvenir moins "malsain" avec les bêtes : à l'époque, donc lorsque j'étais encore gosse, j'élevais des escargots, chaque matin on leur donnait de la laitue et on les "promenait" à l'extérieur de leur réceptacle..... c'était un hobby, puis un jour, un soir plutôt, on les a retrouvé un peu partout dans la cuisine, sous la lampe, collés au plafond ou sur les ouvertures des placards..... souvenir qui me fait encore sourire aujourd'hui.... à côté de ça j'élevais également des ptites tortues vertes, et celles-ci pour une raison qui est demeurée inconnue un beau jour sont passées de vie à trépas, on ne sait pas pourquoi, leur vie a été éphémère....

Ce message a été modifié par chat_ooo - 14 mars 2011 - 18:24.

ex_chat_ooo*


14 mars 2011 - 18:45 #45

1
000 Chat000, t'es pire que mon grand-père mdr...moi, je me souviens d'avoir fait voler des hannetons, avec les copains, en enfilant un fil dans une de leurs ailes! mais, là, je n'avais aucun sentiment de culpabilité! pas de sang, pas de problème! :cray:

ex_Cosette 2*


15 mars 2011 - 04:45 #46

0
Un jour j'ai eu le "coup d'une foudre" pour une fille, c'était avant la fac, il y a donc fort longtemps..... mon regard tout au long du cours était aimanté par cette fille.... c'était.... j'avais l'impression que toute la classe savait ce matin-là, juste avant de rentrer chez moi manger quand même.... je la voyais de temps en temps en cours d'arts plastiques, j'adorais ses hanches, ses cheveux, l'expression de son visage, son regard amusé, rieur lorsque je lui dit à propos de la Nuit et de l'utilité de cette-dernière par rapport au fait qu'alors je parvenais à supporter mes kilos, la couche de graisse sous mon pull, la nuit mon esprit ne sentait plus la sueur, enfin bon il eût fallu ptêtre que j'ai le permis de conduire pour pouvoir lui proposer de la raccompagner dans sa ville le soir ?
Sûrement avec le recul jme dis, surtout compte tenu le parcours que je sais qu'elle a eu (internet n'est pas si vaste ^^), si je lui avais avoué l'effet qu'elle m'a fait encore tout au long de cette année-là, même la suivante d'ailleurs bien que nous ne fréquentions alors plus les mêmes profs, ze me serais reçu une de ces gifles jpense..... lawl un coup de foudre d'adolescent, un premier amour, un nom et un prénom hantant la mémoire probablement tout le temps que durera ma vie, y compris lorsque j'aurai perdu ma virginité :cray:
jnote aussi, on se retourne plus facilement par la suite sur des filles/femmes présentant des caractéristiques physiques un peu similaires, on leur prête à priori plus "d'âme" qu'aux autres, toujours à priori sans même faire connaissance on est d'accord ; plus tard j'ai lu une nouvelle de Maupassant et un poème de Guillaume Apollinaire qui m'ont désenvoûté de ce comment dire ? "fait de vie" un peu commun à beaucoup donc

ex_chat_ooo*


15 mars 2011 - 09:13 #47

1
Bonjour Chat000. Nous sommes peu nombreux à nous souvenir, mais, puisqu'il y a plus de 1000 lecteurs, c'est sans doute que quelques personnes y trouvent un intérêt? :cray:
J'en ai eu des coups de foudre et peu ont abouti pour diverses raisons, mais celui qui m'a le plus marquée, c'est le vrai, le réel, le terrible!
Une nuit, je fus réveillée par un bruit assourdissant, un bruit de fin du monde, qui me parut avoir ébranlé les murs de ma chambre! Peu après, les sirènes des pompiers retentirent! Je sautais de mon lit pour rejoindre les voisins à peine habillés et, à quelques pas de chez moi, je vis une maison en flammes et les pompiers en train de déployer leur lance à incendie! Heureusement les habitants avaient eu le temps de s'enfuir! mais, quel spectacle impressionnant ce brasier dans la nuit! J'avoue que j'ai un peu peur des orages, depuis tout ce temps! :o

ex_Cosette 2*


16 mars 2011 - 10:52 #48

1
re-bonjour,
Je suis triste aujourd'hui parce que je viens de m'apercevoir que j'ai perdu un bijou auquel je tenais beaucoup! Il n'avait pas une énorme valeur, mais, une grande à mes yeux! il m'avait été offert par un ami disparu, et, voilà, à cause de cet événement, je me suis souvenue de notre histoire. une amourette, il est vrai, mais, tout d'un coup, elle se révèle importante parce qu'elle fait partie de ma vie! c'était une petite broche représentant des amoureux sur un banc, et mon copain me l'avait offerte pour la saint valentin! j'avais été très touchée par cette attention, et de là, était née une petite histoire très romantique, des promenades main dans la main, des soupirs, des poèmes, bref, du rêve à l'état pur, mais c'était beau! :cray:

ex_Cosette 2*


16 mars 2011 - 12:28 #49

0
Avez-vous déjà vu un écureuil briser des noix ?
Personnellement j'ai déjà vu des écureuils se carapater entre deux arbres, comme si je les effrayais rien qu'en les regardant, mais j'ai jamais réussi à débusquer leur cache, d'après les dessins animés regardés quand j'étais petit, ça se terre dans le tronc des arbres, mais c'est comme les arcs en ciel dont le début est sensé débuter là où quelque pirate a planqué un trésor ; c'est chiant je trouve lorsqu'on se promène souvent dans le même Bois de ne pouvoir qu'imaginer grâce aux connaissances livresques ce qui se trame dans les coulisses, ça bruisse, ça émet des sons gutturaux à la nuit tombée, mais donc à part vous faire peur, voila quoi.
En même temps peut-on leur en vouloir lorsqu'on se promène soi-même en se servant d'un morceau de bois en forme de canne improvisée pour impressionner éventuellement les badauds qui s'assoient parfois ponctuellement sur les bancs ? Un Bois avec des bancs et même des équipements sportifs, depuis peu, enfin plus d'un an déjà mais autrefois y avait que la nature........ à moins que l'Homme ne fasse partie de la nature ? oui mais dans ce cas pourquoi quand il pleut on peut voir des arcs en ciel mais jamais de Trésor ?
enfin bon y a encore un ptit ruisseau et aussi des branchettes réunies ça et là par des castors, des castors en principe normalement d'après ce qu'on raconte même si en fait à part des canards perso j'ai rien vu d'autres comme bestioles dans cette flotte, encore que la nuit des "coin coin" émanant du ruisseau c'est assez génial, mais bon donc ceci pour dire que le Bois des Trinitaires à Valence c'est vraiment TIP TOP

Ce message a été modifié par chat_ooo - 16 mars 2011 - 12:45.

ex_chat_ooo*


16 mars 2011 - 21:02 #50

0
Un jour, enfin un soir d'ennui, je m'inscris ici.
Découverte, errance, lecture puis quelques participations et...
Un regard m'accroche, enfin, le contraire, je suis captivé, attiré par ce regard.
Un clin d'oeil d'invitation me fera plonger dedans, m'y noyer.
Aujourd'hui, ce regard n'est plus, il m'a fermé les yeux, regarde ailleurs...

Un coup de foudre aussi...

ex_métempsycose*


16 mars 2011 - 22:33 #51

1
et oui, Métempsychose, Cupidon décoche aussi ses flèches sur le forum! il faut être vigilant :cray:
à demain pour une autre histoire :o

ex_Cosette 2*


17 mars 2011 - 09:11 #52

1
de rares rencontres,
le bois de mon enfance n'est pas celui de Chat000 à Valence, c'était une forêt traversée par un ruisseau où nous aimions nous asperger, chahuter et d'où nous revenions dans un état indescriptible, d'où, pas mal de remontrances en rentrant chez nous! un jour que je m'étais cachée derrière un arbre pour faire une blague à la bande, je l'ai vu, moi, l'écureuil! nos regards se sont croisés l'espace de quelques secondes et, pfitt, il a disparu dans l'arbre à une vitesse vertigineuse! qu'il était beau, tout petit, avec son pelage roux et sa belle queue en panache! je l'ai cherché par la suite en vain!
Une autre fois, je me suis trouvée face à face avec une biche et son faon! encore une image inoubliable, la beauté de ce tableau m'avait fascinée!
Plus tard, cette forêt fut le théâtre de nos jeux d'adolescents, avec des baisers furtifs volés ça et là, mais, qui, malheureusement, sonnèrent le glas de notre amitié! :cray:

ex_Cosette 2*


17 mars 2011 - 23:30 #53

0
Plus de dix ans en arrière, mon père m'a donné un appareil photo (argentique encore à cette époque), avec différents objectifs. Complètement manuel, avec les réglages d'exposition, de champs..etc à faire.
Il m'avait expliqué le B A BA.
Et me voilà partit avec mon appareil sous le bras, un carnet pour y noter la photo prise, avec les réglages.
J'ai pu m'approcher de chevreuils, près, très près avant de les faire fuir. clic clac, clic clac...
A la pêche je l'emmenais clic clac, clic clac.... Tiens, ce nid dans des branches au dessus de l'eau, avec une cane qui couve clic clac...
Des amis je photographiais, des paysages clic clac, clic clac....
Je faisais les mêmes photos avec différents réglages, et je notais tout.
Arrive la photo N°24, puis 25, puis 26, 27.... :o

Et meeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeerde! Une photo en rab, je veux bien, mais deux puis trois... :p
La pellicule n'avait pas pris au début, et l'appareil prenait des photos dans le vide! :cray:

J'ai repris ensuite mon autre appareil automatique, et j'ai donné celui ci à un ami! :p

ex_métempsycose*


18 mars 2011 - 00:25 #54

0
Le temps c'est du bonheur,
le moindre mot et crac !
amour ou amitié, en tout cas voila quoi
mmmm j'ai des yeux un ptit peu partout
7001 messages vous me paierez ça vous qui sonnez le glas de mon idée de partir avec 7000 messages au compteur, maintenant va définitivement falloir attendre 7777........
Ouuuuuuuuffffff ça tombe bien en même temps j'y comptais un peu

ex_chat_ooo*


18 mars 2011 - 09:08 #55

1
pourquoi partirais-tu Chat000? tu vois bien que tu es une célébrité sur ce forum! et puis, je perdrais mon principal conteur! alors, si tu veux absolument atteindre un objectif, choisis plutôt 10000 :cray:

Ce message a été modifié par Cosette 2 - 18 mars 2011 - 09:09.

ex_Cosette 2*


18 mars 2011 - 09:47 #56

1
Métempsychose, il m'est arrivé un peu la même aventure avec mon premier appareil photo, sauf que j'avais simplement oublié de mettre une pellicule dedans, si bien que j'en ai pris et repris des photos jusqu'au moment où j'ai voulu sortir la pellicule, en me disant que je voudrais bien faire développer tout ce que j'avais photographié! la déception fut grande! j'y avais mis tellement d'enthousiasme et j'avais cherché tellement de vues que je trouvais exceptionnelles! j'ai eu l'impression d'avoir perdu quelque chose de très important et, la leçon a été dure pour ma tête de linotte :p mais, chaque petite, ou grande, chose sert à se construire! ce doit être ça l'apprentissage de la vie! :o
Plus tard, j'ai filmé avec mon premier camescope des paysages magnifiques lors d'un voyage en Autriche. J'ai eu la mauvaise idée de prêter la cassette à une amie qui ne me l'a jamais rendue et m'a dit qu'elle l'avait égarée! Là encore, la déception fut immense! depuis, j'évite de prêter les choses auxquelles je tiens beaucoup! :cray:

ex_Cosette 2*


18 mars 2011 - 22:54 #57

0
Un jour ze croyais avoir eu le coup de foudre pour une fille ; c'était un contexte spécial, jla voyais régulièrement le même jour de chaque semaine, jlui parlais de temps en temps, elle me répondait à demi-mots et touzours avec ce ptit sourire pincé tout en rejetant ses cheveux en arrière, cheveux noir mmmmmmm magnifique petite brune, enfin petite je dis ça mais euh sa tête m'arrivait tout de même au cou, donc physiquement on était équivalents, enfin nan puisque moi, moi..... ouais bon et donc j'avais dans la tête des mots du prof de français, qui disait en gros que les défauts d'une femme font tout son charme, et aussi le fait que l'amour c'est comme le hamac de l'âme, après avoir traversé des tranchées quel réconfort, quel repos que de pouvoir se reposer entre les bras d'une sirène ; pis donc cette fille une fois que j'ai eu appris qu'elle était dans la même classe que moi en temps "normal" (dans le tronc commun des matières de notre niveau scolaire donc), eh bien....... coup de foudre quoi, tout à coup j'ai vu la différence qui existait entre les premières et les terminales, incroyable différence qui ze trouvais nous mettait en valeur tous les deux, nous aurions formé un couple charmant......
..... pis un jour ce maelstrom de "sentiments", en pleine classe, m'a donné l'impression que TOUT LE MONDE savait...... incroyable solitude
sans douleur, heureusement, puisque même si ses copines, par la suite, avaient tendance à me tourner autour, je n'ai jamais cherché à élucider le pouquoi, jm'amusais à imaginer qu'il s'agissait de ses "poissons pilotes", ses lieutenantes, les meilleures lectrices de son coeur à elle......
pis un jour avant de rentrer en classe, jme suis attardé sur la place du champ de Mars, là où provisoirement s'était installée une vogue, là j'ai dépensé tout mon argent de poche sur un stand de tir..... z'espérais pouvoir lui offrir ce que je venais de gagner, histoire d'avoir un prétexte afin de lier connaissance par la suite ; ce jour-là, je ne la vis jamais..... les jours suivants, elle papotait avec les gens de la classe de terminale, j'ai jamais osé interférer.....
ma vie est pleine de souvenirs dans ce genre-là..... heureusement par la suite, jme suis informé et il existe ce qu'on appelle des égrégores : http://fr.wikipedia....%89gr%C3%A9gore
début d'explication à ma poisse personnelle
cela soulage le coeur, de se dire qu'on a l'Enfer pour ennemi
ah et euh jvous parle même po de la fois où avec des "potes" on a volé des fruits dans le jardin d'un voisin pis essayer de faire cramer un pneu dans le terrain vague, ils couraient plus vite que moi lorsqu' "on" s'est fait pincer......

ex_chat_ooo*


19 mars 2011 - 09:33 #58

1
mon poète,
j'avais tout juste quinze ans, l'insouciance de mon âge, et je découvrais le plaisir de lire le trouble dans les yeux des garçons de ma classe!
un jour, je découvris un poème dans la poche de mon manteau, un joli poème anonyme que je m'empressais de faire lire à mes copines!
et, chaque jour de cours, il y en avait un autre! impossible de savoir qui en était l'auteur! nous nous étions toutes mobilisées, nous observions nos compagnons de classe, nous pouffions de rire à la moindre occasion et, nous devions passer pour de sacrées bécasses!
mais, les jours passaient, les poèmes se multipliaient et les vacances approchaient! je commençais à me prendre au jeu et tous ces mots d'amour me touchaient de plus en plus! et puis, un jour, rien dans la poche de mon vêtement, rien non plus les jours suivants! mon poète était disparu comme il était venu! j'ai ressenti un véritable chagrin, comme après une rupture!
l'année scolaire s'acheva, le mystère resta entier! j'ai souvent repensé à cette drôle d'histoire! j'en ai conclu que ce garçon ne pouvait être quelqu'un de ma classe, peut-être un élève d'une autre section? était-il trop timide pour ne pas avoir osé m'aborder pendant tous ces mois, ou bien, avait-il était obligé de partir avant de pouvoir se faire connaître? c'est sûr, maintenant, je ne le saurai jamais! mais, tout de même, quel pouvoir ont les mots d'un inconnu, ce pouvoir de nous faire rêver! :cray:

ex_Cosette 2*


19 mars 2011 - 19:12 #59

0
J'ai 14 ans, je suis au collège. Et cet hivers là je me déplace en béquilles, un plâtre à la cheville.
Et s'il y a bien une matière que je déteste à l'école, c'est bien l'histoire-géo, après le français! Pouah :o
Et s'il y a bien une prof qui m'a marqué à vie, c'est bien celle que nous avons eu pendant deux ans, pour nous enseigner l'histoire et la géographie.
Avec elle, pas question de rire et fallait être plutôt attentif et bien prendre des notes. Rien n'était écrit au tableau, chacun se débrouillait. Quant aux interros....aie aie aie, c'était des dissertations à faire...beurk! Autant dire que mes notes ne volaient pas haut :cray:
Un matin d'un contrôle, j'ai décidé d'utiliser mon "invalidité" provisoire pour sécher légalement cette torture: mon pied enflé, suintait un peu entre les orteils, et je suis allé chez le médecin (avec maman biensur ;) ).
Ahhhhhh, ce soulagement, quand je pensais à mes camarades d'infortune en train de flancher, suer, cogiter, disserter sur la révolution d'octobre 17 en URSS!
:cray:
Le cours suivant, je me suis présenté à la prof, un mot d'excuse valable. :acute: :o

Que nenni, elle n'en a rien eu à fiche.... :acute: Elle m'a envoyé directement chez le directeur pour faire l'interro que j'avais évitée! :acute:

Bien mal acquis ne profite jamais...

ex_métempsycose*


20 mars 2011 - 16:09 #60

0
Coup de foudre (énième partie)

C'était du côté du château de Crussol, là où à une époque avec la ptite famille nous avions choisi de fêter mon anniversaire. Après le château, avant de se farcir l'ultime grimpette vers les meurtrières qui permettent un panorama fantastique sur St Péray en contrebas, existent plusieurs chemins de traverse, beaucoup de randonneurs sillonnent la colline ainsi, durant des heures, à pied. Personnellement, j'apprécie la compagnie d'autrui lorsque cette-dernière me permet de ne pas me perdre ; or avec tous ces rochers et hauts arbres, force est de reconnaître, là bas, qu'on s'égare aisément à se laisser hypnotiser, en marchant, par la contemplation du flanc de colline, en dépit des cailloux, au sol, marqués de traces à la craie bleues et rouges, repères efficaces si on connait le code de couleur. Donc engagé dans le labyrinthe de verdure, j'étais un peu paumé, cherchant des yeux quelques heures après mon escapade hors des sentiers battus, la moindre petite chose, le moindre petit indice de la "bonne" direction qui aurait pu accrocher mon attention à l'aller. Cela dit soyons réalistes : il m'était impossible de me perdre complètement, nul besoin de boussole puisque d'une manière générale on peut dire que l'expression "tous les chemins mènent à Rome" n'est pas si fantaisiste. Et donc, mon sac à dos me cinglant un peu la clavicule, sur le chemin de retour, à un moment donné je me rend compte que je suis un peu plus "tiré vers le bas" que d'habitude. Tout ce que je sais, c'est qu'il me faut absolument franchir cet obstacle. Je ne suis point alpiniste, mais je me dis que ça doit être exaltant, j'ai comme l'impression de ressentir un ptit peu, à plus petite échelle certes, des sensations fortes que ces-derniers connaissent. Alors je rampe sur la caillasse en essayant de me donner une allure un peu grandiose. Néanmoins, je ne peux regarder le ciel, ni derrière moi, le poids de mon dos m'en empêche, ni trop en avant, n'oublions que je suis alors presque à plat ventre sur une paroi un peu plus lisse que les précédentes sur lesquelles je pouvais marcher. Je n'entends plus rien, je ne sens même pas ma propre sueur en dépit des heures passées à cavaler. Durant une ou deux secondes, je suis comme en apesanteur, c'est à dire que cette fois mon corps est animé de réflexes, résultats d'un frisson d'inconnu bestial, puis hop ! je me "récupère" sur la terre ferme, redressé, je me retourne et regarde derrière moi ce que j'ai franchi.
En fait, je croyais que j'étais encore sur l'itinéraire que je m'étais fixé un quart d'heure plus tôt en décidant de prendre cette direction. En réalité, au moment où j'avais ressenti ce frisson, il se trouve, tandis que je me remémore ce que j'ai fait, que je me trouvais littéralement le dos face à un précipice de plusieurs centaines de mètres. Le ravin, et non plus le chemin ni le flanc "souple" de colline que je croyais arpenter. Je prends conscience de la raison pour laquelle mon sac à dos me paraissait si lourd. J'aurais pu très facilement y laisser ma peau.
Coup de foudre pour la Vie ce jour-là.
:cray:

Ce message a été modifié par chat_ooo - 20 mars 2011 - 16:14.

ex_chat_ooo*



  • (60 Pages)
  • 1
  • 2
  • 3
  • Dernière »