Aller au contenu

Rechercher dans la communauté: Affichage des résultats pour les étiquettes 'radio rap'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Merci de saisir les tags en les séparant par des virgules. Les tags permettent de retrouver rapidement un sujet. Indiquez les mots clefs important pour votre sujet.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Membres
    • Bienvenue
    • Trombinoscope
    • Près de chez vous
    • Célébrations
  • Actu et Débats
    • France
    • International
    • Société
    • Politique
    • Environnement
    • Economie
    • Sciences
    • Religion et Culte
    • People
    • Insolites
    • Actualités - Divers
  • Quotidien
    • Quotidien
    • Emploi
    • Amour et Séduction
    • Sexualité
    • Education et Famille
    • Santé
    • Etudes
    • Droits
    • Beauté - Mode
    • Animaux
    • Adozone
    • Aide aux devoirs
    • Inclassables
  • Culture
    • Cinéma
    • Arts et Artistes
    • Photographie
    • Philosophie
    • Musiques
    • Littérature
    • Histoire
    • Mangas
    • Théâtre
    • Langue française
  • Loisirs
    • Cuisine
    • Télévision
    • Séries
    • Chasse & Pêche
    • Voyages
    • Animés et Mangas
    • Auto - Moto
    • Jardinage
    • Bricolage et Déco
    • Esotérisme & Paranormal
    • Autres Loisirs
  • Informatique
    • Tutoriels
    • Hardware
    • Windows
    • Linux & Unix
    • Apple
    • Mobiles
    • Internet
    • Informatique - Divers
  • Jeux Vidéo
    • Central Jeux Vidéo
    • Jeux Online
    • PC
    • Xbox
    • PS3 / PS4
    • PSP / PS Vita
    • Wii / Switch
    • DS / 3DS
    • Jeux Mobile
    • Rétrogaming
  • Sports
    • Central Sports
    • Football
    • Rugby
    • Tennis
    • Basket
    • Sports Auto Moto
    • Sports de combat
    • Hand - Volley
    • Sports Extrêmes
    • Sports - Divers
  • ForumFr
    • Annonces
    • Aide et Suggestions
    • Recrutement
  • Sujets de Test Club
  • Deuxième forum de Test Club

Blogs

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Calendriers

  • Community Calendar
  • Évènements de Test Club

Catégories

  • Actualité
  • Humour
  • Cinéma
  • Sports
  • Musique
  • Divers
  • Vidéos de Test Club

Catégories

  • Actualité
  • Cinéma
  • Sports
  • Musique
  • Jeux vidéo
  • Langue Française
  • Histoire
  • People
  • Divers

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Twitter


Google+


Jabber


Skype


Website URL


Lieu


Intérêts

8 résultats trouvés

  1. Premier pastiche de notre histoire pour Radio Absurdement Pêcheresse : aujourd’hui un MC célèbre vous enchantera de ses versets moqueurs, sous couvert de l’anonymat. Après donc le remaniement de notre gouvernement, en voici un autre… Alors pour que le remaniement du mike s’adore, voici Mike A-Bord ! Beau… Bobo… Bonobo… J’abobo… J'abhorre ! La musique de variété : invariante, avariée Même en voulant l’éventrer, jamais elle ne va varier J'abhorre ! Ses publicistes, ses producteurs, instrumentistes, distributeurs Puis ses choristes, ses managers, journalistes et présentateurs Puis ses danseuses ou ses comiques, aussi les ingénieurs du son, ses chanteuses, ses chanteurs Et… son public J'abhorre ! La musique de variété : invariante et avariée Et j’éventre un de ces sons Dévorons donc ce son Oui voilà : j’éventration Dévote dévoration J’avance en l’antre, son Ou sa latence, ion ? Dévorante dévotion J'abhorre ! Les zombies arrêtent de bouger Puis se regardent, interloqués Ils commencent à se suicider Leurs cervelets découragés Le Mike A-Bord, je leur fredonne Mon sang, l’eau dans leur sonotone Soudain, se change en belladone De par ma langue, heurt monotone J'abhorre ! La musique de variété : invariante, avariée Même en voulant l’éventrer, jamais elle ne va varier J'abhorre ! Et j’éventre un de ces sons Dévorons donc ce son Invariante est la fusion Ça varie en conclusion Je t'abhorre ! Variété ! Invariante ! Eventrée ! Superbe, évidemment... merci Miky. Rappelons la dernière news : l’Horrible Organisation du Rapolitiquement Correct ayant été démantelée – façon puzzle – par quelques uns de nos invités passés, nous pourrons donc vous proposer d’autres pastiches dans le futur. En tout quiétude !
  2. Suite à des problèmes avec la maréchaussée, pour cause de l’attentat sonore qui eut lieu dernièrement sur Radio Absurdement Pêcheresse, nous sommes dans l’impossibilité d’assurer votre émission préférée en direct… Vous écouterez donc la rediffusion d’un enregistrement passé : il s’agit du moment mythique où le salace Mythe-Ô-Man nous a gratifié d’une de ses meilleures inspirations. Mais attention : éloignez vos enfants du ste-po, de l’autoradio, ce qui suit est interdit aux moins de 18 ans ! Vous voici prévenus : si vous êtes mineurs, merci de ne pas continuer plus avant… Fascinante, éreintante, elle descendait l’avenue. Fasciné, éreinté, j’en attendais la venue – Observant sa tenue, l’imaginant nue Dans mes bras ; sans haut, sans bas ; le chaud de sa peau sous mes doigts. Dès lors piégé je fus, alors l’aborder je dus En pirate : je l’accostais donc, et la charmais, Lui expliquant l’effet qu’elle m’avait fait. Lolita rigola à l’ouïe de l’insolente parole, Sculpturale damoiselle, en suspendit son vol Puis abolit ma folie évolutive, Lascive telle une indolente idole. Déesse à adorer ; secret à pénétrer ; vive convive ! Jovial, je l’invitais ainsi dans mon repère En rappant – bien, évidemment – pour lui plaire, Avec savoir-faire… Idée ? Nous envoyer en l’air, Nous effeuiller, nous caresser. Et plus si affinités. Mythomane ! Langue pendante, Tu ne la connais ni des lèvres ni des dents Mais tu rêves de ton Eve : la serrer en tenue d’Adam. Mythe-Ô-Man Ment & invente Ta vie quand, perfide, la peur t’habite De voir pousser ton bide, et rétrécir ta bite… Yo ! Je ne veux paraître poète arrogant, Plutôt voir onduler tes cheveux, et ton corps. À tes yeux, je vois que cela te surprend : isochore, Mon style est habile dans l’éroto-core. Romantisme qui, sans efforts te cajole, Te frôle – pour que tu miaules – et t’affole : Tel de l’alcool frivole, bu à la bouteille. Ou baisers volés, bémols polissons en veille D’heureux ébats ; batifolage & merveille. Avec toi, je saurai prendre des gants vermeils : Sensuellement, suspendre ton affolement, En être tendre virilement, car enfin tu te fends. Vénérable vestale, je t’en dévoile, T’en dévêts assurément ; oui sans égal ! Mes mains polissent – quel délice – ta peau lisse, Voyagent – où ? – vers tes seins, visitent le doux de tes cuisses. Mythomane ! Langue pendante, Tu ne la connais ni des lèvres ni des dents Mais tu rêves de ton Eve : la serrer en tenue d’Adam. Mythe-Ô-Man Ment & invente Ta vie quand, perfide, la peur t’habite De voir pousser ton bide, et rétrécir ta bite… Tant effet se diverge, tant disque long s’excite ; Comme je le sais que ce n’est pas difficile : Laissons ton habit m’éclore – si nubile – Pour te vêtir d’une rose – et intime. Satisfecit ? Cela te rend expressive, pour ne pas dire active : Nos corps se découvrent tandis qu’on se recouvre, Et ne cessent mes caresses, sur ton fessier Qui s’abaisse… Ou se dresse ? Enfin on laisse aller… Lors, des lèvres s’entrouvrent pour m’avaler Or les fruits de ton verger gémissent – où mon asperge Se déplie – et m’emplissent : de joie, déployée Par nos choix, à sa loi nous pliant, le désir s’en répand. Car si, avec douceur je sors de ton antre, Avec ardeur, aussitôt j’y rerentre – Et soudain l’explosion, nos plaisirs implorants Implosant à l’unisson : instant de perfection. Mythomane ! Langue pendante, Tu ne la connais ni des lèvres ni des dents Mais tu rêves de ton Eve : la serrer en tenue d’Adam. Mythe-Ô-Man Ment & invente Ta vie quand, perfide, la peur t’habite De voir pousser ton bide, et rétrécir ta bite… Ah j’adore ! Merci Mythe-Ô-Man ! Et à toi auditeur, j’ajoute : choisis l’éroto-core, si t’es pas mort ; si t’es d’accord, c’est sans remords ! Et une spéciale dédicace de première classe en forme de respect osé, sucré et raffiné, pour toutes les miss qui jouissent de nos kiss. Et comme disait l’autre : peace. Quel talent…
  3. Yo les kidz ! Voici le retour de la vengeance de Radio Absurdement Pêcheresse ! On vient juste de rattraper Fêtard Zan, qui croyait nous échapper : quelques fiers anciens membres de l’Horrible Organisation du Rapolitiquement Correct nous l'ont ramené, pieds et poings liés, dans un sale état... Contrit (et un peu contraint) ce brave petit nous a demandé de faire des excuses publiques au micro de notre radio : nous allons donc lui faire cette joie, sans artifices, sans musique.... A cappella ! Seigneurs du hip-hop, d'éclatante renommée, Au verbe fécond, de faconde non aphone ! Entretenons-nous du ridicule avéré Que transmettent rimes et rythmes monotones : Résultats de vos flows pour publics sonotones... Car vous n'êtes pas princes mais vils parvenus, Vos discours se pavanent dans le convenu : Panoplie du gangster ou crevard en l'impasse, Quand des quartiers chics vous fréquentez les palaces, Demandant du respect, pour vous, blanches colombes... Heureux, que vous et votre hypocrisie merdassent, Sera le jour où j’irai clasher sur vos tombes. Saigneurs du hip-hop, qui jouez les garçons bouchers, Les dangereux zonards, les vrais qui se la donnent, Ou les heureux queutards aux gonades d'acier : Vides vos phrases sont, en radio ça résonne ; Blêmes vos phases sont ! Or, de là le glas sonne : Vous vous testez – réputation entretenue – Par vidéos interposées... C'est saugrenu De voir vos ego-trips couler sous la surface : Noyés en clownerie, ce même à marée basse. Vous vous rêviez faucons mais n'êtes que palombes ! Heureux, plein d'espoir en la saison de la chasse, Sera le jour où j’irai clasher sur vos tombes. C’est nieurs du hip-hop qu’il faut vous renommer. Vous êtes – malgré vos punchlines mégatonnes – Incapables de freestyle... Alors vous clashez : Les fans lancent des « heil ! » et au game s'abonnent ; Les rappeurs font les durs, à la guerre s'adonnent. L'entente entre labels – oui, le fait est connu – Changent ces pitreries en marketing de rue. Ce jour, le label Z pousse DJ Darass, Demain le label X placera MC Krass : Lançons un clash entre les deux, comme une bombe ! Heureux, que vos deals publicitaires s'effacent, Sera le jour où j’irai clasher sur vos tombes. Ô vous les inconnus ; Ô vous les reconnus : Suivez l'idem chemin, de mensonge et de chiasse Verbale. Avenir tracé en mortelle nasse : Clashs se suivant... Raps... Mutuelle hécatombe... Heureux – car enfin, de l'espace, de la place – Sera le jour où j’irai clasher sur vos tombes. Hein ? C'est ça tes excuses, sale porc ? C'est quoi ton problème ? Tu n'as pas pris assez de coups, c'est ça ton délire ? Si t'es masochiste, on va t'en donner encore plus, tu vas voir... Ramenez-le à la cave ! Toutes nos plates excuses à nos annonceurs, du plus petit au plus grand label de rap français, ainsi qu'à tous les artistes qui auraient pu se senti visés par cet étron. Nous rappelons d'ailleurs être partenaires de la chaîne web de vidéos TousVosClashs, consultable sur TonTube...
  4. … tagada tsoin tsoin, yo check ça ! Aujourd’hui sur Radio Absurdement Pêcheresse, nous allons… Hey ! Qu’est-ce qu’il se passe ? Nous avons une intrusion dans les studios, et je… Aïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïe ! (krouik, vrrrrrzzzzzz, boing…) Salut les fans de rap ! Alors ça gaze ? Ou alors ça ronronne, comme d’hab ? On va vous défourailler les cages à miel avec du bon gros rock qui nique tout : faut refaire toute votre inculture, vous en avez grand besoin… Considérez ceci comme une prise d’otages hertzienne ! Alors on branche amplis, micros, samplers et sans reproches, et c’est parti : façon torture auditive à Guantanamo ! Et ne vous inquiétez pas pour votre présentateur fétiche, le bâtard n’est que bâillonné ! 1 – 2 – 3 – go ! Ceux pour qui rock ne serait pas synonyme de musique Ceux qui en font dans la rue chaque 21 Juin tous les ans Ceux pour qui rock est synonyme de coma éthylique Ceux qui en font dans la cave pour déplaire à papa-maman Ceux se la jouant cynique ; ceux se la jouant mélancolique Ceux qui vont s'auto-produire & rester maîtres de leurs erreurs Ceux – incompris par le public – soudain reniant leur éthique Les mêmes feront de la soupe pour plaire à leur manageur… Ceux laissant choir sans compromis : dégoût au ventre ou rage au cœur Ceux qui imitaient Saez pour plaire à sa jeunesse française Ceux qui imitaient Noir Dèz pour les groupies ou pour le pèze Ceux dont on vole les idées ; ceux qui savent jouer aux poseurs Ceux qui, sans concessions, arrivent à vivre de leur passion Ceux qui, avec concessions, restent loyaux à leurs convictions Ceux se plaignant par mollesse qu’un existant disparaisse Les mêmes ne bougeant leurs fesses – qu’un excitant paraisse… Et certains sont présidents de l’arrêt public Pendant que leur sale son, à pic, coule au fond Où d’autres sont résidents de l’après public En pole position de la zik de salon Ceux ne sachant pourquoi le succès les prit sans crier gare Ceux qui – les écoutant avant – dirent « ça devient commercial » Ceux qui, tels des génies incompris, ne joueront que dans des bars Ceux qui n'écoutent que l'underground pour se montrer marginal Ceux vendant du rêve aux ados en imitant les porno-stars Ceux voulant être adorés, se croyant dieux de la guitare Ceux n’allant jamais en concert tant leur bon goût est sûr et fier Les mêmes ne pourraient rien braire s’ils tentaient de le faire… Ceux qui se font distribuer ou ceux qui se font licencier Ceux que j'eus l'honneur d'observer, qui m'ont gardé à leurs côtés Ceux se plaignant de la télé, continuant à la regarder Ceux donnant envie de foncer d’une parole bien placée Ceux citant « ni dieu ni maître » : de l’anarchie, ils sont prêtres Ceux pour qui « do it yourself » est divinité désuète Ceux ne voyant pas l'intérêt de discuter sur internet Les mêmes, dans leur propre vie, qui ne font jamais la fête… Et certains sont présidents de l’arrêt public S’agitant, à foison, dans le pathétique Pendant que leur sale son, à pic, coule au fond Où d’autres sont résidents de l’après public Devisant d’émotions, leur air ironique En pole position de la zik de salon Ceux clonant les anglo-saxons ; la vile veule vermine ! Ceux voulant être originaux qui alors souvent s'échinent Ceux connaissant du rock les groupes qui passent à la radio Ceux connaissant du rock les groupes grâce à leur clip vidéo Ceux travaillant dans les fanzines, webzines, magazines Ceux s’y comportant tels de petits chefs : de bureau, d’usine Ceux qui, patrons de labels, sur-jouent le rôle du rebelle Les mêmes prenant les artistes pour : vaches à lait… poubelles… Ceux inventant le son de demain, rendant la vie plus belle Ceux diffusant des décibels issus d’enjouées tours de Babel Ceux n'apportant aucun son neuf, se foutant de le faire ou pas Ceux pour qui le rock, c’est neuf, car ils connaissent depuis 3 mois Ceux qui soutiennent leurs idoles en gravant leurs MP3 Ceux qui se la jouent le plus punk – noise – pop indie – blablabla Ceux disant que les artistes doivent faire : ceci… cela… Les mêmes n'agissant jamais ainsi… ni com’ci, ni com’ça ! Et certains sont présidents de l’arrêt public S’agitant, à foison, dans le pathétique Pendant que leur sale son, à pic, coule au fond À défaut, ils s’en repartent arrivistes Où d’autres sont résidents de l’après public Devisant d’émotions, leur air ironique En pole position de la zik de salon En un mot, comme en 1000 – en sang sur ma liste ! (boing, vrrrrrzzzzzz, krouik…) Poursuivez-les, ces chiens ! Rattrapez-les ! Dispatchez-moi ces boloss en patchwork ! Ça y est, chers auditeurs : nous avons repris le contrôle de la radio ! J’annonce déjà qu’il y aura une forte récompense pour toute personne qui retrouvera la trace de Fêtard Zan, que l’on avait programmé ici il y a quelques jours : c’était lui le chanteur de ce groupe de sous-punk immonde, sauf qu’il ne portait aucun postiche aujourd’hui ! Pour désinfecter l’air ambiant, voici tout de suite…
  5. Allô ? Allô ? Ici, Radio Absurdement Pêcheresse, nous avons quelques problèmes d’antenne, j’espère que vous nous captez ! Ce soir dans le studio, un rappeur senior aux cheveux d’or qui nous vient du Nord voire même au delà… Hip-hop non stop pour vos oreilles ! Place à Bémol Dave ! Voici venir Gustave, De condition choux-rave : D’origine Mohave, Se cache en une cave… Ce qu’il aime ? Bédave Bien entendu, bouillave, Puis aussi la pillave. Mais son métier ? Chouraver : Ce qu’en bref, il fait comme un chef. Depuis peu, il s’est activé Avec un Yougoslave – De race betterave – Connu dans une rave : Pas vraiment le gars brave Mais un type assez grave ! Pillage des épaves Ou trafic des esclaves : Des années de GAV. Hey Gustave ! Gus ! T’as vu ? Parmi tous tes ‘soss, là, y’avaient Ceux qui priaient Allah, ceux qui priaient Yahvé, Pour rouler les boloss… Yalla – Avé ! Ces narvalos se gavent : En bizness à Barnave, L’antique angusticlave Ils l’ont volé… Mais ‘tave, Là, doit l’autre marave Pour un deal de goyaves Où le naze a poucave : Aux flics, il a tout bavé En lui arrachant le bénèf’ Patiemment sauvé… Son CV Ne disait rien – dicave ! – De son esprit concave, De son vice : pounchave Un collègue se lave Dans le sang, dans la lave, Le volcan, la courave… Pour ne pas se rodave, Ici, Gus doit s’encaver. Hey Gustave ! Gus ! T’as vu ? Parmi tous tes ‘soss, là, y’avaient Ceux qui priaient Allah, ceux qui priaient Yahvé, Pour rouler les boloss… Yalla – Avé ! Bon ! Faut ici pénave Que l’histoire est pourrave : Gros mytho & balnave… Et je m’y connais, zouaves ! J’ai de nom Bémol Dave, Le seul rappeur batave : Quand l’étrave aime Dave, Bémol aime les travées. (De bons travs, y’en a pas bézèf’ Mais d’eux seuls, j’aime me lover) Mon Dieu des Fables bave Devant ceci : l’octave De sa belle voix suave S’est abaissé… S’aggrave Donc mon cas, et j’entrave Qu’il faut cesser : « Moukave » Crie mon Démon... Latchave ! Voyez donc le SAV Si vous voulez m’en porter grief : Désolé, j’ai récidivé... Hey Gustave ! Gus ! T’as vu ? Parmi tous tes ‘soss, là, y’avaient Ceux qui priaient Allah, ceux qui priaient Yahvé, Pour rouler les boloss… Yalla – Avé ! Pour les plus vieux qui n’auraient rien compris à ce morceau, pour celles et ceux à qui manque le vocabulaire ad hoc, vous trouverez sur notre site un petit lexique de mots d’argot divers & variés, non exhaustif ! On enchaîne de suite avec… Bédave = fumer du cannabis Bouillave = coïter gaiement Pillave = boire de l'alcool Chouraver = voler, dérober Gus = type, homme ‘Soss = associé Boloss = victime potentielle Yalla = allez, allons, vite ! Narvalo = marginal Se gaver = gagner de l'argent Bizness, deal = affaires illicites, trafics Marave = battre, casser Poucave = dénoncer, avouer Flics = maréchaussée Bénèf’= bénéfice Dicave = regarde ! gaffe ! Pounchave = sodomiser Courave = combat, affrontement Se rodave = se faire repérer Pénave = parler, dire Pourrave = pourri, inutile Mytho, balnave = mensonge Bézèf’ = beaucoup Entraver = comprendre Moukave = la ferme ! Latchave = décamper, fuir
  6. Aujourd’hui sur Radio Absurdement Pêcheresse, un MC solitaire, un peu atypique : habillé de peaux de bêtes et d’une cape noire, sorte de croisement bizarre entre Zorro et Rahan, fils de Crao, avec cheveux longs réunis en catogan. Mais les plus intégristes d’entre vous auront surtout du mal avec autre chose : en effet, il zozotte et ses paroles sont quelque peu moqueuses… Alors sans plus attendre, place à Fêtard Zan ! Ze ne rappe pas, ze ne remue pas les bras… C’est connu : pour être un rappeur, fais des zestes avec tes doigts ! C’est bien vu si t’es un poulpe, une pieuvre, un calamar, Un malabar de rappeur faisant des zestes avec ses doigts. Moi sss’peux pas, c’est comme ça : pas de bras, pas de chocolat. Pas de médaille en cacao zenre kakou qui peu-ra, D’ailleurs sssuis plutôt coco : plus chocolat blanc que re-noi. Ô flûte & zut : pas de pigments – pas de peau… C’est désolant ? Un vrai curry coco sans piments : z’ai pas les bons ingrédients. Rappeur inverti, inversé : Fêtard Zan ! Ça s’avère raté, ze suis une noix de cazou râpée… Ce n’est pas du hip-hop, c’est un style que ze chope, Fainéant et facile : ouais c’est de la hippy pop. Ce n’est pas du hip-hop, c’est un tic que ze troque, Un truc en stuc en toc : ouais c’est de la hippy pop. Ce n’est pas du hip-hop, c’est un tag que ze tope, Fatiguant voire futile : ouais c’est de la … pop ! Ze ne rappe pas, ze ne fais pas de brouhaha… C’est connu : pour faire un buzzzzz, faut cracher sur les michetonneuses ! C’est bien vu si t’assimiles les sons à des meufs faciles, Faisant croire que t’es un mac, déshonorant la mélodie, Que dans ton clac, l’échantillon – à ta guise – est dans ton lit. Mais Fêtard Zan vous le dit : tout rappeur est un zéro. Poison incompétent, ne sachant user d’un diapason, Désirant faire du bizz, le bozo, avec le peu qu’il maîtrise, Ne voulant payer les royalties des samples – qu’il utilise – Empruntés… à plus doué que ce zozo ! Pas d’accord, moi sssuis hippy : les loziciels, c’est pas naturel… Ce n’est pas du hip-hop, c’est un style que ze chope, Fainéant et facile : ouais c’est de la hippy pop. Ce n’est pas du hip-hop, c’est un tic que ze troque, Un truc en stuc en toc : ouais c’est de la hippy pop. Ce n’est pas du hip-hop, c’est un tag que ze tope, Fatiguant voire futile : ouais c’est de la … pop ! Ze ne rappe pas, ze ne cherche pas ma voix… C’est connu : pour avoir un bon flow, faut cultiver son ego ! C’est bien vu si t’as ton style, plaçant des oukazes en mode habile Sur un tempo fat et hostile, zouant le fauve ou le reptile. Vas-y : sois pape ou encore pope, moi sssuis l’arnaqueur du hip-hop. Fêtard Zan use de mazie – Cheeta et le Z sont ses amis. Oui ze m’en tape, ze suis pop, volant vos mots pour être au top, Vos vocaux que ze détourne, quand escroqués de vos phrasés Que ze retourne, vous finissez, extorqués de vos phases Et retournez à la case… Nazes ! Chers affranchis défroqués, z’en dévore ces délits avérés… Ce n’est pas du hip-hop, c’est un style que ze chope, Fainéant et facile : ouais c’est de la hippy pop. Ce n’est pas du hip-hop, c’est un tic que ze troque, Un truc en stuc en toc : ouais c’est de la hippy pop. Ce n’est pas du hip-hop, c’est un tag que ze tope, Fatiguant voire futile : ouais c’est de la … pop ! Je vous avais prévenu, c’est atypique : j’espère que nous entendrons encore parler de lui par la suite. Rappelons que nous sommes toujours sans nouvelles du groupe Occis Mort que nous vous avions fait découvrir il y a peu… Espérons que l’Horrible Organisation du Rapolitiquement Correct – de sinistre mémoire – n’ait encore frappé. Mais notre invité de ce soir à l’air de pouvoir se défendre : je le vois par la fenêtre repartir à dos d’éléphant. Tout n’est pas perdu, donc...
  7. Bienvenue pour un freestyle rap, sur Radio Absurdement Pêcheresse, la seule radio qui ne propose pas d’espace pub à la seule bière qui pourrait pourtant envisager d’en faire… Ici ! Ouf, je reprends mon souffle… Donc aujourd’hui dans le studio, le tout jeune groupe Occis Mort, composé de Phil Paydo, MC Mer et Fessard Cosy, qui se mettent déjà en piste. Alors, balançons le bon son, et place à la nouvelle école ! Veni Vedi Vici, Au beau milieu du hip-hop français, Où la vindicte phallocrate flippe & flop de façon rance, hey ! La misogynie sert de mise, de génie au rap hexagonal. Une blennorragie lui sert de rage, aïe ! ça chauffe pour ses gonades : Gonorrhée de gangsta du slip, logorrhée de p'tite frappe anale, Sodome et Gomorrhe dans le flow – vice réfugié en ces monades. Car détester autant les femmes, c'est forcément être pédéraste. Rasta ? Pas forcé, mais pédant... ou Paydo Phil pour les plus chastes ! L'inceste pour les plus chanceux, « NTM » en palimpseste : Violer de vieux parcheminés, ce sera tout ce qui leur reste. User de décalcomanie, étrange manie pour des icônes : Sexisme décalotté, revoici l'attaque des clones. Ces falots phallocrates jalousent les trompes de Fallope, Se trompent d'angle d'attaque, Transforment les femmes en salopes. OK, Ce morceau tu ne l’as pas quitté, ou t’as le don d’ubiquité. Tu te volatilises si j’vocalise ? Lors j’cause par onomatopées : Non ! – mais ! – à ! – l’eau ! – quoi ? ça va, reste cool ou reste cois ! Tu t’es retrouvé, dans le premier couplet, le premier coup (reçu) de fil ? MC Mer t’en remercie, la suite n’en sera que plus facile : Les MCs merdeux, je les débite, ceux atteints d’une phlébite de la beat- Box, vos faces de MCs médiocres, les roxxxe de mes gants d’ambidextre, Vos faciès s’en rendent ocres, MCs mythos je vous exècre. C'est con : le cave qu'on vexe se révèle souvent concave. Je vais réunir toutes tes ex sous la forme d’un conclave : Elles ont une liste de griefs en faveur de ton ostracisme. Virer le macho de son fief ? Nouvelle forme de racisme. Ces falots phallocrates jalousent les trompes de Fallope, Se trompent d'angle d'attaque, Transforment les femmes en salopes. Mouh ! Je n’suis pas fan de Hollande, préférant le fromage de Groland. Président de la raie publique ? Certains pourtant l’assurent inique… Fessard Cosy sur son berceau, ça va le frapper d’apoplexie, D’aphasie, de lumbago, tout pour lui passer l’appétit : La mauvaise fée que je suis va le tourner en tournedos, Paul Bocuse est aux fourneaux, Bacchus nous abreuve aux tonneaux, Rajoutons un peu de quinine pour continuer son quinquennat… Le queutard qu’il est se câline, je préférais quand c’était moi : Avec mon mega swag – bling-bling – j’écopais d’un Kokaïne Karma, Carla aggravant mon cas, plus que ne l’avait fait Cecilia. Me voici tel le rap francophone : vertueux… les années bissextiles, Et encore… une fois sur 2 ! iPhone et Rolex me rendent viril. Ces falots phallocrates jalousent les trompes de Fallope, Se trompent d'angle d'attaque, Transforment les femmes en salopes. Oulah c’était chaud ! En direct, et spécialement pour vous, le groupe Occis Mort vient de clasher plus de 90 % du rap de France et de Navarre, et a même débordé sur nos chers & aimés présidents… Un grand moment de radio, comme disait l’autre à la grande époque de l’ORTF ! Donc remercions chaleureusement ces jeunes incendiaires linguistiques, sachant que nous risquons de ne plus entendre parler d’eux par la suite, ou alors en rubrique « faits divers »… bon courage, les gars, votre nom de groupe était bien trouvé ! Tout de suite, le nouveau single de…
  8. Kof ! Kof ! Kof ! Rrrrr… désolé, je m’éclaircis la voix : le studio de Radio Absurdement Pêcheresse est particulièrement enfumé ce soir… Nous avons l’insigne honneur de recevoir Mort Ali-T, ancien pilier de l’Horrible Organisation du Rapolitiquement Correct, qui va nous interpréter quelques misogynes rimes de son flow rauque typique du fumeur de gitanes... Aïe ! De Havanes, pardon grand seigneur… Lancez la bande son ! « Vapoter Higher » tu m’as dit, croyant allumer l’incendie De mon cigare, or l’indécent, tu ne l’auras... Incidemment, L’allure de ta E-clope te donne un air condescendant – Tu mégotes sur les mégots, tu voudrais le feu sans les cendres. Tu chipotes sur les chipolatas, barbecue pourtant tendre : Hips ! Tu t’es mise à la chicha afin d’accompagner tes chips Et tes potes, qui vapotent, mecs des beaux quartiers jouant les cheick. Cool, tu t’es dit, ou bien chiche ? Ça coule avec le kebap shish ! Mais tes efféminés sont cheb : des cheba même, tes éphèbes… Fans d’un hip-hop de turques chiottes, lançant des « yo », « swag » ou « check », Croyant tchatcher – verlan ? arabe ? – en atchoumant quelques syllabes. Au mieux ils aiment « Cliché Hot » & chuintent du bec quand ils rotent. Vapoter Higher ? E-Clope ? Trucs d’éclopé(e)s. Va poter ailleurs : boire, fumer vrai, me bottent. Alors dis-donc, l’éclopée : est-ce que t’avales la fumée ? Car – empotée – tu fais des mines pendant que, là, je fulmine Or oui, te laminer, minable, est belle raison qui m’anime : Te malmener – abominée – toi et ton style gominé. Un sombre dessein se ramène, enjolivant cet animé… À élimer en un rāmen, nippon ni bon, c’est bien shōnen Ou hentaï : je suis bien chaud, naine, à émincer ton bel hymen. Entailles y faire en aumône, cadeaux pour tes minets… amen ! Détends-toi : c’est juste une blague, à tabac, un immonde gag. Truc virtuel, pour te passer à tabac, te voir dépassée. Ta toison blonde, brune ou rousse, je ne me vois l’attiser : Après t’avoir fichu la frousse, par contre – hop ! – aller tiser… Vapoter Higher ? E-Clope ? Trucs d’éclopé(e)s. Tu ne me donnes guère envie de papoter, Schisme entre moi, despote, et tes parfums de fiotte. Va poter ailleurs : boire, fumer vrai, me bottent. Me revoici, Mort Ali-T, j’en jette une pour l’alité, L’adepte d’une utilité, oui du fait de se mutiler : Sur la peau, la clope écraser ; allumée, les nerfs embraser… Arrêtons les futilités : pour ça, faut du 900 degrés, Un foyer de toute beauté, pas la vapote dénigrée. Car ton électro-calumet carbure au mieux comme un sifflet, Ça oblige à prendre un briquet pour, au derme, mettre un soufflet. Pour les vrais hommes : brasero de rigueur, ou bien hauts-fourneaux. La E-clope : pour les zéros ! Comme refuser le porno ! Comme avoir envie de l’Eros et refuser qu’il soit féroce ! Et d’ailleurs, petit caniche : comment tu fais pour le haschich ? Peut-être que tu veux, boniche, une pipe en photo-finish ? Vapoter Higher ? E-Clope ? Trucs d’éclopé(e)s. Tu ne me donnes guère envie de papoter, Plutôt ta vie l’ôter : guerre de papauté, Schisme entre moi, despote, et tes parfums de fiotte. Alors, ça vapote ? Non : ça va pas, pas pote. Va poter ailleurs : boire, fumer vrai, me bottent. Certes… Non non, c’est très bien comme rap ! Aïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïïe ! Toutes mes excuses, grand seigneur, mais nous cherchons à développer en ce moment un partenariat avec des marques de cigarettes électroni… Que ? Je ferme ma gueule ? Heu… D’accord…
×