Rechercher dans la communauté: Affichage des résultats pour les tags 'magie'.

  • Rechercher par tags

    Mots clefs permettant de définir votre sujet. Saisir les tags en les séparant par une virgule.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Membres
    • Bienvenue
    • Trombinoscope
    • Près de chez vous
    • Célébrations
  • Actu et Débats
    • France
    • International
    • Societé
    • Politique
    • Environnement
    • Economie
    • Sciences
    • Religion et Culte
    • People
    • Insolites
    • Actualités - Divers
  • Quotidien
    • Quotidien
    • Emploi
    • Amour et Séduction
    • Sexualité
    • Education et Famille
    • Santé
    • Etudes
    • Droits
    • Beauté - Mode
    • Animaux
    • Adozone
    • Aide aux devoirs
    • Inclassables
  • Culture
    • Cinéma
    • Arts et Artistes
    • Photographie
    • Philosophie
    • Musiques
    • Littérature
    • Histoire
    • Mangas
    • Théâtre
    • Langue française
  • Loisirs
    • Cuisine
    • Télévision
    • Séries
    • Chasse & Pêche
    • Voyages
    • Animés et Mangas
    • Auto - Moto
    • Jardinage
    • Bricolage et Déco
    • Esotérisme & Paranormal
    • Autres Loisirs
  • Informatique
    • Tutoriels
    • Hardware
    • Windows
    • Linux & Unix
    • Apple
    • Mobiles
    • Internet
    • Informatique - Divers
  • Jeux Vidéo
    • Central Jeux Vidéo
    • Jeux Online
    • PC
    • Xbox
    • PS3 / PS4
    • PSP / PS Vita
    • Wii / WiiU
    • DS / 3DS
    • Jeux Mobile
    • Rétrogaming
  • Sports
    • Central Sports
    • Football
    • Rugby
    • Tennis
    • Basket
    • Sports Auto Moto
    • Sports de combat
    • Hand - Volley
    • Sports Extrêmes
    • Sports - Divers
  • Asile
    • Central de l'asile
    • Jeux de l'asile
    • Sexe
    • YAR YAR
  • ForumFr
    • Annonces
    • Aide et Suggestions
    • Recrutement

Blogs

  • Arcade Fr
  • Bashi' Blog
  • _Dolph' Blog
  • mistral gagnant' Blog
  • mamandrinette' Blog
  • MiniDolph' Blog
  • AC/DC' Blog
  • Belles-Images
  • I_Love_Myself's Blog
  • Bienvenue sur mon blog photos
  • Chroniques Royales
  • mouradmec' Blog
  • violinka' Blog
  • Mua/Blog
  • latitounne' Blog
  • SoBibiatch' Blog
  • Benny T' Blog
  • Le blog d'un 'tit piaf
  • chihade' Blog
  • Sohaunted' Blog
  • imroweh' Blog
  • respublikae' Blog
  • gaetan33' Blog
  • 'tevie
  • BONNES VACANCES
  • Mon Ange' Blog
  • CAPRICE-ANGEL' Blog
  • deudeu' Blog
  • Florian' Blog
  • Mon futur bébé
  • NeeXuuS' Blog
  • biloute cam&léa' Blog
  • Mada'Blog
  • Mister_T' Blog
  • Phrase de forumeurs
  • foufa2' Blog
  • ghostfighter' Blog
  • joyaux' Blog
  • CheeseBlog
  • mimine59' Blog
  • empso' Blog
  • limpins' Blog
  • Le blog de Fred
  • laclemdu57' Blog
  • penser' Blog
  • 30 kinder voter JAROD' Blog
  • Le blog à la bécasse
  • Lala'Blog!
  • WILL641' Blog
  • kitou kiss' Blog
  • ali_s' Blog
  • Tsuge
  • Pause goûter
  • Nico.ol' Blog
  • ♪ Quand on est kon ♪
  • Maki's Back
  • anouar34' Blog
  • tamalou' Blog
  • fifi62100' Blog
  • Thierrymédium' Blog
  • lilycrumble' Blog
  • La Piste Rouge de sang' Blog
  • guillaume1968' Blog
  • grand pere' Blog
  • Tao' Blog
  • Le blog du hippie
  • Violette's Blog
  • Mike's Blog
  • l'inspecteur harry' Blog
  • bettinette' Blog
  • credithabbogratuit' Blog
  • scarlettianh' Blog
  • philippe29520' Blog
  • tsukushi' Blog
  • qslyon' Blog
  • Aurel72' Blog
  • tetalouest49' Blog
  • Nephalion's Blog
  • Younes zdf' Blog
  • ASKI' Blog
  • Test
  • goods' Blog
  • sandra73' Blog
  • Frankel' Blog
  • bengdoura' Blog
  • djk2' Blog
  • Du projet Bluebeam aux maitres de sagesses...
  • kevindu41759' Blog
  • Petits bouts de chemin
  • burnout paradise Blog
  • nenett' Blog
  • Geek 4 Live
  • NEW AGE Hope scession dream
  • Féline3' agent 033 Blog
  • jeremycircus' Blog
  • benji77' Blog
  • lilhy' Blog
  • vic5' Blog
  • flex' Blog
  • laume' Blog
  • chamalot16470' Blog
  • nanar0000' Blog
  • Zen' Blog
  • douxdee' Blog
  • sarah-moi-74
  • anthony59' Blog
  • Fettehblog
  • moi mon blog ptit niveau dofus
  • tocomon's Blog
  • High Heels Masochist
  • pdelgado047' Blog
  • polomarco' Blog
  • Ma vie
  • Artnono' Blog
  • leïla auteur' Blog
  • gelisa' Blog
  • socratetobi' Blog
  • master-zik' Blog
  • Black Survitual' Blog
  • kiki57600' Blog
  • N.K.O' Blog
  • Kikoup' Blog
  • bire1979' Blog
  • tennishebdo
  • william tankoua' Blog
  • Hack Windows
  • ninam' Blog
  • GAGNER AVEC EBAY SANS RIEN VENDRE!!!!
  • jujuaucanarie' Blog
  • crice' Blog
  • sabrouche' Blog
  • killer_girl' Blog
  • pierreg60' Blog
  • Tartines et confiture
  • meloudidounou' Blog
  • Intoxicated' Blog
  • soleil1402' Blog
  • liveindom' Blog
  • cheba algerienne' Blog
  • rs360' Blog
  • radet38' Blog
  • SANDSAND' Blog
  • kenshin-himura' Blog
  • casoli' Blog
  • Ydel54' Blog
  • katensister' Blog
  • Marylin68' Blog
  • amitie
  • geronimo1er' Blog
  • Ozmaestro' Blog
  • CLEOPATRÿ
  • phil911' Blog
  • Lindsay39' Blog
  • bad boy2' Blog
  • alkpone' Blog
  • doudounette81390' Blog
  • pharmaciedecharriereblanche
  • Goku-97' Blog
  • ximo_new' Blog
  • mespetitsanges' Blog
  • Priprouche' Blog
  • celinoudu78' Blog
  • Mourir ou devenir sdf...' Blog
  • missdior' Blog
  • Kally' Blog
  • JIWIX Blog
  • bourretoise' Blog
  • couple et ses problème
  • tess666' Blog
  • lud_ced_manon' Blog
  • Le monde sensuel de nostressssss
  • info_cour' Blog
  • Bienvenue sur mon blog! :)
  • nanie49' Blog
  • mvinet Blog
  • grooooos' Blog
  • tighilt' Blog
  • lito' Blog
  • Vive_la_Vie' Blog
  • travels morocco' Blog
  • Journal Clandestin
  • ChamPIPI--non'
  • ysa42' Blog
  • alpha1487' Blog
  • aurelien56390' Blog
  • life and best's
  • brandbrand' Blog
  • mmj4' Blog
  • oumaima2006' Blog
  • Blue-Blog
  • Cercle Effort Issenheim
  • laurent chaumette' Blog
  • Le blog d'une Ange
  • Caricatures d'avatars !
  • Javiere Area
  • bimo1991' Blog
  • azertY3214' Blog
  • ozegan' Blog
  • EURODANCE
  • Buray ANIL' Blog
  • is23' Blog
  • missmorwenn' Blog
  • Sexy44450' Blog
  • CLAROSY' Blog
  • Naas' Blog
  • nuevavia' Blog
  • e-loue
  • creation.videoclub' Blog
  • CmoiCuisine
  • hasnaa0609' Blog
  • terminatorus' Blog
  • zazou73' Blog
  • SRI BAKTY HENES' Blog
  • 不过泛泛之辈
  • nana62200' Blog
  • OmiiXap' Blog
  • Blog sur affairesdunet
  • amop3' Blog
  • Clo'
  • salv' Blog
  • talbus' Blog
  • La vie
  • Le blog de Bmvert
  • Créer vos Tool's avec Delphi
  • lkamikaz' Blog
  • mamidu67' Blog
  • Missnaruto44
  • TABERNACLE' Blog
  • Jules wants you to dance ¿
  • Journal de la bizarrerie quotidienne
  • somoza' Blog
  • bienvenue chez moi
  • Vlyblennaya
  • Miroir mon beau miroir
  • Etude Biblique gratuite
  • pretty-odd' Blog
  • Itinéraires
  • justement quelqu'un's Blog
  • sweety-exotique
  • UNDONDUCOEUR' Blog
  • patricia H
  • LYRIQUE' Blog
  • Mes cartoons
  • creer une école bilingue
  • YEHOUELE' Blog
  • sarah_ladouce' Blog
  • Tite mimoun
  • filou59' Blog
  • Dilou61' Blog
  • Wazu's blog.
  • Aggravation d'un Etat Chronique
  • litteratura
  • nadoo' Blog
  • madalton3' Blog
  • abdessadek_casa
  • TAMORI' Blog
  • loulou78' Blog
  • clac
  • Nohate' Blog
  • amoureux95
  • alex-lemateu' Blog
  • spirit_of_nature' Blog
  • Scorpion51' Blog
  • Blog d'un mec
  • chris91' Blog
  • casy82' Blog
  • Journal de Rorschach
  • lainvio' Blog
  • Méthylbro' Blog
  • vérocoach' Blog
  • ptitoune' Blog
  • decomoulage
  • justeaubord' Blog
  • CROUTE' Blog
  • zik2films' Blog
  • djauho' Blog
  • laurence2257' Blog
  • azerty00789' Blog
  • labrunette14' Blog
  • Blog histoire de l'art
  • chris56120' Blog
  • jaures 2' Blog
  • tonicalabria' Blog
  • Grenouilloscope
  • mariange' Blog
  • Senior-Lover
  • hire414' Blog
  • chaplincath' Blog
  • Des Sourcils PLein la Tete, piratesourcil' Blog
  • jacques5' Blog
  • Calie-Toad' Blog
  • Superdémon' Blog
  • ouh's Blog
  • razihel' Blog
  • PAROLIER37' Blog
  • sanfablolé' Blog
  • Le dessin une passion
  • vrin' Blog
  • skyra20' Blog
  • Mangas
  • pompougniette' Blog
  • arkotik' Blog
  • SIMPLO1' Blog
  • Fly-For-Believe
  • aalex1984' Blog
  • squelet-exos' Blog
  • jo99' Blog
  • TYMOMO' Blog
  • btdracing' Blog
  • ma vie à moi' Blog
  • chems_23' Blog
  • Marquise X' Blog
  • séverine11' Blog
  • sexyxtoy' Blog
  • traiteurgagou
  • lorchideebeaute
  • instituteur' Blog
  • Volfoni' Blog
  • LES BLAGUES A ZOTHOP
  • riva' Blog
  • vaxweb' Blog
  • karisa' Blog
  • yanouck' Blog
  • lauwlo' Blog
  • sonia74' Blog
  • ELCTROBORG' Blog
  • Hoster_pro' Blog
  • MisterGroin's Blog
  • ELKHAYATI' Blog
  • Famille d'acceuil Personnes Handicapés
  • guillaume300184' Blog
  • zazour' Blog
  • charlotteleith' Blog
  • SERRURIER'Blog
  • sarahh' Blog
  • x000x000x' Blog
  • night passenger' Blog
  • anouar5' Blog
  • AIME ARGENT' Blog
  • faire de largent gratuit.
  • jojo la joie' Blog
  • TOPEXTREM
  • Souvenirs de Catacombes
  • Neo75' Blog
  • Le jeff' Blog
  • amandineD' Blog
  • melystan' Blog
  • mmanouvelles' Blog
  • j'ai crée mon entreprise
  • Fidelio' Blog
  • smartis' Blog
  • x3-coraline-x3' Blog
  • crepy6' Blog
  • lycha' Blog
  • ethanz' Blog
  • clodo game
  • quelaveritesoit' Blog
  • Vitriol can be tasty
  • loic73' Blog
  • lingerie pas chere
  • Bastos10
  • le billet d'humeur de Framboisine
  • Monokini
  • pierre faure' Blog
  • johnbizet' Blog
  • Dia(b)logue
  • eirelav' Blog
  • Danaos' Blog
  • Cursus-Médical
  • lolita8956' Blog
  • teofred' Blog
  • Achat de Cialis, acheter facilement
  • arwena' Blog
  • beatrice84200' Blog
  • babacar-mbaye' Blog
  • Min yuK' Blog
  • Sesame Street
  • seb197979' Blog
  • militante54' Blog
  • thimoté' Blog
  • MounirBT' Blog
  • mms9' Blog
  • www.fredcost.fr
  • ptitloupdu29' Blog la brute et pilotin
  • mémoélég' Blog
  • ORLANDE' Blog
  • annies' Blog
  • maatistmov' Blog
  • boutaflika' Blog
  • louna81390' Blog
  • http://pamphletsong.perso.sfr.fr
  • lollipops' Blog
  • blondasse2' Blog
  • Doug' Blog
  • OnlyEternae' Blog
  • J'aime les robes
  • blog fermé
  • nizar69' Blog
  • tout est possible
  • le tourengeau' Blog
  • benghozzia' Blog
  • DIS MOI' Blog
  • cocinelle36' Blog
  • ConcoursDeSims' Blog
  • def67' Blog
  • miss_tykk' Blog
  • lovelife' Blog
  • classik' Blog
  • Idées arc en ciel et noires
  • ActiveTonSucces
  • audymi' Blog
  • Tenshii
  • lettiforbestjob' Blog
  • fisherman321' Blog
  • yoyo0511' Blog
  • Marie-2609' Blog
  • Roudoudou5' Blog
  • jeanclaude' Blog
  • assoc75' Blog
  • chahineze' Blog
  • Musée des Avatars TRiBaLiSéS
  • spartiates
  • yannel777' Blog
  • miko59' Blog
  • Mariinette' Blog
  • pinpon94' Blog
  • Art & Vintage' Blog
  • Le dépotoir à idées
  • amaclara' Blog
  • thunder' Blog
  • yanouu' Blog
  • alopiscine' Blog
  • Société et maladie poids' Blog
  • domino81' Blog
  • Trafiko' Blog
  • J&B2009' Blog
  • SMSA Conciergerie' Blog
  • TPE 1ere ES : L'Homme et la Nature
  • NO PRICE
  • KARBOBLOG
  • requin27' Blog
  • ECLAIRCIES' Blog
  • stevewan' Blog
  • iep.culture' Blog
  • dadou06' Blog
  • enna' Blog
  • mon-job' Blog
  • petit immortel' Blog
  • mangaslove blog
  • caiina' Blog
  • tripode' Blog
  • armanieu' Blog
  • DADILOGIC B-BOY
  • val59' Blog
  • tahitia' Blog
  • l4d2code' Blog
  • gaigailun's Blog
  • ixtab Blog
  • AMV's
  • BABY9671 Blog
  • madig Blog
  • Blog de Jedino le bouleau
  • binimarius Blog
  • THEZEY ST MARTIN Blog
  • Blog Fermé
  • AKT54 Blog
  • le blog de l'alien
  • balbu75 Blog
  • Chez_Aliass_Blog
  • doudingue Blog
  • Insolite !
  • corse-Blog
  • Le blog d'un normand
  • ahley Blog
  • ENSSE Blog
  • le navigateur Blog
  • aurelie62320 Blog
  • VERUNIQUE Blog
  • ManOon14 Blog
  • ENTRE LES 4 YEUX
  • mission humanitaire
  • seifinho Blog
  • shoesshoponline Blog
  • 22hunter22
  • diplomski Blog seminarski radovi
  • grenouillette77 Blog
  • ebene dani Blog
  • Marie-Thérèse Blog
  • Bazar0ïd
  • humbriel Blog
  • Lise stampford Blog
  • chauatle URGENT kiabi
  • SYLVIE CHAUVIN Blog
  • Katia69 Blog
  • REIMOISE Blog
  • info
  • tabtah Blog
  • Théâtre des Lucioles
  • kikinna75 Blog
  • céline85000 Blog
  • supercirta Blog
  • c'pamoi Blog
  • Le club des 8
  • Colle et Gomme
  • Christelle.b Blog
  • Selfcontrol Blog
  • betw8n Blog
  • le blog à Nath
  • edenrencontres Blog
  • Fredsousa Blog
  • 203
  • Imparfaite Blog
  • MrBiDiZZ, les enchères de connaissances
  • AmberAmber621 Blog
  • stranberry Blog
  • Girondin Blog
  • lastel's blog
  • Luney
  • Juyn's Blog
  • Autruchette Blog
  • maessage
  • zaccharia Blog
  • metalz Blog
  • foyerdespetitsdemunis
  • lilido Blog
  • TOUAT GHANIMA
  • adsflavor Blog
  • Léa63 Blog
  • regardnoizette
  • studio Mercier Blog
  • unexpertconseil
  • Finfino Blog
  • Xénu Blog
  • Sam's blog
  • Le Cheveux Sur la Soupe
  • kiigen Blog
  • barbosa Blog
  • Blog de lafrite du web
  • legrandsylvie Blog
  • themaster Blog
  • PUNCHETTE Blog
  • ACHAT - SHOPPING
  • dessinateurportraitiste
  • francis72 Blog
  • topinformat Blog
  • Le coin de Nep'
  • OLD MEN WORKS
  • AutoentrepreneurPlus Blog
  • Pascale2444 Blog
  • université centrale privée de tunis Blog
  • Tiflo8603 Blog
  • *Moonlancolie*
  • barbara211 Blog
  • femme beauté
  • Maridelphine Blog
  • lawobo Blog
  • HANITA59 Blog
  • LOULALINA Blog
  • ssscorpion Blog
  • Elsasstar Blog
  • lol-74 Blog
  • C'est donc ça, la vie???
  • Undercover
  • Loisirs et Créations
  • My smile is a riffle.
  • marimare89 Blog
  • logiciels pour journal
  • monolithesvd Blog
  • Le Marsupilami Blog
  • ENOE Blog
  • khou95 Blog
  • Maeva45170 Blog
  • Voie Militante
  • Blog Mind Concept
  • Shaman of sexy Blog
  • frapper avant d'entrer
  • vithiya Blog
  • travelvietnam Blog
  • adam2006 Blog
  • guyvalson Blog
  • docteurdiscount
  • anne so77 Blog
  • 1/4 d'heure de charme
  • MOHO123 Blog
  • Bire007 Blog
  • cricket Blog
  • fidel castor Blog
  • jerem343 Blog
  • AME22 Blog
  • crycry Blog
  • Les mangas
  • Blog d'Epsilon
  • natur-elle
  • cara124 Blog
  • katey Blog
  • l.c.moira
  • Zyzymanie
  • Blogamiq
  • molivecom Blog
  • vietnamtripadvis Blog
  • dicos29 Blog
  • blog balneliusard
  • Le blog de Ruki wô...
  • shadown Blog
  • JaleArditti Blog
  • speedclick Blog
  • gadel123 Blog
  • fleur0651 Blog
  • La joie de la vie
  • quiche lorraine Blog
  • Meubles roux
  • torrio02 Blog
  • cff-fashion.com
  • abdowin Blog
  • plv Blog
  • LENFANT MAD Blog
  • babarre Blog
  • Consofacile Blog
  • Aeden & Cie
  • doudoune moncler Blog
  • tya920 Blog
  • Prends moi par les sentiments
  • Domiciliation
  • FLASHMOB NIMES LE 27/11/2010
  • TheFrenchiesTeam Blog
  • memoza Blog
  • Philo et Art
  • la chute du systéme capitaliste!!!
  • said747 Blog
  • giovannetti chri Blog
  • C.marouane Blog
  • bylannina
  • La Grosse Bête
  • croissant Blog
  • zaied Blog
  • Ideetux
  • gills59 Blog
  • echoo Blog
  • morissio Blog
  • nonnina Blog
  • lecyrille
  • kesako Blog <3
  • carry nissa Blog
  • titazz Blog
  • Le brouillard
  • femina0601 Blog
  • Terry Brival Musique
  • valere59140 Blog
  • MaevaPOe Blog
  • Army.css
  • yuki-ki Blog
  • vero65 Blog
  • Lucie20 Blog
  • alladin Blog
  • Coucou mon coeur, je t'aime à en crever, c'est pourquoi je te tue
  • polaire Blog
  • araba Blog
  • Les Gazelles
  • djamy16 Blog
  • adsc_togo Blog
  • jazzmine Blog
  • Le blog de Valentinrock
  • djamy1616 Blog
  • komodo sport vibram
  • hazoumin Blog
  • Sortir2day
  • francois123 Blog
  • roudaysen Blog
  • Damien-Wake
  • Sous unfluence.
  • aide et finance,pret
  • ÿtude interculturelle
  • Ltn.Ptn Blog
  • Poison beauty
  • louna Blog
  • PARISNAVETTE
  • maxknight Blog
  • *Mechanical Heart*
  • rox44 Blog
  • Facebook et ses conséquences
  • Locations de robes de mariées et soirées
  • qkv Blog
  • missvampire le blog
  • fatouna Blog
  • mach Blog
  • couscous Blog
  • timerone king Blog
  • eklipse Blog
  • manouche 63 Blog
  • Le blog de la prévention
  • devanturebulent
  • Vinz.59 Blog
  • nina12 Blog
  • tv series
  • SORCHA Blog
  • vevher95 Blog
  • Gagner de L'argent Facilement
  • viavy Blog
  • AM-MO Blog
  • tmi Blog
  • Lapinkiller Blog
  • La mare aux grenouilles
  • Le Blog de Lance-L-Eau
  • FFr Mag'
  • Titsta Blog
  • Kinou's Blog
  • Bidouche Blog
  • Engel Magazin
  • GeekBand
  • Sony nedgy Blog
  • Ma_Vision
  • Vidéos en direct du TerTer
  • andre12345677 Blog
  • jisuis Blog
  • HORLOGERIE Blog
  • Pendule et pierres
  • Ab Ovo Blog
  • lovely girl Blog
  • guiemot Blog
  • Aaltar
  • conte et legende Blog
  • conteetlegende Blog
  • Malice74 Blog
  • vitali25000 Blog
  • vitali25000 Blog
  • Candlelight
  • diluted Blog
  • galadria47 Blog
  • DeepAssembleur Blog
  • ganjah Blog
  • ganjah Blog
  • Ekath Blog
  • Haku Blog
  • boîte à colère
  • Le Blog d'un penseur fou.
  • Paprika26 Blog
  • nono8822 Blog
  • Buffynouche
  • Spontex Blog
  • sunrise
  • BRUNO LE MALIN Blog
  • BRUNO LE MALIN Blog
  • virgied Blog
  • virgied Blog
  • Rédemption
  • Skituck Blog
  • alexandreW Blog
  • Dysprosium Blog
  • BLACK-kev-OPS Blog
  • Kathleen-1313 Blog
  • badis16alg Blog
  • badis16alg Blog
  • freedomfighters Blog
  • Sranaket
  • La is Blog
  • Le blog de Liwa
  • sonam Blog
  • Athéisme constructif
  • MRsebastien Blog
  • Amandineuh
  • bounti Blog
  • Suunax Blog
  • Blog de Bud
  • amoureuseK Blog
  • kougelhof1er Blog
  • kougelhof1er Blog
  • ramassis d'idées et d'opinions
  • avon nathabde
  • nathabde Blog
  • missdiouf Blog
  • missdiouf Blog
  • lemusicien Blog
  • vesto Blog
  • nerelucia
  • nerelucia Blog
  • ALLYAM Blog
  • ALLYAM Blog
  • phil- Blog
  • Pacal GAN Blog
  • verlaine123 Blog
  • serg2412 Blog
  • serg2412 Blog
  • tomleheros
  • Passion Bébé
  • évolution ou bidon ?
  • ouhouh3 Blog
  • quiche Blog
  • Malcolm, OM, boulot, etc...
  • fanour Blog
  • fanour Blog
  • Zlabatou Blog's ♥
  • trident Blog
  • trident Blog
  • L'agent double
  • hassan Blog
  • Les élucubrations fantascoubo de la Nova
  • Thordonar Blog
  • jehovajire Blog
  • Blog immatériel
  • Seppyo
  • SIMENON
  • Blog'Fox
  • schaller Blog
  • schaller Blog
  • Tigrou6287 Blog
  • biloute93 Blog
  • baromoi Blog
  • HatredBreak
  • Le domaine d'amazones
  • sanoma6 Blog
  • FrYdaY Blog
  • Carnet de Notes d'un Grammar Nazi
  • Le Royaume Musical
  • louna323 blog
  • Système anti-paupérisme
  • Elais Blog: Instaurer l'idée démocratique
  • Elais Blog
  • _Virus_ Blog
  • sorossi Blog
  • Yeshuaestyhwh Blog
  • Nous venons d'ailleurs
  • robert66 Blog
  • Lina
  • michel54 Blog
  • slootie Blog
  • casper2 Blog
  • La mine
  • Quintus Blog
  • Thé Rouge
  • Andaine Blog
  • L'oeil du requin inversé
  • Rockin8Ball.Com
  • papy75 Blog
  • Andaine Blog
  • Zuhurbelearen Etxean
  • carla Blog
  • simenon Blog
  • simenon Blog
  • mamoursp Blog
  • Linda68000
  • Abbott007 Blog
  • isalie79 Blog
  • Chamm fait passer le temps...
  • Othory Escargot
  • Ju'e 24-Blog
  • Ju'e 24 Blog
  • illumin ze Blog
  • mitch621 Blog
  • Melia Blog
  • le-tortue Blog
  • Morgane
  • Morgane-de-Toi Blog
  • Florent'Blog
  • regnalahp Blog
  • regnalahp Blog
  • l'arme fatale Blog
  • l'arme fatale Blog
  • l'arme fatale Blog
  • emma14480 Blog
  • freddy38 Blog
  • freddy38 Blog
  • 2057 Concordia Island (nouvelle de science-fiction)
  • Zala's Blog
  • LaurentEssonne Blog
  • Nexusian Blog
  • Le blog de lulu
  • The dreamchaser
  • old jack Blog
  • CYRRIC Blog
  • kalou094 Blog
  • kalou094 Blog
  • benallblack Blog
  • benallblack Blog
  • lalita1009 Blog
  • Blog du démon
  • lyza Blog
  • lyza Blog
  • Le Blog de Firewolf
  • firewolf Blog
  • Magic Life
  • johngouze Blog
  • Mon vide ordure.
  • chan34 Blog
  • chan34 Blog
  • yacths Blog
  • yacths Blog
  • benfaitsonshow Blog
  • benfaitsonshow : podcasts vidéos
  • toujourscap Blog
  • toujourscap Blog
  • Des mots parmi d'autres
  • athom Blog
  • goutsdechine Blog
  • J'te Pompe Le Dard
  • yplaure Blog
  • zimmisti88 Blog
  • peaceandlove
  • Histoires de sport...
  • The Ikon Blog
  • BostonG Blog
  • COULEURS DE VIE...CHEZ YANIS...
  • YANIS... Blog
  • toujourscap Blog
  • Freeman59 Blog
  • Freeman59 Blog
  • soin esthétique/beauté du corps
  • May - life
  • L'Economie Sans Frontières
  • Stoute95 Blog
  • kili Blog
  • Stoute95 Blog
  • Sacré Boudoir.
  • syngué sabour
  • -m-elle- Blog
  • masterdj moi meme et vous
  • Rato Blog
  • Le goût du fer
  • Djizus Blog
  • Breizhilienne Blog
  • Le blog de Florent
  • Le blog de Florent
  • pinxinled Blog
  • franck14 Blog
  • DevHope Sport Blog
  • Vippi55 Blog
  • XYparfoisZ Blog
  • pinxinled01 Blog
  • pinxinled01 Blog
  • Blog jeux sur internet
  • Mindthegap Blog
  • venus23H Blog
  • venus23H Blog
  • venus23H Blog
  • cobra33 Blog
  • Gawonii
  • Rasibus Blog
  • moh kabyle Blog
  • moh kabyle Blog
  • Mantra/Affirmations Positives/prières
  • yacinelevrailefou Blog
  • jeanf Blog
  • lyvia Blog
  • georges2012 Blog
  • georges2012 Blog
  • Mes Vidéos Sexy
  • Comment choisir une ampoule LED ?
  • Le Libre Musulman Blog
  • PHENAUMENALLL Blog
  • PHENAUMENALLL Blog
  • Mentalement hilarant
  • ***Planète Arkos***
  • MARIO et LUIGI Blog
  • Je ne suis pas meilleur, je suis pire
  • sheryfa Blog
  • sheryfa Blog
  • Nouille DRA
  • Nounouille Blog
  • Ton France
  • ALLO NET
  • idealistefou Blog
  • sourrire Blog
  • betterlife Blog
  • Le Laboratoire d'Heisenberg
  • chrispaul Blog basket
  • Battlefield 4: Télécharger installateur + Crack + Keygen [PC, PS3, Xbox360]
  • Luk Gwodjik
  • YvonneZHANG Blog
  • Palgrou Blog
  • call-of-dutty-GHOST
  • gorzcore Blog
  • ashu42410 Blog
  • youyidilv Blog
  • ChoKpiK !
  • jean ghislain
  • phil- Blog
  • chris- Blog
  • maelias0426 Blog
  • protop Blog
  • Stéph_ou Blog
  • Politique FR
  • Mak Aubin.com
  • Sagesse et Foi
  • ST3PH Blog
  • EpaulardPremier
  • Décryptage
  • MES SOIREES SAUCISSES
  • Les exposés de GILBERT
  • afriquedocumentaire Blog
  • La Ligue Sportive
  • aios124 Blog
  • blanco44234 Blog- alcool francais
  • anissa59150 Blog
  • anissa59150 Blog
  • financement-rapide Blog
  • Les errances
  • LudwigVonRafal Blog
  • LudwigVonRafal Blog
  • Histoire d'une émigrée
  • LudwigVonRafal Blog
  • Dans le pays des petits, les nains sont rois
  • AIDEFINANCIER
  • univergestion.com Blog
  • univergestion.com Blog
  • Makhlouf-Al-Bombardi Blog
  • marabout
  • saneg2 Blog
  • I comme Icare
  • BenPocaCosa Blog
  • Maraboutagevoyance Blog
  • Marioons blog
  • Entre deux stations !
  • Terres poétiques
  • Le Courant d'Ere
  • Culture documentée
  • image-in Blog
  • Loopy à l'envers
  • "..."
  • Une vie de reufs
  • Misaki Blog
  • lafamillebouffer Blog
  • lafamillebouffer Blog
  • EXPAT STYLE
  • EXPAT style
  • Gwendolenn Blog
  • La loge éreintée
  • CityStar Blog
  • hymnotep Blog
  • Blogotomie
  • oliver1 Blog
  • humbriel Blog
  • Le Blog d'Elsaa
  • la lumiere Blog
  • Changement de Cap !!
  • eleonore... Blog
  • Lune.X Blog
  • Domino26 Blog
  • Domino26 Blog
  • erika12 Blog
  • erika12 Blog
  • lycha Blog
  • augustine100 Blog
  • pointeur laser
  • The Wolf Blog
  • Délires déliés.
  • (ShiraDest) Blog Cooperation Communitaire
  • Obtenez vos 10 applications mobile
  • LE BLOG A LA CON
  • kamboua Blog
  • LA VIE N'EST JAMAIS DESESPERER
  • ElisabethCharlie Blog
  • Nastradamus1997
  • 2017-ensemble Blog
  • SoniaAuteure Blog
  • Sanchez aline Blog
  • spartiate2016 Blog
  • Sieba972 Blog
  • ConSrtucteur's Blog
  • Maroudiji Blog
  • Maroudiji Blog
  • 'Abd asSalam Blog
  • pretsbancaires Blog
  • Oliveview
  • silimane Blog
  • silimane Blog
  • froinrile Blog
  • vertgandazert Blog
  • Ginette Dupon Blog
  • francise25 Blog
  • yolande14 Blog
  • Verena Blog D'offre
  • Tchaika Blog
  • pioupiou01 Blog
  • Mr pas Possible Blog
  • jeandin Blog
  • madamem664 Blog
  • madamem664 Blog
  • leesverslag.jouwweb Blog
  • fracis bou Blog
  • Kyoshiro02 Blog
  • Produits naturels pour la santé
  • pensées libres
  • Moi je suis un prêteur Français
  • Le Débris et sa tablette
  • Monde à vivre
  • projet CO2 Blog
  • Perigrinations scientifiques
  • Perigrinations scientifiques
  • Olaya Blog: Moi et l'Ecriture
  • sonia collins Blog
  • Musheart's
  • Le Rifainiste Blog
  • querida13 Blog
  • Emploi embauche immédiate
  • P0l00 Blog
  • fracis bou Blog
  • Vie de Paul
  • Dans l'embrasure du trumeau,
  • )o(
  • tckmaroc
  • Tckmaroc Blog
  • Feeikless
  • papoteur Blog
  • papoteur Blog
  • Des trucs avec des mots
  • Un peu de moi
  • PASCOU Blog
  • PASCOU Blog
  • May666 Blog
  • ksar Blog
  • ksar Blog
  • lecorps10 Blog
  • wingle84 Blog
  • DreamsTeamFlp Blog
  • thealex40 Blog
  • GuiHmurbrest Blog
  • lelette45 Blog
  • melisandre83 Blog
  • L'ombre d'un doute
  • clemencedjodo Blog
  • alfred89 Blog
  • alfred89 Blog
  • Fan de livres
  • Mon labyrinthe
  • saxopap Blog
  • saxopap Blog
  • bravofinance Blog
  • bernise02 Blog
  • Carnets d'ordure
  • procédure judiciaire et aide aux victimes d'arnaque
  • arnaques aux sentiments/Aide
  • kkkkk
  • La pensée
  • Nadia
  • BALY
  • rodolphe
  • lucasvnh
  • Je ne veux plus ressentir cette souffrance en loi
  • fagbai
  • VOILA 1 YOUTUBEUR TRES CONNU QUI VA PARTIR DE YT
  • CLASH ROYAL 100000 GEMMES HAQUER
  • SI VOUS VOLAIT JAIBREKER VOTRE PS3 OU PS4 VOILATELECHARGER SER FAIT
  • Melanie-voyance
  • kouberta
  • Point de vue
  • Robert Boy
  • gattaca
  • Troubles
  • FFr Mag' 2.0
  • bac blanc
  • Journal d'une rêveuse
  • Passionné de danse
  • Comte Enola
  • &sperlutations
  • Hôtel Bagan Lodge, une incroyable expérience !
  • <strong> JH <strong>
  • J'aime chanter (débutant)
  • Rolandchovet
  • besoin d'argent
  • maitre djakpata
  • fabrice
  • Carte bancaire
  • Pauvre chat (sourire)
  • Permis
  • Voilà comment on supprime le débat démocratique
  • Magie
  • alphaMaraboutmedium
  • jr samano
  • Le vodun D'Afrique
  • Bonjour, je vous offre mes prestations graphique pour 5 euros le prix de dépard.
  • lutte contre arnaque
  • Recherche femme/homme pour ménage et garde d'enfant
  • Wonwon
  • circuitvietnam
  • SECTE
  • Voyage Culinaire
  • Bernard aze
  • MEHDI ET NAZOU 5449
  • Guide de voyage au vietnam
  • demandez et vous recevez
  • hellodarkness
  • Tour de Voyage
  • gagner de l'argents gratuitement sur internet
  • voyagevietnam
  • WhiteHorse
  • lisa
  • service
  • marvel tournoi des champions cheats
  • J'aime danser (débutant)
  • Puissant vodoo médium voyant Chaffa.
  • offres de prêt
  • solution fine
  • fausse couches/spiritualité/grossesse
  • Blog de Gouderien
  • PERMIS DE CONDUIRE FRANÇAIS

Calendriers

  • Community Calendar

Catégories

  • Actualité
  • Humour
  • Cinéma
  • Sports
  • Musique
  • Divers

Groupe de marqueurs

  • Membres

35 résultats trouvés

  1. Vous reconnaissez-vous peu ou prou dans votre signe astrologique ?
  2. Prologue J’ai froid, mon corps repose sur le sol, je sens l’humidité sous mes doigts. Un murmure flotte et me demande : « pourquoi ». Non… Ce n’est que le vent qui s’insinue dans ma tête, et la fin de ce rêve qui n’en finit plus. Une lumière aveuglante me brûle la peau. Je froisse un tissu dans ma main, j'y vois des mots. Je me redresse, tourne sur moi-même, ma tête est lourde. La forêt de toutes parts domine, noyée dans un bruissement d’eau. On a écrit sur ce tissu taché de sang, il ne reste que quelques mots : ta trahison… brûle… pourquoi… Je marche droit devant, vers l’eau, pour me laver de tout ce sang, le mien et celui d’un coeur de bête que je ramasse avec dégoût... tout est toujours flou. Pourquoi est-il là ? La source, révélée par la lumière, se laisse tourmenter par des roches, témoins endormis du passé. Toutes les forêts parlent le même langage et par leurs sèves elles sont liées. Quel pouvait être le nom de celle-ci ? Son pays ? Une ancienne vie me rappelle à elle. Cette forêt m’est inconnue mais si familière qu’elle en est glaçante. Au loin, des chevaux sont lancés au galop. Leurs sabots claquent sur les pierres des chemins, ils entrent dans l’enceinte de la forêt, ils se rapprochent. Les cris des cavaliers troublent l’eau souillée de sang, son instinct frissonnant m‘induit à fuir. Sur le bord, un saule pleureur laisse ses branches à la dérive du vent et du courant, créant un rideau où se cache l’âme perdue. Les claquements deviennent plus forts, jusqu’à en être étourdissants. Sur le haut de mon sein, près du coeur, se fait sentir une entaille. Le sang s‘évade sur ma chair, il coagule autour de la plaie saillante et ruisselle vers mon ventre. Le rouge envahit toujours plus le blanc de ma chemise. Je déchire un bout de celle-ci pour faire pression. La douleur se réveille et moi avec elle. Tout revient alors à mon esprit : les chevaux, le cavalier, l’épée, le sang sur mes mains… Un cri, j’entends un cri d’appel : « sorcière ». On attend une réponse. Le silence un instant puis : - Sorcière, tu dois payer ton crime, rends-toi ! La voix résonne, le vent se lève plus fort, les feuilles frémissent sur son passage. Le vent s‘engouffre à travers les bois changeant l‘atmosphère. Un frisson me traverse. Ils sont trois, peut être quatre à attendre, à guetter un signe, un mouvement. Que dois-je faire ? Rester là ? Courir ? Où ? De l’entaille ruisselle toujours un peu de sang, je remarque que je porte une croix celte. Mes assaillants ne sont plus très loin. Ils sondent le bois du bout de leurs épées tranchantes, les faisant ratisser toutes les fougères, buissons, talus des alentours. Des contusions s’observent à la surface de ma peau, ainsi que de très légères marques rouges dans la pliure de mon coude. Avant de penser à leur provenance, je prends une impulsion. Dans un élan, je prends la fuite. Courir ! Courir plutôt qu’être brûlée vive sur leurs bûchers devant la populace huant et crachant. Dans ma course, des ronces me déchirent la peau, les arbres défilent, une clairière scarifie l‘étendue, puis je m‘arrête ! Le vide, la fin, le néant sous mes pieds. La falaise rongée depuis des centaines d’années s’ouvre sur la mer. Une larme coule sur ma joue. Derrière moi, alors que mon accablement règne, j’entends déjà rire les cavaliers brandissant de leurs fourreaux quelques armes pour m’assassiner. L’un d’eux, descendu de cheval, engage ma défaite. Je recule d’un pas, puis de deux sans trop savoir. Un courant d‘air remonte des eaux alors que je regarde mon tombeau. Il avance d‘un pas assuré, son arme rangée. Il sait qu‘à ce moment il n‘y a plus d‘issue. Sa main prend mon cou avec force, ma gorge se sert, mes larmes coulent le long de cette main qui m’oppresse. Plus qu’un pas et c’est le vide, la chute est inéluctable. Leurs sourires satisfaits alors que je perds pied, contemplent ma descente aux enfers. Une vague frappe la craie de la falaise, de la rupture du monde, de l’en deçà et me ramène vers ses profondeurs pour l’au-delà. L’eau, l’eau qui pénètre partout, dans mon nez, dans ma bouche, et une mort lente et douloureuse qui se laisse attendre. Le voile sur mon passé s’évanouit alors que la mort approchait. Rappelle-toi de l’assassin. Au début… Chapitre I Un matin d‘automne, alors qu’elle traversait la forêt de Brocéliande, où jamais aucun chevalier ne s’aventurait seul par peur de quelques maléfices, une vieille femme trouva dans le creux des racines d’un chêne, un enfant langé. Ce bébé, de peut-être 6 mois, ne paraissait pas troublé par sa situation. Il arborait un sourire qui faisait pétiller ses deux petites prunelles bleutées. L’ayant pris dans ses bras, elle avait fait de lui sa petite, comme si elle-même l’avait enfantée. Elle l’avait élevé jusqu’à mes onze ans. Toute sa vie, elle m’avait soutenu que le hasard l’avait conduite à moi, mais je savais qu’il n’en était rien : elle m’avait cherchée. La nuit, dans mes rêves, je la revoyais pester dans sa petite barbe de grand-mère contrariée : - Nell ! je te tiens, enfin ! je t’ai bien cherchée toute la matinée. L’aube de ma vie avait dépendu d’elle. Macha était ma bonne fée, mais sa vie avait déjà vu trop d’hivers, de guerres et de famines. Sa perte me laissa sans mot, avec pour seule consolation le savoir qu’elle m’avait enseigné et l’habitude de monter très haut dans les arbres. Au village, elle était bien connue et crainte. On disait d’elle qu’elle aimait le Diable, que c’était une jeteuse de sort, une sorcière. Bien sûr, il n’en était rien, mais on le disait, donc on le croyait. On est toujours personne et tout le monde à la fois. La peur du Diable, si présente chez les villageois, les poussait souvent à utiliser ce on. Cependant, on savait la trouver pour résoudre ces problèmes. À sa mort, le propriétaire de la petite ferme où nous vivions me posa sur une estrade à la foire. Pour lui, une enfant c’était trop de travail et d’argent surtout. Il espérait me trouver une bonne famille, des parents qui sauraient bien s’occuper de moi, dans ces lieux où tout s’achète et se vend. Des enchères, des prix retentissaient à mes oreilles, sans que cela ne veuille dire quelque chose. Naïve, je pensais qu’il allait me trouver ce qu’il disait : des parents. Un homme d’âge mûr sortit de l’ombre d’une ruelle. Vêtu de noir, les épaules surmontées d’une peau de loup, il posa quarante pièces d’or sur les planches de l’estrade. Voyant la somme, le propriétaire se rua sur le butin. Un trésor contre une orpheline ! C‘était une aubaine pour lui. Sans même observer ni regarder l’homme, il lança un « vendue », la tête déjà concentrée au comptage des pièces. L’homme m’avait saisie par la main et accompagnée à monter sur son cheval. Sur les chemins gelés de l’hiver, dans le silence de la conversation, je m’étais remémorée ce propriétaire avide, comptant ses quarante pièces offertes contre moi. Tel était ce monde. À la nuit tombée, l'homme rompit le silence : - Macha m’a demandé d’assurer ton éducation. Jamais je n’avais vu cet homme, alors comment connaissait-il ma nourrice ? Arrivés près des remparts d'un château vieillissant, il avait fait un geste fluide de la main, le pont-levis s‘était alors baissé. Fronçant les sourcils, j’avais pensé : « je ne crois pas avoir vu d’homme à la barre du levier ! ». Il m’avait alors répondu: « non il n’y en a pas ». Son destrier mis aux écuries, nous avions monté des escaliers de granite noir jusqu’à l'avant-dernier étage de la tour d’angle ouest. De cette tour l’on pouvait voir le soleil mourir au-delà de la forêt qui s’étendait jusqu’à l’horizon. Alors que la lune était déjà haute dans le ciel, des rondes avaient commencé au-dessus de nos têtes. Placés dans une chambre sous-jacente aux gardes, j'entendais leurs pas résonner le long des poutres de bois. Dans cette petite chambre, l'homme avait fait installer un lit, un coffre et une planche sur deux tréteaux, couverte de livres. - Voici ta chambre. J’avais onze ans et c’était la première fois que l’on me donnait une chambre. C’est alors que l’homme commença un discours sans le moindre sens pour moi : - Dès demain, je t’enseignerai ce que je sais, en échange de quoi, plus tard, après avoir remboursé ta dette envers moi, tu seras libre. Cela voulait-il dire que je n'étais plus libre ? - Tu dois savoir comme moi que tu devras être plus vigilante que Macha pour tromper ce monde, j’espère que ton instruction te le permettra. Je ne comprenais rien, il le vit bien. Il n’essaya pas de se justifier, il voulait juste que j’accepte ce qu’il m’imposait : - Tu devras toujours te rappeler que ce que tu apprends te sauvera. Ma vie était-elle en danger ? - Dors maintenant. Il était mal à l’aise d’en avoir trop ou pas assez dit, comme s’il savait qu’il avait raison mais ne pouvait m’en apporter la preuve. Il sortit, me laissant dans le noir malgré la bougie qui éclairait la pièce. Les réponses viendraient plus tard. Rappelle-toi du rêve de Nell. Apparition Chapitre II Le soleil était à peine levé que l’on entendait déjà la relève de la garde dans la tour. N’ayant pas mangé depuis la veille, mon estomac m’incita à faire ma première sortie. Dans la cour, les rayons de l’aube m’éblouissaient quand je pris conscience que le château était vide. Pas une seule personne aux fenêtres, pas un seul cheval dans les écuries et surtout pas un seul garde sur les chemins de ronde. - L’illusion n'est-elle pas parfaite ? Un frisson me traversa le corps, et d’un geste brusque je m’étais retournée. - Es-tu prête pour recevoir ta première leçon ? Celle qui te sera d’ailleurs essentielle pour vivre ici. Surprise, j’avais bégayé mes premiers mots : « Pou-pourquoi y a-t-il per-personne ? ». Il n’avait rien répondu, m’avait tendu une miche de pain et invitée à monter sur son cheval. La chevauchée dura peu de temps, cependant je vis que le château était bordée d’un immense lac. Devant le premier arbre de la forêt, face au château et au bord de la route menant à celui-ci, il me fit glisser au sol. - Ce chêne est la marque réelle entre deux mondes : un monde jusqu’à ce château en ruine et un autre, où tu vas dès lors apprendre à vivre, dit-il. Pour y entrer, tu devras connaître certaines formalités dont je vais te faire part. Il descendit à son tour pour poser le pied sur la limite. - Le monde où tu vivais se déroulait au XIIIème siècle, celui dans lequel tu vas entrer est intemporel, présenta-t-il. Nous vivons toujours en 1248, bien sûr, mais ici, tout vit ensemble : les croyances, les inventions, les pouvoirs, les créatures. Si cela effraie au début, on en devient vite partie intégrante. Sur l’écorce de l’arbre était inscrite une formule en latin. Il m’expliqua qu’elle servait habituellement aux hommes pour retrouver les trésors enfouis des korrigans, mais, ici, elle représentait un mot de passe pour accéder à une dimension secrète : Ten. - Il faut placer tes mains sur le tronc de l’arbre et répéter plusieurs fois ces deux mots inscrits : Alphis, Alphaus. Jusqu’à ce que t’apparaissent... Les mots n’avaient pas été dits plus de deux fois qu’une onde d’un bleu clair opaque, puis fluide et transparent avait recouvert le paysage jusqu’au pied de l’arbre. Au travers, elle laissa apparaître une civilisation en pleine effervescence. Le château s‘était animé : Je vis les gardes, je vis du monde aux fenêtres, je vis des champs cultivés là où il n’y avait que de la forêt, je vis une femme avec une queue de poisson sortir de l’eau du lac. - Bienvenue Nell, au château de Magimel. Il savait mon nom mais je ne savais toujours pas le sien. - Qui êtes-vous ? - Je m’appelle Merlin. Rappelle-toi qui a envoyé Merlin chercher Nell. 1ére Leçon Chapitre III Merlin m’avait conduite sur une surface ocre, éloignée du château, comme pour m’en écarter. - Je te présente Yann, c’est le fils du forgeron, il va t’enseigner l’art de combattre. Étant une fille, j’ai pensé qu’une arme offensive te serait plus utile pour commencer. Merlin avait placé une arbalète entre mes mains et m’avait laissée, sans plus de formalités à mon professeur. Le sage avait un projet pour moi, je le comprendrai plus tard. Pour l'instant, je me rappelai que ce que j’allais apprendre me sauverai. Yann s'avança, rompant la confusion. J’avais une arbalète entre les mains ! - Ton maître n’a pas choisi l’arme la plus facile à manipuler pour ta première fois, dit-il. Le jeune homme eut un sourire compatissant et m’invita à avancer vers une cible. - Comme il l’a dit : mon père est le forgeron du château, confirma-il en se positionnant près de moi. Il est connu principalement pour ses épées, c’est d’ailleurs pour cela que viennent tous les pages de la région ainsi que des écuyers et quelques chevaliers. Il me positionna. C'était la première fois qu'un garçon était si proche de moi. - L’arbalète est une arme de trait, de jet. Celle-ci est petite, elle ne sera pas trop difficile à charger. Avec ça, tu peux toucher une grenouille sur un nénuphar à cent mètres. Si tu sais viser bien sûr, se corrigea-t-il. Tu prends la poignée dans la main droite de sorte que l‘extrémité intérieure soit bien calée contre ton bras… Il s’était mis derrière moi, avait placé sa main droite sur la mienne. De sa main gauche, le bras tendu par-dessus mon épaule, il m'avait indiqué la cible de chiffon et de paille à quelques mètres. Il avait ensuite tiré la corde de l’arc d’acier perpendiculaire à la poignée jusqu’à entendre la gâchette s’enclencher en un clip. Puis, pris le carreau, la flèche des arbalètes, dans le carquois pour charger. - A ce moment, tu prends appui en décalant tes jambes et tu actionnes la gâchette. La flèche était partie avec une puissance telle, qu’elle me fit reculer jusqu’à basculer… En me relevant, je n’entendis qu’un grand rire. - HA, ha, pathétique, qui a pu lui mettre ça dans les mains, ha, ha !!! Je me relevai rapidement et, frottant la terre battue qui maculait mes vêtements, je tournai la tête pour voir qui se moquait. - Tu n’as rien d’autre à faire Mat ? rétorqua Yann. Un jeune garçon se tenait le ventre, il riait tellement qu’il en avait mal. - Excuse-moi Yann, désolé mais c’était… Le rire ne lui passait pas. Mes joues rougissaient de colère, quand, de petites flammes me montèrent aux bouts des doigts. Je secouai mes mains, il rit de plus belle. - Ha, ha, ooooh ! Une sorcière, cela manquait ici… Ces mots stoppèrent le processus. Je n'étais pas une sorcière ! - Bonjour sorcière, répéta-t-il. Je n'étais pas une SORCIERE ! Les flammes reprirent ! - Je m’appelle Matthieu, Sorcière, et toi ? C'était comme s'il avait lu dans mes pensées, comme s'il savait que je ne voulais pas entendre ce mot. Il avait causé trop de tort à Macha. Les flammes disparurent de nouveau. - Je suis page au château, sous les ordres du père de Yann et du seigneur Victor, enchanté, sorcière. Ses yeux bleus verts captèrent mon agacement. Un instant, il ne rit plus. Puis, ce fut plus fort que lui, il repartit à rire. Son humour sembla le satisfaire, mais, après requête de la part de Yann, il nous fit grâce de sa présence en quittant le terrain d’entraînement. La leçon avait duré toute la journée, à force de tirer la corde de l’arbalète mes doigts avaient rougi jusqu’au sang. Yann monta de l’eau fraîche du puits et me plongea les mains à l’intérieur. - Merlin m’a dit que tu te nommais Nell et que tu venais de l’Erèbe ? - L’Erèbe ? Ce mot m’était inconnu. - C’est le monde des hommes, m’avait-il répondue. - Oui, pourquoi ? - Non pour rien, c’est…non pour rien… Tu comptes vivre ici ? avait-il poursuivi. - D’après ce que j’ai compris, je n’ai pas le choix. Pourquoi appelles-tu mon monde : l’Erèbe ? - Dans une légende grecque, c’est une région obscure où rôde la mort. Et tout le monde sait que le monde des hommes peut être dangereux pour nous. - Mais moi je suis bien un homme, enfin non, une fille ! J'étais confuse. Comment lui faire comprendre que je ne lui voulais pas de mal. - Pourquoi dis-tu ça ? Je ne suis pas dangereuse ? - C’est plus compliqué, je ne peux pas t’expliquer cela en quelques mots. Pour détourner la conversation, il avait dit : - Si tu veux, demain, je te ferai visiter le château en même temps que Matthieu. Il n’a toujours rien vu à part les écuries et les terrains d’entraînements. Je demanderai à Isabel aussi. Si sa mère ne lui interdit pas une fois de plus de descendre dans les basses cours du château, commenta-t-il. Rappelle-toi qu’elle doit apprendre si elle veut se sauver. Racines Chapitre IV Les flous et les insinuations de Merlin et Yann m’avaient fait prendre conscience que bien des choses ne m‘étaient pas dites. Le lendemain, déterminée, je m'étais présentée devant Merlin. Je lui avais demandé en quoi mon monde pouvait-il être dangereux et pourquoi fallait-il craindre les hommes. Je lui avais aussi parlé des petites flammes sorties du bout de mes doigts lors de l’entraînement. Il m’avait répondu très sereinement que pour moi les deux mondes resteraient dangereux tant que je n’aurais pas atteint un certain niveau de connaissance. Pour les flammes, il ne me dit rien de précis. Il prit mon bras, tira la manche de ma chemise vers l’épaule et examina l’intérieur de la pliure de mon coude. On voyait apparaître un liseré rougi, comme un tatouage donnant l’impression que quelque chose croissait sous la peau. Il était soucieux et pas très sûr du diagnostic. - Tu dis que tu étais en colère ? - Oui, qu’est-ce que c'est ? Merlin n’ajouta que : - Cache-le en attendant la fin de mes recherches. Sans grande réponse, je pris le chemin de la tour flanquante, point de rencontre pour la visite. Matthieu, en appui contre le mur m’observait. - Bonjour sorcière, pas trop mal aux fesses ? - Une petite sorcière d’Erèbe, c’est impossible. Une ravissante jeune fille avait fait son apparition derrière Matthieu qui attendait l’effet de sa provocation. Elle ajouta : - Je me nomme Isabel, tu es Nell ? - Oui, dis-je un peu perdue. Mais, pourquoi je ne peux pas être une sorcière d’Erèbe ? Après tout, des flammes étaient venues à mes mains. - Merlin n’a pas dû lui dire, s'introduisit Yann. Il était arrivé devant la tour, un peu en retard au rendez-vous. - Seuls ceux qui appartiennent à Ten peuvent entrer dans son espace, dit Yann. - Sauf quelques rares dérogations de nos seigneurs, compléta Isabel. Ils se turent un instant pour voir ma réaction. - La mère de Mat protège les eaux de Ten. Mon père peut faire fondre de l’acier avec un simple souffle d’air. Isabel conclut : - Ce que nous voulons te dire, c’est que si tu peux entrer ici, tu es née ici, où tes parents sont nés ici, énuméra la jeune fille. Pour entrer, Tu dois appartenir à Ten et avoir un minimum de sang magique, affirma-t-elle. J'étais une sorcière. Je ne réalisais pas très bien ce qu’ils venaient de m’expliquer. J’étais orpheline, alors imaginer que des parents, que mes parents, m’avaient mise au monde ici et rejetée dans le monde des hommes, ce monde que je croyais être le mien, c’était beaucoup d’informations à avaler d’un seul coup. Il était clair que comme tout le monde j’avais des parents, les filles ne naissent pas dans les roses, mais qui étaient-ils ? Macha ne le savait pas. J’avais gardé l’idée de savoir qui ils étaient dans un coin de ma tête et aujourd’hui des réponses se présentaient. - Alors je suis comme vous ? - Oui, tu es une éréale, répondit gentiment Isabel. Matthieu déjà pressé dit : - Bon, nous la commençons cette visite ? - Attends, Léo doit nous rejoindre, dit Yann. Je questionnai : - Qui est Léo ? - C’est mon frère, en quelques sortes, corrigea Yann. On l’a adopté avec mon père. Sa mère était une troll et son père, nous présumons que c’est un homme, un savant de surcroît car Léo est un vrai scientifique. Avec lui, tout s’explique, pas de hasard, ou plutôt si ! Enfin bon, il t’expliquera tout cela mieux que moi. Je voyais arriver un jeune enfant frêle, maigrichon, blond, avec deux bouts de verres ronds transparents accrochés à son nez. - C’est lui ? - Oui, me répondit Yann d'un ton franc. - Mais il n’a rien d’un troll ? Sur les dessins de Macha, les trolls étaient grands, forts, poilus ! - Ne te base pas sur les apparences, sa mère a été privée de son pouvoir de force avant qu’elle n’accouche, elle n’a pas pu le lui transmettre. Pour le manque de pilosité il a dû hériter cela de son père, me dit tout naturellement Yann. - Comment ça, privée de son pouvoir ? - On lui a volé. - On lui a volé ? C’est possible ? avais-je demandé. - Oui, certains l’ont fait, finit sombrement Yann à l’arrivée de Léo. Le petit garçon d’environ huit ans s’était approché sans timidité. De plus près, je pus voir que les deux bouts de verre qui trônaient sur son nez étaient rattachés par une tige de fer qui lui passait de chaque côté des oreilles. Voyant mon air curieux Léo avait dit : - Tu es nouvelle ? Comment t’appelles-tu ? Ce sont mes lunettes que tu regardes ainsi ? - Ce sont des lunettes ? Je le questionnai sur leurs utilisations. - Eh bien, dit-il en les remontant d'un doigt précautionneux. La rétine de mon oeil n’est pas bien sphérique, je suis astigmate. Alors, pour voir normalement, je dois porter des lunettes. Pour ne pas paraître idiote, j’avais répondu bêtement : - D’accord ! Léo s'était laissé convaincre, satisfait d'avoir été clair. Pendant nos présentations mutuelles, Mat nous interrompit : - Bon, on y va ? Son impatience avait repris le dessus. - Ouiiii ! avait répliqué le groupe. OOOO La visite guidée du château n’en finissait plus, Mat, déjà lassé de l’excursion, tressaillait d’impatience comme l’aurait fait un jeune enfant. Il exprimait son envie de se retirer quand, par une large double porte ornée au pourtour d‘entrelacs celtes, notre petit groupe entra dans une bibliothèque. La quantité de livres était impressionnante. Dans un coin sombre de la pièce, une bougie éclairait un livre vieilli par le temps, tout autant que son lecteur, resté impassible à notre irruption. La pénombre ne permettait pas de voir son visage, sa tête demeurait assombrie par la capuche d’un manteau retombant sur son corps hivernal. Il se retourna vers nous d’un mouvement léger presque fantomatique. Il s'éleva de sa chaise et brandit son bâton. - Chien, chien, chien, chien. L’homme s'approcha. - Chien, chien, chien, chien. Voyant l’arrivée du vieil homme qui répétait, comme lors de lecture de mauvais sort, le mot chien, tous, nous reculâmes. - Pourquoi dites-vous chien ? avais-je demandé. - Tu n’entends donc que chien ? - Oui ! Chien, que vous répétez sans cesse. Il se rapprocha encore. Du visage squelettique, la peau s’était retendue, la chair avait rempli les joues. Le nez et le menton crochus s’étaient éloignés et affinés pour finir. Le vieil homme avait laissé place à un homme familier. - Merlin ? Qu’est-ce que vous êtes ? - Merci pour le qu’est-ce que vous êtes ! avait-il répondu. Merlin déclara : - Nell, c’est bien ce que je pensais, tu es une olfeust. - Une quoi ? - Je t’ai dit le mot chien en quatre langues différentes : français XIIIème, argot, anglais du XXème et latin. Pour en revenir à votre cas, chère enfant, si tu entends le mot chien quatre fois, c’est que tu es irrévocablement, et sans aucun doute… Il avait interrompu son raisonnement. D’un simple regard il fit sortir tous les spectateurs de la salle. Cette fois, il ne s’agissait pas de magie mais juste d’un peu d’autorité. Isabel, Léo, Yann et même Mat avaient filé droit vers la porte. La place déserte, il reprit la parole : - Tu es une olfeust ! révéla-il. Je m’étais précédemment interrogé sur ta capacité à parler ma propre langue. Comme ce pouvoir a peu de défauts, on peut mettre du temps à le détecter. Macha l’avait prévenu que je ne parlais que son dialecte du nord des pays celtes. - Ta première leçon est donc toute trouvée : je vais t’apprendre à lire sur les lèvres pour bien comprendre chaque langue qui existe de par le monde. Cela te permettra de distinguer les différents protagonistes que tu pourras rencontrer. Puis, cela te permettra aussi de t’ouvrir à notre culture. Tu ne le sais sûrement pas, nous sommes en relation avec un voyageur du XXIème siècle qui nous donne accès à toute la culture française et même aux cultures mondiales… Mes yeux écarquillés avaient suspendu l’étalement de connaissances de Merlin. J’avais répondu à cette tirade : - C’est quoi un olfeust, une protagoniste, la culture, un voyageur, mondial ? Il sourit comme pour excuser son déballage. - Alors, pour commencer, nous disons un protagoniste et l’olfeust est une personne qui est dotée de facultés lui permettant de lire des textes et parler des langues qui lui sont inconnues. Je dirais plutôt étrangères. Cela, de manière instinctive, inconsciente et non contrôlée si les détenteurs du pouvoir ne sont pas informés. Quand l’olfeust utilise son pouvoir, des études ont prouvé qu’il retraduit ce qu’il lit ou entend dans sa langue maternelle qui peut être parfois limitée, d’où l’intérêt de s’en émanciper, de s‘en détacher. Chez les olfeusts, la langue maternelle est prédéfinie, elle n’est pas acquise lors de l’apprentissage du langage, elle est prédéfinie par ses parents de manière génétique et évolutive… À ce moment, ma bouche suivit mes yeux en s’ouvrant d’un air abêti. - C’est quoi des facultés, émancipé, prédéfinie, génétique ? - Bon ! Reprenons depuis de début… Pendant des jours, il m’avait faite articuler des mots invraisemblables que je devais entendre en me concentrant sur les gesticulations de sa bouche. Quand son humeur ne pouvait plus me supporter, il appelait Yann pour prendre le relais. Yann avait fait des études de linguistique avec Merlin, il savait parler couramment le Latin, l’Hébreu, le François, le Gaélique… avec Milo, le voyageur venu du futur, il avait même appris le Français du XXIème siècle. Rappelle-toi que Nell est une éréale et que sa famille aussi. Pouvoirs Chapitre V Un raclement de gorge m’extirpa de mon sommeil. M’extirpa, c’était le bon mot face à ce sommeil de plomb. Un oeil ouvert, je vis Léo redresser d’un doigt ses lunettes. - Nell, Merlin t’attend à la bibliothèque. Il m’a chargé de te réveiller. - Oui, répondis-je la bouche pâteuse et le deuxième oeil paresseux. - Tu te rappelles où se trouve la bibliothèque ? - Euh oui, oui, je me rappelle. Alors que je reprenais mes esprits, je remarquai un énorme chat sur mon lit. - Qu’est-ce que c’est ? - C’est Cunégonde, la chatte de Marion, répondit Léo avec méfiance et dégoût. En effet, le chat avait beau avoir un magnifique pelage roux, son nez aplati et ses yeux globuleux ne le rendaient pas très sympathique. Une jeune fille très soignée entra en trombe dans la chambre. - Cunégonde ! dit-elle d’une voix gentille. Que fais-tu ici ? Tu sais qu’il ne faut pas venir dans cette tour, il n’y a que des personnes de basse condition et ils mangent les chats quand les rats se font rares. Viens là mon amour. Léo n’avait pas une expression très avenante pour cette jeune fille qui semblait penser que manger du chat au petit déjeuner était courant pour nous autres : personnes de basse condition. Elle avait une attitude très hautaine. Elle appartenait sûrement à la haute condition et possédait un goût douteux à en juger par l’aspect physique de son chat. Prenant son félin dans les bras, elle nous toisa l’un après l’autre en insistant sur mon visage inconnu, puis sortit. - C’était Marion, commenta Léo. - Enchantée ! dis-je. - Lève-toi, m’encouragea-t-il avant de sortir. - Ha oui ! J'avais déjà oublié qu'il fallait que je me rende à la bibliothèque. Il repassa la tête dans l’entrebâillement : - Et ne mange pas de chat ce matin, Louise nous a préparés des tartes aux prunes. - Entre les tartes et du chat mon coeur balance, plaisantai-je. La grande porte ouverte de la bibliothèque me laissait entrevoir un Merlin d’humeur songeuse. Plus loin, un père lisait pour sa fille. La petite paraissait l’exaspérer avec des questions sans fin : « et pourquoi et parce ce que… ». Sur leur table, une drôle de petite bête trônait. Comme ça, j’aurais dit que c’était un furet mais ses poils et ses yeux étaient bizarres. - Nell, viens t’asseoir, dit Merlin. Dans la bibliothèque, une grande table de lecture s’étalait entre deux rangées de livres. J’écartai un long banc de chêne de la table et m’assis les mains réunies sous celle-ci. Merlin, resté debout, arpentait de long en large l’allée centrale. Les mains derrière le dos, il gardait son air soucieux. Mettant ses interrogations de côté, il recommença une de ses longues tirades dont lui seul avait le secret. - La magie se manifeste grâce à l’esprit. Par un geste, tu guides ton esprit vers l’objet. L’objet englobe toutes choses sur lesquelles tu veux agir : l’eau, un être humain, un arbre, un livre …il existe deux catégories de pouvoirs : les pouvoirs propres à tout Eréal et le pouvoir spécifique. Les pouvoirs propres ont généralement une action faible sur l’objet, leur maîtrise nécessite beaucoup de travail. Le pouvoir spécifique est lui, unique et illimité, il n‘est acquis que quand le corps est prêt à l‘assumer. Une fois acquis, il demande une exploration de ses étendues. Certains acquièrent leur pouvoir spécifique très jeunes, d‘autres jamais. Ces derniers doivent se contenter de leur savoir et des pouvoirs propres. Ils restent des élèves très limités en magie. Merlin reprit sa mine songeuse. - L'autre jour, tu m’as dit que de petites flammes s’étaient manifestées aux bouts de tes doigts quand tu t‘es mise en colère contre ce garçon. Comme je te l‘ai dit, un Eréal ne peut avoir qu‘un seul pouvoir spécifique. Tu es une olfeust, normalement tu ne devrais pas maîtriser le feu, mais je préfère en être sûr. Son regard se porta derrière moi sur un bureau surélevé habituellement habité par la sentinelle de la bibliothèque : Lyse. En son coin, il y avait une bougie éteinte. Au vue de sa petite taille, elle avait accompagné Lyse toute la nuit, surveillant lecteurs nocturnes et rats affamés. - Tu vois la bougie sur le bureau ? me demanda-t-il. - Oui. - Tends ton bras vers elle. Elle représente l’objet. Pince le pouce et l’index en visant toujours l’objet et… écarte-les. Une petite flamme dansante d’une couleur or avait alors fleuri sur la bougie. C’était surprenant comme phénomène mais mon premier sentiment fût : cela va-t-il me causer des ennuis ? - C’est impossible ! Ce n’est pas possible ! Repince ces deux doigts pour voir, demanda-Merlin. Un fil de fumée grise remplaça la petite flamme dorée. - Ce n’est pas possible. Je ne comprends pas, dit-il. - Il n’y a peut-être rien à comprendre ? tentai-je. - Tu peux reprendre tes occupations, clôtura Merlin. Il reprit son visage songeur et sortit de la bibliothèque. En s’éloignant, je voyais ses cheveux châtains s’allonger et blanchir, son corps se rabougrir et son pas ralentir. Des questions lui faisaient perdre tout contrôle. Lui, qui savait tant de choses, qui avait souvent réponse à tout, il se trouvait déstabilisé par une enfant. OOOO Les mains de nouveau rangées sous la table, j’avais un peu honte. Merlin m’avait prise avec lui, il me protégeait et apparemment je ne lui causais que des ennuis. Si je me débarrassais de ce pouvoir, tout rentrerait dans l’ordre. - Bonjour damoiselle. - Qui êtes-vous ? demandai-je. - Un fou. - Un fou ? répétai-je. - Noah le fou. Il portait une chemise ample noire à manche rouge. Ses cheveux tressés et agrémentés de perles semblables à de petits fruits multicolores, flottaient ! Il avait les yeux cernés de noir, une moustache finement enroulée sur les pointes, les oreilles ornées et les poignets renforcés de cuir noir. Sur le banc qui se décala de lui-même, il s’assit et posa ses mains sur la table. Des mains dont tous les entre-doigts étaient percés et ornés de tiges métalliques. Autour de ses mains se baladaient sans fin des petites billes métalliques brillantes et argentées. Certaines de la taille d’un grain de blé, d’autres allant jusqu’à la taille d’une noisette. - Tout le monde est fou, mais moi, je suis le fou de mon seigneur, commença-t-il. Pas que je lui appartienne, mais je suis sa folie, son divertissement, parce que finalement tout le monde est fou, mais de manières et dans des proportions différentes. Je le suis peut-être plus que les autres puisque je suis le fou de mon seigneur…Oui je suis très clair. - Oui ! - N’est-ce pas ? Une plume et un encrier rejoignirent ses mains. La plume se trempa dans l’encrier et entreprit un dessin sur son index par la simple intervention de sa pensée. La plume flirtait avec les billes métalliques qui anticipaient les moindres ses déplacements. - Donnez-moi vos mains. Je lui tendis mes mains légèrement recroquevillées. - Vous avez peur de leur puissance, constata-t-il. J’acquiesçai de la tête. - Elles sont belles et jamais elles ne feront souffrir ceux que vous aimerez. Bien sûr, elles seront maîtresses de grands pouvoirs, mais vous ne devez jamais en avoir honte sinon ils se retourneront contre vous. Ils sont en vous, vous devez apprendre à les connaître, les comprendre, les maîtriser, les utiliser sera secondaire, commenta-t-il. Faites leur confiance et suis ton instinct, conclut-il en déposant mes mains sur la table. La plume acheva son dessin et Noah fut satisfait. - Vous êtes un peu…m'aventurai-je. - Bizarre ? Allumé ? - Fou ? tentai-je. - C’est très perspicace ! Vous êtes devineresse ? - Comment ? - Clairvoyante ? proposa-t-il. - Je ne pense pas. Je n’avais pas assez de deux pouvoirs qu’il voulait m’en affubler un troisième. - Peut-être êtes-vous aussi une fée ? Non, bien sûr, vous êtes trop lourde. - J’aurais dit trop grande, rectifiai-je. - C’est vrai, c’est vrai, un troll peut être ? Non, pas assez poilue. - Mais que cherchez-vous ? - Eh bien, je cherche vos pouvoirs. Au fait, quel pouvoir possédez-vous ? - Je suis une olfeust et je possède le pouvoir du feu. - Vous êtes une olfeust et une élémentaire feu, surprenant ! en conclut-il. - Surprenant ? - Oui ! Surprenant ! - Mais ? - Mais ? Il était tellement confus. - Vous allez répéter tous mes mots ? ajoutai-je pour ramener de l’ordre dans cette conversation. - Tous vos mots ? Non, bien sûr, dites-m’en plus. - Qui sont les élémentaires ? demandai-je. - Vous maîtrisez aussi la terre, l’eau, l’air, le métal ? - Comment ? - Quoi comment ? Les maîtrisez-vous ? Le bois peut-être ? - Non ! Je ne crois pas. - Vous ne croyez pas ou vous ne savez pas ? - Je ne sais pas. J'étais perdue. - Comment se fait-il que vous ne sachiez pas ? se déconcerta Noah. - Quelle chose ? - Que vous ne sachiez pas ? Comment se fait-il que vous ne sachiez pas si vous avez à votre disposition les autres pouvoirs ? - Comment le saurais-je ? - Vous êtes sur le registre des pouvoirs ? - Un registre ? - J’ai du mal à vous suivre damoiselle. - Moi aussi ! répondis-je. Il se dirigea vers les livres et sortit un grand ouvrage. - Voici le registre des pouvoirs, dit-il en déposant le lourd pavé. Merlin entra avec vigueur dans la bibliothèque. - Noah, qu’est-ce que tu fais? questionna sévèrement Merlin. - Je montre à cette damoiselle le registre référant des pouvoirs. Noah, interrompu, se retourna vers moi et reprit ses explications. - Vous pouvez voir les élémentaires : feu, air, métal, terre, eau, photon, électron. Les pouvoirs sensitifs, les pouvoirs d’invulnérabilité, les pouvoirs de guérison. Vous, vous avez un pouvoir de communication comme ceux qui parlent aux animaux. Les pouvoirs mimétiques sont aussi très intéressants. Ensuite, pour chaque pouvoir, vous avez des registres de possesseurs en plus de ce registre de base. Chaque personne recevant son pouvoir spécifique s’inscrit dans le registre correspondant à son pouvoir. - Noah tu n’as pas à… - A lui parler de sa pierre magique ? Je l'ai vu tu sais. Merlin était sacrément irrité par l’intervention de Noah, mais tout de même intéressé par son avis. Il le laissa poursuivre. - La marque du feu en cercles concentriques est sur la pliure de son coude, dit-il en pointant mon bras du doigt. Quand la pierre tombe dans l’eau des ondes concentriques naissent. Ta peau est l’eau, les éléments les ondes. Le point central représente le feu, les deux cercles concentriques représentent les deux éléments amis du feu : la terre en premier et l’air ensuite. L’eau, ennemie du feu est un cercle entre l’air et la terre mais il n’est pas présent sur le symbole du feu, précisa Noah. La marque est encore rouge mais bientôt elle sera blanche. - Une pierre magique ? répétai-je. J'avais une pierre magique sous ma peau ! - Ce ne sont peut-être que des bouts d’os cassés ou des brûlures de dragons ! réagit Merlin. Noah pointa de nouveau son index sur mes marques. - La trace rouge que vous avez dans la pliure du coude marque la présence d’une pierre magique. Mon pouvoir spécifique est la télékinésie, je déplace les objets par la pensée, et grâce à cela, je peux te montrer ma pierre magique. Les parties visibles de sa peau se mirent à scintiller. Les petites brillances se rassemblèrent dans le creux de sa paume pour composer une pierre magique en forme de sphère autour de laquelle tournoyèrent ses billes métalliques. - Comme vous pouvez le voir les pouvoirs sont dilués dans le sang. Si la pierre se matérialise d’elle-même c’est que le pouvoir n’appartient pas au porteur. - Alors, le pouvoir du feu ne m’appartient pas ? compris-je. - Non, il n'est pas issu de votre famille. - C’est peut-être des bouts d’os cassés ou des brûlures de dragons ou des piqûres ou encore une allergie ! s’exaspéra Merlin. - Comment être sûr que c’est une pierre magique ? interrogeai-je. - Si ces rougeurs s’estompent en Erèbe c’est que c’est bien une pierre de pouvoir. Elles se cachent des hommes pour garder la présence magique de son porteur. - Si je vais en Erèbe je saurais si cette pierre est magique ? - Oui. - Non ! Tu n’iras pas en Erèbe. Tu dois rester dans les limites de Ten et du territoire de Magimel aussi, rétorqua Merlin. - Mais la frontière n’est pas si loin ! suppliai-je. - Tu restes ici. Si les hommes voient ces traces, qui se prouveront ne pas être magiques, tu pourrais avoir de gros problèmes. - Mais Merlin ! protestai-je. - Il n’y a pas de mais ! Et puis Victor souhaite te rencontrer. Noah, tu devrais aller préparer ton spectacle pour ce soir et arrête de… - Renseigner la damoiselle ? - Noah arrête c’est tout ! Nell, suis moi. - Il y a un registre pour les dons de pouvoir. Ce pouvoir du feu c’est un don, ajouta le fou. - Noah, rien ne nous confirme que tu aies raison, s’interposa Merlin. - Mon instinct me le dit, se justifia Noah de manière convaincue. - Ton instinct t’a aussi dit de démonter la toiture du château la semaine dernière. - Ce château manque cruellement de lumière. Les toits sont secondaires, se légitima Noah. - Comme ta raison ! Nell, viens. Merlin me poussa vers la sortie. - Mon coeur a ses raisons que les raisons de ce château ignorent, expliqua le fou. - En tout cas tu ne manques pas d’esprit, rétorqua le mage. Merlin m’emmena au sommet du donjon principal. Derrière une grande porte, au fond d’une salle de distribution, une serre s’ouvrait sur le ciel. Le plafond transparent préservait du froid toute une myriade de plantes : certaines connues, d’autres insolites. Sur le côté, un homme d’une cinquantaine d’années prenait soin d’un petit plan de romarin perdu dans un grand pot. Il était grand, châtain, sa barbe courte, poivre et sel, contrastait avec son teint hâlé. Ses cheveux courts, mais un peu trop long sur le devant, commençaient à cacher ses yeux en amande verts foncés. L’homme qui termina de tasser la terre autour du petit pied de romarin se concentra. À ce moment, je vis le romarin grossir et prendre bonne place dans son grand pot. Merlin me posa une main rassurante sur l’épaule. Puis, observant l’homme, je remarquai un transfert entre lui et la plante. Sa barbe rentra dans sa peau, ses cheveux raccourcirent pour libérer son front, sa peau s’éclaircit et ses ongles terreux s’alignèrent à ses pointes de doigts. Il regarda ses mains puis le beau pied de romarin fleuri. Satisfait, il se mit sur ses jambes et prit le pot dans ses bras. Il se tourna vers nous et afficha un sourire accueillant. - Merlin, voici donc notre nouvelle pensionnaire. Victor s’avança vers moi. J’eus un pas de recul, par précaution. - Je me présente, Victor de Magimel, seigneur et maître de ce château. Sois la bienvenue. J’espère que ton séjour se passe bien. Tu t’es faite des amis ? - Oui mon seigneur. - Lesquels, dis-moi ? - Yann, Léo, Isabel et Matthieu. - Très bien. Tant mieux si ton intégration se passe bien. J’espère ne pas te voir souvent et tout ira bien, dit-il en riant. Encore la bienvenue, termina-t-il. Il retourna à ses activités botaniques et Merlin me dirigea vers la sortie. C’était étrange comme attitude. Je demandai : - Merlin ? - Oui, dit-il en descendant les escaliers devant moi. - Qu’a-t-il voulu dire avec j’espère ne pas te voir souvent et tout ira bien et qu’est-ce qu’il s’est passé avec la plante ? - Victor est un iudex, un juge. Comme tu as pu le voir en entrant, il transfert du temps entre lui et les plantes mais aussi entre les plantes et entre les êtres. Il peut servir de passerelle comme être directement receveur ou donateur de temps. Et s’il est un juge c’est parce qu’à Ten nous punissons par le temps : nous privons les criminels de temps. Il est aussi décisionnaire des peines de prisons et de travaux forcés mais, celle du temps reste la plus marquante et la plus symbolique. - Sûrement, acquiesçai-je perdue dans mes pensées. Du jour au lendemain, Victor pouvait me rendre vieille, du jour au lendemain, Victor pouvait avoir mon âge. - Je t’ai prévu une séance de lecture à la bibliothèque, interrompit Merlin. Cela nous renseignera peut être enfin sur ta langue maternelle. Ton professeur de lecture t’attend dans la bibliothèque. Je te laisse, je m’en retourne à mon laboratoire. Il reprit son habituel air soucieux et se dirigea vers la tour ouest. OOOO La petite fille et son père étaient toujours dans la bibliothèque. Le père lisait, sa fille et le furet sur la table, étaient absorbés par ses paroles. - Êtes-vous mon professeur de lecture, demandai-je au père. - Oui, répondit, à ma grande surprise, la petite fille. Le furet m’observa avec application et l’homme se dirigea vers moi. - Bonjour, je suis Raphaël le père de Marguerite, tu es Nell ? - Oui. - Je vous laisse, tu seras gentille mon coeur ? dit-il à sa fille. - Bien sûr, dit la petite l’oeil rieur. Son sourire remonta ses jolies joues couvertes de taches de rousseurs et me laissa découvrir ses toutes petites dents de lait. Elle avait de jolies boucles rousses éparpillées sur la tête et des yeux verts clairs pétillants de malice. - Viens t’asseoir Nell, nous allons lire le Chat botté, dit-elle surexcitée et impatiente. Je m’assis sur la chaise de son père. Marguerite voulut commencer la lecture mais rapidement quelques mots lui posèrent problème. Assise sur sa chaise, ses petits pieds ne touchaient pas le sol et ses coudes, posés sur la table pour tenir le livre, se retrouvaient à la hauteur de son cou. Marguerite était chargée de mimiques de concentration. Tantôt les yeux plissés et la bouche pincée, tantôt la bouche ouverte les yeux écarquillés. Puis, ayant apparemment retrouvé les mots du livre, elle me regarda fixer sa bête bizarre. - C'est Arthur que tu regardes comme cela ? J'acquiesçai. - C’est Arthur, mon furet peluche. La petite bête continuait de me regarder comme si j’étais une bête curieuse. À l’évidence c’était cet animal la bête curieuse. - Peluche ? - Les peluches sont de faux animaux pour les enfants. Normalement ils ne bougent pas mais papa l’a rendu vivant grâce à Adam l’anime. Il l’a acheté à Milo le voyageur du futur, tu le connais ? - J’ai déjà entendu parler de lui. - Donc mon papa l’a acheté à Milo, c’est un jouet du futur, ma peluche. Et Adam l’a réveillé comme un vrai furet et mon furet, maintenant, il est immortel. Jamais il ne me laissera toute seule. Par contre, comme il est en plastique (le mot était difficile à dire pour une petite fille du XIIIème siècle), il ne faut pas qu’il prenne trop chaud, sinon, Milo a dit qu’il pourrait fondre ! Arthur se cacha sous le livre. Marguerite me chuchota : - Arthur n’aime pas trop ce mot fondre. Arthur, qui entendit quand même le mot, fit trembler le livre qui l’abritait. - Je vais commencer le livre, dit Marguerite en découvrant le furet. Alors que la petite allait lire, sur la première page je lis : - Il était une fois. - Mais tu sais lire ? se surprit l’enfant. - Apparemment ! Moi aussi j’étais surprise. Ce devait être un nouvel aspect de mon pouvoir. Les olfeusts parlaient toutes les langues instinctivement, mais maintenant, je découvrais que même dans la lecture, ils étaient instinctifs. Jusqu’au bout, ce pouvoir pouvait masquer la provenance dans l’espace et dans le temps de son possesseur. Si mes parents avaient le même pouvoir, cela devenait finalement de plus en plus compliqué de les retrouver. Marguerite descendit de sa chaise, referma le livre et prit son furet sur l’épaule. - C'est dommage, tu aurais été mon premier élève, confia Marguerite un peu déçue. - Désolé. - Tant pis ! Tu as déjeuné ? demanda-t-elle gaiement. Son comportement avait changé du tout au tout. De froissée, elle avait maintenant un enthousiasme débordant. - Non ! - Viens, me dit-elle en m’attrapant la main pour me tirer vers l’extérieur. Louise a préparé des tartes aux prunes ce matin. - J’en ai entendu parler. Nous entrâmes dans la cuisine. Une grande table contre le mur avec un bac de pierre, une grande table centrale avec deux grands bancs rangés dessous, deux cheminées, une petite et une grande. La cuisinière lavait des choux dans le bac de pierre rempli d’eau. Elle était ronde et charnue, mais qu’on ne s’y trompe pas, elle était alerte et à l’aise avec ses formes généreuses. Sa peau claire et fraîche lui donnait une expression de bonne humeur permanente. Cette femme montrait prestance et fermeté mais aussi maternité, douceur et empathie. - Bonjour jeunes filles. - Bonjour Louise, c’est Nell et elle voudrait goûter ta tarte aux prunes et moi aussi. - Bonjour Nell, dit-elle gentiment. Margot, il est un peu tard, fit remarquer Louise. Une grande déception s’afficha sur le visage de Marguerite. - J’en ai gardée à la cave, ajouta la dame en souriant. - Trop bien ! dit Marguerite le visage illuminé. Louise descendit à la cave. Marguerite me reprit la main pour me conduire à l’extrémité de la cuisine. - Viens voir. De la cuisine, il y a un accès au lac. En haut des escaliers, une porte s’ouvrit sur le bord du lac. Nous étions sur un bout de terre qui entrait dans l‘étendue d‘eau. Il y avait un puits, un quai, une petite tour de surveillance orientée sur le quai, un terrain d’entraînement, un parc à bêtes et derrière nous, la muraille reliant la tour sud et ouest ouvrait plusieurs petites portes sur le château. Je m’avançai sur le quai. D’ici on pouvait voir une petite île. De l’autre côté, on observait un autre quai et une chaumière accolée à une forge, les cheminées fumantes. - Regarde ce que je sais faire, dit-Marguerite. Marguerite était postée à côté du petit parc où cohabitaient poules, canards, oies et lapins. Elle se concentra un instant sur un lapin et un canard proche de la clôture. Le canard se mit à bondir sur ses deux pattes comme un lapin et le lapin coordonna ses deux pattes gauches et ses deux pattes droites pour se dandiner comme le font les canards. - C’est… Je ne savais pas quoi dire : extraordinaire, surprenant, étrange ? - C’est drôle ! compléta Margot. - Comment fais-tu ça ? - Je suis un échangeur d’âmes. Je peux échanger toutes les âmes que je veux. Louise passa la tête par la porte extérieure. Margot remit tout en place. Le canard se dandina et le lapin bondit. - Marguerite, j’espère que tu ne fais pas de bêtises sinon la tarte pourrait te passer sous le nez. Louise paraissait accoutumée au fait que Marguerite jouait souvent avec ses animaux. - Non, non, s’innocenta la petite les mains derrière le dos. - C’est prêt, vous pouvez venir, informa Louise. - Trop bien ! répéta Marguerite qui s’était précipitée dans la cuisine. Rappelle-toi que le fou n’est pas celui qu’on croit.
  3. Bonsoir à tous et à toutes ! Aujourd'hui j'ai une passion qui est la magie et le mentalisme, je suis magicien amateur et j'aimerais devenir magicien professionnel. Première étape dans laquelle je me lance en tant que magicien amateur c'est la création d'une chaîne YouTube que je viens de créer aujourd'hui. J'aurais besoin d'avis de différentes personnes sur le seul tours que j'ai sur la chaîne pour savoir si cela vaut le coup selon vous que je continue ma chaîne ou non ... Pourriez vous y jeter un petit coup d'œil ? Voici le lien: https://www.youtube.com/channel/UCNg-cuIJ3YLWIqUisIMoNMw Merci d'avance, bonne soirée à vous !
  4. Amis Mordus, J'ai le plaisir de vous annoncer la sortie du tome 3 des Ailes de la Nuit - Le Goût du sang pour le mercredi 21 septembre! Comme l'ensemble de la trilogie, le tome 3 sera disponible gratuitement sur le blog du livre: lesailesdelanuit.wordpress.com Une petite morsure de rappel concernant l'univers: Rien ne va plus à la cour du roi Mauro Salina: le maître vampire a choisi une humaine pour héritière. Automne, fraîchement transformée, n’est pas faite pour le monde de la nuit. La jeune fille ne rêve qu’au jour et à Luke, ami fidèle, amant inaccessible. Jusqu’à l’heure du grand retour. La maison Salina quitte ses quartiers andalous pour retrouver la grisaille parisienne. Les fêtes se succèdent, le sang coule à flots. Automne s’abîme dans ce monde inhumain, jusqu’à ce qu’une rumeur des plus inattendues lui parvienne: un remède existe. Un remède prenant la forme d’une rose, une rose possédant le pouvoir de soigner le vampirisme. Tandis que le roi Mauro et ses sujets poursuivent les festivités, Automne se lance sur les traces du remède. Une quête longue et fastidieuse qui la plongera au coeur d’une mystérieuse prophétie: et si le roi ne l’avait pas choisie par hasard? Et si tout était lié? Le cours des choses pouvait-il encore être changé? A travers les Ailes de la Nuit, suivez les aventures d’Automne, Luke et Jonas, partis à la recherche du remède. Une quête semée de dangers dans un univers de légendes où la magie côtoie l’histoire. Depuis les mystères de Notre-Dame de Paris aux terres reculées de Roumanie, l’ombre du corbeau plane, étendant ses ailes au-dessus de nos héros. N'hésitez pas à partager, merci!
  5. Parle-moi Chapitre IV Les couleurs des vitraux frappés par le soleil de printemps, inondaient la bibliothèque. Le cuir des fauteuils Club, ramolli par la chaleur, nous invitait à prendre place. La bibliothèque n’avait pas changé, son contenu non plus, pas de nouvelles étagères. Si de voir une chose qui n’avait pas changé me rassura, cette absence de nouveaux ouvrages depuis ces trois dernières années m’interpella. Léo comprit. - Plus de Milo ! Plus de nouveaux ouvrages ! - Il n’est jamais revenu ? - Non, dit-il. Sa vengeance prise sur Morgane, le voyageur ne s’était plus aventurer dans ces temps médiévaux. Au grand damne de Léo, plus de nouveaux ouvrages, mais aussi plus aucun contact avec le futur, ni d’invention d’autres temps. Dépourvu mais pas sans idée, Léo était parvenu à soutirer le contact en lien avec le Corsaire à Merlin. De temps à autre, il allait quémander quelques livres à ce nouveau fournisseur. Il les gardait précieusement dans sa bibliothèque personnel, bien trop inquiet que l’on ne l’accuse de contrebande. Margot s’assit, nonchalante, dans le fauteuil préféré de sa mère, le plus grand. Je pris celui face à la porte, celui à l’assise la plus profonde. Un instant, le souvenir de me regardant de l’entrée, traversa ma mémoire. Il était devant la porte, il m’attendait, il me sourit. Yann s’assit à côté de moi, il voulait me garder à portée de main, il avait peur que je m’échappe une fois encore. Léo s’assit à côté de Marguerite, Kali à côté de lui. Il manquait bien quelqu’un, une amie. - Quand ? demandai-je. Voyant bien que Marguerite n’allait pas desserrer les dents, Léo répondit pour elle : - Raphaël est mort le même jour que Morgane. - Elle n’a pu le tuer alors ? - Bien vu Sherlock, rétorqua Margot. - Sur quoi travaillait ton père quand on l’a tué ? Je ne voulais pas jouer avec Margot. Le temps perdu ne se rattraperait pas, et des réponses devaient venir. - Toujours pareil, il travaillait sur le village des coupés. Il cherchait un mode de réparation efficace sur les êtres blessés par des gardiens. - Qui travaille sur ce village maintenant ? - Moi, dit-elle. Avec Laurent, un jeune réparateur. À partir des notes de mon père, nous tentons de faire aboutir son projet. - D’autres cas d’empoisonnement depuis ? - Pas d’empoisonnement, mais un suicide provoqué, révéla Léo. Une lettre signée du clan des 11 loups a été retrouvée près du cadavre d’Erik, l’un des fils de Guillaume. C’était un élémentaire terre, précisa-t-il. Il a scellé son cœur dans la pierre. Erik était aussi le frère de Simon, l’un des nôtres. - Cette lettre disait : Nous savons qui tu es. Et plus loin : Ils avaleront le soleil et le néant régnera sur le monde, termina Margot. Le clan voulait faire grande impression, le clan voulait nous faire peur. - Donc soit Raphaël a été tué par un membre du clan, soit par un gardien, recentrai-je. Les coupés étaient la clé. Soit ils avaient un lien étroit avec le clan, soit avec les gardiens, peut-être même les deux. Mat, vêtu en ombre, était venu chercher la carte pointant le village des coupés pour le clan. Thomas avait surveillé les coupés pour les gardiens. - Les gardiens s’interdisent de tuer, rappela Léo. - Les gardiens ne sont pas parfaits, rétorquai-je. - Ils sont censés l’être, répliqua-t-il. Il tentait de protéger les gardiens, et au travers d’eux, le souvenir de son père. Je touchais à l’interdit, à l’image de Thomas. Yann ne répondait rien, il attendait la fin de mon raisonnement. - S’ils ne tuent pas, peut-être chargent-ils de tuer ? - Ils détourneraient les règles ? intégra Yann. Le fils avait espionné le père, il savait que celui-ci avait de nombreux secrets, que les gardiens avaient de nombreux secrets. Il savait aussi que les gardiens pouvaient transgresser les règles, comme le jour où son père avait coupé la langue de la conteuse. - Une idée Sherlock ? Demanda Margot. - Rencontrer le Corsaire pour savoir si un gardien a tué ton père, et déloger les 11 loups les uns après les autres pour leur faire avouer leurs crimes. - Vantarde, lâcha Margot. - La menace de la poudre d’Helween les fera parler, signai-je. La carte pour rejoindre Helween attendait dans ma chambre, elle nous guiderait jusqu’à lui. La poudre argentée serait cette fois, de notre côté. - Tu crois que le gardien déchu qu’il est trahira ? demanda Léo pour le Corsaire. - Tout le monde a un prix, proposai-je. Il suffit de le connaître. - Et pour le clan ? Comment vas-tu « déloger » les loups, relança la petite. - Nous devons les démasquer. - Je te trouve décidément présomptueuse Sherlock, termina la rancunière. Je n’avais rien de plus à proposer. Léo se dit qu’il était temps d’ajouter des cartes à mon jeu. - Ce que je ne t’ai pas dit, commença le scientifique, c’est que ce loup tatoué sur le crâne de Morgane portait un nombre. - Un nombre ? Mat avait un loup entre les omoplates, mais pour moi, le second symbole n’avait pas été un nombre, c’était l’infini : ∞. - Le 11. Le 11 ! Encore ce nombre, et il était porté par Morgane. Un onze sous la bête nous prouvait que Morgane était bien à la tête du Clan des 11 Loups. Kali énuméra : - Brice a un 4 sur le sternum, Gwen un 5 sur le mollet droit, Hugo un 6 sur le mollet gauche. - Mat, un 8 entre les omoplates, terminai-je. J’avais réalisé que cet infini, retourné, donnait un 8. - Tu l’as vu ? me demanda Kali. - Oui. Le spectre réalisa que j’avais été très proche de son frère. - Tu t’es souvenue ? demandai-je à Kali. - Oui, révéla-t-elle. Le dernier 11 juin, je me suis rappelée la scène qui m’a value mon sort. Ses yeux se perdirent dans le passé. OOOO Ce jour-là, Catherine avait une annonce à faire à ses frères. Elle voulait commencer par eux, car elle savait qu’elle aurait besoin de leur soutien quand elle l’annoncerait à leur père. L’année précédente, elle s’était secrètement mariée à un gardien et elle ne pourrait bientôt plus le lui cacher. Pour cette famille alliée au diable, cette alliance n’était pas acceptable. Elle savait qu’elle risquait l’exclusion, l’appui de ses frères pouvait l’en préserver. Catherine les savait proches d’elle, elle devait les rendre complices pour qu’ils la protègent de la colère du patriarche. Alors qu’elle descendait dans les sous-sols du château, la buée chaude du bain de vapeur de ses frères remontait dans l’escalier. À la porte, Catherine vit Brice et Gwen chahuter avec leurs serviettes ; Hugo entretenait la vapeur en versant de l’eau sur les pierres chaudes. Ils ne la virent pas entrer et elle fut surprise de les voir s’amuser de nouveaux attributs. - Je sais qui tu es ! cria Brice à Gwen. Un tatouage apparut sur le mollet du second : un loup aux yeux rouge sang. Gwen fouetta le torse de son grand frère. - Moi, aussi ! répliqua-t-il. Un loup aux dents acérées se dessina sur le sternum de Brice. Ces tatouages réagissaient aux soupçons, aux révélations. Ils apparaissaient à l’accusation, ils disparaissaient au silence. La mort aussi les révélait. Par eux, Morgane se débarrassait des démasqués, des imbéciles, des imprudents, des traîtres. - Hugo ! interpella Gwen. Tu es un traître ! Les trois partirent à rire quand un loup aux yeux fermés se piqua sur la peau du mollet d’Hugo. - Qu’est-ce que c’est ? demanda Catherine à ses frères. Ils se surprirent à ces mots, ils n’avaient pas vu leur sœur venir. Brice sut tout de suite qu’elle saurait tout ce qu’elle voulait savoir, car il savait sa sœur être une conteuse. - Qu’est-ce que c’est ? demanda de nouveau l’intruse. - La marque de notre alliance au Clan des 11 Loups. - Qui mène ce clan ? - Petite sœur, ne pose pas trop de questions, prévint Brice. Une inquiétude habita le regard de la belle. Elle avait toujours été mise à l’écart de leurs trames. Même si ses frères étaient proches d’elle, ils l’étaient bien plus encore du démon. - Oui, Morgane, lâcha Brice. Et arrête de vouloir entrer dans ma tête, petite sœur, rabroua-t-il. - Tu veux dire… - Ne dit pas son vrai nom Cat, où je serai obligé de… - Je suis ta sœur Brice. - Tu utilises ton pouvoir sur nous depuis toujours et je ne pourrais poser un voile sur ta mémoire ? Il regarda sa sœur droit dans les yeux, matérialisa le souvenir de ce nom et l’attrapa. Il serra le poing jusqu’à l’écraser. - Tu l’as pris ! dit Catherine. - Quel est ce nom ? cingla Brice. Catherine fronça ses yeux bleu-vert, les mêmes que son dernier frère Matthieu. - Notre allégeance au clan est plus importante que notre filiation, petite sœur. - Je vois. Ses frères ne comprendraient pas, ses frères ne l’aideraient pas. Catherine décida qu’elle serait seule face à son père. Elle lui annoncerait seule son mariage avec Guilem. Elle tourna les talons. - Cat, tu n’as rien à me dire, dit Brice. La petite sœur ne se retourna pas, elle était plus inquiète encore. Elle avait si souvent lu dans les pensées de son grand frère que là, tout de suite, elle n’avait pas besoin de le faire pour savoir qu’elle était en danger. - Tu en as profité pour lire dans mes pensées, constata-t-elle. - Je ne vais pas le faire à cause de ce que j’ai lu, introduisit Brice. Je vais le faire parce que tu sais trop de chose et que ton gardien va le savoir, même si je pose des voiles sur ta mémoire. - Qu’est-ce que tu vas faire ? - Les gardiens sont trop malins, ils ont trop de pouvoirs. - Qu’est-ce que tu vas faire ? réitéra Cat. Gwen et Hugo avaient les yeux rivés sur leur grand frère. - Ce que je dois, petite sœur. OOOO Je demandai à Kali : - Si tu sais qui tu es et pourquoi tu es morte, pourquoi l’Ankou n’est-elle pas venue te chercher ? - Il me manque toujours un nom sur ma tombe, rappela Kali. - Encore une chose à demander aux Kerdasclémon. - Ils ne le diront jamais, dit-elle lasse. Même morte, elle sembla fatiguée. Plus elle cherchait, plus les limbes tentaient de l’absorber. Margot posa sa main dans son spectre. - On va trouver Kali, l’encouragea la petite. Garde confiance. - Les frères vont nous le dire, assurai-je. D’une manière ou d’une autre, ils vont nous le dire. Elle luit légèrement. Le scientifique avait une autre annonce. - Reprenons, relança Léo. Nous avons le 4, le 5, le 6, le 8. Morgane était le 11e et dans les rapports du médecin, j’ai pu lire que la clairvoyante Roxane, assassinée par Morgane, portait le nombre 10 dans sa main gauche. 6 loups, nous avions identifiés 6 loups. - Roxane a dû annoncer une bien mauvaise nouvelle à Morgane pour qu’elle tue l’une des leurs, commenta Margot. - Assurément, ajouta Léo. Elle avait la chance d’avoir une clairvoyante à ses côtés, mais n’a pu faire face à l’avenir. - Dône saurait nous dire, proposai-je. - Plus de trace non plus de Dône, révéla Léo. J’eus un pincement au cœur. - Tu crois qu’elle est morte, m’alarmai-je. - Elle nous guidait sur le chemin de l’héritier, rappela Léo. - Tous ceux qui se dressent sur le chemin du clan doivent s’attendre à croiser la mort, dit Kali. Le silence s’installa. A côté de moi, une idée trottait dans la tête de Yann et ce, depuis les révélations du fantôme ce dernier 11 juin. Quand il avait su pour Kali, tout de suite, il avait pensé à moi. Cette idée était bonne, mais accepterai-je de me prêter à l’expérience ? - Nell, commença le chevalier. Kali t’a révélée qu’elle était conteuse. Il attendait une réaction de ma part. Je rassemblai mes jambes dans mes bras. - Elle a pu lire dans nos mémoires, révéla-t-il. Acceptes-tu qu’elle lise dans la tienne ? Une longue expiration douloureuse sortit de mon nez, un léger tremblement l’accompagna. - Tu veux ? me demanda Kali. Je respirai profondément. - Oui ! lâchai-je. Tout le monde retînt son souffle. De ses mains, Kali orienta mon visage pour que ses yeux plongent dans les miens. Elle fronça ses yeux devenus aigue-marine, puis sourit. Ce qu’elle vit ne l’a surpris pas. - Alors ? demanda Yann. - Rien ! dit Kali. Elle ne pouvait me faire parler. - Les gardiens ! comprit-il. Son père avait coupé la langue de la conteuse pour qu’elle ne révèle rien de ce qu’elle avait lu dans sa mémoire, mais aussi pour qu’elle ne dise rien de ce qu’elle aurait pu lire dans ma mémoire. Les gardiens ne souhaitaient pas que l’on sache ce qu’il y avait dans celle-ci. Si c’était son père qui m’avait protégé des conteuses, sa protection aurait dû mourir avec lui, Yann comprit la même chose que moi : un autre gardien était intervenu. Son père lui avait demandé de veiller sur moi, mais il sut que d’autres gardiens viendraient ou même que d’autres étaient déjà là. - Seul un gardien pourra me dire qui je suis, présentai-je. - Oui, confirma Yann. Il comprit plus de chose encore : - Le temps ! Il nous tint en haleine. - L’une des tâches des gardiens est de protéger le temps. Les gardiens maintenaient tant bien que mal la paix entre les peuples et les mondes, surveillaient les frontières magiques comme celle du monde de Ten ou celle du monde des morts, et veillaient à ce que le temps ne soit pas trop mal mené, les créateurs de portes étant leurs plus féroces bêtes noires. En dehors de ces ennemis, ils surveillaient les clairvoyantes qui avaient libre accès à ses secrets, et avaient surveillé de très près les allers-venues de matériel du futur avec le voyageur Milo. Yann présenta les choses ainsi : - Ce que tu sais doit être gênant pour sa préservation ou, si l’un de tes parents vient du futur comme tu le pensais, une porte du temps a dû être ouverte, et les gardiens veillent à ce que l’on ne la rouvre pas. Les créateurs de portes créaient des brèches dans le temps et l’espace, que les gardiens se faisaient foi de contrôler, celles-ci, une fois mise en place étant indélogeables. - La lumière était une porte du temps ! compris-je. Je revis un rêve, je revis la lumière. La lumière était le fruit d’un sortilège et la matérialisation du passage, d’une porte entre cette scène sanguinaire qu’avait vu Merlin dans ses visions et le moment où Thomas m’avait récupérée dans la forêt. - Tu t’en souviens ? - Oui. - Alors tu vas avoir des problèmes avec eux. - Seulement si je cherche et rouvre cette porte. - Et qu’est-ce que tu vas faire ? - Chercher et rouvrir cette porte ! La réserve de Victor serait le point de départ de mes recherches, c’est là que l’on trouvait tous les documents à usage limité, et je comptais bien sur les gardiens pour limiter l’accès à des informations sur les portes. J’avais déjà pensé l’atteindre pour obtenir des informations sur un sort lié au temps, mais ce serait sur les portes du temps que se concentreraient mes recherches. Peut-être ces recherches feraient-elle sortir le clan du bois et les gardiens de leur palais ? OOOO Je retrouvai ma chambre, mon lit, la carte vers les volcans sous le matelas et l’écharpe de Mat sous mon oreiller. Elle n’avait plus son odeur, il n’était plus là. Depuis sa mort, personne ne se battait au portillon pour devenir héritier du château de Magimel. Deux héritiers morts, cela avait installé une certaine crainte à occuper le poste. Il y avait bien une agitation indéniable autour de cette décision, mais aucun positionnement. Victor, notre seigneur tergiversait, tournait en rond, il n’oubliait cependant pas de rajeunir de temps à autre. Isabel, l’absente de ces retrouvailles avait été mariée à Gwen, le frère de Matthieu, en réparation. Malgré la pression de Grégoire, son fils n’avait pas non plus été proclamé héritier de Magimel. Sa fille mariée, Mathilde s’était écartée de la cour de Solanne et rapprochée de Louise qui l’avait accueillie comme une amie. L’âme tourmentée s’apaisait auprès de la cuisinière. Elles se donnaient des conseils pour le jardin et la cuisine. Louise lui racontait tout ce qui se passait, Mathilde se permettait même de sourire à ses histoires. Mais dès que la cuisine se peuplait, la suivante s’effaçait pour rejoindre le cimetière où elle errait entre les tombes. Yann l’avait aussi souvent surprise à rôder autour de la forge. A plusieurs reprises, il l’avait interpellé pour la faire parler, jusqu’à même la faire captive entre 4 miroirs. Elle avait baissé les yeux, comme si la vérité s’était lue sur ses reflets. Avec la chaîne qu’elle portait autour du cou, il l’avait empêché de se plaindre, on put voir un anneau au bout de celle-ci écraser sa trachée fine. Il avait réussi à lui faire avouer ce pourquoi elle était venue voir son père la veille de sa mort. Mathilde avait su de source sûre que Thomas était un gardien. Ce jour-là, elle s’était présentée devant lui, pour lui demander pourquoi. Pourquoi il n’avait pas sauvé son mari Alexandre, pourquoi il les avait contraintes à quémander les faveurs de Victor. Elles avaient dû vivre parmi des éréals, alors que les gardiens auraient pu simplement sauver son aimé. En tant que gardien, Thomas avait répondu ce qu’ils répondent toujours : nous ne luttons pas contre la mort. Ils veillaient même à son bon déroulement en protégeant la rive, la frontière entre les morts et les vivants. - Qui était sa source sûre ? Avais-je demandé. - Le Corsaire, avait répondu Yann.
  6. chapitre 1 sur octobre 2013 et décembre 2015 chapitre 2 sur novembre 2013 Le Code Chapitre III J’ouvris la porte du laboratoire, je n’arrivai pas à entrer. Léo était là. Physiquement, il n’avait pas tant changé, mais son répertoire musical ne correspondait pas à sa personnalité, ou tout du moins pas à la personnalité qu’il avait quatre ans plus tôt. - Le duc de Bordeaux ressemble à son frère, Son frère à son père, et son père à mon cuuul ; De là je conclus qu' le duc de Bordeaux ressemble à mon cuuul comme deux gouttes d'eau. Taïaut Taïaut Taïaut! Ferm' ta gueule, répondit l'écho. Nous étions bien loin de Mozart ! Ses longs cheveux blonds étaient crépus, d’un blond brûlés comme la crinière des lions. - Margot, où est le manuel sur la numérotation et le fonctionnement des gènes ? Margot était concentrée, l’œil emboîté sur un microscope. Elle allait avoir 17 ans. - Je ne sais pas et ça peut attendre, lui répondit-elle. - Tu ne sais pas, et cela peut attendre ? dit l’offusqué. Tu es la dernière personne à t’en être servi. - Je sais. Léo s’emballa : - Tu as juste la flemme d’aller le chercher. - Oui, et alors ? - La flemme engendre la dispersion d’erreurs ! Par la copie flemmarde d‘un support non certifié, nous répandons l’erreur d’un seul homme. Le savoir de l’humanité est ainsi contaminé ! Il faut toujours vérifier à sa source une information, et si l’on ne peut le faire, c’est que l’information source est à tout jamais perdue ! Quand les vérités sont perdues, il ne reste que des légendes incertaines. Calmement, l’œil toujours fixé au microscope, Margot signala : - Ce n’est pas moi qui vais faire une erreur si je ne vais pas chercher ce manuel, c’est toi. Et arrête de dramatiser. Il est rangé à la bibliothèque, révéla-t-elle. - Mais je ne dramatise pas, je constate. - Et bien moi, je constate que c’est toi qui a la flemme de descendre chercher ce manuel et qui va contaminer notre savoir. Léo leva les yeux au plafond et reprit sa chanson. S’il avait songé descendre à la bibliothèque, il m’aurait vu les observer. - Le duc de Chevreuse ayant déclaré que tous les cocus devraient être noyés, Madam' de Chevreuse lui a demandé s'il était certain de savoir bien nager. Taïaut Taïaut Taïaut! Ferm' ta gueule, répondit l'écho. Il s’interrompit pour répliquer ceci : - Si tu arrêtais de voir les multiples problèmes d’une solution et que tu te concentrais sur les multiples solutions du problème, tu enverrais une mouche ou un canard cherche ce livre. - Une mouche ou un canard ne seraient jamais capable de nous remonter ton livre ! Même avec mon âme à l’intérieur ! Et celui qui multiplie les problèmes et ne veut pas voir les solutions c’est toi, le demi troll ! Va chercher toi-même ce livre. Moi, je l’ai rangé ! - Mais il était très bien ici ce livre ! Léo soupira. Il se résigna à aller à la bibliothèque. - Madam' la duchesse de la Trémouille, Malgré sa pudeur et sa grande piété, a patiné plus de paires de cou… - Ouille, ouille, ouille, dit-il en se retournant sur moi. Dites-moi pas, que ce n’est pas, qui je pense que c’est. Léo me sourit. - Nell ! Marguerite enleva son œil ébloui du microscope mais ne se retourna pas. - Mon pauvre Léo, tu débloques vraiment. Nell est dans le lac depuis … Léo lui fit signe de se retourner. Il se dirigea vers moi avec un visage soulagé. - Tu n’es pas morte toi ? me demanda-t-il en me serrant dans ses bras. Il avait pris de la force, beaucoup de force pour un ancien gringalet. - J’ai des ressources, dis-je simplement. - Enfin, tu es là ! J’ai tellement de choses à te dire. On a su pour… Mat, dit-il rapidement. Nell, je suis content que tu sois rentrée. - Je n’étais pas très loin. - Tu étais trop loin. Alors que Léo ne voulait plus me lâcher, Marguerite se dirigea vers la porte et sortit. Elle ne s’était pas retournée vers voir, je n’appartenais plus à sa vie. Léo regarda Marguerite partir. - Tu lui as manquée longtemps, me dit-il. - Elle me déteste ? - Non, bien au contraire, mais elle se préserve. Comme une certaine personne la fait il y a plus de 3 ans en se cachant dans un lac, dit-il le regard astucieux. Tu vas prendre le temps de te faire pardonner, mais avant, tu vas venir voir les avancées de mon travail depuis que tu nous as lâchés. - Merci Léo, tu as toujours le mot juste. En grand expert, il commença son développement : - Quand Morgane est morte, Merlin a étudié son corps. De cette manière on a pu savoir qu’elle avait été empoisonnée à l’arsenic mais cela tu le savais déjà. Milo, le voyageur du futur, s’était vengé à leur manière : celle des poisons. Il sortit plusieurs petites boites. - J’en ai profité pour lui prélever des mèches de cheveux et de la peau, dit le scientifique en ouvrant les boites. Je les ai utilisés dans le cadre d’analyses. Il sortit une feuille avec quarante-six croix classées par taille et par paire, couvertes de petites barres horizontales. - J’ai étudié le caryotype de Morgane et j’ai observé plus particulièrement deux groupes de gènes situés sur deux chromosomes complémentaires. Apparemment les croix représentaient des chromosomes, les barres des gènes. - Ils sont récessifs et ils ne s’activent que si les deux groupes sont présents. De plus, ces gènes sont uniques, ils n‘ont été répertoriés par aucuns scientifiques du temps de Milo. - Qu’est-ce qu’il faut comprendre ? - Morgane est la première de son genre. Elle avait beaucoup de caractéristiques particulières : un pouvoir unique, la capacité de pouvoir utiliser ses pouvoirs en dehors de Ten, pas de perte de coloration de la peau après privation de pouvoir, l’aucune nécessité du sort de don pour utiliser les pouvoirs volés, énuméra Léo. Cela confirme qu’elle pouvait être la fille du diable. - La légende rejoint la réalité. - Oui, posa le scientifique. Par chance, poursuivit-il. À cause de cette récessivité, l’héritier de Morgane ne peut avoir son pouvoir. - L’héritier n’est pas un guide des damnés ? - Non, certifia Léo. Cette combinaison génétique est unique et non reproductible sur une branche première, c’est-à-dire sur une descendance de mère à enfants. - Morgane ne pouvait avoir un enfant avec son pouvoir, réalisai-je. - Sauf, présenta Léo, si elle avait pu trouver un père comme elle pour son enfant… mais j‘en doute. - Et en plus clair, professeur Léo ? - Disons que Morgane a reçu un gâteau entier. Elle n’a pu, à cause des lois de la génétique, n’en transmettre qu’une moitié à son enfant héritier. Et partagé, le gâteau n‘a plus de goût, révéla Léo. L’information qui nous construit, qui construit les êtres vivants, fonctionne en général par deux. Quand le mâle et la femelle ont un petit, chacun d’eux donne à celui-ci une moitié de ce qu’il a, pour, au final, former un tout. Dans le cas de Morgane, ce qu’elle avait de différent fonctionnait uniquement parce qu’elle avait les deux parties. Comme elle n’a pu en transmettre qu’une partie, ses pouvoirs sont annulés sur sa descendance directe. L’héritier ne peut avoir que l’éducation et le savoir de Morgane, pas ses pouvoirs. - Morgane a passé des années en prison, comment aurait-elle pu élever un enfant ? Morgane avait perdu dix-sept ans, il ne fallait pas la regarder comme une vieille dame mais comme la femme qu’elle avait été. Léo suggéra une proposition : - Il y a une possibilité. Quand Morgane était jeune, elle a pu élever cet enfant. - Alors l’héritier est un adulte. - On sait aussi que Kali, notre joli spectre, n’a pas reçu le temps de la peine de Morgane. Il l’a peut-être reçu. - 17 ans c’est énorme, l’héritier pourrait être un enfant. - Peut-être, répondit Léo. - Il n’a peut-être plus le souvenir de cette éducation, supposai-je. - Peut-être, répondit une nouvelle fois Léo. - Son âge est indéfinissable selon s’il a reçu ou non c’est 17 ans. Son éducation a peut-être été perdue au changement d’âge ou pu être faite par un disciple. - On peut supposer qu’il est tatoué, révéla Léo. - Tatoué ? - Mat l’était, Morgane aussi, énuméra-t-il. - Elle aussi, réalisai-je. - J’ai trouvé son tatouage sous sa chevelure, au moment des prélèvements. Une belle louve de style médiéval aux yeux jaunes, la base étant noir bleuté, me montra-t-il sur un dessin. C’était une louve dite ravissante en héraldique, elle était en appui sur ses pattes arrière, le poitrail dressé. Je me rappelais que le loup de Mat avait les yeux noirs. - Il faudrait déshabiller tout le monde ! - C’est une idée, termina Léo en visualisant la chose. - Ce serait sympathique, répondit Kali, émoustillée par la proposition. - Kali ! Dis-je. - Je ne te sers pas dans mes bras, répliqua le fantôme. - Toujours parmi nous ? - Bien sûr, répondit Kali. Tu devrais aller voir Marguerite, elle a échangé toute la basse-cour de Louise. La cuisinière est folle. Nous parlerons plus tard. - J’y vais. Kali me sourit. - Je suis contente de te voir, me dit-elle. - Moi aussi. - File. Je sortis du labo. Margot allait m’échanger avec un dindon et Louise allait me faire éplucher toute sa réserve de pomme de terre. Pas de doute, j’étais bien de retour. - Kali, tu peux me remonter un livre de la bibliothèque ? demanda Léo. OOOO Dans la cuisine, un certain bordel régnait. Louise brandissait une louche sur Marguerite, Yann esquivait les plats qui volaient, Vivien, le petit frère de Marion, était venu compter les points. Margot échangea le goût du yaourt de Yann, avec le goût des crottes du rat échangé avec une couleuvre qui se noyait dans le bac d’eau de vaisselle. Le beau brun cracha sa cuillère de yaourt au milieu de la cuisine. Léo arriva derrière moi. - Fait sortir ce rat ! Gronda Louise entre deux hurlements. - Non, dit Margot. Espérant onduler, le rat roulait par terre. L’esprit du rat syncopait dans le corps de la couleuvre presque noyée. Vivien se tordit de rire quand le rat échappa malgré lui au troisième plat jeté sur lui. - Sort de cette cuisine, imposa Léo au malvenu. - Non, répondit celui-ci. Léo attrapa un œuf resté entier sur la table. - Cet œuf va finir sur ta tête de crétin si tu ne quittes pas cette cuisine. Léo n’était pas d’âme agressive, avant. - Non, confirma Vivien. Celui-ci avait les mêmes traits peu sympathiques que sa sœur. - Et je te jure qu’aux vues de ton activité cérébrale, il n’est pas près d’être cuit. - Alors mets le sur la tienne, rétorqua l’autre sans le regarder. Léo attrapa Vivien par le col et le jeta dehors. Léo n’était pas agressif, avant ! Il ferma la porte et tenta de ramener un peu de calme. - S’il vous plaît. - Nell ! réagirent Yann et Louise. Margot sortit côté lac. - Tu es revenue, dit Louise en me serrant dans ses bras. Yann, les yeux un peu brouillés, me pris à son tour dans les siens. - Je t’ai attendu trop longtemps. Léo interrompit les retrouvailles. - Si tu veux que l’ordre revienne dans ta cuisine, Louise, tu devrais demander à Yann de la libérer. Yann me sourit. - Tu lui as manqué, commenta le chevalier. - Et elle nous le fait payer, rétorqua Louise en frappant sa prothèse de bois sur le sol. C’est insupportable cette façon qu’elle a de communiquer, ajouta-t-elle en regardant sa cuisine dévastée. La couleuvre était morte, le rat avait pris le quatrième plat. Dehors, Marguerite était assise au bout du quai. À ma droite, la basse-cour avait été déplacée. À sa place, Léo avait installé une fine tour surmontée de faux tournant au vent : une éolienne comme il disait. Les bêtes étaient maintenant à gauche et tous les lapins agitaient les oreilles en espérant voler. - Marguerite, une place pour chaque chose et chaque chose à sa place, tu te rappelles ? - Ta place était ici, et tu l’as oubliée, pendant plus de trois ans, appuya-t-elle. - J’étais ici, répondis-je en regardant le lac. - Tu nous as abandonnés Nell, tu m’as abandonnée, dit la petite. Si tu avais été ici, avec nous, tu aurais pu trouver l’héritier. - Je vais le trouver, promis-je. - Si tu l’avais trouvé il y a trois ans, mon père ne serai pas mort. Raphaël, le réparateur, était mort. Celui qui travaillait au plus près du village des coupés pour les guérir de leur mauvais sort avait été éliminé comme le dernier rempart qu’il représentait. Quelque chose gardait les coupés dans leur état, quelque chose comptait bien les utiliser dans leur état. Pour fuir le moment où elle allait pleurer, Margot s’échangea avec une pierre. Inerte, elle était là, dans mes bras. Elle était belle. Sa longue chevelure rousse reposait en boucles sur ses épaules. Elle avait fait percer le creux de son menton. Comme une tache de rousseur précieuse, une petite bille d’or y trônait. Elle dessinait aussi une ligne noire sur ses paupières pour durcir son regard. Elle avait grandi. Léo arriva derrière moi. - Comment ? lui demandai-je. - On l’a empoisonné, révéla-t-il. Comme Thomas. Margot revînt. - Tu crois que parce que tu reviens, tout va redevenir comme avant. Qu’il suffit que tu reviennes pour que tout s’arrange. Tu ne ramèneras pas mon père, Nell. - Je ne ramènerai pas ton père, mais je peux le venger. Quelque chose de sombre s’était installé en moi, Margot le vit dans mes yeux.
  7. «Raconte-moi notre histoire.» Léonor Chapitre I - Grand-mère Léo, dis-moi que ce n’est pas fini. Léonor resta secrète. Emmitouflée dans sa couverture de laine, elle se redressa pour rassembler les braises au centre de la cheminée. Dans la forge, il faisait froid, c’était l’hiver, c’était aussi la première fois que sa petite fille venait lui rendre visite. Elle devait tout lui dire, tout lui raconter depuis le début. Avant de lui parler d’elle, Léonor devait lui parler de Nell, cette vieille amie qu’elle s’était permise d’incarner le temps de conter son histoire. Nell faisait partie de sa vie et ses aventures avaient captivé sa petite fille Luce. Léonor répondit : - Non. - Alors elle est morte ? Demanda Luce désespérée. Luce perdait une amie. Les mains crochetées sur les accotoirs de son fauteuil, elle ne voulait pas laisser partir Nell. - Non, ce n’est pas fini, corrigea Léonor. L’histoire n’est pas finie. Léonor voulait savoir pourquoi Nell était si importante aux yeux de sa petite fille et pour cela, elle jouait avec ses émotions pour l’obliger à dévoiler son jeu. Pourquoi Luce était-elle venue la voir ? Elle ne parvenait pas à se dire que ce ne fut que pour l’histoire ou pour elle. Léonor était une vieille dame que ses pressentiments ne trompaient plus. - Alors elle n’est pas morte ? L’espoir revînt dans les yeux bleu marine de Luce. - Si, confirma la vieille femme. L’espoir s’enfuit encore. - Elle est morte, se résigna Luce. La petite semblait avoir placé beaucoup d’espoirs en Nell, et c’est-ce qu’avait voulu voir Léonor. Elle ne retint pas plus longtemps ce farouche espoir, elle savait ce qu’elle voulait savoir. - Elle est morte l’espace d’un instant. Luce était soulagée à cette nouvelle, mais plus intriguée encore. Elle sentit que sa grand-mère avait lu en elle, mais la curiosité était trop grande pour faire marche arrière. - Que s’est-il passé ? - Que manque-t-il à cette histoire ? Éluda sa grand-mère. - Une fin heureuse, ironisa Luce. - Cherche bien. - Ses amies l’ont sauvée, une sirène l’a ramenée à la surface, énuméra-t-elle. - Cherche mieux. - Il manque le quatrième pouvoir, réalisa Luce. - Qui est ? - L’Eau. - Le mieux n’est pas toujours l’ennemi du bien, signa Léonor. “L’ennemi du bien”, cette expression eut un écho troublant pour Luce. OOOO Loin, dans les profondeurs du lac, les rayons de la lune ne sont plus visibles. Le froid est plus prenant. Maintenant, mes lèvres sont sûrement d’une belle teinte bleutée. Hésitantes, elles s’entrouvrent. Décidées, elles laissent l’eau entrer. Nell s’agite sous le stress de la noyade, elle lutte, elle s‘abandonne, l’espace flou devient net : il se précise dans ses formes, ses couleurs et dans ses êtres. Quelques poissons nagent autour, indifférents. De nouveau, la lune est visible, trop lumineuse, trop présente. L’eau n’entre plus, pas parce que son corps est noyé, mais parce que sa gorge s’est modifiée. Elle est l’eau qui entre, elle est l’eau qui sort de manière rythmée. Le dernier pouvoir, le pouvoir de l’Eau est là pour l‘emmener plus profondément. Une onde se dégage violemment de son buste provoquant sur son être des spasmes. Nell se rassemble en position fœtale quand une seconde onde se libère, l‘obligeant à s‘ouvrir. Sa peau, puis sa chair, ses os se dissolvent. Elle est devenue eau, elle est larmes.
  8. Quelqu'un de curieux ( ) m'a demandé comment on pouvait développer son empathie. C'est une question assez étonnante car la plupart du temps les empathes (je déteste ce mot :D il est moche :D ) cherchent plutôt à fermer cette capacité, ou à la contrôler, plutôt que de la développer. Pourtant, il est en général reconnu que tout le monde est empathe à différents stades. Qu'il s'agit d'une capacité humaine, et non d'un don d'une "élite" ( même si dans les milieux ésotériques, c'est assez courant de rencontrer des gens avec un égo surdimentionné qui aimeraient bien se retrouver dans une "élite" :D ) Voilà donc ce que j'ai écrit. C'est pas évident de trouver des techniques pour améliorer son empathie. Le net regorge de techniques pour au contraire la bloquer, ou la diminuer... Je t'ai trouvé ce site qui est très bien fait. http://legrimoiredefamille.wifeo.com/lempathiedefinitiondevelloppementaide.php ( Il décrit bien ce que c'est. Je te conseille de le lire avant de lire la suite :) ) Sinon, je pense que je vais devoir te décrire des techniques que j'utilise. J'arrive pas à trouver sur le net de site qui les décrivent réellement. La première (et la plus grande) difficulté, c'est d'apprendre à bien différentier ses propres émotions de celles qu'on reçoit des autres. Et ce le plus finement possible. Les émotions reçus et celles que nous ressentons se mélangent toujours un peu. (c'est logique aussi, je t'expliquerai pourquoi après). Il faut donc en premier lieu être capable d'accepter et de reconnaitre ce que nous ressentons, que ça soit sombre ou non, que ça soit "pervers" ou malsain, ou non. On peut s'aider en adoptant des postures, ou des sensations de méditation. Respirer calmement et profondément par le nez, pour oxygéner le cerveau. ( et aussi permettre une bonne perception phéromonale.) Pour ceux qui les maîtrisent, une des meilleure méthodes est aussi d'utiliser des techniques rapides pour se placer dans des états psychiques précis et connus ( auto-conditionnement, méthodes par association physique-psychique, invocation-incarnation d'entité bien connue. Je peux développer si tu veux. C'est aussi pratiques pour d'autres raison ces trucs. ^^ ) Ensuite, il faut ouvrir un canal vers l'autre. Projeter mentalement son esprit vers l'autre, ou mieux se concentrer pour sentir un flux passer entre l'autre et nous, relié en nous au niveau du chacra du cœur, (un point au centre de la poitrine. entre les deux seins) On doit y sentir un point de pression, ou une chaleur particulière. Il faut ensuite, en maintenant ce flux décomposer ce qui se trouve en ce point, filtrer les sentiments subtils qui s'y trouvent en éliminant les siens propres. C'est assez délicat, surtout que l'autre peut ressentir des choses proches (ou pas). J'ai tendance à visualiser ce filtrage par une sorte d'épluchage d'une très fine pelure, éliminant ce que je ressens moi de ce que ressent l'autre. ça demande une très bonne capacité à sentir ce que tu ressens toi. L'important, c'est d'arriver à faire tout ça en même temps, sentir le flux extérieur qui nous relie à l'autre, le point chaud au centre et l'épluchage/filtrage de ce qui s'y trouve. Pour aller plus loin : Voilà :) Il existe très certainement d'autres techniques, d'autres trucs. La magie est un monde qui dépend très fortement de nous même, il n'y a jamais de généralité, et les techniques qui marchent sont surtout celles qui marchent avec nous. ( Et c'est logique, la magie contrairement à la "technique" est extrêmement dépendante de nos ressentis et de nos particularités, toute standardisation a tendance à tuer la magie justement. ) Integrer notre intuition dans nos comportements et raisonnement :
  9. Bonjour, Mon ainé va fêter ses 12 ans, je voudrais marquer le coup et fêter son anniversaire avec ses copains. J'essaie de faire chaque année une nouvelle activité un peu originale (déguisement, maquillage, chasse au trésor,...). Cette année, j'ai pensé à un <img class="bbc_emoticon" alt="" src="http://static.forumfr.com/public/style_emoticons/default/spam.gif">. Est-ce-que quelqu'un a déjà expérimenté la chose ? Le but serait de faire participer les enfants pour qu'ils puissent apprendre 2-3 tours simplistes (cela est-il possible en quelques heures ?). Merci par avance pour vos retours d'expérience.
  10. Bonjour. Sans désirer me précipiter, il semblerait que la science théorique semble toucher aux troubles frontières des modélisations intelligibles et intuitives. En effet, comme je l'ai partagé dans mon topic sur l'univers probabiliste, le théorème d'incomplétude semble décidément sonner le glas aux bords des modèles théoriques tant en astronomie, qu'en embryologie ou plus directement en physique théorique. L'époque de l'ère du plastique sera finalement bien brève. Les resources de la planète sont pour ainsi dire disséminées de sorte qu'un retours en arrière semble de moins en moins plausible. Non seulement les métaux, matériaux primaires et ressources fossiles, mais même les fréquences assurant les transfert d'informations sont sur le point d'être saturés. A moins que nous ne découvrions d'ici à une vingtaine d'années une source d'energie suffisament rentable, il semble qu'un black-out général soit inelluctable. Or, et c'est le sujet de mon article, l'émergence imminente de l'intelligence artificielle qui semble arriver à maturité peut conduire à tout autre chose. Déjà, les logiciels très puissants élaborés par Google semblent réaliser des oracles. En effet, les algorithmes hyper-performants de la société juvénile du célèbre moteur de recherche sur le web semble déjà conduire à des résultats aussi troublants qu'inintelligibles quand on lui soumet des bases de données d'articles scientifiques sur des sujets aussi divers que l'oncologie, la pharmacologie ou des domaines de la physique analytique. Au point que des conclusions parfois totalement inattendues émergent des méandres de silicium des recherches du moteur dont l'issue aussi inattendue qu'inintelligible rend perplexe même les esprits les plus innovateurs. Si donc les sciences intelligibles répondant à nos attentes existentielles semblent toucher à leurs limites mathématisables, une explosion de découvertes aussi inintelligibles que pour ainsi dire magiques semble émerger des processeurs aveugles et froids des machines de demain. Alors, emboitons-nous dans l'ère de la magie ? Comme qui dirait : que la Force soit avec nous.
  11. Bonjour, je cherche des gens qui aimeraient être des enfants toute leur vie et qui aiment imaginer des mondes et des histoires avec de la magie et qui aiment apprendre et savoir plein de choses. Si c'est votre cas (que vous présentez ces trois qualités donc), expliquez pourquoi vous aimeriez rester enfant toute votre vie, pourquoi vous aimez les histoires avec de la magie, et pourquoi vous aimez et voulez apprendre toujours de nouvelles choses. :) Pour les gens très adultes dans leur tête qui répondent à ceci, faites attention à ce que vous dites, je ne veux pas de commentaires ironiques, sarcastiques, déprimés, lassés, exaspérés de la vie ou désabusés, critiquant un état d'esprit trop "naïf" de ma part, ce genre de commentaires ne m'intéresse pas.
  12. Cette partie du forum ne semble plus être beaucoup utilisée. Je vais tout de même y mettre une petite présentation d'un livre qui devrait ravir les adolescents et les préadolescents. Un livre qui propose une intrigue où l'on se plonge facilement, de chouettes personnages, des éléments magiques, dignes du livre fantasy qu'il est. Galliae Schola, Des sorciers et leurs secrets C'est l'histoire d'une apprentie sorcière dans une école de sorciers, et qui y vit une sorte d'enquête policière.
  13. Le coeur cousu[DATE][/DATE] Premier roman de Carole Martinez, professeur de français. Publié en février 2007 Auteur: Carole Martinez Editeur: Folio Genre: roman Nombre de Pages: 442 p. Synopsis [/TAB]Dans un village du sud de l'Espagne, une lignée de femmes se transmet depuis la nuit des temps une boîte mystérieuse... Frasquita y découvre des fils et des aiguilles et s'initie à la couture. Elle sublime les chiffons, coud les êtres ensemble, reprise les hommes effilochés. Mais ce talent lui donne vite une réputation de magicienne, ou de sorcière. Jouée et perdue par son mari lors d'un combat de coqs, elle est condamnée à l'errance à travers une Andalousie que les révoltes paysannes mettent à feu et à sang. Elle traîne avec elle sa caravane d'enfants, eux aussi pourvus - ou accablés - de dons surnaturels. Carole Martinez construit son roman en forme de conte: les scènes, cruelles ou cocasses, témoignent du bonheur d'imaginer. Le merveilleux ici n'est jamais forcé: il s'inscrit naturellement dans le cycle de la vie. (4ème de couverture) Notre Avis Conte moderne racontant avec beaucoup de poésie l'histoire d'une lignée de femmes au cœur d'une Espagne cruelle et superstitieuse. Belle découverte que ce premier roman initiatique au réalisme magique. Il m'a fait penser, par certains aspects, au merveilleux livre d'Isabel Allende La Maison aux esprits. Ce roman a obtenu entre autres le Renaudot des lycéens. Notre Note : /5 [TAB]
  14. Bonjour Une enveloppe comme celle-ci n'est, certes, pas censée courir les rues. Pourtant, elle est devenue, entre les mains du facteur qui fait sa tournée dans les ruelles de la vieille ville à Ajaccio, la preuve tangible que certains courriers sont bel et bien timbrés ! Une enveloppe contenant une lettre, jusque-là rien de plus normal. Ce qui laisse pantois, en revanche, c'est bien le nom du destinataire. Un certain… Napoléon Bonaparte recensé comme habitant au 3, rue Saint-Charles, 20 000 Ajaccio ! La lettre aurait pu avoir été envoyée par quelque valeureux soldat à son empereur et s'être perdue entre deux longs courriers assurés par des montures ayant pris la prairie buissonnière… Puis avoir été retrouvée par quelque tour de magie à la veille de Noël. Comme un conte, en quelque sorte. Las, les contes sont d'une tout autre réalité. Car, en guise de missive, celle-là émane d'un institut référent, l'Insee, Institut national des statistiques et des études économiques. Le courrier a été posté en Midi-Pyrénées le 2 décembre 2013, soit 209 ans, après le sacre du destinataire ! Sacré cadeau. Sauf que ledit destinataire, repose depuis belle lurette, aux Invalides. Ce qui est rassurant, c'est qu'il y a au moins une personne qui le sait. Celle qui a écrit, à la main, sur l'enveloppe et non sans humour : « Décédé en 1821, prière de faire suivre à saint Pierre !! » Mais, même saint Pierre va avoir du boulot, car si Napoléon a autant la bougeotte au ciel qu'il l'avait sur terre, s'il parcourt les paradis et les enfers pour gagner des territoires et faire reculer les armées d'opposants qu'il trouve sur sa route, cela risque de prendre un certain temps… Le succulent de l'histoire, c'est aussi cette petite case cochée sur le bandeau apposé : « Destinataire inconnu à l'adresse. » Inconnu peut-être, quoique… À quelques pas de là, au numéro 1 de la rue Saint-Charles, le musée de la Maison Bonaparte logé au cœur de la bâtisse natale de Napoléon, rappelle que le destinaire est tout de même très, très connu… Il le fut en tout cas… Faut-il s'inquiéter pour l'Insee ? Il y a de quoi… Car si l'Institut mène ses enquêtes de recensement à partir de base de données du XIXe siècle, on s'étonne moins que des garnisons entières de morts soient aujourd'hui toujours en vie… Sommes-nous vraiment 300 000 en Corse ? Napoléon aurait-il souri ? Il aurait pu se contenter, de grommeler l'une de ses phrases célèbres. Au choix : « L'art de gouverner consiste à ne pas laisser vieillir les hommes dans leur poste. » Ou encore : « Il faut toujours se réserver le droit de rire le lendemain de ses idées de la veille. » L'Insee a tenté là un joli coup. Post-mortem. Mais avec un cachet de La Poste qui fait foi. Amen. Corse Matin
  15. Printemps Chapitre II La nuit, dans l‘église, le père Baptiste s’était inquiété : une présences’était faite sentir. On ne la voyait pas, mais parfois, on l’entendait errer dans un souffle glacial. L’âme vagabonde séchait ses larmes dans les chapelles sombres de la tour est. Souvent, elle allumait des bougies, mais celles-ci fondaient en un instant. À l’aurore, elle s’évanouissait dans les rayons du soleil qui traversaient les vitraux. Elle retournait dans les eaux du lac comme un vampire sans victime revenait à son cercueil. Elle y attendait un nouveau printemps. Pour une affaire de spectre, Baptiste avait décidé de consulter un spectre. - Catherine, je m’excuse de vous dérangez, mais… Peu de personne se permettait de la nommer Catherine.Baptiste considérait que ce surnom hérétique n’était pas convenable pour une dame de famille catholique. Dans la bibliothèque, au milieu de la nuit, Kali se demanda ce que pouvait bien lui vouloir le prêtre de Magimel. - J’ai un ennui, exposa-t-il. Il soupira, hésita, puis finit par se lancer. - Je pense que mon église est hantée. Baissant la tête, il poursuivit un peu gêné : - Je ne veux pas en parler à Victor, il ferait venir la Mort et je ne pense pas que cette âme soit malfaisante. Les Iudex avaient aussi le pouvoir de faire venir l’Ankou,la Mort. Ce squelette habillé d’une cape noire capuchonnée, moissonnait de sa faux au tranchant retournée les âmes des mourants. Son crâne virait telle une girouette sur sa colonne vertébrale à la recherche d’âmes perdues. Sur sa charrette, il les emmenait jusqu’à la rive, où elles prenaient une barque pour l’Au-delà. - Pourriez-vous venir ? Cette nuit ? Pour attendre ce visiteur…avec… moi ? Tâtonna le prêtre. Kali eut un sourire réjouit. Baptiste ne le comprit. Elle fit semblant de prendre le menton du prêtre. - Baptiste, dors tranquille, ce n’est pas un fantôme. - Que pensez-vous que ce soit ? S’inquiéta-t-il. - Ne la dérange pas, elle rentre à la maison. - Mais qui ? - Je connais quelqu’un qui pourra la convaincre. - Qui ? Demanda Baptiste exaspéré par l’attente. - Mais qui, mais qui ! Rétorqua Kali sans plus de détails. Plus de 3 années sont passées, il est temps. Le Clan place ses pions, elle doit placer les siens. Elle revient nous montrer un autre chemin, nous dire que nous avons le choix. C’est le printemps, l’hiver est terminé. Baptiste abandonna l’idée de comprendre : - Bon, je vous laisse, je vais me coucher. Je n’ai rien compris,mais vous avez l’air de gérer totalement la situation. OOOO Cet hiver était marqué, comme les trois précédents. Chaque fois,le printemps avait baissé les armes face à tant de froid. Le lac restait couvert de sa glace hivernale et les arbres se gardaient bien de sortir de leur torpeur saisonnière. Ils ne bourgeonnaient plus qu‘au milieu de l‘été. Depuis 3 années, le château de Magimel ne sortait de l’hiver. Les stalactites pendues aux mâchicoulis touchaient maintenant la glace du lac. Cette nuit là, Noah était face à lui. Il lançait de petites pierres sur sa glace qui chantait à leurs passages. Un vent glacial s’était levé à la tombée du jour. Plus qu’une heure et le premier jour du printemps 1259 serait conclu. - Regarde le loup et protège les mondes. La lumière de la lune traversait la glace plus qu’à son habitude. - Regarde le loup et protège les mondes, répéta une voix. La couche de glace sembla s’affiner. - Regarde le loup et protège les mondes. La voix résonnait dans l’eau. - Arrêtez, demandai-je. Les rayons de la lune m’éblouirent. - Regarde le loup et protège les mondes. Cette voix résonnait dans ma tête. - ARRETEZ ! La lumière devînt aveuglante. Je regardai mes mains, mon corps s’était séparé de l’eau. Il faisait froid. - Nell, il est temps. Une voix dans l’eau parlait dans ma tête. - Qui est là ? Demandai-je. - Il est temps que tu quittes le lac. La voix devenait douloureuse, elle vibrait dans les os de mon crâne. - Regarde le loup et protège les mondes, c’est bien ce que tu entends tous les jours dans tes rêves ? Les os vibrèrent plus fort. - ARRETEZ ! Elle voulait me forcer à sortir. - Mon fils n’a pu tant aimer une lâche. Égyness prit mes mains. La mère de Mat prit mes mains. Elle avait les mêmes longs cheveux blonds blancs que Kali, les mêmes yeux bleu-vert que son fils Matthieu. - Nell, remonte, il est temps. - Je… - Ne fuis plus ton destin, sort. Je ne voulais pas sortir, c’était trop tôt. J’essayais de libérer mes mains, mais elle les maintenait. Elle voulait que je l’écoute, elle voulait que je comprenne, elle voulait que je sorte. - Tu dois sortir ! Un enfant vient, il faut que tu le protèges. - Ce… - Je ne peux pas sortir, révéla Égyness. Elle était enfermée dans les eaux du lac. En représailles, son mari l’avait enfermée ici. Grégoire avait scellé Égyness dans ses eaux comme ultime punition pour avoir détourné ses enfants de lui. - Protège-le de Grégoire. Protège mon petit-fils de son grand-père,supplia-t-elle. Mes enfants sont morts, protège l’enfant à venir. Tu es la seule qui puisse le faire. Nell, aide-moi, aide l’enfant à venir. La glace se fissura, craqua. Les petites pierres que Noah avaient jetées tombèrent au fond de l’eau. Une couche de vapeur couvrit la surface de l’eau.Les yeux brillants d’une meute de loup luirent au bord du lac, ils s’en retournèrent dans la forêt. Le givre des branches fondit, quelques bourgeons pointèrent. Assit au bord du lac, Noah sentit de l’herbe sous ses mains. Un petit oiseau se posa sur son épaule, il s‘essaya au chant, un chant timide et hésitant.Les grands sapins tremblèrent pour chasser la neige qui les écrasait. Le pinson siffla plus fort, les eaux de fonte se rassemblèrent dans le lac. Dans la vapeur, on put voir une jeune femme nue. - Nell, enfin ! dit Noah. C’était le printemps. OOOO Noah avait su que ce serait pour ce soir. - Personne ne devrait dormir si longtemps! Avait-il dit en m’accueillant sur la rive. Il avait apporté des vêtements, puis posé une couverture sur nos épaules pour attendre avec moi le levé du jour. Il m’avait prise dans ses bras, pour être bien sûr que j’étais avec lui. La lumière du soleil perça les nuages matinaux, brilla en rayons dispersés et puissants. Un vent chaud d’ouest se leva. Un frisson monta jusqu’à mon cou. La brise releva mes cheveux et libéra mon visage du sommeil.Mes yeux étaient trop sensibles à la lumière, ma peau d’une blancheur extrême. - Je suis content de te voir, me dit Noah. Bien dormi ? - Je crois. - Regarde un peu le soleil, me dit-il. Je crois que ton teint en a besoin. Il était magnifique, il engageait son chemin dans le ciel. Il n’y avait plus de nuage. Les oiseaux étaient sortis et commençaient à piailler sur les arbres en éveil. Leurs bourgeons se développaient à vue d’œil et certains arbres présentaient déjà quelques petites feuilles d’un vert tendre. Sous mes pieds, l’herbe couchée par la neige se redressa. Son vert se fit plus pimpant et quelques petites fleurs s’ouvrirent, offrant des notes de couleurs au pré qui bordait le lac. - Ton élément Feu est devenu très fort, constata Noah. - C’est lui qui fait ça ? - Oui, il vit avec toi, si tu dors, il dort aussi. - Alors… - Non, ne t’inquiète pas, la nature à d’autres ressources. Cela fait juste trois ans que les températures d’été ne dépassent pas les vingt degrés Celsius, minimisa le fou. - Désolé ! - Il est temps, dit Noah en se levant. Rentrons. - Quel jour sommes-nous ? - Le 22 mars 1259. - 59 ! J’étais resté presque 4 ans dans le lac, il était temps ! Tzar était là. Le chien de Mat m’accueillit. Cirrus planait au-dessus de nous. Un gros Cha, bien gonflé par son poil d’hiver attendait en boule sur une pile du pont-levis. Je le pris dans mes bras, sa chaleur réchauffa mon cœur. Je passai les porteries, tours à l’entrée du château. Noah fit signe aux gardes, ceux-ci hochèrent des têtes hostiles. Malgré la présence rassurante du fou, leurs regards refroidies par l’hiver persistant virent d’un mauvaise œil cette entrée imprévue. Le soleil brilla plus fort, ils ne virent plus que lui.
  16. Bonjour Le 22 octobre 1926, l'illusionniste Houdini se produit au théâtre de Montréal. Après le spectacle, épuisé, il se repose dans sa loge. La douleur qui le tenaille depuis plusieurs jours ne l'a pas lâché de la soirée. Allongé sur un divan, il pose pour un jeune artiste venu faire son portrait. Sans prévenir, une bande d'étudiants de l'université de McGill fait irruption dans la pièce. Parmi eux, Joselyn Gordon Whitehead veut faire le malin. Il demande au prestidigitateur s'il est vrai qu'il peut encaisser n'importe quel coup de poing dans l'estomac sans ressentir de douleur. À peine Houdini acquiesce-t-il que ce jeune imbécile se met à le bourrer d'uppercuts au ventre. Avec la rage d'une Samia Ghali voulant expédier son adversaire marseillais Patrick Mennucci au tapis. Cueilli à froid, sans avoir eu le temps de bander ses muscles, Houdini s'effondre, grimaçant de douleur. Et Whitehead de parader, fier comme un coq, sans se douter que l'illusionniste souffre depuis plusieurs jours d'une appendicite qu'il refuse de soigner pour ne pas interrompre sa tournée. Les coups de Whitehead ont probablement fait exploser l'organe malade. "Je suis fatigué de me battre" Mais Houdini est un dur. Malgré la douleur amplifiée par les coups reçus à l'estomac, il refuse toujours de consulter. Le 24 octobre, il arrive au Garrick Theater, à Detroit, dans le Michigan. Avant d'entrer en scène, il est ruisselant de sueur. Sa température pointe à 40. Il refuse de partir pour l'hôpital. Durant le spectacle, ses souffrances sont terribles. Il s'évanouit même une fois, obligeant ses assistants à le réanimer. Mais, comme Molière, il préfère mourir sur scène plutôt que de frustrer le public. Dès que le rideau tombe, il est hospitalisé d'urgence. Une semaine plus tard, le 31 octobre, il est mort. C'est son ultime disparition. Cette fois, il ne réapparaît pas avec le sourire éclatant d'un Sarkozy signifiant "je vous ai bien eus"... Sans antibiotiques, impossible de lutter contre une septicémie foudroyante. Avant de s'éclipser à jamais, Houdini murmure : "Je suis fatigué de me battre." Le 4 novembre 1926, ses funérailles grandioses se déroulent à New York devant deux mille personnes. Fils d'un rabbin, Harry Houdini naît à Budapest sous le nom d'Ehrich Weisz. Ses parents émigrent aux États-Unis quand il a 4 ans. À l'âge de 12 ans, il réalise ses premiers tours de magie en public sous le nom d'Eric the Great. Déjà mégalo, le gamin. À 13 ans, il s'enfuit de chez lui pour se produire dans les cirques et les foires. Au bout d'un an, il retourne à la maison, puis exerce de nombreux métiers, dont celui de serrurier. Forcément, les serrures et les cadenas n'ont plus de secret pour lui. À 15 ans, le démon de la magie le rattrape, il prend le nom d'Houdini en hommage à Jean Robert-Houdin, le célèbre magicien français. Avec son frère Théo, il monte un numéro d'illusionniste qu'il produit un peu partout dans les fêtes foraines. Ils y croisent un certain Valls the Great, qui se taille un franc succès en faisant disparaître son assistante Leonarda... Quand le jeune Ehrich se marie, son épouse devient naturellement sa partenaire. Il a le génie de la pub. Ainsi promet-il cent dollars à celui qui parviendra à lui enfiler une paire de menottes dont il ne pourrait pas se libérer. Il gagne à tous les coups. Quand il arrive dans une nouvelle ville, il file aussitôt à la prison locale pour demander à s'y faire enfermer. Cinq minutes plus tard, il est libre ! Même Christiane Taubira est estomaquée de voir quelqu'un plus rapide qu'elle pour faire libérer un détenu... Sa renommée ne fait qu'augmenter dans tout le pays. Toujours plus insaisissable En 1900, il débarque à Paris, où il convoque la presse au bord de la Seine pour un de ses numéros. Il saute à l'eau, menotté, avant de réapparaître, libéré. Son succès est assuré. Au cours de ces années, son grand numéro est de se faire ficeler sur un fauteuil avec vingt mètres de corde puis de s'en échapper en quelques secondes. Houdini devient le roi de l'évasion. Il s'échappe d'un énorme sac en papier sans le déchirer, d'une cellule capitonnée, d'un cercueil, d'un bureau à cylindre, d'un coffre-fort anti effraction, d'un calamar géant, d'un ballon de foot gigantesque, d'une chaudière en métal, d'un sac contenant le courrier des États-Unis. Le 7 janvier 1906, il s'évade de la cellule du couloir de la mort de la prison de Washington. Il plonge dans la baie de San Francisco, les chevilles attachées à une boule en fer de 35 kilos et les poignets menottés. Il se fait lier à la bouche d'un canon, s'échappant juste avant que la mèche ne brûle entièrement. En 1914, séjournant en Angleterre, il met au point l'une de ses plus fameuses illusions : "la chambre aux tortures". Ses assistants poussent sur la scène un grand coffre vertical aux parois en verre, rempli d'eau. Houdini est descendu dedans, la tête en bas, suspendu à une corde. Le bocal est fermé. Un rideau cache le dispositif au public. Les assistants prennent un air anxieux. Une musique lancinante fait monter la tension. Deux minutes plus tard, Houdini apparaît mouillé et bien vivant, au grand soulagement du public. Dans son numéro de la malle des Indes, il se fait ligoter dans un sac et enfermer dans une malle cadenassée et entourée de cordes. Quelques secondes plus tard, il réapparaît libre et triomphant. En 1918, il fait disparaître l'éléphant Jenny sur une scène géante de l'hippodrome de New York. L'année suivante, il devient le héros d'une série de films policiers. Harry Houdini a une sainte horreur de ceux qui se prétendent médium, mais lui-même affirme qu'il est capable de communiquer avec sa mère chérie morte depuis plusieurs années. Après le 31 octobre 1926, ce n'est plus un problème. Il l'a rejointe au paradis des illusionnistes. C'est arrivé aujourd'hui, Le Point ******************************************************************************************************************************************************** Savez-vous que Houdini est un pseudonyme choisi en hommage au Français Jean Robert Houdin ? Le père de la magie moderne. Si vous passez à Blois un de ses jours, visitez sa maison transformée en musée, vous verrez, c'est magique.
  17. «Raconte-moi notre histoire.» Léonor Chapitre I - Grand-mère Léo, dis-moi que ce n’est pas fini. Léonor resta secrète. Emmitouflée dans sa couverture de laine, elle se redressa pourrassembler les braises au centre de la cheminée. Dans la forge, il faisaitfroid, c’était l’hiver, c’était aussi la première fois que sa petite fillevenait lui rendre visite. Elle devait tout lui dire, tout lui raconter depuisle début. Avant de lui parler d’elle, Léonor devait lui parler de Nell, cettevieille amie qu’elle s’était permise d’incarnée le temps de conter sonhistoire. Nell faisait partie de sa vie et ses aventures avaient captivé sapetite fille Luce. Léonor répondit : - Non. - Alors elle est morte ? Demanda Luce désespérée. Luce perdait une amie. Les mains crochetées sur les accotoirs de son fauteuil, elle nevoulait pas laisser partir Nell. - Non, ce n’est pas fini, corrigea Léonor. L’histoire n’est pasfinie. Léonor voulait savoir pourquoi Nell était si importante aux yeuxde sa petite fille et pour cela, elle jouait avec ses émotions pour l’obliger àdévoiler son jeu. Pourquoi Luce était-elle venu la voir ? Elle ne parvenait pasà se dire que ce ne fut que pour l’histoire ou pour elle. Léonor était unevieille dame que ses pressentiments ne trompaient plus. - Alors elle n’est pas morte ? L’espoir revînt dans les yeux bleus marine de Luce. - Si, confirma la vieille femme. L’espoir s’enfuit encore. - Elle est morte, se résigna Luce. La petite semblait avoir placé beaucoup d’espoirs en Nell, et c’est-cequ’avait voulu voir Léonor. Elle ne retint pas plus longtemps ce faroucheespoir, elle savait ce qu’elle voulait savoir. - Elle est morte l’espace d’un instant. Luce était soulagée à cette nouvelle, mais plus intriguée encore. Elle sentit que sa grand-mère avait lu en elle, mais la curiosité étaittrop grande pour faire marche arrière. - Que s’est-il passé ? - Que manque-t-il à cette histoire ? Éluda sa grand-mère. - Une fin heureuse, ironisa Luce. - Cherche bien. - Ses amies l’ont sauvée, une sirène l’a ramenée à la surface, énuméra-t-elle. - Cherche mieux. - Il manque le quatrième pouvoir, réalisa Luce. - Qui est ? - L’Eau. - Le mieux n’est pas toujours l’ennemi du bien, signa Léonor. OOOO Loin, les rayons de la lune ne sont plus visibles. Le froid estplus prenant. Maintenant, mes lèvres sont sûrement d’une belle teinte bleutée.Hésitantes, elles s’entrouvrent. Décidées, elles laissent l’eau entrer. Nells’agite sous le stress de la noyade, elle lutte, elle s‘abandonne, l’espace flou devient net. Il se précise dans ses formes,ses couleurs et dans ses êtres. Quelques poissons nagent autour, indifférents.De nouveau, la lune est visible, trop lumineuse, trop présente. L’eau n’entreplus, pas parce que son corps est noyé, mais parce que sa gorge s’est modifiée.Elle est l’eau qui entre, elle est l’eau qui sort de manière rythmée. Le dernièrepouvoir, le pouvoir de l’Eau est là pour l‘emmener plus profondément.Une onde se dégage violemment de son buste provoquant sur son être des spasmes.Nell se rassemble en position fœtale quand une seconde onde se libère, l‘obligeantà s‘ouvrir. Sa peau, puis sa chair, ses os se dissolvent. Elle est devenue eau,elle est devenue larmes.
  18. LaConteuse ChapitreVII Cematin d’avril 1248, le château s’était animé d’une gaîtévenue des chemins des quatre coins de Ten. La rumeur annonçaitl’arrivée des Trouvères, les troubadours du Nord ; conteurs,dresseurs, jongleurs et bouffons s’étaient réunis. Isabelm’interpella dans le couloir. - Nell…,Nell, tu viendras avec moi ce soir? -Oui, si tu me dis où ? -Une conteuse raconte des légendes de Ten au couché du soleil, prèsdu puits de l’orée du bois. -J’ai mon enseignement d’arbalète, mais je peux te rejoindrelà-bas ce soir. -Emmène Yann et Matthieu, dit-elle un peu excitée. -Pour Yann, aucun problème, pour sir Mat, je verrais comment il estluné aujourd’hui, d’ailleurs, la lune n’y est pour rien! Luidis-je en soupirant. Isabelme fit une petite grimace discrète. - Qu’estce que tu médis sur moi, petite sotte? Matthieuavait surgi derrière moi. De manière hâtive je répondais enm‘adressant à Isabel sans bien sûr me retourner vers Matthieu quidevait sans aucun doute afficher un regard mécontent : -Bon, ba…moi, j‘ai des choses à faire. Auloin je voyais le terrain sud, Yann parlait avec son frère. Jemarchais vers eux. Desfrères, des sœurs, est-ce que j’avais des frères et des sœurs?Une grande sœur peut-être, une famille complète : tantes, grandpère…j’eus honte de penser à cette famille alors que mafamille c’était Macha. Elle me manquait tellement. Elle, elleétait réelle, son affection était réelle, elle n‘était pas unfantasme comme cette famille imaginaire. Elle devait pourtant bienexister cette famille. Léopartis. Assissur les barrières, Yann chercha mon regard. -A quoi penses-tu? Tu as l’air perdu, petite Nell. -Macha me manque. -Macha, c’était ta mère? -C’était ma nourrice. Mais pas ma mère…elle s’est occupée demoi. -Il faut s’accrocher aux vivants, c‘est-ce que m’a appris monpère. Tu sais, si tu veux, nous pourrions retrouver ta vraie mère.Si tu peux entrer dans le royaume de Ten, elle est forcémentnée ici. -Mon père aussi? -Oui. Je ne te promets rien mais qui ne tente rien n’a rien! Yannétait toujours prêt à secourir la veuve et l’orpheline. -Nous travaillons? Conclut-il. Ilme tendit l’arbalète. Cettearbalète, je l’avais assez vue. Lesyeux charmeurs, je demandais : -Pourquoi je ne changerais pas d’arme? -Tu penses déjà maîtriser l’arbalète? Répondit Yann, le regardaverti. -Oui, dis-je sans grande assurance. -Non, ajouta-t-il lentement. Je ne crois pas. Tu prends ton arbalèteet tu m’effaces cette mine boudeuse de ton visage. -Bon, d’accord. Jecommençais à viser un poteau à l’opposé du terrain. -A la prochaine lune, tu commences l’enseignement du combat àl’épée avec mon père. Et avant cela, tu devras apprendre àtirer à l’arc. -Mais pourquoi m‘as tu dit que… -Mais pour aujourd’hui tu continues l’arbalète. Unsourire satisfait et fier s’accrocha à ma petite bouchemalicieuse. -Allez, mets toi en place à quinze mètres. -J’y suis! -Non, quinze mètres par rapport aux clôtures du terrain. -Mais! C’est trop… -Ne rechigne pas! Je reviens dans une heure. D’ici là, j’espèreque tu auras atteint ta cible. Bientôtune heure s’était passée et mes carreaux ne touchaient toujourspas la cible. -Concentre toi Nell. Tu vas y arriver, me répétais je. J’enclenchaisle mécanisme et… -Oui, j’ai réussi, ouh-ouh, j’ai… Lesol trembla. Mes yeux se braquèrent sur la forêt. Les arbres sefouettaient entre eux. Un bruit grave rythmé montait en puissanceavec le déplacement des arbres déséquilibrés. Une masse noireondulait dans leurs sommets. À la sortie de la grande verte, unmonstre noir déplia un long cou d’écailles brillantes. Il poussaun cri assourdissant conclut de petites flammes. Un large frisson detétanie me monta dans le dos. -Tarmak! Tais toi, ordonna Yann arrivé à ma hauteur. Je sursautaisune seconde fois à cet ordre sonore. -Qu’est-ce que c’est? -C’est Tarmak, répondit logiquement Yann. Il amène mon père.Enfin, c’est plutôt mon père qui l’amène parce que si nousl’écoutions, il ne sortirait jamais de la forge. -Tarmak? -C’était une idée de Léo de l’appeler comme ça. Tarmak est undragon qui ne vole pas! Dans le futur le tarmac est le lieu destationnement des avions, des machines volantes modernes et comme ilne vole pas, Léo a décidé de l’appelé ainsi. -C’est un dragon? -Oui, deux petites ailes, une longue queue, quatre pattes, une grandegueule qui crache du feu. C’est bien un dragon! -C’est le premier que je vois. -Je comprends mieux! Léoaccourra du château. Leurpère descendit de la bête colossale. -Mes fils, je suis content de vous voir. Lepère et les fils se serrèrent dans les bras. -Ça y est tes épées sont finies? Tu vas reprendre lesentraînements? S’enquitYann. -Et bien, et bien, tu as l’air pressé de quitter ta placed’entraîneur remplaçant. C’est à cause de la petite nouvelle?Demanda l’homme en me regardant. Yannse tourna vers moi et nous présenta. -Nell, voici mon père : Thomas. -Bonjour, dis-je. -Bonjour damoiselle. CommeYann, Thomas était un grand brun charpenté aux yeux bleus nuit. Sescheveux un peu long tentaient de masquer une cicatrice traversantesur sa joue. Dans le prolongement de celle-ci, l’arme avait aussicoupé le lobe de son oreille. Sa peau mat sillonnée par le tempscontrastait avec son sourire juvénile et reposé. -Alors tu ne m’as pas répondu fils? Ces entraînements? -Bien! Dit Yann. -La noblesse française n’a pas été très gentille avec toi? -Tu chauffes, confirma Léo. Yannasséna un coup de coude « presque » discret à sonfrère. -Celui là! Enfin bon. Je vois que tu n’as pas eu de soucis avecNell. -Aucun! Répondit Yann plus enthousiaste. -Tu resteras son maître d’armes en dehors des cours d’escrime quime restent réservé. Yannse sentit fier. Matarriva pour accueillir son professeur. -Tient, tient, voilà notre trouble fête, jeune homme, dit Thomasdans l'attente d'explication. -Maître, je suis heureux de votre retour. -Moi aussi je suis heureux. J’aurais pourtant quelques évènementsqui me pousseraient à l’être moins. -Lesquels? S’intéressa Matthieu. -J’aurais quelques remarques à te faire, suis moi, imposa Thomas. Leregard assassin de Matthieu se porta sur Yann. Thomasemmena Matthieu à l’écart, assez loin pour que nos oreillescurieuses n’espionnent pas leur conversation. Yannattrapa Léo : -Tu t’es senti obligé de balancer Mat? -Il n’a que ce qu’il mérite! -La prochaine fois, tu me laisses en décider. Yannétait loyal même envers ceux qui ne l’était pas. Il avait desprincipes et n’aimais pas qu’on prenne des décisions à saplace. Son père l’avait chargé d’entraîner Matthieu, il étaitdonc responsable de lui. Léo n’avait aucune remarque à faire.Yann aurait voulu tout résoudre. Yannpartit rejoindre Matthieu et son père. Thomas refoula Yann dès sonarrivée. Ce dernier revînt vers nous d’un pas contrarié. Thomascontinua de parler à Matthieu. -Alors? Demanda Léo à son frère. -Rien, clôtura Yann. J’essayaisde comprendre ce qui se disait entre Thomas et Matthieu quand Tarmakme regarda avec attention. Ses naseaux sentaient l’air autour demoi. Ses grands yeux tranchés par une pupille fendue lui donnait unair pas très rassurant. Léovînt vers moi. -Il doit sentir le feu. -Je sens le brûlé? -Non, tu es un élémentaire feu! Il te reconnaît. -Il me connaît? Cedragon me connaissait? -Non, pas comme tu l’entends, éclaircit Léo. Mais il te reconnaîtcomme un être partageant le même pouvoir que lui, celui du feu. -D’accord! -Il en reste très peu de sa race. Les adultes vivent en moyenne deuxcents ans. -Quel âge a-t-il? Demandais-je. -Il a…tenta Léo. -Tarmak à 3 ans, répondit Yann en observant toujours son père etMatthieu. Ilavait les bras croisés et le regard braqué sur son père. -Il devrait volé depuis au moins 2 ans! Dit Léo. -Papa ne vole pas alors il ne vole pas, justifia Yann. -Il n’essaie pas? Interrogeais-je. -On dirait une poule qui essaie de voler. Ses ailes sont trop petitespour le soulever! Se moqua Léo. -Mais non, contredit Yann en montrant Tarmak. Il est fin et élancé,ses ailes sont très bien. Il court vite, il devrait pouvoir voler. -Pourquoi il ne vole pas alors? Questionnais-je. -Le problème c’est que ce sont les mères qui leur apprennent àvoler, dit Yann. -En quoi c’est un problème? -Sa mère c’est Thomas! Termina Léo. -Thomas? Yannexpliqua : -Thomas a trouvé l’œuf dans une mine. Il extrait des métaux desroches pour faire ses armes et il l’a trouvé dans un bloc degranite. -Vivant? -Endormi, précisa Léo. -Les dragons vivent dans les volcans actifs. Le granite est une rochefabriqué après l’extinction d’un volcan. Il faut des centainesd’années pour qu’elle se constitue. -Hé! C’est moi le scientifique! Dit Léo. -Et Tarmak est resté dans ce bloc de pierre des centaines d’années? -Oui Nell. Les œufs de dragon sont comme les graines qui sommeillenten hiver, répondit Yann. -Sauf que son sommeil a été plus long qu’un hiver, conclut Léo. Thomassavait gérer le caractère de Matthieu. Quand il lui parlait Matthieu ne le contrecarrait jamais mais cette fois l’expression dugarçon nous montra, même de loin, que la situation était tendue. Thomaset Matthieu revinrent vers nous. Thomas se dirigea vers Tarmak,Matthieu traînait derrière. Il avait perdu son expressionarrogante. -Yann, je vais décharger les épées avec Tarmak au château. Tu peuxaider Matthieu à faire ses bagages, dit Thomas. -Ces bagages? Questionna Yann. Léome regarda en secouant la main, l’air de dire : « çachauffe ». -Matthieu va t’expliquer. Thomasmonta sur le dos de Tarmak et se dirigea vers le château. -Matthieu? Demanda Yann. -Je déménage. -Tu pars? -Non, je déménage du donjon. -Et tu vas où? Yannposa la question mais finalement il commençait à se douter de laréponse. Matthieuétait le fils d’un seigneur d’Erèbe, sa position luiréservait un statut privilégié au château. Il vivait dans lesappartements de Victor, il aurait dû manger avec eux, mais déjà,son insolence et sa noirceur l’avaient exclu des tablesseigneuriales. Cette fois il était même exclu du donjon. -Thomas pense que c’est bien pour moi de vivre avec des gens plussimples, plus respectueux, moins… -Où déménages-tu? Insista Yann déjà blasé. -Dans votre chambre, grimaça Matthieu. -Dans notre chambre! S’abasourdit Léo. Voyantla tête des trois, j’étouffais un fou rire. Léo n’en revenaitpas, il ne réalisait pas « c‘est peut-être une bonneplaisanterie, oui, oui, c‘est une blague » . Yann envoulait déjà à son père mais de toute façon il ne savait pasêtre rancunier. Matthieu cauchemardait déjà à l’idée de dormirdans la même chambre que les deux frères. -C’était ça où tu me gardais comme élève, compléta Matthieu. -En gros c’était la peste où le choléra, commenta Léo. -M’en parle pas, lâcha Mat. Yannse fit une raison. -Si j’ai bien tout compris, nous n’avons pas vraiment le choix…Alors allons y, allons déménager Matthieu. OOOO Lanuit tomba sur Magimel. Le déménagement avait été rapide etefficace. Ce soir Matthieu, Léo et Yann dormiraient tous les trois.Yann avait bien tenté de faire changer d’avis son père, maisThomas ne revenait jamais sur ses décisions. AvecYann, j’avais retrouvé Isabel qui s’était faite accompagner parMatthieu. La belle était alors âgée de 14 ans et testait sonpouvoir séducteur sur Matthieu un an plus jeune qu’elle. Laplupart du temps il restait impassible à ces frétillements depaupières. Assisau bord du bois à la lumière des flambeaux, les paroles de laconteuse mirent fin au tumulte de la soirée : - Cettenuit, je vais vous conter l’histoire d’une dame téméraire,femme présomptueuse que les ambitions acculèrent à sa perte.Celles et ceux qui auraient des envies de grandeurs, de pouvoir endépit des règles de Ten seront avisés. Levisage de la vieille conteuse s’était assombri; péniblement, elleavait pris une inspiration et poursuivis d'une voix obscure : « Tousles seigneurs de la région s’étaient réunis à la clairière dekendone pour parler d’un village du coté de l'Erèbe. Leshabitants de ce village avaient été privés de leurs mains et deleurs pieds pour s’être révoltés contre un seigneur hommeoppresseur. Laplupart des seigneurs de Ten avaient laissé leurs châteauxsans surveillance. On connaît Ten pour son calme légendaire,terre de repos, d‘asile où jamais personne ne fait la guerre.Seulement, il allait en être autrement. Une grande sorcière, de cemême château ( elle s‘était retournée en pointant du doigt lechâteau ), avait eu l’idée de conquérir le monde d’Erèbe,celui où les hommes seraient à la merci de sa magie, esclaves de sacruauté. Pourêtre sûre d’obtenir sa place de reine des hommes, elle décidad’accumuler les pouvoirs de Ten au moyen d’une poudrequ’elle avait concoctée. Cette poudre, qu’elle avait confiée àdes mercenaires, avait la capacité de faire dégorger à touteréal son pouvoir sous forme d’un symbole en pierre. Cesmercenaires qu’elle avait grassement payés arpentaient les forêtset ramenaient dans un sac de peau ces symboles sans ne jamais latrahir. Cependant, un jeune homme du château, loyal aux seigneurs deTen, sut que la prochaine victime serait l’esprit des quatreéléments. Il donnerait à la sorcière, les ultimes pouvoirs poursa conquête. Parune nuit de pleine lune, le jeune homme alla trouver l’esprit pourle prévenir de l’arrivée des mercenaires. L’esprit quiconnaissait les pouvoirs de la poudre, s'enfuit. La disparition despouvoirs des quatre éléments ralentirent les plans du mal. Ason retour, le seigneur de Magimel rencontra des fées, des gnomes,des arbres dépourvus de leurs belles couleurs. La perte de leurpouvoir les avait rendus monochromes, ils se dégradaient du noir aublanc comme des fantômes. Intrigué, il descendit de cheval pourinterroger une fée qui s’exaspérait à vouloir voler. « Pourquoi ne peux-tu donc plus voler, pourquoi ton teintest-il si pâle? » La petite fée décolorée lui raconta quedes hommes en noirs lui avaient jetée une poudre argentée. Elleavait alors dégorgé une petite aile d’andalousite, pierre del’équilibre, la laissant sans pouvoir de vol ni couleur. Leseigneur avisé savait qu’une femme de son château était trèscapable de fabriquer une telle poudre. Il décida de rentrer au moyend’un tunnel pour guetter celle-ci. Il déboucha dans les geôles oùil découvrit une cellule aménagée par la sorcière. Sur la table,il prit le sac de poudre et se dissimula près de la porte de lacellule. Cette femme dont les plans avaient été contrés parl’esprit entra folle de rage dans son repère. Le seigneur seprécipita pour fermer la porte et lui lança en toute hâte lapoudre du sac. On dit qu’elle vomit pendant des jours tous lespouvoirs qu’elle avait volés. Le seigneur mit des mois à lesrestituer. Elle finit sa vie recluse à se repentir. » Avecde grands yeux écarquillés la conteuse acheva son histoire,laissant Isabel glacée, réfugiée pour de « bonnesraisons » , dans les bras de Matthieu qui conservait unregard neutre imperturbable. Yann, penseur, restait perplexe face àcette histoire. OOOO Ilétait tard, je remontais dans ma tour ouest. Merlin sortit de sonlaboratoire une bougie à la main. -Tu es distraite petite fille? -Oui, je viens d’écouter une histoire troublante. -Les conteuses sont arrivées? Merlinn’était pas sorti de son laboratoire depuis deux jours. Forcément,il n’avait pas pris conscience de l’animation remuant le château. -Oui , l’une d’entre elles vient de nous conter une histoire. -Je suis sur qu’elles ne sont même pas entrées dans le châteaupour se faire signaler. Les bourriques! -Vous n’avez pas l’air de les apprécier? -Ce sont les « journalistes » du passé! Elles espionnent,elles trompent pour avoir de quoi conter la nuit venue. Journaliste,sûrement encore un mot du futur. -Comment connaissent-elles toutes ces histoires? -Être conteuse c’est un pouvoir. Le pouvoir de tout savoir sur toutle monde. Toutes les conteuses ne sont pas « conteuses »,certaines sont espionnes, d’autres nourrissent simplement leurcuriosité. Les gens leur révèlent leur vie sans aucune retenue.Elles ouvrent la porte de notre passé comme nous ouvrons la portedes latrines le matin! Avec elles, nos vies deviennent histoires, lesgens qui nous entourent personnages, nos lieux de vie décors. -Personne ne s’en plaint? -Elles effacent leur image de nos souvenirs, ajouta Merlin. Lesconteuses ouvrent notre mémoire, la lisent et s’effacent d’elle.Normalement elles sont répertoriées mais les nomades ne se donnentpas cette peine. Le plus ennuyeux c’est quand elles commencent àdéballer la vie des victimes devant des villages entiers. Certainesne sont même pas créatives et content leurs histoires sans nechanger ni les noms, ni les lieux. Elles sont des puits de scandales. -Merlin? Monregard s’était assombri. -Oui, tu veux me dire quelque chose? -Quelqu’un en sait plus que vous sur Maël dans ce château. -Et bien, je… -Dites moi ce que vous savez. Merlinse referma. -Non. Ilretourna dans son laboratoire. Cettenuit là, j’avais bien réfléchi. Il fallait que je parle à cetteconteuse. Aulevé du jour je passais la tête par l’ouverture de ma chambrepour voir si le campement des nomades s’était éveillé. Je visles jongleurs parfaire leur spectacle. Jeles rejoignais. -Bonjour. Unjongleur intercepta ses balles pour me répondre. -Bonjour! -Je cherche la conteuse. -Elle est partie petite, très tôt ce matin. -Où? -Je ne peux te dire, elle parle rarement avec nous. Cettemaligne s’était effacée de leurs mémoires. -Merci quand même! Dansla cuisine. Je regardais mes yeux bleus dans le fond de mon bol detisane. Est-ce que j’avais les yeux de mon père ou de ma mère?Mon nez rond était sûrement celui de mon père, ma bouche rouge etcharnue celle de ma mère. Ma peau presque transparente, mespommettes rosées, mes cheveux châtains ondulés et rebelles, de quime venaient-ils? -Bonjour Nell, tu avais l’air bien pressée tout à l’heure. Isabelesquissait souvent le paysage matinal et elle m’avait vu aucampement. Jene répondais même pas à son bonjour, je voulais retrouver cetteconteuse où au moins une conteuse. -Isa, tu sais où je peux rencontrer une conteuse comme celle de cettenuit? -Bonjour Nell, redit-elle. -Bonjour! Alors? Tu sais où en trouver une? -Pourquoi veux tu voir cette conteuse? -Elles peuvent lire dans les mémoires et je voudrais qu’elleslisent dans la mienne. -Que veux tu savoir? -Qui est ma famille. -Je vois. Il faudrait pouvoir avoir accès aux registres. Ilscontiennent tous les possesseurs de ce pouvoir, ils sont dans labibliothèque, celui là est peut-être même dans les appartementsde Victor. -Dans la bibliothèque! Dans les appartements de Victor! Toutechance s’évanouissait. -S’il était dans la bibliothèque, il n’y est sûrement plus àl’heure qu‘il est. Et dans les appartements de Victor... -Pourquoi dis-tu cela Nell? -Merlin! Il a déjà dû les récupérer. Il ne veut pas m’aider, ilm’empêche de savoir. -Il sait peut être quelque chose que tu ne sais pas. Merlin est ungrand mage, il ressent les choses, il a peut-être eu une vision quilui permet de penser que cette recherche est inutile. Tes parentssont peut-être morts…ou, ils ne veulent peut être pas que tu lesretrouves, s’aventura Isabel. OuiMerlin avait des visions secrètes mais non, mes parentsm’attendaient. -Mais non, ils veulent me retrouver, je t’interdis de dire ça. SiMerlin sait, moi aussi je veux savoir. -Tu dois être prête à accepter cette possibilité. -Je préfère me dire qu’ils sont morts. Au lieu de raconter desbêtises, tu ferais mieux de m’aider. Où est allée la conteuse,celle d’hier soir? -Tu devras d’abord être plus gentille si tu veux mon aide, imposaIsabel. -Et bien je m’en passerai! L’orgueilme tenait quand une voix sévère me remit dans le droit chemin : -Nell! Yannétait entré dans la cuisine et en « bon grand frère »il secourait Isabel. -Tu parles mal à Isabel. Enamie, Isabel répondit en ma faveur. -Mes propos ont aussi dépassé ma pensée. Je n’aurais pas dû tedire que tes parents ne voulaient pas de toi , je n’ai pas depreuve qui pourrait justifier mes paroles, je te prie de mepardonner. -Moi aussi, je te demande pardon. -Tu vois quand tu veux, petite sotte! Ilfallait bien qu’il ramène sa fraise celui-la. Mat était arrivélui aussi en pleine polémique. Il se posa sur une chaise de lacuisine, prit un fruit dans la corbeille, étendit ses jambes sur latable en basculant sa chaise et croqua goulûment dans le fruit enarticulant malgré tout: -Que ce passe-t-il encore ? Biensûr Isabel accourut près de Mat. Elle s’assit soigneusement prèsde lui sur le banc adjacent et prit une voix claire pour une petitebouche munit d’un charmant sourire. -Nell voudrait savoir où est allée la conteuse. -Elle a prévu une représentation dans la forêt des coupés etensuite elle repart vers le Nord. Nous l’avons vue ce matin enallant à la chasse avec Victor. Un « ho-ho » pas très encourageant se décrocha de labouche de Yann. Jedemandais: -La forêt découpée? Où est-elle? Matne perdit pas l’occasion de me reprendre. -Ce n’est pas la forêt découpée mais la forêt des coupés, lesfameux coupés de l’histoire d’hier soir, les villageois sansmain ni pied. Cette forêt est de plus interdite d’où le« ho-ho »problématique de Yann. Jevoulais savoir. J’irais dans cette forêt.
  19. Bonjour mes amis. J'ouvre ce sujet pour parler d'une personnalité fascinante: le comte de Saint-Germain. Cet aventurier du XVIIIème siècle, (dont Voltaire dira qu'il ne "pouvait pas mourir") réalise le plus vieil espoir de l'homme: l'immortalité. Père présumé d'un ouvrage alchimiste (la trés sainte trinosophie), il est le symbole même du mystère ésotérique: Eco dira même de lui qu'il est l"Homo Ermeticus": l'homme hérmétique. On l'a accusé d'être un espion, un charlatan, un alchimiste, un aventurier menteur, mais toujours est-il que les témoignages ne manquent pas pour témoigner de son extraordinaire longévité (le compositeur Rameau, la comtesse de Clergy, Voltaire, Frédéric II de Prusse). Qu'en pensez-vous?
  20. Bug ChapitreX Ma chambre, mon refuge, moins douze heures avant la double punition, un jeu en deux manches : une manche pour Thomas et une pour Merlin. Un livre était posé sur mon lit : registre des pouvoirs. Il y avait un marque page au chapitre des pouvoirs sensitifs. Noah l’avait sûrement subtilisé à la bibliothèque pour me faire lire ce passage. Introduction: Les pouvoirs sensitifs sont les pouvoirs en lien aux sens : vue, odorat,goût, touché, ouïe. Ces pouvoirs peuvent annihiler les sens ou les tromper. L’imitation et la création de sensations sont là les deux façons de les tromper. Remarque:les pouvoirs mimétiques sont apparentés aux pouvoirs sensitifs,leurs atouts supplémentaires est la combinaison de plusieurspouvoirs sensitifs. Listes des pouvoirs sensitifs : Les Hallus : Ce pouvoir s’attache au sens de la vue. Ils peuvent créer des illusions … -Nell. Je levai les yeux du livre. Un visage contrarié me regardait. -Merlin ? Qu’est-ce que… -Au laboratoire, tout de suite ! Par chance, il ne prêta pas attention au livre. Je quittai mon lit rapidement pour le suivre jusqu’au laboratoire. -Ferme la porte, dit-il froidement. -Comment pouvez-vous déjà être là ? La porte close, il commença son interrogatoire : -Est-ce que tu as lu le livre je suis? -Je… -Non ? -Non. -Est-ce que tu as profité de mon départ pour chercher une conteuse ? -Je… -Oui ? -Oui. -Est-ce que tu as traversé la forêt aux pourquoi avec Yann, Léo et Matthieu, au risque de vous tuer ? -Mais je… -Réfléchit bien à ce que tu vas me répondre Nell. Son regard déterminé me poussa à ne pas tergiverser. -Oui. -Es-tu inconsciente ? Te rends-tu compte des dangers que tu as pris pour toi et surtout pour les autres ? Tu n’as pas risqué qu’une punition, tu as risqué la vie de tes camarades ! -Je n’aurais pas pris de risques si vous m’aviez dit ce que vous savez, ripostai-je. Il ne prit pas en compte ma remarque. -Nell, je vais devoir prendre des mesures. -Vous me renvoyez ? -Non, mais ton pouvoir ne sera plus.Ce sera là ta punition. Merlin leva les bras à mi-hauteur comme pour accueillir mon pouvoir entre ses mains. -Merlin ? -Que ce pouvoir dorme pour le bien de son porteur, que ce pouvoir dorme pour le bien de son porteur… Plus de pouvoir. L’angoisse monta. Thomas entra : -Merlin arrêtez, vous ne pouvez pas faire ça. Merlin stoppa son sort. -Thomas, nous en avons déjà parlé, c’est mieux ainsi ! De toute façon, il est trop tard. Ils se tournèrent vers moi. -Alors Nell, comment trouves-tu mes mots ? Ce sort aurait dû me rendre incompréhensive la phrase de Merlin, mais il n’en fut rien. -Cela n’a pas marché, cela n’a pas marché ! dis-je soulagée en réalisant son échec. Le stress de ne plus avoir mon pouvoir redescendit. -Votre sort n’a rien fait, j‘ai tout compris, paradai-je. -Maudite chalderesse! grommelaMerlin. -Quoi ? Comme moi, Thomas se figea. Merlin fut satisfait. -Cela a marché ! se satisfit Merlin. Parle-moi plus, dit le mage en m’examinant du regard comme si mon aspect allait lui aussi changer. -Je n’ai pas compris chalderesse. -C’est là le seul mot que tu n’as pas compris ? demanda-t-il déçu de son sort. Chalderesse signifie sorcière en français médiéval, expliqua-t-il. J’ai trouvé ta langue de base ! C’est un français, mais j’ai un doute sur sa déclinaison. Il faudrait que tu parles plus et que mon sort soit plus efficace pour avoir des réponses. Mon sort n’a que peu crypté ton pouvoir. Seuls, quelques mots sont perçus dans leur langue originelle. -Comment je vais faire ? -Tu vas apprendre. Enfin ! s’exclama Merlin. -Et si je ne comprends plus rien ? -En cas de grandes difficultés, ce que j’espère, ajouta le mage.Tu te feras aider par Yann, il a étudié les langues latines. Si tu as de réelles périodes cryptées, tu l’interrogeras pour comprendre et apprendre par la même occasion, conclut-il sèchement. Ce sort médiocre à ses yeux le rendait désagréable. -Retourne dans ta chambre maintenant. -Quand me rendrez-vous mon pouvoir ? protestai-je. -Je m’en tiens à ma punition ! De toute façon, ce sort s’ôtera de lui-même. -Comment ? -Quand ton pouvoir sera plus puissant que ce sort. -Bientôt alors ? provoquai-je. -Petite peste…hors de ma vue ! s’emporta Merlin. Bien vite je sortais avant qu’il ne retente un nouveau sort. Derrière la porte refermée, j’écoutai Merlin et Thomas se disputer : « …donnez-moi une bonne raison de ne pas lui ôter son pouvoir…vous ne pouvez pas comprendre… moi…faites-moi confiance…je ne suis pas convaincu…c’est dangereux de la laisser sortir…bien sûr…il faut les surveillez sérieusement…il faut lui retirer ce pouvoir…non…ce serait mieux… ». Thomas s’approcha de la porte pour sortir. Je me précipitai dans ma chambre. Les pas pressés de Thomas résonnèrent en s’éloignant dans les escaliers de la tour. Est-ce que Merlin allait revenir ? Je m’assis sur mon lit, en pensant à cette possibilité. Sur la couverture, le livre n’était plus là. Je fouillai ma chambre,mais rien. Quelqu’un était venu le reprendre. OOOO -Debout ! Nous vous attendons à l’enclot à vache. Les garçons sont déjà levés, il ne reste plus que toi petite Nell. Merlin m’a laissé le plaisir de choisir votre punition. -L’enclot à vache ? demandai-je encore endormie. C’était le matin et Thomas nous avait tous réveillés les uns après les autres. Direction : l’extérieur du château devant la ferme. Ils étaient là, les adultes, prêts à nous punir. Léo, Yann et Mat étaient assis sur la clôture, je me joignais à eux. Lyse, Louise,Mathilde, la mère d’Isabel, accompagnée d’ Isabel et de Marguerite, Clément, le paysan responsable de la ferme, Baptiste, le prêtre et Thomas nous observaient avec sévérité. Margot passait son temps à bailler son furet peluche pelotonné autour du cou. Thomas prit la parole : -Je vous ai demandés de venir ce matin… -Très tôt ! pesta la mère d'Isabel. -Merci Mathilde ! Mathilde était une femme élancée, blonde comme sa fille, et apparemment aussi aimable qu'une porte de prison. Si la neige avait été noire,elle serait née de son regard, mais derrière ses yeux obscurs,remords, regrets et peurs tentaient de se cacher. Thomas reprit : - Je vous ai réuni pour statuer sur le sort et la punition qui doit être mise en place pour ces quatre enfants, sortis des limites des terres du château sans adulte et sans permission ! Alors, qui a une idée ? Ce simulacre de jugement ne m’intéressait pas. Que pouvait-il être pire que de ne rien savoir sur sa famille, personnellement : sûrement rien ! Je souhaitais qu‘ils fassent vite. Les adultes ne s‘accordaient pas et l‘attente devenait ennui. Je regardais mes comparses se frotter les mains pour se protéger du froid matinal quand, une question restée sans réponse me revint en mémoire. Je chuchotai : -Mat ? -Quoi ? -Qu’est-ce que tu as entendu dans la forêt aux pourquoi ? Tous,nous avions révélé ce que les arbres nous chuchotaient sauf Matthieu. -Rien, tu m’ennuies avec tes questions. À cause de toi, je vais avoir des problèmes avec Victor et mon père. -Je ne t’ai pas obligé à venir. -Petite sotte ! La prochaine fois…tu… Les paroles de Mathilde nous interrompirent : -Regarde ces enfants sans la présence d’une mère. C’est une catastrophe ! dit la mère à sa fille qu’elle ne savait pas complice. -Mathilde ! N’exagérez pas, ils n’ont pendu personne ! remarquaThomas. -Mais c’est la prochaine étape si cette punition n’est pasconséquente, dit le gros prêtre. Baptiste était la voix de la sagesse, le guide du troupeau, mais la lumière spirituelle qu'il représentait n'était pas toujours très éclairée. -Vous avez raison Baptiste ! Il ne faut pas laissez ces enfantsdevenir des criminels, s’enflamma Lyse. -Je propose cinq nuits de prières, un jeûne ainsi qu’une matinée de rangement à la bibliothèque de l’église, dit Baptiste. -Pour les trois quarts ils ne sont pas catholiques ! remarquaThomas. -Oui, puisqu’il n’y a que moi qui ira au paradis, nous chuchotaMat. -Si le paradis accepte des gens comme toi, je préfère l’enfer,répondis-je par messes basses. -Ma bibliothèque a bien besoin de rangement, affirma Baptiste. -Je veux bien vous aider à la ranger moi, dit Lyse. Les livres c’est mon rayon ! -Fayotte, grommela Léo. -Merci ma fille. Je vois là, une nouvelle fois, votre grande bonté d’âme. -C’est bien trop d’honneur Baptiste, répondit Lyse comblée de congratulations. -Ils iront vous ranger cette bibliothèque. Une idée complémentaire? relançaThomas. -J’ai déjà Marguerite à chacune de ses bêtises, mais je peux les prendre pour faire les confitures au début de l‘été, proposa Louise. -Très bien ! Qui a une nouvelle idée ? Je me tournai pour parler à l'oreille de Yann : -Combien d’idées complémentaires il va falloir ? -Beaucoup, je connais mon père. -Il est pas drôle papa en ce moment. Il manque de souplesse, grogna Léo, la marque de l'oreiller encore bien présente sur la joue. -C’est une femme qui lui manque, dit Mat. -Hé ! C’est de mon père que tu parles ! dit Yann. -Hé ! C’est un homme ! se justifia Mat. -C’est vrai que si on lui trouvait une bonne amie, il serait moins sur notre dos, accorda Léo. -Il serait moins sur notre dos, si nous nous faisions un peu oublier ! -Mathilde, qu’est-ce que tu en penses Yann ? proposa Léo. -N’y pense même pas ! -De toute façon, c’est de ma faute tout ça, dis-je désolée. -Oui, dit sévèrement Mat. -Mais pas que, ouvrit Yann. -Comment ça ? l’interrogeai-je. -Léo a fait exploser la chambre de la forge, c’est pour cela qu’il dort au château avec moi en ce moment ! -Hé ! C’était un accident, protesta Léo. -Toi aussi tu as des choses à te reprocher ? demandai-j eà l’attention de Yann. -Oui, avoua-t-il. J’ai voulu tester les limites de mon pouvoir, je suis un métallique comme mon père. Résultat, tous les métaux autour de moi ont fondu : la moitié des épées de mon père pour la commande de ce mois, une partie des éléments de construction de l aforge, quelques outils, son enclume et son alliance ! -Je comprends mieux pourquoi il s‘acharne ! Et Matthieu ? -Il se braque, il se braque tout le temps, mon père en a marre… Et pour couronner le tout, toi, tu nous as emmenés en dehors des terres du château. Voilà pourquoi nous sommes tous les quatre en jugement. -C’est déjà plus logique ! C’est grâce à vous trois que nous avons droit à des punitions complémentaires. -Il n’était pas prévu que nous soyons punis avant que nous sortions des limites du château, rétorqua Matthieu. -Tôt ou tard, vous auriez dépassé les limites ! Vous n’avez pas besoin de moi pour cela. -Moi, je n’ai rien fait ! dit Mat. -C’est ça ! dit Yann. Thomasnous tança : -Silence ! Si ces punitions ne vous font pas garder un peu de calme,les geôles vous seront peut-être plus appropriées ! Clémentintervînt : -Moi, je veux bien les prendre à la ferme jusqu’à la fin de l’été. -Jusqu’à la fin de l’été ! sebraqua Mat. -Le travail de la terre n’a jamais fait de mal à personne, répliqua Thomas satisfait par cette proposition. C’est une bonne idée. -Je suis fils de seigneur, je ne vais certainement pas garder lesmoutons ! ripostaMatthieu. -Mais notre seigneur est ton berger ! Être berger à ton tour est un grand honneur, dit Baptiste en lui donnant une canne de berger posée à côté de l’enclot. -Oui Baptiste, accorda Matthieu, dents serrées. Yann pouffa de rire ! -Et bien en route les enfants. Vous travaillerez tous les matins à la ferme de Clément. Les après-midi, vous rangerez la bibliothèque de l'église. Vous aiderez Louise pour la confection de ses délicieuses confitures et tous les soirs, vous viendrez suivre vos entraînements respectifs. -Les entraînements aussi ? ditYann. -Oui, les entraînements aussi. Sinon ce ne serait pas une punition. Tous les adultes retournèrent à leurs activités. -Merci Nell ! On s’en souviendra de cette petite ballade, dit Matthieu rancunier. -La ferme, c’est pas si mal, se contenta Léo. -Mais pourquoi avons-nous écouté une fille ! Eve était aussi une fille, rien de bon ne peuvent venir d’elles. -Le catholique ! La fille elle te dit : « va au diable ». -Pour t’y retrouver ? Sûrement pas ! Cléments'interposa : -Daaz et,allez bosser bande de garnements ! À la ferme ! Le damelot, dit-il en s’adressant à Matthieu. Au lieu de daser, tu vas prendre la boroaite et avec le Yann, vous irez chercher de l’araine pour les carottes. Le avoi est dalé le caisme, attention à pas cheoir deans eave. Il se tourna vers Léo et moi. -Toi, le Léo et la chalderesse, je deestre de sel pour les belin, vous allez aller à la baherne, à côté du village. Vous suivez le arve puis la brueille entreci que vous voyez le bruec, vous le passez, et c’est à cinquante pas. Attention aux belues. Vous emmènerez le alan. MOOORICE, vient… Un énorme chien, aussi gros qu’un veau arriva à grandes enjambées. -Lui aussi, il aurait bien besoin d’une bonne amie, dit Léo à Mat. Mon air ahuri inquiéta Yann. -Nell, ça va ? -J’ai rien compris, dis-je abattue. Merlin a brouillé mon pouvoir et je n’ai rien compris. C’est pour quoi faire ce chien ? De quoi parle ce Clément ? Pourquoi je ne comprends plus rien. Merlin a réussi à m’enlever mon pouvoir, je ne vais plus rien comprendre,comment je vais faire ? -Nell, calme-toi. Ce chien, c’est pour vous protéger des bêtes sauvages quand vous irez chercher du sel à la fabrique. -Des bêtes sauvages ? Mais elle est où cette fabrique ? -Plus loin dans la forêt après le champ et le ruisseau. -Il a dit tout ça ? -Oui. Yann s’inquiéta plus encore. -Merlin, t’a enlevé ton pouvoir ? -Il a essayé, mais s’était léger comme effet jusqu’à maintenant, jusqu’à ce que Clément parle ! Clément s’approcha de moi. Il était grand. Son physique sec, brûlé par le soleil et le vent, lui donnait un aspect noueux et vieillit, semblable à un olivier. Comme le fruit bien mûre de cet arbre, il avait la peau et les yeux très sombres. Sa voix profonde remontait du fond de sa gorge chargée d’une odeur de chanvre consumé. -Agnel,ce n’ai pas caraude,c’est dealtique,dit Clément. Je me tournai vers Yann. Il comprit. -Il a dit : « agneau, ce n’ai pas un sortilège c’est de la magie ». -Qu’est-ce qu’il veut dire ? -Je suis un crypteur,révéla l’homme. -C’est un crypteur, redit Yann. -Et ? demandai-jeà l’attention des deux. -Il perturbe les pouvoirs, dit Yann. -Il perturbe mon pouvoir ? -Oui, ce n’ai pas le sort de Merlin, c’est sa magie, expliqua Yann. -Encoan, au travail. -Maintenant au travail, répéta Yann. Clément le regarda de travers. Yann se dirigea avec empressement vers la brouette pour aller chercher le sable avec Mat. L’angoisse de perdre mon pouvoir ne faisait que me surprendre et les habitants de ce territoire eux, aussi, ne faisait que me surprendre. OOOO Après l’entraînement, nous étions retournés une nouvelle fois à la ferme de Clément. Les caves du château étaient vides de provisions et notre main d’œuvre volontaire et non contrainte fut désignée d’office pour ramener les victuailles de la ferme aux caves. Lapins, poulets, un cygne des plus revêches, pigeons,oies, porcs, sacs de blé, de pois, tout était passé dans nos bras.Le printemps était bien installé mais les premières récoltes ne seraient là que dans une quinzaine de jours et en attendant, il fallait ouvrir les greniers de la ferme pour nourrir tout notre petit monde. Le soleil frôlait l’horizon. La journée avait été bien chargée mais courte finalement. Je me lavais les mains sur la margelle du puis des quais quand, Merlin sortit des cuisines une tisane fumante dans les mains. -Alors Nell, la journée fut-elle sympathique ? demandaMerlin. Deux jours de travail s’étaient passés. Les conversations difficiles avec Clément et Yann en traducteur s‘accumulaient, et les entraînements n‘en finissaient plus. Un sourire satisfait arborait le visage du mage de manière inhabituelle, surtout depuis ces derniers jours. -Laborieuse, répondis-je. -Et que penses-tu de Clément ? Merlin eut l’apparence d’un enfant de 7 ans, contenté et fier de sa farce. Il flottait dans ses vêtements tout jeunes qu’il était. Il souffla sur sa tisane en pouffant de rire. Ces changements d’âge me surprendraient toujours. -Vous saviez que Clément crypte les pouvoirs ? dis-jeincrédule. -Bien sûr ! Comment crois-tu qu’une personne qui ne vous connaîtmême pas serait venu au spectacle de votre punition. -Et Baptiste ? Je ne le connaissais pas non plus. La mère d’Isabel,c’était la première fois que je la voyais. -Baptiste c’était pour Matthieu, Mathilde c’était pour Isabel.Car ne croit pas que je ne sais pas qu’elle vous a accompagnés.Des témoins vous ont vu vous engager dans la forêt. -Des témoins comme Lyse ? -Je ne serais dire, dit insolemment l’enfant Merlin. Il n’en dirait pas plus mais son abstention révélait ses sources. Merlin soufflait de nouveau sur sa tisane, sa moue enfantine traduisait la contrariété qu’il avait à se brûler les lèvres. Alors que je remettais le sot dans le puits, je vis une vague de la hauteur d'un demi homme arriver sur la presqu’île juste derrière Merlin. La vague s’écrasa sur la berge et glissa son volume d’eau sur le jardin, les parcs à bêtes de Louise et Merlin. Sa tisane était pour-sûr froide. L’eau s’étendit dans les sous-sols du château. Léo, encore dans la cuisine, sortit trempé des pieds à la tête. -Qu’est-ce qu’il se passe ? Merlin se retourna sur le lac. -Maudit dragon, dit-il redevenu homme. -Nell, Léo, vous me le faites tout de suite sortir de ce lac ! Le temps de prendre les bêtes affolées et de refermer les portes des cuisines et des caves, le dragon avait déjà remué trois nouvelles vagues. -TARMAK !!! SORT DE L’EAU ! Tu fais des vagues, papa va pas être content, menaça Léo devant la bête. Tarmak lui tourna le dos et se laissa tomber en arrière provoquant une nouvelle déferlante sur le château. Cette fois, La vague lécha le haut de la muraille inondant le chemin de ronde. Les gardes, trempés,passèrent des têtes mécontentes entre les créneaux. L'un deux nous interpella : -Hé en bas ! Bouger vous ! Virez le monstre. -Oui, répondit Léo sans idée. Viens on va essayer de le ramener vers la berge. Pas très convaincante comme action, mais elle méritait d’être tentée. Le dragon serait peut-être conciliant qui sait ? On avait le droit de rêver ! Alors que nous n'avions même plus pied, Léo essaya de tirer et moi de pousser la bête vers la rive, mais rien à faire, il gardait ses positions. Une cavalière se posta sur la rive. -Quel pitoyable spectacle. Un dragon qui ne vole pas, un troll sans la moindre force et une sorcière sans nom. Continuez comme cela les enfants, vous touchez presque le fond. Marion forcément ! Qui avait autant qu’elle du temps à perdre en méchanceté, railleries et compagnies. Elle quitta les lieux en riant. -Elle m’insupporte, quelle peste. Qui est-elle pour se permettre d’être si désagréable ? lançai-je à Léo. -En même temps, elle a raison, c'est peine perdue ! Nous retournâmes sur le bord. Léo dit : -C’est la fille de l’administrateur, le bras droit de Victor dansla gestion du château. Il lui laisse tout passer. Elle a toujours ce qu’elle veut, elle dit ce qu’elle veut, elle fait ce qu’elle veut. -Et sa mère ? -Sa mère est une suivante de Solanne,la femme du seigneur Victor. La fille est à l’image de la mère :une persifleuse, mi-vipère, mi-couleuvre. -Alors les gosses ?? Vous le virez ce dragon ? jeta le garde. -Bon, dans tout ça, nous n’avons toujours pas de solution pourTarmak, remarqua Léo. -Alors, cria de nouveau le garde, il sort du lac le gros tas ? Tarmak grogna. Le garde se cacha derrière un créneau. -Une formule de taille pour le rendre tout petit ? Ça prendrait trop de temps. De rajeunissement ? Non, en plus j’ai pas de baguette. Tu n'as pas l'option langue de dragon avec ton pouvoir ? -Non, désolé ! -Tant pis. -Tu vas trouver Léo, l'encourageai-je… mais ce serait bien que ce soit vite. Tarmak préparait une nouvelle vague. -Je sais ! Nell ! dit-ililluminé. -Oui ? -Il faut que tu prennes la chaleur de l’eau. -Je sais faire ça moi ? -Ton pouvoir du feu doit te le permettre, enfin j’espère. Tarmak vatrouver l’eau froide et il sortira…si elle est suffisamment froide. -Tu crois ? -Oui ! Tu fais comme pendant l’entraînement quand tu as réchauffé l’eau mais à l’envers. Ça va marcher. Sinon… -J’essaie. Les mains en cuillères, je tentai de recevoir la chaleur de l’eau du lac. Les yeux fermés, je visualisai cette chaleur comme une onde flottante dans l’eau qui viendrait s’accumuler dans le creux de mes mains. -Nell, tu es en bonne voie, l’herbe sous tes pieds est entrain de geler. J’ouvrais les yeux et l’onde était là. Sa vue accéléra le processus. Tarmak entouré de glace rejoignit maladroitement la rive. -NELL, ARRETE le lac se recouvre de glace ! ditLéo. -Comment je fais pour arrêter ? -Je sais pas ! ditLéo impuissant. Referme tes mains. Je refermai mes mains. Une sensation de fièvre m’envahit. J’avais chaud, trop chaud, beaucoup trop chaud. Ma peau était rouge, mes cheveux et les poils sur ma peau commencèrent à sentir le grillé. -Nell, je sais pas quoi faire, je sais pas quoi faire ! angoissaLéo. Je sentis quelqu’un m’attraper par la chemise fumante et me jeter dans le lac. À la surface de l‘eau, la couche de glace fondit avant mon atterrissage. Je plongeais avec soulagement et restituais l’onde de chaleur à l’eau glaciale. Les vêtements en partie brûlés, je revenais à la surface du lac. -Petite damoiselle, vous allez bien ? C’était Noah. Léo était soulagé. -Oui, dis-je machinalement. -Sortez je vous couvre. Alorsque je sortais de l’eau, Noah m’enveloppa dans une couverture de feuilles printanières. -Tarmak est sorti ? demandai-je à Léo. -Oui il est sorti, Nell, répondit un Léo compatissant et rassuré. -Petite damoiselle, il faut que nous parlions ? -À la bibliothèque ? -À la bibliothèque. -Alors, commença Léo en regardant un grand manuel. Principes dynamiques des pouvoirs et des énergies : Deux principes de la thermodynamique : 1erprincipe : L’ensembled’un système isolé et de son environnement universel présententune énergie totale constante. -Tout apport d’énergie au milieu environnant suppose donc une diminution de l’énergie contenue dans le système. Ceci implique une équivalence entre les différentes formes d’énergies, ajouta Léo. 2èmeprincipe : Lesphénomènes physiques ou chimiques évoluent dans le sens quiimplique une augmentation de l’entropie. -Les mécanismes agissent toujours vers un plus grand hasard oudésordre, l’entropie est une expression quantitative de cedésordre. -Léo, simplicité ! reprit Noah. Nell, l'eau et toi, vous pouvez vous nourrir l'une de l'autre, mais tu ne dois pas oublier que tu es une petite fille. -C'est plus claire ? demandai-je en les regardant alternativement. Je suis sensée mieux comprendre ? -Vous devez échanger vos énergies de façon viable pour ton corps,expliqua Léo. -Tu n'es pas prête pour l'énergie, ajouta Noah. Tu ne peux pas encore garder ce que tu lui as pris, sinon, retînt le fou. Il aurait fallu qu etu donnes quelque chose à l'eau pour équilibrer ! -Qu'est-ce que j'aurais dû donner à l'eau ? -Une partie de toi, lança Noah. Lui rendre sa chaleur était le plus sage, concéda-t-il. Ton corps allait être brûlé. -C'est un pléonasme pour une sorcière, commenta Léo. C’est très en vogue en ce moment de brûler les sorcières, ajouta-t-il pris en étau entre mon regard et celui de Noah. -Comment ça une partie de moi ? rengageai-je. -Main, jambe, ce que tu voulais, mais ce n’est pas la question. Tu dois faire partie de l'environnement que représente l'eau, si tu veux garder l'énergie ou, éventuellement, devenir l'énergie elle-même en te transformant en feu. -Pourquoi je n'y ai pas pensé ? dit Léo. -On se le demande ! lui fis-je remarquer. -En tout cas, si tu veux garder l'énergie de l'eau, il faudra que toiet l'eau vous constituiez la même énergie. Ce qui sera possible quand tu seras un élémentaire eau. Nous pouvions visualiser ceci ainsi : l'eau était comme une grosse bulle; moi, j'étais une petite bulle flottante à l'intérieur. Si je voulais changer d'air, en prenant celui de la grosse bulle, il fallait que je lui donne ma part d'air, sinon, je risquais l'éclatement ! Ou, si j'étais élémentaire eau, je pouvais coller ma bulle à la grosse bulle et me mêlée à elle. Dès lors, la petite et la grosse bulle ne formeraient qu'une bulle : l'eau serait moi, je serais l'eau. Noah était persuadé que j'avais les pouvoirs de Maël, il savait qu'un jour je pourrais être eau. -En gros, je peux donner un peu de la chaleur à l'eau, en prendre cen'est pas très conseiller, sauf si je veux bien lui donner un bras ! -Tu ne lui donnes pas plus que ce que ton corps peut supporter en température basse et tu ne lui prends pas plus que ce que tu peux supporter en température haute, sauf si tu te sens capable de te transformer en feu, rationalisa Léo. Tu crées une flamme source à partir de ta propre chaleur, comme tu fais déjà, et tu te mêles à elle pour devenir feu. -Je ne crois pas que j'en serai capable, avouai-je. -Tu le seras, déclara Noah. Mais pour l'instant, tiens-toi en à de légers échanges. Dans le temps, tu comprendras comment parvenir à cet état. Le temps est un bon livre, conclut-il. -En parlant de livre, Noah, je peux avoir de nouveau le registre des pouvoirs. Il était surpris. -Ce volume ne s’emprunte pas ! Il reste ici. -Mais pourtant vous l’avez déposé dans ma chambre ? Il était outré ! -Je ne vole jamais les livres, Nell ! Un livre à une place, il ne faut pas le déplacer trop longtemps sinon, il oublie sa place, il perd la mémoire, il perd des mots, il devient vide. -Il y avait un marque page au chapitre des pouvoirs sensitifs, j’aipensé que c’était un message de votre part. -Il faudrait être fou pour retirer un livre si précieux de labibliothèque. Elle est chargée de veiller sur eux. De plus, je n’en sortirais jamais un de cette valeur. Ce manuscrit est unique, sa perte serais un grand malheur. D’ailleurs, il est le seul de s acollection à être dans la bibliothèque, tous les autres registre ssont dans les appartements de Victor. -Quels autres ? -Ceux qui portent les noms des possesseurs de chaque pouvoir. -Pourquoi ne sont-ils pas accessibles comme le registre général. -Des gens ne souhaitent pas que leur pouvoir soit connu de tous, voilàtout.
  21. Bonjour amis mordus (de littérature et de bestioles à dents pointues!) J'aimerais partager avec vous mon premier roman: "Les Ailes de la Nuit - Tome 1 La Couleur du Sang", premier volet d'une potentielle trilogie. Après les avis plus ou moins objectifs de mes proches, famille et amis, je souhaiterais avoir d'autres avis, d'autres regards, conseils et suggestions de lecteurs extérieurs. Il s'agit d'un roman fantastique de type bit-lit / vampire, plutôt axé aventure que romance, j'avais l'envie de remonter aux origines du vampirisme, de voyager dans un monde aussi fascinant que décadent. Le texte étant relativement long (volume équivalent à un format papier de 350 pages), je l'ai publié sur mon blog. Le premier chapitre est en lecture directe via le blog, et l'intégralité du roman est téléchargeable au format PDF. L'adresse du blog: http://lesailesdelanuit.wordpress.com/ Tous les avis sont bienvenus, à poster ici sur le forum ou bien en MP / mail. Vous pouvez bien entendu partager autour de vous, c'est fait pour! plus j'ai de regards extérieurs, mieux c'est! En espérant que ça vous plaira =) Merci Mégane
  22. LaForêt aux Pourquoi ChapitreIX Cela faisait bientôt une heure que nous étions partis. Yann marchait devant d’un pas marqué et entraîné. Isabel parlait tout bas à Mat qui était concentré sur ses pieds. Léo commençait à traîner derrière moi. Je ralentissais pour arriver à son niveau quand je vis la masse volumineuse accrochée à son dos. Un sac le tassait petit à petit, lui donnant des allures de bête de somme. La sueur commençait à perler sur son front. -Il est gros ton sac ? Lui faisais-je remarquer. -J’ai emmené ma couverture, mon oreiller, mon bonnet, ma bouillotte et un poulet rôti, énuméra-t-il fièrement. Pour faire croire que son sac n’était que peu lourd, il redressa le torse et respira de manière comprimée ! Mais, se crispant par manque d’air, il devint rouge tomate. -Nous n’allons pas dormir dehors ? Ajoutai-je. -Je sais ! Dit-il. -C’est toujours bien de le savoir ! Lançai-je. Léo était penaud, un peu blessé. Il accéléra son pas et rejoint son frère. Il parla quelques minutes à Yann et ce frère protecteur m’envoya une petite grimace confuse qui me rassura. Je lui souris de manière embarrassée. Apparemment, Léo avait un nécessaire vital différent du commun. Léo poursuivit son chemin avec Yann, il ne semblait plus souffrir du poids de son sac. Mat pris congé d’Isabel pour rejoindre les frères. La jeune fille marqua une pause pour m’attendre. Je n’avais vraiment pas la même condition physique que ce groupe. -Nell, tout va bien ? -Oui ! Dis-je pour faire bonne figure. -Dans quelque temps, tu courras aussi vite que ton maître d’arme,me rassura-t-elle en regardant Yann qui commençait à accélérer sur le sentier. Isabel était une damoiselle au corps élancé. Sa peau blanche et sa blondeur faisaient ressortir des pommettes roses ainsi que ses yeux verts en amandes. Elle avait une démarche gracieuse mais retenue.Son être était modelé et manquait de spontanéité. Me voyant l’observer, elle sembla gênée. -Tu te sens bien ici ? S’enquit-elle pour rompre le malaise. Sa question créa un moment d’absence dans mon regard. -Ma question t’embarrasse ? -Oui... Enfin non... Mais… je ne sais pas quoi te répondre. Un vent froid du nord s’enroula sur notre chemin. Il charriait un lourd sifflement, mélange de feuilles fouettées et de craquements de branches. La forêt environnante s’éveillait. Isabel me plaqua contre le tronc d’un large chêne. Yann et Léo,dos à dos, sillonnaient du regard l’espace peuplé de grands feuillus. Mat guettait les hauteurs, une main dans son carquois, près à décocher une flèche. Isabel chuchota à mon oreille: -Il est là. -Qui ? -L’arbre aux pourquoi ! -Effectivement jeunes intruses ! Notre chêne d’appui ouvrit de grands yeux contrariés. Isabel et moi,nous eûmes un brusque mouvement de recul. Il monta ses branches et sembla flamboyer. -Alors, alors, alors ? Que font cinq enfants dans une forêt déconseillée ? Il avait une voix concordante à son vieil âge. Roque, elle vibrait dans son écorce jusqu’au bout de ses feuilles. Jeme présentai devant l’arbre. -Nous voulons passer. -Vous voulez passer, VOUS VOULEZ PASSER ! Le chêne, excédé par ma réponse, fit trembler le sol par ses racines. J’insistai,sans me rendre compte du danger : -Nous voulons passer Mon Seigneur et Maître. -Mon Seigneur et Maître, et bien, et bien, et bien ! C’est beaucoup pour un seul arbre. Contente toi de répondre à mes questions, jeune fille, dit l'arbre. Pourquoi vivre ? Pourquoi rire ? Pourquoi aimer? Pourquoi… Il énuméra ses questions comme un enfant aurait récité sa leçon. Ces questions étaient très ordinaires et leurs réponses restaient propres à chacun, mais leur arme était de pouvoir éveiller les désespoirs et les quêtes de l’interrogé. Je tentai ma chance. -Je ne sais pas. Cela peut-il être une réponse ? -Cela peut être sage de ne pas donner de réponse, mais il t’en faudra pourtant une pour payer ton passage. -Pourquoi devrais-je payer ? -J’ai ce que tu veux : le droit de passage. Et moi ce que je veux :c’est une réponse. -Pourquoi ton gain est-il une réponse, pourquoi ne demandes-tu pas autre chose ? Il ne répondit rien. Plus tard, je compris que lui même n’avait pas la réponse et qu’il la cherchait auprès de chaque inconnu croisant son chemin. -Combien y a t-il de réponse ? -Des milliers, toutes très…je dirais dangereuses pour l’âme,mais celle d’un être naïf pourrait te sauver du risque que tu encours à répondre. -Je ne comprends pas…et vous, vous disposez de cette réponse ? -Je n‘ai rien à te dire, enfant. Je me retournai vers mes acolytes. Yann,bras croisés, réfléchissait sérieusement. À ses pieds, son frères’était assis en espérant que ça se passe. Isabel, mains jointes, me regardait avec encouragement. Mat, le regard obscur était bercé entre le fait de passer sans l’accord de ce chêne et le fait de l’abattre purement et simplement. Finalement, tout ce petit monde n’était pas plus inspiré que moi. -Alors, des réponses ? -Je…Que risquons nous à ne pas répondre ? -Je ne vous le conseille pas. Mat ouvrit de grands yeux chargés d'effrois. L'arbre le regardait avec insistance. -Des visions, dit Mat. -Oui ! Des visions, insista l'arbre. -Nell ! Réponds, je veux qu'il arrête, dit Mat. -Quoi ? -Je veux qu'il arrête. -Qu'il arrête quoi ? -Réponds Nell, supplia-t-il. Il paniquait. Sa respiration se faisait haletante. Le stress envahissait son être, ses jambes flageolaient malgré l'énergie qu'il dépensait à rester droit. -Une réponse Nell ? Demanda l'arbre qui fixait Matthieu sans relâche. -Je ne sais pas. Je …pour... et bien... il faut... À mon tour, j'angoissai. Qu'est ce qu'il fallait que je dise. Que voyait Mat, qu'est ce que j'allais voir, qu'est ce... -Plus tu tarderas à répondre, plus il va souffrir. Plus vous allez tous souffrir. Les feuilles mortes se mirent à bouger, elles frissonnaient, quelque chose les agitait. Une petite feuille puis une liane de ronce sortit du tapis marron. Elles commencèrent à nous entourer. L'une d'elle enfonça ses épines dans la chair de la main de Matthieu. La petite crapule de Marguerite surgit de derrière le chêne. -Parce que c’est comme ça ! Elle se présenta devant moi avec de grands yeux convaincants : -Fais-moi confiance Nell, la réponse à sa question c’est : parce que c’est comme ça . C’est-ce que dit toujours mon papa quand je lui pose trop de questions. L’arbre interrompit Marguerite et tous nous l’observâmes. -Bien, bien, bien, vous pouvez passer. L’arbre aux pourquoi ferma les yeux, rabattit ses branches et se renferma sur lui-même. Il reprit une attitude naturelle perdue dans une forêt commune. Les ronces avaient disparu. -Ça va Mat ? Lui demandai-je. -Ne me parle pas, dit-il en laissant ses jambes le poser à terre. Ses yeux voulaient voir la forêt, et ne surtout plus voir ces visions. Isa tenta de le réconforter mais il la repoussa vigoureusement d'un: laisse-moi. Pendant plusieurs minutes, le temps sembla s'arrêter. Il nous fallu cet instant pour reprendre nos esprits, comprendre ce qu'il venait de se passer. Comprendre que cette forêt était bien dangereuse, et que nous avions eu de la chance. Margot nous avait suivis avec son petit baluchon depuis le château. Elle affichait un sourire vainqueur et respirait la satisfaction. Les cinq grands regardaient la petite d’un air réprobateur. Elle fit une moue et commença à se justifier : -Me regardez pas comme ça ! J’ai répondu à la question. Vous allez pouvoir passer grâce à moi. Yann prit la parole : -Alors… que fais-tu ici petite fille ? -Je suis venue vous aider, dit-elle fièrement. -N’essaie pas d’avoir raison. Tu nous as simplement suivi. Tu rentres ! -Mais ... -Il n’y a pas de mais, tu rentres ! Marguerite toisa Yann. Une lueur de revanche brilla dans son œil. -Et qui va me ramener ? Yann fronça ses sourcils bruns. -Moi. Je te ramène, rétorqua Isabel. Je dirais que je lui ai fait faire une promenade autour de la ferme de Clément. Marguerite croisa des bras contrariés. -C’est pas juste ! -Oui mais c’est comme ça, conclut Isabel. Isaprit la petite dernière par le bras et l’orienta vers le retour. -Arrête de faire ta commandante !Protesta Marguerite. -Alors marche vers le château ! -C’est qu’est ce que j’allais faire, riposta la mauvaise tête. -C’est-ce que tu vas faire, Margot, ce que tu vas faire, corrigea Isa . Tu rentres avec nous Mat ? -Non, ce n'est pas un arbre qui va me faire faire demi tour. -Très bien. Mat mit un peu d’huile sur le feu. Il avait reprisses mauvais esprits. -Hé Margot, donne bien la main à maman Isabel. Marguerite le regarda méchamment. Mat ajouta: -Comme cela, vous y passerez en même temps s’il arrive quelque chose sur le retour. -Qu’est-ce qu’il peut arriver ? Dit-Marguerite en agrippant Isa. -Tu es venue avec inconscience, tu repartiras avec courage ! Professa faussement Léo. -C’est pas juste, se résigna Marguerite en suivant gentiment Isabel qui saluait ses compagnons. OOOO Mat,Yann, Léo et moi prenions la direction nord-est.Le vent brassait des nuages intermittents faisant varier les rayons du soleil sur notre chemin. Nous grimpions avec effort un talus couvert de feuilles vieillies par l’hiver quand un murmure lent et vaporeux nous troubla :« Qui es tu ? Qui es tu… » -Vous avez entendu ? Demandai-je. Léo répondit perdu : -Oui, quelque chose dit : « où est ton père ? » -Non, j’entends : « qui es-tu ? ».Yann qu’entends tu ? -J’entends : « mérites-tu d’être chevalier ? ». -Et toi Mat, qu’entends tu ? -Rien, dit-il froidement. Il poursuivit son chemin. Il entendait bien quelque chose mais, il n’était pas disposé à le partager. -C’est la forêt. Nous sommes entourés d’arbres aux pourquoi. Legrand chêne nous a laissé passer mais elle continue de se protéger,comprit Yann. -Elle se protège ? -Oui, Nell, la forêt se protège. Son moyen de défense est de troubler ses visiteurs pour qu’ils la quittent. Même si nous avons la permission de la traverser, elle garde une distance de protection avec nous pour que nous ne nous attardions pas. -À voir Mat, cela fonctionne plutôt bien ! Conclut Léo. Mat se retourna et lui envoya un regard funeste avant de reprendre son échappée. Le soleil commençait sa descente dans le ciel. Tous les arbres croisés, tous les talus franchis semblaient être identiques. Yann s'arrêtait de temps à autre pour lire la carte froissée. Je repensai à cette carte qu'il avait sortie d'un livre d'alchimie ! -Ce n'est pas pour dire : mais cela fait un petit moment que nous marchons et nous n'avons toujours pas vu le village, constata Léo. -Nous devrions arriver bientôt, répondit Yann, les yeux concentrés sur sa carte. -Quel âge a cette carte ? L'interpella Léo. -Elle est de 1237... -Elle a onze ans ! Tu nous promènes avec une carte qui a onze ans !Le village a pu être déplacé dix fois, rabroua le petit frère. -C'est la seule carte que j'ai trouvé. Je questionnai : -Pourquoi aurait-on déplacer le village ? -Parce les habitants sont des humains peut-être ! Cingla Mat. -Des humains d'Erèbe ensorcelés, ajouta Léo. Normalement, les êtres humains n'entrent pas ici. Les seigneurs les ont fait entrer pour les soigner, mais beaucoup n'apprécient pas leur présence, beaucoup n'aiment pas les hommes. Les éréals de Ten les craignent et rares sont ceux qui s'aventurent en Erèbe. La présence de ces hommes doit rester secrète. Certains pourraient leur vouloir du mal. -Et la conteuse ? Elle a parlé de ce village devant tous les habitants du château. -Les conteuses n'ont aucune notion de secret ! Cette histoire va leurs apporter des problèmes, dit Yann. -Et pourquoi as-tu sorti la carte d'un livre d'alchimie, Yann ? -Tu poses trop de question Nell ? Protégea Mat. -Mat a raison Nell : nous allons là bas pour voir la conteuse, paspour que tu m'interroges. J'ai pris cette carte pour nous permettrede trouver le village. Cette carte, tu ne l'as jamais vu, imposaYann. Ilavait ses secrets, et pour les protéger, il me présentait unepersonnalité déterminée et expéditive. Regardantson frère, Léo tenta de calmer la situation : -Et la curiosité étant un vilain défaut, ce village a sûrement étédéplacé plusieurs fois. -Pas sûr, regardez là bas, dit Mat. Entreles arbres, trônait une haute tour de guet. -Bien joué Mat. Je la vois notée sur ma carte, comme quoi, tu avaistort petit frère. Le village des coupés est bien resté au sein dela forêt des coupés. -Et bien, ce sont des inconscients. Je l'aurais déjà déplacé centfois, moi, ce village, bougonna Léo. -Apparemment, ils ont préféré le protéger que le déplacer,Remarqua Mat. Effectivement,en observant bien, plusieurs tours étaient dissimulées entre lesarbres. Au pied de ces tours, une clôture haute de deux mètres lesreliait et couturait la périphérie du village. -Comment allons nous faire pour entrer ? Demandai-je. -À ta place, je ne penserais pas à entrer. C'est trop protégé, meprévînt Mat. -Tu n'es pas à ma place ! Je suis venue voir la conteuse et je vaisla voir ! Je veux des réponses ! Yannstoppa la polémique : -Il y a une plateforme dans un arbre pas très loin de la clôture. Nous pourrions avoir un aperçu des lieux. -C’est un bon compromis entre ceux qui veulent entrer et ceux qui ne veulent pas, dit Léo avec un sourire acerbe. -Allons-y, engagea Mat en le fusillant du regard. Le petit commençait à agacer le grand et les yeux de Mat était plus souvent verts que bleus. Léo monta le premier poussé par son frère, Mat le suivant, Yann ensuite puis moi hissée par les deux grands. Nous étions assez loin des tours pour ne pas être remarqués et suffisamment près de la clôture pour observer le village. -Vous voyez quelque chose ? Chuchota Léo. Aux trois extrémités de la plateforme donnant vue sur le village, nous répondîmes en cœur : -Non. -Je suis sûr que j’avais raison. Ils ont déplacé le village, il n’y a rien ici, dit Léo. -Même les tours sont vides, ajouta Yann. -Il y a une église au milieu du village, nous sommes dimanche! Ils sont peut-être là-bas, remarqua Mat. -Bien, n’oublions pas que ce sont des catholiques, acquiesça Yann. -Moi, je reste persuadé qu’il n’y a personne, dit Léo. -Alors nous devrions rentrer. Nous sommes venu pour rien, profita Mat. -Non, attendons encore un peu, priai-je. -C’est ridicule, jugea Mat. -Attendons de voir s’ils sortent. -Nell, une heure, si personne ne sort d’ici une heure, nous partons,négocia Yann. -Pourquoi ai-je parlé d’église. J’aurais mieux fait de me taire,conclut Mat. -Il n’y a personne de toute façon, grommela Léo. -Vous étiez tous partants et face au premier obstacle vous abandonnez? Vous m’abandonnez ? Signai-je avec une moue. -Bien essayé Nell, une heure pas plus ! Insista Yann. -Et moi, je n’étais pas partant, précisa Mat. -Oui, toi, nous savons que tu rechignais à nous suivre. Cela jel’avais bien compris, dis-je. Une femme hurla. Ce cri strident et angoissant donna lieu a un mouvement de foule sortant de l’église. -Je savais bien qu’il y avait quelqu’un ! Dit Léo. -Léo, tais-toi, cela vaut mieux, lui dit Yann. Les coupés se précipitaient hors de l’église. Ils se retournaient de temps en temps comme si des démons les poursuivaient. Mais rien. Rien ne les poursuivaient. Cela semblait rester dans l’église. Si cela était réel. -Regardez ! Ils n’ont pas de pied, mais ils courent quand même,remarquai-je. -Ils courent sur des membres fantômes, comprit Léo. Matobserva autre chose : -Ils n’ont pas de main non plus, mais certains tiennent pourtant desbâtons, des chapeaux… -Leurs enfants ! S’atterra Yann. Mon Dieu, tout le village a été massacré. Ils n’ont épargné personne. -Qui n’a épargné personne ? Questionnai-je. Léo,qui était si rationnel me surpris. -Le diable ! Il n’y a que le diable pour avoir si peu de pitié. Yann présenta les faits : -C’est le résultat d’une inimitié entre seigneurs, dont l’un n’avait pas de limites. Mat se pencha et observa rapidement les alentours de notre perchoir. -Regardez, les chevaliers de Victor sont là. Ils se dirigent versl’église. -Je peux savoir ce que vous faites ici tous les quatre ? Demanda Thomas. Nous étions pris la main de le sac, ou les pieds en dehors du château.En tout cas, nous étions faits comme des rats. -Papa ! Répondirent en cœur Yann et Léo. Mat se contenta de baisser les yeux et moi d’une grimace circonspecte.Celle de la petite fille prise au dépourvu qui tente de trouver une issue raisonnable. Nous descendîmes de notre repère. Ses bras croisés, Thomas n’était pas très détendu. Après que nous ayons jugé la petite Margot,c’est lui qui allait nous juger. -Alors ? Interrogea Thomas. -Nous nous promenions, tentai-je. -Nell ! Bien ! Yann tu n’as pas mieux ? -Nous nous sommes perdus. -A deux heures de marche du château ? Vous êtes plus que perdus ! -Mat, Léo, une autre idée ? -Ce n’était pas mon idée, signifia Mat. -Très bien l’esprit d’équipe. Nous avançons dans les détails.De qui était-ce l’idée alors ? Léo, tu n’as pas encore parlé. -Les hommes sages savent se taire, quand ils estiment cela nécessaire. -Tu me couperas cinq arbres pour la forge. -C’est Nell. -Léo ! -Nell, bien. Je vous annonce que vous êtes tous les quatre punis et consignés à votre arrivée au château. Les trois garçons vous prenez les devant du retour et Nell, j’attends des explications. Les trois garçons s'éloignèrent. Je les écoutai se disputer. -Léo, tu es trop bête. Tu savais bien qu’il allait t’avoir.C’est pas la première fois bon sang ! -Mais Yann ! -Arrête de braire comme un agneau, on aurait pas dû t’emmener,dit-Mat. -Tu voulais même pas venir ! Rétorqua Léo. -Et alors ! Je suis là. Et j’ai pas bavé toute l’histoire. -J’ai pas bavé toute l’histoire, s’emporta Léo. -Mat, laisse le tranquille, il est petit, protégea Yann. -Je suis pas petit ! Gémit Léo. -D’accord, tu n’es pas petit. N’en parlons plus. Tu feras plus attention la prochaine fois ? Adoucit Yann. -Oui. -Très bien. Et Mat, tu as quand même mis mon père sur la piste,remarqua Yann. -Comment ça ? -Et le ce n’était pas mon idée ? -C’est la dernière fois que je rends service, se justifia Mat. -Tu n’avoues jamais tes erreurs, s’indigna Yann. -Pourquoi faire ? Provoqua Mat. -Pour avancer. -J’avance ! Sur mes deux pieds ! Thomas et moi suivions les garçons à quelques mètres de distance. -Alors Nell ? Pourquoi voulais-tu venir jusqu’ici ? Me questionna Thomas. -Je souhaitais voir la conteuse. -et ? -Je voulais qu’elle me dise qui je suis. Merlin ne veut pas me ledire alors j’ai décidé de me débrouiller toute seule. -Et d’emmener les trois garçons les plus stupides avec toi, dit-ilen insistant sur stupides pour qu’ils entendent bien. Matthieu se retourna pour me lancer son habituel regard noir. -Je vais avoir des ennuis ? Demandai-je. -Avec moi non, mise à part une punition. Avec Merlin, je pense. -Pourquoi n’ai-je pas le droit de savoir qui sont mes parents ? -Merlin veut sûrement te protéger. -Pourquoi ? -Rejoints tes camarades. -Mais ! -Rejoints tes camarades, Insista Thomas. -Ton père est comme Merlin, dis-je à Yann. -Pourquoi dis-tu ça ? -Il sait des choses et il ne veut rien me dire. -Si personne ne veut rien dire, c’est peut-être pour que personne ne sache ? Dit Léo. -Très profond Léo, rabaissa Mat. -Écoute, je trouverais une conteuse mais, en attendant, on arrête de se causer des ennuis, négocia Yann. -Enfin une bonne idée, conclut Mat. -De toute façon, connaissant mon père, notre punition va être très prenante, annonça Yann. -Ah ! Dis-je. -Merci Nell, dit Mat. -Merci Nell, dirent Léo et Yann. Léose retourna et regarda son père de façon perplexe. -Papa ? S’aventura Léo. -Oui. -Et toi ? Qu’est-ce que tu es venu faire ici ? Thomaséluda la question : -En tout cas je n’ai pas désobéi ! OOOO Deux heures plus tard, nous étions à la case départ : devant le château de Magimel. Thomas marchait avec Yann plus loin derrière nous. Quand Thomas nous avait surpris, Yann avait rapidement dissimulé la carte dans ses vêtements. Pour moi, il l'avait volé à son père. Isabel crayonnait au bord du lac. Nous voyant de retour, elle vînt à notre rencontre. -Qu’avez-vous trouvé, s’enquit elle. -Une punition ! Dit Mat. -Une punition ? Interrogea la belle. -Une grosse punition selon Yann, précisai-je. -Et la conteuse ? Demanda Isabel. -Nous ne l’avons même pas vu ! Thomas nous a surpris en plein espionnage du village, dis-je. -Thomas ? Il était là-bas ? -Oui et il nous a puni. -Comment ? -C’est une surprise qui nous attend au retour de Merlin, dis-je. -Il rentre demain, dit Isa. -Quoi ? -Thomas l'a prévenu de notre escapade. Merci papa, dit Léo. -Comment ? -Projection astrale ! C’est un peu compliqué ! Dit Léo. En tout cas, l’attente de ta punition ne va pas être longue et la notre non plus. Marguerite t'aura au moins sauvée d’une punition,ajouta-t-il à l’attention d’Isa. -Ma mère aurait fait une grosse crise. Thomas nous lança une remise à l’ordre : -Qu’est-ce que j’ai dit ? -Nous sommes consignés jusqu’à la sentence. Je monte dans ma chambre. À demain, dis-je. -À demain pour le verdict, dit Léo.
  23. Bonjour, Je souhaite ouvrir un magasin de jongle, glisse urbaine, équilibre, et magie sur la ville de Tours. Je monte actuellement un dossier auprès de la chambre des métiers et de l'artisanat d'Indre et Loire. J'ai besoin de faire une étude de marché qui inclue un questionnaire. Puis-je poser des sujets sur votre forum afin de mener à bien cette enquête? Je pense que les disciplines sportives que je veux proposer à la vente (jonglerie, équilibre, et glisse urbaine) ont réellement besoin d'être développées sur notre territoire et constituent de nouvelles activités très intéressantes pour nos institutions scolaires, de remise en forme et médicales (développement psychomoteurs). Des randonnées roller, skateboard, et monocycles existent dans d'autres régions et fonctionne très bien. voici le lien du questionnaire que je souhaite proposer: https://docs.google.com/spreadsheet/viewform?pli=1&formkey=dGZTNUVlMjAzMVRYNjVLVlotWUxfaXc6MQ#gid=0 J'insiste sur le fait qu'il ne s'agisse nullement de publicité. Je ne mentionnerai en aucun cas mon nom ou celui de ma future enseigne, je souhaite monter une étude de marché pour développer de nouvelles activités sportives(inexistante dans ma région). En vous remerciant de l'attention que vous aurez porté à mon message.
  24. Bon voila , j'ais 14 ans et j'aimerais apprendre la magie car je suis très intéresser par sa ... Si quelqu'un pourrait m'aider , me donner des conseils ou devenir mon mentor ! Merci d’être sérieux avec ce sujet ... J'aimerais apprendre la magie Élémentaire.