Aller au contenu

Rechercher dans la communauté: Affichage des résultats pour les étiquettes 'impôt'.



Plus d’options de recherche

  • Rechercher par étiquettes

    Merci de saisir les tags en les séparant par des virgules. Les tags permettent de retrouver rapidement un sujet. Indiquez les mots clefs important pour votre sujet.
  • Rechercher par auteur

Type du contenu


Forums

  • Membres
    • Bienvenue
    • Trombinoscope
    • Près de chez vous
    • Célébrations
  • Actu et Débats
    • France
    • International
    • Société
    • Politique
    • Environnement
    • Economie
    • Sciences
    • Religion et Culte
    • People
    • Insolites
    • Actualités - Divers
  • Quotidien
    • Quotidien
    • Emploi
    • Amour et Séduction
    • Sexualité
    • Education et Famille
    • Santé
    • Etudes
    • Droits
    • Beauté - Mode
    • Animaux
    • Adozone
    • Aide aux devoirs
    • Inclassables
  • Culture
    • Cinéma
    • Arts et Artistes
    • Photographie
    • Philosophie
    • Musiques
    • Littérature
    • Histoire
    • Mangas
    • Théâtre
    • Langue française
  • Loisirs
    • Cuisine
    • Télévision
    • Séries
    • Chasse & Pêche
    • Voyages
    • Animés et Mangas
    • Auto - Moto
    • Jardinage
    • Bricolage et Déco
    • Esotérisme & Paranormal
    • Autres Loisirs
  • Informatique
    • Tutoriels
    • Hardware
    • Windows
    • Linux & Unix
    • Apple
    • Mobiles
    • Internet
    • Informatique - Divers
  • Jeux Vidéo
    • Central Jeux Vidéo
    • Jeux Online
    • PC
    • Xbox
    • PS3 / PS4
    • PSP / PS Vita
    • Wii / Switch
    • DS / 3DS
    • Jeux Mobile
    • Rétrogaming
  • Sports
    • Central Sports
    • Football
    • Rugby
    • Tennis
    • Basket
    • Sports Auto Moto
    • Sports de combat
    • Hand - Volley
    • Sports Extrêmes
    • Sports - Divers
  • ForumFr
    • Annonces
    • Aide et Suggestions
    • Recrutement
  • Sujets de Test Club
  • Deuxième forum de Test Club

Blogs

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Il n’y a aucun résultat à afficher.

Calendriers

  • Community Calendar
  • Évènements de Test Club

Catégories

  • Actualité
  • Humour
  • Cinéma
  • Sports
  • Musique
  • Divers
  • Vidéos de Test Club

Groupe de marqueurs

  • Membres

Catégories

  • Actualité
  • Cinéma
  • Sports
  • Musique
  • Jeux vidéo
  • Langue Française
  • Histoire
  • People
  • Divers

Rechercher les résultats dans…

Rechercher les résultats qui…


Date de création

  • Début

    Fin


Dernière mise à jour

  • Début

    Fin


Filtrer par nombre de…

Inscription

  • Début

    Fin


Groupe


Facebook


Twitter


Google+


Jabber


Skype


Website URL


Lieu


Intérêts

28 résultats trouvés

  1. Un copain projette de monter sa petite affaire en Allemagne et il se donne un an pour s'y préparer, peaufiner son allemand. Je l'ai déjà un peu renseigné sur le peu que j'en sais, et c'est au sujet des impôts sur les religions (à moins que ça ait changé depuis ?) Là-bas cela ne fonctionne pas comme ici : les lieux de cultes sont entretenus avec l'argent des contribuables concernés, autrement dit les catholiques paient un impôt qui va aller vers les églises, cathédrales, chapelles... leur entretien général, les protestants vont payer des impôts au bénéfice des temples, et ainsi de suite. Et lui justement, bien que non croyant il a été baptisé quand il était petit. Le problème c'est qu'il n'a aucune trace, aucun document pour entamer des démarches afin de se faire débaptiser. Il sait juste que son baptême a eu lieu au Havre en 1969. Il ne sait pas dans quelle église, par quel prêtre, à quelle date et n'a plus aucun parent pour le renseigner là-dessus. En plus il était petit, il avait rien demandé. Si on avait attendu qu'il soit en âge de choisir il aurait choisi de ne pas se faire baptiser. Est-il possible de se faire débaptiser ? A qui faut-il s'adresser, que faut-il faire ? Merci d'avance à ceux qui répondront.
  2. unjour

    Impôts : Bonne nouvelle

    Ce matin, j'ai reçu une lettre des Finances Publiques disant que mes impôts vont baisser à compter de ce mois-ci. La vie est belle.
  3. Domino49

    Imposition sans seuil

    Suite à de nombreuses récriminations de tous bords contre le système actuel, une proposition évidemment à discuter. Le principe est de dissocier l'utilisation des revenus nets perçus en : une partie vitale, évaluée au seuil de pauvreté à 50% du revenu médian, qui me semble le plus proche reflet de l'économie du pays. le reste que chaque Français partagera donc en une partie pour les impôts, et une partie en libre disposition (dépenses, épargne, solidarité, etc...). Ma proposition de taux d'imposition à 45% est évidemment facile à fixer chaque année selon les besoins étudiés dans le projet de budget du pays. Elle suscitera peut-être d'autres idées plus astucieuses ? Voter pour Partager Signaler
  4. De la taxe d’habitation à la disparition de l’ISF en passant par la hausse de la CSG, tour d’horizon des mesures fiscales qui attendent les Français l’année prochaine. http://www.sudouest.fr/2017/12/29/impots-tout-ce-qui-va-changer-en-2018-4071846-705.php Ps /Les trollers et autres dilettantes de la doxa comme Pinocchio , abbé résina, anatole et autres acteurs de la comédie d'el Arte sont expressément invités de participer au débat. Ca permettra d'animer la conversation...Merci !
  5. albert8

    succession

    Bonjour, voici mon histoire. Nous sommes 2 personnes en indivision sur un héritage composé d'appartements dans un immeuble. Je suis également propriétaire d'autres appartement dans ce même immeuble. Les appartements de l'indivision ont été mis en gestion sur décision du tribunal depuis de nombreuses années. Un administrateur judiciaire gère les appartements de l'indivision, mais n'a pas réglé l'impôt sur le revenus dû pour les appartements qu'il gère. Ceci depuis son arrivée sur décision du tribunal. J'ai donc payé cet impôt mais pour l'ensemble de l'indivision. Aujourd'hui je demande un remboursement de ce trop payé auprès de l'administrateur : en vain. Voyez vous une solution à mon problème ? merci
  6. Dan229

    Intérêts moratoires

    Bonjour j'ai obtenu un dégrèvement de mes impôts sur le revenu de 2015 pour avoir élevé un enfant plus de cinq ans seul. Puis-je prétendre à des intérêts moratoires ?
  7. L'ISF sera-t-il transformé ou supprimé ? Mardi 01 mars - 16:09 On mettra sur la table deux scénarios", a déclaré ce matin le ministre du Budget, François Baroin. "Nous avons un rendez-vous jeudi qui est très important (...) On mettra sur la table deux scénarios", a déclaré ce matin le ministre du Budget, François Baroin, sur France 2 à propos du colloque intitulé "Fiscalité et patrimoine, convergence européenne", qui se tiendra au ministère de l'Economie. "Les deux scénarios porteront sur la suppression du bouclier fiscal et l'un des deux scénarios ira plus loin dans la réforme de l'ISF, peut-être jusqu'à sa suppression. Un autre ira vers sa transformation en profondeur", a-t-il précisé, sans plus de détails. "Ce sera jeudi, encore un peu de patience". Suite de l'article... Source: boursier.com
  8. Non, je n'ai pas viré à droite, encore moins pour les causes perdues. Bien que... découvrant petit à petit la vraie idéologie libérale, et que le célèbre "marché libre" est un marché où les acheteurs ont autant de pouvoir que les vendeurs, les travailleurs que les employeurs, et que le rôle de l'état se "restreint" à préserver cet équilibre... Je commence à me demander si je ne suis pas en fait de droite... que Mélanchon aurait en fait raison, et serait en réalité plus libéral que les prétendus "libéraux", ces derniers se retrouvant plus aristocrates que libéraux, puisqu'ils veulent surtout vendre la France au service des grands groupes (et de leur dirigeant) plutôt que de donner à l'état la force de les détruire pour obtenir un vrai marché libre et puissant... Mais passons cette digression pour le vrai sujet : J'ai reçu une sorte de chaîne par mail visant à défendre le bouclier fiscal, et pour une fois, ayant trouvé l'argumentaire assez intéressant, j'ai pris la peine de répondre. Et comme je manque de modestie et que j'ai bien aimé ma réponse, je poste ici l'ensemble pour faire partager à tout le monde, quel que soit son bord politique ces idées. :-) En premier le mail que j'ai reçu : Et ma réponse : Une réponse toute simple à faire : ^^ Ce que met en exergue cette histoire, ça n'est pas l'imposition sur le revenu, qui était un consensus de départ visiblement accepté par tous volontairement, mais seulement l'histoire du "remboursement" qui a créé le problème. Pour ces buveurs de bière, je conseille donc le principe d'enlever les 20€ du total AVANT l'addition, et de refaire leur calculs de ce que chacun paye sur la base qu'ils avaient choisis, ça n'en sera que plus simple pour tout le monde. C'est pour cette raison que, jusqu'à récemment, les déductions d'impôts se faisaient avant de payer son chèque au trésor. Et le trésor rechignait à verser quoi que ce soit, si ce n'est pour corriger des erreurs légitime, et non pas pour procéder à un remboursement institutionnalisé après avoir payé… Qui complique inutilement la donne. Cette histoire montre clairement que ce qui crée la division, et ce qui nuit au pauvre comme au riche, c'est avant tout le fait de ne plus voir clairement qui paye quoi. Plus qu'un principe d'imposition à proprement parler. PS : Notons au passage que la division n'en sera que plus forte si le-dit barman décide de la créer lui même… Par exemple en faisant porter sa réduction non pas sur le total de l'addition, également répartie selon le principe d'imposition consensuel préétablis comme cela est proposé dans l'histoire. Et de rembourser chacun, non pas en pourcentage de ce qu'il paye, mais en pourcentage de ce qu'il gagne… C'est une petite subtilité au demeurant, j'en conviens, mais qui change grandement les choses. Car, sans avoir à faire de calcul compliqués, je gage que si le gouvernement décidait de faire une réduction de 20% sur l'addition de chacun (donc sur ce qu'il paye), ça ne créerai certainement pas autant de sentiment d'injustice et de division qu'une mesure qui ne s'applique qu'à quelques uns. Soyons clair, ce système de remboursement institutionnalise une division. Je pense que c'est ce genre de "subtilités" qui créent une impression grandissante de "combine", "d'arnaque", de "mensonge permanent"… de "prendre les gens pour des cons"… Donc de perte de confiance, qui se manifeste en cette division et se montage des uns contre les autres pour ceux qui sont dupe... ainsi qu'une perte de popularité de certains car peu le sont totalement. Je pense aussi qu'un barman responsable, même si ses intentions étaient bonne, se sentirait un brin coupable d'une telle division si elle parvenait. Bien qu'on puisse considérer qu'il ne s'agit pas du travail d'un barman de répartir les additions des participants. Il en serait autrement de quelqu'un dont c'est précisément le travail. Je pense qu'un président véritablement sincère et honnête considérant que personne ne devrait payer plus que la moitié de ce qu'il gagne aurait plutôt modifié les tranches d'imposition pour qu'elles ne dépassent pas 50% du revenu… Puis au passage fait un impôt identique sur TOUS les revenus, capital comme travail, pour être sûr que ce 50% soit réellement effectif si c'était là sa volonté. On pourrait se demander pourquoi ça n'a pas été fait ainsi... Il y a là aussi une petite "subtilité / arnaque" supplémentaire sur le fait de rembourser des impôts non payé que je ne développerai pas, pour ne pas allonger ce message déjà assez long :-) Reste que là aussi, il est facile de deviner à quelle tranche ça profite… pas celle qui paye des impôts sur le revenu. Au delà du choix politique de droite ou de gauche, on peut se demander ce qu'il en est de l'honnêteté et de la sois disante fermeté, ou le la lâcheté de quelqu'un qui passe par de telle combines et astuces. Plutôt que de défendre clairement et sincèrement sa position, ses projets, son idéologie, de les exposer et de les défendre clairement plutôt que de façon aussi tordues au point de rendre honteuse une proposition qui pourrait se défendre idéologiquement. (même si je ne la partage pas au demeurant) Ce à quoi j'ajoute pour ce forum que je pense que Sarkosy, malgré l'image qu'il cherche à donner, n'est pas quelqu'un avec une personnalité vraiment forte et capable de donner du poing sur la table, mais plus un formidable opportuniste capable de bien jouer de son image, mais qui n'a vraiment servit ni les riches, ni la droite en fin de compte.
  9. Hello tout le monde... Dans salut les terriens, hier, il y a eu un débat sur l'intention de Macron de faire rester les riches, que les autres reviennent et même imaginer en faire venir de nouveaux... Pour se faire, il faudrait leur proposer des avantages... Bonne ou mauvaise idée ? Essayons de ne pas tomber dans le débat des jaloux de pauvres contre ces salops de riches... PLEASE !
  10. shyiro

    Déclaration des revenus

    On a seulement environ 1 mois pour declarer nos revenus annuel. Que font ceux qui voyagent à l'etranger en cette periode ? Majoration inevitable ?
  11. Bon je lance mon premier sujet ... j'ai besoin de votre aide ! Je suis perdue pour ma première déclaration d'impôt, j'ai 20 ans et j'ai commencé à travailler en 2011. Je vis encore chez ma mère. C'est sommaire, mais si vous avez des infos à me donner pour la première déclaration ça serait sympa :)
  12. La taxation des œuvres d'art : à peine évoquée, déjà enterrée 21/10/12 Le projet d’intégrer les œuvres d’art de plus de 50 000 euros dans le calcul de l’impôt sur la fortune (ISF) n’a pas eu la vie longue : face à la fronde des musées, le gouvernement s’est désolidarisé de la proposition de loi. Lire la suite de l'article Source: France 24
  13. Allemagne : Les prostituées, des vaches à lait en temps de crise Mercredi 10 Août - 18:59 En Rhénanie du Nord, la ville de Dortmund, évidemment dotée d’un quartier rouge, s’est illustrée, fin 2010, en décidant la création d’une taxe quotidienne payable par les personnes prostituées. Elle emboîte ainsi le pas à la ville de Cologne qui avait pris cette disposition parfaitement cynique en 2004. Les caisses sont vides : plus de 130 millions d’euros de déficit. La ville de Dortdmund, en panne d’inspiration, a donc une idée de génie : les personnes prostituées seront désormais tenues de financer un pass de 8 euros par jour pour faire le trottoir. Dans l’esprit des autorités de Dortmund, un tel privilège se paye, apparemment. Le porte parole de la ville a expliqué à l’agence Reuters que la cité avait considéré plusieurs possibilités de taxation avant d’élire celle-ci. On comprend l’audace d’un tel choix ! Avec des personnes prostituées, la municipalité ne craint ni grèves ni manifestations. Le plus souvent étranglée par les dettes, par les violences, voilà au moins une catégorie qui ne se rebellera pas. Taxer les victimes, c’est commode et sans risque : elles n’ont qu’à se taire et à payer. Suite de l'article... Source: Prostitution et Société
  14. Montbélliard : L'homme qui voulait à tout prix payer ses impôts 26/05/13 Contribuable lambda, Bernard souhaite payer ses impôts comme tout le monde. Problème : cet ancien de chez PSA Sochauxest considéré comme non imposable alors même qu'il touche une retraite. Une situation qui l'indispose et l'oblige chaque année à se démener avec l'administration fiscale. Lire la suite de l'article Source: Metro Sacré Bernard...
  15. L'Italie, premier pays d'Europe à voter une «taxe Google» 25/12/13 Cette mesure doit forcer les géants du Web à payer davantage d'impôts à l'État italien. Lire la suite de l'article Source: Le Figaro Le projet français avait lui été amorcé en 2010 puis avorté en 2011 => http://www.forumfr.com/sujet340860-la-france-veut-mettre-en-place-une-taxe-google.html
  16. Les classes moyennes sont-elles matraquées par l’impôt ? Que sait-on véritablement des coûts et des bénéfices de la redistribution pour les classes moyennes ? Deux études récentes montrent qu’elles sont certes fortement imposées, mais comme la grande majorité de la population – y compris les bas salaires. Les vrais enjeux sont ailleurs, dans la situation privilégiée des 1 % les plus riches et dans l’évolution future des dépenses publiques... Lire l'article d'Antone Bozio sur laviedesidees.fr Antoine Bozio est directeur de l’Institut des politiques publiques (IPP), chercheur associé à l’École d’Economie de Paris et Research fellow à l’Institute for Fiscal Studies (IFS).
  17. Le secret bancaire qui caractérise les paradis fiscaux n'est pas utile qu'aux riches individus ou grandes entreprises, désireux d'échapper à la contribution que représente l'impôt. Leur opacité permet en effet aussi de protéger, à la faveur de quelques montages financiers, les opérations les plus criminelles, dont le trafic de minerais et d'armes, barbouzeries en tout genre, financement souterrain de mouvements armés... autant de "petites astuces" dont raffolent les piliers de la Françafrique, en particulier le services secrets et les entreprises. Sans oublier le boulevard que ces places offshore ouvrent à la corruption dans les hautes sphères, en France comme partout ailleurs. Tout un aspect de leur nocivité que les autorités "oublient" malencontreusement lorsqu'elles prétendent lutter contre les paradis fiscaux en confiant une hypothétique fonction de régulation à des administrations fiscales par ailleurs dépourvues de moyens. Des havres de criminalités que les accords de coopération fiscal promis par l'OCDE et ses pays membres protègent donc pleinement, en préservant de fait le secret bancaire. Le 25 et 26 octobre, le Forum mondial sur la transparence et l'échange de renseignements fiscaux, hébergé par l'OCDE, a fait un point d'étape, à l'approche du G20 de Cannes. Comment expliquer qu'après trois ans de lutte proclamée contre les paradis fiscaux, il ne soit toujours pas possible de connaître le montant des recettes fiscales recouvrées ou le nombre de fois où les paradis fiscaux ont bien voulu transmettre des informations aux États qui les leur demandaient ? Les standards de coopération fiscale qui ont été retenus, sous l'égide de l'OCDE, ne sont certainement pas les plus efficaces. Les nouveaux traités, au modèle "d'échange à la demande", obligent les États lésés à prouver le soupçon de fraude fiscale, pour obtenir de l'information, à la différence du modèle d'échange de renseignements fiscaux automatique expérimenté au sen de l'Union européenne sur les produits de l'épargne. Une série de contraintes longues et coûteuses, voire impossibles à respecter, quand il faut retrouver l'identité du fraudeur qui cache ses fonds sur un compte anonyme ou dans un trust. Sans compter que le paradis fiscal pourra toujours juger la demande insuffisamment étayée. La mise en œuvre de nouveaux traités et la pertinence de ces standards sont surveillés par un long processus technique et diplomatique d'évaluation mutuelle entre États. Il se distingue par son manque de lisibilité pour les non-spécialistes : ni notation ou classement des États, ni chiffres concrets sur les demandes de renseignements fiscaux accordées par les paradis fiscaux. Billets d'Afrique et d'ailleurs, N°207, p. 10
  18. Bonjour a tous!!! Trop c'est trop! Mr zarkozy ne cesse de faire des déplacement présidentiel qui ne sont en fait que des missions préelectorales et qui est'ce qui paie pour lui mais aussi pour ces ministres ,? C'est nous tous contribuable !!! alors que nous nous seron la ceinture ces Messieur gaspillent ! Pour infos: un déplacement cout environ 95000 euro,et mobilise une masse de personnel de gendarmerie et autre service de sécurité qui aurait bien mieux a faire, quand on voit les trafics, vol et autre chose qui accable notre population! de plus la décision de mettre un radar pedagogique avant chaque radar représsif va nous couter des millons d'euro, entre le demontage des panneaux que nous avons payer, de l'achat des ces radars pédagogique et du cout leur mise en place, alors qu'il aurait été beaucoup plus simple et éfficace d'obliger les contructeur a installer des limitateur de vitesse sur tous leurs véhicule !!! Autre dépense inutile, Mr sarkozi c'est commander un avion présidentiel, alors qu'il y en avait un en parfait 'état et que il pouvais en requisitionner un dans nos compagnies aérienne ou auprés de nos armés ce qui n'aurai gréver nos impot de quelques millons d'euro supplémentaire! Et puis tous ces commissions pour tous et pour rien ou chaque intervenant palpe de subside non négligeable ( certaine de ces commissions ne ce reunisse que une a deux fois par an seule pour justifier les paie versées et non aucune raison d'être) Les frais de l'etat on exploser ces 4 derniéres années, (augementation des rémunérations du gouvernement, dépense de complaisance (75000 euro de moquette pour refaire un salon de l'élysée) un gaspillage de nos impots ou tous les actions sont pas faite pour le bien de la population mais dans le seul but de ce faire réélir au prochaine election sans oublier de s'enrichir ainsi que les petit copain au passage! franchement c'est le ras le bol, nous en bas on peine a vivre et eux en haut nous méprise! Comme aurait pu dire coluche en parlant de sarkozi: Mr sarkozi il est pour le partage des richesse si ! si ! il nous prend le peu que lon a et il le redistribue a ceux qui n'en non pas besoin !!! Pardonner mon orthographe svp, et commenter et argumenter ce sujet MERCI !!!
  19. De quel changement ils parlent ces politiques? Un nouvel impôt par jour? une petite taxe supplementaire? Un déremboursement nouveau? Un petits emprunt suplémentaire? Ils ont l'air heureux ces politiques.
  20. Je demande conseil ici puisque je me trouve dans une drôle de situation et je stresse terriblement; je vais tenter d'être clair, mais accrochez-vous, c'est assez complexe; voilà, dans l'ordre: j'étais enseignant jusqu'en aout 2011; j ai démissionné pour monter ma propre boîte et profiter d'une Indemnité de Départ Volontaire (IDV); la 1ere partie de cette IDV m'a été versé en janvier 2012; je me suis inscrit au RSA puisque je n'avais aucun revenu de septembre à décembre 2011, ce que j ai déclaré; j'ai bénéficié du RSA (je signale que le rsa a été informé du montant de ma prime, je suis tout sauf un fraudeur); vous me suivez jusque là? si oui, je continue: la 2ème partie de mon IDV me sera versé à la fin de mon 1er exercice (soit un an après la création de ma boîte) à la condition impérative que je fournisse au rectorat une déclaration d'impot 2011 stipulant que j'ai bien gagné quelque chose avec ma boîte (et donc qu'elle n'est pas fictive); or, comme j'ai ramé pendant les 3 premiers mois, si je déclarais 0 euros de chiffre d'affaire aux impots, avec ma déclaration nulle envoyée au rectorat, adieu la seconde partie de l'IDV (15000euros quand même!); donc, gros malin, je me suis dit que j'allais déclarer pour 2011 tous les revenus de ma boite de sa création jusqu'à maintenant (ma boite a décollé en janvier,avec cette fameuse IDV) pour toucher la 2ème moitié de ma prime; mais voilà, du coup, si la CAF regarde ma déclaration d'impot, elle va voir un montant que je n'ai pas déclaré quand j ai fait ma demande de rsa en décembre 2011 (vu que j'étais vraiment fauché comme les blés en attendant ma prime); que dois-je faire?????si j'explique à la caf que j ai déclaré des revenus aux impots pour 2011 alors que j'étais sans revenu, ils vont me prendre pour un fou! Si je me tais, ils vont me tomber dessus puisque ma déclaration d impot et ma déclaration trimestrielle caf ne correspondent pas;Qu'est-ce que je risque? que dois-je faire???Adresser un courrier à ma caf en leur disant "oups, j'ai oublié de vous déclarer ça en décembre dernier? Leur parler de mon ptit traficotage pour toucher ma deuxième partie d'IDV? Je sais, c'est un peu compliqué, mais j ai tenté d'être le plus explicite possible; MILLE MERCI POUR VOS PRECIEUX CONSEILS!
  21. Réforme du Quotient familial de l’Impôt sur le Revenu : F. Hollande a-t-il raison ? 14/10/12 Depuis quelques heures, le débat entre les différentes classes politiques et citoyens français sont alimentées par la proposition de François Hollande (Candidat PS à l’élection présidentielle 2012), de moduler le quotient familial. Plus encore, la Direction Général du Trésor propose dans ce sens, de le réformer... Lire la suite de l'article Source: http://debats.actualite-francaise.com
  22. Les notions de Bien et de Mal ont une dimension problématique, éventuellement oppressante. Je pense qu'il est utile de résoudre cette question afin d'aboutir à une morale plus libre. On associe le bien et le mal à des comportements, des actions. C'est-à-dire qu'on considère que telle action est bonne et telle action est mauvaise. Mais il n'y a aucune raison a priori de décréter qu'une action est bonne ou mauvaise. Parfois, c'est une forme d'évidence. Tuer est une action négative. Parfois, cela l'est moins. Voler, est-ce une action négative ? Les impôts sont une forme de vol institutionnalisé, et ils peuvent se justifier dans certaines mesures. Les riches se prennent pour une ethnie à qui on prendrait injustement de l'argent par discrimination. Mais l'impôt ne les vise pas pour leurs gènes, leur religion ou leur athéisme. Il s'agit de l'application d'une règle en fonction des revenus et du patrimoine. D'un autre côté, voler un pauvre, qui n'a déjà pas de quoi se nourrir, voilà de façon évidente une action négative. L'évidence dont nous parlons vient de la conséquence des actions. Tuer est une action négative parce que cela entraine la mort d'une personne, la souffrance des proches etc. Voler un pauvre est une action négative parce que cela fait qu'il est encore plus démunis, dans la faim, la peur etc. Autrement dit, les êtres humains ont une valeur, et leur souffrance est à éviter. Mais si une action a plusieurs conséquences différentes, est-elle positive ou négative ? Il semble qu'il faille composer. Si l'action a plus de conséquences positives que de conséquences négatives, on est tenté de considérer l'action comme bonne, et si l'action a autant de conséquences positives que négatives, on est tenté de la considérer comme neutre. Par exemple, si un homme offre un cadeau à une femme ayant un mari jaloux, il n'est pas évident que la joie de la femme de recevoir le cadeau soit plus importante que la souffrance que son mari lui fera subir, ou bien fera subir à l'homme généreux. On voit que dans certains cas, la générosité n'est pas une action positive. De façon encore plus paradoxale, considérons un terroriste qui menace de tuer 100 personnes, et que la seule façon de l'arrêter soit de le tuer, ou de le blesser gravement, par exemple par un sniper. Si on ne le tue pas, 100 personnes meurent. Si on le tue avant qu'il mette sa menace à exécution, 1 seule personne meurt. Si on le tue après, 101 personnes meurent. Dans ce cas-là, l'action "la moins pire" est de tuer le terroriste avant son forfait. Ce n'est pas vraiment une action positive, mais comparativement à ne rien faire, cela fait +99 vies. Ainsi, une action a priori très négative, peut selon le contexte avoir des conséquences positives ou, dans le cas évoqué, empêcher des conséquences négatives. Une action n'est donc pas bonne ou mauvaise dans l'absolu. Cela dépend du contexte. Ensuite, il y a des représentations associées à la notion de Bien et de Mal. Par exemple, dans une perspective religieuse, l'action négative val être associé au Diable et à une supposé empire du mal qui existerait en Enfer. C'est-à-dire qu'on suppose une unité du Mal, que tous les gens qui font des actions négatives agissent ensemble, de façon concertée, et dirigée depuis un arrière-monde. Or, exception fait des associations de malfaiteurs, il n'y a pas d'unité entre deux voleurs qui ne se connaissent pas. Si elle existait, ils pourraient faire des vols plus élaborés, et dans le même temps, seraient plus repérables. D'autre part, aucune interaction avec un autre monde n'a été constatée, donc l'hypothèse de arrière-monde semble erronée. De façon semblable, les gens qui font du bien ne se concertent pas, à l'exception des associations caritatives ou bien d'autres associations qui font du bien à eux-mêmes, cela compte aussi dans le positif. Tout comme il n'y a pas d'arrière-monde pour le Mal, il n'y a pas non plus d'arrière-monde pour le Bien. A l'époque où la religion chrétienne régnait en occident, les rois étaient considérés comme représentant de Dieu, et donc tout empire, quoi qu'il fasse, était considéré comme un prolongement de l'empire du Bien. Pourtant, on a constaté les nombreuses actions négatives commises par les empires, y compris au nom de la religion, ne serait-ce que la persécution des gens qui avait un avis légèrement différent que le dogme. Pas besoin d'entendre un dieu nous dire quoi faire pour effectuer une bonne action, il suffit de considérer par nous-mêmes que l'action est souhaitable et qu'on est prêt à prendre le temps de la faire. D'où l'utilité de déterminer ce qu'est une bonne action et ce qu'est une mauvaise action. Nous avons vu plus haut qu'une action est évaluée par ses conséquences positives et négatives, et donc que les actions sont plus ou moins positives, plus ou moins neutres, plus ou moins négatives, plus ou moins entremêlées de positif et de négatif. On ne peut donc pas coller une étiquette Bien ou une étiquette Mal sur la plupart des actions sous prétexte qu'elle appartient à une liste d'actions considérées comme bonnes et une liste d'actions considérées comme mauvaises. Par contre, on peut mettre une étiquette avec une évaluation de l'action en fonction de ses conséquences : plutôt bonne, plutôt mauvaise, plutôt neutre, très bonne, très mauvaise. Cependant, même cela n'est pas toujours possible, parce que certaines actions sont souhaitables, même si elles ont des conséquences négatives, parce qu'elles empêchent des conséquences négatives plus importantes. Au-delà des conséquences positives ou négatives se pose donc la question du choix. En effet, si plusieurs choix sont possibles, c'est en comparant le résultat des différentes actions qu'on détermine quel est le meilleur choix. Se pose alors la question de la connaissance. Si on ne connait pas la meilleur option, comment pourrait-on juger de l'action de quelqu'un ? Et si l'action est déterminée inconsciemment, comment pourrait-on juger d'un choix ?
  23. Quand on parle de limiter le capital, la plupart des gens réagissent de façon défensive, comme si cela signifiait qu'on allait leur limiter ce qu'ils possèdent voire leur interdire de posséder quoi que ce soit. La limitation du capital fait penser à la peur conditionnée du communisme, aucune nuance étant possible entre la limitation et l'interdiction totale. Parler de l'augmentation des impôts des riches fait un effet semblable. Peut-être qu'inconsciemment les gens pensent que cela va se retourner contre eux, parce que les gouvernements utilisent des rhétoriques qui ont l'air sympathique et qui en fait servent à masquer des augmentations de taxes qui concernent les pauvres. Comment parler alors de l'augmentation des impôts ? Augmentation des impôts des riches ? On entend déjà les "pauvres" riches se plaindre qu'on les vise et qu'on s'acharne sur eux. L'augmentation des impôts des riches et la baisse des impôts des pauvres, la création monétaire sans passer par les banques privées c'est-à-dire l'emprunt direct à la banque centrale plutôt que sur les marchés financiers, une lutte réelle contre les paradis fiscaux (pour avoir le paradis pour tous au lieu de quelques uns), voilà les trois axes de la récupération de l'argent pour le remettre où il faut, à savoir dans l’État providence. Mais comment parler des impôts sereinement ?
  24. ETA renonce à “l'impôt révolutionnaire” 29 avril 2011 [DESC][/DESC] ETA informe les entrepreneurs de l'annulation de 'l´impôt révolutionnaire'": sous cette formulation neutre, le quotidien Gara, proche de la gauche indépendantiste basque, annonce la fin du racket exercé depuis des années par ETA envers les entrepreneurs basques, sous peine d'enlèvement ou d'assassinat. Le groupe terroriste l'a annoncé le 28 avril dans une lettre adressée aux organisations patronales basques et de Navarre. Dans son éditorial, Gara salue "une grande décision pour un meilleur investissement", et "un nouvel exemple de volonté évidente" d'ETA de mettre un terme au "cycle armé de la politique basque". Le contexte, non explicité, est l'approche des élections municipales du 22 mai, où les indépendantistes veulent se présenter sous l'étiquette Bildu, une coalition dont les candidats doivent encore être autorisés par la justice. [ Lire la suite de l'Article.. ] Source: Presseurop
  25. Des affaires qui marchent Chaque année, sans compter les subventions exceptionnelles pour propagandes en tout genre, environ 580 000 euros sont tirés de la poche du contribuable pour financer SOS Racisme ; soit 64% des recettes de l’association, contre 18 669 euros pour les adhésions qui ne représentent que 2% des recettes. Autant dire que cette association communautaire, qui est une machine de guerre politique, ne fonctionne que grâce aux Français et à leur contribution forcée. En 30 ans, SOS Racisme a rarement pris partie dans les cas de racisme anti-blanc, , son président Dominique Sopo considère d'ailleurs ce racisme comme une notion forgée par le FN.Cependant le racisme anti-blanc est une réalité, et en France malgré le bataillon d'associations antiracistes, personne n'a jamais été condamné pour cette forme de racisme. « J’adhérerai à SOS-racisme quand ils mettront un S à racisme. (...) À SOS-Machin, ils ne fustigent que le Berrichon de base ou le Parisien-baguette. C’est sectaire. » Pierre Desproges. « Pendant vingt ans, l'antiracisme, Sopo le reconnaît lui-même, a régné en maître sur nos esprits. Alors, faisons son bilan. Le multiculturalisme qui remplace l'assimilation ; l'ethnicisation des questions sociales plutôt que la lutte des classes ; la déconstruction du roman national remplacé par la concurrence victimaire ; la haine institutionnalisée de la France autour de la figure totémique de Dupont Lajoie.(...) L'antiracisme fut le rideau de fumée qui occulta la soumission socialiste aux forces libérales. » Éric Zemmour. L'historien Max Gallo critique le choix de la main jaune comme logo « Il y a eu Vichy et l’étoile jaune ? On créa de toutes pièces, d'en haut, parmi les idéologues qui savaient ce qu'ils faisaient, la petite main jaune de SOS Racisme, pour faire comprendre que les citoyens de souche récente étaient en somme les Juifs d'aujourd'hui. (...) De l’étoile jaune à la petite main jaune de SOS Racisme, on créait la première de ces confusions historiques qui allaient empoisonner les débats français » « La persécution, le fanatisme contemporain ont une prédilection pour les atours de la lutte contre la discrimination et contre l'exclusion. On ne porte plus la croix gammée, on la colle sur ceux qu'on veut abattre. » Finkielkraut. L’association SOS Racisme censée être apolitique s’est vite retrouvée être une machine de guerre médiatique pour le compte des socialistes, une sauterie pour tout le showbiz bien-pensant ; entre manipulations, magouilles et propagande...
×