Aller au contenu

Qu'est ce qui a déclenché la révolution française ?

Noter ce sujet


Messages recommandés

Annonces
Maintenant
Membre Posté(e)
Répy Membre 18 552 messages
scientifique‚
Posté(e)

Le facteur déclenchant la révolution française de 1789 cest la disette et le prix élevé du pain.

En effet depuis l'été 1783 et les éruptions volcaniques en islande, il y a eu une série de mauvaises récoltes qui ont fait que d'une année sur l'autre il n'y avait plus de stock de blé avec lequel on faisait le pain, aliment de base de l'alimentation de l'époque.

Il faut ajouter deux étés et printemps secs de 1788 et 1789 et l'hiver très froid de 1788-1789. Les prix alimentaires dan sles ville ont atteint des sommets. Et "ventre affamé n'a pas d'oreilles", le peuple était sour à tous les messages de modération.

 

  • Like 4
  • Merci 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • Kira a modifié le titre en Qu'est ce qui a déclenché la révolution française ?
Membre 75ans Posté(e)
Talon 1 Membre 17 639 messages
Talon 1‚ 75ans
Posté(e)

"Ce ne sont pas les pauvres qui sont dangereux, ce sont les humiliés et les offensés." Alain

Ce sont les bourgeois qui ont soulevé le peuple.

  • Like 3
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 51ans Posté(e)
koadeg Membre 1 839 messages
paradoxe sur pattes‚ 51ans
Posté(e)
il y a 57 minutes, Répy a dit :

Le facteur déclenchant la révolution française de 1789 cest la disette et le prix élevé du pain.

En effet depuis l'été 1783 et les éruptions volcaniques en islande, il y a eu une série de mauvaises récoltes qui ont fait que d'une année sur l'autre il n'y avait plus de stock de blé avec lequel on faisait le pain, aliment de base de l'alimentation de l'époque.

Il faut ajouter deux étés et printemps secs de 1788 et 1789 et l'hiver très froid de 1788-1789. Les prix alimentaires dan sles ville ont atteint des sommets. Et "ventre affamé n'a pas d'oreilles", le peuple était sour à tous les messages de modération.

 

c'est beaucoup plus compliqué que ça.

1789 est une révolution de la bourgeoisie avant d'être celle du peuple. Ce tiers état qui possédait la richesse mais n'avait pas droit aux honneurs. Les personnages principaux de la révolution sont essentiellement des avocats élevés dans la philosophie des Lumières et la République romaine. Rien à voir avec le "Père Duchesne"

1789 ce sont les caisses vides, notamment à cause de la guerre en Amérique, d'où les états généraux pour lever des nouveaux impôts. C'est la faiblesse du roi, c'est la ras le bol d'une monarchie absolue qui avait fait son temps.

Le règne de Louis XIV a connu aussi les caisses vides, les grands froids et de nombreuses famines mais il n'y a pas eu de révolutions.

J'aurais beaucoup à dire sur cette période mais ce serait trop long....beaucoup beaucoup trop long

  • Like 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 42ans Posté(e)
Leric Membre 14 messages
Forumeur balbutiant‚ 42ans
Posté(e)

La  guerre de  sept  ans  avait  endetté  les  principaux  états  européens. L'augmentation  des  impôts  en  Amérique  avait  impulsé  la  guerre  d'indépendance. Donc  l'idée  était  dans  l'air. La  montée  en  puissance  des  classes  bourgeoises  qui  n'étaient  que  peu  représentées  et  qui  pouvaient  seules  rembourser  les  emprunts  leurs  permirent  d'exiger  des   concessions  politiques.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre+ Posté(e)
Doïna Membre+ 12 242 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
Il y a 2 heures, Répy a dit :

Le facteur déclenchant la révolution française de 1789 cest la disette et le prix élevé du pain.

En effet depuis l'été 1783 et les éruptions volcaniques en islande, il y a eu une série de mauvaises récoltes qui ont fait que d'une année sur l'autre il n'y avait plus de stock de blé avec lequel on faisait le pain, aliment de base de l'alimentation de l'époque.

Il faut ajouter deux étés et printemps secs de 1788 et 1789 et l'hiver très froid de 1788-1789. Les prix alimentaires dan sles ville ont atteint des sommets. Et "ventre affamé n'a pas d'oreilles", le peuple était sour à tous les messages de modération.

 

La consommation de café n'y serait pas étrangère non plus. Avant, les gens ne consommaient que du vin ou de la bière, ils vivaient dans une sorte de léthargie. 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre Posté(e)
le merle Membre 15 938 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)

bonsoir

et aussi , la Reine marie Antoinette mettant de l 'huile sur le feu .

- le peuple à faim et n'à plus de pain .

réponse de la Renne :

et bien , s'il n'à plus de pain , qu'il mange de la brioche .

bonne soirée

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre+ Posté(e)
Doïna Membre+ 12 242 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
il y a 10 minutes, le merle a dit :

bonsoir

et aussi , la Reine marie Antoinette mettant de l 'huile sur le feu .

- le peuple à faim et n'à plus de pain .

réponse de la Renne :

et bien , s'il n'à plus de pain , qu'il mange de la brioche .

bonne soirée

 

C'est de l'intox de l'époque : Marie-Antoinette n'a jamais dit ça !

  • Like 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre Posté(e)
le merle Membre 15 938 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
Il y a 2 heures, Doïna a dit :

C'est de l'intox de l'époque : Marie-Antoinette n'a jamais dit ça !

bonsoir

peut-être bien ? c'est un peut comme ce qui suit : le peuple défilant et hurlant .

le Roi demande :- c'est une révolte ?

réponse 

- non Sir , c'est une révolution .

bonne soirée

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre Posté(e)
Mr_Fox Membre 14 182 messages
Animal sauvage‚
Posté(e)

Les illuminati.

Une société secrète qui a été révélée au public en 1787 lorsque don grand patron s'est fait foudroyer et qu'on a trouvé des documents compromettant dans ses sacoches de selle, prévoyant de renverser un prince de Bavière pour former une république. Mais leur idéologie consistait à renverser tout pouvoir légitime.

Le  prince de Bavière en question, fort marri de voir qu'on comptait le destituer a promulgué un décret de dissolution de la société secrète non constituée de toutes façons. Ce qui n'a donc eu aucun effet spécial, mais en revanche les illuminati étant découvert ils ont changé de crèmerie pour ne pas tomber entre les mains de la police secrète.

En France, le pouvoir était faible, et la cible était ambitieuse, et riche. Les circonstances favorables.

 

En Russie, la situation politique était elle aussi très fragile et les allemands ont expédié Lénine avec un train rempli d'or là bas pour foutre le bordel et fermer le front est afin de concentrer leurs forces sur le front français. Ca a plutôt bien marché.

 

En gros ce qui déclenche une révolution c'est évidemment un projet politique de rechange qui s'appuie sur un état décrépit.

L'état décrépit nous l'avons, jamais n'a-t-il été aussi décrépit. Un projet politique de rechange nous en avons un que de Gaulle nous a apporté. Il ne manque que l'opportunité.

 

 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 71ans Posté(e)
boeingue Membre 7 726 messages
Forumeur alchimiste‚ 71ans
Posté(e)

la société a évolué  ce qui n'est pas le cas de la noblesse !!

les inventions commencent à  pointer le bout de leurs nez !

bref , un monde nouveau qui s'annonce !

si l'on ajoute les trés mauvaises saisons et donc les récoltes en trop faibles quantités  et la pauvreté !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre Posté(e)
Répy Membre 18 552 messages
scientifique‚
Posté(e)
Il y a 3 heures, koadeg a dit :

c'est beaucoup plus compliqué que ça.

1789 est une révolution de la bourgeoisie avant d'être celle du peuple. Ce tiers état qui possédait la richesse mais n'avait pas droit aux honneurs. Les personnages principaux de la révolution sont essentiellement des avocats élevés dans la philosophie des Lumières et la République romaine. Rien à voir avec le "Père Duchesne"

1789 ce sont les caisses vides, notamment à cause de la guerre en Amérique, d'où les états généraux pour lever des nouveaux impôts. C'est la faiblesse du roi, c'est la ras le bol d'une monarchie absolue qui avait fait son temps.

Le règne de Louis XIV a connu aussi les caisses vides, les grands froids et de nombreuses famines mais il n'y a pas eu de révolutions.

J'aurais beaucoup à dire sur cette période mais ce serait trop long....beaucoup beaucoup trop long

Tu répond aux causes générales et structurelles.

Moi je répondais à la question : les causes immédiates !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre Posté(e)
Répy Membre 18 552 messages
scientifique‚
Posté(e)
Il y a 3 heures, Doïna a dit :

La consommation de café n'y serait pas étrangère non plus. Avant, les gens ne consommaient que du vin ou de la bière, ils vivaient dans une sorte de léthargie. 

C'est une blague ? le café n'est pas une boisson du peuple au temps de la révolution et m^me longtemps après.

Dans ma jeunesse, mes parents à la campagne buvaient 1 fois le matin un vague jus de chaussette où il y avait moitié de chicorée ! Et dans les "cafés" à la campagne il ne ne se buvait pas de café. Je te parle des années 1950 à 1960. Alors en 1789, seuls quelques riches pouvaient boire du café.

  • Like 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 51ans Posté(e)
koadeg Membre 1 839 messages
paradoxe sur pattes‚ 51ans
Posté(e)
Il y a 17 heures, Répy a dit :

Tu répond aux causes générales et structurelles.

Moi je répondais à la question : les causes immédiates !

ok

Cause immédiate : caisses vides = états généraux demandés par le roi et Necker = cahiers de doléances = élus des 3 ordres = vote par tête

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre+ Posté(e)
Doïna Membre+ 12 242 messages
Forumeur alchimiste‚
Posté(e)
Il y a 17 heures, Répy a dit :

C'est une blague ? le café n'est pas une boisson du peuple au temps de la révolution et m^me longtemps après.

Dans ma jeunesse, mes parents à la campagne buvaient 1 fois le matin un vague jus de chaussette où il y avait moitié de chicorée ! Et dans les "cafés" à la campagne il ne ne se buvait pas de café. Je te parle des années 1950 à 1960. Alors en 1789, seuls quelques riches pouvaient boire du café.

T'as pas vu le documentaire sur Arte. :)

La clientèle du Procope tu connais ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 51ans Posté(e)
koadeg Membre 1 839 messages
paradoxe sur pattes‚ 51ans
Posté(e)
Il y a 18 heures, le merle a dit :

bonsoir

peut-être bien ? c'est un peut comme ce qui suit : le peuple défilant et hurlant .

le Roi demande :- c'est une révolte ?

réponse 

- non Sir , c'est une révolution .

bonne soirée

La réflexion de Marie Antoinette est apocryphe. Celle de Louis serait réelle (je mets au conditionnel). Il suffit de la remettre dans le contexte pour en comprendre le sens. 14 juillet 1789, journal du roi : Rien !

Pourquoi ce "rien" ? En fait, il avait passé la journée à chasser et n'avait RIEN ramené. Quant à savoir ce qui se passait dans la capital depuis le renvoi de Necker, comment aurait-il pu le savoir ?

Versailles était une bulle voulue par Louis XIV pour domestiquer la noblesse et ainsi éviter une nouvelle fronde. Mais cela éloignait le roi de la population. Or, en cette fin de XVIIIe, ce n'est plus la noblesse le problème mais cette bourgeoisie éduquée, payant des impôts mais ne pouvant accéder aux honneurs (il fallait un certain nombre de quartiers de noblesse pour devenir officier, idem pour la hiérarchie religieuse).

Les débats des 3 ordres se faisaient à Versailles mais la vie politique était à Paris. Ce n'est pas un hasard si Desmoulins a appelé aux armes depuis le jardin du Palais Royal et non depuis Versailles le 12 juillet, mettant, si j'ose dire, le feu au poudre.

"C'est une révolte ? non, une révolution !" perso, je mets au conditionnelle. J'ai un doute qu'au soir du 14 juillet, dans l'entourage du roi, quelqu'un ait conscience qu'une révolution était en route. Je ne suis même pas sûr que les acteurs directs en soit eux-mêmes conscients. Pour moi, la prise de la Bastille a été une étape vers cette conscience mais c'est surtout l'élaboration des droits de l'homme et du citoyen et l'abolition des privilèges (aout 1789) qui a, je pense, était la vraie rupture avec le régime précédent, encore plus que la création de l'assemblée nationale en juin.

Quant à la reine, c'était l'étrangère qui ne savait pas tenir sa place, c'est à dire, "fait des héritiers et tais toi". Les femmes qui tenaient le devant de la scène (politique ou à scandale), c'était les maitresses. Or, la reine a mis du temps avant d'enfanter (problème mécanique du roi) et il n'y avait pas de maitresse pour faire tampon. De plus, elle ne supportait pas l'étiquette imposée par la cour et la liberté qu'elle essayait d'acquérir était considérée comme de la frivolité. Il suffit de voir le procès du roi, assez digne et celui de la reine, véritable ramassis de vulgarité, allant jusqu'à l'accuser d'inceste.

  • Like 1
  • Merci 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 51ans Posté(e)
koadeg Membre 1 839 messages
paradoxe sur pattes‚ 51ans
Posté(e)
il y a 7 minutes, Doïna a dit :

T'as pas vu le documentaire sur Arte. :)

La clientèle du Procope tu connais ?

je n'ai pas vu le reportage mais je connais le Procope. C'était en quelque sorte "l'ancêtre" des clubs, où se réunissaient les hommes pour échanger leurs avis sur la politique, dans la peur des mouchards. Par contre, je doute que les hommes du peuple s'y soient rencontrés. Je pense que la clientèle visée était les érudits, les avocats.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre Posté(e)
Répy Membre 18 552 messages
scientifique‚
Posté(e)
il y a 15 minutes, Doïna a dit :

T'as pas vu le documentaire sur Arte. :)

La clientèle du Procope tu connais ?

Non je n'ai pas vu le documentaire sur le café.

Oui je connais l'ancienneté du Procope.

Cependant tu sembles confondre denrée de luxe accessible seulement aux gens riches et absolument inaccessibles au petit peuple !

Le café et le chocolat n'étaient consommés que par les gens riches jusqu'en 1840. ça s'est un peu démocratisé à partir de cette date avec l'essor de la bourgeaois industrielle. Mais la consommation "démocratique" n'a pas commencé avant 1900. c'est d'ailleurs pour avoir accès à ces denrées que l'on a eu la "frénésie coloniale à partir de 1880. Dans les campagnes jusqu'en 1960, le café était une boisson pour femmes alors que les hommes préféraient boire du vin.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Membre 30ans Posté(e)
Totof44 Membre 2 235 messages
Forumeur alchimiste‚ 30ans
Posté(e)

Voici un cours de CM1 :

A la fin du XVIIIème siècle, l'organisation du royaume de France est de plus en plus remise en question, notamment par les philosophes des Lumières. Ils contestent la concentration des pouvoirs entre les mains du roi et des nobles, l'influence du Clergé et la divison des Français en trois ordres.

Au poids des différents impôts (dont la Noblesse et le Clergé sont exemptés) s'ajoutent de mauvaises récoltent qui affament le bas peuple. La France connait de nombreuses révoltes.

Les finances du Royaume sont au plus mal. Après les échecs des ministres successifs à réformer l'impôt, Necker (le contrôleur général des finances) convainc le roi Louis XVI de convoquer les Etats généraux.

A la demande du roi, les Français rédigent donc les cahiers de doléances*. Ils y dénoncent les corvées*, les privilèges*, le poid de l'impôt et l'arbitraire* royal.

Le 5 mai 1789, à Versailles, s'ouvrent les états généraux.

Un vote par ordre aurait favorisé les privilégiés. Les députés du Tiers Etat réclament dont un vote par tête. Un bras de fer s'instaure alors avec le roi. Le 17 juin, ils s'auto-proclament Assemblée nationale et le 20, ils prêtent serment de donner une Constitution à la France dans la salle du jeu de paume à Versailles, après que le roi eût ordonné la fermeture de la salle où les députés se réunissaient.

Le roi feint de se résigner, mais il renvoie son ministre Necker et appelle des régiments aux abords de Paris et Versailles, ce qui effraie les Parisiens. Le 12 juillet au Palais royal, un avocat nommé Camille Desmoulins appelle les Français à prendre les armes. Les insurgés arboreront une cocarde qui deviendra bleue, blanche et rouge. Nous devons les couleurs de notre drapeau à cette cocarde.

Le 14 juillet, les Parisiens s'emparent des fusils entreposés à l'hotêl des Invalides et prennent d'assaut la forteresse de la Bastille pour y prendre les munitions et la poudre qui s'y trouvent. Cette insurrection fait tomber un symbole de l'absolutisme. Finalement, le roi cède. L'Ancien Régime est tombé.

D'autres violences embrasent les campagnes. Pour y mettre fin, les députés votent l'abolition des privilèges dans la nuit du 4 au 5 août. L'égalité de tous devant l'impôt est notamment reconnue.

Peu après, l'Assemblée constituante adopte la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen . Son article premier proclame que "Tous les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits".

Le 5 octobre, une marche conduit des femmes de Paris à Versaille pour demander du pain. La manifestation contraindra la famille royale à déménager à Paris.

Pour résoudre la question de la dette, l'Assemblée décide de confisquer les biens du Clergé afin de les revendre.

L'Assemblée se divise. Les députés les plus hostiles aux changements se positionnent sur le côté droit de l'assemblée et les plus révolutionnaires sur le côté gauche. Finalement, la Constitution prévoira un suffrage censitaire et un droit de veto pour le roi.

Beaucoup d'autres changements sont décidés : les provinces sont remplacées par les départements , les poids et mesures sont uniformisés, la torture est abolie et si la peine de mort est maintenue, désormais, la hache, la pendaison, la roue ou l’écartèlement sont remplacées par la guillotine.

De nombreuses réformes font reculer l'influence qu'exerçait le Clergé. Se méfiant des prêtres, les députés exigent de leur part qu'ils prêtent serment sur la Constitution : c'est la constitution civile du Clergé. Le pape est furieux et l'Eglise se divise entre assermentés et réfractaires.

De nombreux nobles refusent cette révolution et émigrent. Pour afficher l'unité de la Nation, un an après le prise de la Bastille, on organise la Fête de la Fédération au cours de laquelle le roi prête serment de maintenir la Constitution. C'est en mémoire de cette fête que le 14 juillet est aujourd'hui notre Fête nationale.

Louis XVI se sent prisonnier des Parisiens et s'inquiète de sa perte d'autorité. Le 20 juin 1791, il prend la fuite en expliquant dans une lettre ce qu'il reproche aux révolutionnaires. Il sera reconnu, rattrapé à Varenne et reconduit à Paris. A partir de ce moment-là, de plus en plus de révolutionnaires songent à destituer le roi. Le 17 juillet, un rassemblement contre le roi est violemment réprimé.

La principale mesure prise sous le nouveau Régime sera de déclarer la guerre à l'Autriche et à la Prusse. Louis XVI espère que les troupes étrangères lui permettront de rétablir son autorité, quand des révolutionnaires y voient un moyen de consolider la Révolution. Face au désastre militaire, le roi refuse de prendre des mesures en opposant son veto et renvoie ses ministres jacobins , entrainant une insurrection le 20 juin 1792.

Le duc de Brunswick qui dirige l'armée ennemie menace les Parisiens d'une terrible répression s'ils portent atteinte à la famille royale. Ce faisant, il apporte la preuve ultime que le roi est d'intelligence avec l'ennemi. Le 10 août, les révolutionnaires prennent d'assaut le Palais des Tuileries . Le roi sera emprisonné avec sa famille et une nouvelle assemblée appellée Convention, élue au suffrage universel masculin, est convoquée.

Le 20 septembre à Valmy, l'armée française gagne. Le lendemain, la Convention se réunit pour la première fois et proclame officiellement que la monarchie est abolie.

La première chose à laquelle va s'atteler la Convention, sera de juger le roi. Il sera finalement condamné à mort et guillotiné le 21 janvier 1793 place de la Révolution.

Toutes les grandes puissances européennes s'allient contre la République française. Pour faire face à la guerre, la Convention décide d'une levée en masse de 300 000 hommes. En Vendée, notamment, les habitants refusent de rentrer dans l'armée et une guerre civile éclate le 24 février 1793. Pendant ce temps, des militaires trahissent en passant à l'ennemi. La République est gravement menacée.

La Convention, sous pression régulière des sans-culottes radicaux, tente de faire face. Elle prend des mesures terribles : le 10 mars 1793, elle crée un tribunal révolutionnaire qui jugera toute personne suspectée d'être contre la Révolution. ¨Puis elle charge un Comité de Salut public de déterminer la politique à suivre. A partir de l'été, le député Maximilien Robespierre y est élu, et parviendra à y imposer son autorité. Le 5 septembre, la Convention vote la loi des suspects qui facilitera les arrestations. La guillotine fonctionnera à un rythme frénétique.

Le gouvernement révolutionnaire réussira à redresser la situation militaire. Le 26 juin 1794, l'armée française gagne la bataille de Fleurus, repoussant à l'extérieur des frontières les dernières troupes ennemies. En Vendée, la répression est particulièrement sanglante et la Convention peinera à pacifier la région.

Les révolutionnaires ne cesseront de se diviser, et les différentes factions seront peu à peu éliminées, toutes s'accusant les unes les autres de faire le jeu de la contre-révolution.

Après la chute de Robespierre le 27 juillet 1794, puis des autres montagnards, la Convention laissera place le 26 octobre 1795 au Directoire, un régime conçu pour éviter aux royalistes et aux révolutionnaires radicaux de prendre le pouvoir.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Annonces
Maintenant

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×