Aller au contenu

Marcel : mort de la guerre après la guerre .

Noter ce sujet


Fabiencool

Messages recommandés

Membre 53ans Posté(e)
Fabiencool Membre 380 messages
Forumeur accro‚ 53ans‚
Posté(e)

J’ai toujours eu un léger dégoût pour ceux qui sont capables
de commenter pendant des heures la finesse ou l’arôme d’un vin ,

amenant dans leur parole , pour des chose sans importance ,
une délicatesse qu’ils ne mettent pas dans leur vie.

 (Christian Bobin)

 

 

Marcel se leva à l’aurore comme tous les jours , sortit de sa maison et regarda le soleil se lever . Il aimait ce moment ou l’air est pur , l’horizon dégagé , ce moment où la nature se fait promesse et don.Il se dirigea d’un pas machinal vers la cour .La rosée dans l’herbe haute mouillait avec tendresse le bas de son pantalon . Il s’arrêta dans la grange et prit un sac d’herbe qu’il avait fauché la veille.Dans le fond de la cour se trouvait des cages à lapins en ciment . C’était un rituel pour lui d’abord nourrir les lapins , il déjeunait ensuite mais toujours après ses animaux . Il ouvrit la porte aux poules qui s’élancèrent de suite sur la nourriture que la nuit avait fait sortir de la terre.

Il ramassa au passage deux jolis champignons qui avaient eu le bonheur de pousser sous ses pas.
Son léger travail terminé , il retourna dans sa maison , se fît chauffer sa soupe et déjeuna de raves, de choux et de gras de porc .Marcel était homme toutes mains et travaillait en fonction des besoins des gens de la commune . Il avait trouvé du travail pour trois jours mais mal payé de plus , c’était un travail ingrat .

Marcel n’aimait pas l’époque du fumier . C’était une besogne difficile qui vous mangeait les bras et le dos . Etaler le fumier dans les champs n’avait rien d’une ballade en bord en bord de mer avec sa progéniture . Il fallait charger les charrettes à la fourche ensuite , faire des petits tas dans le prés et finir par l’étaler d’un geste ample . Il avait eu du mal à négocier le prix de la journée . Quinze franc plus le repas de midi .Ca ne faisait pas lourd dans le porte monnaie mais , comme c’était peu rentable pour le fermier aussi , il fallait bien trouver un juste milieu.

 

 

Marcel approchait de la soixantaine sa femme , était morte quelques années plus tôt , emportée par une angine de poitrine quelle avait contracté en rinçant le linge à la rivière un hivers . Le lavage du linge tuait les femmes . A la moindre fatigue, la faucheuse faisait le vide dans les rangs.

Son fils était parti en ville pour trouver un meilleur travail et surtout un travail stable . Il était devenu cheminot . Comme il était fort, la SNCF lui confia le soin de l’entretien de cailloux sur les rails . Il commençait à quatre du matin.

La sncf lui avait fourni une chambre dans un foyer , tout allait bien pour lui . Il revenait une fois par mois avec une jolie fille qui travaillait aussi pour la snf. Elle nettoyait les sols et les wagons à l’entrepôt . Marcel avait été prisonnier de guerre en Allemagne . Il parlait rarement de cette période sauf pour dire qu’il mangeait mal dans le camp . Parfois , il se lâchait un peu pour décrire une situation brutale faite de cris rauques et de suspicions .

Souvent, la nuit il faisait des cauchemars et il se réveillait en hurlant et en sueur .Le médecin avait parlé de traumatisme . Lorsque le cauchemars avait été trop fort , il se levait , marchait un peu et se faisait chauffer un tilleul . Il restait de longues minutes assis sur le bord du lit , la tête dans les mains . Dans ses cauchemars plusieurs personnes parlaient en même temps dans sa tête et , une main lui broyait les entrailles . Ses crises d’angoisses devenaient de plus en plus fréquentes parfois , il avait envie de sortir le fusil de l’armoire et de se tirer une cartouche de douze dans la tête .

Cette nuit encore il avait fait un cauchemars sans doute plus horrible que les autres . Il lui avait fallu au moins une heure pour retrouver ses esprits . Comme il avait du temps et un peu d’argent , il se décida a aller boire un jus gras ( café, calva ) dans le bourg.Le café ouvrait très tôt le matin car il vendait aussi du tabac et , souvent les hommes étaient en manque . C’était l’occasion ou jamais pour l’épiciere de faire un peu de pièces blanches . Marcel poussa la porte du café d’un geste lourd et machinal.Tiens dit Fabien un gars qui était déjà là.

- V’la Marcel ,t’as la pépie dés le matin ? ( Tu as soif )
-Pas trop répondit Marcel, c’est histoire de passer le temps.
Il commanda son jus qu’il lampa bouillant par petites gorgées.L’autre respectait son silence , depuis toujours ces hommes semblaient télépathes . Un simple regard , un haussement d’épaule , un regard tenaient lieu de long discours . Le travail était si dur qu’ils avaient appris à économiser sur tout , y compris sur la parole.Les hommes restèrent ensemble une bonne demie-heure sans se parler . Etre à coté l’un de l’autre suffisait pour être bien . Marcel demanda à la patronne combien il devait.
 

Elle répondit.

-Va Marcel, aujourd’hui c’est moi qui paie.
Marcel sortit son argent de sa poche et le posa sur le comptoir .
-Tiens Fabien dit-il ,j’te donne mes sous , j’m’en va p’endre et il sortit du bar.
Son compagnon de boisson dit a la patronne.

- Ha ce Marcel , toujours le mot pour rire.

Il devait être au alentour de dix heures lorsque l’église sonna le tocsin.Tiens se dit Fabien qui coupait du bois ! Y’'à quelqu’un qu’est mort .Il abandonna l’outil qu’il avait en main et couru vers le bourg.Il arriva prés du café .La patronne siégeait devant la porte elle dit.

-Cherche pas qui c’est , c’est Marcel qui s’est pendu a la poutre du grand pressoir , c’est le facteur qui l’à trouvé .

 

Ps : Publication Plon.

Modifié par Fabiencool
  • Like 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Annonces
Maintenant
Membre 74ans Posté(e)
G2LLOQ Membre 2 161 messages
Maitre des forums‚ 74ans‚
Posté(e)

Tu devrais te lancer dans l'écriture , ça se sent  ;

  • Haha 2
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Membre 53ans Posté(e)
Fabiencool Membre 380 messages
Forumeur accro‚ 53ans‚
Posté(e)
il y a 1 minute, G2LLOQ a dit :

Tu devrais te lancer dans l'écriture , ça se sent  ;

Je suis écrivain....C'est publié tout ça.

  • Waouh 1
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rejoindre la conversation

Vous pouvez publier maintenant et vous inscrire plus tard. Si vous avez un compte, connectez-vous maintenant pour publier avec votre compte.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Collé en tant que texte enrichi.   Coller en tant que texte brut à la place

  Seulement 75 émoticônes maximum sont autorisées.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Votre contenu précédent a été rétabli.   Vider l’éditeur

×   Vous ne pouvez pas directement coller des images. Envoyez-les depuis votre ordinateur ou insérez-les depuis une URL.

Chargement
×